Partagez | 
 

 Armurerie de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

MessageSujet: Armurerie de Konoha   Mer 16 Mar - 1:23

Rappel du premier message :

1) Les Armes de Corps à Corps :

Poing Kunai : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 50 £
Attaque : 15
Capacité spéciale : Transpercer
Votre Critique est augmenté de 5% lorsque vous frappez avec.

Yari (Épieu) : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Prix : 70 £
Attaque : 11
Capacité spéciale : Empalement
Lorsque vous attaquez avec, vous prenez en compte la FOR de votre adversaire (jusqu’à un maximum de votre FOR+10) et non la votre pour le calcul des dégâts.

Bo (Bâton): [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 70 £
Attaque : 15
Capacité spéciale : Enchaînement
Lorsque vous déclarez une attaque avec, vous avez 15% de chance de frapper une deuxième votre adversaire, durant la même action. Si vous réussissez, vous avez alors 10% de chance de frapper une troisième votre adversaire, durant la même action.

Tegaki (Griffes de Métal) : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 100 £
Attaque : 18
Capacité spéciale : Entaille.
Si vous parvenez à blesser avec l'arme, l'Evasion adverse est réduite de 5% pour 2 actions.

Wakizashi : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Prix : 120 £
Attaque : 17
Capacité spéciale : Contre-attaque
Si lors d'une action au corps à corps avec votre adversaire où vous avez déclaré une attaque avec le wakizashi et que ce dernier vous attaque (attaque physique ou arcane), vous avez 10% de chance de contre-attaquer, c'est-à-dire effectuer une nouvelle attaque au wakizashi durant cette même action après la résolution de l'attaque adverse.

Nunchaku : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 220 £
Attaque : 19
Capacité spéciale : Coups Rapides
Vous frappez rapidement tout autour de vous, avec vitesse et précision. Si plusieurs adversaires vous entouraient, ils sont tous touchés par vos coups. Pour chaque coup ainsi porté, les adversaires voient leur possibilité d'esquiver l'attaque augmentée : +10% en Évasion pour le deuxième, +20% en Évasion pour le troisième. Maximum : 3 adversaires.

Katana : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 300 £
Attaque : 22
Capacité spéciale : Contre-attaque
Si lors d'une action au corps à corps avec votre adversaire où vous avez déclaré une attaque avec le katana et que ce dernier vous attaque (attaque physique ou arcane), vous avez 10% de chance de contre-attaquer, c'est-à-dire effectuer une nouvelle attaque au katana durant cette même action après la résolution de l'attaque adverse.

2) Les Armes de Jet :

Petit Shuriken : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 15 £
Attaque : 12
Capacité spéciale : Aucune

Kaginawa (Grappin) : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 30 £
Attaque : 13
Capacité spéciale : Harpon
Si vous infligez des dégâts avec le grappin, vous pouvez décider de ramener votre adversaire au corps à corps.

Remarque :
- Lorsque vous utilisez la Kaginawa, il reste dans vos mains, toutefois, il vous faut dépenser une action pour rembobiner le grappin et pouvoir l'utiliser de nouveau, même si vous avez ramené votre adversaire au corps à corps.
- Vous devez spécifier dans votre déclaration si vous souhaiter amener votre adversaire au corps à corps ou non. Le déclenchement de cette capaicté ne coûte aucun point d'action.

Shuriken : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 40 £
Attaque : 15
Capacité spéciale : Aucune

Fuuma Shuriken : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 100 £
Attaque : 20
Capacité spéciale : Aucune

3) Les Armes Mixtes:

Senbon (Aiguilles) : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 50 £ (Prix d’un paquet de 5 unités, ne peut être achetée à l’unité)
Attaque : 9
Capacité spéciale : Coup fatal
Si une aiguille est lancée en Critique, elle inflige 5 dégâts supplémentaires.

Kunai : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 50 £
Attaque : 15
Capacité spéciale : Aucune

Bolas : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Prix : 90 £
Attaque : 17
Capacité spéciale : Entrave (uniquement à distance)
Si votre DEX est supérieure à l’AGI de votre cible, l’attaque du bolas est divisée par 2. Le bolas s’enroule autour de ses jambes et le fait tomber. L’adversaire ne peut plus effectuer d’esquive, son Evasion est réduite à 0 et il ne peut plus engager de corps à corps pendant 2 actions. S’il avait déclaré une esquive ou un engagement au corps à corps après la résolution du bolas, cette action est perdue.

Kusarigama (Chaîne) : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 250 £
Attaque : 18
Capacité spéciale : Lacération (uniquement à distance)
L’attaque de votre chaîne passe à 24. Il vous faudra toutefois passer une action à rembobiner votre chaîne pour pouvoir la réutiliser à distance.

Bakuretsufuu (Note Explosive) : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Prix : 180 £
Attaque : 50 (bonus de 10 dégâts non prévenables)
Spécial : doit être collée sur l'adversaire, ou sur une surface du terrain. S'active après 2 PA, ou après avoir dépensé 20 MP auquel cas elle explosera immédiatement.
Capacité spéciale : Coup Double (uniquement à distance)
Vous pouvez attacher votre Note à un Kunai et l'envoyer à l'adversaire pour un seul PA. Les dégâts du Kunai seront pris en compte, il n'est pas détruit par l'explosion. Nécessite un Kunai. Usage unique par combat.

Kyoketsu Shoge : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Prix : 400 £
Attaque : 21
Capacités spéciales : Frappe circulaire ou Frappe précise - Vous ne pouvez pas utiliser les deux en même temps. Les deux capacités ne peuvent être utilisées qu’à distance.
Frappe circulaire : Vous pouvez toucher jusqu’à deux cibles à distance.
Frappe précise : Votre critique est augmenté de 10%.

Toutes les armes vous sont vendues à la qualité FQ (Faible Qualité)

Armes Spéciales de Konoha


Shaken : Les Shaken sont des étoiles de lancer à quatre branche, de tailles diverses. Plus efficace qu'un Fuuma, ils ne sont pourtant pas autant utilisés car ils nécessitent un certain savoir-faire. L'arme a la propriété de revenir en main, quand elle est correctement lancée, ce qui permet de l'avoir presque toujours sur soi.
Prix : 700£
Attaque : 23
Prérequis : DEX 20
Capacités spéciales :
- Récupération : L'arme revient en main une action après avoir touché, ou non, sa cible. Si l'arme a été déviée par une technique, elle retombe par terre.
- Shuriken : Le Shaken appartient à la famille des Shuriken. Les techniques qui utilisent cette famille exclusivement peuvent donc être appliquées au Shaken.

Citation :
Améliorations :
- MQ : Prix : 100£ - Attaque +3
- HQ : Prix : 300£ - Attaque +2
- CQ : Prix : 900£ - Attaque +3
- LQ : Prix : 2700£ - Attaque +4
- SQ : Prix : 8100£ - Attaque +4

Sai : Le Sai a l'apparence d'un petit trident perforant, avec une pointe prédominante sur les deux autres, qui forment une garde très marquée. Deux Sai peuvent être utilisés simultanément, ce qui permet d'optimiser sa puissance. De plus, l'origine de l'utilisation en combat du Sai étant de lutter contre les katana, ils se révélent particulièrement utiles lorsqu'ils sont confrontés à une telle arme.
Prix : 700£ (l'unité)
Attaque : 18
Capacités spéciales :
- Double : Le Sai a la propriété de pouvoir être utilisé en double. Ainsi, vous serez équipé d'un Sai dans chaque main. Vos coups verront les attaques des deux Sai additionnées.
- Contrer les Katana : La capacité spéciale des Katana et assimilés est annulée. Même s'il s'agit d'un katana à base de chakra. Les coups critiques avec un katana ont une pénalité de 10% par Sai, pour un maximum de 20% si vous avez deux Sai en main.
Note : à la fin du tour, vous devez préciser tenir en main vos Sai pour que le bonus opère. Cela n'empêche pas d'effectuer des signes.

Citation :
Améliorations :
Lame Aigue - Prix : 600£. Attaque +3
Lame Perçante - Prix : 1000£. Attaque +3
Lame Perforante - Prix : 1400£. Attaque +4

Les Parchemins d'invocation


Les parchemins d'invocation servent à stocker des armes pour pouvoir lancer des techniques et des assauts dévastateurs. (Voir [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien])

Parchemin de Petite Taille :
Prix : 100£.
Stockage de 10 Armes.

Parchemin de Moyenne Taille :
Prix : 200£.
Stockage de 15 Armes.

Parchemin de Grande Taille :
Prix : 400£.
Stockage de 20 Armes.

Équipements Divers


Le Fils Ninja :
Prix: 50 £
Utilisations:
- Vous pouvez l’attacher à une arme de jet ou un kunai. Il vous suffira alors d’une action pour ramener votre projectile à vous (à la place de deux, une pour le déplacement et une pour ramasser). Attention, vous devez déclarer lancer le projectile avec le fils ninja.
Remarque : Non combinable avec le grappin
- Requis pour utiliser certaines techniques du Ninjutsu de Combat, ainsi que pour la Kekkai Genkai Iga.
- Seuls les projectiles suivants peuvent être utilisés avec du fil ninja :

  • Petit shuriken
  • Shuriken
  • Fuma Shuriken
  • Kunai
  • Shaken



Les Poisons :
Pour les règles régissant l'usage des poisons, se reporter à la section [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]du Règlement.

Poisons de Type I (Étudiants) :

Aishuu (Douleur) : L'adversaire blessé perds 3 HP non prévenables à chaque action durant 8 actions.
Prix: 60 £

Magotsuku (Trouble) : -10 % en Evasion et en Critique durant 4 actions.
Prix: 100 £

Poisons de Type II (Genin) :

Nekki (Fièvre) : L'adversaire blessé perds 5 MP à chaque action durant 4 actions.
Prix: 140 £

Les Antitodes :

Antidote Type I : annule instantanément les effets du poison de Type I ciblé.
Prix : 100£.

Antidote Type II : annule instantanément les effets du poison de Type I ou II ciblé.
Prix : 240£.

Antidote Type III : indisponible.

Antidote Type IV : indisponible.

Antidote Type V : indisponible.

Les Armures :

Dès que vous rentrez à l'Académie, vous obtenez un Vêtement Léger FQ (Armure : 3).

Citation :
  • Amélioration N°1 - Vêtement Renforcé :
    Prix : 100£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +3

  • Amélioration N°2 - Tenue de Combat :
    Prix : 250£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +3

  • Amélioration N°3 - Combinaison Ninja :
    Prix : 375£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +3

  • Amélioration N°4 - Cuirasse Ninja :
    Prix : 500£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +3

  • Amélioration N°5 - Armure Ninja :
    Prix : 750£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +3

Les améliorations doivent se faire les unes après les autres, en suivant l'ordre indiqué dans la grille.

Les Améliorations :

Pour les Armes:

Citation :
- MQ (Moyenne Qualité) :
Prix : 100£ - Les dégâts de l’arme sont augmentés de +3

- HQ (Haute Qualité) :
Prix : 300£ - Les dégâts de l’arme sont augmentés de +2

- CQ (Champion Qualité) :
Prix : 900£ - Les dégâts de l’arme sont augmentés de +3

- LQ (Légendaire Qualité) :
Prix : 2700£ - Les dégâts de l’arme sont augmentés de +4

- SQ (Sacrée Qualité) :
Prix : 8100£ - Les dégâts de l’arme sont augmentés de +4

Exemple: Un Fuma Shuriken FQ (Faible Qualité) fait 20 de dégâts. Un Fuma Shuriken HQ (Haute Qualité) fait 25 de dégâts.

Pour les Armures:

Citation :
- MQ (Moyenne Qualité) :
Prix : 250£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +3

- HQ (Haute Qualité) :
Prix : 500£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +2

- CQ (Champion Qualité) :
Prix : 1500£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +3

- LQ (Légendaire Qualité) :
Prix : 3500£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +4

- SQ (Sacrée Qualité) :
Prix : 10500£ - La valeur de l’Armure est augmentée de +4

Exemple: Un Vêtement d'Aspirant HQ aura une résistance de 8.

ATTENTION : Seul le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] fait foi. Pensez à vérifier qu'il n'y a pas d'incohérence avec votre boutique.

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Lun 9 Juin - 15:01

[Venant de l'hôpital]

Revenant de l’hôpital, Riku mangea et décida de faire une sieste avant de ressortir pour l’armurerie. *De toute façon à midi c’est sans doute fermé.* Le ventre plein, le sommeil vient aisément et Riku s’endort. Il à mit son réveil vingt minutes plus tard au cas ou.

Le réveil sonne et Riku se lève d’un bond. Sa tête tourne un peu, peut être s’est il levé trop vite ou peut être est ce l’excitation. Il se prépare avec plus de calme, il a reprit le dessus sur l’impatience. Il range un peu son appartement qui est en bordel.

*Il faut quand même ça pour l’accueillir.*

Il fait son lit, débarrasse son bureau où sont entassés livres et parchemins. Il attrape son kunaï et le range dans sa sacoche, il attrape aussi son porte monnaie qu’il range dans une poche. Puis il sort, au passage l’étudiant descend ses poubelles. Il franchit la porte du bâtiment et arrive enfin au grand air.

Le soleil lui chauffe le visage agréablement et l’éblouit même un peu, la joie emplit son cœur. Riku marche tranquillement, c’est un jour agréable, pas d’Académie et pas de mission en vue, rien que de la détente et peut être un petit entraînement si ses blessures du combat contre Yosuke ne le font plus souffir.

*Non, un entraînement c’est sûr. Tant pis si j’ai mal, il faut que j’arrive à supporter ça si je veux devenir plus fort.*

Riku avance dans les ruelles, il profite de chaque instant, regarde partout autour de lui. Une enfant qui court, un oiseau qui passe en piaillant, un arbre qui fait rien mais qui est là, toutes ces choses simples auxquelles on ne fait pas attention d’habitude son pourtant si belle par leur existences.

*Si tout ça n’existait pas à quoi servirai-je ?*

La question n’attendant pas de réponse, l’étudiant pressa un peu le pas au fur et à mesure qu’il approchait de son but. Sa perception redevint celle qu’elle était d’habitude et toutes les belles choses simples laissèrent place aux belles choses travaillées. Ses mèches blanches reflétant dans la vitrine de l’armurier, Riku se délectait de sa vision. Il inspira et expira à fond pour calmer son cœur qui s’emballait.

*Comment faire… ?*

Riku se posait cette unique question, il savait que l’envie apporte autant, voire plus, de plaisir que l’obtention et il ne désirait pas se sentir blasé après l’avoir obtenu, lui qu’il avait tant désiré. Il entra alors et l’armurier le salua.

[Armurier] – Bonjour mon garçon, qu’est ce qui t’amène cette fois ?

Riku se souvenait d’être venu une seule fois ici accompagné par sa voisine Kaori. *Qu’est ce que je vais morfler quand elle me retrouvera…* Lorsqu’il était entré dans l’armurerie, il avait laissé ses yeux voir et son esprit imaginer. Aujourd’hui il allait réaliser.

Et comment se faisait-il que l’homme se souvienne de lui, n’étant venu qu’une fois pour acheter le kunaï qu’il portait en ce moment. L’homme devait voir passer des dizaines de personnes par jour.

[Riku] – Vous vous souvenez de moi ?

L’homme leva un sourcil en faisant une mimique amusée.

[Armurier] – Bien sûr, je me souviens de tout ceux qui viennent ici et surtout lorsqu’ils m’achètent quelque chose. D’ailleurs tu avait pris un kunaï non ?

Riku était étonné, un homme capable de se souvenir de tant de personnes et de ce qu’ils achetaient était impressionnant.

[Riku] – Euh oui c’est bien ça…

L’homme voyant l’air un peu desorienté du garçon en profita pour renchérir un peu.

[Armurier] – Tu sais dans un village caché, l’armurier a intérêt à se souvenir des armes qu’il vend, et aussi de se renseigner sur ses clients. Je ne voudrai pas vendre l’arme qui servirait à tuer un habitant de Konoha ! Par exemple je sais que tu viens d’Iwa et que tu travaille dur à l’académie pour passer genin…

A ces mots l’homme sortit une petite fiche et sourit en voyant la tête de l’étudiant.

[Armurier] – Je travaille en relation avec le conseil de Konoha, ils me fournissent des information et en échange je fais attention à qui je fournis mes armes et armures. Sinon en quoi puis-je t’aider ?

Riku était un peu soulagé de voir que l’homme avait un secret pour l’aider à retenir les gens. Il devait lui suffire de jeter un coup d’œil sur ses fiches. Riku jeta un regard circulaire dans la pièce. Il avait lorgné les chaînes ninja lors de sa première venue mais finalement il avait changé d’avis. Il remarqua quelques katana qui étaient présentés. L’homme voyant où se portait le regard de Riku reprit la parole.

[Armurier] – Tu sais un katana même de base coûte très cher et je ne pense pas que tu…

Riku coupa l’homme dans son élan en posant sur la table son argent, il posa la somme exacte, bon d’achat y comprit, pour l’achat d’un katana de base. Il sourit gentiment à l’armurier avant de s’expliquer.

[Riku] – Vous savez, j’ai effectué des missions et économisé un maximum pour ce jour.

*J’ai même emprunté quelques Ryos à Naoki…*

L’armurier regarda l’étudiant, le jaugeant sans aucun doute. Quoi qu’il pensa il répondit aimablement.

[Armurier] – Et ben ! Apparemment tu était décidé et tu as fait beaucoup de sacrifices pour obtenir un katana. Je suis fier d’être celui qui te vendra ton arme, alors si tu veux choisir viens avec moi dans la petite pièce derrière.

Riku suivit l’homme avec de la curiosité, il avait remarqué la porte mais ne savait pas que derrière se trouvait encore des armes. Lorsqu’il entra il n’en crut pas ses yeux. Partout autour étaient disposées de nombreuses armes, la pièce était même plus grande que la principale servant de boutique. Son regard se posa enfin sur un mur où étaient suspendus de nombreux katana, tous plus beaux les uns que les autres.

L’armurier appela un de ses aides et lui demanda de surveiller le magasin un instant. Riku regardait les sabres un à un cherchant celui qui lui irait, mais il avait une sensation étrange.

[Armurier] – Ne cherche pas à choisir un katana, c’est lui qui te choisira…

Riku hocha de la tête pour montrer qu’il avait comprit, il marchait le long du mur lentement. Puis un sabre attira son regard, une belle garde ovale représentant un phœnix, un fourreau rouge. Il s’approcha et commença à tendre la main. Il s’arrêta soudainement. Du coin de l’œil, un autre katana l’empêchait de faire un seul geste, il retira sa main en douceur et tourna la tête. Dans son dos, l’étudiant ne pouvait pas voir le petit sourire qu’affichait l’armurier. Il marcha donc doucement en direction de ce katana, envoûté.

Le fourreau noirs de jais, la garde carrée ressemblant à un shuriken, la poignée était lacée de blanc ce qui allait parfaitement avec ses cheveux. Riku saisit l’arme et la sortit du présentoir avec un respect certain. Il recula d’un pas, tira la lame au clair lentement. La lame vibrait en écho au chakra de Riku qui circulait à présent dans cette nouvelle partie de lui. Sur la lame était gravé une montagne, se dressant fièrement. Riku eut le sentiment profond que cette lame avait été forgée pour lui. Il rengaina le katana avec grâce et se retourna vers l’armurier.

Il n’y eut pas besoin de paroles pour comprendre que le katana avait finalement choisit son maître, il se dirigèrent alors dans la boutique. L’armurier ayant déjà prit l’argent et le bon d’achat, il attrapa un tissu blanc dans lequel il enroula le sabre et attrapa une petite boite sous le comptoir.

[Armurier] – Voilà, ça c’est un présentoir pour chez toi c’est un cadeau. Alors ça fait quoi ?

Riku se sentait étrangement bien comme si quelque chose venait de changer dans sa vie. Il ne savait pas quoi répondre sans dire de phrase qui n’ait aucun sens.

[Riku] – Je me sens…entier. Comme s’il m’avait toujours attendu.

L’armurier regarda alors le jeune garçon et pris un air plus sérieux.

[Armurier] – Désormais tu possède une arme d’une grande puissance, mais il faut apprendre à t’en servir. Il existe un maître du sabre à konoha, il enseigne volontiers à qui le demande tu devras juste le trouver. Sinon ton sabre t’as t’il donné son nom ?

Riku prit un air perplexe, puis comprit immédiatement.

[Riku] – Non pas encore, je ne doit pas être prêt mais je vais aller méditer pour remercier celui qui l’a forgé et celui qui l’a poli et aiguisé. Peut être me soufflera t-il son nom…

Riku fit un signe de tête à l’homme, attacha le sabre emballé dans le tissu blanc sur son dos. La petite boite contenant le présentoir dans sa main, il sortit de la boutique.

[Riku] – A la prochaine !

[Armurier] – Avec plaisir.

Puis l’étudiant se dirigea vers chez lui, le cœur léger et l’esprit virevoltant. Dans l’après midi il se rendrait à son aire d’entraînement pour en découvrir plus sur cette nouvelle partie de lui. Le soleil haut dans le ciel inondait l’étudiant faisant briller ses cheveux blancs et le tissu qui entourait le sabre. Le ninja venait de renaître et il entendit un mot à ses oreilles.

Sadame… (ça veut dire destin ou destinée en fonction du contexte)

[Vers les ruelles de Konoha]

[Katana FQ 250£ – (200£+bon d’achat 50£) = 0£]
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Mar 10 Juin - 15:12

[Sources chaudes Arrow]

Naoki avait soif de combat, il voulait un adversaire, quelqu’un avec qui il pourrait expérimenter un combat de Shinobi. Mais il lui fallait aussi une arme, un point important dans sa préparation à la mission. Il lui fallait être sûr qu’il n’oublierait rien, d’être totalement prêt.

Sous un beau soleil, le garçon se calma, son humeur combative s’apaisa quelque peu. Il rentra dans l’armurerie et tout de suite, sa peau ressentit la chaleur des fours. L’atelier n’avait pratiquement pas changé, toujours autant d’arme exposer. C’était vraiment impressionnant de voir autant d’arme poser et à la disposition des clients. Soudain, le garçon entendit une voix plus que familière et se retourna.

Kimiko – Salut !

Naoki – Salut, Kimi. Qu’est-ce que tu fais là ?

Kimiko – Le forgeron de l’Armurerie était un vieil ami de mon père. Quelque chose me pousse à venir ici régulièrement, j’ai l’impression que ça lui fait plaisir de là-haut. Et puis ça me rappelle l’univers de mon enfance… Quand je traînais dans l’atelier de mon père.

Naoki comprenait ce besoin de se rapprocher de l’univers de son père. Bien que Hyuga Hisoka ne soit pas mort, il est là raison pour laquelle le Genin voulait être ninja, pour se rapprocher de l’univers de son père. Le garçon se rappelait ce qu’elle lui avait dit. Le dernier Katana qu’il avait forgé était devenu son plus grand trésor.

Elle le portait toujours à la taille, comme aujourd’hui, il y était, caché sous un voile blanc. Etonnement, ce voile blanc attaché par-dessus le sabre rajoutait de la grâce à la jeune fille. Si on ne regardait que sa jambe gauche, celle qui était au contact du Katana, on aurait pu croire qu’elle portait une robe blanche. C’est la tenue qu’il aurait aimé la voir porté lors de leur première rencontre, lors de cette danse en parfaite osmose. Sa main prit le voile de pleine poigne et le souleva pour montrer toute la beauté du sabre dans son fourreau blanc, à l’image de celle qui le porte.

Kimiko – Il s’appelle Shigure, pluie d’automne, l’imprévisible et le versatile. Mais ne le répète à personne, nous ne sommes que deux à le savoir.

Naoki – Hein ? Mais pourquoi, tu m’as dit un si grand secret ?

Kimiko – Je ne sais pas. J’avais envie.

Forgeron – NATSUKI, l’arbre de l’été, le calme et le sage ?!!!! Ai-je bien entendu ?

Kimiko – Pas du tout !!!

Alors que le forgeron bondissait sur le couple comme un prédateur sur sa proie. La jeune fille se saisit d’un des multiples shuriken sur les étalages et le lança sur l’élément perturbateur. L’arme de jet se planta en plein dans son front, manquant de peu de lui ouvrir complètement le crâne. L’homme se tordit de douleur au sol, poussant des petits pleurs pitoyable.

Forgeron – Pourquoi !!! Pourquoi ne me dit tu pas le nom du dernier chef-d’œuvre de ton père…

Kimiko – Parce que ça ne te regarde pas !

Forgeron – Tu es tellement sévère avec un vieil ami de ton père. Je veux connaître le secret de ce sabre, le plus grand chef-d’œuvre du maître Katairu !

Kimiko – Il est mort juste après l’avoir terminé, personne ne connaît le secret de sa fabrication. Il a juste eut le temps d’écrire qu’il m’était destiné.

Forgeron – J’ai tout essayé pour imiter le réseau veineux de ce sabre d’exception. Des fils d’étain à l’insufflation d’air, rien n’y fait.

Kimiko – Il n’y aura jamais plus de sabre de ce type, c’est le seul et unique.

Forgeron – Solénoïde ? C’est un indice ! Je file, A plus les d’jeuns’ !

Le forgeron s’enfuit en courant, à l’arrière boutique. On entendait déjà les outils s’activer, le bruit prouvait une activité intense. L’erreur de compréhension semblait lui avoir donné une idée qui le mènerait à un échec inévitable. La jeune fille vérifia qu’ils étaient seules, elle et Naoki.

Kimiko – Mon père s’est donné corps et âme dans la réalisation de Shigure. Personne n’arrivera à une qualité semblable sans faire un sacrifice similaire. Ne le répète pas.

Naoki – Mais pourquoi tu me l’a dis ?!!! J’aurai préféré ne pas le savoir ! Je suis juste la pour acheter une arme pour ma mission moi.

Kimiko – J’avais l’impression qu’il le fallait.

Naoki – Il ne faut jamais écouter son instinct !

La jeune fille lui jeta un regard foudroyant et l’humeur de Naoki s’en retrouva rafraichit. A présent calme, il se demandait pourquoi son amie lui révélait autant de chose qu’elle voulait garder secret. Certes, ça le flattait, il se sentait à une place privilégié dans la ville de Kimiko, il se sentait de l’importance aux yeux de Kimiko. Mais ça le gênait également, il est des secrets qu’on préfère ignorer.

Etrangement, Kimiko se sentit l’obligation de jouer les vendeuses professionnelle. Sachant qu’il était un spécialiste Taijutsu, elle lui conseilla un nunchaku et lui proposa d’en essayer un. Naoki avait un bon feeling avec cette arme, il avait déjà vu une démonstration lorsqu’il était étudiant et il tenta de reproduire les mêmes gestes. Après quelques moulinets, il reposa finalement le nunchaku, décidant que 220£, c’était beaucoup trop élevé pour se frapper soit même.

Après lui avoir mit un bout de coton dans le nez pour arrêter le saignement, Kimiko lui conseilla une autre arme, moins destructrice mais plus tactique, le kaginawa. Naoki lança l’arme sur un poteau d’entraînement à la manière qu’on lui avait apprit à l’académie. Au moins il était persuadé de ne pas se blesser avec cette arme de lancée. Une fois l’arme bien accroché au poteau, il tira instinctivement dessus sauf que le poteau était bien vissé au sol. Le garçon se rétama inévitablement au sol mais il estima que 30£ pour se casser la gueule par terre tout seul était beaucoup plus abordable. Ils se dirigèrent donc tout les deux vers le comptoir pour finaliser l’achat. Le forgeron était revenu, apparemment son travail en arrière boutique l’avait amené nulle part. Il regardait Kimiko avec un air de chien battu.

Forgeron – Katairu-chan… S’il te plaît, dit moi…

Kimiko – Non.

Forgeron – S’il te plaît ?

Kimiko – Toujours pas.

Forgeron – S’il te…

Naoki – Bon ben je vais y aller moi. Alors je prends ce Kaginawa et je vous laisse l’argent là, hein ? Bonne journée.

Kimiko – Je viens avec toi.

Forgeron – Nooooooooon… S’il te plaît….

On aurait put croire que l’homme allait s’effondrer en larme par le simple fait de ne pas savoir le secret que Kimiko avait dit à Naoki si facilement mais la jeune fille s’en alla au bras de son camarade sans même un regard en arrière. Totalement insensible, ils sortirent tout les deux de la boutique et se promenèrent un peu tout les deux dans la rue, sans destination particulière. Naoki ressentait les mêmes choses que lors de leur danse au restaurant, mais l’intensité était beaucoup moins forte. Soudain, la bourgeoise s’adressa à son coéquipier.

Kimiko – Tu as donné à Yoshi ce qu’il t’avait demandé ?

Naoki – Non, et puis de toute manière j’aurais trop honte d’aller en acheter un.

Kimiko – Mais tu lui as promis.

Naoki – Mais ce livre est interdit au mineur !

Kimiko – Il ne fallait pas faire une telle promesse si tu n’avais pas l’intention de l’honorer.

La maîtresse en kenjutsu s’arrêta et fixa longuement Naoki dans les yeux. Celui-ci n’avait pas l’intention de céder mais il n’était pas de taille à lutter. Il sentait sa détermination s’éroder sous le regard de Kimiko. Finalement, il fut bien obliger de céder. Mon Dieu, quelle honte, se procurer un livre hentaï : Le Paradis de la Drague, Tome 2.

Naoki – Bon d’accord, j’y vais. A la prochaine.

Kimiko – A plus tard.

[ Arrow Bibliothèque Hiromida]

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Mar 10 Juin - 17:13

Riku : +14 XP RP, ça m'a fait penser à la scène dans Kill Bill !
Naoki : +14 XP RP, j'adore sa répartie Very Happy
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Mer 11 Juin - 13:20

+ 1 bolas - 90£


Dernière édition par Yosuke le Dim 29 Juin - 18:08, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Jeu 26 Juin - 15:35

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Epuisé physiquement et psychologiquement, Kosuke n’a qu’une hâte en ce milieu d’après midi : rentrer chez lui et faire une longue sieste bien méritée…
Sur le chemin de sa chambre en passant par le centre ville, il aperçoit une boutique à laquelle il n’avait encore jamais fait attention depuis son arrivé au village, boutique au dessus de laquelle trône une large inscription : Armurerie de Konoha !!!

[Kosuke] * Je sais qu’il existe des jutsu liés aux armes et avoir un kunai sur moi ne serait pas inutile je pense… Enfin j’en sais rien, allons voir ce qu’il y a d’intéressant la dedans, ma chambre n’est qu’a quelques dizaines de mètres de la, je ne ferais pas un grand détour…*

Penetrant dans le magasin d’arme, il y découvre une multitude d’objet tous à l’air aussi dangereux les uns que les autres mais certains à l’aspect bien étrange comme cette arme ressemblant à une corde terminée à ses deux extrémité par des boules, en regardant de plus près Kosuke y voit inscrit sur l’étagère sur laquelle elle est entreposée : Bolas, prix 90£…
Malheureusement au dessus de ses moyens et de toute façon le jeune étudiant n’y voyait pas à première vue de réelle intérêt pour lui. Il continua donc sa visite du magasin qui apparemment renfermait d’innombrables trésors…

Passant devant des battons, des objets tels de fine corde ou encore des katanas dont le prix firent rapidement s’éloigner le jeune Atami…Il arrive devant des rayons sur lesquels sont exposés des objets sûrement plus adapté à son porte monnaie et à l’usage qu’il pourrait en faire. Des shurikens de toutes tailles et des kunais à l’allure menaçantes étaient là attendant qu’un ninja veuille bien les prendre comme compagnon… Les prix étaient à peu près dans ses cordes et Kosuke se rappela qu’a son entrée à l’académie on lui avait remis un bon d’achat de 50£.

Mais ce fut une autre arme qui attira tout de suite l’attention du garçon, des points kunais !!! Une arme à l’allure mortelle et parfaite pour se battre au corps à corps.
Kosuke en saisi une paire et commence à donner quelques coups dans le vide avec, ce qui évidemment attira l’attention du forgeron qui l’interpella :

[Forgeron] – Si tu les touches, tu les payes !!! Ou alors tu les reposes…

Kosuke garda son attention sur l’arme sans lever les yeux vers l’homme :

[Kosuke] * C’est ça qu’il me faut… en plus elle coute…50£ !!! c’est donné à ce prix la *

[Forgeron] – Hé !! Tu m’écoutes quand j’te parles gamin, j’tes dis de les reposer…

Le jeune Atami saisi trois shuriken et s’avança vers le forgeron toujours en regardant sa nouvelle arme :

[Kosuke] – J’les prends…les points kunai ainsi que ces trois petits shuriken…

[Forgeron] – Ah ba fallait l’dire plutôt gamin…bon alors ça te fera…heu cinquante et trois fois quinze…heu quatre vingt quinze ryos s’il te plait…

Kosuke sortit l’argent et le bon d’achat et les tendis à l’homme, quelques secondes plus tard et sans un merci, il sortait de la boutique avec ses armes et un porte monnaie beaucoup plus légers qu’a l’arrivé…

[Kosuke] * rentrons à présent, je les essayerais ce soir…mais la j’suis crevé… AHHHHH !!!*

Et c’est en baillant que l’étudiant de Konoha rentre chez lui…

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Dim 29 Juin - 18:06

Kosuke : +4 XP RP

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Mer 9 Juil - 20:15

Les rues de Konoha s’éveillaient doucement, certains shinobis parcouraient les toits et certains civils martelaient le pavé. Les boutiques s’ouvraient les unes après les autres et le soleil perçait les nuages. Riku sentait des odeurs de cuisines qui lui mirent l’eau à la bouche, mais il ne s’arrêta pas, il devait se rendre à l’armurerie.

Après avoir remonté la rue jusqu'à l’endroit désiré, le genin attrapa son porte monnaie qui était pas mal remplis, il allait le vider. Il entra dans la boutique, Sadame sur le dos. L’armurier le regarda et le reconnu immédiatement, il entama la conversation.

[Armurier] – Alors comment tu vas ?

[Riku] – Très bien, je viens pour mon katana, j’ai besoin d’un affûtage et polissage pour Sadame.

L’homme se saisit du katana que Riku lui tendit, le genin avait un sentiment étrange en se séparant de lui mais il savait qu’il était en de bonnes mains.

[Armurier] – Très bien reviens en fin de matinée, j’aurais fini de m’occuper de lui.

Riku sourit, l’armurier savait que Sadame était un mâle. Le genin ne sachant pas quoi faire partit se promener dans les rues de Konoha et il trouva un coin ou il s’amusa avec un chien érant pour passer le temps. L’attente paraissait longue et il profitait de ce temps octroyé, il laissa alors le chien pour s’entraîner sur un toit. Rien de tel que quelques pompes et abdos suivis de maîtrise du chakra pour marcher sur les murs.

Enfin lorsque la faim se fit sentir, le genin retourna au magasin pour récupérer cette partie de lui. Il y avait comme un vide depuis qu’il avait laissé son katana mais cela allait changer sous peu. Riku entra et attendit que l’armurier se montre.

[Armurier] – Voila, plus tranchant qu’avant fais y bien attention comme tu l’a fait jusq ‘ua maintenant.

Riku se saisit de Sadame, il resplendissait. Le genin posa l’argent sur le comptoir et remercia l’homme avant de sortir. Un dernier coup d’œil aux shurikens divers et armes en tout genre avant de retrouver le plein air.

[Riku] – Une bonne bouffe et après entraînement perso avec Tsubaki…

*Rasengan…*

[Katana MQ -100£]

[Direction Entraînement de Riku]

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Lun 14 Juil - 18:45

Riku : +4 XP RP

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Mar 22 Juil - 21:07

achat d'un Katana: 500-300=200£
et d'un poison II:200-140=60£


On attribue souvent le feu comme l'élément du diable... Dans ce cas... je suis le diable.

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Jeu 24 Juil - 20:26

[Kurasigama -250£]

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Mer 13 Aoû - 20:18

Yosuke : L'armurerie. Je vous propose d'y aller ensemble dès maintenant. Je vous montrerai les possibilités que nous pourrons avoir et nous trouverons vos goûts pour dessiner votre style de combat. Après nous irons apprendre à marcher sur l'eau et je vous parlerai de votre entraînement individuel.

Yosuke rangea son bloc-notes et commença à se lever. Kenji l’imita. Ca dernière phrase lui mit quelque peut du baume au cœur. Il n’allait pas encore apprendre une technique seul à l’académie, mais bien avec quelqu’un. Il allait montrer son talent à son sensei.
Les deux étudiants et leur sensei sans allèrent donc pour l’armurerie. D’après Yosuke c’est ici qu’il trouverait leur style de combat, en rapport avec l’arme qu’il choisirait. Ils marchèrent un cours moment en silence dans le village.
La discutions dans la salle de réunion avait été assez constructive, Kenji arrivait à rester plus que quelque minute à coter de Yoshi sans vouloir le tuer. Mais il le détestait toujours autant.
Soudain l’armurerie se dressa devant eux. Un magnifique complexe qui arpentait une fausse allure militaire. Le gris prédominait sur les murs, et ce n’était pas les arbres qui formaient l’entrée qui allait cacher cette faute de gout de la part des architectes de Konoha. Ils entrèrent d’un pas que Kenji prit pour solennel dans ce complexe.
Le comptoir d’accueil était vide. Le magasin en lui-même ne montrait aucun signe de vie. Aucun client, aucune assistance. Cela dégouta quelque peu Kenji.
Une odeur de cuir flottait dans le magasin, surtout dans le coin des tenues de ninja. L’intérieur était fortement différent de la devanture. Les couleurs militaires prédominaient, le vert, marron et noir. Toute ces teintures ce mariée avec convenance. Les rayons se formaient grâce à de grandes étagèrent où était disposé différent arme sur le dessus.
Kenji se tourna vers Yosuke mais à son étonnement il n’était plus là. D’ailleurs il ne voyait pas Youso non plus.

*Je vais aller faire un tour, j’ai rien à y perdre…*

Kenji arpenta les allées, il ne savait pas quoi chercher et ne cherchait rien. Il vit des shuriken de multiple forme, des armures d’un métal qui en disait long sur sa résistance.

*Où vais-je trouver une arme qui me serait adapté…*

Kenji ne savait que faire. Perdu entre les kunai et les aiguilles il aurait aimé que Yosuke soit à ses côtés.
Il vit des poings kunai.

Kenji : Classe…

Il les prit dans ses mains et fit quelque mouvement avec. Malgré leur alliage en métal il était très souple, l’étudiant trouvé qu’il avait fier allure avec.

*Mais je ne suis pas un adepte du corps à corps…*

Il reposa alors avec délicatesse et une certaine tristesse les poings kunai sur l’étagère.
Un peu plus haut sur l’étagère Kenji apperçu un fuma shuriken. Il le trouva très beau, mais aussi très dangereux. On ne pouvait le prendre, un petit panneau à côté l’interdisait sauf en cas d’accord avec un vendeur. Kenji le dévora des yeux. Ses longues lames grises avaient l’air de pouvoir trancher n’importe quelle chaire, elles se finissaient avec des pointes fine qui perforaient le vent.
En admiration devant cette arme Kenji se mit en œuvre de rechercher son sensei pour avoir son avis.
Le fuma shuriken lui aurait permit de blesser l’ennemi et de se jeter sur lui une fois blessé. Des plans tactiques se dessinaient dans la tête de Kenji.

*C’est fou toute les manières que l’on a de tuer avec une seul arme…*

Kenji retourna à l’accueil qui était désespérément vide mais il ne pouvait penser que son sensei les avait laissés seul livré à eux même. Il s’installa dos au mur et prit une pause qu’il trouva classe. Il rabattit ses cheveux en arrière et patienta.

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Mer 13 Aoû - 22:24

[Venant de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]

Ils marchèrent vers l'armurerie et Yo-yo avait oublié de répondre aux questions de Kenji. Personne n'avait parlé et Youso s'amusait à regarder Kenji qui semblait l'éviter. Ils continuèrent ainsi jusqu'à l'armurerie. Ce beau bâtiment qui avait l'air antique, mais récent en même temps. Kenji entra le premier et regarda l'intérieur. Le nombre d'arme qu'il y avait était incalculable. Il y en avait de tous les genres et pour tous les genres. Youso savait que Kenji prendrait quelque chose de gros et de très puissant, de lourd et d'évidant.

Il avança dans le magasin en laissant Kenji seul. Il y avait des Kunai de très bonnes qualités, il voyait même celui que Takame avait attaché après le chat.

*Sa coûte beaucoup trop chère pour mon petit budget.*

Un Kunai, 50 $... Un Katana, 300 $.

Il tourna dans un autre rangée et constata que c'était des armes de jet.

Petit Shuriken, 15 $, Kaginawa, 30 $.

Il constata que ça se rapprochait de son budget.

Il continua à regarder les petites étiquettes qui pendant des armes.

Shuriken, 40 $... Euhh...

*Mais c'est quoi ça !?*

Youso le retourna et le jeta dans les airs, mais cet objet ne servait probablement à rien.

*Hoo, je sais ! C'est des mocassins*

Il vit Kenji retourner à l'entrer.

[Youso] Hey Kenji ! C'est quoi ça ? Des mocassins ?

Youso ne laissa pas le temps à Kenji de répondre à sa question et courra les mettre dans la partie des vêtements. Là, il regarda les armures qui puaient le cuir. Tout ça n'était pas à la mode et ça ne plairait pas à Cathi si Youso achetait ça.

Youso avait bien réfléchit à la tactique que Yo-yo lui avait proposé. Peut-être avait-il raison que les armes de jets l'aiderais. Le grappin l'aiderait surement à remmener ces adversaires au corps à corps, mais cela serait pour plus tard. Un Shuriken ferait l'affaire.


Dernière édition par Youso Shi le Ven 23 Jan - 8:10, édité 1 fois
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Jeu 14 Aoû - 20:21

[Venant de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]

Le bruit de la sonnette retentit, trois nouveaux clients pointaient le bout du nez en ce début d'après-midi.

Yosuke s'esclipsa rapidement, jetant un "j'arrive tout de suite" très furtif et à peine audible. Il alla voir le vendeur directement. Il sonna à la petite clochette au niveau du comptoir. Le vendeur sortit de l'arière boutique seulement deux minutes plus tard. Bientôt et échappant à la vue de ses étudiants, Yosuke réussit à persuader le vendeur de le laisser entrer derrière ce rideau.

Il n'était jamais allé aussi loin dans la boutique, il s'était toujours arrêté aux vitrines de la pièce principale. Il ne faisait ni chaud, l'atmosphère n'était pas emplie de fumée et on n'était pas à l'intérieur d'un volcan. En fait on était juste dans une réserve avec des caisses en bois, très loin des préjugés des contes de fée de Yosuke.

Le vendeur ouvrît une caisse spéciale avec un outil, il vérifia le contenu et porta la caisse.

[Vendeur] " Celles-ci feront l'affaire ? "

[Yosuke] " Je vous remercie. "

L'homme ouvrit une porte et porta la caisse jusque dehors, derrière la boutique, dans son jardin privé. Mais Yosuke ne le suivit pas et préféra rebrousser chemin.

Quand il sortit du rideau, il n'eut pas à chercher longtemps ses élèves, ils étaient déjà devant le comptoir. Ils avaient été un peu trop rapide pour faire le tour du magasin au goût du chuunin. Mais ce n'est rien, ils avaient le droit à une visite supplémentaire.

[Yosuke] "Vous deux ! Venez. "

Il les incita à venir dans la remise avec lui.

[Yosuke] " Je me suis arrangé avec le vendeur. Il ferma la boutique pour nous et on va vous montrer toutes les armes qu'il y a dans ce magasin. "

Et ça lui avait coûté, comme la dernière fois, une promesse d'achat mais il oublia de leur dire ce détail. Savaient-ils tout ce qu'il faisait pour eux ?

[Yosuke] " Evitez d'être grossier en disant que les armes sont nulles, si vous le pensez c'est juste qu'elles ne sont pas faites pour vous. Allez venez. "

Il espérait ne pas vexer ses élèves en leur parlant comme ça, mais il avait quand même sa responsabilité et c'était presque comme une sortie scolaire. Il ne voulait pas que l'équipe 4 ait la honte dès sa première sortie. Il avait des projets, beaucoup de projets, notamment rendre cette équipe beaucoup plus forte et pourquoi pas très célèbre. On pourrakit aussi amasser beaucoup d'argents s'ils étaient efficaces.

Ils arrivèrent dans la petite cour ensoleillée. Le marchand avait fait vite, il avait déplié plusieurs draps blancs dans l'herbe pour y disposer tous les types d'armement et de défense possibles. Lui-même n'avait pas du voir tant d'armes de toute sa vie.

[Yosuke] " Le gérant de cet établissement est d'accord pour vous faire une démonstration de chaque arme qui vous interesse, vous parlez de son maniement et de son utilité. Vous n'avez qu'à faire votre choix. "

[Vendeur] " Vous pouvez toucher et vous exercez sur ces mannequins en bois. je serai là pour vous corriger..."

[Yosuke] " Et moi pour vous conseiller. "


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Yosuke le Jeu 4 Sep - 12:28, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Jeu 14 Aoû - 23:43

Youso arriva prêt de Kenji à l’accueil quelques instants plus tard leur sensei sortit d’un rideau derrière le comptoir.

*Un ami du patron surement…*

Yosuke : Vous deux ! Venez.

Aucune question sur leur visite de l’armurerie. Kenji était déçu il aurait aimé que son sensei l’aide à choisir entre le Fuma shuriken et les poings spécial de combat ou une autre arme.

*Il y en a tant…*

Ils passèrent eux même derrière le comptoir et Yosuke leur tira le rideau pour les faires passé devant lui. Ils arrivèrent dans une sorte de remise. Il y faisait sombre mais pas froid. Cela surpris Kenji.
Il entendit la voie de son sensei surgir derrière lui.

Yosuke: Je me suis arrangé avec le vendeur. Il ferma la boutique pour nous et on va vous montrer toutes les armes qu'il y a dans ce magasin.

*Toute !*

Heureusement qu’il faisait sombre, car Kenji faisait une tête qui aurait grandement fait rigoler Youso. Il y avait un nombre incalculable d’arme dans ce complexe. L’étudiant n’en croyait pas ses yeux.

*Depuis quand Yosuke sensei s’occupe autant de nous ?*

Yosuke : Evitez d'être grossier en disant que les armes sont nulles, si vous le pensez c'est juste qu'elles ne sont pas faites pour vous. Allez venez.

Kenji ne prit pas cet avertissement pour lui.

*Il doit surtout penser à Youso*

Kenji était poli si on ne l’insulte pas, il ne voit pas pourquoi il dirait à quelqu’un qui passa sa vie à vendre des armes, que sa vie est nul. Il le penserait fortement mais ne le dirait pas. Cela fait partie des vérités à ne pas dire.
Ils continuèrent le trajet et arrivèrent dans une petite cours qui n’était autres que l’arrière boutique du complexe. Malgré ça elle était très bien éclairée. Le gazon était parfaitement entretenue et le long du mur était disposé des draps blancs sur les quelles de nombreuse armes étaient disposé. Un peu plus loin au milieu de la cours avait été dressé un mannequin en bois.

Yosuke : Le gérant de cet établissement est d'accord pour vous faire une démonstration de chaque arme qui vous intéresse, vous parlez de son maniement et de son utilité. Vous n'avez qu'à faire votre choix.

Veneur: Vous pouvez toucher et vous exercez sur ces mannequins en bois. je serai là pour vous corriger...

Yosuke : Et moi pour vous conseiller.

Kenji ne se le fit pas répéter par deux fois. Il alla vers les armes mais se perdit dans se dédalle d’engins à tuer. Il remarqua que les armes étaient rangées par catégorie sur les draps. Il y avait les armes de corps à corps accompagné de celle de jet. Les armes mixtes étaient étalées sur un autre drap perpendiculaire à celui-ci. Kenji se pencha sur les armes de jet et prit le fuma shuriken de tout à l’heure. Il regarda le vendeur et son sensei en espérant une réaction, mais aucun signe. Il fallait qu’il le teste. Au plus profond de lui il savait cette arme dangereuse. Elle l’attirait.
Il se mit devant le mannequin et recula de plusieurs mètres.
Il sauta en l’air, fit claquer la sécurité sur Fuma et le libéra. Ses lames s’écartèrent telle des pétales d’une fleures qui éclos. Le soleil les fit brillaient avec ardeur. Kenji fit un demi-tour sur lui-même pour donner de la force à son coup et lança le fuma de toutes ses forces vers le mannequin. Le fuma tourna sur lui-même à une vitesse prodigieuse. Il vint s’encastrer dans le bois et se stoppa net.
Kenji retomba à terre en faisant un salto et balança ses cheveux en arrière. Il espérait secrètement avoir impressionné son sensei. Mais se fut le vendeur qui vint à sa rencontre.

Vendeur : Très beau lancer ! Plus artistique qu’efficace, mais tu es jeune tu apprendras.

Kenji se sentit légèrement agacer d’entendre cette remarque.

Kenji : Oui, oui c’était juste un essai. J’ai pouvais ainsi constater la maniabilité de l’arme.

Kenji reppartit vers les armes de poings cette fois si.
Il prit en main les poings kunai. Il était très léger pour des kunai. Kenji se mit au centre de la clairière et fit quelque passe d’arme avec ses poings. Il se stoppa au bout de quelques secondes et reposa les poings kunai.

* Le corps à corps ce n’est vraiment pas mon truc*

Le vendeur revint vers lui.

Vendeur : Puis-je savoir qu’elle voie vous empruntez ?

Kenji : Je fais du ninjutsu.

Vendeur : Les armes de jets vous seront donc plus utiles. Essayez les kunai si vous le souhaitez.

Kenji : Merci.

Kenji alla prendre un kunai au hasard sur les draps.
Il se placa au même endroit que lorsqu’il avait lancé le fuma shuriken. Mais le kunai avait moins d’atout pour plaire à Kenji. C’était une arme trop commune. Et les façons de tuer qui en résultait étaient banal à souhait.
Kenji planta fermement les pieds dans le sol et ferma les yeux. Il se concentra de façon à se mettre en condition réelle de combat.

*L’ennemi bouge… Tu sens ses pas sur la terre…*

En une fraction de seconde Kenji ouvrit les yeux et lança le kunai avec force et détermination. Le kunai alla s’encocher dans la tête du mannequin. Ce coup ne révélait pas une grande intelligence chez Kenji. Un shinobi réfléchit aurait visé une partit du corps plus grosse, ou aurait essayé de garder en vie l’ennemi pour l’interroger.
Kenji retourna prendre le kunai du mannequin et le reposa sur le drap. Le vendeur ne vint pas lui faire de remarque cette fois ci.
L’étudiant passa en revue toute les armes dans sa tête pour voir si une autres l’interessait.

*Shuriken… Senbon… Kaginawa… Katana !*

Une épée Kenji en rêvait, même si son utilité pour lui était nulle, il trouvait que cela faisait classe. Il avait vu Riku qui en portait une. C’était un shinobi de grande classe portant un beau katana.
Proche du katana Kenji vit un nunchaku et s’en émerveilla. Il aimait les armes de corps à corps même si il ne s’en servait pas.
Une fois les idées bien remisent en ordre Kenji se tourna vers Yosuke.

Kenji : Sensei. Je pense qu’un Fuma Shuriken me conviendrait. Qu’en pensez-vous ?


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 16 Fév - 13:21, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Ven 15 Aoû - 18:54

Les deux garçons étaient seul devant se tas d'armes qui tueraient sûrement quelqu'un dans le futur. . Finalement, le vendeur arriva, une caisse à la main et Yo-yo qui le suivait en arrière.

Yosuke : Vous deux ! Venez.

Kenji s'avança en premier suivi de Youso.

Yosuke : Je me suis arrangé avec le vendeur. Il ferma la boutique pour nous et on va vous montrer toutes les armes qu'il y a dans ce magasin.

*Ha non ! Ça va être long et ennuyeux...*

Essayer toutes ces armes allaient prendre toute l'après midi. Youso n'avait tout simplement pas le goût... Les armes ce n'était vraiment pas son truc.

Ils entrèrent dans une petite cabane sombre et laide et Yo-yo fit la moral.

Yosuke : Évitez d'être grossier en disant que les armes sont nulles, si vous le pensez c'est juste qu'elles ne sont pas faites pour vous. Allez venez.

Pourquoi ne pouvaient-ils pas dire qu'une arme était nulle. Ça ne va sûrement pas blesser le vendeur qui n'en a rien à foutre de leurs avis. Mais pour faire plaisir à Yo-yo, Youso décida de ne pas dire des choses méchantes aux armes pour ne pas les insulter et leur faire de la peine. Au fond, Yo-yo c'était donné PEUT-ÊTRE beaucoup de mal à convaincre le vendeur de fermer la boutique pour Kenji et lui. Il ne les connaissait même pas et il avait accepté.

Yosuke : Le gérant de cet établissement est d'accord pour vous faire une démonstration de chaque arme qui vous intéresse, vous parlez de son maniement et de son utilité. Vous n'avez qu'à faire votre choix.

C'est là qu'ils sortirent de la petite cabane puante pour arriver sur un terrain de gazon vert avec au fond plusieurs armes sur des draps blancs. Youso ne comprenait pas trop le fonctionnement... Comment faisaient-ils pour tenir sur des draps. Peux importe, il marcha vers les armes et il vit Kenji prendre les mocassins et les jeter sur un mannequin. Youso alla plus loin et regarda les armes disperser un peu partout.

*Tiens... des minis mocassins*

Il pris les minis Shuriken et recula. Pour en lancer en sur la petite tête du mannequin.

*Ils sont efficaces ces mocassins*

Il alla chercher celui qu'il avait lancé et essaya d'en lancer plusieurs à la fois. Il aimait mieux le Fuma Shuriken, mais les petits étaient bien pour en lancer plusieurs en même temps.

Il les reposa sur le drap et pris par la suite le grappin. Il recula une seconde fois et visa rapidement le mannequin, mais il manqua malheureusement sa cible. Il ramena le grappin et recommença à viser la petite tête du mannequin. Il ne savait pas vraiment comment fonctionnait ce bidule. Il fit signe au gros bonhomme muscler de venir.

[Youso] Dit, comment ça marche ce truc ?

Le patron pris le grappin et se positionna en même temps de montrer à Youso comment s'en servir. Il le redonna par la suite en attendant que Youso fasse ce qu'il a dit.

Il se positionna comme le bonhomme musclé lui avait dit et lança le grappin.

[Patron] Oué ! On peu dire que ça va... Pourquoi n'essais-tu pas le fuma Shuriken.

Le patron pointa les mocassins.

[Youso] Un quoi ? Un fuma Shuriken... Non... c'est trop gros... ce n'est pas vraiment mon truc. Je ne sais pas vraiment quoi choisir...
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Dim 17 Aoû - 0:06

Ces élèves avaient des degrés de motivation différente mais, chacun dans leur coin, il se prêtèrent volontier à ce jeu. Ils n'avaient pas hésité à toucher, essayer et demander conseil. Yosuke était emballé par cet apres-midi, tout se passait comme prévu et pour une fois Yosuke se sentait utile. Ce job lui plairait peut-être dans l'avenir.

Kenji se lança avec un fuuma shuriken. Son choix aurait été facilement prévisible si on y pense. Après tout Kenji faisait du ninjutsu et lui-même avait choisi cette arme, sagement rangé dans son étui.

De son côté Youso s'approcha des petits shurikens. Toutes les étoiles qu'il lança à vive allure se plantèrent directement sur sa cible. Un taijutsuteur cherchant à attaquer de loin, drôle de stratégie que lui avait soufflé Yosuke. Mais il l'avait écouté et avait l'air, même si les pronostiques étaient contre lui, plutôt doué. Puis il s'interessa au grappin, demandant un peu d'aide.

En y réflechissant, Yosuke avait eu quelques problèmes avec ses armes par le passé. En cet instant précis, il s'éfforçait de corriger les erreurs qu'il avait pu faire et de faire profiter cette expérience à ses élèves.

[Kenji ] : Sensei. Je pense qu’un Fuma Shuriken me conviendrait. Qu’en pensez-vous ?

Lui qui s'était mis à l'écart pour ne pas les déranger, ça lui faisait bizarre qu'on lui demande son avis. Peut-être que chacun commençait à comprendre qu'il existait désormais une équipe, que Yosuke était une source d'informations potentielles et que, même si c'était la première fois pour lui, il devait être disponible pour eux à tout moment.

[Yosuke] " Et bien, ça dépend de beaucoup de choses Kenji. Attends voir. "

Il posa son sac à dos à terre et sortit un étui de cuir. Là, il déploya rapidement les lames de l'un de ses propres fuuma shuriken, à vrai dire le plus beau qu'il avait. Il le laissa là un instant pour le montrer à son élèves.

[Yosuke] " Ca dépend de ta spécialisation. "

Il le jeta avec force contre l'un des arbres du jardin, il avait préféré épargner les mannaquins. L'entaille était profonde, le mannequin n'y aurait pas échappé.

[Yosuke] " Viens assis toi. "

Ils laissèrent Youso s'entraîner avec le vendeur au grappin. Yosuke avait quelques chose à expliquer à Kenji.

[Yosuke] " Je suis capable de t'aider dans tes choix, bien plus que dans les choix de Youso. Je fais du ninjutsu et j'ai moi-même choisi le Fuuma-shuriken. Tu dois savoir qu'une arme pour un ninjutsuteur c'est une issue de secours. Elle est à utiliser quand nous n'avons plus de chakra ou quand nos jutsus sont innéfficaces. Un ninjutsuteur sans chakra et comme un taijutsuteur sans poing tu comprends ? "

Il s'arrêta deux secondes pour observer Youso, peut-être qu'il sera l'exception qui confirme la règle dans l'avenir. Il venait justement de louper un lancer de grappin.

[Yosuke] " Tu dois faire un choix, un choix bien cruel à vrai dire. Tu dois savoir qu'un ninja ne peut pas tout faire. En théorie si, mais dans la pratique un ninja de cette sorte est un ninja très médiocre. Tu dois choisir, soit tu veux que tes arcanes soient puissantes et tes armes deviennent un joker, soit l'inverse. Et le fumma ne sera vraiment utile qu'en t'y entraînant longuement et avec un exercice physique prolongé. "

Il n'arrivait pas à avoir la réaction de Kenji derrière ses lunettes de soleil, mais il espérait s'être fait comprendre.

[Yosuke] " J'ai bien une idée à te soumettre mais je ne peux pas te l'imposer. C'est à toi de choisir ta voie. "

Il se leva, laissant Kenji seul et lui donnant l'opportunité de méditer sur ces paroles. En l'espace de quelques minutes, Youso avait fait quelques progrès. Il discutait avec le vendeur.

[Vendeur] Oué ! On peu dire que ça va... Pourquoi n'essais-tu pas le fuma Shuriken.

[Youso] Un quoi ? Un fuma Shuriken... Non... c'est trop gros... ce n'est pas vraiment mon truc. Je ne sais pas vraiment quoi choisir...

[Yosuke] * Il n'a pas dit que c'était nul au moins. *

Yosuke s'invita à la conversation. Il remercia silencieusement le vendeur pour se retrouver seul avec Youso.

[Yosuke] " J'ai vu que tu n'as pas essayé les armes de combat au corps à corps. A vrai dire ça ne m'étonne pas... Donc ça te laisse beaucoup moins de choix que Kenji."

Un taijutsuteur n'est un vrai taijutsuteur qu'à mains nus. S'embarasser d'armes est plus contraignant qu'optimisant.

[Yosuke] " Tu ne dois pas vraiment t'éclater. T'inquiète, on a bientôt fini. D'abord, le grapin c'est plutôt un bon choix quand tu seras seul. Puis les petits shurikens, tu as l'air à l'aise avec. Pour une petite bourse ils seraient idéales dans notre formation numéro 1. " Il soupira un petit peu, il avait vraiment l'impression de l'embetter avec tout ça. " Je vais être franc, tout ça c'est pas vraiment nécessaire pour toi si tu te bats seul, sauf peut-être le harpon. Mais si tu es décidé à t'impliquer dans notre équipe, je peux peut-être te souffler quelques idées à l'oreille..."


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Dim 17 Aoû - 13:00

Yosuke : Et bien, ça dépend de beaucoup de choses Kenji. Attends voir.

Son sensei, posa son sac à dos par terre et se mit à sortir un grand étui de cuir. Il était beau, sans aucun signe de vieillesse.


*Vraiment bien entretenu.*


Kenji en resta étonné. Son sensei sortit du cuir un magnifique Fuuma Shuriken. Les lames étaient scintillante, sa taille d’une ampleur considérable. Avec cette arme en main Yosuke devait faire de gros dégât.

*Voir tuer…*

Yosuke : Ca dépend de ta spécialisation.

Yosuke jeta à ce moment son Fuuma Shuriken avec force contre un arbre du jardin, il s’y planta avec perfection, sans un sursaut de la part de l’arme. L’entaille dans l’arbre était profonde, ainsi que la force du lancé de son sensei.
Yosuke invita Kenji à s’assoir prêt de lui. Youso était plus loin entrain d’essayer un grapin. Yosuke regarda alors son élève dans les yeux.

Yosuke : Je suis capable de t'aider dans tes choix, bien plus que dans les choix de Youso. Je fais du ninjutsu et j'ai moi-même choisi le Fuuma-shuriken. Tu dois savoir qu'une arme pour un ninjutsuteur c'est une issue de secours. Elle est à utiliser quand nous n'avons plus de chakra ou quand nos jutsus sont innéfficaces. Un ninjutsuteur sans chakra et comme un taijutsuteur sans poing tu comprends ?

*Oui, une sorte de roue de secours…*


Kenji trouvait qu’enfaite il ressemblait fortement à son sensei. Il avait prit la même voie et ils allaient surement avoir la même arme. Une sensation étrange prit possession de l’étudiant. Ce sensei qu’il avait tant critiqué pour son travail, qu’il pensait superficiel, s’occupait de lui. On accordait de l’attention à Kenji pour une fois. Il ne le laissait pas seul dans son choix. Une main lui était tendu mais Kenji hésitait encore à la saisir.

*Pourquoi ?...*

Yosuke reprit la parole.

Tu dois faire un choix, un choix bien cruel à vrai dire. Tu dois savoir qu'un ninja ne peut pas tout faire. En théorie si, mais dans la pratique un ninja de cette sorte est un ninja très médiocre. Tu dois choisir, soit tu veux que tes arcanes soient puissantes et tes armes deviennent un joker, soit l'inverse. Et le fumma ne sera vraiment utile qu'en t'y entraînant longuement et avec un exercice physique prolongé.

Yosuke se redressa et laissa seul Kenji. Celui-ci resta assit un petit moment. Il réfléchissait.

*Je ne peux faire les deux. Comme l’a dit Yosuke sensei, on peut être excellent en ninjutsu, ou excellent dans le maniement des armes. Mais on ne peut être excellent dans les deux domaines. Il faut donc choisir. Se battre avec des armes je trouve cela très lâche…*


Kenji continua à peser le pour et le contre durant un long moment. Il voyait au loin son sensei s’occuper cette fois ci de Youso. Il avait l’air d’avoir du mal à choisir une arme qui lui convient. En tournant la tête pour se replonger dans ses pensées Kenji revit le Fuuma de Yosuke au loin dans un arbre.

*C’est décidé. Je prends un Fuuma, mais il ne me servira quand cas de problème !*

Kenji se redressa et mit ses lunettes sur sa tête. Il souffla un grand coup et bomba le torse. Il était heureux de la décision qu’il venait de prendre.
Il alla chercher le vendeur.

Kenji : Excusez-moi.

Vendeur tourna la tête vers l’étudiant avec un grand sourire. Il avait l’air de s’amuser à nous voir choisir nos premières armes.

Vendeur : Oui petit ? Tu veux un conseil ?

Kenji : Non, non. J’ai bien discuté avec Yosuke et je crois que le Fuuma Shuriken va me convenir.

Vendeur : Je le crois aussi. Mais en suivant le ninjutsu tu n’en auras pas fortement besoin. Mais il vaut mieux avoir une assurance tout risque. Hein ?

Le vendeur s’esclaffa quelque seconde mais seul. Kenji ne comprit pas très bien ce qui était drôle dans cette situation.

Vendeur : Certes… Passons… As-tu l’argent ?

Kenji : oui.

Kenji sortit une petite bourse en cuir de sa veste noir. Il l’ouvrit et donna 50£ au vendeur.

Vendeur : Euh… Désolé jeune homme mais cela coûte 50£ de plus…


Le patron était légèrement mal à l’aise, il ne pouvait faire de prix à des nouveaux, sinon il fermerait boutique en moins d’une semaine. Mais Kenji eu un petit sourire se dessiner sur le visage, il avait ménagé le suspense pour voir un peu la réaction du vendeur. Il rigola et tendit au vendeur un bon de 50£.

Kenji : Voilà, j’ai ce bon de 50£ pour votre complexe militaire. Avec l’argent le compte y est ?

Le vendeur ne répondit pas et repartit dans l’arrière boutique. Quelques minutes passèrent, puis il revint avec un étui de cuir, mais beaucoup moins beau que celui de son sensei.

Vendeur : Prends en soin. Il pourrait te sauver la vie un jour…

Kenji prit l’objet délicatement dans ses mains et l’attacha en bandoulière dans son dos.
Il avait acquis sa première arme. Une légère montait d’adrénaline lui donna envie de se battre pour pouvoir la tester. Il regarda Youso avec espoire, mais celui-ci avait l’air occupé avec Yosuke.
Il retourna finalement prêt du mur ou il s’adossa et attendit que son sensei en finisse avec le rebelle.


[-1 Fuuma Shuriken, -50£ + -bon de début de 50£]


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 16 Fév - 13:21, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Dim 17 Aoû - 18:40

[Pour le lien j'avais trop le goût xD (Deuxième phrase de Youso)]

Yosuke arriva en laissant le vendeur de coter. Celui-ci retourna voir Kenji et Yosuke commença à lui donner quelques conseilles. À vrai dire, ça ne l'aidait pas.

[Yosuke] J'ai vu que tu n'as pas essayé les armes de combat au corps à corps. Ça ne m'étonne pas... Donc ça te laisse beaucoup moins de choix que Kenji. Tu ne dois pas vraiment t'éclater. T'inquiète, on a bientôt fini. D'abord, le grappin c'est plutôt un bon choix quand tu seras seul. Puis les petits shurikens, tu as l'air à l'aise avec. Pour une petite bourse ils seraient idéals dans notre formation numéro 1. Je vais être franc, tout ça ce n'est pas vraiment nécessaire pour toi si tu te bats seul, sauf peut-être le harpon. Mais si tu es décidé à t'impliquer dans notre équipe, je peux peut-être te souffler quelques idées à l'oreille...

Petit résumer de tout ce blabla qui ne fini pas, mais qui veut dire peu.

Tout d'abord, Yosuke disait que Youso avait moins de choix que Kenji, car il se battait au corps à corps et les armes de jet n'était pas son truc. Ensuite, il dit que les petits Shurikens et le grappin est bien s'il se bat seule. Il dit ensuite qu'il pouvait lui souffler quelques idées à l'oreille.

Mais qu'est-ce qu'il attendait ? Youso se positionna pour lancer le grappin.

[Youso] Tu as fini ?

Mais il manqua sa cible. Il soupira longuement et se redressa. Il n'allait quand même pas recommencer la même histoire.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Il pointa Kenji. Youso le savait plus que tout qu'il l'avait repoussé au restaurant. Mais ce jour-là, Kenji l'avait énervé avec ses questions idiotes.

[Youso] Kenji doit le faire aussi ! Je peux voir qu'il a choisi le fuma Shuriken...

Youso regarda Kenji. Il portait fièrement son Shuriken Fuma. Le petit rebelle était sûr que Kenji avait acheté cette arme pour paraître plus fort.

[Youso] Et toi Yo-yo, est-ce que tu t'impliqueras dans l'équipe comme tu l'as fait aujourd'hui ? D'ailleurs, merci de nous avoir emmené ici.

Dit Youso en marchant vers le vendeur pour acheter ses petits Shurikens. Comme c'était ennuyant d'être gentil.
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Lun 18 Aoû - 12:30

Le chuunin écoutait les plaintes de Youso, ses questions et aussi ses sous-entendus. La réaction était enfantine mais pas totalement inutile. Il avait au moins mis le point sur une chose, Yosuke oppressait peut-être plus Youso que Kenji. Sans doute parce qu’il était plus jeune, sans doute parce qu’il avait fait une plus mauvaise première impression que son coéquipier, enfin pour beaucoup de choses en fait. C’était aussi sa manière de s’occuper de lui, taijutsuteur, il savait que dans l’avenir il passerai plus de temps avec Kenji à l’entraînement… ou peut-être pas.

[Yosuke] « Je prends note de tout ça Youso. J’irai embetté Kenji la prochaine fois. Mais dans ce cas précis, quand je parlais d’investissements, je voulais surtout parler d’argent, les armes ne sont pas gratuites… » Il mit la main sur son épaule. « Si tu veux le grappin, achète le, pour les petits shurikens je te les offre. »

Il oublia volontairement l’autre question, celle qui disait qu’il ne s’investirait pas dans l’équipe. Mais savait-il à quel point il était déjà dans le pétrin à cause de l’équipe ? Cette équipe était un test pour Yosuke, il en était persuadé. Mais contrairement au toit du Kumo, il était loin d’avoir les pleins pouvoirs et le contrôle absolu sur cette équipe. Deux personnalités fortes qui s’opposent et Yosuke en sensei débutant au milieu… C’était presque une conspiration.

Il fixa Kenji au loin, il avait donc acheté le fuuma shuriken. Il lui aurait vraiment conseillé un autre choix, si seulement il lui avait demandé conseil. Mais il ne l’avait pas fait. Son avis avait donc un impact limité sur lui.

Il mit les mains dans les poches et s’avança vers l’entrée… Tant pis, il n’aurait peut-être pas de génie du ninjutsu, ou peut-être que si, alors cet achat serait pure perte. Lui qui était prêt à lui offrir un de ses fuuma, il était trop tard maintenant, tant pis aussi. Comme il le pensait, il était loin d’avoir le contrôle. Même sur lui, il n’avait pas totalement le contrôle…

[Yosuke] « Euh excusez-moi… Je vous avais parlé d’une promesse d’achats. »

Il avait bien attendu le choix de Kenji pour aller voir le vendeur. Oui, il avait pallié à toute éventualité et parmi toutes les solutions, les circonstances avaient choisi celle-ci. La vie n’est faite que de hasard et de circonstances après tout, même pour les choses les plus importantes, les choses qui changent une vie…

[Vendeur] « Une qualité au dessus ? »

Yosuke acquiesça. Il savait le prix, il avait pu se renseigner avant, d’où l’hésitation du vendeur. Il ne devait pas faire ce genre de vente très souvent mais aujourd’hui il gagnerait son mois, il pourrait même se permettre une semaine de vacances.

[Vendeur] « Je vais aller ouvrir une autre caisse alors. »

Et le vendeur disparut dans la remise, laissant l’équipe gardienne du stock des armes étalé sur les draps.

Il se posa contre le mur, les pieds croisés. Kenji avait fait son choix, il ne manquait plus que Youso. Kenji lui n’était pas loin, sa nouvelle arme devant lui. Il lui fît signe.

[Yosuke] « Kenji, entraîne toi sur les mannequins, je vais t’aider… »

Ca lui faisait bizarre, il n’y a pas si longtemps c’était Tsubaki-sensei qui lui apprenait l’art du lancer de fuuma. Mais aujourd’hui il était presque certain d’être bien meilleure qu’elle dans ce domaine.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Lun 18 Aoû - 13:19

Kenji assit tranquillement contre le mur attendit que la séance de la journée avec son sensei se termine. Il vit Yosuke laisser l’autre étudiant seul puis discuter avec le vendeur. Ce dernier sortit par la porte où l’équipe 4 était rentrée.

*Que fait-il ?*

C’était une question banale, qui permettait à Kenji de tuer le temps. Il en avait marre de devoir attendre pour Youso. Il n’était rien pour lui. De plus Kenji avait très bien comprit qu’il n’était pas très doué pour les armes. On aurait dit qu’il s’amusait avec son grappin.
Son sensei dos au mur le regarda de loin, il lui fit un signe et lui dit.

Yosuke : Kenji, entraîne toi sur les mannequins, je vais t’aider…

*Moi m’entrainer ici ?*

Kenji crut d’abord à une blague. Il savait quand même lançait un Fuuma. Que cherchait donc Yosuke.
Il se redressa puis leva la tête vers le ciel. Le soleil était couvert, et une odeur de pluie commençait à se faire sentir. Kenji rangea ses lunettes dans sa veste et enleva sa veste. Il la déposa délicatement sur le sol. On put voir qu’il portait maintenant un t-shirt noir très serré. Il secoua la tête pour se remettre les idées en place et se place au centre de la cours devant le mannequin de bois.
Il prit soin de sortir son Fuuma de son étui sans l’abimer. Cette fois ci il n’allait pas sauter en l’air. Son sensei l’avait vu faire une fois cela suffisait.
Il tendit la main portant l’arme devant lui et activa les lames. Elles se séparèrent avec un légers « clac ». Une odeur de produit neuf se fit sentir quelques instant dans l’air. Mais elle disparu très vite.

Kenji : C’est partie !


Il arqua le bras droit tenant le shuriken pour faire un beau mouvement circulaire, il visa avec la main gauche.
En une fraction de seconde ses bras se croisèrent, et le droit lâcha le fuuma. Il tourna sur lui-même à toute vitesse et alla décapiter le mannequin. Il avait mis beaucoup de conviction dans son geste et avait tapé la base du coup du mannequin en bois. La tête avait donc cédé facilement.

*Yeah, la classe !*

Fier de lui Kenji fit une moue avec ses cheveux et partit vers le mannequin pour reprendre son arme.
Elle sentait planté dans la barrière qui faisait le tour de la cours quelques mètres plus loin. Une des lames avait été éraflée par le bois. Kenji maudit longuement le mannequin tout en revenant vers son sensei. Il mit l’étui vide sur son dos et rejoignit son sensei. Il lui montra en gros plan la rayure sur le Fuuma.

Kenji : Vous avez vu ! J’espère que mon lançait en valait le coup.


Il tourna la tête cherchant le vendeur du regard, il voulait lui demandait si il n’avait pas un produit ou quelque chose de spécial pour pouvoir remédier à cela.
Mais il n’était toujours pas là.

*C’est du beau ça !*


Kenji alla vers le mur et s’y adossa. Il espérait vraiment que son sensei trouverait une solution. Mais il espérait encore plus avoir réussit à faire un beau lançait.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 16 Fév - 13:22, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Lun 18 Aoû - 18:20

[Hahaha... le petit RP Razz]


[Yosuke] Je prends note de tout ça Youso. J'irai embêter Kenji la prochaine fois. Mais dans ce cas précis, quand je parlais d'investissements, je voulais surtout parler d'argent, les armes ne sont pas gratuites...

Youso se redressa au contacte de la main de Yo-yo. Pensait-il qu'il était un chien qui se calmait au simple toucher.

[Yosuke] Si tu veux le grappin, achète-le, pour les petits Shurikens je te les offre.

Youso regarda Yo-yo. Voulait-il vraiment lui acheter les petites Shuriken ou s'y sentait-il obliger ? C'était très gentil de sa part sauf qu'il n'avait pas l'air de vraiment le vouloir. Enfin, s'il le voulait, Youso ne pouvait pas le voir.

[Youso] Euh... merci.

Youso pensait que c'était cela qu'il fallait dire à une personne qui nous offrait quelque chose.

Il fît demi-tour et alla chercher le grappin, soigneusement posé au sol. Il retourna voir le vendeur.

[Youso] J'achète ça !

Le patron le regarda de haut.

[Vendeur] Tu en es sûr ?

[Youso] Mais si, mais si...

Après avoir acheté le grappin il alla s'asseoir, dos au mur et regarda Kenji se pratiquer au Shuriken Fuma. Il était doué, mais Youso n'avait aucune raison d'être jaloux de lui.

[Va [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]


Dernière édition par Youso Shi le Mer 20 Aoû - 6:37, édité 2 fois
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Lun 18 Aoû - 19:20

Youso les rejoignit rapidement son grapin en main., juste à temps pour voir le lancer de Kenji. Il réussit à décapiter le mannequin en bois, chose que Yosuke avait fait exprès d'éviter. Maintenant il devrait s'excuser pour avoir abîmer le matériel personnel du vendeur... Yosuke ne laissa en rien transparaître son sentiment.

[Yosuke] " Joli lancer, il te faudra t'entraîner pour éviter de tournoyer sur toi-même, ça te fait perdre de la précision, même si c'est moins stylé..."

Il ne rajouta rien à tout celà, il venait de le charier ouvertement. Mais ça avait été plus fort que lui. Pourtant il gardait toujours son air sérieux et insaisissable. Il ne supportait pas cette ambiance, devoir jouer le diplomate et l'arbitre. Il aspirait à ce qu'un jour, rapidement si possible, il n'ait plus peur que ses deux élèves se fracassent le râne l'un l'autre ou fassent des choses indignes de Konoha.

Il se dépécha d'enlever toutes ces idées noirs de la tête. Ses deux étudiants en avaient fini désormais, bel et bien armés, prêts à parler stratégies.

[Yosuke] " Si vous savez dans quel cas utiliser chacune de vos armes et que vous n'avez pas d'autres questions, nous pouvons y aller. Direction les sources chaudes. "

Un fuuma shuriken et un grapin, ils avaient fait leur choix. Il ne restait qu'à régler les derniers détails. D'ailleurs le vendeur était de retour, un sourire un peu gêné et amusé.

[Yosuke] " Attendez moi dehors, je règle les derniers détails. Commencez déjà à réfléchir à comment marcher sur l'eau. "

Il se hâta rapidement de rejoindre le vendeur dans la remise tandis que ses élèves ne faisaient que la traverser. L'étui de cuir sorti, Yosuke le rendit au vendeur. C'était bel et bien un troc, dommage qu'il devait s'en séparer.

[Vendeur] " J'ai eu du mal à trouver cette qualité... Si un jour vous pensez passer encore au dessus, il faudra le commander d'avance, ce sont des pièces uniques et les matériaux très rares, vous comprenez. "

Yosuke ne disait rien du tout, il se contentait d'hocher la tête. Le vendeur sortit un autre étui en cuir, flambant neuf, plus épui et très sombre. Délicatement, comme pour une pierre précieuse, il sortit de son écrin cette nouvelle arme, neuve et qui n'avait jamais testé. Pourtant on faisait rarement plus coupant, plus resistant, plus meurtrier...

Le bruit que fit ce nouveau fuuma lui faisait penser à du verre qu'on forttait. La détonation ressemblait bien à du cristal mais sa fonction était tout autre, sauf si un verre d'hémoglobine donnait envie à quelqu'un. La main bien accrochée à l'anneau du centre, Yosuke tentait de le soupeser.

[Yosuke] " Plus léger ? "

[Vendeur] " Donc plus maniable et il n'a rien perdu de sa solidité. Vous ne serez pas déçu. "

Yosuke le replia, et le rangea rapidement. Ses élèves l'attendaient dehors et un entraînement plus ou moins long aussi.

[Yosuke] " Je veux bien vous croire. Tenez. "

Il lui donna le compte exact, le fruit de plusieurs mois d'économies. La bourse bien plus vide, en fait elle n'avait jamais atteint un niveau aussi bas, il sortit du magasin.

Il n'y avait ni révolution, ni fuuma volant, ni grapin assassin et encore moins d'attaques d'élement doton dans les parages, juste deux aspirants ninja qui attendaient sans rien dire.

[Yosuke] " Je vous donne deux petits shurikens chacun pour compléter votre arsenal. Prenez ça comme un symbole d'appartenance à l'équipe 4."

Il les leur donna directement et sans aucune autre cérémonie. Ils provenaient de sa réserve personnelle mais inutile de leur dire, il n'en avait plus vraiment l'utiliser désormais. Cetachat n'avait pas été le plus judicieux qu'il soit.

[Yosuke] " En route."

[+ 1 Fuuma Shuriken CQ
-900£
-4 petits shurikens ]


[ Arrow [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Yosuke le Jeu 4 Sep - 12:34, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Lun 18 Aoû - 19:45

Ha oui j'ai oublier ^^'

-30 de mon bon d'achat de début Razz il me reste 20 $ a dépenser gratuitement.

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Jeu 21 Aoû - 15:20

Youso : +12 XP
Yosuke : +28 XP
Kenji : +18 XP

MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   Jeu 6 Nov - 4:17

Ils déambulaient dans les rues. Il se faisait tôt, le soleil était déjà levé, lui. Il appelait Konoha à se lever, mais beaucoup le boudaient. Le soleil n’avait pas de grands fans si tôt le matin. Dans la journée, on était heureux de le voir nous protéger, alors on le bénissait. Et jusqu’au soir, on lui sourie. Il se couche, on le regrette, mais le lendemain, tout reprend son cours, et le soleil arrive toujours trop tôt. Il fait parti de ces choses que l’on ne pourra jamais changer.

Se tenant par la main, les deux amoureux avançaient tranquillement. Il faisait encore un peu frais, mais le matin, il n’y avait personne alors ils pouvaient marcher un peu plus vite, et profiter pour se réchauffer.

Mia ne savait pas vraiment où Sabi voulait aller. Il avait une idée en tête, une idée qui lui trottait depuis des mois, mais qu’il n’avait jamais eu le courage de réaliser. Si l’on peut parler de courage bien sûr. Juste qu’il ne s’était pas senti absorbé, en nécessité, alors il l’avait rangé dans un coin de sa tête. Mais aujourd’hui était le bon jour.

Sabi – On va à la banque.

Mia le regarda étrangement. Pourquoi à la banque ? Qu’allait-il faire à la banque. Une idée saugrenue lui traversa l’esprit mais elle l’effaça aussi vite. Non, il n’allait quand même pas la braquer voyons…

Ils bifurquèrent dans une grande rue, puis, Sabi s’arrêta devant le grand insigne de Konoha. Les shinobis du village étaient régulièrement payés, ce qui semblait logique. Mais Sabi retrouvait cette valeur qu’était l’argent, et dont il avait un peu parlé avec Akogare. Finalement oui, ils n’étaient que des machines qu’on louait ? C’était un peu ça n’est-ce pas ? Sabi avait bien une opinion là-dessus, mais comme tous les autres, qu’ils soient positionnés ou non, il ne disait rien. Ce n’était ni genin, ni plus tard qu’il le ferait, même un Anbu ne pouvait le faire.

Ils passèrent les grandes portes. Les états d’âme ? Pour plus tard. Chose incongrue, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eu affaire à une secrétaire. Il fallait dire que depuis ces deux dernières années, l’Uchiha était plus en mission et en entraînement qu’auprès de la civilisation. Il se souvient encore de cette fois où il avait été convoqué à la maire. Il avait subi une espèce d’épreuve, un test de maîtrise de soit tout à fait hallucinant. C’était d’ailleurs ce jour-là qu’il était devenu genin, et qu’il avait fait la rencontre de Ginko.

Juste en remarquant le même comptoir, les mêmes blondes, la même paperasse qui traine à l’accueil de toutes les grandes boites existantes, un flot de souvenir lui remontait à la mémoire, et lesquels ! Il avait pu découvrir en profondeur l’effet Ginko, totalement dépassé par son caractère, déformant le nom de Riku toutes les deux minutes. Bref, un vrai plaisir pour les deux genins. D’ailleurs cela faisait quelques temps qu’il ne l’avait pas revu, son frère d’arme. Il se renseignerait plus tard…

Secrétaire – Bonjour, qui puis-je faire pour vous ?

Toujours la même paraphrase. Il devait y avoir une école du secrétariat, elles avaient tous le même mot à la bouche. Sabi imaginait une industrie de secrétaire, mêmes courbes, mêmes mensurations, même teint de voix, mêmes yeux scintillants, bref, il évitait de trop la regardait. Il n’aimait pas ces poupées.

Et puis il avait la sienne.

Sabi – J’aimerais avoir accès à mon compte s’il vous plait.

La jeune femme toucha la souris de son ordinateur, ouvrit un dossier, puis prit un stylo, avec qui elle jouait avec une telle dextérité qu’on pouvait imaginer qu’elle n’avait rien d’autre à faire que de s’amuser à faire jongler le stylo d’un doigt vers l’autre.

Secrétaire – Je pourrais avoir votre nom, prénom, grade ?

Grade ? Ah oui, son bandeau. Eh ! Elle avait un peu trop de jugeote pour être une simple secrétaire. Sûrement une promotion il y a peu, ou alors elle allait venir. Elle était sur la bonne voie. Sabi souriait intérieurement. Les accueils des lieux publics étaient toujours des expériences humaines et sociologiques intéressantes. Il y avait toujours ce petit moment où l’on pouvait se retrouver en tant que citoyen moyen, confronté aux leurs de la vie de tous les jours. En tant que shinobi de Konoha, L’Uchiha avait toujours eut une vie de privilégié, comme tous les autres soldats du village. On ne pouvait pas laisser de tels acteurs s’occuper de leur vie quotidienne. Ils avaient sûrement autre chose à faire et à penser que de se prendre la tête pour des broutilles.

Ces mêmes broutilles que des milliers de gens avaient tous les jours…


Ca tombait bien, Sabi avait besoin de revenir sur terre de temps en temps.

Sabi – Uchiha Sabi, genin.

Elle le regarda bizarrement, comme si elle parlait à un homme d’un autre monde. Des Uchiha, cela faisait longtemps qu’elle ne s’en était pas occupée. Ces gens là restent chez eux, et ils gèrent eux-mêmes leurs comptes, la plupart du temps. Mais Sabi lui paraissait sympathique, alors elle ne chercha pas. Entre lui et son petit ami, il n’y avait pas grand-chose de différent. Rien ne se lisait sur le visage des gens, alors Uchiha ou pas…

Elle rentra les informations dans l’ordinateur. D’habitude, c’était à ce moment qu’il y avait un problème, son fichier égaré, mal enregistré, ou carrément supprimé. Et son argent avec. Mais non, elle inscrit sur la feuille de papier les caractères de son dossier, et ouvrant un large tiroir, y plongea à pleines mains.

Secrétaire – Voilaaa ! Qu’est-ce que je fais de tout ça ?

Il réfléchit. Regardant Mia, comme s’il avait besoin de son conseil, il se retourna finalement vers la jeune femme.

Sabi – J’ai combien dessus ?

Elle sourit. Si jeune, on ne gère encore pas tout. On a beau savoir tuer un homme de multiples manières, supporter un certain nombre de blessure, avoir une intelligence réactive, un forfait muscle blessé, des choses aussi simples, les shinobis étaient encore largués. Et puis il était si jeune.

Secrétaire – Vous avez 300 ryos, Uchiha-san.

Sabi parut satisfait.

Sabi – Je vais les prendre, si vous voulez bien.

Elle ouvrit une enveloppe, sortit une liasse de billet, puis dans son dossier inscrit quelques mots qui attestaient que le susnommé Uchiha Sabi était en possession de l’intégralité de son dû. Elle lui rappela d’ailleurs qu’un nouveau versement s’effectuerait dans l’après-midi.

Il mit les billets dans ses poches, et remercia chaleureusement la jeune femme. Bien agréable de se confronter à des gens compétents ; ou la mairie était peut-être moins bien géré que la banque, ce qui semblait logique d’ailleurs. Mia et Sabi sortirent de la banque, le soleil s’était levé un peu plus encore. Il ruisselait sur la ville un bonheur certain. Aujourd’hui sera un jour calme, un jour serein. Pas un de ces jours ordinaires où il ne se passe rien. Non, on pourrait regarder le soleil sans qu’il nous brûle les yeux, il ferait bon, mais pas trop chaud. L’ombre calmerait les esprits excités, et peu à peu la ville s’éveillerait.

Sabi voulait profiter qu’elle soit encore endormie. Ils marchaient calmement, main dans la main. Aujourd’hui, oui, tout serait calme, et étrangement, alors que tant de malheur s’abattait sur sa vie, il passerait une bonne journée.
Ils prirent la direction de l’armurerie de Konoha.

[XP distribué pour cette première partie]


Sabi tenait doucement la main de Mia. Ils marchaient, sans vraiment beaucoup parler. Parfois le genin se décidait à ouvrir, mais il se rétractait rapidement. Il n’avait pas besoin de mot. Etait-ce plus l’impression de dire une énormité, que de rompre ce moment de bien-être ? Cela revenait au même. Il avait toujours eu l’impression de mal jouer, mais peu à peu il se rendait compte que la vie n’était pas une scène de théâtre, qu’importe les trois coups de bâtons, et les acteurs, le publique n’attend que de la sincérité.

Parfois, il se demandait qui il était vraiment.

Cette question dans sa tête trottait, et les échos des pas sur l’herbe fauchée du prés de l’étalon porteur de rêves, l’agaçait. Parfois il se demandait pourquoi il s’interrogeait autant. Il en avait presque peur : était-ce bien humain ? Comment pouvait-il arriver à une telle autocritique ?
Non, il ne savait pas vraiment qui il était, mais il sentait que s’il était au courant, il ne verrait plus la vie de la même manière. Et pour le moment, sa vie, il l’aimait. Pas celle qui l’occupait tous les jours. Celle qu’il vivait à l’instant présent.

C’était ça, la vie.


De temps à autre il regardait les passants. Peu à peu Konoha se réveillait. D’abord seuls, ils rencontrèrent toute sorte de personnes. Ceux qui travaillaient et déjà en retard s’agitaient comme des petits vers que l’on envoie à la mort sur une canne à pêche ; ceux qui ne se pressaient pas, et puis les autres. Ces autres qui faisaient de la rue, un conglomérat sociologique.

Parfois leur regard se croisait, mais jamais ils ne s’arrêtaient pour laisser cours à leurs pulsions, à leur passion. Sabi découvrait peu à peu, la justesse de l’amour, c’était un travail d’orfèvre, que de comprendre qu’il ne fallait pas jouer, il fallait être. Cette pièce de théâtre dont il était le seul compositeur, le seul auteur, le seul acteur, et le seul publique. Aucune reprise, il ne s’étonnait jamais. Voila pourquoi, cette vie, il ne l’aimait pas.


L’armurerie était enclavée dans un coin sombre d’une ruelle. Pourtant, une atmosphère vivante et bien humaine y régnait. Bien que reclus des grands axes populaires de Konoha, le tisserand-forgeron attirait énormément de monde, et dans l’étroit chemin, une multitude de personnes différentes passaient.

Il était tôt, pourtant.

Sabi – Vient, on rentre ?

Elle lui sourit. Elle découvrait, il l’a guidait. Chacun leur tour, ils s’offraient une partie nouvelle des arts de la vie. Sabi se rendait compte que pour la première fois il partageait ses connaissances, sa vie même, avec quelqu’un, comme Mia l’avait fait avec lui. Aucun d’eux n’avaient pu imaginer de quoi le quotidien de leur aimé était composé. Alors ils avançaient pas à pas, sans bousculer l’ordre des choses, et ils profitaient. L’armurerie était un lieu habituel pour tout shinobi, les soirées tendres l’étaient pour un être de composition normal. Un shinobi n’en était pas un, il passait plus de temps à astiquer sa lame qu’à partager son amour. Son seul fantasme, l’acier, celui qui pourfendra l’adversaire.

Bien sûr ce n’était qu’une image.


Ils passèrent la porte de bois de l’armurerie. L’ambiance changea du tout au tout. C’était austère mais magnifique en même temps. Juste dans les odeurs, dans les lumières, dans le parquet qui grinçait quand on marchait dessus, on pouvait ressentir l’amour que l’artisan mettait dans son œuvre.

Vendeur – Ohayo jeunes gens !

Le bonne humeur du bonhomme surpris Sabi, Mia pouffa de rire devant l’agression bon enfant du vendeur, qui fit sursauter son compagnon. Il avait senti rapidement son cœur battre à se rompre, étonné par un accueil si violent, mais apprécié.

Mia – Ils sont tous comme ça ici ?

Sabi la regarda doucement, alors que ses lèvres se posaient sur son oreille, et chuchota ces quelques mots.

Il haussa les épaules, il ne se souvenait pas d’un tel accueil la dernière fois qu’il était venu. Il se souvenait qu’il y avait bien plus de monde, et que dans la cohue la plus totale, il avait pu se procurer contre une petite bourse, son engin de mort.

Sabi – Oha, je viens pour ça.

Il déposa un paquet emballé. Le tissu blanc avait été plié avec une certaine dextérité, de sorte que le rendu était presque magnifique. Le vendeur le regarda, attentivement, sans ouvrir même le turban.

Vendeur – Tu en fais attention ? C’est bien. Je suis content de voir qu’il existe encore des gens pour qui les armes sont plus que de simples outils. Tu sais… Si tu fais bien attention à ton arme, et si tu en prends soin, un jour elle te le rendra. J’ai toujours cru qu’elles avaient un don particulier pour remercier leur sain bénéficiaire.

Ils le dévisagèrent en diagonale, se demandant simplement s’il était vraiment lui-même. Pensait-il ce qu’il disait ? Sûrement, la dégaine du bonhomme reflétait à merveille son amour pour son métier, et lorsqu’il posa sa main, il faillit tressaillir.

La journée commençait décidemment bien.

Il déballa avec une attention toute particulière le paquet, et sortit mon Kusarigama. Je ne lui avais pas donné de nom, peut-être aurais-je du.

Vendeur – C’est une très belle arme. Elle vous a servi n’est-ce pas ? Quelques fissures, quelques entailles, le bracelet usé. Je peux vous remettre tout ça en était de marche ! Je peux même vous l’améliorer.

Sabi sourit. Il était emporté par l’homme et sa passion.

Sabi – Non… Je voulais vous le concéder.

Vendeur – Oh ? C’est vrai… Si c’est votre choix, je le respecte ! Je suis heureux que cette arme est pu vous servir !

Mon sourire s’accentua. Il allait tellement vite dans son allégeance à son métier qu’il ne lui laissait pas le temps de s’expliquer.

Sabi – Non non, en fait, je voudrais l’échanger contre une arme un peu plus puissante. Je me demandais si vous n’aviez pas un Kyuketsu Shoge…

Le vendeur n’avait pas voulu montrer sa déception lorsqu’il comprit que cette arme-là, elle était pour lui, et non plus pour le jeune Uchiha. Mais lorsqu’il lui annonça qu’il ne faisait qu’améliorer la qualité de son arme, en la remplaçant par une autre, encore plus digne d’être utilisée, il fut décomposé.

Vendeur – … Il doit m’en rester. Je vais voir ça tout de suite ! Vous en voulez hein plutôt long, à la faux longue ? Non… pour vous… une taille moyenne, mi-distance, et équilibrée ! Je reviens !

Ce mec était balèze. Il s’écarta quelques secondes, fouina dans de grands tiroirs de métal, et en sorti enfin une arme, après en avoir étalé deux ou trois. Il la posa délicatement sur le comptoir. Les deux adolescents découvrirent le Kyuketsu Shoge, une chaîne ruisselante d’argent, une faux aux courbes majestueuses, un manche poli… Sabi passa un doigt sur sa lame. Une légère tâche de sang s’effila d’une fine coupure. Le sang glissa doucement le long de la paroi métallique, et donna une couleur rouge profonde à la lame.

Sabi – Elle est parfaite.

Le genin sortit de sa poche une petite enveloppe, il regarda le vendeur, et compta les billets. D’un hochement de la tête, il lui indiqua que la somme était atteinte. Il rangea doucement l’arme dans son lin, et prit la direction de la sortie.

D’un geste de la main, le bonhomme leur dit au revoir, le même sourire vaillant sur son visage.

Vendeur – Prenez en soin !


[Vente : Kusarigama, 50% de 250£, soit 125£ rendu. Solde à 435£]
[Achat : Kyuketsu Shoge : 400£. Solde à 35£]


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Dernière édition par Sabi le Mar 13 Jan - 23:19, édité 3 fois
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Armurerie de Konoha   

Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Armurerie de Konoha
» Armurerie de Konoha
» Cimetière de Konoha
» Armurerie.
» Les ruelles de Konoha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-