Partagez | 
 

 Mission de rang D - Larcin et Amnésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Mission de rang D - Larcin et Amnésie    Mar 18 Sep - 16:08


Quand Kaede revint à elle, elle n’ouvrit pas les yeux. Garder les paupières closes à son réveil était une habitude qu’elle avait prise, enfant, lorsqu’elle s’était blessée à l’œil lors d’un entrainement. Enfin… Ce n’était pas vraiment une blessure, plutôt une minuscule entaille, et elle n’en gardait pas la moindre séquelle mis à part la cicatrice infime qui s’étirait sous son œil, à peine plus grande qu’un cil. Mais sa pupille légèrement coupée lui avait fait un mal de chien. Les nuits suivantes, alors que ses yeux étaient fermés, la plaie cicatrisait lentement et, quand venait l’heure de se réveiller, elle ouvrait ses paupières, ce qui arrachait la petite croûte et la douleur revenait. Aussi avait-elle rapidement prit le réflexe de se réveiller et d’attendre de s’être massé délicatement la paupière pour s’ouvrir enfin à la lumière. Même des années plus tard, il lui arrivait encore de reprendre conscience sans ouvrir les yeux.
Même plongée dans les ténèbres comme elle l’était pour quelques secondes encore, Kaede savait que quelque chose n’allait pas. Elle était étendue sur le ventre – une position qui ne lui était pas habituelle, elle préférait systématiquement s’allonger sur le côté – et, chose encore plus étonnante, elle sentait contre sa joue le froid caractéristique d’une dalle de pierre.

« Où est-ce que je suis ? »


La jeune fille fit glisser sa main contre le sol. Aucun doute. La texture était bien celle de la pierre lisse qui pavait les rues de Kiri. Mais qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire ainsi étendue par terre ?
Kaede se décida finalement à ouvir les yeux. Elle s’était attendu à devoir détourner le regard ou les abriter derrière sa main pour les protéger de la lumière, mais à sa grande surprise, les environs étaient très obscures. Un peu de clarté subsistait néanmoins, sans que Kaede ne puisse savoir avec certitude s’il s’agissait de la fin du crépuscule ou du début de l’aurore. Elle voulut se redresser, mais sa tête lui tournait, et elle jugea plus sage de rester encore quelques instants étendue. Quand elle se sentit plus solide, elle tenta à nouveau – et parvient cette fois – à se lever. Elle se trouvait bien dans une des ruelles de Kiri, et n’était d’ailleurs pas très loin de son appartement.

« Comment je me suis retrouvée là ?... »

Malgré tous ses efforts, la genin ne parvenait pas à trouver de réponse à cette question. L’air abattu, elle passa machinalement sa main dans ses cheveux sales. A l’arrière de son crâne, quelques mèches étaient solidement collées les unes aux autres par une poussière sèche. Surprise, Kaede observa ses doigts. Ils étaient recouverts de saleté rouges sombres. Du sang séché. « Mon sang »… Elle avait prit un coup, elle en était sûre à présent, mais comment ? Quelqu’un aurait-il vraiment agressé une genin au sein même du village ? Ou bien on aurait voulu la voler ? Une fouille attentive de sa sacoche en cuir lui permit d’écarter cette hypothèse : rien ne lui manquait…
Une migraine infernale lui traversait le crâne du front à la nuque, et elle sentait son sang battre contre sa tempe. Soudain, elle n’eut plus qu’une envie : être chez elle, se débarrasser de ses vêtements qui la serraient beaucoup trop, s’ébouillanter sous la douche et se laisser dormir ! Résolue à chercher des explications lorsqu’elle serait plus fraiche, elle s’avança dans la rue en direction de son appartement. Un bruit répugnant et mouillé se fit entendre, et Kaede sut instantanément dans quoi elle avait marché. Elle se revit furtivement, courbée, prenant appui contre le mur, vomissant tout ce qu’on contenait son estomac à même le sol. Quelque chose n’allait vraiment pas… Alors qu’elle essayait tant bien que mal de laver sa semelle, son regard fut attiré par une tâche rouge sur le mur en face, à environ un mètre de hauteur. Elle s’approcha et, curieuse, observa la marque. Il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaître une petite éclaboussure de sang dans laquelle étaient encore incrustés quelques longs cheveux blonds : les siens. Kaede comprit alors, ou crut comprendre, ce qui s’était passé. Malade pour une raison qu’elle ignorait encore, elle avait vomi sur le chemin qui la ramenait chez elle, puis, un malaise ou une glissade l’avait précipité contre le mur où elle s’était assommée. Mais cela n’expliquait pas tout. Kaede avait beau ne pas être une force de la nature, elle était rarement malade, et il fallait plus qu’un simple choc pour la faire tomber dans les pommes ! Alors… Que c’était-il passé ?


Académie de Kiri, le matin précédant


« Kaede ? Kaede ? Bon sang où est-ce qu’elle est passée ? » appela Ayumi pour la troisième fois. La Chuunin sentit l’agacement monter en elle au fur et à mesure qu’elle cherchait en vain la genin. « Bon sang, elle ne va pas me faire le coup de pas venir ! Pas en ce moment ! » Elle allait entreprendre d’appeler encore une fois Kaede en y ajoutant toute une enluminure de jurons divers lorsqu’elle aperçut enfin la jeune fille qui remontait le couloir en courant.

« Ah bah te voilà ! Qu’est ce que tu faisais ? »

« Dé.. Désolé senseï ! J’ai eu… un peu… de retard » expliqua Kaede, essoufflée.

« Je le vois bien que tu as du retard ! J’ai besoin de t’expliquer à quel point on a besoin de genin en ce moment ? »


Kaede ne répondit pas. Elle savait très bien ce que voulait dire Ayumi : le Troisième Tournoi Chuunin était en cours, et les genins les plus efficaces de Kiri y avaient été envoyés. Pas Kaede. Elle n’était pas particulièrement vexée : elle savait pertinemment qu’elle n’avait pas encore le niveau. Mais cela posait quelques problèmes à l’Académie dont celui des missions de rang D. Tournoi ou pas tournoi, les missions continuaient d’affluer, et il était clair que Kiri ne pouvait ni se permettre d’en refuser, ni les confier à des chuunins, réquisitionnés pour des tâches bien plus importantes. Il incombait donc aux genins restés à Kiri de remplir toutes ces missions. Bref, ce n’était vraiment pas le jour pour être en retard.
La genin voulut marmonner quelques excuses, mais Ayumi les balaya d’un mouvement irrité de la main.

« Bon c’est pas grave. Met toi au travail tout de suite. Voilà ton ordre de mission » dit l’instructrice en tendant à Kaede une enveloppe scellée. « Dépêche toi de filer, moi j’ai du travail ! Aller, bonne chance ! ». Sur ce, Ayumi tourna les talons et s’éloigna à grands pas. La jeune fille l’observa un moment, puis son regard tomba sur l’enveloppe. Elle la décacheta et en lu attentivement les informations.
Jusqu’à présent, toutes les missions de rang D qu’elle avait eu à accomplir avait été particulièrement peu intéressantes, à la limite du baby sitting. Mais cette fois, les choses promettaient d’être un peu plus intéressantes.
Le commanditaire de la mission était un commerçant que Kaede ne connaissait pas, un apothicaire qui tenait une boutique dans le centre du village. L’échoppe avait subit plusieurs vols mineurs au cours des dernières semaines, et ils s’étaient particulièrement accrus au cours des trois derniers jours. Kaede eut un petit sourire, et se dirigea vers le centre ville.

Shin’ji l’apothicaire était un homme d’un âge déjà avancé, et dont le crâne se dégarnissait année après année des quelques cheveux gris qui lui restait. Il accueilli Kaede d’un salut chaleureux, et lui fit signe d’entrer. La jeune fille le suivit dans la boutique, et ne put s’empêcher de jeter un regard ébahi sur les étagères qui recouvraient les murs, toutes croulant sous des rangées et des rangées de bocaux de formol dans lesquels flottaient des créatures étranges et des choses organiques qui lui étaient inconnues. Elle observait toujours les récipients lorsque Shin’ji lui apporta une tasse de thé vert fumant.

« Merci. » dit elle, en tâchant de reprendre une attitude plus professionnelle. « Bien, si vous m’expliquiez plus en détail ce qui vous arrive ? »

« Oui… Ecoutez, comme je l’ai dis lorsque j’ai déposé la mission, j’ai été la cible de nombreux vols ces derniers temps, et plus particulièrement ces derniers jours… »

« Mais… Pourquoi avez-vous attendu aussi longtemps pour commencer des démarches auprès du village ? »

« Je sais que ça semble illogique d’avoir attendu mais… Il faut vraiment que vous compreniez qu’il s’agit de vols vraiment… mineurs… Un jour, il me manque un bocal, le lendemain, c’est une poignée de ryos qui ont disparus… Au début, je pensais même que je perdais un peu ma tête et que j’avais simplement égaré les choses vous comprenez ? »
Kaede acquiesça, et attendit la suite. « Mais avant-hier, c’est plusieurs dizaines de ryos qui ont été dérobées, et plusieurs produits qui, s’ils ne sont pas particulièrement dangereux, demandent quand même un certain niveau de compétence pour être manipulés et, surtout, dosés. »

« Quels produits ? »

« Des médicaments… Des calmants… Ce genre de chose… Vous pensez bien que si on m’avait dérobé un poison particulièrement virulent j’en aurais parlé aux autorités ! Mais là… Ce ne sont pas des choses dangereuses, sauf si quelqu’un décidait de prendre dix fois la dose, évidemment… »


« Et… Vous n’avez aucune idée de qui pourrait ainsi se servir dans votre boutique ? »

« Non… Je n’en sais rien… Jusqu’à présent, tous les vols avaient été commis sans effraction, j’en étais même venu à soupçonner mon fils, vous imaginez ? Mais avant hier, le voleur à cassé un carreau pour rentrer, et cette nuit, il a carrément cassé le verrou de la porte ! Je n’étais pas chez moi, je n’ai rien entendu… Mais quand même… casser le verrou… »


Kaede réfléchit un moment. Les vols réguliers et sans effraction majeure ou butin conséquent correspondaient bien à un « cambriolage » réalisé par des enfants… Mais enfoncer une porte ? Ca semblait un peu gros…

« Ecoutez, si les vols ont lieu de façon aussi rapprochée, le voleur reviendra peut-être ce soir. Je vais rester en poste à proximité de la boutique et essayer de le prendre sur le fait. Avez vous parlé à quelqu’un du fait que vous ayez déposé une mission ? »


« Non, peut-être quelqu’un m’a-t-il vu me rendre à l’académie, mais je n’en ai parlé à personne. »


« Très bien… Continuez votre vie comme si de rien n’était, je m’occupe du voleur ! »

Shin’ji sembla rassuré. Kaede, elle, espérait simplement qu’elle n’aurait pas les yeux plus gros que le ventre en s’attaquant seule au voleur. Elle espérait profondément qu’il n’y aurait pas de combat.


Le soir, Cœur du Village


Kaede avait un peu froid, mais rien de trop gênant. La nuit était tombée depuis peu, et elle se tenait allongée sur le toit de tuile qui dominait la rue. De là, elle avait une vue plongeante sur la façade de la boutique. Et elle attendait. Avec la nuit, les rues s’étaient vidées progressivement, et il ne restait à présent que quelques chats errants et le souffle vent pour donner un peu de vie au tableau bleu de Kiri sous les étoiles. Et personne n’arrivait.
Il y eut soudain un mouvement sur la façade, et Kaede se tassa encore davantage pour ne pas être vu. Quelqu’un avait ouvert la fenêtre du premier étage, et commençait à enjamber l’embrasure. La silhouette était beaucoup trop agile pour être Shin’ji, il devait s’agir de son fils. Mais qu’est ce que ce dernier comptait faire ? La silhouette se laissa lestement tomber dans la rue et amortit la chute remarquablement bien. Il tenait dans ses mains un petit sac de toile sombre. « Décidemment, tu fais vraiment louche toi » murmura Kaede. La genin attendit que le jeune homme s’élance dans les rues pour se laisse glisser du toit. Que devait-elle faire à présent ? Suivre le fils de l’apothicaire, ou rester en veille ici ? Elle hésita un moment, puis se résolue à suivre la silhouette. Tandis qu’elle commençait sa filature, elle ne put s’empêcher de remarquer à quel point ce dernier était remarquablement agile et rapide. Dommage pour lui, Kaede n’était pas n’importe qui : c’était une genin de Kiri, formée dès son plus jeune âge à se battre, et ce n’était pas un gamin comme ça qui allait pouvoir lui tenir la dragée haute sur le plan de la rapidité. La traque se poursuivit ainsi quelques minutes avant que la silhouette ne s’arrête enfin, devant un groupe d’adolescents de son âge.

« Alors Izumo, t’as quelque chose ? »
demanda un des jeunes à la silhouette.

« Pas grand chose, je crois qu’il me soupçonne. »


« Bingo »
pensa Kaede.

« Et dans le sac, c’est quoi ? »

« C’est le seul truc que j’ai pu piquer ! Ce sera peut-être suffisant non ? »


« Ca dépend de ce que c’est… Envoie ! »


Izumo s’exécuta et lança le sac à son camarade. Ce dernier en tira un bocal qui reflétait doucement une lueur verte sous le reflet de la lune.

« Et c’est quoi ce truc ? Du poison ? »


« Pas vraiment, c’est une espèce de calmant… Une bonne cuillère et ça t’envoie roupiller en moins de deux… Ce sera suffisant, je t’assure Hitoshi. »


Ce dernier éclata d’un grand rire.

« Suffisant ? Izumo, on s’était mit d’accord pour que tu nous files de quoi frimer devant la bande de Sadeo, tu m’expliques comment on va faire avec ça ? »


Il y eut un long silence durant lequel Izumo se contenta de fixer ses chaussures avec un intérêt exagéré.

« Bon… Bah on va aller se servir nous même… »
Annonça Hitoshi. « On a dit à ceux de Sadeo qu’on allait avoir du vrai poison de ninja et tout ce que t’es foutu de nous rapporter, c’est du produit contre le mal de tête, et du calmant… Si t’as pas le courage de le prendre toi même j’espère que tu nous montrera au moins où ton père planque ses produits, hein ? »

« Non arrête Hitoshi ! Si vous y allez ça va vraiment se retourner contre moi ! Mon père pense déjà que j’y suis pour quelque chose ! Et les dernières fois vous avez cassé des trucs ! »


« Et alors ? On doit rentrer, non ? Et on fait pas tous tes acrobaties à deux balles pour passer par la fenêtre ! Aller, on y va ! »


Mais Izumo n’avait visiblement pas l’intention de se laisser faire.

« Non. On y va pas. »


Hitoshi cessa de sourire. Il n’avait visiblement pas l’habitude que l’on discute ses ordres au sein de sa bande ! Il s’approcha à pas lent d’Izumo en lui lançant un regard menaçant.

Kaede, elle, était cachée à une vingtaine de mètres de la scène. De ce qu’elle comprenait, il ne s’agissait que d’une bande de sale gosse qui voulaient jouer aux ninjas. « Les cons… ». Izumo avait visiblement promis de leur apporter du « poison » ou n’importe quel autre truc qui faisait fantasmer les gamins, mais n’avait pas osé passer à l’action. La bande d’Hitoshi était donc allée visiter la boutique de Shin’ji sans parvenir à mettre la main sur les produits qu’ils voulaient… Elle interrompit le fil de ses pensées lorsqu’elle réalisa qu’Hitoshi avait l’intention de mettre une raclée à Izumo. Avec une rapidité qui dépassait de loin celle d’un enfant sans entrainement, elle parvint à franchir la distance qui la séparait du groupe avant qu’Hitoshi n’ait eu le temps de rejoindre Izumo.

« Toi, tu t’arrêtes maintenant ! »
lança-t-elle au gamin qui se figea.

« Elle a un bandeau ! C’est une kunoichi ! » laissa échapper un des enfants du groupe. Aussitôt, effrayés, ils se dispersèrent dans les rues. Kaede soupira et ne chercha pas à les rattraper. Elle se contenta de retenir par le bras Izumo qui cherchait à s’enfuir.

« N’essaye même pas ! On va rentrer ensemble chez ton père, je suis sûr qu’il aura un mot à te dire. »


Izumo déglutit difficilement. La nuit allait être rude chez lui…



Une heure plus tard, dans les ruelles de Kiri



Kaede était plutôt satisfaite d’elle. Elle avait mit la main sur le coupable qu’elle avait ramené au commanditaire. Elle aurait bien voulu attraper chacun des autres gamins, mais, seule, elle n’en avait pas les moyens. Elle se contenterait de ça pour le moment. Qui sait, peut être aurait elle une autre occasion de leur mettre la main dessus ? Elle n’avait pas marché depuis dix minutes qu’elle prit conscience que quelqu’un la suivait. La genin fit volte face, et se retrouva nez à nez avec Hitoshi qui la fixait d’un air mauvais.

« Tiens, la terreur »
songea Kaede.

Et elle fit une erreur. Une erreur complètement stupide. Elle baissa complètement sa garde. Hitoshi n’était pas un guerrier. Il ne comptait même pas faire du mal à Kaede. Il avait juste en tête de lui jouer un mauvais tour. Kaede ne comprit que trop tard ce qu’il avait en tête, juste au moment où il lui lança à la tête le contenu de la jarre que lui avait fourni Izumo. Si elle l’avait voulu, Kaede aurait probablement pu esquiver, mais elle n’essaya même pas. De toutes façon, qu’y avait-il dans cette flasque ?


Le Lendemain Matin, Infirmerie de l’Académie



« Eh bien, murmurra l’Esei-nin en regardant Kaede. Tu peux être rassurée : tu n’as pas été agressée, ni empoisonnée, ni quoi que ce soit… Simplement, la prochaine fois que tu veux dormir, évite de prendre un calmant. J’en ai trouvé des traces dans ton sang et, si j’en crois ce que je vois, tu y es complètement allergique. »


« Allergique ?! »
s’exclama Kaede.

« Oui, allergique. Ca arrive à plein de gens tu sais. Certain le sont au soleil, d’autres aux plantes… Toi tu es allergique à l’un des ingrédients qui composent le médicament que tu as pris. C’est pas très grave. Simplement, identifie l’ingrédient au plus vite, ça pourrait restreindre le nombre de pilules auxquelles tu as accès ! Si tu veux, reviens me voir en fin de semaine, j’aurais un peu plus de temps et je te ferais des examens plus approfondis. »


Kaede fit un signe affirmatif de la tête, mais ne répondit pas, plongée qu’elle était dans ses souvenirs de la veille. Elle avait du ingurgiter un peu de produit. Peut-être en avait-elle avalé, peut-être le produit était-il efficace par voie cutanée… Quoi qu’il en soit, elle avait un compte à régler avec ce morveux d’Hitoshi…

Spoiler:
 

MessageSujet: Re: Mission de rang D - Larcin et Amnésie    Jeu 27 Sep - 16:20

Kaede Uriyama: +18 Xp
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Mission de rang D - Larcin et Amnésie    Jeu 27 Sep - 20:49

Merci !

Simple question, la mission est-elle validée ? (+25£ et +1 réput) ou faut-il que Kaede "approfondisse l'enquête" au cours d'un autre RP ?

MessageSujet: Re: Mission de rang D - Larcin et Amnésie    Jeu 27 Sep - 21:41

+25£, +1 réput.

Désolé de l'oublie.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mission de rang D - Larcin et Amnésie    

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang D: Examen Chuunin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Coeur du Village-