Partagez | 
 

 [Apprentissage] "Je suis une poupée de cire..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Apprentissage] "Je suis une poupée de cire..."   Dim 18 Nov - 18:32

Les Yamanaka utilisent depuis des temps immémoriaux des assemblages de bois, de feuilles, de fourrures et de peaux en tous genres, entremêlés de ficelles et de coutures, afin de réaliser leurs poupées vaudous. Le caractère éminemment naturel des matériaux utilisés à cet effet et l’aspect divinatoire qu’ils attribuent à ces créations relèvent même aujourd’hui d’un certain rite de passage à l’âge adulte pour les filles qui deviennent femmes du Clan. Ainsi, celle qui parvient à créer une poupée de bonne facture, capable de répondre aux exigences psychiques commandées par son Sei, marque définitivement le pas vers une importance nouvelle au sein du Clan.

Yuki créa très jeune sa poupée. La baptisant Osanago pour « petit enfant », elle s’en servit durant toute sa jeunesse pour distraire son temps libre et jouer comme le font tous les êtres de son âge. Elle ne savait pas que la réalisation d’une poupée avec laquelle elle pouvait être en osmose était ordinairement quelque chose qui demandait du temps et de la patience. Souvent, des Yamanaka se reprenaient à plusieurs fois jusqu’à ce que leur esprit accepte d’unir ses capacités de Genjutsu avec la création. Yuki, âgée de 6 ans, manifesta un don inné, même si elle ne sut l’exploiter que bien plus tard.

Certaines personnes, qui ont eu l’occasion de voir des Yamanaka à l’œuvre, racontent que quelques unes d’entre elles se servent de leurs poupées, à l’aspect souvent repoussant, pour contrôler littéralement les faits et gestes de leurs adversaires. D’aucuns parlent d’une emprise totale sur les mouvements, une inhibition totale de la volonté d’un individu sur les actions de son propre corps. Longtemps cette légende en resta une, jusqu’à ce que Yuki Yamanaka, jeune Souffleuse du Vide, mette au grand jour la réalité de la chose, sous le commandement du Daimyo de l’Eau.

En réalité, une Yamanaka lie son Genjutsu avec sa poupée, et utilise cette dernière comme d’une table de travail sur le corps d’une tierce personne. Plongeant les yeux dans ceux de son adversaire afin de maintenir une emprise, elle parvient ensuite à faire bouger quelqu’un d’autre de la même façon qu’elle agite les différentes parties de sa poupée. L’illusion est effroyable vu de l’extérieur : la poupée semble s’être substituée à la conscience d’une victime.

Sur les terres du Pays de l’Eau, en début d’après-midi…

[Seichi] « Qu’est-ce que c’est que ce bordel encore. Voilà qu’il nous amène une femme dans la cohorte, comme si on avait besoin de ça. Tu la connais toi ? La ‘Souffleuse de Vide’, qu’on l’a appelée.

[Kanda] – Non pas plus que ça. Mais j’préfère rester prudent. Tu sais ce qu’on dit sur ces Yamanaka. Elles sont pas nettes, on dit qu’elles savent envoûter les hommes et que c’est pour ça qu’elles ont pu survivre pendant des siècles ici. Y faudrait pas que le Daimyo soit sous l’emprise d’une de ses saloperies…

[Seichi] – J’avais même pas pensé à ça. Ces histoires d’illusions et d’esprits me font froid dans le dos. Au début, j’ai cru que c’était des conneries, et puis j’en ai vu à l’œuvre y a deux semaines, ils appellent ça le Genjutsu. J’ai vu un type fixer un gars du regard, et le tuer.

[Kanda] – Si tu veux mon avis, c’est des supercheries, un coup monté pour nous faire obéir au Daimyo. Ils doivent jouer sur notre peur pour qu’on n’ose rien contre lui. Et regarde-moi ça, elle trimbale à sa ceinture une poupée. Merde, dans quel camp on s’est embarqués Seichi… »

La troupe continuait à marcher. L’objectif ce jour là était de rallier à la cause de l’autoproclamé Daimyo de l’Eau une tribu au Nord de l’île de Mage, connue pour ses positions farouchement neutres. Une telle position était déjà bien trop inacceptable dans la perspective d’unification totale du territoire. Aussi, lorsqu’ils repartiraient de leur visite diplomatique, ce serait conclu soit une alliance soit un massacre.

Le Daimyo marchait au centre du groupe, entouré de quelques fidèles Aisu aguerris, épaulé à sa droite par Yuki. Celle-ci semblait absente, perdue dans ses pensées. Elle marchait mécaniquement sans ne sembler prêter attention à quoi que ce soit autour d’elle. Ce jour là, la douce portait une belle robe noire au tissu rarement fin pour Kiri. Autour de sa taille, un cordon d’une épaisseur correcte retenait quelques armes d’usage commun, ainsi qu’une petite poupée vaudou, objet répandu chez les Yamanaka.

La marche dura plusieurs heures et était des plus ennuyeuses. La belle demoiselle souffrait beaucoup des différentes missions diplomatiques ô combien protocolaires auxquelles elle était astreinte depuis qu’on l’avait nommée, malgré elle, Souffleuse de Vide. Cette histoire était la parfaite illustration de ce que pouvait représenter une promotion en stratégie politique. Yuki était une Yamanaka talentueuse et prometteuse, l’une de son Clan qui était le mieux implantée à Kiri depuis sa création, et ce titre n’avait fait ni plus ni moins que permettre au Daimyo de réquisitionner ses compétences rares selon son bon plaisir, derrière une sémantique élogieuse.

Lorsqu’ils parvinrent enfin à l’entrée village de Heritsu, qui abritait le fameux Clan neutre Gonkiro, leur cohorte fut bien accueillie. On dirigea les principaux dignitaires dans une bâtisse un peu plus cossue que les autres, et s’engagèrent alors certaines discussions. Jigi se contenta d’exhorter le Chef des Heritsu de rejoindre Kiri Gakure, ce dernier ne démordait pas de sa position. Il expliqua plusieurs minutes qu’il ne porterait jamais atteinte à l’unité de l’Eau, mais qu’il demandait en échange qu’on le laisse lui et les siens mener leur vie modeste. Teiretsu, dans un accès de colère, lui répondit que les foyers les plus pacifiques deviennent tôt ou tard ceux des assassins.

Les deux hommes se tinrent le langage une heure durant, rien n’en sortit. Jigi regarda Yuki qui était présente depuis le début. D’un geste il lui signifia ce qu’elle seule savait, puis sortit de la tente. La belle Yamanaka était maintenant seule avec le Chef des Heritsu. Celui-ci attendait patiemment, il ne lutterait pas, il savait qu’il mourrait dans la droiture de ses convictions.

[Keiko] « Est-ce vraiment la seule flamme qui vous anime ? Être le bourreau au visage doux d’un tyran ? Faites ce que vous aurez à faire, Madame. Mais s’il vous reste un peu d’honneur, épargnez les miens.

[Yuki] – Tout comme vous, je ne fais que sauver ceux qui me sont chers, seigneur Keiko. Un jour, je l’espère, nous ne serons plus menacés. Je crois en la paix. Mais je dois d’abord protéger mon Clan. Kiri en est capable, vous devriez le comprendre.

[Keiko] – Les miens ne sont pas des sorcières aux rites noirs et aux ventres de démon. Nous n’avons jamais dû notre survie à la protection des autres. Soyez maudite, Yamanaka. »

Dans le calme le plus parfait, un léger sourire affiché en coin, la belle décrocha sa poupée vaudou de sa ceinture. Prenant dans une petite bourse une série de copeaux de bois très pointus, elle leva ensuite les yeux dans ceux de Keiko, qui ne lâcha pas le regard.

Elle planta une première pointe dans l’abdomen de sa poupée. L’homme souffrit en silence, des gouttes de sueur commencèrent à dévaler sur son visage courageux. Yuki, quant à elle, conserva cette même expression douce et joviale. Tenant une deuxième pointe, elle la planta dans la jambe de la poupée. Keiko émit un gémissement étouffé, tenant toujours le regard. Attrapant l’un de ses Kunai, elle le posa juste devant l’homme, de façon à ce qu’il puisse l’attraper, sans jamais lâcher son emprise dans les pupilles de Keiko.

La jeune femme fit bouger le bras de sa poupée, le Chef des Heritsu bougea simultanément. Il commençait à arborer les traits d’une âme horrifiée. Il ne pouvait visiblement plus se contrôler. Contre sa volonté, Keiko attrapa le Kunai et le porta contre lui jusqu’à ce que la pointe de l’arme soit contre son cœur.

[Yuki] « Mourrez maintenant. »

La Yamanaka bougea le bras de sa poupée d’un coup sec. Keiko chuta contre le sol, le cœur transpercé.



We are the 99%.

MessageSujet: Re: [Apprentissage] "Je suis une poupée de cire..."   Lun 19 Nov - 20:06

Yuki Yamanaka : +18 exp
Technique validée

- Saloeprie de chamans! -
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Je suis une poupée de cire, une poupée de son » † Sarah & Libre
» SWANN&LYL ? Poupée de cire, poupée de son ?
» Poupée de cire, poupée de son [Roy]
» Un manoir pour une poupée de cire
» Poupée de Cire et bouts de chiffons.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Kiri :: Quartier Yamanaka-