Partagez | 
 

 Quartier Résidentiel - Périphéries

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Quartier Résidentiel - Périphéries   Mar 23 Juil - 18:56

Cela faisait un moment que l'araignée avait quitté son nid, laissant derrière elle la montagne hétéroclite, trainant son passé dans une valise scellée. Sur le trajet elle fit une halte à Amagumo, enveloppant soigneusement quelques vivres et se laissant même tenter par une œuvre tissée on ne sait où, ce qui accru le poids de son bagage. Le voyage dura un temps, rien de terrible pour elle qui était habituée aux longs périples, néanmoins elle ne put s’empêcher de noter que cette fois-ci le retour ne prendrait pas la relève de son comparse.


Depuis un moment les cimes de Rakuen la narguaient, leur blancheur fondue dans l'horizon laissant peu à peu se préciser les piques, alors que de nombreux conifères dansaient lentement aux rythmes des vents. Grisé par cette vue, le basané accéléra le pas qui demeurait tranquille jusqu'ici. Voulant déguster tous ces plats visuels qui séparaient le mont Kido de Kumo, il avait entrepris sa migration en mettant de côté les déplacements classiques de sa famille. Hors de question de gaspiller ce qui serait peut être sa dernière occasion de dévorer chaque centimètre qui se présentait à lui. Évidemment la flore avait particulièrement attiré son attention, malgré qu'il connaissait bon nombre de ces espèces il n'aurait pas été impossible qu'il en découvrit une inédite. Mais tout ceci lui était sorti de la tête à présent, les lointains et froids reliefs hurlaient la proximité du village caché, ainsi ses yeux scrutèrent le vide à la recherche de l'ultime repère.

Finalement le futur ninja dénicha un cabanon siégeant au milieu de plantations. Un quart d'heure plus tard ses semelles croutées percutèrent les planches du logis, sa main frappant du revers le bois de la porte. Aucune réaction.

[Futur ninja]- " Excusez-moi, quelqu'un pourrait-il m'emmener auprès des autorités de la cité? "

[Paysan]- " Voila qui est inhabituel, tu fous quoi ici? Si t'étais du coin t'aurais trouvé ton chemin tout seul, pas d'entourloupe l'ami. "

Surgissant de nul part, la voix du sexagénaire ne montrait pas un signe de fatigue, pas plus qu'une quelconque aversion, contrairement à ce que laisserait penser ses mots. Les os faciaux saillant, particulièrement ceux de la mâchoire inférieure, la rêche barbe éparpillée, d'un gris évoquant la fourrure des rongeurs opportunistes, le crane si lisse que des reflets s'en évadaient, les callosités couvrant mains et pieds, les haillons crasseux tombant en lambeaux... autant d'éléments faisant état de son age avancé mais aussi de son quotidien. Pourtant la fermeté de ses muscles dans sa posture alliée à la sureté de ses mouvements révélaient une constitution honorable. Le niveau de vie aux alentours ne devait pas être si mauvais pour qu'un représentant de sa classe sociale puisse jouir d'une pareille santé.

[Futur ninja]- " Rien de particulier à vrai dire, comme vous l'avez deviné je viens de mettre les pieds sur ces terres et j'aimerais visiter la ville. "

De bleus iris ciblaient fixement l'objet dormant sur le dos du voyageur, glissant sur les nombreuses courbes en bambou, jaugeant sa capacité pendant que le vieillard spéculait sur son contenu.

[Paysan]- " Tu tiendras pas longtemps avec si peu de camelotes. M'enfin c'est pas mon problème hein? Suis le sentier et tu devrais croiser un garde, bonne chance pour ton affaire. "

Il avait visiblement conclu que son interlocuteur exerçait un métier lié à la revente de produits, le cadet ne s'en plaindrait pas, au contraire. En temps normal il n'aurait pas adressé la parole à un citoyen, cependant ce contrat différait en de nombreux points avec ses péripéties passées. Il séjournerait en ces lieux durant des mois, voir même des années, le contacte avec la population serait de mise d'une manière ou d'une autre. Inutile de chercher à passer inaperçu.

[Futur ninja]- " Je vous remercie pour votre aide, passez une bonne journée. "

En agitant son bras gauche au-dessus de sa tête, il s'engagea sur la route mentionnée ultérieurement. Au fur et à mesure que le temps s'écoulait de plus en plus de monde croisait le jeune homme. Certains, amicaux, lui firent signes avec d'amples mouvements de la main, tels l'enfant chétif assis sur les épaules du robuste ouvrier qui lui servait de père, d'autres, perdus dans l'ardeur de la tâche, ne le remarquèrent pas. Soudain, un adolescent qui circulait calmement à l'intérieur d'un champ, équipé d'une pioche rouillée, l'interpella.

[Jeune à la pioche]- " Hé! T'viens d'arriver toi, non? Vu ta dégaine t'es pas du genre à travailler la terre. T'serais pas v'nu pour t’enrôler chez les shinobis? Ouais j'suis sûr qu'c'est pour ça qu't'es là. "

[Futur ninja]- " Vous avez l'air bien enthousiaste en parlant de ces shinobis, en quoi consiste cette profession?"

Était-il plus perspicace que l'ancien ou était-ce uniquement de la chance? Difficile à dire, d'une part la différence sur leurs activités pécuniaires tenaient de l'évidence, autant par leurs aspects vestimentaires que physiques. D'autre part les figurants aux postes de ninja ne devaient pas être rares, il pouvait très bien aborder chaque nouvelle tête en posant la même question.

[Jeune à la pioche]- " Quoi? T'sais pas?
T'me fais marcher c'est ça?
J'peux pas m'être trompé quand même... 'fin r'marque je sais pas non plus ce qu'ils font, mais c'est surement plus excitant qu'labourer. J'voulais y aller moi, t'sais, mais j'sais pas utiliser ce truc là... le chacal."


[???]- " Le chakra. "

[Jeune à la pioche]- " Ouais c'est ça, le chakra, merci mec... ah! "

Un second garçon s'était rapproché dans le dos du premier, tapotant une houe au creux de sa main. Vêtu du même bermuda élimé que son confrère, son haut consistait en un tee-shirt sale et décousu au niveau de l'épaule gauche, contrairement au plus bavard qui endossait un débardeur. D'ailleurs l'apparence générale était très similaire à celle du vieux personnage, ce devait être un habit couramment usité dans l'ouvrage du sol plutôt que de modestes guenilles.

[Jeune à la houe]- " Arrête de glander, on va encore être de corvée à ce rythme. 'Scusez m'sieur, on a un quotta à remplir et la moindre distraction lui est fatale. "

Le duo disparut aussitôt, la pioche gesticulant tandis que la houe la trainait vers leur labeur.
Puis il perçu une cible potentielle, son allure seule sentait le militaire, impossible de la rater parmi ces villageois. Malheureusement l'approche ne fut pas aussi facile que la précédente. Les sourcils se froncèrent, parsemant le visage du soldat de rides abondantes, le regard noisette analysa bout à bout l'araignée, nul plis de chemise y échappa. Afin de ne pas créer de grabuge, le visiteur laissa choir doucement le cylindre en bois, qui ballotait gaiement auprès de lui, alors que sa main abandonna mollement la poche de son pantalon, les levant ensuite à un rythme équivalant vers le ciel, paumes en avant.

[Garde 1]- " Hé! Hé!! Va contacter le Raikage, ce gars veut le voir et je ne compte pas faire la même erreur que les deux zigotos. "

[Garde 2]- " Ouais c'est ça, donne moi des ordres. T'es pas mon supérieur j'te rappel, vas-y toi-même. Ça fait une p'tain de trotte jusque là bas, on est même pas en ville! "

[Garde 1]- " Tu préfères rester à surveiller cet étranger et prendre le risque de te faire égorger dès que j'aurais le dos tourné? C'est toi qui vois, hein... "

[Garde 2]- " Vu sous cet angle... j'reviens! "

L'homme détala à une vitesse surprenante pour quelqu'un qui dégageait une telle aura de fainéantise, soulevant des nuées de poussières dans son sillage.

[Garde 1]- " En tout cas tu sais comment te comporter quand t'es suspecté toi, t'as l'habitude ou quoi?
Tu fais bien de pas répondre. Dis moi, qu'est-ce que tu caches là dedans? J'aurais du fouiller ça avant d'envoyer l'autre chercher le Raikage, c'est trop risqué maintenant. "


Une personne pleine de bon sens s'il en était, fureter seule dans les bagages d'un potentiel espion reviendrait à tendre une perche à l'ennemi. Quant à ce dernier, il se mura dans le silence, guettant l'apparition de Tenson Jinmu. Si la patience n'était pas innée chez l'ensemble les assassins, elle s’acquérait forcément au bout de quelques contrats, trônant parmi les qualités obligatoires à cet art et ne faisant guère défaut au suspect. Ce fut donc sans peine qu'il stagna en bordure de chemin, surplombé par un ciel clair constellé du coton qui concédait son nom à l'agglomération, les rayons solaires s'écrasant sur sa peau tout en mettant en valeur chaque trace de poussière et tache de boue qui jonchaient son ensemble noir, à l'affut du moindre mouvements autour de lui.

Néanmoins cette attente fut de courte durée, tant le coureur était revenu aussi vite qu'il était parti. Essoufflé et marqué d'une mine affreuse, il chuchota.

[Garde 2]- " On a un soucis. "

[Garde 1]- " Et quelle excuse vas-tu inventer cette fois-ci? Que le Raikage n'est pas là? C'est impossible que tu sois arr... ah mais c'est vrai, il n'est plus là. "

[Garde 2]- " Ouais, mais c'est pas le problème, du coup il va falloir... "

[Garde 1]-[Garde 2]- " parler à Anïya. "

[Garde 2]- " Hors de question que j'aille voir cette hystérique! "

[Garde 1]- " Oh mais si tu vas y aller, c'est ça ou rester avec ce tueur sanguinaire. "

Hésitant, le sprinteur jeta timidement un œil dans la direction désignée par son coéquipier, constatant un sourire, trop large pour être net, en guise de réponse de la part du dit meurtrier.

[Garde 2]- " J'tente ma chance avec ce gugusse, un danger éventuel c'est toujours mieux qu'un danger avéré. C't'à ton tour d'affronter ce monstre, j'ai faillit y laisser un bras la dernière fois. "

[Garde 1]- " Bien, bien, comme tu voudras. Ne meures pas trop vite! "

* Il a beau plaisanter, ça ne suffit pas pour cacher sa réluctance à converser avec cette Anïya, je ferais mieux de ne pas l'oublier. Ceci dit il y a plus important, le Raikage est absent? Cette histoire sent mauvais. *

Soixante-sept minutes plus tard, le coursier les rejoignit, accompagné d'un second individu. Assez grand, plutôt athlétique, il détenait une chevelure de jais plaquée et nouée en un stricte chignon. Nul signe particulier sur son faciès soigneusement rasé, outre la cicatrice partant de sa tempe gauche qui soulignait ses yeux imbibés d'une méfiance aucunement dissimulée.

[Garde 1]- " Désolé de vous déranger pour ça. "

[Garde supérieur]- " Ce n'est pas un soucis, tu as écourté mon entrevue avec cette furie, je t'en suis reconnaissant.
Alors c'est toi l'arrivant? Suis moi. "


* C'est déjà le troisième que je croise et aucun d'entre-eux se distingue spécialement d'un samouraï, la patrouille du village ne serait-elle pas assurée par le corps shinobi? À moins que les ninjas de l'armée ne soit rien d'autre que des samouraïs pouvant lancer quelques arcanes. *

[Garde supérieur]- " Je vais être clair, pour le moment le Raikage ne peut pas t'accorder de rendez-vous, c'est une personne extrêmement occupée. D'ici que tu puisses le voir tu resteras en ville. J'ai donné ton signalement à mes gars, je suppose que tu m'as compris. "

Sur ces mots il indiqua grossièrement l'itinéraire menant au cœur de la Cité Interdite, témoignant d'un manque de professionnalisme sur ce qui touchait cette facette de sa fonction, ou de motivation.

* Récapitulons la situation... je ne peux pas voir le maître des lieux, ce qui sous-entend que je n'ai ni logement, ni source de revenu. De surcroit on m'a consigné, impossible de me procurer de la nourriture à l'extérieur du coup, ce qui me laisse cette bourse aussi pleine que l'estomac d'un affamé pour subvenir à mes besoins. *

[Garde supérieur]- " Attend cinq minutes.
Hé! Viens par ici. "


Le balafré, qui s'était tout juste séparé du nouveau venu, avait fait volteface pour l'arrêter puis appela un subordonné.

[Garde supérieur]- " Vous avez fouillé ses affaires auparavant? "

Gêné, il n'osa pas répondre explicitement. L'idée, énoncée au tout début de l'appréhension, s'était évanouie dans le tumulte provoqué par la simple évocation du prénom féminin.

[Garde supérieur]- " Fais-le alors, ne perds pas de temps. "

Le subalterne ouvrit précautionneusement le cylindre, décortiquant méticuleusement le paquet. Les fournitures, telles que le bois ou les restes de nourritures, furent considérées comme inoffensives et ne firent pas l'objet d'une étude particulière. Une fouille sommaire, sans autre prétention que celle de chercher un article dangereux. Subitement un cliquètement tinta, entrainant dans la foulée un léger rictus qui déforma la moue du gradé. Celui-ci saisit habillement la lame entre deux doigts et déclara.

[Garde supérieur]- " Un couteau, assez ridicule mais confisqué tout de même. On le rendra, s'il s'avère que tu aies bel et bien une autorisation. "

* Maintenant je n'ai même plus de quoi passer le temps. Je suppose que je dois m'estimer heureux d'avoir échappé à la fouille corporelle. *

L’exproprié amorça la marche, quelque part soulagé par la fin de ces formalités, avant d'être stoppé, une fois de plus, par un ton autoritaire. Décidément, l'agent armé ne désirait pas le lâcher.

[Garde supérieur]- " Juste une dernière chose. "

* Et voilà la fouille corporelle. L'époque des humbles assassinats me manque terriblement d'un coup. *

[Garde supérieur]- " Laisse tomber. "

Le shinobi en devenir avait incliné sa tête afin d'observer son chaperon pardessus l'épaule. Lorsque leurs regards se croisa ce n'était plus de la suspicion qu'il lu, mais de la véhémence, profondément ancrée . À présent seuls aux alentours, le scarifié ne maquillait plus son ressentiment sous l'épaisse couche de soupçon. Dès qu'il eut tourné le dos à l'étranger, ses lèvres se murent, prononçant une promesse personnelle presque étouffée.

[Garde supérieur]- " S'il s'avère que c'est un Tohsiya, je m'occuperais de son cas moi-même. "

Qu'avait-il contre le clan? À vrai dire le premier concerné n'en avait que faire, il disposait d'assez de temps devant lui pour y revenir. Il était à nouveau libre, du moins tout autant que pouvait l'être un prisonnier au sein de sa cellule, rien n'importait plus à cet instant. En définitive il fit ses premiers pas dans le village caché des nuages sous un statut peu alléchant, celui de sans abri.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Quartier Résidentiel - Périphéries   Mer 7 Aoû - 22:00

Teppouuo + 19 XP
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Sequences archivées - 3e version-