Partagez | 
 

 Le début d'une longue entente.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Le début d'une longue entente.   Dim 3 Mar - 0:45

Chapitre 1 : parlote et oeufs brouillés.

Ils marchaient depuis quelques minutes déjà. Aucun n'avait encore osé ouvrir la bouche depuis la sortie du village. Tous les deux réfléchissaient à leurs projets d'avenir ou tout simplement à beaucoup plus court terme, ce qu'ils feraient en arrivant au bout du sentier. A cette réponse, au moins, Soujuu avait une réponse. Quoi qu'il arrive, il continuerait au sud-ouest pour s'enfoncer de plus en plus dans le pays du thé. Il était impensable de retourner vers le pays du feu et encore moins les îles du pays de l'eau. Peut être gagnerait-il le désert du pays du vent par bateau, soit la dernière possibilité de mouvement qui lui restait ? Mais il pouvait également s'installer pour un temps dans ce pays neutre qu'était Cha... Il n'en n'avait vraiment aucune idée, il ne savait vraiment plus où il en était.

De son coté, Isshin cherchait juste un endroit calme, posé, loin de l'agitation des villages et surtout loin, très loin de toute forme de religion pour reprendre ses expériences. Mais il devait toutefois rester près ces attroupements d'humain pour avoir une source inépuisable de corps et d'âme. Ce qu'il avait entendu de la jeune femme bandit l'avait quelque peu chamboulé. En effet, il avait beau ne pas être impressionné par la mort qu'il considérait pratiquement comme un simple état voir une phase de transfert, il n'aimait pas faire souffrir les êtres vivants inutilement. Cela n'avait aucun intérêt scientifique, pire, cela pouvait abîmer voir détruire complètement le corps si précieux des pauvres victimes. Il n'était pas non plus complètement dépourvu de sens morale, ses parents, même s'il s'en est vite désintéressé après avoir découvert sa passion pour la recherche, ont toutefois réussi à lui inculquer les bases de cette barrière implicite qui différencie pour certains l'homme de l'animal.

Néanmoins, il n'avait, pour le moment, aucun endroit en particulier où aller. Il voulait simplement laisser ses pieds le guider et faire confiance à son instinct. Ce dernier lui conseillait alors de suivre ce ninja de Kiri qu'il venait de rencontrer, n'étant pas assez fort pour réaliser des missions, il ne récupérait pas assez d'argent pour mener à bien ses recherches.

Soujuu quant-à-lui menait un raisonnement similaire. Il avait vu à quel point il pouvait perdre le contrôle de son corps voir de son esprit ces derniers jours et les risques de se blesser inutilement et gravement augmentaient d'autant. S'il pouvait voyager encore un petit temps au moins avec le ninja médecin qui marchait à coté de lui en ce moment, cela réduirait grandement ces chances de mourir bêtement. Restait à savoir s'il se dirigeait dans la même direction que lui.
Il se décida à poser la question au moment où ils atteignirent la bifurcation.

[Soujuu & Isshin] *parlent en même temps*

[Isshin] Désolé, je te laisse commencer.

[Soujuu] Merci,... Je me demandais si on pouvait faire route ensemble, du moins, pendant un moment. Qu'en penses-tu ? On pourrait faire équipe comme aujourd'hui.

[Isshin] J'allais justement te proposer la même chose ! Alors marché conclu ! dit-il en tendant la main vers Soujuu que ce dernier serra pour conclure leur entente.

[Soujuu] Du coup, j'espère que tu ne vois pas d'inconvénient à continuer plus loin dans Cha. Je n'ai plus rien à faire de l'autre côté.

[Isshin] Ça me convient, j'en reviens également. Je n'avais fait escale au village que pour me ravitailler avant de me faire prendre par la foule comme tu as pu le constater.

[Soujuu] Parfait. On s'arrêtera au prochain village qu'on croisera, cela fait des jours que je ne fais que je fuir sans m'arrêter dans un seul village, dormant à la belle étoile.

Tout ayant été dit, ils repartirent d'un pas sûr et régulier vers la suite de leur aventure en terre de Cha. Sur le chemin, le questionnement mentale repris également son cours. Maintenant que celle sur leur entente avait été réglé, Soujuu se demandait s'il pouvait lui faire confiance mais le fait que lui aussi avait du fuir son village le rassurait. C'était bien sûr débile mais rien que par ce fait et ce qu'il avait pu voir de lui le jour d'avant, en particulier la façon dont il avait réagi aux propos de la femme bandit, il en concluait qu'il devait être quelqu'un de bien.

Ce dernier se rendait bien compte que son nouveau partenaire pouvait tuer sans aucun remord ni émotion comme il l'avait constaté tout au long du massacre des bandits mais quelqu'un chose au fond de lui, son instinct, lui disait qu'il n'aurait rien à craindre venant de lui. Il l'avait toujours soigneusement écouté et il était toujours en vie en ce moment, ce qui était relativement positif.

Leur marche dura plusieurs heures avant qu'il ne trouve une nouveau village à peine plus gros que celui où ils s'étaient rencontrés. Semblable à n'importe quel petit village, rien ne semblait se démarquer des autres. Ils prirent une chambre dans la seule auberge existante et y déposèrent leurs sacs. Le soleil n'étant pas encore couché, ils profitèrent du temps restant pour visiter l'endroit. Ici, les habitants semblaient vivre une vie paisible sans plus de soucis que les traquas quotidiens de tout à chacun. Au moment où il commençait sérieusement à penser que s'installer à proximité de ce village serait une bonne idée quelque chose l'en dissuada.

En effet, au détour d'une rue, ils débouchèrent sur un bâtiment étrange. Il n'était pas fait sur le même modèle que les autres maisons et avaient deux grandes portes comme pour permettre de laisser entrer plusieurs personnes simultanément. De plus, l'une des portes était ouverte, invitant visiblement n'importe qui à rentrer. Piqué par la curiosité, ils entrèrent dans le bâtiment à l'apparence si décalé.

La pièce était plutôt grande, une série de rangée de bancs en bois dont la rangée la plus éloignée de l'entrée se trouvait en face d'une estrade fait d'une même bois que les bancs. Sur cette dernière, une imposante et épaisse table en pierre s'y trouvait. Derrière encore, fixé au mur du fond, une statuette plus haute qu'un homme avait été sculpté dans la même type pierre que la table. Elle représentait une sorte de bête hideuse situé à mi-chemin entre un homme gigantesque et... un poulet. Il commençait à comprendre à quoi servait cette pièce et fut tenté de tourner les talons mais le médecin continuait sa progression. Il n'eut d'autre choix que de le suivre.

Au fur-et-à-mesure qu'ils progressaient, il pouvait sentir qu'il se crispait de plus en plus. Maintenant qu'ils se rapprochaient, il distinguait quelque chose sur la table, quelque chose qui oscillait entre le rouge et le blanc mais il n'arrivait pas à définir sa nature. Arrivé devant la table, il comprit... Ce qu'il avait pris pour une simple table était en fait un...

[Isshin] un autel... dit-il dans un souffle.

la chose informe qu'il avait vu de loin se trouvait être un coq, probablement tué la veille à en juger de la texture du sang. C'était probablement un sacrifice pour un quelconque culte voué à une croyance locale, certainement une servant à réclamer de meilleurs récoltes ou... plus d'oeufs pour rester en adéquation avec le thème. Il n'avait rien contre ça, il pensait que chacun était libre de croire en quelque chose qui n'il n'avait jamais vu ni n'avait été même jamais prouvé. Au combien cette pratique pouvait être stupide, il s'en foutait complètement. Simplement, il n'avait pas besoin d'être un Eisei compétent pour comprendre que la pauvre bête avait passé un sale quart d'heure avant de finalement rendre l'âme. Il n'était même pas sûr que c'était le coup de maillet en plein dans ses entrailles qui l'avait finalement achevé. L'arme du crime était d'ailleurs exposé juste à coté, aussi fière que pouvait être un outil après avoir accompli sa sale besogne.

Il jeta un coup d'oeil à son partenaire qui était contre toute forme de croyance et de ses dérivés les plus stupides. Il semblait se maîtriser mais ses mains tremblaient dangereusement. Il craignait de ce qui pourrait se passer s'ils restaient ici plus longtemps. Il prit l'ancien ninja de Kumo par l'épaule pour le faire sortir de cet enfer, il se laissa faire sans rien dire, ne résistant pas plus que s'il était fait de tissu et de coton. Mais avant qu'ils puissent dépasser les premières rangées de bancs, quelqu'un pénétra à l'intérieur.

Il était habillé aussi étrangement que l'était l'endroit et portait un sigle bizarre sur ses vêtements. Plus étrange encore, il ne fut pas étonné de voir ainsi deux étrangers dans un pareil endroit.

[Mec chelou] Ah ! Des visiteurs ! Je vois que vos pas vous ont conduit vers Niwatori, notre dieu à tous. C'était probablement sa volonté de vous amener ici. Il est encore un peu tôt pour la cérémonie mais si vous attendez un peu que je fasse les préparatifs, vous pourrez y assister en même temps que les autres.

Il avait prononcé sa dernière phrase en montrant la cage rudimentaire qu'il avait dans sa main gauche. A l'intérieur, un poulet s'y trouvait mais ne semblait pas remarqué qu'il allait être sauvagement tué dans les prochaines heures. Sans-doute avait-il été drogué pour éviter qu'il ne foire leur "cérémonie" macabre. C'était plus que ne pouvait supporter Isshin. Avant qu'il ne puisse le retenir, il avait plongé sur le "prêtre" de Niwatori pour le plaquer contre un des murs du bâtiment. De surprise, de dernier avait lâché la cage qui était venu se fracasser contre l'un des bancs, malgré qu'elle soit libre, la volaille ne semblait pas avoir plus envie que ça de survivre, préférant rester à observer l'éclat du bois poncé.

Isshin ne dit rien. A ce stade, il n'en n'était plus capable de toute façon. Il jeta simplement un regard que Soujuu ne put voir de là où il était mais celui qu'il recevait du prêtre en disait bien long dessus. L'homme était terrifié, sans-doute pensait-il qu'il allait être tué par Isshin... ce qui allait être le cas si l'épéiste ne lui avait pas ramené à la réalité en lui pressant l'épaule.

[Soujuu] Ça suffit. Si tu le tues, on aura des emmerdes inutilement.

Il relâcha sa prise mais il ne put que constater les marques violettes sur le cou du croyant. Il n'était vraiment pas passé bien loin de la nuit sans fin. Ne le laissant même pas le temps de reprendre sa respiration, ils sortirent de cet endroit pour retourner dans la chambre qu'ils avaient réservés. Il n'avait encore rien dit, il sentait qu'il faisait tous son possible pour contenir ses émotions.

Une fois posé sur leurs lits respectifs, Isshin consentit enfin à parler pour ne dire qu'un mot, un mot qu'il avait lui-même sortit lors d'une situation pratiquement identique.

[Isshin] Désolé.

[Soujuu] Pas de problème, on est quitte maintenant. J'ai pété un câble lors de mon affrontement avec les bandits, tu as fait de même. Même si ton cas est certainement bien plus légitime que le mien. Enfin, passons. J'ai juste peur que le village se retourne maintenant contre nous. Je propose qu'on essaye de dormir le plus possible mais de garder un oeil ouvert et l'oreille aux aguets en cas d'attaque des villageois.

Le médecin acquiesça et se replongea visiblement dans ses pensées. Soujuu, lui, rassembla ses affaires tout en s'appliquant à garder son katana le plus proche possible de lui afin de le sortir en une fraction de seconde. La tension rodait encore dans la pièce quand ils commencèrent à dormir.... ou plutôt autant qu'on puisse le faire dans ce genre de situation.


Dernière édition par Soujuu Ryoku le Dim 3 Mar - 15:46, édité 1 fois
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le début d'une longue entente.   Dim 3 Mar - 15:43

Chapitre 2 : Malédiction, crémation et confession.

La nuit était tombée sur le village comme sur le reste du monde connu et déjà le silence l'engloutissait tel un linceul de mort... Enfin, cela aurait été probablement le cas, si son partenaire n'avait pas failli tuer le "prêtre" de ces abrutis !
Cela faisait maintenant plus d'une heure qu'ils avaient réveillés par les chuchotements à peine déguisé d'une foule qui commençait à grandir à vue d'oeil au bas de l'auberge. L'homme qu'il avait agressé se trouvait au milieu et parlait avec fougue aux personnes qui l'entourait. C'était d'ailleurs assez comique car sa tête prenait une couleur rouge pivoine à cause de son excitation et de sa colère. Plus le temps passait plus il avait l'impression qu'ils étaient débarqués dans un village d'insomniaque.

Isshin, lui, passait un mauvais moment. Il avait commençait à agir bizarrement quand il avait vu les villageois se ramener avec des torches enflammées, sans doute pour s'éclairer dans l'obscurité de la nuit.... puis les torches, ça rajoute tout de suite du cachet à une émeute. Il avait alors commençait à se refermer sur lui-même et transpirer abondamment, sans parler de ses tremblements intempestifs. Les villageois n'avaient toujours pas fait de mouvements agressifs donc il avait décidé de rester dans la chambre le plus longtemps possible pour économiser leur force et était donc assis contre le rebord de la fenêtre à regarder du haut du premier étage le spectacle en bas de la rue.

Alors qu'il pensait qu'il allait pouvoir se rendormir grâce à passivité de leurs agresseurs, le prêtre commença à crier quelque chose à leurs intentions. Il ouvra la fenêtre pour entendre leurs revendications.

[Prêtre] ... avez osé porter la main sur le sacrifice et le porte-parole de Niwatori ! En son nom, nous allons devoir vous brûler pour expier vos pêchés ! Inutile de resis.... blabla....

La suite fut navrante au possible, ampli de toute la foi que pouvez avoir un fou où chacune de ses phrases étaient ponctuée par les cris de la foule. Ils n'avaient vraiment plus rien à faire ici. Il fit signe à Isshin qu'il était temps de partir. Ce dernier se laissa faire encore une fois, absorbé par quelconque pensée que Soujuu n'arrivait pas à définir.
Heureusement, leur chambre avait deux fenêtre sur deux murs différents donc ils pouvaient éviter de monter sur les toits sous les regards de la foule. La tâche n'était pas aisé à cause de la configuration de la fenêtre et du toit mais il parvint grâce à son agilité. Pour plus de facilité, il fit passer Isshin en lui tendant sa main.

Arrivé sur le toit, ils partirent encore une fois en direction du sud-ouest pour s'enfoncer toujours plus dans le pays du thé. Les derniers mots qu'ils purent entendre furent "maudit" et "Niwatori", probablement avait-il lancé une obscure malédiction à leur encontre mais cela ne l'effrayait pas plus que ça. Ils sortirent du village plutôt facilement, la plupart des villageois se trouvaient encore devant l'auberge et le reste devaient certainement encore être en train de dormir.

Alors qu'ils s'éloignaient, ils purent apercevoir une large fumée s'échapper de là où ils se trouvaient... ils avaient brûlé l'auberge pour être sur de les tuer avec. Ces villageois avaient vraiment sombré dans la folie de leur prêtre. Isshin, lui, était toujours plongé dans ses pensées et contemplait la fumée d'un regard vide et inexpressif comme quelqu'un aurait pu regarder un brin d'herbe ou une pierre. Il était là avec lui mais son esprit était ailleurs, perdu loin dans ce tourbillon incessant que sont les souvenirs.

Ils marchèrent pendant plus d'une heure avant de se rendre à l'évidence et d'achever la nuit à la belle étoile. Ils installèrent sommairement leur couche rudimentaire à l'écart du chemin et entreprirent de s'endormir... mais leur soirée avait été trop mouvementé pour qu'ils puissent fermer les yeux aussi facilement. Alors qu'il n'y attendait pas, Isshin engagea la discussion.

[Isshin] Désolé. Je suis désolé d'avoir réagit ainsi... en fait, mon histoire est un peu plus compliqué et douloureuse que ce que je t'ais raconté en allant au campement des bandits. Ça te dérange si je te la raconte maintenant ? Je sais qu'on a besoin de sommeille mais... j'ai besoin de la raconter à quelqu'un.

[Soujuu] Je t'en prie, c'est pas comme si j'arrivais à dormir non plus. Je t'écoute.


Dernière édition par Soujuu Ryoku le Dim 3 Mar - 20:01, édité 2 fois
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le début d'une longue entente.   Dim 3 Mar - 19:53



Chapitre 3 : Héritage, héroïsme et hérésie.

Je me souviens, déjà quand j'étais tout petit, j'étais fasciné par les progrès de la sciences et ma fascination n'à fait que croître à l'apparition du chakra. Mes parents étaient médecins mais ils se contentaient de respecter à la lettre ce qu'ils avaient appris sans jamais tenter quelque chose de nouveau, de risqué. A vrai dire, c'était de très bons docteurs et la plupart de leurs clients en étaient satisfaits mais ils ne comprenaient pas.... Ils n'ont pas compris quand j'ai essayé d'extrapoler leur enseignement sur des petits animaux. Rien de très extraordinaire, juste des expériences du genre " il se passe quoi si je presse cette artère là ou si je lui retire cette organe là ou bien encore si je lui injecte tel produit avec tel dose". Bien que je ne leurs faisais pas plus de mal que nécessaire, ils ont pris ça pour de la perversion et m'ont puni plus d'une fois. Quand ils ont enfin compris que je ne m'arrêterais pas, ils ont tout simplement arrêté de m'enseigner leur précieux savoir.

C'est là que je fus recueilli par Kumo qui cherchait de jeunes enfants capable de maîtriser le chakra pour augmenter leur puissance. Mes parents furent bien sûr contre au début mais mon obstination pour mes expériences durent les convaincre au final. Cette année était né ma petite soeur, sans-doute voyaient-ils en elle le docteur respectable que je en serais jamais. Je ne l'ai jamais revu, pas eu le temps de m'y attacher de toute façon. Ils sont, aux dernières nouvelles, en parfaites santés mais rien ne dit que la folie des prêtres de Kumo ne les atteindra pas.

A kumo, je fus promu Genin en même temps qu'un autre Eisei qui deviendra par la suite mon meilleur ami. Tous les deux nous partagions cette passion pour la recherche et les expériences, ce qui nous rendîmes bien vite complice et partenaire de recherche pendant de nombreuses années. Nous avions également le même professeur qui nous enseigna les bases de la médecine défensive... malheureusement, elle mourut lors d'une mission difficile dans un pays frontalier au pays de la foudre. Une mission servant sois-disant à propager la parole de nos dieux... Mais elle avait réussit à accomplir sa mission qui était de protéger au péril de sa vie un des prêtres supérieurs de Kumo. En sacrifiant sa vie, elle avait permis à ce dernier de rentrer, seul et sans aucune égratignure, au village.

C'est à partir de ce moment, que nous commençâmes à nous éloigner de la religion. Nous jurant de faire tout ce qui était en notre possible pour survivre, peu importe l'objectif de la mission. Nous nous sommes alors concentrer sur des moyens pour nous défendre lors de tels combats. Lui, était beaucoup plus doué que moi pour les sceaux et avait réussi à en maîtrisant quelque-uns de plutôt haut niveau.

Il y a un peu près un an, nous fumes jugés aptes à porter l'uniforme des chuunins du village. Nous avions alors développé tout un panel de techniques défensive pour nous sortir des situations les plus compliqués, ce qui nous poussâmes à reprendre nos expériences qui nous avaient jadis réuni. Cette année fut longue descente aux enfers, nos expérimentations nous avaient déjà valu de nous faire remarquer par la religion mais le temps de réagir, il était déjà trop tard. Alors que nous utilisions une cache secrète pour les mener à bien, nous étions espionné par un des moines du temple pouvant camoufler sa présence.

Cela leur prit un an avant de rassembler assez de preuves pour nous condamner pour hérésie et actes portant atteintes à leurs dieux. C'était bien sur qu'un tas de conneries mais cela suffit à convaincre la population que nous étions habités par le démon en personne. Et pour ce problème, il n'y avait selon eux qu'une seule solution : le bûcher.
Une fois que nous fumes condamnés, ils mirent feu à nos précieuses recherches et nous fumes pourchassés par les meilleurs ninjas de Kumo... autant dire que notre fuite fut rapidement écourté.

Alors que nous allions nous faire capturer mon ami de toujours rassembla ses dernières forces pour utiliser son plus puissant sceau qui me téléporta en dehors du village dans une des dernières caches que nous avions prévues. Chacune contenait de quoi survivre pendant quelques jours, notre long entraînement sur la survie avait porté ses fruits. La dernière vision qu'il me reste avant la téléportation fut lui en train de brûler par le seul adepte du Katon que comptait le village. Un être sadique au possible qui se servait de la religion comme excuse pour pouvoir brûler des personnes.

Et c'est ainsi que j'ai fui le village pour en arriver ici, m’arrêtant le moins possible pour éviter d'être retrouvé par Kumo. La suite tu la connais.
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le début d'une longue entente.   Lun 4 Mar - 13:44

Chapitre 4 : expériences morbides

Il avait ainsi raconté les grandes lignes de sa vie, allant même jusqu'à décrire ses pensées et ses doutes aux moment clé de son récit. Soujuu n'était pas sûr d'en pouvoir faire autant ou du moins, il n'était plus capable d'y retranscrire les émotions... excepté peut-être la colère et la haine mais il doutait que ça fasse une chouette histoire à raconter avant de se coucher. Malgré les détails de son histoire, il lui semblait qu'il manquait à chaque fois quelque chose ou plutôt qu'il l'omettait à chaque fois. Il ne put s'empêcher de poser la question, la curiosité refaisant partie depuis quelques jours de sa panoplie restreinte de sentiment. Il avait des doutes mais il voulait les confirmer plutôt que croire à quelque chose qui ne reflétait pas forcément la vérité.

[Soujuu] Je comprend mieux maintenant ton aversion pour la religion... mais une question continue à me tarauder l'esprit. Je ne t'oblige pas à me la dire mais sinon, ça va continuer à me hanter l'esprit. Quel est objet de vos recherches pour que les prêtres de Kumo t'en veulent à ce point ?

[Isshin] *soupir* j'espérais pouvoir éviter la question pendant encore un temps mais il semble que je ne puisse plus tourner autour du pot. Ne t'ais-tu jamais posé la question sur ce que c'était réellement la mort ? Ce qu'il y avait après ? Si ce n'était qu'une étape ou une fin nette et précise ?

[Soujuu] Pas vraiment.

[Isshin] C'est probablement ce qui différencie un chercheur d'une personne normale. Nous nous posions des tonnes de questions sur ce qui nous entourait. Même la plus infime et élémentaires des choses pouvait devenir une aventure incroyable à nos yeux. Bien sûr, beaucoup de nos prédécesseurs avaient déjà menés leurs expériences et la majeur partie des phénomènes que nous trouvions avaient déjà trouvé son explication scientifique. Ce qui nous a poussé à aller plus loin, toujours plus loin dans des sujets que peu de nos collègues avaient osé s'aventurer.

[Soujuu] Le domaine de la mort ?

[Isshin] Exact ! Partout où nous cherchions, dans les bibliothèques, les temples, les écrits de nos ancêtres, ect... Il n'y avait aucune trace d'information sur cette branche de la recherche. Nous avions enfin trouvé ce que nous cherchions depuis des années ! Bien sûr, nous étions loin d'être les seuls à avoir enquêté dessus et nous avons mis beaucoup trop de temps à nous en rendre compte. C'était la religion qui brûlait tout écrit à se sujet et fermait les langues un peu trop bavarde à tout jamais.

[Soujuu] La religion contrôle à ce point le village ?

[Isshin] Depuis que notre Daimyo a été converti, rien n'a plus était pareil. Pour en revenir à la mort, nous avons donc passé notre dernière année ensemble à étudier des cadavres d'animaux ainsi que quelques humains. Nous avions même réussi à déterminer que quelque chose s'échappait du corps au moment de la mort mais faute de moyens nous n'avons pas réussi à apprendre beaucoup plus.

[Soujuu] J'admets que vos recherches sont glauques mais si c'est simplement pour faire avancer la sciences, je vois pas où est le mal. Ces prêtres ont juste été effrayés par quelque chose qu'ils n'arrivaient pas à comprendre et avec ce que j'ai vu aujourd'hui, les croyances peut engendrer des choses autrement plus horrible que ce que tu fais.

[Isshin] Merci... merci, j'avais peur que tu ne comprennes pas, que tu sois effrayé ou dégoûté comme tous les autres voir même que tu me tues pour ça...

[Soujuu] A ce niveau là, tu n'as pas à t'en faire... Je ne suis plus capable de ressentir de pareilles émotions... Un jour, je te raconterai moi aussi mon histoire mais pas ce soir. Là, j'ai besoin de me reposer et je crois qu'il ne nous reste qu'une poignée d'heure avant que le soleil ne se lève.

Ils s'endormirent cette fois rapidement, épuisés encore une fois par la journée qu'ils avaient passé.

MessageSujet: Re: Le début d'une longue entente.   Lun 4 Mar - 14:25

Soujuu + 35 XP


Happy Level Up Very Happy


Une ombre se déplace silencieusement dans la nuit... Vous n'arrivez pas à le distinguer clairement, seules ses deux grands yeux reflétant la lumière de la lune vous observent, vous inspectent jusqu'au plus profond de votre âme... Il sait tout de vous, de vos pensées, même les plus intimes. Au delà de son aspect spectrale et de son regard démoniaque, son rire.... mais quel rire ! Un rire à vous glacer le glacer le sang, peu importe les moyens, ce rire venu de l'autre monde vous poursuivra jusqu'à votre trépas.

Néanmoins, n'ayez crainte ! Il ne vous fera rien, ce n'est qu'un observateur tel une faucheuse attendant patiemment de pouvoir trancher le fil de votre vie. Non, il vous suivra encore plus fidèlement que votre ombre, guettant la moindre action de votre part, vos futures batailles ou autres hauts faits épiques. Il sera aux premières loges de tous les évènements importants de votre vie, parfois même le seul spectateur.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le début d'une longue entente.   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Pays du Thé (Cha)-