Partagez | 
 

 2 - Le Brasier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 2 - Le Brasier    Mer 31 Oct - 0:08



Chapitre Un
2 – Le Brasier



Hana ne s’était jamais sentie aussi bien. Jamais elle n’avait ressenti une telle sensation de confort, de bien-être. Elle était aux anges. Fourbue et épuisée, elle s’était écroulée sur son lit dès qu’elle en avait eu l’occasion et goûtait à présent au plaisir de se laisser lentement glisser vers le sommeil. Il faut dire que la journée n’avait pas été de tout repos. Kumaro, son professeur, les avait intensivement entrainé, elle et son équipe, pendant toute la journée. Encore et encore, ils avaient revus des schémas d’attaque et des configurations de combats, et travaillés jusqu’au moindre détails les différentes façons d’y répondre. Intéressant, certes, mais indiscutablement épuisant. Le jeune instructeur était attentionné et, pour autant qu’Hana ai pu en juger, particulièrement gentil, mais lors des entrainements, il ne retenait pas ses coups, et plus d’une fois les trois genins avaient été projetés quelques mètres plus loin.
Ces entrainements intensifs étaient une vraie découverte pour Hana qui, jusqu’à présent, se contentait d’en faire le strict minimum. Ce n’était que depuis sa découverte du Genjutsu qu’elle avait enfin acquis une vraie passion pour l’art shinobi, et les séances de travail l’épuisaient d’autant plus qu’elle n’en avait jamais pris l’habitude. Aussi, ce fut avec un certain soulagement qu’elle se dirigea après la séance vers le quartier Uchiha. En chemin, elle s’offrit une petite pâtisserie extrêmement sucrée à la petite échoppe qui jouxtait sa maison. Elle salua ses parents avec respect et, sans s’attarder davantage, fila s’enfermer dans sa chambre où elle put enfin s’allonger. Et dormir.
Hana n’aurait pas su dire avec exactitude combien de temps elle avait dormi, ni même si elle s’était vraiment endormie, ou si elle n’avait fait que flotter entre deux eaux, perdues dans ses pensées engourdies, mais lorsque l’on tambourina avec force contre le battant de bois de la porte de sa chambre, elle se redressa en sursaut dans une décharge d’adrénaline.
- Qu’est-ce qu’il se passe ? lança-t-elle en tâchant de s’habituer à l’obscurité.
- Hana ! Il faut que tu sortes vite, il y a Yahei en bas, répondit son père, qui semblait assez paniqué. Ils ont besoin de toi.
Yahei ? Qu’est-ce que le genin pouvait bien lui vouloir ? Yahei Aburame était un des coéquipiers d’Hana dans l’équipe Kumaro. Et, en principe, il n’était pas censé aller la réveiller chez elle en pleine nuit… Hana sauta du lit en passa en vitesse ses vêtements. Elle sangla autour de sa cuisse la petite pochette où elle rangeait ses shurikens, et descendit rejoindre Yahei en dévalant l’escalier.
- Yahei ? C’est quoi le problème ?!
- Discute pas et viens ! Je t’expliquerai en chemin !
Hana obtempéra, quoiqu’un peu vexée de n’être pas tenue au courant, et suivi les pas de Yahei qui s’élança à toutes jambes vers l’extérieur du village. Il n’eut pas besoin de lui expliquer la situation : une lumière rouge dansait au loin, près de la forêt, et des cris se faisaient entendre.
- C’est un incendie ? demanda-t-elle afin de confirmer ses doutes.
- Oui ! Y a un des chantiers de déboisement qui brûle !
- Merde ! Lequel ?
- Pas le mien, mais on va pas laisser brûler ça ! Les genins disponibles sont réquisitionnés pour aider à combattre l’incendie !
Yahei faisait référence aux activités commerciales du clan Aburame qui s’était spécialisé dans les activités de défrichement des forêts, activités qu’ils pratiquaient avec un respect de la nature des plus louables. Ce respect n’était clairement pas partagé par la majorité des autres entreprises de déboisement, et Yahei leur vouait un mépris haineux.
- Pourquoi ils n’appellent pas des shinobis plus expérimentés que nous ? Ils seraient plus efficace non ?
- Hana j’en sais rien, franchement ! Je crois qu’il y a des juunins sur les lieu mais ils vérifient les environs.
- Ils pourraient pas plutôt filer un coup de main ?
- Ah ouais ? Et si l’incendie est criminel, on laisse partir les gens ?
Hana se sentit rougir. Elle n’avait pas pensé à ça. Mais surtout, ce fut un sentiment nouveau qui surgit au fond de ses entrailles : la peur, la peur vécu lorsque sa terre natale est attaquée. Mais qui ? Qui pourraient vouloir faire brûler un chantier ? Elle songea un instant aux Aburame : après tout, ils auraient adorés voir couler leurs irrespectueux concurrents, mais elle renonça bien vite à cette idée. Le clan aux insectes respectaient bien trop les forêt pour gâcher une si grande quantité de bois dans un braiser inutile. Mais alors qui ? Soudain, l’idée que des juunins soient en ce moment même en train de patrouiller dans les environs lui sembla plus que réconfortante. « Criminel ou pas, on va maîtriser cet incendie ! ».
Lorsqu’ils arrivèrent sur les lieux du brasier, Kumaro et Mizuki – la dernière membre du trio – vinrent à leur rencontre.
- Ah ! Enfin ! Vous êtes là ! Bon, dépêchez vous, mettez vous au travail ! Il y a une chaine qui se forme ! Allez y ! Moi je vais patrouiller avec les autres gradés.
IL fit mine de partir mais se ravisa au dernier moment.
- Faites gaffe à vous… ajouta-t-il avant de s’élancer dans l’obscurité.

Hana eut du mal à réagir tant le spectacle qui s’étalait devant ses yeux lui semblaient irréel. Les flammes dévoraient le bois séché par les dernières journées d’écrasante chaleur à une vitesse et une intensité effrayante. C’était apocalyptique, et, en même temps, une certaine beauté macabre et furieuse irradiait de l’incendie. Les flammes jusqu’au ciel et les volutes noirs de fumée âcre hypnotisaient Hana plus efficacement encore qu’un genjutsu. C’était magnifique. Une petite voix au fond d’elle tentait en vain de la faire réagir. « Allez ! Bouge toi ! Allez ! Des gens ont besoin de toi ! Mais arrête de rester plantée là comme une cruche ! Allez ! ». Soudain, la voix sembla lui venir de l’extérieur : c’était Mizuki qui la secouait.
- C’est pas le moment de traîner !

Des heures qui suivirent, Hana ne garda qu’un souvenir diffus. Elle se voyait courant, portant des seaux d’eau, courant à nouveau, criant parfois, et tentant de comprendre ce que lui criait les autres. Elle garderait longtemps de cette nuit là l’image du chaos le plus total.
Puis elle se réveilla.
Elle était dans sa chambre, allongée dans son lit. « Qu’est-ce que je fous là ? » songea-t-elle. Elle voulut se redresser, mais une douleur à l’épaule l’en dissuada. Elle prit alors conscience qu’un bandage lui avait été appliqué. « Merde ! A quel moment j’ai été blessée ? ».
- Hana ? Tu es réveillée ?
- M… Maman ?
- J’ai eu la trouille ! Comment tu te sens ?
- Bien… je crois… Il s’est passé quoi exactement ?
- Il y a eu un incendie et …
- Oui ça je m’en souviens à peu près… Mais ça devient vite un peu… flou…
- Eh ben en fait… Tu as… Tu t’es approchée trop près du brasier. D’après ce que Yahei a raconté tu as fait une espèce de malaise. T’as encore voulu en faire trop !
Haya Uchiwa, la mère de la genin, avait insisté particulièrement sur le mot « encore », et Hana sentit ses joues virer au rouge.
- Je ne plaisante pas Hana ! Tu te met en danger ! Comment est-ce que tu vas faire pendant tes missions hein ? Il faut que tu apprennes à ne pas dépasser tes limites dès que tu en as l’occasion !
- Mais… il fallait qu’on éteigne ce feu et …
- Bien sûr qu’il fallait qu’on l’éteigne, et plein de gens étaient là pour ça ! En restant trop près du feu trop longtemps tu t’es mise en danger, Hana, et tu as aussi mis en danger Yahei qui est allé te récupérer !
- Je… je suis désolée maman…
Hana se sentait franchement honteuse de la tournure qu’avaient prise les événements.
- Allez va, t’en fais pas … Le feu a été éteint, et tout devrait aller bien. Bon repose toi maintenant…
- Maman ?
- Quoi ?
- Comment je me suis fait cette blessure à l’épaule ?
- Ah… Le visage de sa mère s’assombrit. Quand tu es tombé, tu as du atterrir sur un morceau de métal ou des braises ou je ne sais pas trop quoi, enfin… tu t’es plutôt méchamment brûlée… Mais un Esei t’as examiné et a dit que tu n’aurais pas de séquelles, à part une cicatrice, mais qu’on pourrait t’opérer pour te la retirer si tu le voulais. Tu vois, ça va aller.
Hana observa son bandage. « Merde… Si je veux devenir Hokage, va falloir que je me fasse remarquer autrement que comme ça… »



Dernière édition par Hana Uchiha le Mer 30 Jan - 10:17, édité 2 fois

MessageSujet: Re: 2 - Le Brasier    Jeu 1 Nov - 22:11

C'est sûr qu'un futur hokage qui brûle à la moindre étincelle, ça le fait pas !

Hana : + 12XP

EDIT : à ajouter dans ta fiche ninja et dans le profil Etat

Citation :
Brûlure légère : Torse, Dos.

  • Effet : vous souffrez d’une Défiguration légère au torse ou au dos. La brûlure prend (1) Emplacement réservé aux sceaux.
  • Durée : Illimitée.
  • Traitement :
    - Onguent. Pourcentage de guérison : 20%.
    - Chirurgie Réparatrice.
  • Complication : Aucune.

Code:
[quote][b]Brûlure légère : Torse, Dos.[/b]

    [list][*][b]Effet :[/b] vous souffrez d’une Défiguration légère au torse ou au dos. La brûlure prend (1) Emplacement réservé aux sceaux.
    [*][b]Durée :[/b] Illimitée.
    [*][b]Traitement :[/b]
    - Onguent. Pourcentage de guérison : 20%.
    - Chirurgie Réparatrice.
    [*][b]Complication :[/b] Aucune.[/list][/quote]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Présentation] Patte de Brasier
» "Le Brasier Fumant", Sacré Restaurant
» La reconquête de Khazad-Dûm (Campagne)
» Entrainement et... (espionage ?) Rp' wiiith > Plume Dorée, Nuage de Brasier...
» Panthéon Humain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: Quartier Uchiha-