Partagez | 
 

 [Présentation] Seisei Isatsu [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Présentation] Seisei Isatsu [En cours]   Sam 9 Fév - 20:27

Choisir sa DestinéeJe suis un shinobi


Choisir sa FactionJe suis originaire du pays de la foudre.


Choisir son NindoMa voie principale est l'eisei. Ma voie secondaire est le Kekkai Genkai. Ma seconde voie de soutien est le Ninjutsu non-élémentaire.


Créer son Personnage
Je m’appelle Seisei Isatsu. Je suis une femme et j’ai 16 ans. Je suis devenu ce que je suis parce que le savoir est mon passé, mon présent et mon devenir


Enfance

Je me souviens encore de cette douce époque de mon enfance. J’étais encore émerveillée par tout ce qui m’entourait. J’avais tendance, lors des déplacements du clan, à trainer à l’arrière. Mon environnement me passionnait, je m’amusais à déceler la moindre étincelle de vie dans tout ce qui passait devant mes yeux, de l’insecte à la fleur en passant par le ciel.

La vie était donc mon principal champ d’intérêt. Le plus souvent, j’étais trop naïve pour l’horrible monde dans lequel je vivais, j’en ai bien conscience maintenant. Je n’hésitais pas à prendre sous mon aile un petit animal blessé et à en prendre soin, utilisant mon temps et les ressources de la famille. Pas trop, tout de même, je ne voulais pas nous priver.

J’ai aussi appris l’art des plantes médicinales relativement jeune, avec ma mère. Celle-ci pour la fièvre, la racine de celle-là pour la douleur, ne touche pas à elle, elle te causera bien des ennuis. J’ai fini par comprendre que, si certaines plantes étaient nos amies et sauvaient des vies, d’autres pouvaient être néfastes et mortelles à bons dosages.

En général, j’ai eut une enfance très heureuse, protégée des malheurs et de la mort. J’étais proche de mes parents et avais le bonheur facile. Difficile à croire, pas vrai ? Bien entendu, cela n’a pas duré...

Récemment, j’ai remis la main sur mon vieux journal intime, que je croyais pourtant avoir fait brûler. Trop de souvenirs. Mais en bonne adolescente, en le revoyant, j’ai plutôt décidé de le ranger précieusement et de le relire, parfois. Pour me souvenir...



Partie 2 : Soins hors de l’ordinaire

Cher journal,
Je me sens ridicule d’écrire ainsi sur un bout de parchemin comme si je m’adressais à quelqu’un. À quoi m’attends-je donc ? À une réponse, peut-être ?

C’est maman qui m’a conseillé d’écrire. Elle dit que c’est libérateur. De plus, cela va me permettre de me souvenir, de comprendre qui je suis. Éventuellement, cela pourrait aider à laisser des traces sur cette période étrange où l’on commence à développer des pouvoirs magiques.

Il y a beaucoup de rumeurs au sujet des gens qui, au travers le monde, se découvrent des capacités surnaturelles. Marcher sur l’eau ou les arbres, contrôler les forces du feu ou de l’eau, créer des illusions si perfectionnées qu’elles semblent réelles.... J’y croyais bien sûr un peu, puisque, comme le reste de mon clan, je parviens à sentir ce que l’on a surnommé le Pouls de la Terre. Je sais d’ailleurs que lorsque je serai plus vieille, on m’apprendra à maîtriser ce pouvoir, mais là n’est pas la question.

J’avais toujours crû que ces pouvoirs étaient grandement exagérés, pour bluffer. Personne ne pouvait réellement faire brûler un village en entier ou déclencher des tsunamis, pas seul. Les hommes invincibles, dont les blessures guérissaient en un rien de temps, n’étaient que des contes pour les enfants.

Et pourtant...

J’aimerais parler d’une armée ou encore d’une bande de brigands puissants qui nous auraient pris par surprise, d’une bataille où les vies de plusieurs de mes camarades auraient été en danger, mais il n’en est rien. En fait, je crois que le plus grand méchant de cette histoire, ce fut un loup.

Quand j’y pense, c’est un peu stupide qu’un simple gros chien ait pu déclencher tant de choses.
Nous prenions une pause après plusieurs heures de marche et certains envisageaient même de monter un camp pour la nuit. Rin, un jeune homme du clan et moi-même avions reçu la tâche d’aller recueillir un peu de bois pour faire un petit feu. Pour moi, cela voulait aussi dire que je pouvais me faire une petite réserve d’herbes en tout genre, si j’en croisais. Je tentais de discuter avec l’homme qui m’accompagnait, mais il n’était pas très loquace. Je remarquai qu’il semblait perdu dans ses pensées et un peu inquiet. De ce fait, je choisis de ne pas trop l’embêter, me concentrant plutôt sur mon environnement.

La forêt dans laquelle nous progressions grouillait de vie. Des insectes étaient visibles par centaine du moment que l’on portait un minimum attention. Des petits mammifères partaient se terrer où ils le pouvaient dès qu’ils nous apercevaient. Une jolie quantité de brindilles et d’autres bois secs commençait à s’accumuler dans nos bras.

Nous commencions à songer à rentrer lorsque nous pénétrâmes dans une clairière. Mon regard fut aussitôt capté par un groupe de fleurs médicinales assez rares près du centre de celle-ci. Rin n’opposa pas d’objection à ce que j’en cueille quelques-unes avant de rentrer. Au-delà de la gentillesse, je crois qu’il se disait que ça lui permettrait de réfléchir davantage à son problème, quel qu’il soit. Mais bon, ce n’était guère de mes oignons.

Je déposai le bois que je portais et m’agenouillai près des plantes, mais, ce faisant, mon regard entra en contact avec un animal à la bordure de la clairière, derrière mon compagnon. Je sus instantanément qu’il était agressif à notre égard. Il était solidement campé sur ses pattes, prêt à bondir sur sa proie, les crocs en évidence, le regard hurlant sa faim. Il était tout maigre, ce qui expliquait pourquoi il en était réduit à s’en prendre à des humains.

Au moment où je hurlai pour prévenir Rin, le loup bondit, griffes et crocs devant. Le guerrier se retourna brutalement, mais il était trop tard : il n’avait aucune chance d’éviter le prédateur.
Paniquée, je me levai et m’élançai vers eux. Je voulais fermer les yeux afin de ne rien voir du spectacle atroce qui allait s’offrir à mes yeux, le spectacle d’un des miens déchiqueté par une bête affamée. Je m’attendais à voir à peu près tout, excepté ce qui se passa réellement.

Dans ce qui me sembla être un geste désespéré pour arrêter la bête, Rin pointa les deux bras devant lui en lançant un cri de guerre. Une boule compacte de flammes brillantes s’échappa de ses mains en coupe et fonça directement dans le ventre du loup, projetant celui-ci contre un arbre à une vingtaine de mètres. L’animal couina, mais ne se releva pas, probablement sonné.

Je me figeai complètement, incapable d’esquisser le moindre mouvement. Mon regard passait de Rin au loup, du loup à Rin. J’essayais d’analyser de façon rationnelle ce qui venait de se passer.

- J’aurais pu faire bien pire. Seulement la forêt...

Je demeurai longuement silencieuse, époustouflée. Je comprenais ce que cela impliquait. Toutes ces histoires, c’était vrai. Des gens étaient vraiment capables de manipuler avec aisance les éléments. Je me massai lentement le visage, ne sachant pas trop quoi faire.

- N’en parle pas aux autres membres du clan... Je veux trouver les bons mots...

Je hochai doucement la tête. Je comprenais son raisonnement, surtout en sachant que sa mère, l’une des ainées du clan, était du genre très traditionaliste et discrète. Elle n’avait même jamais usé du Pouls. Était-ce cela qui préoccupait tant son esprit ?

Le gémissement de douleur que poussa le loup me ramena à la réalité et un dilemme s’imposa dans mon esprit.

Devais-je tenter de soigner la bête et risque qu’elle meure de faim ? Devais-je abréger ses souffrances ? Devais-je la laisser agoniser là pour ce qu’elle venait de tenter de faire ? Bien sûr que non, ma conscience ne m’aurait pas laissé tranquille.

Rin sembla comprendre ce que je ressentais, puisqu’il regarda l’animal à son tour.

- Je vais voir si je peux aller trouver un petit animal pour le remettre sur pattes. Je te laisse t’occuper de la blessure.

Il empila soigneusement le bois que nous avions amassé et fila en forêt. Confiante en sa personne, je courus vers le canidé et m’agenouillai près de lui. En m’apercevant, il se mit à grogner, mais il manquait de force pour être menaçant. Je me demandai, brièvement, pourquoi il n’était pas avec sa meute, puis je le tournai très délicatement sur le dos afin d’exposer l’endroit où l’impact avec le feu avait eu lieu.

C’était vilain. Le pelage avait brûlé entièrement sur une surface ronde d’environ dix centimètres de diamètre, et la peau avait subi de sérieux dommages. Le poil près de la plaie était roussi. Je ne doutais pas un seul instant que la plaie s’infecterait très rapidement. Je ne pouvais rien faire pour lui avec seulement mes plantes. Il était condamné à mourir.

Cette pensée tournait en boucle dans mon esprit. Je cherchais désespérément une solution, mais en arrivais à la même conclusion à chaque reprise.

Je me souvins d’une « légende » que j’avais entendue sur les hommes invincibles. Une lueur d’espoir s’illuminant dans mon regard, je mis mes mains au-dessus de la blessure et fronçai les sourcils, concentrée.

« Soigne, soigne, soigne, soigne.... »

Je ne savais en réalité pas du tout comment faire. Retour à la case départ.

Rin revint alors avec deux lapins. Surpris de me voir dans cet état, il vint s'assoir près de moi. Il eut un petit sourire attendri en voyant la position de mes mains.

- J'ai entendu dire que tu devais concentrer ton énergie dans tes mains. Si tu as ce don, ça devrait faire une sorte de dôme de lumière verte...

J'étais surprise qu'il soit aussi au courant, bien sûr, mais il avait toujours été très à l'écoute des rumeurs.

Je me concentrai donc de nouveau en suivant ses conseils. Ce n'était pas évident, car je ne savais pas réellement comment orienter énergie, ni même quel signe m'indiquerait que j'y arriverais.

J'eus l'impression qu'un long moment se passa dans ce lourd silence uniquement brisé par la respiration rapide et douloureuse de mon "patient".

Puis, finalement, je sentis cette fameuse énergie, cette magie.

C'était assez étrange comme sensation. À mesure que l'énergie se déplaçait de mon ventre vers mes mains, je sentais un léger inconfort. Lorsqu'elle se répandit de mes poignets au bout de mes doigts, j'avais l'impression d'avoir les mains plongées à la fois dans la glace et dans les braises.

En ouvrant les yeux, je pus pleinement contempler ma réussite. Une aura vert clair englobait mes mains. La blessure du loup semblait se soigner à un rythme lent, mais bien plus rapide que la normale.

La lumière n'était pas constante et je ne crois pas que ça devait se passer ainsi. Avec du recul, je me rends compte que ce phénomène était probablement causé par le manque de concentration. Mes forces me quittaient rapidement, mais je refusais de m'arrêter, cela m'était moralement impossible.

Par la suite, je ne sais pas exactement ce qui c'est passé. Je sais seulement que d'un coup, tout est devenu noir.

Je présume que Rin m'a ramenée au campement, où les gens se sont occupés de moi. Lorsque je me suis éveillée, j'étais encore épuisée, mais je n'avais mal nulle part. Je me redressai dans le lit de fortune dans lequel on m'avait vraisemblablement installée. J'étais dans une petite tente et, de ce que je voyais par l'ouverture de celle-ci, il faisait noir.

En balayant le sol des yeux, j'aperçus le loup, paisiblement roulé en boule près du lit. Je souris tendrement et me rallongeait, me rendormant aussi tôt.

Depuis, la bête ne me lâche pas d'une semelle. J'ai dût faire plusieurs sessions de soin par la suite pour venir complètement à bout de sa blessure, mais elle s'e ai bien tirée -je me suis rendu compte que c'était bien une elle, après vérification. Cela fait maintenant quelques jours, mais je n'ai pas encore trouvé de nom pour elle. Je verrai bien.

Je n'ai pas parlé du secret de Rin, bien que j'ai de plus en plus de mal à comprendre les raisons qui le poussent à le cacher. Malgré tout, nous nous sommes de plus en plus rapprochés. Je crois bien que durant cette journée, je me suis fait deux bons amis, et j'ai découvert ce qui me semblait être l'élément clé de ma vie.

Finalement, il est vrai que c'est assez libérateur d'écrire ainsi... Je crois le faire plus souvent.

Face à face avec la mortTexte ici

Une nouvelle aireTexte ici

La fin d'ÉtoilesTexte ici
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Présentation] Seisei Isatsu [En cours]   Mer 20 Fév - 22:18

Bonjour, en absence de réponse j'archiverais le sujet le 27 février 2013.
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Présentation] Seisei Isatsu [En cours]   Sam 2 Mar - 15:57

Présentation archivée.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Présentation] Seisei Isatsu [En cours]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation Evil Slash [en cours]
» Présentation de Lilith [en cours]
» Présentation Kuji Naasu (en cours)
» The Lucky Rabbit's Show! (présentation d'Oswald) [En cours]
» Présentation de Skan ( En Cours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Informations :: Présentations :: Abandons-