Partagez | 
 

 Hebi - Mer de verdure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Hebi - Mer de verdure   Jeu 9 Mai - 21:16

Rappel du premier message :


Hebi - Mer de verdure



Le terrain est plutôt plat. C’est une zone idéale pour s’installer, sans contrainte de climats ou de reliefs. Surtout que les kilomètres d'herbes sauvages ne sont en rien une contrainte pour le voyage ou la construction. C’est pourquoi on y trouve Boya, capitale du pays du feu, la plus grande ville du monde, mais aussi Konoha, sa petite sœur militaire.  La région a été le théâtre des guerres les plus sanglantes par le passé car il était un mythe de dire que quiconque contrôle le centre de Nawa contrôle Nawa. Le dicton n’a toujours pas été contredit aujourd’hui.


Dernière édition par Maître du jeu le Sam 26 Oct - 21:30, édité 1 fois

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Mer 4 Sep - 19:45

Le soleil se couchait à l'horizon, la journée se terminait.

Assis sur un rocher qui affleurait, son gros filet pausé à côté de lui, Hyûma réfléchissait en observant le couché de soleil. Il avait sillonné la plaine en long en large et en travers, mais rien. Rien de rien.
Pas un seul chien sauvage ne l'avait attaqué.

Oh, il avait bien aperçu des tas d'autres bestioles ! Il avait même tenté de capture un putois avec son filet, mais l'animal avait été trop preste pour lui. N'empêche que ç'avait été un superbe lancé. Sûrement, il devait avoir du sang de pêcheur dans les veines : comme il l'avait dit à Pépé, il était fait pour ça.
Peut-être que la tortue qui lui servait d'emblème était une tortue marine ? Il avait toujours pensé que c'était une tortue terrestre mais en fin de compte...

En tout cas, le jeune homme était déçu. Franchement, pour des lieux dangereux, la loose quoi : pas un chien à l'horizon. Et comment il allait faire pour ramener un bon gros toutou à Sanae ?

Il n'y avait qu'une seule explication : les chiens se cachaient à son approche.

« Rhompff-maieuh ! C'st pas du jeu, ça ! » Ronchonna l'Aspirant.

Alors quoi ?



« Bwahahaha ! J'ai une idée ! Une idée géniale ! Rohohoho, comment je m'épate moi-même, c'est pas possible d'être un tel génie ! »

De nouveau tout joyeux, le majordome se releva d'un bond, avant de se tourner vers la plaine infinie.

« Hééééé ! Hurla Hyûma. Les Clebs ! Z'avez gagné pour aujourd'hui, mais ce n'est que parti remise ! Je reviendrai ! »

Le majordome ramassa son filet et se mit en marche pour rentrer à Tate. Ouais, demain, les choses seraient différentes. Demain... il aurait trouvé de la peinture verte !

C'était franchement une idée du tonnerre, le coup de la tenue de camouflage. Les chiens n'avais qu'à bien se tenir, ils s'inclineraient immanquablement devant sa fourberie génialissime.

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Ven 6 Sep - 12:51

L'épouse de Shao était tranquillement en train de tricoter au soleil, devant sa maison, lorsque Hyûma déboula en courant, affichant un sourire lui faisant deux fois le tour de la tête. La vieille femme sourit en songeant que le calme était fini pour un moment.

« Hé ! Mémé, l'interpella le majordome, regarde tout ce que j'ai obtenu ! »

D'un air triomphant, le jeune homme se délesta de la grande hotte de pécheur qu'il portait et en vida le contenu dans un coin de la petite pelouse. Un amas de débris de végétation en tout genre s'en échappa, venant augmenter la taille du petit monticule qui se trouvait déjà là.

« Tadaaaaa ! Les voisins de la rue derrière ont été trop sympa ! Ils m'ont laissé tondre leur gazon et désherber leur jardin et ils m'ont tout laissé emporté sans rien me faire payer ! Franchement, z'êtes tous trop sympa ici !
_ T'entretiens leur jardin gratuitement, alors je t'assure que ç'aurait chié à la bastille s'ils avaient le culot de te faire payer les déchets.
_ Bwahahaha ! Avec ça, je dois être bon ! Nan mais t'as vu la hauteur que ç'a atteint ? Regarde, y'a même de la mousse ! Signala le majordome euphorique.
_ De la mousse ?
_ Ouiche, c'est grâce à la vieille Oshige : elle m'a dit que si je voulais, j'avais qu'à prendre les tuiles usagées de son toit pour récupérer la mousse dessus. Il l'a juste suffit que je remplace celles que je prenais par le stock de neuve qu'elle avait en réserve.
_ En gros, t'as restauré son toit gratuitement, quoi...
_ Bon, ça m'a pris pas mal de temps mais de la mousse quoi ! Comment ça va trop bien compléter ma tenue de camouflage ! S'enthousiasma Hyûma. Maintenant, je fais quoi ? »

En revenant bredouille la veille au soir, le jeune homme leur avait exposé en long en large et en travers de son nouveau plan pour capturer un chien. Ç'avait été une excellente idée, car les anciens ne s'étaient pas fait prier pour partager avec lui leur sagesse séculaire. Notamment, ils avaient unanimement considéré que la peinture verte était certes une bonne idée, mais que pour que le camouflage fasse plus vrai que nature, il valait mieux l'agrémenter de véritables bouts de verdure.
Dans cette optique, Hyûma avait donc sillonné toute la rue puis celle derrière pour récupérer tout ce qu'il pouvait.

« Ta tenue de camouflage doit être sèche maintenant, fit l'épouse de Shao, va la chercher et ramène aussi le pot de fer qui se trouve à côté de la peinture.
_ Ouais ! Assura le majordome en démarrant en trombe.
_ Et n'oublie pas de prendre un pinceau ! »

L'Aspirant galopa à toute vitesse dans la remise et récupéra sa tenue de camouflage : de vieux vêtements que Shao lui avait donné et que sa femme avait teint en un délicieux vert pomme. Il attrapa le pot en fer et un gros pinceau et se retrouva en un éclair auprès de la mémé.

« Et maintenant ?
_ étends d'abord les vêtements sur le fil, puis ouvre le pot. »

Hyûma obtempéra, alignant le pantalon, le pull – dont on devinait encore vaguement des rayures sous-jacent – et le bonnet, avant d'ouvrir en un tournemain le pot en fer. Une odeur entêtante de poisson pas frais s'en échappa aussitôt, qui lui fit froncer les narines.

« M'enfin, c'est quoi ? Demanda le majordome.
_ De la colle de poisson, expliqua l'épouse de Shao. On a rien d'autre, mais je t'assure que c'est efficace. Tu vas badigeonner les vêtements avec, avant de coller toute la verdure que tu as rapporté.
_ Peuh ! Renifla Tenzen, l'ancêtre, qui prenait le soleil sur une chaise longue. Les chiens vont te sentir à trois kilomètres et te fuir comme la peste. Ça n'ira pas, mon gars.
_ Génial ! C'est trop chouette ! Affirma Hyûma.
_ Hein ?
_ Ben ouais : ils sont affamés, expliqua le majordome. Donc Ok, ils vont me sentir, mais justement, ils vont se dire "Hum ! Mais quelle est donc cette délicieuse odeur ?". Et hop, par l'odeur alléché, ils vont rappliquer. Sauf que qu'est-ce qu'ils verront ? Rien, parce que j'aurai ma tenue de camouflage. Donc ils vont se dire "Quelle chance ! Un voyageur a jeté des restes de ragoûts de poissons dans ce bosquet tout ce qu'il y a de plus normal. Si j'allais y jeter un œil ?". Et là, tchac ! J'lui balance le filet et la capture est faite !
_ Heureux les simples d'esprits...
_ En plus, si ça rayonne à trois kilomètres, je vais en attirer pleins. Ça sera cool, comme ça j'aurais l'embarras du choix. Rohohoho, c'était vraiment une idée géniale, ch'uis diabolique. »

Et l'Aspirant se mit à jouer du pinceau avec entrain. Son plan ne pouvait pas échouer, c'était clair et net. En un tournemain, il eût rapidement finit sa tâche et contempla l'étrange machin plein de verdures. Brins d'herbes, petites fleurs colorées, racines et morceaux de bois s'enchevêtraient n'importe comment, donnant tout sauf l'impression d'un truc naturel.
Et ça sentait le poisson.

« Alors, alors ? S'enthousiasma Hyûma. Z'en pensez quoi ?
_ Tu vas pouvoir vendre des crédits, gamin...
_ Oh, de loin, ça devrait faire l'affaire, concéda la femme de Shao.
_ Hahaha ! J'le savais, c'est parfait !
_ C'est pas du tout ce qu'on a dit !
_ J'l'enfile, je me met de la peinture verte sur le visage et les mains et hop, la tenue de camouflage sera terminée. Je vais tous les mystifiés, les bestiaux ! Aucune chance qu'ils me voient venir, avec ça, bwahaha ! »

*
* *

Et c'est ainsi qu'une étrange chose verte sentant le poisson se retrouva à déambuler sur la plaine, un gros filet sur l'épaule, hurlant à la ronde « petipetipetit ! Viens voir tonton Hyûma ! Youhou ! ».

Déplacement a écrit:
Départ de Tate

Balade en K8, en plaine d'Hebi (durée du trajet indéterminée ~~')

1 Tranche de 12 heures entamées : 1 jet de rencontre
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Ven 6 Sep - 12:51

Le membre 'Hyûma' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Hebi' :

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 8 Sep - 12:30

Hyûma esquissa un grand sourire alors que deux proies s'approchaient lentement vers lui. Un gros molosse beige, qui semblait tenir du berger allemand, et un petit machin ridicule couleur froment. Le majordome avait déjà vu ce genre de chienchien chez son oncle. Un scottish terrier. Le genre de chien distingué et pelucheux que ne pouvait qu'adorer Sanae.

« Ok, cible locked, phase d'interception enclenché, murmura Hyûma. Approche en douceur ! »

Sifflotant de manière innocente, l'Aspirant fit coulisser son pied gauche en avant. Les deux bestioles interrompirent leur approche et échangèrent un coup d'oeil. Le majordome en profita pour glisser brusquement jusqu'à son pied gauche. Puis, toujours de manière décontractée, recommença à couler son pied gauche en avant.

Les deux chiens étaient clairement déstabilisés par cette grande chose herbeuse, bruyante et puant le poisson, qui avançait de manière bizarre. Mais ils étaient bien trop affamés pour renoncer. L'entêtante odeur de colle de poisson les faisant saliver depuis plusieurs minutes déjà, et même s'ils ignoraient ce qu'était cet étrange chose, elle avait l'air dodu à souhait et trop bête pour s'enfuir.
Les deux chiens se ramassèrent sur eux même, prêt à bondir sur leur festin.

« Bien, bien, bien, fit Hyûma. Bon état d'esprit. Sanae aurait horreur d'une chiffe molle ! »

L'Aspirant laissa choir son filet à côté de lui tout en dégainant son sabre de bois, attendant l'assaut des deux bestioles de pied ferme.

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 8 Sep - 16:27

Action 1


Action : Le Chien Beige et le Chien Froment engage Hyûma, ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -
Chien Beige : -
Chien Froment : -24Hp


Action 2


Action : Le Chien Beige mord de façon critique Hyûma (1Dégât), le Chien Froment attaque Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -1Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -48Hp


Action 3


Action : Le Chien Beige mord de façon critique Hyûma (1Dégât), le Chien Froment attaque Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -72Hp


Action 4


Action : Le Chien Beige et le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -96Hp


Un dé est lancé pour savoir si les chiens s'enfuient : attaque maintenue.


_________________

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 8 Sep - 16:28

Action 5


Action : Le Chien Beige et le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -120Hp


Action 6


Action : Le Chien Beige attaque Hyûma qui esquive (0Dégâts), le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -144Hp


Action 7


Action : Le Chien Beige et le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -168Hp


Action 8


Action : Le Chien Beige et le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -192Hp


Un dé est lancé pour savoir si les chiens s'enfuient : attaque maintenue.


_________________

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 8 Sep - 16:29

Action 9


Action : Le Chien Beige et le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -216Hp


Action 10


Action : Le Chien Beige et le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -240Hp


Action 11


Action : Le Chien Beige attaque Hyûma qui esquive (0Dégâts), le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -264Hp


Action 12


Action : Le Chien Beige et le Chien Froment attaque en vain Hyûma (0Dégâts), ce dernier frappe le Chien Froment (24Dégâts)
Bilan : Au contact
Hyûma : -2Hp
Chien Beige : -
Chien Froment : -288Hp


Un dé est lancé pour savoir si les chiens s'enfuient : l'ennemi tente de s'enfuir.

Spoiler:
 


_________________

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 8 Sep - 18:54

Les chiens tournèrent les talons, apeuré par l'ire implacable du colosse à l'odeur de poisson. Contre toute attente, les crocs des deux bestiaux n'étaient guère parvenu qu'à ruiner son déguisement mais s'était avéré incapable de faire plus que l'égratigner. La carapace musculaire que s'était inopinément forgé le majordome à force de taches pratiques le protégeait efficacement des coups.

Les deux chiens filèrent à toute vitesse, prenant Hyûma complètement au dépourvu. Ce dernier attrapa vivement son filet mais s'aperçut que les chiens étaient déjà trop loins pour qu'il puisse le leur jeter. Jurant comme un charretier, il chargea son piège sur l'épaule avant de poursuivre les chiens en leur hurlant de revenir au pied.






Hrp : N'empêche que si ç'avait passé en Dex, ç'aurait eu la classe !

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 8 Sep - 19:05

Fuite : Initialisation


Initialisation : Chien Beige et Chien Froment s'enfuient, ils se situent au 2ème palier de distance de Hyûma.



Fuite : Action 1


Action : Chien Beige et Chien Froment sprintent (Agix2), Hyûma fait de même (Agix2).
Chien Beige et Chien Froment parviennent à mettre de la distance entre eux et leur adversaire (+2)
Bilan :
Chien Beige et Chien Froment : +4
Hyûma : 0



Fuite : Action 2


Action : Chien Beige et Chien Froment courent, Hyûma sprinte encore (Agix2).
Chien Beige et Chien Froment parviennent à mettre de la distance entre eux et leur adversaire (+1)
Bilan :
Chien Beige et Chien Froment : +5
Hyûma : 0



Fuite : Action 3


Action : Chien Beige et Chien Froment courent, Hyûma sprinte encore (Agix2).
Chien Beige et Chien Froment parviennent à mettre de la distance entre eux et leur adversaire (+1)
Bilan :
Chien Beige et Chien Froment : +6
Hyûma : 0



Fuite : Action 4


Action : Chien Beige et Chien Froment courent, tout comme Hyûma.
Chien Beige et Chien Froment parviennent à mettre de la distance entre eux et leur adversaire (+1)
Bilan :
Chien Beige et Chien Froment : +7
Hyûma : 0



Conscient qu'il ne pourra pas les rattraper, Hyûma abandonne la poursuite.
Fin du combat : Victoire de Hyûma Gouryoku


_________________

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Jeu 12 Sep - 10:03

Déplacement a écrit:
Retour dans les plaines le lendemain, nouveau jet de rencontre


Dernière édition par Hyûma le Jeu 12 Sep - 10:32, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Jeu 12 Sep - 10:03

Le membre 'Hyûma' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Hebi' :

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Jeu 12 Sep - 10:39

Hyûma arpentait de nouveau la plaine. Y'a pas à dire, il s'y sentait quand même mieux que sur le pont d'un bateau. Un espace vert à perte de vue, des tas de bestioles qui se cachaient et des trésors enfouis dans le sol... Le pied intégral ! On s'y marrait quand même bien plus qu'en mer.

Cette fois-ci, le jeune homme n'était pas déguisé. Non, pas de chasse au chien, aujourd'hui. Après son cuisant échec de la veille, le majordome n'avait pas encore trouvé de solution miracle. Alors pour se détendre et se changer les idées, il avait décidé de reprendre la prospection. C'était fun, physique et sans prise de tête, donc c'était tout à fait ce qu'il lui fallait.

Il avait choisi son site tout à fait au pif. Tenzen, le vieux papa de Shao, assurait qu'avec l'expérience, la terre lui soufflerait à l'oreille où creuser, mais pour le moment, il n'entendait rien que le bruit du vent, le bruissement des hautes herbes et les tas de bruits bizarroïdes des insectes de la plaine. Donc, il s'était trouvé un chouette coin pas loin d'un petit point d'eau pour se mettre à l'ouvrage. Bien réchauffé par le soleil, avec de petits arbustes qui donnaient un peu d'ombre pour le repos et le bruit continue du ruisseau dans les oreilles, c'était à tout le moins le coin idéal pour pique-niquer !

L'Aspirant s'était donc mis au boulot, enfonçant sa sonde à grands coups de pioche, béatement heureux par le simple exercice physique. À ses yeux, il y avait un je-ne-sais-quoi de captivant et de presque magique à observer la sonde s'enfoncer dans la terre coup après coup. Et ce n'était rien en comparaison du truc de la sortir après pour savoir ce que recelait le sol dans ses entrailles. Le type qui avait inventé ça était clairement un génie. D'autant plus que c'était super simple à comprendre et à mettre en œuvre. Rien à voir avec les arcanes du commerce que ses parents s'étaient efforcés en vain de lui apprendre pendant toute sa jeunesse.
Clairement, s'il n'arrivait pas à devenir un shinobi digne de ce nom, alors il deviendrait le premier majordome-mineur de l'histoire, et pis c'est tout.

Hé ! Pis quitte à rêver, autant voir les choses en grand : il serait le premier majordome-shinobi-mineur de l'histoire, carrément !

Ouais. C'était encore plus la classe, ça.

Le majordome termina d'enfoncer le deuxième tronçon de sa sonde et se dirigea vers son barda pour aller récupérer le troisième. Se faisant, son attention se porta sur un gros zozio noir qui battait des ailes pour atterrir dans l'un des fourrés près de la rivière. Alors que Hyûma tentait de trouver de quel genre de zozio il s'agissait, un glapissement rauque retentit et le volatile changea brusquement d'avis, reprenant de l'altitude dans de violents battements d'ailes.

Intrigué, Hyûma s'approcha du fourré. Juste sous la ramure de la végétation se tenait un chien. Mais pas n'importe quel chien : le scottish terrier couleur froment ! Son adversaire de la veille, qui lui avait échappé, après s'être pris la rouste de sa vie face à l'Aspirant, avant de lui mettre en retour la patée de sa vie dans un sprint mémorable. Ce qui faisait un partout et permettait donc au chien d'entrer de plein pied dans le panthéon des adversaires valeureux du majordome.

« Hééé ! Mais qu'est-ce que tu fais là, chienchien ? S'étonna l'Aspirant Tu rumines des projets de vengeances comme dans les livres ? Trop cooool ! ».

Pour toute réponse, Chienchien montra les crocs et laissa échapper un grondement sourd. Ce qui n'inquiéta pas le moins du monde le jeune homme, chez qui les notions de prudence et de dangers étaient sommes toutes très relatives.
Aussi Hyûma s'approcha-t-il encore un peu plus.

« Ben alors ? C'est quoi cette humeur ronchonne ? Dis que t'es pas content de me voir, aussi, tant que t'y es ! »

Le jeune homme s'approcha encore davantage. Le grondement s'intensifia, s'installant en bruit de fond non interrompue. Hyûma tendit la main pour flatter la tête de l'animal, qui happa derechef son avant-bras. Le majordome esquissa un sourire tout en bandant son muscle pour le gonfler.

« Ben t'es bien avancé, là, rigola le jeune homme. T'es coincé, maintenant ! »

C'est alors que Hyûma aperçut du sang. L'animal était blessé au flanc et à la patte arrière. Sauf que le majordome était certain de ne pas avoir infligé de telles blessures à l'animal. D'abord, son sabre ne coupait pas, pis en plus, si y'avait du sang, il s'en serait aperçu après le combat.
Donc une unique conclusion s'imposait.

« Rooh ! Y'a une sale bête qu'a profité que t'étais affaibli pour t'attaquer !? Nom de nom, celle-là, si je la croise, j'lui fait sa fête, namého ! Sauf si tu t'en es déjà occupé ? Ouais, sûrement, sinon elle t'aurais boulotté, pas vrai ? Bwahahaha ! De la graine de champion, hein ? C'est Sanae qui va être contente, c'est sûr : elle est comme toi, elle aime pas se laisser faire. Tu vas voir, vous allez vous entendre à merveille ! »

L'Aspirant relâcha la pression, permettant à Chienchien de dégager sa gueule. Une fraction de seconde, le jeune homme craignit que l'animal en profite pour se carapater et se maudît de ne pas avoir embarqué son filet avec lui. Heureusement, il n'en fut rien. Chienchien se contenta de lui jeter un regard torve, toujours sans s'arrêter de gronder, mais ne fit pas mine de bouger. Il était trop mal au point pour ça.
C'était...

… Un signe du Destin !
Avec un grand D, si, si !

Le majordome courut jusqu'à son paquetage et en sortit son déjeuner. C'était des raviolis de poissons cuits à la vapeur, préparés par l'épouse de Shao, et ç'avait l'air vachement bon. Mais Hyûma était résolu à les sacrifier pour la bonne cause. Pour sûr, la mémé ne lui en voudrait pas.

Il retourna auprès du chien – qui se remit à gronder sitôt qu'il apparu dans son champ de vision – et déposa le plat près de l'animal. Celui-ci dédaigna farouchement la tambouille, en éloignant au maximum son museau, avant d'essayer de niaquer les doigts du majordome.

« Bwahaha ! Tenir les apparences avant tout, hein ? Tu me rappelles quelqu'un. Vous allez forcément vous entendre, for-cé-ment ! T'étais déjà affamé hier, ch'uis sûr que c'est pareil aujourd'hui. Te fais pas prier. »

L'Aspirant retourna à sa sonde et entreprit de la déterrer et de la ranger. Tant pis, il n'avait pas eu le temps d'aller plus loin que la couche superficielle, mais c'était pas grave : il avait fait une découverte autrement plus intéressante !

Lorsqu'il revint auprès de Chienchien, la gamelle était vide, comme par enchantement. L'Aspirant la ramassa et la rangea avec le reste dans son bardas. Tout était rangé, ne restait plus qu'à rentrer. Hyûma retourna auprès du chien et l'attrapa. La bestiole rua mollement, ses blessures se chargeant de la calmer aussitôt. Elle se contenta donc de grogner à qui mieux-mieux en montrant les crocs et en essayant de mordiller les mains qui le manipulaient, mais sans y aller sérieusement. Visiblement, il n'avait pas apprécié le coup du bras et craignait de se retrouver encore la gueule coincé.

Le voyage de retour se passa à merveille selon les critères de l'Aspirant. Chienchien finit même par arrêter de grogner après avoir manqué de s'étouffer, mais de toute façon, Hyûma s'en fichait. Question volume sonore, il ne craignait rien ni personne et chantait suffisamment fort (et faux) pour couvrir aisément les ronchonnades de Chienchien.

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Jeu 12 Sep - 20:16

    
Citation :
Voyage de H7-I7-J7-K7-K8.

Départ à 9h de Konoha.

H7-I7: 6h (il sera 15h)

I7-J7: 6h (il sera 21h) / Premier lancer de dés (10 heures cumulées + 2h en rab).

Bivouac: 9 heures / Second lancer de dés (10 heures cumulées + 1h en rab).

Départ prévu le lendemain à 6h du matin, mais on balancera probablement des RP pour le voyage, le bivouac ou les tours de garde nocturnes en duo.
En espérant que je ne me suis pas planté sur les distances/cases, vu que je perdu de vue quelles étaient les nouvelles règles à appliquer ^^'

Arch, j'ai vraaaaaiiiiiimmmmmeeeennnnnt envie de croiser un chien. Destin, entend mon appel!

Edit: Déééceeeeeptiooooon T_T


Dernière édition par Sanae le Jeu 12 Sep - 20:21, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Jeu 12 Sep - 20:16

Le membre 'Sanae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Hebi' :


--------------------------------

#2 'Dé Hebi' :
Ibuki Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Sam 14 Sep - 18:06

Ren Uchiha suivait derrière, la capuche rabattue sur la tête. Il avait opté pour un style vestimentaire plus sportif, soit un short et une veste à capuchon sans manche. Ses sandales ninjas aux pieds, les couleurs évoquaient la sobriété. Cela allait parfaitement avec son air morose. Il fermait, comme à son habitude, la marche, tandis que le quatuor avançait sur la grande route qui reliait Konoha à Tate, leur objectif. Péniblement, le seul adverbe qu'avait l'Uchiha en tête, pour décrire cette mission.

Pour ne pas aider, il devait se taper la route en compagnie des moins charmantes personnes possible. Saitama, borgne musculeux qui encourageait l'équipe à avancer en promettant que son dieu était avec eux. Oboro, la bourrine de sa dernière mission, devant qui Ren n'avait pas été très fier de ses propres performances...
Depuis, Ren ne lui avait pas reparlé, mais il l'aurait encore évité. Aussi, il fut très sec lorsqu'elle lui demanda s'il pouvait suivre. Pourtant d'un ton très maternel qui ne s'était sûrement pas voulu narquois, Ren, lui, avait tout de suite vu un sarcasme répréhensible. Non, il n'aurait pas besoin d'à nouveau vider son sac. Oui, il avait appris de ses erreurs. Merci, bonne marche, je préfère le silence.

Oboro était devenue toute rouge, éclata presque. Mais son amie la retint, d'une petite tape sur l'épaule qui voulait tout dire. Ren n'était qu'un gamin, un mioche qui n'en valait pas la peine. Elle...
La Miss...
Elle était pire que tous. Saitama, ça passait, si Ren l'ignorait. Oboro, Ren pouvait la fuir, au besoin. Mais elle...

Sanae.

Sanae, c'était Hanabachi, c'était la petite emmerdeuse, la fille de bourgeois (ou il ne savait quoi), la précieuse, la prétentieuse, la fragile mais à la fois la solide, la difficile, la compliquée, l'incompréhensible, l'agacement, le mystère, la distance, l'incontrôlable, l'imprévisible... Sanae, c'était tout ça à la fois. Une fille difficile à charmer, qui ne venait pas du même milieu de vie que le garçon, qui l'attirait à la fois mais le répugnait tout autant. Sanae, c'était un plaisir coupable, un péché mignon. Et Ren aurait été content de la croiser de nouveau, car il aurait prit tout son temps à la martyriser, la tarauder, la faire geindre ; sauf que... Depuis leur dernière rencontre, elle semblait différente, plus mature mais plus distante, aussi. Plus intelligente, plus maligne, et plus en forme. Elle n'était plus la fonctionnaire que Ren avait tenté de baiser, cette soirée là, mais plutôt une jeune femme qui semblait s'être fait au métier de ninja... Ou de quoi du genre. Ren l'avait tout de suite vu, et alors qu'il allait placer une remarque acerbe, il s'était retenu. Elle non plus n'avait pas la langue dans sa poche. Peut-être qu'il était plus habile qu'elle sur les mots mais... Elle est plus forte, c'était tout ce que s'était dit Ren, lorsqu'il l'avait revu, au petit matin, à Konoha. Il en était d'ailleurs resté un moment pantois, à la dévisager étrangement. Elle l'avait ignoré. Savamment ignoré. Ren en était étrangement bouleversé.

* * *
Finalement, rien n'était bien différent que la dernière fois. Si ce n'était des chiens, absents sur la route, la journée restait chaude et difficile pour l'Uchiha. Il n'aimait décidément pas les voyages. Son idée de devenir riche, pour se payer des porteurs, se renforça. Il pensa à Oboro, étrangement. Au même moment, Saitama vint l'accoster.

« Comment va la route, compagnon ? Tu n'as encore rien dit, depuis le début. Moi c'est Saitama.
— Ren.
— Sais-tu que dans des moments de problèmes, Dieu peut te venir en aide ?
— Dieu ? Vraiment ? fit l'Uchiha sur un ton sarcastique ; l'autre ne sembla pas capté.
— Oui, tout à fait ! Dieu ! Il est bon et aimant, Il aide ceux qui en ont besoin. Il m'a appris à en faire de même. As-tu besoin d'aide, compagnon ?
Oh shit...
— Je pourrais, par exemple, porter ton sac ?
— Non merci, déjà fait.
— Ou encore te porter toi ?
Ah ça, par contre, j'dirais pas non... Non, ça va aller.
— T'en es sûr ?
— Certain, souffla Ren, tentant de le distancer.
— Certain ?
— ...
— N'oublies pas, Dieu est bon et aimant, Il t'aidera si tu le Lui demandes. Et si jamais t'as besoin d'un coup de main, je suis juste devant ! Allez, à plus, compagnon ! »

Saitama accéléra la cadence, le doubla facilement, pour retrouver Oboro en tête de file. Il fredonna une comptine religieuse. Cela acheva de dégoûter Ren.

* * *
Trois bonnes heures, trois foutues bonnes heures qu'ils marchaient et encore aucune pause de prise. Les jambes en compote, Ren était encore plus à l'arrière et zigzaguait de long en large de la route. Sanae remédia à ce problème.

« Nous nous arrêtons !
T'abandonnes déjà, cocotte ? fit Oboro.
Je capitules, plutôt, dit-elle à son amie sans que les autres puissent entendre.
— Avec la foi, nous pouvons soulever des montagnes ! de renchérir Saitama ; Ren de rouler les yeux.
— Non ! Nous nous arrêtons... pour manger. Et boire de l'eau. Il est recommandé de boire et de manger lors d'expéditions.
— Si la princesse le dit, c'est que ça doit être vrai, fit Ren dans un soupir en s'asseyant, dans son coin.
— Pourquoi de l'eau et du pain alors que j'ai Dieu ? revint à la charge Saitama.
T'es pas invincible non plus, hein, dit Oboro.
— Nous devons faire le point... Regarder la carte pour savoir si nous sommes sur le bon chemin, tenta de nouveau Sanae à le raisonner.
— Dieu nous guide.
Holy shit...
— Peut-être, mais des personnes dans ce groupe ont besoin de se reposer un tant soit peu, Saitama, fit Sanae en pointant du menton l'Uchiha.
Holy fucking shit... renvoya d'un regard noir, Ren.
— Oh ! Eh bien... Si c'est Ren qui le demande... Veux-tu que nous nous arrêtions, compagnon ?
— Volontiers, lança le genin d'un ton froid.
— Génial ! s'écria Saitama. Qui a la viande ...
Il n'était pas supposé jeûner ? se questionna Oboro.
— ... pour que je la donne à mon prochain ?! acheva-t-il. »



MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 15 Sep - 15:47

Expérience

Hyûma Gouryoku: 48 points pour les RP et 24 points pour les combats

Messages concernés:
Hyûma Gouryoku:
 
Combat:
 




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 22 Sep - 16:14

La pause se déroula globalement dans le calme, personne n'était visiblement motivé pour discuter. Tous contemplaient le trajet qu'il leur restait encore à parcourir avant d'arriver à Tate, au moins deux jours complets de marche. Sanae planifiait déjà les pauses sous les yeux inquiets de son amie, Oboro. Ren gardait sa tête baissée, ce qui cachait son visage sous sa capuche.
Alors que les trois shinobis étaient assis, Saitama en profitait pour s'étirer les jambes, le torse et les bras. Il prit ensuite son mâlâ et pria un peu, demandant la protection de son Dieu durant le trajet qu'il leur restait à faire. Même si, pendant tous ses voyages, il avait été en compagnie de caravanes, et donc d'une portion de mercenaires, il était parfaitement conscient des dangers qui pouvaient leur tomber dessus. Mais d'un autre côté, la protection divine était avec eux, à moins que son Dieu ne veuille le tester. Dans tous les cas, il accepterait les événements pour ce qu'ils étaient, des décisions divines, et ferait face conformément à ce qu'il avait appris lors de sa Révélation.

Au bout d'un moment, Sanae décida qu'il était temps de repartir, ce qu'elle signifia sans équivoque en appelant les membres de l'expédition un par un, avant de reprendre sa route sans un regard en arrière. Oboro y vit un nouveau signe que le majordome lui manquait réellement, Ren y vit que plus vite on avancerait, plus vite on arrêterait, et Saitama y vit que le groupe n'était pas réellement soudé.  Il décida donc qu'il était important de resserrer les liens de l'équipe. Toutes ses expériences d'attaques passées indiquaient clairement que la confiance était une variable dont l'importance était considérable en cas d'attaques.
Cela lui rappelait justement une anecdote, alors qu'il vagabondait encore de par le monde. Mais ses camarades n'étaient pas prêts à tirer les bonnes conclusions de cette histoire, donc mieux valait effectuer un peu de travail préliminaire, afin de préparer les autres à être réceptifs.

Alors qu'ils venaient de reprendre leur route depuis un moment, Oboro, qui marchait d'abord de concert avec Sanae, prit un peu d'avance, du fait de ses grandes enjambées. En fait de grande, d'ailleurs, Saitama ne pensait pas se tromper en affirmant qu'elle l'était probablement que lui. Il avait rarement vu des femmes aussi grandes que lui, donc plus, ça devait pouvoir se compter sur les doigts d'une demi-main. Parce qu'il avait beaucoup voyagé.
Mais bref, puisque Sanae était seule, il commencerait à tisser des liens avec elle. En plus, ils avaient déjà fait une mission ensemble et elle marquait un certain intérêt pour sa foi, enfin, il y avait déjà quelque chose qui permettrait de discuter. Ren, qui fermait la marche, ne manqua pas de remarquer que le shinobi qui marchait torse nu pour exhiber sa musculature, venait de tapoter l'épaule de Sanae pour attirer son attention, et lui adresser un large sourire aimable quand elle tourna son regard vers lui. Le Uchiha grinça des dents puis baissa encore un peu sa capuche.

« - Tout va comme vous voulez ? Démarra Saitama.
- Hum? Oui, merci, très bien. Et vous ?
- Tout va bien, merci. Donc, nous allons chercher ce dénommé Hyuma, n'est-ce pas ? Vous le connaissez bien, me semble-t-il ?
- En effet. Il s'agit de mon majordome. Il a réussi à attirer l'attention du Daimyo en s'opposant à sa promotion... ce qui ne lui a rien apporté de bon. Il a été affecté à Tate.
- Je vois, il a donc eu maille à partir avec le Daimyo... Voilà qui semble dangereux.
- Quand on ne fait pas partie des principaux acteurs, oui. Nous sommes complètement exposés aux caprices des politiciens.
- Caprice ?
- Le daimyo a prit la mouche. Il s'attendait visiblement à ce qu'un adolescent se préparant à servir de chair à canon dans sa petite armée de surhommes maîtrise toutes les règles de bienséances... surtout Hyûma, d'ailleurs. Il manque de maturité. Mais quant on voit ce que fait le régent du pays du feu sur une simple contrariété... c'est un comportement d'enfant gâté, et terriblement susceptible. Il devient arrogant, et juge tout à l'aune de son petit chateau bien à l'abri...
- J'avoue ne pas avoir eu la chance de le rencontrer...
- Je ne vous le souhaite pas. Nous sommes ses armes. Ce qui l'intéresse, c'est notre magie, le chakra. Vous devriez éviter de lui donner des raisons supplémentaire de vous utiliser. Il n'a pas l'air particulièrement inquiet à l'idée de devoir disposer de nous. Le danger classique d'un politicien disposant de trop de pouvoir, j'imagine.
- Ces personnes l'ont cependant bien choisi, tout comme Hyuma.
- Effectivement. Heureusement, nous allons maintenant le chercher, afin de le ramener avec nous.
- Justement, et si vous me parliez un peu de lui ? Du genre de personne qu'il est, comment vous vous êtez connus, par exemple.
- Et bien, je ne sais pas...
- Allons, je ne vous demande pas de me donner des informations compromettantes, si tant est qu'elles existent, je ne souhaite qu'apprendre à connaître, par votre entremise, la personne avec laquelle nous ferons notre voyage de retour. De plus, une bonne discussion est connue pour alléger le poids d'un voyage.
- Si vous le présentez comme ça, ça sera avec plaisir. Donc, comme vous le savez déjà, il s'agit de mon majordome.
- Comment vous êtes-vous rencontrés ? J'avoue être curieux.
- C'est très simple, nous sommes venues vivre ici, avec Oboro, chez le Docteur Shigemori. Nous n'avons pas pu faire venir un de nos domestique, et comme Hyuma était déjà au service de Shigemori, je l'ai recruté à la demande du docteur.
- Intéressant. Et quelles sont les circonstances de votre arrivée à Konoha ?
- Un peu... inhabituelles.
-...
- Considérez qu'Oboro et moi avons simplement décidé de devenir des kunoichis, et le docteur était un vieil ami de nos parents. Il a accepté de veiller sur nous. En échange, nous l'hébergeons, ainsi que son cabinet médical.
- Et ce Hyuma, alors, à quoi ressemble-t-il ?
- Physiquement ou psychologiquement ?
- Les deux, de toute évidence.
- Physiquement, il est grand et assez fort de carrure... mais probablement pas autant que vous. Il porte toujours un sabre de bois capable de... mmh... oubliez ça.
- Ca ?
- C'est un histoire qu'il vous racontera mieux que moi. Et qui vous permettra de mieux le comprendre. Ou plutôt d'arrêter d'essayer de le comprendre.
- Je vois.
- Psychologiquement... comme je vous l'ai dit, c'est vraiment un enfant. Imaginez un petit garçon. Il est la gentillesse et la serviabilité incarnée, mais aussi candide... très naïf, si vous préférez. Il nous a surpris a faire des choses tellement... adorables? Il s'implique beaucoup plus que ce que l'on attendrait, et même que ce que l'on exigerait, d'un domestique. Et peut même prendre des décisions... ou agir de manières... qui pourraient lui nuire, si elles peuvent me profiter. Par exemple... s'énerver devant le Kage et son junin d'élite dès lors qu'il font simplement mine de me menacer. D'où son exil à Tate, vous l'aurez deviné.
- Vu comme vous le décrivez, je comprends que vous souhaitiez le retrouver et le ramener en sécurité au plus vite.
- Tout à fait. Je ne sais pas comment il va évoluer... il faut qu'il grandisse. Vous comprendrez mieux quand vous le rencontrerez. Je ne connais pas sa mère, mais je pense qu'elle a du courage. Hyûma est vraiment un enfant. Il est dangereux pour lui-même, et n'a pas la moindre conscience de ça. Je me demande quels tours ça a déjà pu lui jouer... mais je suis sûre qu'il recommencera. Et j'aimerais être là... faire en sorte que tout se passe bien pour lui. Hyûma a un don pour s'attirer des ennuis, et potentiellement pour m'en attirer... mais c'est quelqu'un de bon et d'attachant. Je ne sais pas si je peux me faire comprendre. Peut être que... imaginez que vous avez un animal de compagnie particulièrement fidèle et affectueux. Vous avez envie de vous occuper de lui. D'autant plus que Hyûma est un excellent majordome, très apprécié... et que nous avons maintenant du mal à se passer de lui, à la maison.
- Hihihi. Pardon. Je parle, je parle... et vous, Saitama? Comment êtes-vous arrivé à Konoha ? J'ai cru comprendre, durant notre précédente mission, que vous étiez dans le village depuis ses débuts ?
- Je menais une vie de voyages, alors que mon Dieu ne s'était pas encore révélé à moi. Ceux-ci me menèrent à Konoha, où je restais alors. Malheureusement, on ne peut dire qu'il y ait moult à raconter à ce sujet.
- Votre Révélation, par contre, je suis sure que vous pouvez m'en dire plus ? »

Saitama raconta alors in extenso comment son Dieu s'était imposé à lui, partant de toutes les occurrences auxquelles il avait identifié la main ou le petit doigt divins, et en finissant par l'apparition de la taupe. Pendant ce temps, rien qu'en entendant des bribes, Ren s'était laissé distancer un petit peu, et Oboro maintenait une certaines distance afin de permettre à Sanae et Saitama de discuter en paix. Elle se disait que ça changeait les idées de son amie, à tout le moins.
« - La taupe serait-elle donc un animal récurrent de votre religion ?
- Pas à ma connaissance, je pense avoir écarté cette possibilité. Mon Dieu est plus grand que cela, si je puis dire.
- Il ne s'agissait donc que d'un médium.
- C'est l'impression que j'en ai, oui.
- Et concernant les prières une fois par heure, est-ce... obligatoire ? Votre Dieu vous l'a ordonné ?
- Je ne pense absolument pas que ça soit le cas, l'important est de vivre notre foi en permanence, en ayant Dieu au coeur de notre vie.
- Mais alors, toutes vos prières ?
- Elles m'aident à atteindre un état de calme et sérénité. Comme vous avez dû vous en rendre compte, je débute plus ou moins sur la voie du prophète, donc ces prières, qu'on pourrait rapprocher également de la méditation, me permettent de me recentrer sur les choses réellement importantes.
- Oh, ne vous inquiétez pas pour ça, vous donnez déjà une impression de calme et de paix intérieure remarquable.
- Merci, ça fait plaisir à entendre. De plus, peu à peu, je sens que je me rapproche de mon Dieu, peut-être qu'il me donnera son nom, s'il en a un.
- Ce serait incroyable.
- Je ne vous le fais pas dire. »

A force de discuter, il devint temps d'effectuer la deuxième pause de la journée. Les shinobis sortirent à nouveau quelques rations de leurs besaces, excepté Saitama.
« - Tu ne manges toujours pas ? Demanda Oboro.
- Non, il jeûne encore pour maintenir sa sveltesse, railla Ren.
- Tu devrais suivre son exemple, les résultats semblent là, rétorqua Sanae.
- C'est vrai que son corps a l'air de bien s'en accomoder, ajouta Oboro.
- Je suis encore en pleine croissance, marmonna le Uchiha.
- Mange plus de tablette de chocolat, acheva Oboro avec un grand sourire.
- Toi t'as mangé trop de sou...
- Allons, allons, coupa l'ascète alors que le sourire s'évanouissait du visage d'Oboro, je ne jeûne pas pour des considérations de beauté ou diététiques, c'est que cela m'aide à affûter mon esprit. Mangez donc, puis nous reprendrons notre route ! »

Quand il fut temps de repartir, Sanae, qui prenait le rôle de cheftaine du groupe, adressa un signe à Oboro, posa sa main sur le bras de Saitama et appela Ren, ce qui n'échappa pas à ce dernier. Aussi, le Uchiha se remit à l'arrière-train du groupe, capuche baissée, maintenant la même distance avec les trois autres shinobis discutant par intermittences.
La nuit était déjà tombée depuis un moment quand Sanae décréta l'arrêt pour la journée. Il s'agit alors de faire un petit feu de camp, puis de répartir les tours de garde. Saitama prit le troisième, un des plus pourris selon la sagesse populaire, ce qui ne le gêna pas outre-mesure : il se réveillait de toute façon à intervalles réguliers pour prier. Oboro prit le premier, Sanae le dernier, ce qui laissa le second pour Ren.

Quelques heures plus tard, alors que le tour de garde du Uchiha tirait sur sa fin, sans qu'il n'y eut rien à signaler, il fut distrait par l'ascète, qui se leva pour la il-ne-savait-combientième fois afin de prier. Une poignée de minutes plus tard, Saitama vint le voir :
«- Tout va bien, Ren ?
- Evidemment, sinon j'aurais réveillé tout le monde.
- Je ne parlais pas de ça.
- Ah.
- Je te sens à l'écart du groupe.
- Sans déconner.
- Tout à fait, reprit Saitama, sans percevoir l'ironie. S'est-il passé quelque chose entre toi et les filles ?
- Pourquoi ?
- Je ne sais pas, je perçois une sorte de tension.
- Rien qui te concerne, tu peux retourner prier, ou dormir, peut-être.
- Il n'est de fardeau devenant plus lourd quand on s'en épanche sur quelqu'un, Ren.
- Comment il se la pète... Je, euh... préfère y réfléchir encore un peu tout seul, si tu n'y vois pas d'inconvénient.
- Je comprends, cela dit, si tu venais à vouloir en parler, n'hésite pas à t'adresser à moi.
- J'y penserai.
- J'attendrai.
- Même pas en rêve.
- Pardon ?
- Rien, rien.
- Tu sais, comme c'est bientôt l'heure de mon tour de garde de toute façon, je peux prendre la relève maintenant, pour que tu ailles te reposer.
- Bonne idée.
- Dors bien, Ren.
- Ouais, c'est ça. »

Le lendemain devait être leur dernier jour de trajet avant d'arriver à Tate...

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 22 Sep - 16:24

Citation :
J7-Cassette-Cacahuète

Départ à 6h du bivouac.

J7-K7 : 6h (il sera 12h)

K7-K8 : 6h (il sera 18h) / Premier lancer de dé (10h + 2h de rab)
J'pense pas m'être planté, pas réussi à trouver un guide sur les déplacements, ça doit être mon côté aveugle.

En fait, j'pense m'être planté, fallait que j'lance un dé pour pendant le bivouac ? >_>
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 22 Sep - 16:24

Le membre 'Saitama' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Hebi' :

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 22 Sep - 22:54

Saitama a écrit:
J7-Cassette-Cacahuète

Départ à 6h du bivouac.

J7-K7 : 6h (il sera 12h)

K7-K8 : 6h (il sera 18h) / Premier lancer de dé (10h + 2h de rab +1 à reprendre de la portion précédente)
Correctif - Quatrième tranche de dix heures entamée: lancé de dé... et on croise les doigts... et les orteils... et les oreilles...


Edit : OuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinT_T



Dernière édition par Sanae le Dim 22 Sep - 22:55, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Dim 22 Sep - 22:54

Le membre 'Sanae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Hebi' :

MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   Sam 28 Sep - 16:26

A lieu avant notre arrivée à Tate (RP de Hyûma de ce matin), pendant le bivouac.



Veillée nocturne... monter la garde... surveiller les alentours... dangers...

Bof.

Sanae s'ennuyait terriblement. Au terme de son tour de garde, Saitama l'avait réveillée en douceur, un peu après l'heure prévue d'ailleurs. Normal, l'ascète ne pouvait pas interrompre sa prière horaire. Horaire dans le sens, qui avait lieu à chaque heure. Ce qui était tout sauf pratique quand on avait besoin de lui.

Encore que, ç'avait été un excellent prétexte pour que Sanae impose des pauses supplémentaires à leur voyage.
La miss n'aimait pas faire des efforts. Et encore moins transpirer, se fatiguer.

Elle, elle voulait son bon gros confort.
A Boya, sa maison disposait de trois domestiques qui les choyaient au quotidien, elle et son père. Mais ici, la citadine n'avait rien. Ils étaient en train de dormir à la belle étoile, resserrés autour d'un coin de feu moribond qu'elle ne savait même pas entretenir. Et l'atmosphère venteuse ne l'aidait en rien à se sentir mieux: Sanae frissonnait par intermittence, se rapprochait machinalement du feu, quitte à s'imprégner d'une désagréable odeur de fumée, et regrettait de ne plus pouvoir se blottir contre Oboro comme quand elle dormait. Elles en étaient venues à adopter la technique  « manchot » pour ne pas avoir froid, ce qui avait arraché quelques mauvaises pensées à Ren.

« Je peux me joindre à vous, les filles ? »

Ren. Haha.

De la cinquantaine de ninjas qui clairsemaient le village, il fallait qu'elle retombe sur celui là. Elle n’avait eu affaire à lui qu’une seule fois, mais c’était bien assez pour avoir envie de brutaliser furieusement l’Uchiha. Il suffisait qu’il s’approche un peu trop près, et…

Si elle avait été Katon, elle aurait pu revigorer les flammes du campement sans souci. Mais elle pouvait manipuler de la terre. Et se voyait très bien attaquer Ren à grands coup de mottes boueuses jusqu’à ce qu’on puisse enfin dire qu’il ait mordu la poussière. Elle ne voulait pas des excuses. Elle avait juste envie de le frapper. Puisqu’il s’était débrouillé pour qu’elle se fasse à moitié piétiner par une foule en panique, elle pouvait très bien se faire plaisir.

Avec une très mauvaise expression au visage, l’Hanaerobi se pencha au dessus du genin.
Son Hyûma, c’était un adorable enfant. Toutes ses bêtises avaient beau être plus grosses que lui, elles relevaient généralement de sa candeur et de sa naïveté.
Mais ce Ren… lui, c’était un sale gosse. Un genre d’adolescent sournois, traître et manipulateur qui se repaissait des magouilles qu’il infligeait aux autres. Après leurs déboires, on lui avait parlé de lui. Pas en bien.

Avec la réputation qu’il se traînait… elle pourrait probablement régler ses comptes avec lui ici et maintenant. Sûrement pas le blesser, bien sûr. Mais l’équivalent de nombreuses baffes, histoire de lui faire ravaler son arrogance et son sourire... tout ça serait terriblement satisfaisant.

Et elle n’aurait pas le moindre problème.

Est-ce que ça valait le coup ?



Lentement, alors que la miss n’était pas encore vraiment sûre de ce qu’elle allait faire, une grosse motte de terre s’assembla auprès d’elle…




-Attendez ! Non… non !

Tressaillant de surprise, Sanae rabaissa son projectile à hauteur du sol. En rase mottes, elle déplaça et dispersa la masse terreuse, veillant à restaurer le terrain comme si rien ne s’était passé. L’air mine de rien, elle se tourna ensuite vers l’origine de ces bruits.

-Déjà une heure? Le temps passe plus vite que ce que je croyais, indiqua Sanae. Hum… vous ne vous sentez pas bien?

Saitama avait l'air confus. Pour respecter sa prière horaire, il se réveillait toutes les cinquante minutes, environ. Un cycle de vie auquel il s’était parfaitement habitué. Mais en général, il n’avait pas l’air aussi perdu, quand il émergeait.

L’ascète donnait l’impression de ne pas savoir où il était. Il regardait atour de lui, à la recherche de quelque chose. Ses yeux passèrent plusieurs fois sur Sanae, mais ne s’y attardèrent pas un seul instant. Il voulait autre chose.

Et sembla presque le trouver. Sanae trouva ses réactions étranges. Il ne donnait pas particulièrement l’impression d’être fou, mais il se comportait bizarrement. Un peu comme s’il venait de faire un très mauvais rêve.

D’un pas calme et assuré, Saitama se dirigea vers les flammes du campement. S’il avait été plus rapide, Sanae aurait sûrement bondit pour l’empêcher de se jeter dedans. Mais là, il avait l’air assez posé pour qu’elle se contente de l’observer en silence.

Pendant une très longue minute, il contourna le feu, particulièrement attentif au miroitement des flammes. Au bout d’un moment, il se pencha sur l’édifice de braises. S’éloigna religieusement… et revint rapidement, avec dans les bras une petite cargaison de bois que les ninjas avaient rassemblé la veille.

Saitama était maintenant affairé à revigorer le feu de camp, et marmonnait tranquillement à voix basse en exécutant sa besogne. Attirée par la chaleur, Sanae s’installa en face de lui, sans qu’il ne lui accorde la moindre attention.

-Je n’ai jamais fait attention… mmmh… c’est dommage.
-…
-J’en ai déjà vu quelques uns, oui… qui étaient blancs, en plus. Mais je serais bien incapable de dire s’ils n’appartenaient pas à des itinérants…
-…
-Il faudra chercher. Ca ne pourra pas être long, de toute manière. A moins que ça ne soit un loup ? Dans ce cas, ça sera très difficile…
-…
-C’est quand même étrange. Après tout, les flammes, ç’a toujours été un canal très utilisé, dans tout ce qui est chamanisme, religieux, rituel… pas seulement ici, mais aussi dans les autres pays. Du coup, je ne comprends pas vraiment pourquoi...

Il fut brièvement interrompu par un long soupir nasillard. Ren, visiblement dérangé par un papillon parqué devant ses narines, remua un peu.

-J’ai cru comprendre qu’il s’était passé quelque chose, entre vous ?, reprit Saitama en la regardant comme si rien ne s'était passé.
-Qu’est ce qui vous fait dire ça ?
-J’ai cru repérer une certaine animosité. Et puis… vous le regardiez très étrangement, à l’instant… tout à l’heure, aussi. Comme si vous alliez...
-Hihihi… oups. Vraiment ? Vous vous faîtes des idées, voyons, mentit tranquillement la jeune femme. C’est vrai que j’adorerais le voir subir la correction qu’il mérite… mais je ne suis pas Oboro. Je ne peux pas me battre ou frapper quelqu’un. Même si lui non plus, de toute évidence…
-Il n’a pas voulu me raconter, quand je le lui ai demandé. Peut être que vous pourriez le faire ?
-C’est une histoire… un peu longue, et plutôt… stupide. Vous devriez dormir. Ne pas perdre votre temps avec ça. Demain, nous avons encore à marcher.
-J’aimerais beaucoup l’écouter, demanda posément Saitama. Je pense que tout ça m'aiderait à mieux vous comprendre.
-…

*
*     *

Spoiler:
 

*     *
*

-Et c’est à peu près tout. Qu’est ce qui vous intéresse, chez lui ?, demanda-t-elle une fois fini.
-Rien de particulier. J’ai simplement besoin de connaître les problèmes des gens, pour pouvoir les aider.
-Les aider ?
-Les âmes en peine peuvent être sauvées, expliqua l'aspirant. Je pense que c'est un précepte très important, pour mon dieu. J'aimerais mieux le comprendre.
-… âme en peine ? Lui ?
-Ne faîtes pas ces yeux là, s'amusa gentiment l'ascète. Vous devriez essayer de regarder au-delà de ce que vous voyez.
-Saitama… je ne sais pas si vous réalisez que… il vient d’un clan de ninja. Vous vivez dans la rue. Vu comment ils ont investit le village, sa situation est assurée pour le restant de ses jours. Alors que pour vous, votre unique ressource vient de votre maigre solde d’aspirant, et ce que les gens… acceptent de vous… enfin, c'est vraiment horrible, ce que je veux dire, c'est que...

Enfin, quoi ? D’abord Hyûma et ses neuf ans d’âge mental, et maintenant… Saitama qui voulait  Pourquoi est-ce que les seuls ninjas appréciables qu’elle croisait devaient tous être aussi stupides les uns que les autres?

Voyant sa confusion, l'autre décida de la laisser pour le moment.

-Vous avez l'air fatiguée. Retournez vous coucher, indiqua-t-il avec bienveillance. Je vais finir votre tour de garde. J'ai assez dormi.
-Je ne me sens pas du tout...

Ho et puis zut. Pas la peine de protester, décida finalement la miss. S'il voulait jouer les messies voués à sauver le monde, qu'il le fasse, d'abord. Ca n'était pas du tout ses affaires.
Et peut être même qu'il lui arriverait suffisament de trucs horribles pour qu'il se rende compte que ça n'était pas si simple.
Ca lui ferait du bien.
D'abord.
Ils commençaient tous à être exaspérant, ces ninjas.
Non mais.
  
  
  
  
  
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hebi - Mer de verdure   

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Hebi - Mer de verdure
» Fiche technique de Moudoku Hebi
» Hebi-chan
» [Libre] De bosses et de verdure
» Un coin de verdure pour toi et moi. ~ Marissa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Sequences archivées - 3e version-