Partagez | 
 

 Appartement de Kaede

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Appartement de Kaede   Ven 7 Sep - 12:58

Kaede était assise sur sa paillasse, et fixait d’un ton absent une fissure qui serpentait sournoisement sur le mur qui lui faisait face. Elle était loin. Très loin. De l’humiliation de la veille, il ne lui restait que quelques vagues images brouillonnes qu’elle ne parvenait pas à rassembler ou à discipliner pour former des souvenirs précis. Elle revoyait vaguement Hiza et ses mains pleines de sang, le regard désolé de Oda et la balafra répugnante du chunin qu’elle ne connaissait pas.
C’est à peine si Kaede aurait été capable de dire comment elle était rentrée de la plage jusqu’à son appartement. Il y en avait pour une assez longue demi-heure de marche et il ne lui en restait aucun souvenir. C’était comme si un simple battement de cil avait suffi à la ramener de la plage grisâtre à sa paillasse défaite où elle avait passé la nuit, immobile et silencieuse, peignant mentalement sur le plafond crasseux les motifs rouges et noirs de sa colère et de sa tristesse.
Kaede jeta un coup d’œil à son réveil. Il était onze heures du matin. Et elle n’avait rien fait. Elle n’avait pas mangé, ne s’était pas levée – tout au plus s’était-elle vaguement redressée pour se retrouver dans la position assise qui était maintenant la sienne – elle ne s’était même pas changée ! Elle portait encore la veste de combat qu’elle portait au cours de l’affrontement de la veille. Le devant du vêtement était tâché du sang qui avait coulé de la lèvre de Kaede.
La jeune kunoichi finit par se lever, et elle se traîna jusqu’au petit miroir carré qui ornait un des murs de la minuscule salle de bain. Sa lèvre était encore bien entaillée, même si une croûte particulièrement peu appétissante barrait sa bouche, attestant de la bonne voie que prenait la cicatrisation. Soupirant, elle fit glisser aux sols ses vêtements et actionna le jet de la douche. L’eau bouillante lui fit le plus grand bien, et lorsqu’au bout d’un temps qu’elle ne saurait estimer, Kaede sortit et entreprit de se sécher, elle avait les idées bien plus claires. Ce qui n’était pas pour autant une bénédiction… Elle revoyait précisément la scène de la veille maintenant, et la façon dont Oda lui avait expressément formulé la honteuse sentence : son maître la reniait.
Kaede se sentait comme un homme qui, tombant du haut d’un ravin vertigineux – parvient à se rattraper à une branche, et qui goûte quelques instants au bonheur d’être sauvé avant que la branche ne se brise, précipitant à nouveau la chute. Petite, elle avait été reniée par son clan qui la considérait comme un traître. Les kiréens un tant soit peu informés du déroulement du coup d’état savait que les Uriyamas étaient du côté des rebelles, et tous regardaient maintenant Kaede comme une potentielle menance pour la sérénité du village.
Ces dernières semaines lui avaient pourtant faits le plus grand bien : ses entrainements portaient enfin leurs fruits, et Kaede se sentait finalement prête à faire face. Mais la branche s’était délogée, et la voilà qui chutait à nouveau.

« Ta gueule… » Murmura-t-elle à haute voix à l’attention de la petite voix intérieure suraigüe qui répétait complaisamment depuis des heures : « T’es dans la merde. T’es dans la merde. T’es dans la merde. »

Kaede fut finalement tirée de son auto apitoiement par une série de coups brusques frappée à la porte. Que faire ? La dernière chose dont elle avait besoin était de recevoir de la visite. Elle enfila en vitesse le kimono qu’elle portait quand elle était en civil, et se prépara mentalement à ouvrir la porte.

« Et si c’était la police du village, hein ? Et s’ils te demandaient de leur remettre ton bandeau ? Et si… »

« Kaede ! Ouvre ! C’est Yahei ! »

La jeune kunoichi eut un soupir de soulagement, et ouvrit la porte à son équipier. Enfin. Son ancien équipier. Dès qu’elle eut ouvert le battant, Yahei entra à grand pas se planta devant son amie.

« Qu’est-ce qui t’as pris putain ? » demanda-t-il. Il semblait plus triste, plus étonné, que vraiment en colère.

« Je sais pas… Je voulais savoir si elle était vraiment meilleure que moi… ». Le ton de Kaede était faible, honteux.

« Mais … Evidemment qu’elle est meilleure que toi ! Elle est meilleure que moi aussi ! Et meilleure que les trois quarts des genins de ce village ! Et alors ? Qu’est-ce qu’on en a à foutre ? »

Kaede ne répondit pas et alla s’assoir à la table de la cuisine. Yahei vint la rejoindre et, après avoir décliné la proposition de Kaede lui demandant s’il souhaitait du thé, il déclara :

« Je ne suis pas venu prendre le thé Kaede. Maintenant qu’il est clair que nous ne sommes plus dans la même équipe, et que tu n’as plus de maître, je suis venu te demander ce que tu comptais faire… »

« Comment ça ? »

« Sans maître, tu ne progresseras pas. Nous n’avons pas le niveau pour pouvoir nous entrainer seuls. Il nous faut un mentor. Hiza a Oda. J’ai Oda. Et toi, tu as qui maintenant ? Oda ne te formera plus et – excuse moi – personne de ta famille n’acceptera de te file run coup de main. Quand à moi, je te refilerai volontiers les tuyaux que nous donnera Oda, mais ça ne sera clairement pas suffisant pour faire de toi une kunoichi ! Alors ? »

Kaede haussa les épaules.

« Je ne sais pas. Franchement, je ne suis pas sûr de vouloir continuer ça… Ce serait peut-être bien plus sage de laisser tomber ma formation… »

« Conneries ! Non seulement tu es plus douée que tu ne sembles vouloir le dire – mais moins qu’Hiza, je sais » ajouta-t-il en voyant Kaede faire mine de dire quelque chose. « Mais en plus, ça reste le meilleur moyen pour montrer ta loyauté à Kiri ! Alors bouge toi ! Remue toi ! Et trouve toi un maître, c’est compris ? »

Kaede ne répondit pas tout de suite, se contentant d’abord de sourire tristement en jouant avec la poussière qui recouvrait la table.

« Personne ne m’acceptera comme élève, tu le sais très bien. Allez, pars. Oda doit t’attendre. Il faut que tu t’entraînes. »

« Tu veux que je parle à Oda ? » demanda Yahei. « Lui demander s’il ne peut pas revenir sur son avis ? »

« Surtout pas. Non. Mais tu as raison, je vais chercher un peu de mon côté. Peut-être quelqu’un acceptera de me former. »

Ils parlèrent encore quelques instants, puis Yahei du prendre congé pour rejoindre le terrain d’entraînement où il avait rendez vous. Kaede demeura seule dans son appartement. Elle faisait défiler dans son crâne tous les chunins instructeurs qu’elle connaissait, cherchant désespérément auquel d’entre eux elle pourrait demander de l’aide. Finalement, la réponse vint plus rapidement qu’elle ne l’aurait imaginé.

« Ayumi Sokuro »

En fait c’était évident. L’instructrice s’était montré patiente et agréable avec elle, et Kaede sut instinctivement qu’Ayumi pourrait l’aider. Du moins dans un premier temps. Aussi vite qu’elle pouvait le faire, Kaede enfila ses vêtements militaire, noua son bandeau autour de son front, et s’empressa de sortir en courant dans la rue.

« Y a encore une chance. Y a encore une chance. Y a encore une chance » murmurait à présent la voix.
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Appartement de Kaede   Ven 7 Sep - 13:01

Essoufflée et transpirante, Kaede ne décéléra pas avant d’arriver en vue de la salle des professeurs de l’Académie. Là, elle s’arrêta brutalement et fut comme à son habitude particulièrement anxieuse à l’idée de devoir frapper à la porte. Qu’est-ce qui faisait si peur à l’idée de frapper à la porte ? Elle ne l’avait jamais compris… Voulant abréger la situation, Kaede prit une grande inspiration et frappa trois fois à la porte. Celle-ci s’ouvrit presque immédiatement, et Kaede eut la fugace impression que sa malchance légendaire l’avait quitté. Peut-être avait-elle dépensé tout son « capital tuiles » au cours des ces dernières années durant lesquelles la poisse ne l’avait jamais vraiment quitté, et qu’il ne lui restait maintenant que sa réserve de chance, à laquelle elle n’avait jamais vraiment touché ? Quoi qu’il en soit, ce fut Ayumi qui se tenait dans l’embrasure de la porte qu’elle venait d’ouvrir. Elle ne semblait pas particulièrement étonnée de voir la jeune genin frapper ainsi à la porte.

« Entre. Si tu cherches Oda… » commença-t-elle.

« Je n’ai plus aucune raison de chercher Oda, Ayumi-senseï. »

Ayumi eut un hochement d’épaules, et fit signe à Kaede de s’asseoir.

« Qu’est-ce qui t’ammène alors ? J’ai appris pour ce qu’il s’est passé hier. »

Au fond d’elle même, Kaede remercia Ayumi de ne pas avoir ajouté quoi que ce soit d’autre. Elle savait suffisamment bien qu’elle avait fait quelque chose de stupide pour qu’on s’abstienne de lui rappeler toutes les demi-heures.
Il y eut un silence, et Kaede n’osait pas le briser. En fait, elle regrettait même d’être venue. Ayumi était une chuunin qui s’occupait déjà de plusieurs élèves et étudiants, elle n’aurait pas le temps de s’occuper davantage d’un autre genin – surtout quand ce genin venait de se faire renvoyer par son maître pour un manquement grave à la règlementation du village… Finalement, ce fut Ayumi qui parla la première.

« Alors Kaede… Si tu me disais ce que tu viens faire dans la salle des professeurs ? »

« Je… J’aurais voulu trouver… Quelqu’un qui aurait pu… Qui aurait bien voulu m’entraîner… »

« Kaede, est-ce qu’une fois dans ta vie tu ne voudrais pas parler franchement et sans faire plus de détours qu’il n’y a de vagues à Kiri ? »

L’adolescente rougit. Puis elle se décida enfin à lâcher le morceau.

« Maître Ayumi, accepteriez-vous de me prendre sous votre aile et de me former ? »

« Non. »

La réponse fut tellement rapide et sans appel, et si contraire aux attentes de Kaede qui s’était presque persuadée qu’Ayumi accepteraient que l’adolescente eut presque envie de rire.

« Non je ne deviendrai pas ton maître. Je me suis déjà engagée à former beaucoup d’élèves, et je ne peux leur faire faux bond. »

« D’accord, je comprend » déclara Kaede sur un ton qu’elle voulait neutre.

« Quelle conne » songea-t-elle, « Tu as vraiment cru qu’il te suffirait de débarquer comme ça et qu’Ayumi te tomberai dans les bras ? »

« En revanche… »

Le cœur de Kaede fit un bon. Comment ça « En revanche ? »

« En revanche je veux bien t’aider à t’entraîner le temps que tu te trouves un maître qui te formeras de façon définitive. Mais étant donné que j’entraîne déjà mes élèves pendant la journée, il faut que tu saches que nos séances auront lieu tard dans la nuit ou très tôt le matin. Cela te convient-il ? »

Kaede eut envie de sauter au coup d’Ayumi !

« Merci maître ! » s’exclama-t-elle. « Quand est-ce que… ? »

« Que l’on commencera ? Demain à quatre heures et demi du matin. Rendez vous sur la plage, tu me montreras comment tu t’en sors avec ça. »

En disant cela, elle avait commencé à écrire quelques lignes sur une feuille qui traînait sur le bureau. Quand elle eût fini d’écrire ce qu’elle voulait, Ayumi tendit la feuille à Kaede.

« Il s’agit d’un message que tu porteras à la bibliothèque de l’Académie. Ils te remettront un rouleau. Je veux que tu travailles la technique qu’ils te donneront. Fais le, je t’aiderai à t’en sortir au cours de la séance de demain matin. »

Cinq minutes plus tard, Kaede courrait dans les couloirs de l’Académie en direction de la Bibliothèque. Nouveau maître – même si ce n’était que temporaire – et nouveaux entrainements.

Finalement, peut-être qu’elle ne se consacrerait pas tout de suite à la peinture…
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Appartement de Kaede   Ven 7 Sep - 17:43

Kaede : + 16XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Appartement de Kaede   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Presentation de Kaede Nagase
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Appartement de Hayabusa Toyome
» Appartement de Naoki
» L'appartement de la tortionnaire [PV Clyde Waldan] [RP CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Coeur du Village-