Partagez | 
 

 Séjour dans le pays du thé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Séjour dans le pays du thé   Sam 9 Fév - 0:15



Citation :
MISSION DE RANG C : Le village soumis

Nom : Le village soumis.
Rang : Mission de Rang C.
Gestion : Auto-géré.
Commanditaire : Chef d'un petit village de Cha
Type : Combat
Région : Cha, pays du thé
Objectif Principal : Supprimer le clan de bandit qui attaque régulièrement le village du commanditaire.
Descriptif : voir première page.


Cela faisait quelques heures qu'il avait franchi la frontière mais le décor n'avait guère changé. A gauche, des arbres. A droite, des arbres. C'en était démotivant à force. De surcroît, il n'avait plus croisé de cours d'eau depuis un moment et sa gourde restait désespérément vide. Il avait réussit à trouver le temps de patauger dans une rivière mais tout content de cette trempette, il en avait oublié ses besoins primaires. Il n'avait pourtant pas dormi très loin mais jugeant avoir perdu assez de temps comme ça, il avait continu en se disant, que de toute façon, il en trouverait forcément une autre sur le chemin...

Il n'aimait pas l'idée mais il devrait passer par un village pour se ravitailler, sans compter qu'il avait du manquer bien plus de cours qu'il ne l'avait imaginé sur l'art de conserver une viande... au moins, s'il vomissait ses tripes le lendemain, il saurait pourquoi. Heureusement et comme par "magie", il tomba sur un sentier. Or comme tous le monde sait, qui dit sentier, dit forcément village aux environs !

Il fut forcé de constater qu'il était certes tombé sur un sentier mais c'était loin d'être le meilleur. En effet, il dut parcourir encore plusieurs dizaines de kilomètres avant d'atteindre le moindre village... et quel village ! Il était complètement coincé par d'un coté, des falaises abruptes et de l'autre la forêt profonde où régnait en maître meute de loup et même quelques ours. De quoi, dissuader les petites filles entreprenantes d'aller cueillir les champignons. C'était à se demander l'intérêt d'installer un village à un tel endroit.

En dépit de ce qu'aurait pu supposer cette localisation hasardeuse, il fut soulagé de constater que ce n'était pas un de ces villages fantômes dépouillés de leurs habitants par d'autres villages devenus plus attractifs pour divers raisons. Mais c'était loin d'être le plus joyeux par contre. Aussi loin qu'il pouvait en voir et entendre, aucun enfant ne jouait ni ne rigolait de ce rire si énervant dont ils en avaient le secret.

Au lieu de cela, les rues étaient pratiquement désertes mais le brouhaha typique d'une foule au loin attira son oreille. Avant de s'y rendre, curieux malgré lui, il s'arrêta au puits pour reprendre cet élément si vital à l'être humain. Il se rapprocha ensuite jusqu'à la source du bruit et ne tarda pas à constater que c'était véritablement tout le village qui c'était rassemblé sur cette place. Il garda ses distances car il savait qu'il n'y avait rien de plus dangereux et instable qu'un troupeau d'humain où toute forme d'individualisme était oublié.

S'assurant de ne pas être vu, il grimpa sur le toit d'une des maisons qui formait la place pour observer tranquillement la scène qui se déroulait quelques mètres plus bas. Un homme se trouvait au centre, complètement acculé par les villageois. Il aurait pu croire que tout cet attroupement n'était là que pour une classique lapidation mais étrangement, il ne lisait aucune animosité ni agressivité de la part de bête aux multiples têtes. Au contraire, elle éprouvait plutôt... de la peur mais pas envers l'homme au centre mais vers quelque chose qu'il n'arrivait pas à définir de là où il était. S'il voulait comprendre, il devrait rentre à l'intérieur de cet être qui gesticulait dans tous les sens et faisait plus de bruit qu'un cochon venant d'être égorgé.... non, pas plus que la fille qu'il avait rencontré à Tani, elle y avait vraiment mis tout son être dans ses cris.

il descendit de son endroit au perché pour essayer de se fondre dans la masse. Quelques villageois le remarquèrent mais il avait déjà perdu leur individualisme, à moins de tomber sur les fortes têtes du village, il ne courrait aucun risque. Il réussi à pointer la tête entre deux épaules pour observer le spectacle qui se déroulait devant lui.

[random citizen] - Tu dois nous aider !
[random citizen] - Tu es notre seul espoir !
[random citizen] - Si tu ne nous aide pas, que va-t'on devenir ?!
[random citizen] - Il faut que tu nous aide ! Tu es le seul ninja à être passé dans notre village depuis des mois !


Il regarda plus attentivement la pauvre âme qui était la cible de toutes leurs attentions. C'était un homme, cheveux châtains, légèrement plus petit que lui mais du même âge, peut être même plus âgé. Un détail le frappait, c'était le bandeau qu'il portait à l'avant-bras. Il reconnu celui de Kumo mais le symbole semblait avoir été barré comme si on était repassé dessus avec kunai. Qui qu'il soie, il ne devait plus être en si bon terme avec Kumo pour avoir fait cela.

[random citizen] - Nous sommes à la merci de ces bandits depuis déjà deux semaines, ils pillent nos récoltes ont déjà pris plusieurs femmes du village... Si cela continue, nous mourrons tous de faim.


[Etranger de Kumo] - Je suis désolé pour vous mais je ne peux rien faire... Je suis un médecin et non un guerrier, je n'ai pas la force de les combattre.

[Forte tête] - Mais vous portez le bandeau des ninjas ! On dit que vous avez des pouvoirs incroyables qui peuvent brûler des villages ou même faire tomber la foudre ! Il faut que vous nous aidiez !!

S'en suivi les cris des villageois-moutons et les paroles du gars de Kumo qui essayez vainement de leur faire comprendre qu'il n'en avait pas les capacités. Maintenant, il comprenait mieux le problème. Il était probablement eisei dans son village et s'il était aussi faible au combat que ceux de Kiri, il y avait des chances qu'il n'ait pas tort. Il ne savait pas pourquoi mais il se sentait d'humeur à les aider, cela lui causerait certainement des ennuis et ce n'était absolument son problème mais il se sentait obligé de faire quelque chose pour une sorte de collègue se trouvant si loin de chez lui..... En fait, c'est surtout parce qu'il pourrait réclamer une récompense après.

Il repoussa aisément les deux fermiers qui lui bloquaient le chemin et s’élança de lui même dans la bouche de la bête, point névralgique du monstre. Tous le regardèrent avec des yeux ronds, plus personnes ne parlaient.... mais avant qu'il puisse ouvrir la bouche, une des fortes têtes cria en premier.

[Forte tête] - Dégage petit, on a des choses importantes à résoudre ici !

Deux hommes commencèrent à l'attraper pour l'expédier du cercle mais il sortit en une fraction de seconde son précieux katana pour essayer de gagner un peu le respect de ses bouseux mais le résultat ne fut pas encore celui escompté.

[Forte tête] - C'est pas en ayant volé une katana d'un honnête homme que tu vas t'en sortir gamin !

Il ferma alors les yeux, terrassé par tant de stupidité mais il se ressaisit et entreprit de sortir son ancien bandeau de Kiri. La réaction du troupeau ne se fit pas attendre, il profita cette fois de cette courte accalmie pour prendre la parole. Il vit l'étranger tiquer sur son bandeau mais ne s'en inquiéta pas pour autant.

[Soujuu] - Je suis un ninja de Kiri, je ...

Des acclamations de joies émanèrent de la bête toujours plus laide et difforme tout autour de lui. Ils ne l'avaient même pas laissé terminer sa phrase. Il aurait très bien pu terminé par un "vais tous vous tuer" que le résultat aurait été le même. Il du d'ailleurs faire un effort pour ne pas se retenir d'exécuter ce dernier plan mais il se ravisa. Alourdir sa mémoire de massacre ne ferait qu'accentuer sa douleur quand il récupérera ses émotions.

[Soujuu] - OOH ! Je vais vous débarrasser définitivement de ses bandits et récupérer vos dues mais en retour, vous me devrez une partie de vos Ryos et de la nourriture pour la suite de mon voyage.

[Forte tête] - Nous n'avons malheureusement plus beaucoup à vous donner mais nous ferons tout notre possible.

[Soujuu] - Bien, indiquez moi où se trouve leur campement et je pars de suite.

La foule commença peu à peu à se dissiper au fur et à mesure que l'affaire était entendue. Il s retrouva avec le chef du village qui lui indiqua toutes les informations qu'ils possédaient à leur sujet. Ils ne possédaient normalement pas de chakra mais étaient armés jusqu'aux dents et devaient être une vingtaine. Leur base devait se trouver selon ses estimations plus loin à l'ouest à l'abri de la forêt.

Au moment où il allait partir, le médecin de Kumo vint le trouver à la sortie du village. Maintenant qu'il s'en souvenait, les villageois l'avaient complètement ignoré à partir du moment où il était arrivé dans le cercle.

[Etranger de Kumo] - Salut ! Merci pour tout à l'heure, je ne savais vraiment plus quoi faire pour les convaincre.

[Soujuu] - C'est rien, j'avais de toute façon besoin de faire de l'exercice.

[Etranger de Kumo] - Seul, je n'avais aucune chance mais maintenant que tu es là, je veux t'accompagner. Je me sens redevable pour ce que tu as fait. Ne t'inquiète pas, je ne te générais pas et je pourrais même soigner tes blessures.

Cela ne l'enchantait pas d'avoir quelqu'un dans ses pattes mais avoir un shinobi spécialiste de L'eisei avec lui était un luxe non négligeable. Il ne voyait pas de raison de refuser. De plus, il était curieux de savoir ce que pouvait bien faire une shinobi de Kumo seul et aussi loin de son village.

[Soujuu] - Ça marche... mais je prendrais l'intégralité de la récompense !

[Isshin] - Pas de problème, je te dois bien ça ! Ah, je m'appelle Isshin, enchanté.

[Soujuu] - et moi... Soujuu.

Il n'avait pas encore réfléchit à une faussé identité et ne voulait pas paraître trop faux en inventant un sur le tas. Il choisit donc de dire après une courte hésitation son vrai nom. Ils partirent ainsi dans la direction supposée du campement des bandits. Il espérait en apprendre plus sur son nouveau partenaire sur le chemin... Il pouvait définitivement rajouté la curiosité à liste des émotions qu'il avait récupéré le jour précédent. Il n'avait vraiment pas eu de chance sur ce coup là.


Dernière édition par Soujuu Ryoku le Jeu 14 Fév - 0:54, édité 3 fois
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Séjour dans le pays du thé   Jeu 14 Fév - 0:46

Ils marchaient déjà depuis quelques minutes mais aucun n'avait encore osé engagé la conversation, le silence en était même gênant. Selon les dires du chef du village, le campement serait au moins à une trentaine de minutes de marche si ce n'est plus. Leurs éclaireurs n'avaient pas osés aller plus loin. Au moins, il n'y avait pas à douter de la présence des bandits. Ces derniers avaient tracés leur chemin dans la forêt en n'épargnant pas la nature, même un novice du pistage aurait remarqué l'infinité de preuves de leur passage en ces lieux. Un panneau et un chemin éclairé n'aurait pas mieux aidé.

Voyant que Isshin était plutôt du genre à ne pas ouvrir le bal, Soujuu fit l'énorme effort de commencer la discussion.

[Soujuu] - Je ne suis d'habitude pas du genre curieux mais ta présence, aussi loin de Kumo et surtout seul, m'intrigue.

[Isshin] - Tu n'es pas du genre à aller pas quatre chemins non plus n'est-ce pas ? Disons que j'ai du fuir Kumo pour certaines raisons.

[Soujuu] - Cela nous fait un point commun alors. J'ai, de mon coté, du fuir Kiri.

[Isshin] - Je suis soulagé de savoir que je ne suis pas le seul dans mon cas ! Il t'ait arrivé quoi pour que tu soies obligé de déserter ?

[Soujuu] - C'est un longue histoire mais si je devais résumer, je dirais que j'ai par accident tué un Genin de mon propre village.... Je suis parti avant même que le corps soit retrouvé. Il y a un clan à Kiri dont les membres ont la faculté de lire les pensées et les souvenirs. Et toi ?

[Isshin] - Je ne sais pas si tu es au courant mais Kumo est actuellement gangrené par la religion. Ce n'est juste qu'une bande de fou qui croient en du vent et transforme tout phénomène naturelle en signe de leurs dieux imaginaires... Ce sont leurs folies qui m'a poussé à quitter le village...

Il semblait hésitant à la fin et Soujuu devina qu'il y avait probablement une autre histoire derrière tous cela, probablement plus douloureuse qu'il ne laissait l'entendre.

[Isshin] - Avant le combat, j'aimerais connaître tes capacités. Je suppose que tu utiliseras ton katana, c'est ton seul atout ?

[Soujuu] - Non, j'ai d'autres cartes dans ma main. J'ai vite compris qu'avec tous les nouveaux pouvoirs qui naissent autour de nous, n'être capable d'attaquer qu'au corps-à-corps pouvait être une erreur mortelle. Tu n'as pas à t'en faire pour ça, tu n'auras peut-être même pas besoin de me soigner. J'ai entendu dire que les Eiseis avaient deux spécialisations possibles, tu es plutôt défensif ou offensif ?

[Isshin] - Défensif, je déteste combattre par moi-même... les scientifiques n'ont pas à salir leur main pendant les combats. Leur rôle est de l'analyser, en comprendre les mécanisme et surtout...

Il termina la fin de sa phrase dans sa barbe de sorte qu'il ne la comprit pas, il fut juste un peu près sur d'avoir entendu le mot cadavre mais hors contexte, il n'avait pas lieu de s'inquiéter. Le fait qu'il soit du genre défensif le rassurait, il n'aimait pas trop l'idée qu'il puisse intervenir dans le combat sans qu'il ne connaisse ses réelles capacités.

Ils passèrent le reste du trajet à parler de diverses anecdotes de leurs villages respectifs. Rien de personnel ni de très important, juste de quoi détendre l'atmosphère. Soujuu commençait à comprendre que son partenaire d'infortune avait vraiment une dent contre la religion à Kumo tant il multipliait les anecdotes sur celle-ci mais toujours avec le mauvais rôle. Leurs décisions stupides pour ci, des actes illogiques pour ça. Il la cuisinait sous toutes les sauces au point qu'il s'en rende lui même compte.

[Isshin] - Hum, désolé. Je... je les déteste vraiment.

Cela devait être encore tout frais dans son esprit, peut être n'avait-il même pas encore vraiment parler à quelqu'un depuis lors. Au moment où il allait répondre, il perçut la présence d'une personne à un dizaine de mètres d'eux. Il tendit sa main devant Isshin pour le stopper mais il semblait avoir sentit sa présence également. C'était probablement un éclaireur qu'ils avaient postés là pour prévenir toute riposte du village.

Il grimpa avec agilité à une branche et se déplaça en furtivité en glissant d'arbre en arbre. Ils étaient si proches qu'il n'avait aucune difficulté à passer de l'un à l'autre. Arrivé au dessus du bandit, il sortit silencieusement son katana, sauta sur lui et dans le même geste lui trancha la gorge pour prévenir tout cri susceptible d'alerter ses camarades. Il allait poursuivre mais Isshin lui fit mine d'attendre. Il s'était penché sur le cadavre et avait entreprit de le fouiller. Il n'avait jamais pensé à faire ça mais à bien y réfléchir ce n'était pas une si mauvaise idée que ça. Cela ferait toujours de l'argent supplémentaire. Ce dernier prit les quelques piécettes qui se trouvait dans la poche du bandit pour les mettre dans les siennes.

[Isshin] - Cela ne lui servira plus à rien là où il va.

[Soujuu] - Pour les autres... tu attendra qu'on les ai tous tué avant de le faire.

Il rigola à la boutade de l'épéiste et progressèrent ensemble jusqu'au campement qui n'était plus qu'à quelques mètres. A l'abri d'un buisson, ils purent les observer tout leur saoul. Ils devaient être une vingtaine mais seule une dizaine d'entre-eux avaient leurs armes apparentes ou à porter de main. Sans-doute n'avait-il même pas assez d'armes pour tous s'équiper. Parmi toutes les tentes fabriquées dans le même moule, une dépassait des autres et semblait plus luxueuse que les autres. Les deux hommes qui en gardaient l'entrée lui confirma que cela devait être la tente du chef.

Il indiqua au médecin de bouger, il comptait abattre le chef en premier pour les déstabiliser. Ils attaqueraient donc la tente par derrière, directement par la forêt. Arrivé devant la dites tente, il constata qu'elle était solidement attachée au sol et qu'il ne pourrait probablement pas attaquer par surprise au katana. Il demanda à Isshin de s'écarter et
s’apprêta à utiliser une technique qu'il n'avait plus utilisé depuis longtemps... la danse qui faisait tomber la pluie. Elle lui fournirait assez d'eau pour utiliser ses techniques aqueuses tout au long du combat sans avoir besoin d'en recréer pendant.

L'unique problème de cette technique au combien utile était le temps qu'il lui fallait pour la lancer et de la danse ridicule qu'il fallait exécuter mais il s'en fichait bien du ridicule et il avait tout le temps qu'il voulait pour la lancer. Il se mit donc à danser sous l'oeil incrédule de l'Eisei mais après quelques secondes, ce dernier fut bien forcé de constater que Soujuu n'était pas devenu fou. En effet, une pluie torrentielle venait maintenant de s'abattre sur le camp et la plupart des bandits couraient vers les tentes pour se mettre à l'abri... une danse plus mortelle pouvait maintenant avoir lieu.

Il cracha rapidement de l'eau pour former une sphère aqueuse qui le protégerait de la plupart des attaques physiques et créa avec l'eau qui commençait à former des flaques sur le sol, un formidable dragon aqueux qu'il envoya prestement sur la tente du chef qui fut soufflé comme une vulgaire brindille par la trombe d'eau. Il en avait eu trois d'un seul coup, ils n'étaient pas mort, juste sonnés.... rectification. Un était déjà mort, il avait été propulsé sur une épaisse bassine qui servait à récolter l'eau de pluie et s'était stupidement tordu le coup dans un magnifique coup du lapin.

Avant que les premiers sortent de leur tente pour voir où était tombé l'éclair ou la chose qui avait pu faire autant de bruit, il avait achevé le chef et son dernier garde et avait même eu le temps de faire connaître le même sort à une autre tente. Il remarqua également qu'il avait oublié un détail... quelques pas devant lui, gisait une des femmes villages qui devaient probablement se trouver elle aussi dans la tente du chef. Elle n'était pas morte mais avait été sérieusement secouée pour quelqu'un qui n'avait pas l'habitude des combats. Il fit un signe à Isshin pour qu'il la mette en sécurité.

Cette fois, les bandits avaient eu le temps de sortir et contemplait maintenant ébahi l'étrange spectacle d'un homme recouvert d'une épaisse bulle d'eau se tenant, katana planté, sur le corps de leur bien aimé chef. Il lu la peur dans leurs yeux mais ils étaient fidèles à leur chef.... beaucoup trop pour fuir et avoir une chance de survivre. Ils se précipitèrent comme un seul homme sur le déserteur, la plupart armés de katana ou de lance de mauvaise facture.

Il eut le temps d'en assommer trois de plus avec un dragon aqueux avant que les premiers arrivent à son corps à corps. Ceux là moururent rapidement, le temps d'une esquive et d'une botte bien placée. Mais bientôt, ils l'encerclèrent complètement et diminuèrent ses mouvements. Il tenta d'esquiver un maximum mais ils étaient trop nombreux, il ne pu tous les esquiver et il pu sentir bien vite la morsure des lames sur sa chair. Heureusement, sa bulle encaissait la plus part de la force de leurs adversaires et leurs coups n'avait pas plus d'efficacité qu'un couteau de cuisine émoussé. Alors qu'il n'attrapait que des égratignures, chacun de ses attaques faisait un mort dans les rangs adverses au points qu'ils sentaient que plusieurs voulaient fuir mais il ne leur laissait pas le temps, privilégiant même ces derniers.

Durant cette danse de la mort, étrangement, il ne sentait pas la morsure de ses blessures. Elles n'étaient pas très profonde grâce à la sphère qui l'entourait mais il aurait quand même du ressentir un léger picotement. Il ne ressentait tellement rien que sans s'en rendre rendre compte sa sphère aqueuse diminua jusqu'à complètement perdre sa consistance. Il lui restait encore beaucoup de chakra mais pourtant, quelque chose en lui avait dispersé la technique... comme si cette partie de lui même voulait faire une expérience.

Cette disparition inattendue redonna du courage aux derniers bandits restants, voyant en cela une faiblesse de leur adversaire et toute envie de fuir disparu de leurs regards. Soujuu, lui, était entré dans un état second, n'évitant même plus les attaques, préférant même les encaisser pour tuer violemment celui qui l'avait blessé. Un katana resta même coincé dans son épaule. Malgré cela, il ne sentait rien. Il tuait, c'est tout ce qui lui emportait comme si l'autre avait repris possession de son corps mais il savait que ce n'était pas ça. L'esprit Aisu était encore trop fatigué pour cela.

Un moment, plus rien ne se passa et il commença à reprendre part dans la réalité. Tous les bandits étaient morts autour de lui. Il n comprenait pas tout à fait ce qu'il venait de se passer mais il comprit quand il regarda ses différentes blessures. Chaque entaille était recouverte d'une couche plus ou moins épaisse de glace, cette dernière stoppait l’hémorragie et curieusement n'affectait pas ses mouvements. Cette glace ne devait que temporaire car déjà elle commençait à fondre sur les premières entailles qu'il avait reçu et déjà la douleur commençait à remonter dans son système nerveux. Prévoyant ce qui allait arriver face aux nombres incalculables de blessures qui jonchaient inutilement son corps, il se retourna vers Isshin qui était resté en retrait avec la femme toujours inconsciente.

[Isshin] - Qu-qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi as-tu...

Il avait arrêté de parler quand il avait vu la grimace de Soujuu. Les blessures commençaient à lui faire souffrir terriblement et sa tête à tourner sans qu'il puisse l'en empêcher. Heureusement, le déserteur de Kumo comprit le message et posa ses paumes sur chacune des blessures, les éclairant d'une pâle lueur verte, afin de les soigner et de refermer les plaies béantes. Il réussit à rester conscient durant l'opération mais ne cessait de repenser à ce qu'il c'était passé. C'était certainement son don Aisu qui s'était réveillé encore une fois sans prévenir. Son héritage le mettait finalement bien plus en danger qu'il le sauvait mais il ne pouvait rien y faire, les seules qui pourrait lui apprendre à maîtriser correctement son don se trouvent dans la seule ville où il ne pourrait plus jamais y mettre les pieds. Quand la dernière de ses blessures fut refermée, le médecin regarda le genin avec un étrange sourire.

[Isshin] - Je suis sûr que quelqu'un m'avait dit qu'il n'aurait pas besoin de soin à la fin d'un combat mais je n'arrive plus à me souvenir qui....

Il le regarda à son tour dans les yeux, incertain dans la façon à réagir à ça puis brusquement, presque naturellement, il se mit à rire sans trop savoir comment à cette boutade.

[Soujuu] - Oui, désolé. Parfois, je suis un peu emporté par l'excitation du combat.

[Isshin] - Ça j'avais remarqué ! Je ne sais pas si tu as remarqué leur terreur quand ils ont vu que tu ne ressentais pas leurs attaques. C'était incroyable, la façon dont tu as instinctivement gelé tes blessures pour endormir la douleur et arrêter l'hémorragie est impressionnant. Par contre, j'ai l'impression que c'est une technique à double tranchant non ?

[Soujuu] - Oui, j'ai eu la même impression ! Mais cela n'aura certainement pas le même effet contre un autre Shinobi.

[Isshin] - Probablement...

Déjà, il s'était éloigné et commençait à fouiller méthodiquement chacun des cadavres pour espérer gagner quelques pièces sonnantes et trébuchantes. Soujuu profita de ce moment pour inspecter les tentes, dans l'espoir de trouver les autres femmes du villages.

Après quelques minutes de recherche, il rejoignia le médecin qui semblait lui aussi avoir finit sa fouille morbide. Ce dernier prit la parole en premier.

[Isshin] - *soupir* Pas un seul n'était foutu d'avoir plus d'une dizaine de pièces dans leurs poches et pas le moindre avec une pathologie spéciale visible, quelle déception... et toi ? Quelque chose de particulier ?

[Soujuu] - J'ai rassemblé pas mal d'argent en faisant le tour des tentes mais aucune trace des nombreuses femmes sois-disant enlevées. Celle que j'ai assommé tout à l'heure est la seule de tout le camp. D'ailleurs, tu penses qu'elle se réveillera bientôt ?

[Isshin] - En théorie, cela ne devrait plus prendre beaucoup de temps mais tout le monde ne réagit pas de la même façon. Une simple claque devrait suffire à la faire émerger. Tu crois que les villageois ont mentis à propos des femmes ?

[Soujuu] - Non mais j'ai ma petite idée sur ce qu'il s'est passé mais je dois la réveiller pour en être certain.

Mêlant le geste à la parole, il tapota légèrement les joues de la demoiselle tout en évitant d'en mettre une trop forte. Inutile de la replonger plus profondément encore dans l'inconscience. Par chance, elle se réveilla plus rapidement encore qu'il ne l'avait espéré. Il s'éloigna pour ne pas l’oppresser ou lui faire peur inutilement et jugea bon également de cacher la vue de la petite montagne de cadavre qui s'étendait à quelques pas derrière lui.

[Soujuu] - Ça va ? Tu te remets ?

Il n'avait pas voulu paraître trop brusque mais... il s'en moquait en fait, tout ce qu'il voulait, c'était la ramener en vie au village et avoir le coeur net sur le sort des villageoises kidnappées. La jeune femme ouvra des grands yeux étonnés.

[Jeune femme] - Où je suis ? Que c'est-il passé ?

[Isshin] - Nous avons été engagé par votre village pour vous sauver de ces bandits, ce qui est chose faites mais vous êtes la seul que nous avons pu retrouver....

Il s'arrêta net face au visage de la jeune femme qui commençait à s'empourprer par la colère.

[Jeune femme] - Qu'est-ce que vous racontez ?! Je ne fais pas partie de ce village de bouseux ! Ahah ! Comme si j'étais une de ces femmes soumises de ces stupides fermiers ! Si vous les cherchaient, c'est dans la forêt que vous les trouverez ! Elles servent actuellement d'engrais et de nourritures aux loups de la forêt. Vous auriez vu leur tête et leurs cris quand les autres sont passés dessus ! Ah mourir de rire ! Mais ne vous inquiétez pas, vous allez subir le même sort quand mon chéri arrivera ! Vous êt...

Sans un mot, il s'était décalé pour la laisser entrevoir le sombre massacre de ses camarades et avait tout aussi simplement cueilli son coeur d'un coup de katana précis, la tuant sur le coup avec un masque d'effroi encore inscrit sur son visage. Il jeta un oeil au médecin mais son regard était neutre. Seul ses poings serrés témoignaient de son énervement. Il réussit malgré tout à articuler froidement.

[Isshin] - Tu as bien fait. Elle n'a eu que ce qu'elle méritait.

Lui aussi avait ressenti une vive haine face à un être si dégoûtant, cette chose s'était moqué ouvertement d’honnêtes personnes dont chacune valait probablement mieux la totalité des bandits du camps. Cette émotion redescendit aussi vite qu'elle était montée mais il ne pouvait s'empêcher de serrer son katana aussi fort qu'il le pouvait. Néanmoins, il devait faire comme tout le reste et oublier cette triste histoire qui n'était après tout qu'une simple goûte dans cet océan qu'était la vie.

[Soujuu] - Essaye de prendre quelques armes, on les donnera aux villageois pour que ceci ne leur arrive plus jamais.

Sans un mot, ils ramassèrent les armes qui leurs paraissaient les moins abîmées par les combats et entreprirent de retourner en silence jusqu'au village ainsi chargés.
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Séjour dans le pays du thé   Sam 16 Fév - 15:38

Pendant le trajet, aucun des deux n'osaient parler, chacun étant plonger dans ses pensées. S'ils avaient tous deux, les aveux de la femme bandit en mémoire, Soujuu, lui, avait également cette technique qu'il avait utilisé plutôt ou plus généralement son héritage Aisu qui tendait à se réveiller à l'improviste.

Il avait créé cette glace instinctivement mais il sentait qu'il pourrait la faire à souhait s'il se concentrait convenablement sur la sensation qu'il avait éprouvé à ce moment là. Elle ne lui empêchera pas de subir des blessures mais pourrait lui permettre de continuer le combat un peu plus.

Il s'arrêta brusquement dans sa réflexion car il venait de sentir quelqu'un les observer à l'abri d'un arbre. Mais aussi tôt qu'il l'eut perçu, ce dernier s'enfuit en direction du village. Cela aurait pu être un villageois impatient parti en éclaireur pour apprendre la nouvelle de leur réussite au village mais il ne comprenait pas pourquoi il avait fui aussi rapidement sans même se montrer... à moins qu'il les avait confondu par des bandits. Il choisit d'ignorer la question, après tout, au vu du village, il n'était plus à une ou deux actions stupides près. De plus, Isshin ne semblait n'avoir rien remarqué et était toujours plongé dans ses pensées. Il n'y avait selon lui, pas lieux de s'inquiéter.

Ils arrivèrent sans encombre au village mais nul point d'accueil triomphal comme il s'était attendu, au lieu de ça, un silence complet régnait à l'entrée. Toutefois, comme à son arrivée, il pouvait entendre une clameur au loin qui provenait sans aucun doute de la place principale du village. Sa première pensée fut de se demander s'il n'y passait pas toute leur journée mais qui fut bien vite remplacée par le doute. Si le villageois qui les avait espionné plutôt avait reporté la nouvelle au village, ils les auraient certainement accueilli à l'entrée.

[Soujuu] - Fait attention, je crois qu'il s'est passé quelque chose en notre absence... Il vaudrait mieux déposer leurs armes derrières ces caisses là-bas en attendant d'être sûr qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

[Isshin] - ok.

Lui aussi avait remarqué que quelque chose clochait. Il s'exécuta d'ailleurs sans poser de question. Ils progressèrent ensuite, les sens aux aguets mais seul le bruit croissait au fur et à mesure qu'ils approchaient. Soujuu fit signe à Isshin de grimper sur le toit comme il l'avait fait plus tôt. De là-haut, il put enfin comprendre ce qu'il se passait dans ce foutu village. Ses craintes étaient fondées. De ce qu'il pouvait voir, quatre hommes armés tenaient en respect les villageois et... un membre du quatuor tenait un enfant dans ses bras, un couteau placé contre la gorge du malheureux.

[Isshin] - Quelle méthode pitoyable... souffla-t'-il

[Soujuu] - j'hésite à déterminer ce qui est le plus pitoyable : leur méthode ou le village entier qui se fait maintenir en respect par quatre vulgaires bandits.

[Isshin] - Tu crois qu'ils diminueront la récompense si le gamin meurt ?

[Soujuu] - probablement... mais j'ai peur que si on approche, ils le tuent aussi sec.

[Isshin] - Tu as rien pour l'avoir à distance ? Enfin... quelque chose de plus discret qu'un dragon aqueux ?

[Soujuu] - J'aurais peut être bien quelque chose.... Mais j'ai jamais vraiment essayé.

[Isshin] - C'est déjà mieux que rien.

Soujuu approuva mais il n'était absolument pas certain du résultat. Il voulait tenter de reproduire les glaçons qu'avait utilisé la Bête quand elle possédait son corps. Il était persuadé qu'il l'avait vu faire cette technique dans un rêve. Peut être l'avait-il justement eu durant ces périodes là. En premier lieu, il se concentra sur le chakra lié au don Aisu qu'il commençait à reconnaître maintenant. L'étape la plus délicate serait de cristalliser réellement ces fins glaçons.

Pendant qu'il se concentrait, un des bandits éleva la voix pour couvrir le bruit des villageois.

[random bandit] - Je sais que vous êtes là ! Si vous êtes des hommes, montrez-vous ! Si vous n'apparaissez pas et que vous ne jetez pas vos armes à terre, nous tuerons un villageois toutes les deux minutes !

Pour montrer qu'il ne plaisantez pas, il donna un grand coup de pied sur le cadavre d'un villageois mort avant même qu'ils n'arrivent et qu'il n'avait pas encore remarqué. Le discours fut suivi par des cris de colère de la foule mais bien vite refoulés par le tranchant des lames des bandits. Il avait donc deux minutes pour une première tentative sans quoi, autant foncer directement... Ils ne seraient peut être pas trop sévère pour la mort du gamin.

Il commença par cracher de l'eau essentiel à cette technique pour ensuite visualiser la forme que devrait prendre la glace pour fendre l'air comme il l'avait vu dans ses songes. Il en façonna les contours avec son chakra blanc comme la neige et tenta de transformer l'eau en glace. La technique ne tenu que quelques secondes, il n'avait pas assez travaillé la structure interne du glaçon.

[Isshin] - Tu te devrais té dépêcher ! Ils ne vont pas tarder à le tuer.

Au fur et à mesure des essais, il sentait qu'il se rapprochait du but mais c'était loin d'être satisfaisant. Heureusement, il n'avait pas encore récupéré d'émotion comme l'impatience car il manquait clairement de temps.

[random bandit] -" Le temps est écoulé..." Il créa plusieurs sources d'eau, "Il semblerait que vos sois-disant" rassembla son chakra, "héros préfèrent se terrer" transforma l'eau en une multitude de glaçons "dans leur cachette plutôt" et les lança le plus précisément possible qu'il le pouvait sur sa cible. "que de sauver cet enfant !"

[Soujuu] - Et puis merde ! Il y en a bien un qui touchera !

Il n'avait pas attendu de voir s'il avait réussi qu'il s'était déjà élancé du haut du toit pour fondre sur les bandits. Au moment de reprendre appui sur le sol, il ne put que constater l'étendue des dégâts. Un des pics avaient probablement perdu sa pointe mais avait par chance rencontré le front de sa cible qui en avait lâché le gamin, légèrement assommé. Ce dernier avait eu le malheur de recevoir le mieux réussit dans l'épaule gauche et commençait à brailler, couché sur le sol. Le reste avait perdu leur solidité en cours de route ou s'était figé dans le sol boueux.

Le premier bandit à tomber fut celui avec un lance, fauché alors qu'il se demandait encore d'où venait l'eau glacé qu'il venait de recevoir sur la tête. Le deuxième fut celui au couteau, lui aussi tué avant qu'il n'émerge complètement. Les deux autres opposèrent plus de résistance, probablement d'anciens soldats ou mercenaires. Le combat termina néanmoins plus court qu'il ne l'aurait voulu. Un cinquième bandit venait de faire son apparition, certainement dans un simulacre de stratégie.

[last bandit] - Arrête toi ! Ou je tue cette femme ! dit-il avec un katana pointé sur la gorge d'une des rares villageoises encore en vies.

Encore un otage, cela en devenait lassant. Même les deux bandits, qu'il affrontait, affichaient maintenant un regard serein, confiant dans leur victoire... Un regard à la scène lui fit comprendre qu'il n'avait rien à craindre de cet énième mascarade et s'élança sur les deux derniers bandits qui avaient baissés leurs gardes. Le combat ne dura cette fois-ci qu'une poignée de seconde. La femme, elle... était encore vie. En effet, il avait vu Isshin sauter de toit en toit jusqu'à se trouver au dessus du dernier bandit où il n'eut plus que'à lui sauter dessus pour l'assommer.

Soujuu s'assura que plus aucun bandit ne respirait ou n'était encore caché mais cela semblait bel et bien fini. Isshin partit soigner l'infortuné qui bien failli y passer autant par le bandit que par son "sauveur". Pendant ce temps, Soujuu pu discuter avec le chef du village.

[Chef du village] - Vous avez réussi à anéantir leurs camps ?

[Soujuu] - Oui mais au sujet des villageoises... Elles étaient déjà mortes bien avant que l'on arrive. Je suis désolé.

En réalité, il ne l'était pas absolument mais il se souvenait que c'était le genre de phrase qu'il aurait aimé entendre. C'était un pur réflexe du langage comme dire "bonjour" ou demander "comment ça-va" à quelqu'un. Le visage du chef s'assombrit mais en lisant dans son regard, Soujuu comprit qu'il s'en doutait certainement depuis longtemps.

[Chef du village] - C'est ce qu'on craignait... Cela faisait plus d'un mois qu'ils ne nous avaient plus donné de nouvelles à leur sujet et rigolaient sans raison à chaque fois qu'on évoquait le sujet.

[Soujuu] - D'où venait les derniers bandits ?

[Chef du village] - Ce sont ceux qui gardaient habituellement la route plus loin, ils empêchent les gens de rentrer ou de sortir du village. D'ailleurs, je ne comprend pas pourquoi ils n'ont pas essayés de vous arrêter plus tôt.

[Soujuu] - C'est sans doute parce que j'ai coupé par la forêt avant de prendre par le sentier, j'ai du louper leur guet-apens.

[Chef du village] - Quoi qu'il en soit, merci beaucoup pour votre aide. Vous nous avez probablement épargné de connaître le même sort que ceux qu'ils ont tués ou encore de mourir de faim.

Il raconta ensuite plus en détail ce qu'il s'était passé au camp tandis qu'Isshin achevait de soigner les blessés et de fouiller les derniers bandits. Ils se retrouvèrent une heure plus tard à la petite auberge qu'abritait le village. Il ne put que constater qu'elle ne devait plus avoir servit depuis un moment tant la poussière recouvrait les tables et le sol. Le repas fut maigre mais au combien meilleur que ce qu'il avait pu manger depuis une semaine.

Les villageois les prièrent de rester la nuit et d'accepter leur hospitalité. Les deux déserteurs acceptèrent avec plaisir, épuisé par la journée qui venait de se passer. Ils occupèrent les deux seules chambres de l'auberge où ils purent dormir et reprendre leurs forces.

Des héros seraient certainement partis au petit matin pour ne pas accepter la récompense du pauvre village qui n'avait même plus assez de vivres pour eux-même.... Mais, ils étaient tout sauf des héros. Par conséquent, ils profitèrent bien du confort de leur lit et se levèrent quand le soleil se trouvait juste au milieu du ciel. Sur la place les attendait quelques villageois dont le chef qui tenait une bourse à l'apparence bien remplie. Sans doute avaient-ils demandés à chaque personne de verser une partie de leur économie.

[Chef du village] - Voici tout ce que nous avons pu réunir. Nous espérons que ce soit suffisant.

[Soujuu] - Oui, merci ! C'est inutile de vous sauver si on vous conduit ensuite à la famine... Ça me rappelle qu'à l'entrée du village, nous avons ramenés quelques armes du camp. Vous pourrez les vendre ou les utiliser pour vous défendre la prochaine fois.

[Chef du village] - Merci mille fois !

Ils quittèrent ainsi le village, repartant vers l'inconnu. Il ne savait pas vraiment où comptait aller Isshin mais il marcherait en sa compagnie au moins jusqu'au prochain croisement dans la forêt. Il profiterait du trajet pour lui demander ce qu'il prévoyait faire.


MessageSujet: Re: Séjour dans le pays du thé   Mer 20 Mar - 22:34



Soujuu : +85 XP, +60£

Une session sympa, avec des gens vivants, et d'autres un peu moins ! Smile

Je te valide ta technique, mais je ne prend que du liquide, je n'accepte ni chèque ni carte bleue.


S'en va dans un bruissement soudain !
Ninja ! Tchaaa tchaaa tchaaa


Une ombre se déplace silencieusement dans la nuit... Vous n'arrivez pas à le distinguer clairement, seules ses deux grands yeux reflétant la lumière de la lune vous observent, vous inspectent jusqu'au plus profond de votre âme... Il sait tout de vous, de vos pensées, même les plus intimes. Au delà de son aspect spectrale et de son regard démoniaque, son rire.... mais quel rire ! Un rire à vous glacer le glacer le sang, peu importe les moyens, ce rire venu de l'autre monde vous poursuivra jusqu'à votre trépas.

Néanmoins, n'ayez crainte ! Il ne vous fera rien, ce n'est qu'un observateur tel une faucheuse attendant patiemment de pouvoir trancher le fil de votre vie. Non, il vous suivra encore plus fidèlement que votre ombre, guettant la moindre action de votre part, vos futures batailles ou autres hauts faits épiques. Il sera aux premières loges de tous les évènements importants de votre vie, parfois même le seul spectateur.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Séjour dans le pays du thé   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De retour dans son pays natal, bonne ou mauvaise nouvelle?
» Président de pacotille dans un pays zombifié, accoutré de haillons roses
» Au pays ou le Cholera est une menace ,des medecins sont meprisés.
» Un pied dans le pays [Calixte]
» LOT N°7 : Un séjour dans un hôtel de luxe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Pays du Thé (Cha)-