Partagez | 
 

 Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Sam 18 Mai - 12:42

En famille


Hanako était assise dans l’herbe noire du parc Hakuchou. A côté d’elle se tenait Aïdo, et tout deux observaient le petit Shinji qui gambadait dans un équilibre précaire d’un arbre à l’autre.

Ils ne vivaient plus ensemble, évidemment, mais avaient quand même pris l’habitude de se voir une ou deux fois par mois, afin de permettre à Hanako de voir encore quelques fois son fils grandir.

Elle n’avait pas voulu s’en occuper. Ou plutôt, n’avait pas voulu s’en occuper seule. Aïdo était bien meilleur en tant qu’être humain qu’elle, et ferait un bon père, à n’en pas douter. Hanako, elle, n’avait jamais été à l’aise avec les enfants, ceux des autres, ou le sien. Les choses s’étaient faites en douceur. Elle se battait pour Kiri, et n’aurait pas du tout le temps de se battre pour l’éducation de son fils.

Ces sorties étaient maintenant très ritualisées. Aïdo partait, Shinji dans les bras, et descendait la rue  jusqu’aux quartiers généraux, où Hanako les rejoignait. Puis, ils marchaient en silence jusqu’au parc, et, toujours silencieux, regardaient leur fils gambader dans l’herbe. Quand le silence devenait trop oppressant pour lui, Aïdo le brisait de quelques banalités.

Aïdo – Il grandit vite…

Hanako – Oui. On a toujours cette impression, il paraît…


Aïdo – C’est sûr.

Le Chuunin s’occupait les mains en réduisant en lambeaux des fleurs qu’il arrachait au sol. Encore un silence.

Hanako – Ca va, tu t’en sors ?


Aïdo – Ca va. C’est du travail.

Hanako – Tu n’as pas besoin d’argent ?


Aïdo – Il me reste encore mes économies, ça ira…

Hanako était bien plus riche que son ancien compagnon, et lui avait proposé plusieurs fois de participer financièrement à l’éducation de Shinji, mais il avait toujours refusé.

Aïdo – Ce qui …

Hanako – Je voulais te dire…


Ils s’interrompirent. Ils avaient parlé en même temps. Nouveau silence.

Aïdo – Oui ?

Hanako – Non, non, vas-y.


Aïdo – Ce qui m’embête… C’est de devoir retourner en mission bientôt.

Hanako se mordit la lèvre. Le Mizukage avait rendu le service obligatoire pour les kiréens capable de manier le chakra. Aïdo ne ferait pas exception, père ou pas.

Aïdo – Il faudra trouver quelqu’un pour s’occuper de Shinji quand je ne serais pas là… Ou que je ne serais plus là…

Hanako – Je trouverai.


Elle voulait changer de sujet. Elle savait très bien que c’était à elle que reviendrait ce rôle, mais elle n’y tenait absolument pas. Et elle n’avait pas non plus envie de devoir regarder Aïdo droit dans les yeux en lui annonçant qu’elle ne s’occuperait pas de leur fils.

Aïdo – D’accord…

Hanako – Je parlerai au Mizukage, si tu veux… T’obtenir… je sais pas… une dérogation, un truc comme ça…


Aïdo haussa les épaules.

Aïdo – Tu peux essayer… Ce serait sympa. Mais je n’y crois pas du tout.

Hanako – Non, moi non plus…


Shinji perdit l’équilibre et bascula le nez dans l’herbe. Il se figea un instant, comme s’il s’apprêtait à se mettre à hurler à la mort. Il n’en fit finalement rien, et se contenta de lancer un rire bref.

Aïdo – Au fait… Tu voulais me dire quoi ?

Hanako – Je ne sais plus. Ca ne devait pas être important…


C’était un mensonge. Mais ce n’était pas encore le moment de lui dire ça.

Aïdo – Hmm… d’accord.

Silence.

On entendait d’ici le bourdonnement des essaims de moustique qui, une centaine de mètres plus loin, voletaient au dessus des étangs marécageux qui s’étendaient au fond du parc.

Aïdo – Bravo pour ta promotion, au fait… Juunin, ce n’est pas rien.

Hanako – Merci… J’espérais ça depuis un moment.


Aïdo – J’imagine bien… Ca va te donner du travail j’imagine.

Hanako – Oui et non. Au moins, je serai débarrassée des missions de bas rang… C’est toujours ça…

Aïdo – D’accord…

Silence.

Long silence.

La sortie touchait à sa fin. D’une seconde à l’autre, l’un des deux allait imaginer une excuse leur permettant d’y mettre fin sans avoir à s’avouer la  vérité : ils n’avaient rien à se dire.

Aïdo – Shinji est un peu fatigué… On va rentrer je vais aller le coucher une heure.

Hanako – D’accord !


Aïdo se leva et alla récupérer Shinji. Il retourna ensuite vers Hanako.

Aïdo – Allez, Shinji, fais au revoir à maman !

Shinji agita mollement la main. Il venait tout juste de comprendre ce que ce geste signifiait. Hanako lui passa rapidement la main dans les cheveux, puis la retira tout de suite. Elle se tourna vers Aïdo.

Hanako – Bon… On se revoit quand ?


Aïdo – La semaine prochaine. Ou celle d’après ?

Hanako – On verra, on se tient au courant.

Aïdo – Eh ben… Salut… Tu rentres pas là ?

Hanako – Non, je vais rester un peu ici… Je dois m’entraîner…


Aïdo acquiesça d’un signe de tête. Il se tint silencieux un instant, comme s’il cherchait quelque chose à ajouter, puis, renonçant, fit demi tour et quitta le parc à grands pas.

Hanako, elle, se dirigea vers les marais. Elle n’y pénétra pas, se contentant de s’en approcher suffisamment pour que la terre soit légèrement boueuse. Elle devait tenter quelque chose…

to be continued
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Sam 18 Mai - 12:43

Hanako était née chez les Yamanaka. Elle avait été élevée par les Yamanaka. Et les Yamanaka lui avaient appris à se battre. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’elle se batte comme une Yamanaka. Elle était une illusionniste, une manieuse de genjutsu. Une tueuse s’attaquant à l’esprit. Mais elle était encore une combattante trop faible. Il lui manquait de la force de frappe. De la puissance brute.

Si tout se passait comme prévu, elle pourrait remédier très vite à ce problème. Joignant les mains, Hanako commencer à malaxer son chakra.

Sei – Qu’est-ce que tu essayes encore faire, petite ?

Hanako – Ca ne se voit pas ? Je m’entraîne…


Sei – Oh… Je ne parlais pas de ça.

Hanako – Et de quoi est-ce que tu parlais ?


Sei – De toi et Aïdo…

Hanako soupira.

Hanako – Jamais tu me laisses tranquille ?


Sei – Non… Même si je détourne les yeux de temps en temps quand tu fais quelque chose de beaucoup trop honteux.

Hanako s’interrompit.

Hanako – Et quand est-ce que je fais des trucs aussi honteux ?

Sei – Quand tu n’arrives pas à te concentrer sur ton entrainement parce que tu parles à la petite voix dans ta tête ?

Hanako – Tu n’est PAS dans ma tête ! Tu es un Sei, tu te souviens ! Un esprit… Un truc invisible qui suit les gens toute leur vie !


Sei – N’empêche que je parle dans ta tête. Bon ça avance cette technique ?

Hanako – Ca avancera quand tu la fermeras cinq minutes…


Elle attendit une seconde. Puis deux. Puis trois.

Silence.

« Bon, au moins, il me laisse tranquille… Allez, Hanako, ne te laisse pas perturber, et bosse ! »


Elle recommença à malaxer son chakra. Elle maîtrisait le genjutsu, ça, personne n’en doutait. Mais à présent, elle devait s’attaquer à un gros morceau. Le ninjutsu élémentaire. Elle devait parvenir à s’approprier le tout récent suiton.

« Ressentir l’eau ambiante… L’eau doit devenir ton arme… »


Elle se repassait mentalement en boucle les conseils qu’une kunoichi qui maîtrisait le suiton lui avait donné lorsque Hanako avait fait part de son désir de s’essayer au ninjutsu élémentaire.

C’était compliqué.

En tant qu’adepte du genjutsu, Hanako était habituée à une utilisation très particulière du chakra. Un contrôle extrêmement précis du chakra, pour retoucher par petites touches l’esprit adverse à la manière d’un peintre fignolant sa toile. Rien à voir avec ce que demandait une attaque suiton.

Hanako – C’est comme si on demandait à un modéliste de génie de faire du lancer de poids…


Sei – La comparaison est bonne. Mais tu n’es pas une modéliste de génie.

Hanako – Je me débrouille en genjutsu.

Sei – Nan. Mieux que la majorité des humains, mais ça reste un niveau extrêmement faible.

Hanako – Merci de me réconforter.


Sei – Ce n’était pas l’objectif. L’idée est plutôt de te faire comprendre que tu as à peine fais le premier pas sur la route qui t’attend.

Hanako sourit.

Hanako – Dis comme ça, ça me rassure.


Sei – Comment ça ?

Hanako – J’ai besoin de travailler. Je ne saurai pas quoi faire d’autre. Et tu me dis qu’il m’en reste énormément à faire. Alors je suis heureuse.


Sei éclata de rire.

Sei – N’oublie pas une chose, petite humaine. Seule la mort interrompra tes progrès.

Hanako – C’est parfait alors. Je ne mourrai pas avant longtemps.


Sei – Ils disent tous ça…

Hanako – Mais moi, j’ai raison.


Et elle se remit au travail.

Il lui fallut toute l’après midi pour saisir le fonctionnement de base du ninjutsu.

Trois jours plus tard, elle maîtrisait le Suiton

Spoiler:
 

MessageSujet: Entrainement d'Itami no kenji:vomi-no-jutsu   Lun 17 Juin - 0:37

Une semaine avait passé depuis son premier jour ici, il avait hérité d’un studio fonctionnel qui donnait sur les toits de Kiri.
 Il n’avait encore rien décoré et bien qu’il se sentait un peu à l’étroit, pouvoir regarder les lanternes allumés le soir dans la brume et les passants la journée était devenu son passe-temps préféré.
 Il n’avait jamais vraiment visité le village sans compter la fois ou la jolie mais pas très causante Yamanaka les avaient guidés. Cette journée un peu moins brumeuse que les autres était une occasion idéale pour découvrir un peu d’autres quartiers que celui de son clan. En sortant il vérifia sans trop d’espoir la boite aux lettres, personne ne lui avait écrit, mais qui pouvait lui écrire ? il ne connaissait personne à part Elle. Il avait été coupé de ce monde pendant tant d’années.
 Cependant, ce jour-là, une lettre attendait au fond de la boite. Akira fut tellement précipité dans ses mouvements qu’il la déchira partiellement et dû assembler les deux morceaux pour pouvoir lire.
Les rues étaient bondées en ce jour de marché, mais malgré cela, Akira ne levait pas les yeux. Il avait relu tant de fois la lettre du Mizukage qu’il la connaissait presque par cœur. Un tournoi allait avoir lieu dans deux semaines et il était loin d’être prêt. Il s’était renseigné sur les domaines d’exploitation du chakra, il savait que le genjutsu serait la voie la plus efficace pour trouver son Sei. Il le savait là, à ses côtés, lui murmurant des choses qu’il ne pouvait pas encore entendre. Il était temps d’y remédier.

Il releva la tête et chercha des yeux un garde :

-         Excusez-moi, je cherche la résidence d’Itami no kenji-sama.

-          -Hum…je pense que tu devrais le trouver chez lui, il y a beaucoup trop de monde aujourd’hui  pour cet ermite ! répondit le garde avant de lui montrer le chemin.
 
Après quelques minutes de marche, il se trouva devant l’habitation d’Itami no kenji.
Il hésita avant de faire le premier pas mais la sensation du papier dans sa main le réveilla, d’un pas énergique, il se dirigea vers la porte.
TAP TAP ! Il avait peut-être tapé un peu fort, il s’en voulait, dans un moment de panique il voulut faire demi-tour mais c’est à ce moment-là que la porte s’ouvrit. Un petit homme se tenait devant, il devait être très âgé au vu de sa longue barbe grise qui n’avait pas dû être coupé depuis des décennies. Les yeux du vieillard étaient vifs et chaleureux, ses traits quelque peu grossiers se fondaient dans les rides qui parsemaient son visage. Akira s’inclina précipitamment après avoir dévisagé le vieillard pendant plusieurs secondes :

-         - Bonjour Itami no kenji-sama, je m’appelle Akira Yamanaka et je viens vous demandez de m’accepter comme élève.

-         - Bien-sûr, je t’accepte. Dit le vieillard d’une voix calme et monotone qui tranchait avec la vivacité de ses yeux. Attends-moi ici je comptais justement donner une leçon aujourd’hui.
 
 
 
 
 
Akira se releva alors que la porte se refermait doucement. Il était un peu surpris de cette réponse aussi rapide, il s’était déjà imaginer le discours qu’il allait faire pour essayer de convaincre le sage de partager son savoir mais la tournure des choses l’arrangeait, plus il commençait l’entrainement vite, plus il serait prêt pour le tournoi et pour la rencontre avec son Sei.
Il se posa sur une pierre et attendit…des longues et interminables heures. Akira ne bougea pas, il pensait que c’était le premier test de son désormais sensei. Quand la porte s’ouvrit le vieillard ne regarda même pas Akira et commença à marcher.

 -sais-tu malaxer ton chakra jeune homme ? demanda Itami

  -heu…non sensei, vous pouvez m’appeler Akira

-je ne vais pas retenir ton prénom maintenant jeune homme, j’ai bien essayé au début mais c’est inutile vu le temps qu’il me faut pour les retenir est bien plus long que le temps où je les utilise vraiment. 

- pardon ? Où allons-nous ?

Le maitre ne dit pas un mot de plus, ils marchèrent ainsi pendant une dizaine de minute avant de pénétrer dans un terrain assez énorme doté d’une végétation haute et dense, tellement haute, que lorsqu’ils pénétrèrent dans les hautes-herbes Itami no Kenji disparut complètement sous la végétation. Quelques arbres nus finissaient de peindre ce lugubre paysage. Le vieille homme s’arrêta au milieu de la végétation, on ne pouvait toujours pas le distingué mais Akira entendit le son de sa voix :

-         En tant que Yamanaka j’imagine que tu es familier de la méditation, n’est-ce pas ?

-          -Oui sensei, répondit Akira, je médite tous les jours.

-         Bien ! alors, commençons, lorsque tu le sentiras, fais le vide et relaxe-toi comme quand tu médite.

-          -Sentir quoi ? demanda Akira un peu inquiet.

 Il n’eut pas le temps de se questionner davantage, il ressentie une gêne terrible  aux bras, qui se transforma en fulgurante douleur lorsqu’il voulut les bouger. Il essaya de crier sa douleur mais au moment où il ouvrit la bouche la douleur se propagea dans la mâchoire, ses muscles,  sous les convulsions étaient maintenant dur comme fer. Soudain, aussi vite qu’elle était apparu, la douleur cessa.
Akira tituba sous le choc, les muscles de son abdomen continuaient à se convulser, il se pencha et vomit.

-          -Eh bien mon garçon, il apparaît comme évident que vous n’y étiez pas du tout. Concentrez-vous, relaxez-vous, ne luttez pas contre la douleur, accompagnez-là.

Sans perdre une seconde le vieille homme recommença, et Akira, oubliant les conseils du maître recommença son cri silencieux, c’était comme si chaque partie du corps d’Akira lui rappelait qu’il n’était pas qu’esprit, la représentation des Sei, notre monde, se composait de milliers de facette et bien plus. Il voulait découvrir le monde, il se rendit compte à cette instant qu’il ne connaissait même pas son corps.
 
Lorsqu’il se coucha ce soir-là et que les douleurs avaient presque disparut, il remercia son corps qui le faisait souffrir, de le faire vivre. « Je dois accompagner la douleur » se répéta-il jusqu’à sombrer dans un sommeil sans rêves.
 
Le lendemain, malgré les courbatures, Akira vint taper à la porte de son sensei, il attendit une bonne heure avant que celui-ci ouvre la porte. La marche jusqu’au Parc Hakuchou (il avait appris la veille que ce terrain à l’abandon était un « parc ») se fit en silence, le vieille homme semblait éviter toute les rues fréquentés du village ce qui rallongeait la distance. Apres maintes bifurcations ils arrivèrent dans les hautes-herbes, cette fois-ci le maître resta a vue d’Akira.

-         - Le contact visuel est primordial, regarde-moi pendant que j’effectue le jutsu, et ne combat pas. 

La douleur, cette fois-ci fut immédiate, peinant à se concentrer, il essaya de ne pas lutter, mais en vain. Après ce qui lui parut une éternité, la douleur s’estompa, une convulsion plus violente que les autres le fit de nouveau vomir sous le regard imperturbable de son sensei.

-          -Cela ne sert à rien pour l’instant de t’apprendre la technique de défense, il faut juste que tu sache ce que c’est. Je pense savoir que tu t’entraines pour le tournoi des aspirants, et si tu veux être prêt en si peu de temps tu dois t’entrainer plus dure. Tu vas maintenant malaxé ton chakra et tenter de sentir la partie ou il doit agir, n’essaie pas de la voir, ressens-la. C’est avant tout une bataille d’esprit n’oublie pas. 

Akira s’exécuta, il lui fallut plusieurs minutes pour sentir une sorte de connexion entre lui et son maître, c’était une sensation bizarre, l’impression de toucher le vide d’un homme, de pouvoir le frappé. Sans se faire prier, il déchargea tout ce qu’il pouvait sur la zone ressentit, toute la douleur qu’il avait ressenti, il allait la rendre aux centuple…il regarda devant lui, le vieille homme n’avait pas bougé, si ce n’est le rictus apparu aux coins de ses lèvres.

-          -Bien peu de puissance et mal visé, mais tu as au moins pu contrôler ton chakra dans le bon sens. Bon, chaque fois que tu n’y arriveras pas, ce sera mon tour d’accord ?

-         - Euh…non ?

Itami no Kenji s’esclaffa alors qu’Akira souffrait dans le silence que lui imposait son maître.
 
Lorsque ils rentrèrent, Le maître lui donna un livre et une bouteille de saké.
Akira eut envie de lui demander si son livre était si mauvais que ça, il se ravisa et jeta simplement un regard interrogatif sur le vieil homme.

-         J’ai décidé que tu devais te renforcer physiquement, si tu veux réellement suivre la voie de la douleur et l’appliquer en combat, tu dois améliorer ta condition physique. Il existe un chuunin du nom de Yukimura Maeda, c’est un faible d’esprit alcoolique mais un bon combattant. Je ne serais pas là deux jours, à mon retour, tu auras lu tout le livre et tu seras entraîner par ce pochtron.

-         - Très bien sensei dit Akira un peu déconcerté, il voulut poser une question mais la porte se ferma devant lui.


 En rentrant il était absorbé par le flou qui régnait en lui, il ne savait pas s'il était assez fort  pour subir ce calvaire tous les jours. Il mit quelques minutes à comprendre pourquoi les adultes le regardaient d’un air choqué,   honteux, il cacha la bouteille dans son pantalon, ce qui, loin de calmer la populas, la choqua davantage. C’est ce moment béni que choisit son Sei pour lui parler pour la première fois.

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mar 25 Juin - 12:46

Sujet: Entraînement - Fuuton [3/3]



[Yosuke] Aller continue ! Je suis sûr que tu peux le faire !

[Wei] Putain mais t'es un marrant toi ! Ça fait plusieurs années que tu t'entraînes, c'est facile pour toi !

J'avais réussi à le convaincre de m'entraîner. Le forcer à me suivre pour que l'on puisse discuter un peu avait payé et le gamin avait accepté de m'aider à maîtriser mon chakra en m'apprenant le premier "jutsu", c'est comme ça qu'il appelait sa technique, de base pour quiconque souhaite manipuler l'affinité du vent. Cependant pour éviter de blesser des villageois, il décida de sortir des quartiers populaires pour se concentrer sur le parc situé non loin. Dommage, on aurait pu faire d'une pierre deux coups comme ça mais je ne devais pas montrer mes intentions pour le moment.

Maintenant, ça faisait plus de deux ou trois heures qu'il me montrait son jutsu "Fuuton" et qu'il essayait de m'apprendre à contrôler mon chakra, chose impossible pour moi à l'heure actuelle. Mais quand je commençais à me plaindre que pour lui c'était facile, il s'arrêta quelques instants d'un air pensif avant de me raconter un peu son parcours en tant que shinobi.

Tu sais, je n'ai jamais vraiment été doué dans l'utilisation de mon chakra. Quand j'ai découvert ce don, je n'arrêtais pas de me prendre des remarques et des insultes par mes camarades car j'étais incapable de le manipuler correctement. Cependant, au lieu de me démonter et de me plaindre comme toi tu le fais, j'ai toujours persévéré en pensant que j'y arriverais aussi bien voire mieux que les autres un jour.

Il marque une pause.


Aujourd'hui, je suis l'un des Genin les plus doués du village et je suis respecté par mes camarades. Pour réussir ce que l'on veut, tout est une question de volonté et d'acharnement. Ne pense pas aux remarques des autres, pense à ce que toi tu veux réellement accomplir et c'est comme ça que tu y parviendras. Si tu te donnes les moyens, tu y arriveras. Je sais que tu peux le faire, regarde encore une fois !

D'un mouvement rapide avec ses deux mains, il créa un vent rapide qui alla s'abattre sur un vieux tronc dans le parc, le lacérant de part en part.

Merci du conseil Yosuke ...

Il n'avait pas tort. J'étais en train de me décourager devant le premier obstacle que je rencontrais. Si je voulais aider et participer à l'évasion des Toshi, ce n'était pas en me lamentant sur ce que je ne parvenais pas à faire que j'allais y arriver. Il avait beau être plus jeune que moi, ce gamin était loin d'être stupide et prétentieux comme la plupart des Kiri-jins. Watanari m'aurait sûrement fait un sermon s'il m'avait vu dans cette situation, Kanabe n'en parlons pas, il m'aurait passé à tabac.

En suivant les conseils de Yosuke, j'essayais tant bien que mal de faire parcourir cette énergie en moi et de la contrôler pour l'expulser à travers mes mains. Malheureusement, il n'était pas un excellent professeur en matière de théorie mais au moins, il n'était pas avare en démonstrations et dès que je lui demandais, il recommençait toute la séquence pour parvenir au Fuuton.


Et bien voilà ! On y arrive !

Les quelques jours qui suivirent, on se retrouva plusieurs fois lui et moi pour tenter d'apprivoiser cette saloperie de chakra et de jutsu. A l'heure actuelle, j'étais incapable de faire aussi bien que mon "senseï" mais je faisais quelques trucs intéressants pour ma part. Même si les arbres ne morflaient pas autant qu'avec Yosuke, j'étais capable de balancer quelques entailles bien placées qui pouvaient faire extrêmement mal sur un corps humain. J'étais assez fier de moi, c'était un bon départ pour l’exécution de notre plan.

Tu te débrouilles plutôt bien ! Cependant fait attention, tu perds énormément de chakra quand tu utilises ce jutsu. En fait, c'est parce que tu ne maîtrises pas assez le flux de chakra que tu expulses de tes mains et donc tu perds trop vite ton énergie. Avec un meilleur contrôle, tu pourrais obtenir le même résultat en faisant moins d'efforts et inversement, tu pourrais être bien meilleur en utilisant une énorme quantité de chakra que tu contrôlerais. Mais c'est déjà excellent tout ça ! Continues sur cette lancée !

Il semblait aussi heureux que moi, voire plus. La fougue d'un adolescent sûrement ... Je me souviens que j'étais pareil à son âge, émerveillé par le premier truc qui m'impressionnait ou qui me rendait heureux, fier. Un enfant devant un cadeau quoi ...

Au fil de la journée, il essaya de m'apprendre à réguler le flux d'énergie qui était en moi mais même si cela semblait plus évident que de maîtriser directement une technique, la difficulté était bien réelle et il était clair que cela nécessiterait un peu plus de temps pour parvenir à un contrôle total de mon don.

Le temps, je n'en avais malheureusement pas autant que je le voulais ...

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mer 26 Juin - 1:11

Sujet: Le prix de l'acharnement [2/?]


[Yosuke] Comme je le pensais ! Regarde tout ce monde !

[Wei] A te voilà ! T'as été plus rapide que prévu. Qu'est-ce que t'as été faire gamin ?

Tu verras en temps voulu ne t'inquiète pas ! Je pense que l'arrivée de cette personne pourra nous être utile, comme pour tous les gens qui sont là et qui s'entraînent à fond.

Si tu le dis ... Alors c'est quoi le programme ?

Faire comme eux ! Je vais t'enseigner un nouveau jutsu !

Sans attendre plus longtemps, il effectua quelques signes et dans le bordel que faisait tout le monde ici présent, j'arrivais à percevoir un léger sifflement qui émanait de Yosuke. Pourtant rien n'avait changé, il était toujours pareil et ne faisait rien d'extraordinaire. Il relâcha ses mains et me regarda d'un air moqueur.

Frappe moi.

Quoi ?

Je te dis de me frapper, tu verras.

Il était complètement con ? A cette distance l'un de l'autre, il ne pouvait pas esquiver une attaque frontale. En plus j'étais largement plus costaud que lui, je pouvais limite lui péter les dents en un seul coup de poing. Mais bon, il me l'avait demandé alors pourquoi ne pas le faire ? Il avait beau être mon senseï, il n'en restait pas moins un Kiri-jin ... Même si j'allais retenir un peu mon coup parce que c'était un gamin, je serrais bien le poing pour ne pas rater mon coup.

Je me lance. Il va prendre cher le pauvre. Impact dans trois, deux, un ... Rien !

J'étais tellement sûr de moi que je ne compris pas ce qui venait de se passer. Mon coup avait été stoppé à quelques centimètres de son ventre. Une force invisible m'empêchait de lui taper dans les côtes.

C'est le Kaze no Kiatsu, un bouclier élémentaire qui me permet de créer une couche protectrice autour de mon corps et me permet ainsi d'éviter ou de diminuer certaines offensives.

Incroyable !

C'est ça qu'on va travailler à partir de maintenant.


Très bien ! Continue comme ça et tu y arriveras !

Mais merde, c'est encore plus dur que de devoir expulser mon chakra en ligne droite. Là je dois faire gaffe ! Si je me rate en mettant trop de chakra autour de moi, je vais me retrouver écraser par mon propre pouvoir. J'ai pas vraiment envie de finir en morceaux parce que je me suis chié dessus avec cette foutue énergie !

Acharnement et entraînement sont les maîtres mots ! Tu peux le faire comme tu l'as fais la semaine dernière ! Tu ne pensais pas y arriver et au final, vois les progrès que tu as fais !

Il s'arrêta de parler et se retourna comme s'il avait sentie une présence. A voir sa mine réjouie, encore plus que d'habitude, l'arrivée d'une personne venait de lui faire plaisir.

Tu vois cette personne là-bas, la belle femme ? C'est une jeune médecin du village, on dit qu'elle est très douée. Quand j'ai demandé une assistance médicale pour les shinobis qui seraient présents dans le parc pour s'entraîner, je ne pensais pas qu'ils nous enverraient mademoiselle Tanaka. Essaye de t'entraîner encore un peu ou de te trouver des partenaires pour un affrontement amical pendant que je vais la saluer. Je n'en ai pas pour longtemps et au moins, tu pourras débuter ton premier combat tout en essayant d'utiliser tes capacités et ce que je t'ai appris. Essaye aussi le bouclier, ça pourrait être bénéfique pour toi.

Sans en dire plus, il me laissa pour cette beauté fatale. Cependant, je voyais bien qu'il n'était pas dans son état normal. Ce n'était encore qu'un gamin et aussi à l'aise était-il pour le chakra, il ne le semblait pas du tout avec les filles. Tout tremblant, je le voyais s'éloigner de moi. Est-ce qu'il allait au moins réussir à lui dire simplement "Bonjour" ? C'était pas sûr.

De mon côté, je n'avais pas de temps à perdre. Les shinobis environnants semblaient tous être préoccupés par leur entraînement et me trouver un partenaire n'allait pas être simple. Au grand maux, les grands moyens.

Hey ! Qui veut bien se foutre sur la gueule avec moi ? J'ai besoin de m'améliorer ! Et plus on est de fous, plus on ris !

Nouvelle chance pour moi de casser du Kiri-jin tout en maîtrisant un peu plus mon chakra. C'était peut-être risqué de m'afficher comme ça mais ils ne pouvaient pas me soupçonner de quelque chose. J'étais habillé et faisait comme eux.

Qui allait répondre à mon appel ?


Spoiler:
 

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mer 26 Juin - 19:02

Le village était un véritable chaos d'activités ces dernières semaines. Depuis le discours du nouveau Mizukage, des annonces dans la ville, et du mécontentement général du village militaire les choses étaient devenus tendus, pour ainsi dire, et cela n'allait pas en s'arrangeant.
Surtout pour Erika.
Même après deux ans à Kiri, elle ne se faisait toujours pas au manque de moyens médicaux. Ce n'était pas la faute des médecins, qui étaient redoutablement bons pour certains - voir plus encore pour Satô Zaseku - et étaient clairement disponibles et prêts à s'améliorer et améliorer les besoins du village.

Mais difficile d'obtenir dans fonds pour l'hôpital quand l'argent partait pour la guerre.

Non pas qu'Erika se plaignait, elle avait prit l'habitude de soigner et d'aider un peu dans n'importe quelle situation, déjà avec Hinata ensuite en venant ici. C'était juste... Frustrant par moment de savoir que l'on pouvait faire plus sans toutefois y parvenir.
Heureusement que le Chaos ambiant l'occupait.
Nul doute que sans toute l'activité actuelle, elle en serait venue à s'arracher les cheveux, voir commencer à pratiquer des autopsies sur des sujets encore vivants, juste pour pouvoir faire fermer leur bouche à certains et afficher comme message "on vous à entendus, merci de patienter !"

Elle a besoin de vacances.

Actuellement, elle prenait une "pause", autant dire qu'elle ne travaillait pas activement mais s'occupait de faire un inventaire de leur ressources. Nul doute qu'avec le tournoi à venir, et les batailles faisant encore rage à l'extérieur des murs, ils auraient besoin de chaque bandages, chaque onguents ou autre désinfectants.
Et compter ces taches étaient difficiles sans les vols.
Il s'agissait moins de "voleurs" que de médecins, ou patients, se servant dans les stocks pour leur propre besoin. Les médicaments étaient chers après tout, surtout en ce moment.

[Mizuri Zaseku] - Bonjour Erika. Oh, elle ne l'avait pas entendue entrer dans la réserve, mais elle restait contente de la voir. Mizuri était au moins autant connue que Satô mais pour des raisons totalement différente. Satô est le génie. Mizuri est la gentille fée. Quelle journée hn ?

Elle ne peut que rire doucement, hochant la tête alors qu'elle continue calmement son inventaire, la regardant à travers les lunettes simple qu'elle devait porter ces temps-ci.

[Mizuri Zaseku] - Et cela ne va pas aller en s'arrangeant... Hn, quand elle prend ce ton, cela signifie qu'elle à une mauvaise nouvelle à annoncer généralement. Elle la regarde, sourcils haussés. A ta tête tu n'es pas au courant mais... Tu participe au tournois. Mizuri se bouche rapidement les oreilles alors que Erika enregistre, lentement, les informations.

Tournois ?

[Erika] - QUOI ?! Elle en lâche son papier d'inventaire, se tournant vers Mizuri. Mais... Mais pourquoi ? C'était une question stupide, mais le cerveau d'Erika n'avait pas encore réussit à revenir au présent.

[Mizuri Zaseku] - Eh bien... Je crois qu'ils veulent voir un peu le niveau de nos médecins pendant une guerre. Elle hausse doucement les épaules alors que Erika se masse le front. Ton nom est sortit plusieurs fois, avec d'autres. Elle sourit doucement à Erika, assez amusée de sa réaction mine de rien.

[Erika] - Je... Non, en fait, juste non. Elle soupir, regardant Mizuri avec beaucoup de désespoir. Tu ne pourrais pas prendre ma place ? Ou n'importe qui d'autres en fait ? A ce stade elle accepterait n'importe qui d'autres qu'elle. Mais, comme elle s'y attendais, Mizuri ne fait que secouer la tête.

[Mizuri Zaseku] - Désolée, mais tu sais que je suis déjà chuunin, et puis d'autres sont déjà prévus. Elle hausse une épaule, ramassant la liste que j'avais commencée. Le seul autre aurait put être Satô, en tant que candidat spécial, mais tu sais comment il est. Elle tousse et se met à imiter sa voix. "Un génie comme moi n'a pas de temps à perdre à vaincre d'insignifiants adversaires pour prouver ce que tous savent déjà", ou quelque chose du genre. Elles rient doucement à cela, c'était quelque chose qu'il dirait oui.

Plus elle y réfléchissait, moins Erika voyait de moyens de s'en sortir. Elle allait devoir se battre durant ce tournois.

[Erika] - D'accord... D'accord. Ce n'est pas comme si j'avais le choix. Elle regarde curieusement Mizuri continuer l'inventaire et aussitôt elle sait qu'elle s'est faite avoir. Surtout quand elle vois le sourire de la Fée.

[Mizuri Zaseku] - Excellent ! Eh bien, tu as besoin de t'entraîner, ça tombe bien, plusieurs des aspirants et genins ont décidés de se retrouver dans l'une des grandes places à l'extérieur, pour éviter de détruire les bâtiments. Erika est occupée à se frapper la tête contre un mur. Arrête ça. Ils ont besoin de ninjas médicaux et rien de mieux que toi pour les aider. J'enverrais quelques apprentis plus tard te soutenir mais là, allez, ouste, ouste ouste !

Erika n'en croyait pas ses yeux, elle venait de se faire chasser de sa réserve durant son inventaire. Sans pouvoir dire quoi que ce soit, ou refuser, ou argumenter. Nope, Mizuri était venue, elle avait papillonné des yeux et, comme d'habitude, avait réussit à obtenir ce qu'elle voulait.
Enfin, elle devenait méchante là, ce n'était pas vraiment du genre de la Fée de manipuler ainsi les autres, elle était trop gentille pour ça. Elle était juste frustrée de sa situation. Il faut dire que depuis son arrivée, il y a deux ans, elle n'avait pas eut à vraiment se battre, simplement se tenir en forme.

Peut-être qu'il était temps de changer cela ?

C'est ainsi qu'elle s'était retrouvée au milieu de l'une des "prairies" sûre entourant le village. Le terme était plutôt mal choisit mais cela restait plus ouvert que les marais ou la jungle, bien que toujours autant boueux et humide.
Il n'empêche.
Ce genre de lieu était assez prisé car proche du village pour pouvoir réagir en cas de danger mais assez éloigner pour ne pas risquer d'endommager les demeures par accident. Qui plus est la nature sauvage proche promettait de véritables défis pour quiconque se sentait l'âme d'aller affronter les animaux sauvages des alentours.

Et déjà elle sentait le mal de crâne lui venir devant le nombre.

"Bordel monstre" ne saurait même pas commencer à décrire à quel point les lieux étaient chaotique. Chacun y allait de son petit entraînement, allant du maniement des armes à la manipulation du chakra. Et ces derniers étaient véritablement à surveiller, surtout si ils venaient des clans vaincus. Ces derniers possédant encore des désirs de vengeance vivace.
Plusieurs exécutions avaient été misent à l’œuvre pour montrer l'exemple.
Toujours est-il qu'après quelques mots aux officiers chargés de surveiller les lieux, afin de voir la situation, elle décida de prendre les choses en mains.

Posant la lourde boîte de médicaments qu'elle traînait derrière elle, elle joignit les mains devant ses lèvres, pour s'en servir comme mégaphone.

[Erika] - Votre attention ! Okay... Pas un ne bouge. Regardez par ici un instant ! Inspiration, expiration... ARRÊTER DE FAIRE GONFLER VOS MUSCLES ET REGARDER PAR ICI ! MAINTENANT ! Elle souffle, les officiers la regardant en riant alors qu'elle est presque sur le point de bouder. Ce n'est pas de sa faute que sa petite taille l'empêche d'être correctement entendue. Merci. Ces imbéciles avaient intérêt à arrêter de rire. Rapidement. Je suis Erika Tanaka et suis une des médecins ninja du village. Je sais que vous vous entraîner pour le tournois à venir mais je tiens à rappeler quelques règles. Elle en vois beaucoup rouler des yeux à cela. Je ne sais pas faire repousser un bras. Donc... Allez y doucement durant vos entraînements. Plusieurs apprentis devraient me rejoindre dans les heures à venir afin de pouvoir alléger ma tache de travail, en attendant... Elle soupir. Si vous avez besoin de moi vous pouvez venir. Je vais passer a coté de chaque groupe. Bon entraînements.

Elle se tourne vers les officiers, laissant les combattants reprendre leurs tache là où ils l'avaient laisser. Elle parle quelques minutes avec eux, semblant surtout demander une estimation du nombre et, surtout, ceux s'entraînant avec le chakra.
Il s'agissait des seuls qu'elle ne pourrait laisser aux apprentis.
Hochant la tête aux officiers elle se dirige vers quelques groupes, leur parlant doucement. Elle ne semble vraiment pas décidée à se mettre à l'entraînement, mais au moins s'occupe t-elle des autres.

Jusqu'à ce qu'une manne rouge attire son regard.

C'était rare de trouver Yosuke immobile à un seul endroit. Généralement il était comme le vent qu'il manipulait. Insaisissable. Elle appréciait ce gamin à la tête dure, et bien que ses capacités l'intriguait elle n'en était pas au niveau de Satô qui commençait à tenter de rallier d'autres médecins pour qu'ils autopsient le genin alors qu'il est encore en vie.
Une histoire de résultats plus probants. Passons.
Étrangement, il n'était pas seul, ce qui en soit était déjà rare mais, alors qu'elle le voyait courir vers elle, après avoir parler à un homme à l'air sinistre, elle l’accueille avec un sourire chaleureux.

[Yosuke] - Hey mademoiselle Tanaka ! Elle ne le laisse pas continuer alors qu'elle lui colle une pichenette sur le front. Aow... Au regard dur de la médecin, il cave. Pardon, pardon. Erika. Son grand sourire le rendra irrésistible dans quelques années. Dis moi, tu es venue, c'est excellent, je préfère quelqu'un que je connais qu'une inconnue. Mais c'est dur parce que je connais, genre, tout le monde au village !

Et il rit.

[Erika] - Bonjour Yosuke. Elle secoue la tête, amusée. Sans vouloir me monter vexante je ne serait pas venue si je n'avais pas été "enrôlée" pour participer au tournois. Elle lève aussitôt la main pour arrêter l'afflux de questions. Et, non, je ne veux pas en parler. Il hoche la tête, boudant un peu. Elle lui recolle une pichenette. Boude pas. Tu avais besoin de mon aide sinon ?

Ces mots semblaient être exactement ceux qu'il attendait car, aussitôt, il prend Erika par la main et la force, littéralement à rejoindre son ami qui commençais à chercher à se battre avec ses partenaires.
Ce qui fit froncer des sourcils Erika.
Toujours est-il que Yosuke ne s'arrêta qu'une fois aux cotés de son ami, lâchant la main de la médecin pour croiser les siennes derrière sa tête, souriant avec l'apparence calme de la brise du matin alors que sa posture détendue semblait donner l'impression qu'il allait s'envoler.

Le vent caressant ses cheveux rouge pour les faire onduler lui donnant presque une apparence céleste.

[Yosuke] - Hey, hey, Wei. Donc son ami s'appelait Wei. Le nom ne lui disait rien, probablement un ancien guerrier clanique. C'est Erika. En voilà une présentation inutile. Elle sourit. Ça tombe bien qu'elle soit là car sinon je sent que tu serait repartit avec beaucoup de blessures si je t'entraîne seul à manipuler la pression de l'air autour de toi pour te défendre. Parfois elle oubliais que Yosuke était, lui aussi, un génie dans son genre. Mais un génie plutôt "esprit libre" qu'hermétique. Donc, maintenant qu'elle est là, je vais te faire danser au rythme du vent !

Et il éclate de rire alors que Erika secoue doucement la tête.

[Erika] - Comme l'a dis le Petit Singe. Elle ignore studieusement le "Hey !" outré venant de Yosuke. Je préfère être là en cas d'entraînement au chakra. J'ai vu trop d'accidents ces deux dernières années pour laisser quelqu'un s'entraîner seul sauf si jamais ce quelqu'un en question est un génie. Le regard qu'elle lance à Yosuke en dis long. Ou un maître. Elle hausse doucement les épaules. Mais enchantée de te rencontrer Wei, ancien guerrier clanique ? Elle manque de tact, mais c'est sa profession qui veux ça.

Sa journée allait être longue alors qu'elle s'installe non loin du duo, prête à intervenir en cas de soucis, souriante sereinement alors qu'elle place ses lunettes sur son nez.


« You're at peace, because you know it's okay to be afraid. »

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mer 26 Juin - 21:45

Sujet: Le prix de l'acharnement [3/?]

Ah bah effectivement, Yosuke avait été rapide. Personne n'avait encore eu le temps de me répondre qu'il était déjà revenu avec cette femme. Belle plante, plus encore que le guide de la semaine dernière. Visiblement, sa timidité c'était vite envolée une fois qu'il se retrouva en face d'elle, ça changeait de son attitude habituelle quand il croisait une fille. Mais au moins, vu comment il menait sa barque avec elle, ça prouvait qu'il savait y faire avec les filles qu'il connaissait. Petit cachotier va ! Il était un fin dragueur !

Il revint vers moi et me la présenta sans oublier de se foutre de moi. Je savais que maintenant, son caractère de gamin pouvait changeait du tout au tout avec une fille à ses côtés. Petit salaud va. Tu paies rien pour attendre quand elle seras partie. Je vais t'apprendre à te foutre de ma gueule !

Erika ? Enchanté !

Elle était directe y a pas de doute ! C'était pas plus mal, je devais pas chercher ce qu'elle pensait réellement au moins.

Ouais c'est ça, un ancien Toshi. Désormais c'est à Kiri mon chez moi.

Quel con. Je venais de me faire griller d'entrée de jeu avec mes vêtements. J'avais pas pensé à enfiler l'uniforme de Kiri et je devais me coltiner maintenant des questions sur mes origines, bien joué la discrétion mon gars. Même si j'avais dû répondre dans la précipitation, j'avais essayé d'éviter une énième bourde en précisant bien le "ancien".

Je devais changer de sujet assez vite, c'était pas le moment d'éveiller les soupçons.

Merci d'être venue Erika. Je contrôle pas vraiment mon chakra donc ton aide est la bienvenue. Ça fait longtemps que tu travailles en médecine ? J'aimerais pas me retrouver entre tes mains pour me faire mettre en charpie tu vois ...

Même si ce n'était pas très élégant, de toute façon je le suis pas, il fallait que je bascule son intérêt vers elle et non sur moi.

Yosuke, fais gaffe à ce que tu dis si tu ne veux pas finir en rééducation.

Avec un large sourire, je passais ma main dans ses cheveux pour l'ébouriffer et transmettre mon malaise au gamin. Sans plus attendre, je jetais un regard aux deux personnes autour de moi pour capter leurs pensées avant de me remettre à mon entraînement. Je pouvais me faire oublier quelques secondes s'ils voyaient que j'étais occupé et concentré sur ce que je faisais.

Attention les yeux !

J'avais beau être à fond dedans, rien ne se passait vraiment comme je le voulais. Le chakra s'expulsait autour de moi sans réelle forme ni contrôle. C'était un peu comme un pet foireux.

Hum ... Plus j'essaye de manipuler l'énergie qui m'entoure, plus j'ai l'impression qu'elle m'oppresse et qu'elle va me péter les os. Alors ouais, le gamin est peut-être doué mais s'il pouvait mieux m'expliquer ce qui doit se passer ou ce que je dois faire au lieu d'uniquement me faire des démonstrations, ce serait un peu plus utile. Des conseils docteur ?

Soudain, une autre personne s'arrêta près de nous. Un homme aux cheveux noir comme la nuit et l'air sombre. Un adversaire ?

Spoiler:
 


Dernière édition par Wei le Jeu 27 Juin - 21:41, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mer 26 Juin - 23:13

Hey ! Qui veut bien se foutre sur la gueule avec moi ? J'ai besoin de m'améliorer ! Et plus on est de fous, plus on ris !


Akira détourna les yeux, il avait presque réussi à envoyer son pied au niveau de son épaule mais la voix forte du barbare l’avait interrompu dans son mouvement.

-encore un analphabète d’une tribu quelconque qui désire rejoindre ses ancêtres’ s’exclama le Sei vas-y ! toi qui cherche à t’entrainer contre autre choses qu’un mannequin en bois ! C’est l’occasion ou jamais !

Akira hésita un instant, il regarda autour de lui mais personne ne faisait le premiers pas en direction du barbare. Sa morphologie bien plus imposante que la moyenne suffisait à dissuader les apprentis. Cela faisait des jours qu’il s’entrainait seul, il répétait inlassablement les mouvements appris avec Maeda-sensei mais il n’avait encore jamais testé son potentiel contre un combattant à peu près de même niveau.
 Les « combats » qu’il avait fait avec ses maitres étaient bien-sûr perdu d’avance mais celui-ci…

Il est moins imposant que Maeda-sensei se dit Akira pour s’encourager. Et puis il doit être débutant comme moi. Sous les moqueries  de son Sei, Akira se dirigeait vers le barbare quand il s’arrêta net.
 Deux personnes venaient de le rejoindre. Une d’elle était familière, c’était la tornade qui le dépassait quotidiennement lorsqu’il courait. La deuxième personne était une jeune fille à l’allure droite et élégante.
 A en juger l’attitude des jeunes Hommes autour d’elle, elle ne laissait personne indifférent. Akira lui-même, qui cherchait à connaitre l’identité du coureur aux cheveux rouge depuis des jours, n’en avait plus rien à faire.

-elle est…elle est…trop…BONNE !!! Interrompu le Sei.

-mais fermes-là à la fin ! Tu crois que l’invitation du gars tient toujours ?


La jeune fille porta les mains à sa bouche expliqua des choses abstraites sur la médecine ou quelque chose dans le genre. Akira se rappela seulement qu’elle s’appelait Erika Tanaka et quelle était médecin.

-allez ! Bouges-toi, même si tu te fais défoncer, elle se chargera de toi. Evite de protéger tes bijoux de famille si tu veux !


Et sous les éclats de rire narquois, Akira se dirigea vers le petit groupe. En évitant de regarder les deux autres il se tint devant le barbare :

-moi, je veux bien être ton adversaire.


-putain ! T’es vraiment con ou quoi ? je sais que t’es un sauvage de la forêt, mais bon tu peux au moins dire ton nom.


-tais-toi à la fin ! Akira s’interrompu, mort de honte, il se rendit compte qu’il avait parlé à voix haute.

- ….je m’appelle Yamanaka Akira dit-il pour rompre le silence.



Spoiler:
 

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Jeu 27 Juin - 18:34

Erika hausse les sourcils devant la tentative de celui nommé Wei. Elle savait que Yosuke était de ceux partageant son savoir de la façon "ressent ce que je fait" plutôt qu'expliquer correctement ce qu'il faisait, ou ressentait.
Ce qui s'avérait compliquer dans ce genre de situation.
Elle hausse un sourcil quand elle est directement adressée par Wei, regardant brièvement vers Yosuke qui semble surtout content de le voir essayer, sans réellement donner son avis. Elle doutait même qu'il soit capable de donner son avis à ce sujet. Non pas stupidité, ayant déjà démontrée qu'il faisait partie des génies, mais parce qu'il ressentait le monde différemment que les autres.

Ce qui n'aidait absolument pas.

[Erika] - Hn... Eh bien voyons voir déjà ce que le Petit Singe en dis. Elle sourit en coin quand Yosuke boude vers elle, ce qui la fait rapidement rire dans sa main.

[Yosuke] - Arr, Arr. Trop marrante Erika La Vieille. Le regard noir qu'elle lui lance le fait reconsidérer. Oui bon. Il se tourne vers Wei. Eh bien... Faut que tu ressente l'air quoi ! Très utile, merci Yosuke. C'est pas une "barrière" que tu te crée, c'est juste "accompagner" les attaques tu sais. Il sautille sur place, un sourire allant d'une oreille à l'autre.

Erika secoue doucement la tête, mettant une pichenette sur le front de Yosuke pour le calmer.

[Erika] - Ce qu'il dis n'est pas faux. Elle sourit vers Wei. De ce que je crois comprendre il s'agit d'une technique défensive usant du "vent" hn ? Elle n'était peut-être pas douée aux combats, mais au moins en savait-elle pas mal sur la théorie. Le chakra est une source d'énergie venant directement de la nature, ceci nous l'avons compris. Nous avons aussi compris qu'en manipulant le chakra nous pouvons manipuler les éléments autour de nous. Elle se concentre quelque peu, faisant scintiller sa main d'une aura bleu-nuit claire. Le chakra se canalisant dans sa main. Yosuke faisant de même, la lueur de ses mains étant beaucoup plus intense que celle d'Erika. En usant de cela nous pouvons accomplir diverses choses. Yosuke, montre lui.

Elle recule de quelques pas alors que Yosuke se met en place, sourire toujours aux lèvres, le vent semblant presque le faire s'envoler alors qu'il sautille sur place, amusé, joueur, adorant jouer avec le vent et s'en servir.
Un véritable danseur du vent.
Le vent s'intensifie autour de lui, lentement mais sûrement, s'enroulant autour de son corps, accompagnant ses bras, ses jambes, son torse sans totalement le toucher. Caressant son corps, son être, manipulant la pression de l'air librement autour de lui.

Erika sourit doucement.

[Erika] - Tu vois ? Ce n'est pas tant "forcer" que "guider". Le vent est un élément instable, surtout quand l'on essaye de le forcer, de le contraindre. Yosuke hoche vivement la tête. Clairement il pense cela même si les mots lui échappent. Et, regarde... Elle ramasse une pierre qu'elle lance sur Yosuke. La pierre ne s'arrête pas, il ne la touche pas, mais elle se fait dévier par les courants d'air enroulés autour de Yosuke, doucement, manquant sa cible alors que jamais elle n'aurait dut. Protection efficace. Erika semble elle-même surprise.

[Yosuke] - Oui ! Il hoche la tête rapidement. Mais si quelque chose de plus gros que le vent frapper, ben, le vent laisse passer. Il rit avant d'annuler sa technique, l'air semblant s'adoucir. Et c'est seulement efficace contre ce qui te tape le corps. Si c'est dans la tête par contre... Il hausse les épaules, Erika hochant la tête de concert.

Les arts de l'esprit étaient encore plus insidieux et compliqués et elle n'avait pas honte de dire qu'elle faisait partie des chercheuses pour qui tout cela n'avait encore aucun sens pour elle.

[Erika] - Toujours est-il, maintenant que tu as une image, essaye de... Elle se fait interrompre quand quelqu'un, l'un des guerriers alentours, décide enfin de se faire connaître suite à la provocation de Wei. Cela la fait froncer des sourcils légèrement. Un combat ? D'un coté cela donnerait de l'expérience aux deux hommes, surtout à affronter du chakra, mais de l'autre... Hn.

Elle venait d'avoir une idée.

[Erika] - Eh bien bonjour Yamanaka Akira. Elle ignore soigneusement les rires de Yosuke. Tu tombe bien. Elle sourit au trio masculin, bien que Yosuke semble déjà avoir perdu tout intérêt pour la conversation. Wei ici présent aurait bien besoin d'un partenaire d'entraînement. Pourrais tu l'attaquer physique deux ou trois de la façon que tu souhaite afin de l'aider à développer sa technique ? C'était assez injuste d'ainsi le mêler à cet entraînement, mais elle allait lui rendre la pareille. En contrepartie j'accepterais de t'aider si jamais tu as besoin, et Wei aussi t'aideras, n'est-ce pas ? Le regard qu'elle donne à l'ancien Toshi en dis long.

Elle se moquait royalement des clans pour tout dire. Pour elle, une personne était une personne. Elle n'avait pas besoin de savoir que son clan s'appelait "X" ou "Z" pour devoir le soigner. Elle renverrais dans les fleurs quiconque userait de son clan pour faire pencher les choses en sa faveur.
Elle pouvait au moins remercier Hinata pour ce genre de raisonnement.
Toujours est-il qu'elle n'avait aucun scrupule à demander à l'un des clans "importants" de l'aide, ou de faire des taches ou tout autre. Alors un Yamanaka ou Aisu... Bof, ils seraient logés à la même enseigne.

[Erika] - Si vous vous inquiétez pour le tournois, rassurez vous. Connaître une technique de votre adversaire ne vous aide pas à savoir sa stratégie. Heureusement. Donc entraidez vous, l'essentiel même de tout cela étant de vous permettre de vous améliorer tout en... Un cri dans le fond attire son attention. Vous... Permettant de vous... Connaître. Elle soupir. Je vais aller voir. Commencer donc, je reviens peu après. Yosuke se chargeras de vous... Arrêter si nécessaire. Un "Yosh" du genin en question lui assure qu'il le ferra.

S'éloignant du groupe elle soupir en voyant un étudiant à terre, se tenant la jambe alors qu'un serpent mort se trouve non loin.

Si même les animaux sauvages s'y mettent maintenant...


« You're at peace, because you know it's okay to be afraid. »

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Jeu 27 Juin - 22:41

Sujet: Le prix de l'acharnement [4/?]

Putain, heureusement qu'elle était là cette femme ! Erika savait parler à Yosuke et c'était pas plus mal. S'ils s'entendaient bien tous les deux ça ne pouvait qu'être bénéfique pour moi. Je pouvais profiter aussi bien de la pratique avec le gamin que de la théorie avec la belle plante, même si la pratique je l'aurais bien passé avec cette dernière mais dans un autre domaine ...

Il ne fallait pas beaucoup de temps à Erika pour qu'elle comprenne comment la technique fonctionnait ... La marque d'une intellectuelle ou d'un génie. Grâce à ses explications, je visualisais un peu plus ce qui se passait en moi et autour de moi quand je tentais de manipuler le vent environnant. La petite démonstration de Yosuke de manière plus calme et détaillée était également une bonne idée de la part de cette femme. Avec elle dans cette équipe, j'étais sur une bonne voie.

[Wei] Merci ...

Alors que j'allais retenter un nouvel essai, y avait ce type qui venait d'arriver et qui me fixait. Je pense que lui, il cherchait la baston et il allait pas être déçu. Cependant j'ai pas eu le temps de lui sortir un mot qu'il me gueula dessus en me demandant de me taire. Ou peut-être c'était sur Erika vu qu'elle était en train de parler. Bref. J'étais un peu surpris donc j'ai fermé mon claque merde mais il semblait encore plus gêné que moi et se reprit aussitôt en annonçant son nom. Yamanaka. Intéressant. Un fils de chienne de la famille de cette Souffleuse du Vide. A sa gueule il était moins impressionnant qu'elle mais je devais quand même faire attention, les Yamanaka étaient réputés pour te détruire le cerveau sans bouger. Redoutable.

Euh ... Wei.

Erika reprit la parole. Le médecin ne perdait pas le Nord, même quand elle était interrompue par une raclure. Elle proposa au gars de s'entraîner avec moi en ... lui demandant de me frapper plusieurs fois pour que je teste ma technique ... Putain quoi. J'allais pas pouvoir me défendre. J'ai pas eu le temps de m'opposer à ça qu'elle reprenait de plus belle. Une femme quoi, belle comme un ange mais impossible de l'arrêter quand elle commence à parler. Elle me demanda - força - à accepter de l'aider en retour.

Ouais ... Pas de problème ...

Suite à un blessé un peu plus loin, elle s'en alla en nous laissant entre les mains de Yosuke. L'autre mec accepta, bien sûr, il allait taper donc c'était pas dérangeant pour lui.

Allons-y ... Mais sache que si tu m'éclates, je t'éclaterai en retour. Conseil d'ami.

Akira se mit en position, le poing prêt à me frapper. De mon côté, je devais me concentrer et me repasser la scène de Yosuke en train de dévier cette pierre, mon poing aussi. J'essayais de malaxer mon énergie, le vent environnant pour le faire danser autour de moi comme le faisait le gamin. C'était loin d'être parfait et ça partait même un peu en vrille. Vu la tête que le petit faisait, ça devait pas être le top mais bon, j'allais quand même tester le résultat.

D'un signe de tête, je donnais le top départ au Yamanaka.

Putain !

Je me tenais le ventre. Il m'avait pas raté ce type mais moi par contre je m'étais bien chié dessus. Je grimaçais. La douleur était bien présente alors que ma protection ne l'était pas. Ne pas abandonner, persévérer, c'est ce que je devais faire.

Recommence !

De nouveau, je me mettais en position tout en évitant de penser au mal qui s'éternisait en moi. Si je ne voulais pas me reprendre la sauce, c'était préférable que cette fois je fasse quelque chose de correct.

Raté. Et ma bouche avait pas apprécié le coup que je venais de prendre dans le menton. Grommelant une énième insulte, j'en profitais pour cracher un petit filet de sang au sol.

[Yosuke] Wei ! Ca va ?

Ouais ouais t'inquiète ...

Fais attention ... Comme l'a dis Erika, laisse le vent accompagner tes mouvements et épouser ton corps, ne le force pas. Le vent est indomptable, il faut savoir vivre avec lui et non vouloir en faire ce qu'on en veut.

En essuyant le sang coulant de ma lèvre, je fixais d'un air songeur le Yamanaka. Qu'est-ce qu'il pensait de cette technique ? Prenait-il son pied à m'en foutre plein la gueule ? Ouais ... Encore un de ces cons de Kiri ...


Après une dizaine de coups dans la gueule, quelques résultats commençaient à pointer le bout de leur nez. Les coups qu'Akira m'envoyaient me faisaient moins mal, ils semblaient dévier de plus en plus. A moins que c'était l'accoutumance à la douleur, je sais pas trop mais vu comment le gamin sautait et souriait comme un abruti, ça devait être encourageant.

Ouais stop là ... Je pense que j'ai assez servi de sac de frappe.

Je pouvais pas trop voir comment mon corps était sous cette couche de vêtements mais à mon avis, j'allais passer une sale nuit si je recevais pas quelques soins. D'un coup d'oeil, j'essayais de voir où en était Erika. Un peu de réconfort visuel et anatomique ne seraient pas de refus.

Ça va, pas trop mal aux mains Yamanaka ?
Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Ven 28 Juin - 14:02

hellow mes fidèles sujets !

Je vais distribuer l'xp et les techniques étape par étape sinon je vais jamais y arriver x)

Premièrement : wei (Entraînement - Fuuton)

Wei +24 XP tu reçois la technique fuuton mais pas la maîtrise du ninjutsu car Yosuke ne possède tout simplement pas la technique. Et puis de toute façon, c'est un peu cheap pour celle là :p

Je ne me souviens plus si un PNJ possède la technique mais dans le cas contraire, tu dois te débrouiller pour obtenir le rouleau de la technique.

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Ven 28 Juin - 18:05

Akira faisait face au dénommé Wei. 
Les explications d’Erika avaient été pour le moins surprenantes, il devait frapper le barbare qui apparemment ne rétorquerait pas.
 La voix de Maeda résonnait dans sa tête :

« Les jambes légèrement écarté et plié, le dos droit, une inspiration lente pour la préparation. Se souvenir ensuite d’accompagner le poing de tous son corps en balançant le bassin, enfin, multiplié la rotation par un mouvement sec du poignet ».

Akira inspira, ce n’était plus le moment de reculer, si Wei était si décidé, il n’allait pas retenir ses coups. La sensation du poing s’enfonçant dans le ventre le surpris.

[Sei]-eh ben ! Ça change du mannequin, ce ventre est un véritable coussin pour tes phalanges !

[Akira]- très drôle ! J’ai l’impression que je maitrise enfin ce coup de poing, mais je ne comprends toujours pas l’intérêt de cet entrainement pour Wei.


[Sei]-qui Wei ? Le barbare là ? Ces choses-là ont des noms ?


[Akira]- faudra quand même que tu m ‘explique un jour pourquoi tu hais tout le monde !


Recommence !


Akira ne se fit pas prier, cette fois ci le coup heurta le menton de Wei

-hé merde ! dit-il en crachant un filet de sang. La main d’Akira avait eu du mal à encaisser le choc, bordel que son menton était dur !

[Yosuke] : - Wei ça va ?


[Sei]-non mais t’entends ? À mon avis la groupie rouge est inquiète…


Akira fit mine de ne rien entendre, il ne voulait pas être déconcentré par son Sei. S’essuyant la bouche. Wei le regarda avec un air de défi. Akira eu alors une sensation qu’il n’avait jamais ressenti auparavant, un sentiment étranger vint le happer quelques secondes. 
Il avait l’impression que le cœur d’une chose ou de quelqu’un avait remplacé le sien. Une sueur froide l’envahit et la sensation disparu petit à petit, s’atténuant doucement, avant de disparaitre complètement.

Son Sei était pour une fois silencieux, fermant les yeux quelques secondes, il tenta de retrouver la sensation qui l’avait submergé. Rien ne subsistait à part le vague sentiment de s’être fait dépouiller de quelque chose de vitale.

Il ne fallait pas s’attarder la dessus, Wei semblait plus déterminer que jamais. Akira devait l’être tout autant.
Les attaques s’enchainaient, coup de poing, coup de pied, cependant, loin de gagner en puissance, les coups du Yamanaka semblaient freiner lors de l’impact.
 Il avait beau s’appliquer, détendant ses muscles au maximum pour mieux les contracter au moment de l’impact, quelque chose le gênait dans sa dernière rotation.

[Sei]-observe ! dit le Sei, cela n’a rien à voir avec la position de ton corps, c’est de lui que ça vient.


Akira leva les yeux vers Wei, rien ne semblait le protéger mais Yosuke, derrière, avait arrêté ses mouvements incessants pour l’observer. Quelque chose avait changé…mais quoi ?

« Le meilleur moyen de le savoir c’est d’y aller pensa-t-il. Mettant tout son poids dans le coup, Akira s’élança vers le visage de Wei. Alors qu’il contractait au maximum pour l’impact, sa main fut déviée de sa trajectoire, effleurant à peine le visage du barbare. Dans l’élan, Akira manqua de tomber mais se rattrapa sans que son adversaire ai pu le remarquer.

[Sei]-tu n’observe pas, tu regardes.


Il s’élança à nouveau, bien décider à comprendre la technique de son adversaire. «  Lire le jeu » comme disait Maeda, était l’essentiel du Taijutsu.
 Il ne chercha pas le geste parfait cette fois-ci, ses yeux scrutaient le moindre mouvement du barbare. Celui-ci, au grand étonnement d’Akira ne bougea pas mais son coup fut dévier à tel point qu’il ne toucha que les vêtements de son adversaire.



« Alors là, je sèche » pensa-t-il.
 
[Wei] Ouais stop là ... Je pense que j'ai assez servi de sac de frappe.
Ça va, pas trop mal aux mains Yamanaka ?




Akira avait effectivement des douleurs dans les phalanges mais il répondit par le contraire.

 [Sei]-putain il encaisse le con ! Et puis si en  plus dorénavant tu n’arrives plus à le toucher, je peux dire adieu à mes putes- dulcinées !


[Akira]-je t’ai déjà dit que je n’irais pas dans cette endroit sordide même si je gagne le tournoi, ce qui, tu le sais est impossible. Je ne maitrise toujours pas Hikitsuru !répondit Akira


[Sei]-tu ne l’as maitrise pas sur le vieux, mais le cerveau du barbare ne devrait pas trop être difficile à violer, Il est encore vierge de pénétration extérieur !


[Akira]-tu crois ? Mais je ne vais quand même pas lui demander de rejouer les victimes ! Et par pitié, arrête avec tes blagues salasses !


Yosuke s’approcha d’Akira.

[Yosuke] : il se trouve que je sais quel technique tu apprends, je fais souvent les courses pour Itami no kenji, le pauvre a horreur du marché ! Je pense que plus vite Wei découvrira toutes les facettes du chakra, meilleur il sera. Je te demande une chose, limite ton hikitsuru dans le temps. C’est préférable pour vous deux. Mais patiente un peu, il faut qu’il récupère.



Akira s’asseye, observant Wei il plongea son regard sombre dans l’être en face de lui, le sentiment de vol et de révolte qu’il avait étrangement ressentit auparavant s’accentua.



MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Sam 29 Juin - 20:57

[Erika] - Bon, au boulot.

S'approchant du combattant blessé par le serpent, elle s'agenouille doucement à ses cotés, ouvrant sa boîte de médicaments qu'elle apportait, faisant un garrot calmement à la jambe avant de prendre un petit scalpel de métal.
Un outil effroyable et tellement pratique.
Actuellement elle s'en servait pour faire une petite entaille au niveau de la morsure du serpent, faisant couler le sang infecté. Lentement elle purge le sang avant de prendre une petite seringue, décapsulant la protection de l'aiguille, elle l'enfonce dans la cuisse du combattant, qui gémis, avant de lui injecter le produit. Une fois tout ceci fait, elle désinfecte la plaie calmement avant de la refermer avec des points d’agrafes.

Le tout de façon assez mécanique.

[Erika] - Et voilà, il ne devrait plus rien risquer. Il aura besoin de repos surtout. Que quelqu'un l'accompagne jusqu'à l'hôpital. Elle regarde les aspirants et genin, remerciant d'un hochement de tête ceux s'étant avancer pour aider leur ami. Elle range calmement son matériel, soupirante doucement.

[???] - Pourquoi pas avoir utilisé le chakra pour le soigner ? La question n'était pas mauvaise, très bonne même. Mais, alors qu'elle sourit à celui ayant parler, elle réfléchit à la première fois qu'elle dut user du chakra pour soigner de cette façon.

~~~~

Cela faisait quelques mois qu'elle était arrivée à Kiri. Le garde la suivant commençait singulièrement à lui taper sur le système, surtout quand elle voulait se mettre à l'aise ou prendre un bain. Ajoutant à cela un hôpital ressemblant plus à une tente, durant un siège, un jour de famine. Des médecins ayant tous un égo surdimensionné ou croyant pouvoir tous aboyer des ordres sans aucunes autres raisons qu'ils sont "anciens" et vous pouvez voir où elle en est.
Au bord de la crise de nerfs sociopathe.
Mais se mettre à massacrer chaque médecins, chaque patients, chaque petit soucis ne l'aiderait clairement pas sur le long terme. Ou même sur le court. Alors elle devait grincer des dents, les serrer, s'assurer qu'elle n'en viendrais pas à empoisonner leur eau. Rien que pour le principe qu'elle puisse le faire.

[Erika] - Vraiment... Elle secoue la tête, marchant calmement dans le village, prenant un bon bol d'air frais avant de retourner au travail. Il y a des journées ou se lever est véritablement la chose la plus dure à faire. Elle rit doucement pour elle-même quand des bruits se font entendre près de l'hôpital.

Curieuse, elle s'approche.

Elle découvre plusieurs soldats de Kiri allongés sur des brancards alors que d'autres troupes les regardent, l'air inquiet, murmurant entre eux. Elle en reconnaissait certains, il s'agissait des éclaireurs, ceux ayant la tache la plus difficile d'explorer les îles. Ils se retrouvaient souvent seuls, et souvent ils mourraient.
Sauf que là c'était différent.
Il semblerait que ce groupe soit tombé dans un nid à vipères, littéralement. Un était déjà mort et les autres portaient de nombreuses marque de morsures. Ils devaient être pleins de venins et le temps étaient comptés.

[Erika] - Place ! Elle s'avance entre la foule, venant s'agenouiller aux cotés des blessés. J'ai besoin de renforts, faites venir tout ceux disponible ! Purger le venin était possible, si c'était fait à l'instant de la morsure. Là elle allait devoir travailler au petit bonheur la chance avec des anti-venin et compter sur la constitution de ces hommes. Par les... Elle se mord la lèvres inférieure alors que Mizuri, suivit de plusieurs autres médecins, approchent rapidement.

Et c'est là qu'elle découvre une nouvelle façon d'user du chakra.

Mizuri est à peine agenouillée aux cotés de son premier patient que ses mains s'illuminent doucement. Non pas de l'aura bleu-nuit habituelle, mais d'un vert jade assez sombre. Elle ne fait qu'appuyer ses mains brillantes sur le torse des victimes, l'air concentrée. Semblant... Chercher quelque chose.
Le venin.
De toute ses années de formation, jamais elle n'avait vu du venin s'écouler si rapidement de plaies. Pas sans vider de son sang le patient ou lui risquer de graves traumatismes. Mais elle le fait sans effort, sans peine ou presque, soufflante une fois cela finit.

Erika était impressionnée.

[Mizuri] - Parfait ! Donnez lui un fortifiant et laissez le se reposer, suivant ! Sans perdre de temps, elle passe au suivant, comme tous les autres médecins. Erika ne pouvant qu'observer sur le coté, ses yeux de cristal observant chaque mouvements de Mizuri et des autres, observant le chakra, observant les corps, allant même vérifier leur état.

Elle s'instruit.

Au bout de deux heures la plupart étaient hors de danger. Seul ceux ayant subit le maximum de morsures étaient encore en danger mais plongé dans un coma médicamenteux afin de les aider au maximum à purger de leur système les reste de venin tout en leur permettant de ne pas subir la souffrance de ces blessures.
Et aussi espérer qu'ils s'en sortent.
Toujours est-il que Erika avait des soucis plus urgent, elle devait absolument s'améliorer, user du chakra de façon plus intelligente que renforcer sa prise. Elle n'était pas une combattante, autant que ce chakra serve à quelque chose de plus utile.

[Erika] - Mizuri ! Elle a réussit à rattraper la médecin supérieure. Une bonne âme, elle semble un peu ailleurs les trois quart du temps mais c'est peut-être pour ça qu'elle est si gentille.

[Mizuri] - Oui, Erika ? Son ton est patient.

[Erika] - Elle reste silencieuse quelques secondes avant de hocher la tête. J'ai besoin de toi. Aux haussements de sourcils de la médecin elle s'empresse de poursuivre. J'ai besoin de toi pour m'enseigner cette technique de soins. S'il te plaît.

Mizuri ne dis rien pendant quelques secondes avant de sourire brillamment, d'une oreille à l'autre. Elle invite Erika à la suivre jusqu'aux labos de recherches afin de commencer à lui enseigner l'une des rares techniques médicales pures.
Et pourtant si utile.
L'entraînement est nettement plus rigoureux qu'à ses souvenirs. Clairement, le fait de vivre libre l'avait grandement ramollie. C'était inadmissible. Et c'est pourquoi elle se jeta dans cet entraînement de tout son corps, de toute son âme. Les jours et les semaines s'écoulant avec fluidité jusqu'à ce que, finalement, ses efforts portent leur fruit.

[Mizuri] - Excellent Erika ! Elle sautille sur place, heureuse. Tu as enfin compris la méthode, bravo. Erika sourit faiblement alors que le lapin sur qui elle faisait des tests frétille doucement, le poison purgé de son système. Elle halète et est en sueur mais... Elle est contente d'elle.

[Erika] - Je n'aurais rien pu faire sans toi Mizuri. Elle souffle doucement, venant gratter derrière les oreilles de l'animal. Tout est une question de précision de son chakra et de méthode pour pénétrer à l’intérieur du système sans pourtant être un envahisseur. Elle prend dans ses bras le lapin, le serrant contre sa poitrine, regardant Mizuri. J'ai eut du mal à comprendre cela, mais une fois ceci atteint il ne suffit plus qu'analyser, via notre chakra, où se trouve les corps étrangers dans le sujet et les guider en les poussant avec le chakra.

Mizuri sautille toujours sur place, hochant la tête aux explications.

[Mizuri] - C'est ça ! Belle analyse théorique. Erika tire la langue. Très mature Erika. Elles rient de bon cœur. Tu utilise encore un peu trop de chakra mais rien qui ne puisse être régler via de l'entraînement.

Elle sourit, continuant de jouer avec le lapin. Pour une fois, utiliser le chakra ne lui faisait pas l'impression qu'elle s'agenouillait devant les Dieux. Pour la première fois depuis qu'elle avait développé ce don... Elle y croyait.


~~~~

C'est ainsi que la voilà, ayant soigner un blessé à l'ancienne alors qu'elle aurait très bien put user de chakra pour l'aider. Elle rit doucement, ayant remarquée les apprentis enfin arriver.

[Erika] - C'est vrai. Elle s’essuie doucement. J'aurais put le soigner avec mon chakra mais à quoi bon ? Elle hausse un sourcil devant les regards incrédules. Le chakra est un outil que vous devez apprendre à utiliser à bon escient. Utiliser du chakra pour une tache que je peux faire sans n'aurait eut pour seul effet que m'épuiser, inutilement. Elle regarde tour à tour les apprentis, beaucoup, tous même, ont le désir d'enfin développer le chakra, d'enfin devenir puissants. Le chakra n'est pas infini. C'est une énergie venant de vous, c'est en vous. Si vous le gaspillez pour des taches triviales... Il risque de vous manquer le moment venu. Elle ramasse ses affaires et se dirige vers les apprentis, soupirante. De plus... Outre être un outil. Le chakra est une arme. Et vous ne couper pas votre pain avec vos kunais, hn ?

Sur ces paroles, elle se dirige vers le groupe de six apprentis, se tenant tous et toutes droits et fiers. Boîte de médicament dans le dos. Les futurs soigneurs du village et tous ont le chakra. Ils ne devaient que le développer dans le bon sens.
Un sens que beaucoup de médecins voyaient de façon différente.
S'approchant du groupe elle leur donne leurs instructions : Aller de groupe en groupe pour s'assurer que tout va bien. Prodiguer conseils et médicaments si nécessaire. En cas de soucis contacter les officiers ou Erika. En cas de blessure dut au chakra, contacter Erika ou, le cas échéant, Mizuri afin de pouvoir participer aux soins et apprendre.

Des règles basiques qu'elle suivit elle-même lors de son arrivée.

Elle secoue la tête devant l'énergie des apprentis. Au moins ont-ils la motivation pour venir aider. Ou prouver leur valeur, elle ignorait exactement ce qui était le plus juste. Elle les regarda partir dans toutes les directions quelques secondes, les entraînements reprenant plus calmement maintenant que les soigneurs étaient là.
Une bonne chose.
Même les officiers semblaient plus à l'aise, observant moins souvent les participants que les alentours, s'assurant qu'aucuns dangers ne viendraient roder, chose impossible, bien sur, mais le sentiment était là.

Quant à elle, elle avait un trio à aller retrouver.

Marchant calmement, elle ne fut qu'à 30% surprise de voir l'état de Wei. Ce qui ne l'empêchait pas de toiser le Yamanaka de son regard intrépide. A croire qu'ils allaient finir par faire un concours de "qui à la plus grosse".
Espérons qu'elle soit partie à ce moment là...
Elle s'approche calmement alors qu'elle donne une mandale à l'arrière du crâne de Yosuke qui laisse échapper une plainte de surprise et de douleur, se tenant la tête alors qu'il boude vers Erika. Elle le regarde, sourcil hausser.

[Yosuke] - Aie ! Mais pourquoi Erika ? Il boude.

[Erika] - Je t'avais demander de les surveiller il me semble, non ? Il hoche la tête, un peu confus. Explique moi donc pourquoi Wei semble être sur le point de s'effondrer et qu'Akira se tiens les mains comme si il avait frappé des pierres ? Yosuke ouvre la bouche pour parler mais l'index de Erika l'en empêche alors qu'elle envahis son espace vitale, son front contre le sien. Avec n'importe qui d'autre, elle ne se serait permis une telle action. Mais Yosuke était spécial. Pas un mot. A ta prochaine visite médicale je te promet que je sort les thermomètre. La version pour animaux.

Elle rit alors que le Petit Singe pâlit à vu d’œil. Elle secoue la tête, s'approchant de Akira.

[Erika] - Allez, montre moi tes mains toi. Toujours souriante alors que Yosuke bafouille des mots pour inciter la pitié de la médecin, elle prend les mains de Akira, les désinfectant rapidement avant de les bander convenablement. Et voilà. Tu devrais avoir un peu moins mal en frappant désormais. Elle lui fait un clin d’œil en souriante chaleureusement avant de se tourner vers Wei, mains sur les hanches. Quant à toi... Elle secoue la tête avant de prendre le visage de Wei entre ses mains, vérifiant l'état de l'aspirant, sourcils froncés. Les dommages sont moins graves qu'ils en ont l'air mais elle se décide quand même à désinfecter les quelques plaies.

Entre autres.

Collant un pansement sur une coupure à son front, elle lui colle une pichenette avant de s'écarter du duo, revenant auprès d'un Yosuke boudant. Elle sourit et les incite à continuer, sauf que, cette fois ci, elle observe et interviendras en cas de besoin.

Spoiler:
 


« You're at peace, because you know it's okay to be afraid. »

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mer 10 Juil - 18:21

Sujet: Le prix de l'acharnement [5/?]


Au vue de ma gueule, mon entraînement était terminé pour la journée. Il n'avait pas duré bien longtemps mais s'épuiser à utiliser du chakra était nettement plus long et moins fatiguant que de se faire battre sans riposter, par un inconnu venant d'un clan pourri qui plus est. Il n'était pas allé de main morte et mes articulations me faisaient plutôt souffrir. Je ne me voyais pas mais je sentais que mon visage était tuméfié, dégradé. Malgré sa carrure plutôt chétive, ce type savait où frapper pour faire mal. Bien que ses coups n'étaient pas portés instinctivement, étant donné qu'il prenait son temps pour envoyer un assaut et se positionner calmement, il était visiblement parti sur une pente le menant dans le combat au corps à corps, chose plutôt rare pour un Yamanaka.

D'après mes souvenirs et ceux que j'avais pu affronter, ces gars étaient spécialisés dans le contrôle de l'esprit, que ce soit d'une personne ou d'un animal. En général, quand nous rencontrions des Yamanaka avec mes frères, ces salauds s'amusaient à retourner les Toshi les uns contre les autres. Par chance, si je peux dire ça comme ça, je n'avais jamais eu à tuer l'un des miens pour venir à bout de la manipulation mentale. Watanari avait par contre dû mettre un terme à la vie de son frère cadet, un vrai frère de sang cette fois-ci. Un combat sanglant et monstrueusement douloureux pour nous. Lors de cette journée, nous perdions un membre des Toshi et la santé mentale d'un autre était mise à rude épreuve durant plusieurs mois. Un coup dur ...

Ces enfants de chienne avaient compris qu'ils ne devaient plus compter uniquement sur le fait qu'ils contrôlaient les gens autour d'eux mais qu'il était également nécessaire qu'ils entraînent leur corps à attaquer et à encaisser pour espérer survivre dans un combat à la loyale.

Alors que j'étais en train de souffler pour reprendre mes esprits et mes capacités après tous ces coups que je venais d'encaisser, Yosuke s'approcha du Yamanaka. Ils parlaient d'un truc dont je ne comprenais rien et apparemment, j'allais devoir servir à nouveau de cobaye. Hikichaipakoi. J'avais juste compris qu'en gros, Akira devait y aller mollo et que ça allait me servir à découvrir encore un truc sur le chakra. Putain mais ça s'arrêtera jamais ? J'suis pas un intellectuel et y a un peu trop de théories différentes qui me tapent sur le système. Tant que c'était pas du concret, j'avais un peu de mal à cerner ce qu'on voulait m'expliquer.

Heureusement qu'Erika arriva pour mettre un terme à tout ça. Elle soigna nos blessures et grâce à ma sale gueule devant être abîmée, j'ai eu l'occasion de me laisser approcher de plus près par cette belle plante. Elle me balança quand même une vieille tape sur le front mais je me retins pour ne pas la traiter. Mes yeux suffisaient à lui faire comprendre le message. Les dents serrées à cause de cet affront, je réussis quand même à lui sortir un petit Merci ... avant de retourner à mes occupations et elles aux siennes.

C'était aberrant qu'elle prenne autant de libertés vis à vis d'un homme. Un gamin comme Yosuke passait encore mais chez les Toshi, ce comportement n'était pas tolérable. Les hommes et les femmes se respectaient les uns les autres mais jamais une femelle ne pouvait avoir un geste déplacé envers un mâle. L'inverse était plus facilement toléré étant donné que nous étions les seuls à ramener de quoi vivre dans notre campement sur Mage. Nous avions tout de même une certaine limite à ne pas dépasser mais quand même, cette femme !

Par respect pour les soins qu'elle venait de me prodiguer, je me taisais.

[Wei] Qu'on en finisse, je te laisse avec ton Hikimachinchose, Yamanaka. J'espère pour toi que je ne vais pas trop en chier sinon tu peux être sûr qu'un de ces jours, j'aurais ma vengeance.

[Yosuke] En tant que Yamanaka, Akira doit pouvoir utiliser son chakra pour contrôler l'esprit des gens. C'est du Genjutsu, ou l'art des illusions. Avec ça, il peut faire voir des choses qui n'existent pas et ...

Merci Yosuke, je sais déjà ça. Commençons.

Au moment où mon adversaire commença à exécuter quelques signes avec ses mains, je sentis une sensation étrange en moi. Rien avait changé pourtant dans mon environnement, c'était moi, je me sentais ... différent et cependant normal. Alors que je m'avançais vers le Yamanaka, des crampes vinrent alors me submerger. J'avais pris tant de coups que ça au point d'avoir si mal pour bouger ? Merde ...

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Dim 21 Juil - 20:01

[Sei] Allez viole moi cet esprit ! s’écria le Sei.


Akira était en meilleur forme que son adversaire. Ses poings le faisait moins souffrir depuis qu’Erika
Les avaient bandés. Il se plaça devant lui et, le regardant dans les yeux, son chakra partit à l’assaut de l’esprit adverse. La sensation était toujours un peu étrange, son esprit avait pris plus d’assurance à rechercher le point d’ancrage de la technique dans l’esprit. Mais là, devant Wei, il ne trouvait tout simplement pas ce point.

[Akira] Réfléchis ! vite ! Réfléchis ! se dit-il en jetant un regard rapide au deux chuunins assis sur le côté.

Les bruits des entraînements alentours ne l’aidaient pas, il n’avait utilisé cette technique que dans en endroit calme et sans bruit, sans regard fixés sur lui non plus.
 

[Akira] Bordel ! Je n’arrive pas à le trouver ! Ses défenses devraient pourtant être quasi-nul !


[Sei]-j’en sais rien de toute façon tu foire tout ! On aurait peut-être pu conclure ce soir avec de la chance ! Mais vu la façon dont elle te regarde,  on a plus qu’à se rabattre sur la prime du tournoi !


[Akira] tu ne peux pas m’aider pour une fois ? Je crois que c’est à cela que tu sers normalement. Tu sais ? M’aider à m’élever en tant qu’être vivant dans un monde régit par vos lois. Et toute cette connerie que je croyais quand tu étais silencieux !


[Sei]-je n’ai jamais été silencieux la vérité c’est que…


[Akira] bref ! Coupa Akira. Tais-toi si tu ne peux pas m’aider ! Je réfléchis !


Il avait le vague souvenir d’un paragraphe parlant de différentes approche dans l’art du genjutsu qui devait s’adapter à des esprits à chaque fois différents. L’auteur comparait cela à des maisons construites dans les mêmes matériaux mais qui était unique de par l’architecture et ce qui la composait dans le temps. Il ne pouvait exister deux esprits semblables.
 Le chercheur en question avait essayé tant bien que mal de classé les esprits pour en déduire la meilleur approche à adopter. 
Peu à peu les mots lui revenaient en tête, Wei était un « fermé », son esprit n’avait pas ou très peu l’habitude d’intrusion étrangère, son chakra n’avait pas encore complètement « construit » l’architecture de défense de l’esprit. 
Ouais, c’était un truc dans le genre.Il ne fallait donc pas chercher un point d’encrage précis qui n’existait pas encore réellement mais il fallait le stimuler en attaquant au hasard ce qui forcerait l’esprit adverse à révéler le point.


Les séances forcées de lecture et de récitation auprès d’Itami avait finalement du bon.
 
Confiant, il relâcha son chakra pour atteindre la plus large partie de l’esprit adverse.
Sa stratégie se révéla payante, il sentit l’esprit de Wei se conditionné. En quelques secondes, il avait trouvé le point et essayait de concentrer son chakra sur une petite partie de celui-ci pour faire plus de dégâts et être plus difficile à déloger.
 
Il voyait par la démarche de Wei que sa technique avait réussi, ce n’étais pas si difficile après tout.
 
Après un temps Yosuke vint se placer devant Akira coupant le contact visuel entre les deux aspirants.

[Yosuke] c’est bon, ça suffit ! Et me regarde pas comme ça, c’est ton sensei qui m’a ordonner de t’arrêter si tu la réussissais. Si tu veux, tu t’expliqueras avec lui.
 
Cette séance l’avait de toute façon usé physiquement et mentalement, sa condition physique était encore à travailler. Wei en revanche ne pouvait sortir que plus fort d'un entrainement aussi rude. Cependant, il était satisfait de son niveau et de la maîtrise de ses techniques. Il se sentait confiant pour au moins atteindre la finale. S’il pouvait mettre un robuste gaillard comme Wei dans cet état, alors tous les adversaires étaient à sa portée.
 
 
[Sei]Haha à nous le tournoi !
 
Akira se reposait assis, il regardait au loin, non pas qu’il pensait mais il cherchait désespérément quelque chose à dire.
Il n’avait pas l’habitude de la compagnie et encore moins de jeune de son âge.  Il aurait bien voulu être cool comme Yosuke, sociable comme Erika ou même avoir l’allure droite et fière comme Wei mais il était un gringalet avec une  capuche vissé sur la tête. Il aurait voulu leur dire : allez pour fêter ça, je vous invite à diner ! Même si chacun paiera ses plats ! Il aurait voulu se sentir moins seul. Mais il se releva, salua les trois comparses en s’efforçant de sourire et d’ignorer les encouragements ironiques de son Sei, et s’éloigna.

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Jeu 25 Juil - 5:50

Entrainement conjoint - Chiyo et Suki




Mezumi – Ça fait du bien de passer une journée au parc, tous ensemble.

Suki – Du moment que ce n’est pas un piège pour m’obliger à suivre des entraînements bizarres.

Mezumi – Qu’est-ce que tu vas chercher là. Ce n’est absolument pas mon genre.

Suki – Me faire aller livrer du lait à toutes les maisons paumées du coin, qu’est-ce que c’était alors?

Mezumi – Une bonne action.

Suki – Mettre le feu à mon lit le matin pour voir à quelle vitesse je pouvais réagir au réveille, en situation de crise?

Mezumi – C’était l’exercice de feu annuel.

Suki – Et…

Mezumi – Est-ce que l’on ne pourrait pas seulement profiter de la journée. Regarde, Mizu s’amuse, elle.

Suki – Oui, mais elle n’a pas failli mourir, tabassée à mort par un psychopathe, pour divertir le village.

Mezumi – Allons, tu t’en es très bien sortie. J’ai même eu des félicitations pour avoir formé rapidement une élève qui n’a été battue qu’en demi-finale par le champion en personne.

Suki – Je suis ravi d’entendre que ma mort imminente ait rapportée des félicitations à quelqu’un.

Ne relevant pas le sarcasme, elle enchaîne.

Mezumi – Contente de te l’entendre dire. Mizuri Zaseku, la chercheuse en Geka, a été très impressionnée par mes talents d’enseignante. Elle veut même te voir, aujourd’hui, quand elle passera au parc, pour…

Suki – Une minute, ce n’était pas toi, la chercheuse en Geka?

Mezumi –Oui… enfin, en quelque sorte. J’assiste Mizuri, généralement, quand elle a besoin de moi, qu’elle le demande.

Suki – En fait, c’est elle la chercheuse.

Mezumi – Ho, regarde l’heure, je dois partir travailler.

Faisant semblant de regarder, tout en pointant derrière Suki, une horloge qui n’est pas là, elle profite de la distraction pour s’enfuir. Laissant Suki seul avec Mizu, avant qu’il n’est terminé de regarder derrière lui.

***

En attendant l’arrivée de la chercheuse, Suki passe le temps en regardant Mizu continuer de s’amuser à faire rebondir son ballon sur ses genoux. Au mieux, cette dernière ne fait pas de bêtises en jouant de la sorte. Mais cela devient vite passablement ennuyeux.

Suki – Mizu, tu ne voudrais pas me faire la passe.

Mizu arrête aussitôt de jongler avec le ballon, le laissant en équilibre sur son genou lever.

Mizu – Waouh, c’est la première fois que grande sœur veux jouer avec Mizu. Mizu est contente.

Suki – Oui, bon, tu me fais la passe?

Mizu – Grande sœur est certaine? Parce que Mizu est forte. Elle ne veut pas mal à grande sœur.

Suki – Pas de problème, je suis forte à ce jeux aussi. Avant de venir à Kiri, on m’appelait l’«éclair rougeoyant» des terrains de jeu. Ce n’est pas un ballon qui va me faire peur.

Sur ce, Mizu envoie le ballon en direction de Suki. Maintenant que ce dernier se dirige vers lui, il remarque enfin quelque chose d’étrange à propos de ce ballon. Au lieu d’être souple, il est fait d’un cuir épais et massif. Ça façon de se rapprocher, aussi, n’est pas normale. Trop lent, non, trop lourd pour un ballon d’enfants.  Trop de choses qui ne vont pas avec ce ballon. Suki, maintenant que le ballon est presque sur lui, a le réflexe de s’écarter de la trajectoire. Le bon réflexe, il s’avère. Le dossier en chêne massif du banc sur lequel il reposait, quelques instants plus tôt, vole en éclat, comme s’il n’avait été constitué que de simples brindilles.

Suki – Kyaaah!

Mizu –Buuuuuuuuuuuut!

Suki – Attend, attend, c’est quoi ce ballon!?!

La petite Mizu répond à cela toute souriante, comme si cela était la chose la plus naturelle du monde, alors qu’elle vient de détruire l’imposant banc à l’aide d’un simple ballon.

Mizu – C’est le ballon d’entrainement de Mura Mura.

Mais bien sûr, le ballon d’entrainement de Mura Mura, cela explique… rien du tout, en fait. Suki s’approche des débris afin d’en extraire le ballon, mais une fois sa prise assurée sur ce dernier, sont poids se fait immédiatement ressentir. Il lui faut mettre toute sa force pour lui faire quitter le sol et l’amener à hauteur du ventre. Même là, il lui est difficile de le maintenir en position, tant la masse de l’objet se fait sentir.

Suki – Hurmf.

Alors qu’il tente de maintenir le ballon en l’air, une immense main, l’entoure, la libérant de ce poids.

Mizu – Mura Mura!

Yukimura Maeda – Bon, je crois que tu en as terminé avec l’entrainement avec le ballon «léger».

Suki –Entrainement? Ballon léger? Attendez, vous appelez ça «léger».

Yukimura Maeda – Bien sûr, le chemin pour devenir un homme passe par la force, les muscles et l’entrainement.

Mizu – Viiii.

Suki – Je ne veux même pas savoir ce que c’est sensé vouloir dire.

Yukimura Maeda – Bien, nous allons pouvoir passer à la phase deux.

Le géant sort de son sac un mannequin d’entrainement qu’il balance en l’air, comme s’il n’avait été fait que de paille, mais au son qu’il produit, alors qu’il le réceptionne et le renvoie en faire un vol plané à l’aide de son genoux, on se rend bien compte que celui-ci est lourdement lesté.

Mizu – Nouveau jeu, nouveau jeu.

Yukimura Maeda – Cette fois, tu utilises ton genoux pour renvoyer le mannequin en l’air et tu recommences jusqu’à ce que tu ne sois plus capable de le maintenir.

Mizu – Ouah, ça à l’air amusant.

Suki – Ça n’a rien d’amusant!

Mizu – Moi aussi, moi aussi je veux essayer, je veux essayer.

Suki – J’ai l’impression qu’on m’ignore depuis un moment.

***

Les activités de Mizu et du type louche au mannequin devenaient trop étrange pour Suki. De toute manière, peu importe ce qui pouvait se passer avec Mizu, il est impensable qu’il puisse lui arriver malheur. C’est toujours comme ça avec les gentilles idiotes, surtout quand celles-ci peuvent exploser un banc de parc en chêne massif avec un ballon. C’est au moins l’excuse qu’il s’est donné pour pouvoir partir attendre plus loin sans se poser de problèmes de conscience. Un peu de calme, c’est chose rare depuis un moment. Il faut savoir en profiter, même juste un tout petit peu. Cet instant éphémère est trop rapidement interrompu par l’arrivé d’une femme.

Mizuri Zaseku – Suki?

Suki – Oui?

Mizuri – Je suis Mizuri Zaseku, la chercheuse en Geka. Mezumi t’a surement expliqué la situation, comme elle m’a dit que tu étais résistante et que tu avais des bases en Geka, tu es la personne qu’il me faut. Tu vas pouvoir m’aider avec…

La chercheuse désigne une jeune derrière elle, alors qu’elle commençait sa phrase, mais elle est interrompue par Suki.

Suki – Hooooo, trop mignonne. On dirait une poupée.


Dernière édition par Suki Satô le Sam 27 Juil - 18:10, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Sam 27 Juil - 15:29

La journée était belle. Un soleil radieux illuminait un ciel bleu sans nuages et le piaillement des oiseaux retentissait dans les environs. Chiyo suivait Mizuri Zaseku à pas rapides. Elles déambulaient dans le parc mais la cadence de leur marche empêchait la jeune fille d'apprécier la beauté du panorama. Elle discerna tout de même la végétation folle, indomptable qui constituait ce que les habitants du village appelaient communément parc. Elle posa un regard soupçonneux sur la silhouette voluptueuse, devant elle, de la chercheuse en geka.
Plus tôt dans la journée, Mizuri Zaseku avait trouvé Chiyo. Cette dernière ignorait comment elle avait accomplie un tel exploit. La jeune fille en eut le souffle coupé de surprise. Elle pensait ne jamais revoir la chercheuse qu'elle avait sérieusement fâchée lors de l'entraînement qu'elle lui avait prodigué en compagnie d'autres élèves. Mais Mizuri semblait lui avoir pardonné, mieux, elle requérait son aide. L'appât du gain suffit à persuader Chiyo d'obtempérer. Elle était ravie d'avoir l'opportunité d'apprendre à nouveau.

" Pourquoi marchons nous si vite ? Sommes nous en retard ? " Demanda Chiyo en haletant.

" Très en retard. Répondit Mizuri de sa voix mélodieuse. Et je déteste faire attendre mes élèves. "

Chiyo ne put réprimer une grimace déçue. Le souvenirs de son dernier court en groupe était mauvais. Elle n'avait pas supporté l'un de ses camarades et avait finit par lui briser le doigt, par pure mesquinerie. Mais elle savait que si elle voulait tirer un enseignement constructif de la chercheuse en geka, elle devrait simuler son enthousiasme.

" De qui s'agit-il ? " S'exclama-t-elle en simulant l'enthousiasme.

Mizuri garda le silence mais désigna une silhouette au loin. Chiyo distingua une jeune fille vêtue d'un kimono aux couleurs vives. Ses cheveux flamboyants étaient coupés au carré et encadraient un visage aux traits fins très expressifs.

" Que les choses soient claires. Je ne te fait plus confiance désormais. Un seul faux pas et tu es virée de mon cours. C'est compris ? " Annonça Mizuri sur un ton autoritaire.

Chiyo acquiesça d'un vague mouvement de la tête mais garda le silence. Puis elle emboîta le pas de Mizuri qui s'avançait vers la jeune fille.

" Suki ? " Demanda Mizuri sur un ton aimable.

Elle répondit par l'affirmative en se retournant légèrement.

" Je suis Mizuri Zaseku, la chercheuse en Geka. Mezumi t’a surement expliqué la situation, comme elle m’a dit que tu étais résistante et que tu avais des bases en geka, tu es la personne qu’il me faut. Tu vas pouvoir m’aider avec… " Dit-elle en désignant Chiyo d'un mouvement circulaire du bras.

Chiyo salua Suki en baissant la tête en signe de respect mais fut interrompue par sa remarque bruyante, quoique flatteuse. Le visage de la jeune Nakamura tira au rouge vif. Elle n'avait pas l'habitude des compliments.

" Euh... Merci ? Rétorqua-t-elle en murmurant. Chiyo Nakamura. " Poursuivit-elle afin de se présenter.

" Trêve de bavardage. Nous sommes ici pour travailler. Vous avez toutes les deux des bases en geka. Mais plus que cela, c'est votre talent qui m'a fait vous réunir. "

Chiyo plongea son regard dans celui de Suki. Son comportement extravagant et son physique délicat l'avait amenée à la sous-estimer. A quel point était-elle forte ?

" Au fait, félicitations Suki. Tu as brillé lors du tournois. Aller jusqu'en demi-finale n'est pas donné à tout le monde. "

La jeune Nakamura avait sa réponse. Pourtant, son regard fut attiré par autre chose que Suki. Un peu plus loin, un banc avait été explosé. Chiyo ne put s'empêcher de faire le lien avec sa jeune camarade. Un frisson parcourut son échine. Mieux valait ne pas se mettre cette Suki à dos. Elle lui adressa un sourire radieux mais timide qui rehaussait son aspect enfantin.

" Félicitations. " Dit-elle d'un ton faussement admiratif.

En vérité, le jalousie la rongeait.

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Ven 2 Aoû - 4:53

Se faire féliciter pour sa participation au tournoi rend Suki heureux, ou plutôt fier de sa personne. Même si repenser à cet évènement douloureux le rebute, il accepte la flatterie avec joie. Consentant à y répondre par un petit rire gêné.

Suki – Non, vraiment, ce n’était rien d’extraordinaire.

Mizuri – Mais si. Avec de l’entrainement, tu pourrais même battre se barbare qui a remporté le tournoi.

Suki – Je ne crois pas. Je n’ai pas envie de me battre à nouveau contre ce type.

Mizuri – C’est laisser le barbare gagner, que de dire cela.

Suki – Qui s’en soucie?

Mizuri – Moi, je m’en soucie. Le Geka est l’art du corps, alors que sa technique n’est que violence. Un match revanche montrerait que la supériorité de la science de la précision du Geka sur la barbarie.

Suki – Vous ne vous emportez pas un peu trop, là. Ce n’était qu’un combat de tournoi, pas une lutte entre la civilisation et la barbarie.

Mizuri – Nous verrons bien. Pour l’heure, enseignons.

La petite à la peau pâle, qui semblait, jusque-là, ennuyée par le discours de Mizuri, commence paraître intéressée par ce qui se passe autour d’elle.[/color]

Mizuri – Donc, Suki, Chiyo, je vais vous enseigner une technique de mon cru. Mon mari et moi avons travaillé longtemps sur la mise au point de cette méthode permettant d’opérer sans instrument. Dans des conditions où vous manquez de matériel et où il vous est impossible de stériliser votre matériel, nous avons pensé à une solution alternative aux lames traditionnelles. Un scalpel de chakra ne nécessite pas d’entretien et sera stérile, peu importe les circonstances.

Chiyo – Mais l’on peut s’en servir pour combattre, non?

L’instructrice semble déçue de constater que la première chose à laquelle pense son élève, au sujet de sa technique, concerne le potentiel destructeur de la chose. Malgré tout, elle consent à répondre à la question posée.

Mizuri – Oui, c’est possible. Ce n’est pas dans ce but que je l’ai développé, mais il est en effet possible de l’utiliser de cette manière.

Chiyo – C’est tout ce que je voulais savoir.

Mizuri –Tout de même, les interactions possibles dans le domaine médical sont bien plus nombreuses que celles applicables au combat. Mais d’abord, une démonstration.

L’instructrice sort une pomme de l’une de ses poches et la montre bien à ses deux élèves, dans ce qui ressemble à une parodie de préambule à un tour de magie grotesque. Surement le manque d’expérience dans l’enseignement de ses techniques, sans plus. Cela n’étant certainement pas une démonstration explicite d’un penchant pour le grandiloquent pompeux et malvenu.

Mizuri – En concentrant votre chakra dans votre main et en l’effilent au maximum, il est possible d’en faire une lame plus tranchante que n’importe qu’elle autre, même faite du meilleur acier. Un scalpel de chakra passerait la défense d’une armure aussi facilement et précisément que je découpe cette pomme.

Joignant le geste à la parole, elle découpe un quartier de sa pomme, s’aidant du fin reflet bleuté émanant de ses doigts.

Mizuri – À vous d’essayer.

Afin de les aider à évaluer leur progression, elle leur lance, à chacune, une pomme.

Mizuri – Je ne pense pas que vous soyez tout de suite capable de découper des armures, mais une pomme devrait suffire, pour l’instant. Essayer de concentrer votre chakra à l’extrémité de votre main et de l’appliquer sur la pomme.

Dès le début, Suki éprouve tout de suite des difficultés à réaliser cet exercice. Aucune lueur bleutée ne vient poindre à l’extrémité de ses doigts. Même en se concentrant et en y mettant toute sa bonne volonté, il lui est impossible d’arriver à un résultat. Ce qui lui donne davantage le cafard, c’est que sa cadette arrive rapidement à un résultat plus probant. Une maigre lueur émane de sa main, par intermittence. Bien que cela ne produise que peu d’éclat, en comparaison de la démonstration de Mizuri, elle applique tout de même le fruit de sa concentration sur la pomme. Grand mal lui en fut. D’abord, n’arrivant pas à entamer la peau du fruit, elle fronce les sourcils dans un effort redoublé. Puis, sans préambule, la pomme, sous cet assaut forcé, se répand en morceaux et en purée sur l’aspirante. De son côté, malgré ses tentatives tout aussi infructueuses, Suki ne peut s’empêcher de rire devant le spectacle de sa cadette dont le menton dégouline de jus.
Ibuki Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mer 7 Aoû - 21:52

Hanako Yamanaka : 11 xp’s
Akira Yamanaka : 28 xp’s
Wei : 28 xp’s
Erika Tanaka : 39 xp’s
Suki Satô : 14 xp’s
Chiyo Nakamura : 5 xp’s

Ps : pour les techniques non-validées, envoyez-moi un mp avec le lien et je viendrai valider Wink

EDIT : Wei, technique Kaze no Kiatsu validée. Je ne m'épancherai pas sur les détails, mais tout le côté médecin avec Erika est pas mal. Tout benef du coup.




Dernière édition par Ren Uchiha le Dim 11 Aoû - 6:20, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Ven 9 Aoû - 13:21

La chaleur se faisait écrasante tandis que l'exercice et les efforts qu'il demandait s'intensifiaient. Malgré tout, Chiyo parvenait à un certain résultat. Grâce aux explications de Mizuri, une fine lamelle bleuté de chakra apparut le long de sa main. Avec cette nouvelle arme, elle fut capable de trancher une pomme en deux. Un sentiment de force l'envahit soudainement.
Elle jeta un coup d’œil en direction de Suki qui semblait éprouvé d'avantage de difficultés. Mais au bout de quelques temps, elle rattrapa son retard.

" Je reviens, nous sommes à court de pommes. " Dit Mizuri à l'intention de ses élèves.

Chiyo acquiesça d'un air absent tandis qu'elle reprit le cours de son entrainement. En concentrant son chakra intensivement sur l'extrémité de sa main, elle parvenait à y faire apparaître une lame bleuté de faible lueur. Elle désirait augmenter cette intensité afin d'accroître les dégâts qu'elle pouvait causer grâce à elle mais aussi la précision avec laquelle elle pourrait agir.

" Comment ça se passe de ton côté ? " Demanda-t-elle à Suki afin de d'évaluer ses propres progrès.

Au loin, déjà, la silhouette de Mizuri apparut, les bras chargés de pommes rouges. Sa longue chevelure chatoyait dans la lumière du soleil.
Chiyo la fixa un instant avant d'observer attentivement Suki. Elle progressait, mais après tout, elle le méritait. Elle faisait des efforts extraordinaires afin de parvenir à ses fins.

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mer 21 Aoû - 4:56

Suki – Pour faire de la compote, je pense que ça progresse. Pour un scalpel, ce n’est pas encore ça.

Mizuri – Il n’y a pas de problème. J’ai ce qu’il faut pour ça.

Dans l’immédiat, Suki pense recevoir un conseil ou une aide quelle qu’elle soit. Mais Mizuri la désillusionne rapidement. Sous les pommes qu’elle transporte dans deux grandes bassines, dont elle vide méticuleusement les fruits pour en faire deux piles d’égales quantités, se trouve des bocaux de verre. La première idée qui lui vient en tête est tellement ridicule qu’il l’écarte immédiatement. Ça ne peut décemment pas être ça. Malheureusement pour lui, si, comme le confirme Mizuri.

Mizuri –  Si vous n’y arrivé pas tout de suite, ce n’est pas grave. J’ai apporté des bocaux pour la compote.

Les regards des deux élèves convergent vers l’enseignante, puis se croisent et se concentrent à nouveau sur elle. Ce qui n’affecte en rien son expression satisfaite.

Suki – C’est une blague, c’est ça.

Mizuri – Non, non. Pourquoi est-ce que ça en serait une?

Suki –  D’abord…. De la compote.... Je pense que c’est suffisant.

Mizuri –  Tout le monde aime la compote de pomme.

Suki –  Ce n’est pas le problème.

Mizuri –  Alors quoi?

Devant ce mur de logique illogique, Suki est incapable de produire un argument valable. En effet, il n’y aucun problème avec la compote de pomme. La situation ne s’y prête pas, tout simplement, mais impossible de le mettre en mot. En cherchant de l’aide auprès de sa condisciple, il voit que cette dernière a abandonné l’idée d’essayer d’argumenter et s’est simplement remise au travail. Les pommes continuant d’exploser, mais la bouillie tombant dans les grands récipients posés là par Mizuri. Au fond, ça ne change rien, finalement. Les pommes continuent d’exploser, la seule différence est qu’elles tombent, maintenant, autre part que sur le sol.

Suki – Non, ça ne fait rien. Je vais me remettre au travail.

Ce qu’il fit, sans trop rechigner. Au bout d’un moment, et d’un bon paquet de pommes sauvagement réduites en purée, les deux disciples arrivèrent à produire un résultat se rapprochant d’avantage de la manifestation recherchée. Bien que l’on ne puisse pas appeler cela une coupure, fendre serait plus approprié, la fillette pâlichonne venait enfin d’arriver à séparer un morceau reconnaissable de l’une de ses pommes.

Mizuri – Voilà qui est bien. Tu vas pouvoir passer à la seconde étape.

Sur ce, l’instructrice écarte la bassine de Chiyo, celle-ci étant déjà généreusement remplie de purée, pour la remplacer par une seconde, vierge de toute souillure.

Mizuri –   Maintenant, on passe aux morceaux de pommes pour faire la tarte.

Suki veut faire un commentaire, mais se ravise à la dernière seconde. Ça n’a pas beaucoup fait avancer les choses, quand il s’agissait de la compote, ça ne les fera probablement pas plus bouger, maintenant qu’il s’agit de tarte.

***

Le soleil commence à rejoindre l’horizon alors que Mezumi interrompt l’exercice. Au fil de la journée et des pommes sacrifiées, les deux élèves sont presque arrivés à produire une coupure plus ou moins nette sur les fruits. Quant à Mezumi, elle a pu remplir un nombre impressionnant de bocaux avec la purée obtenue durant la première moitié de l’entrainement et à remplir une pleine bassine de pommes tranchées grâce à la seconde.

Mizuri –  C’était du bon travail. Le plus dur est fait en apprenant les bases. Pour maitriser la technique, il vous suffira de vous entrainer encore de votre côté. Pour vous féliciter, j’ai ceci pour vous.

Elle leur tend à chacun un bocal contenant de la compote, toute contente d’elle-même. De leur côté, les deux élèves se regardent mutuellement avant de lancer du même ton gêné un «merci» forcé. C’est aussi le moment que choisi la petite Mizu pour revenir chercher Suki. Mais en voyant Mezumi, elle préfère se jeter dans les bras de cette dernière.

Mizu – Mezu Mezu!

Mizuri –  Mizu, ça faisait longtemps. J’espère que Yukimura ne te met pas encore des idées bizarres dans la tête.

Tout en disant cela, elle écarte les cheveux de la petite, mimant l’action d’y chercher les dites idées bizarres. Ce qui amuse la petite, à ce qu’il semble.

Mizuri – Avant que j’oublie, j’ai quelque chose pour toi.

Elle lui présente un pot de compote. Ce qui a pour effet de faire s’illuminer les yeux de Mizu devant la purée de fruit.

Mizuri –  Si tu veux, tu peux en prendre autant que tu veux.


La compote était une fausse bonne idée. La petite s’en était tellement gavée qu’elle en était tombé malade. Pour ne pas avoir surveillé Mizu comme il se devait, Mezumi força Suki à veiller la petite malade toute la nuit.

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Mer 21 Aoû - 17:32

Expérience

Chiyo: 2 points pour le RP
Suki: 8 points pour le RP

Technique

Je dois avouer que je ne suis pas très à l'aise avec le fait de valider une technique que je ne connais pas, mais étant donné qu'il semble que je sois le seul à pouvoir le faire dans l'immédiat... on va considérer ceci comme une exception.

Je valide donc l'apprentissage du " scalpel de chakra " par Chiyo et Suki.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Dim 29 Déc - 17:01

Apprentissage technique Fuuton


Je m’étais levé au aurore, pour reprendre mon entraînement. Cela fait maintenant 1 ans que j'ai commencé les leçon avec Junichiro senseï. Le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas une personne banal. Au premier abord il a un caractère très dur, il a une manière de parler très sec et qui pour une personne qui ne le connaît pas, pourrai laisser croire à une absence de sentiments, ce qui est faux. Nous avons développé au file de nos entraînements, même s'il ne l'avoueras jamais, une complicité. Je réussi à deviner ses humeur, se qu'il pense ou attend de moi.

Je me rendis comme à l’accoutumé à la plage Hakuchou ou se passé tous nos entraînements.

[Matsuo] – Tiens c'est étrange Junichiro senseï n'est pas encore la, d’habitude il a toujours dix minutes d'avance sur nos rendez-vous.

En attendant mon maître je m'assis au bord de l'eau et je contemplais l’océan. La beauté de ce paysage ma toujours subjugué et laisser sans voix et cela depuis le jours ou je suis arrivé au village. J'étais en train d'observer un goéland se laissant porter mollement par le vent quand j'entendis quelqu'un s’éclaircir la voix derrière moi.

[Junichiro] – Bonjour Matsuo.

[Matsuo] – ho ! Senseï.

[Junichiro] – Encore dans les nuages à se que je voie, tu devrais être en train de t’entraîner en attendant  mon arriver.

[Matsuo] – J'observais l'océan …

[Junichiro] – Quand tu te retrouvera avec la hache d'un barbare dans les entrailles, tu me diras si tous le temps que tu à perdu à observer l'océan t'auras était utile. Ce n'est pas comme ça que tu obtiendra le grade de genin, ni rien d'autre d'ailleurs. N'oublie pas que c'est ….

[Matsuo] – Par le travail que l'on obtiens se que l'on désir, vous le répétez tout le temps.

Une pointe d'agacement et d'exaspération se lue sur le visage Junichiro.

[Junichiro] – Et temps que tu ne comprendra pas je continuerai de le répéter. Et ne fini pas mes phrases comme ça petit insolent ou tu tâtera de mon pied ou je pense suis-je bien clair.

J'avais été trop loin et je le savais.

[Matsuo] – oui senseï, je suis désolé.

Je tentais de changer de sujet pour détendre l'atmosphère.

[Matsuo] – quelle est la raison de vôtre retard senseï ?

[Junichiro] – Je part en mission pour le village, je ne pourrai donc pas me charger de ton entraînement durant les prochains jours. Mais ne te réjoui pas trop vite, si tu pense que je vais te laisser lambiner pendant ce temps tu te fourre le doigt dans l’œil jusqu'au coude mon grand. La prochaine étape de ton entraînement est le ninjutsu élémentaire, tu est d'affinité Fuuton c'est bien ça ? Je connais exactement la personne qu'il te faut. Il s 'appelle Yosuke Hayao, c'est un genin du village. Il a, on va dire, un don particulier en se qui concerne le Fuuton, je crois que l'on peux dire qu'il est un génie. Enfin bref je pense que si tu arrive à le convaincre, il pourrai t'enseigner une de ses techniques de bases.

[Matsuo] – Parfait et ou je peux le trouver se Yosuke ?

[Junichiro] – c'est la que ça devient amusant. Je sais qu'il est actuellement au village mais il bouge très souvent et il est très difficile de le trouver. Mais pour un crac comme toi ça ne devrai pas poser de souci.

[Matsuo] – Il avait quand il a dit cette phrase se petit rictus qui m’énerve au plus haut point, celui qui veux dire, « tu est dans la merde gamin, mais on va bien voir comment tu t'en sort. »
Ça fais déjà une journée complété que je le cherche se Yosuke. J'ai écumé tous les bars et buibuis du village et tous se que j'ai obtenu c'est une description approximative et des ampoules. C'est un fantôme se mec ou quoi ?


En fin de journée au détoure d'un ruelle, je vis au loin un individu qui ressemblait étrangement à la description que j'avais eu. J'étais en train de me rapprocher de lui quand il s'engagea dans une ruelle, quand je fus arrivé à la dite ruelle plus personne c'était comme si il c'était volatilisé.

[Matsuo] – Ce n'est pas possible ! Tempi je reprendrai demain, il se fais tard même si je le retrouve, je suis trop fatigué pour m’entraîner.

Le lendemain j'étais debout à l'aube et bien décidé à trouver se Yosuke, il était hors de question de me ridiculiser encore une fois devant Junichiro senseï. En plus je n'avais pas l'intention de recevoir une correction. Je décidais donc de commencer mes recherches à l'endroit où je les avaient arrêté la veille. Et la à ma grande surprise il était au même endroit. Il allait tourner dans la même ruelle, cette fois si hors de question de le perdre. J'arrivais au niveau de la ruelle au pas de course et la volatilisé une fois de plus.

[Yosuke] – Tu me suis ou je rêve ?

Il était derrière moi, comment ?

[Matsuo] – Tu est rapide en plus d'être difficile a trouver.

[Yosuke] – Et pourquoi tu me cherche ?

[Matsuo] – Mon maître Junichiro senseï m'a dit que tu pourrai m'enseigner les bases du Fuuton.

[Yosuke] – Junichiro ? Il à un élève lui maintenant ? Et pourquoi ce n'est pas lui qui t'enseigne ces bases là ?

[Matsuo] – Il est actuellement en mission à l’extérieur du village, c'est pour cela qu'il m'envoie.

[Yosuke] – Hum, Il est culotté quand même comme si je n'avais que ça a faire. Bon je veux bien te montrer deux, trois choses mais il parait que je ne suis pas bon pédagogue. Enfin bref allons sur la plage nous aurons plus d'espace pour nous entraîner.

Je le suivis donc jusqu'à la plage.


[Yosuke] – Voila la première techniques du Fuuton, il s agit d'une technique offensive qui peut atteindre plusieurs adversaire à la fois et ça sur une certaine distance. Ça puissance n'est pas très élevé mais sa rapidité d'utilisation et son faible coût en chakra en fait une technique très utile. Je vais te faire une démonstration.

Le jeune genin joignit ses deux mains et les ouvrit presque instantanément une vague d'aire partie à une vitesse folle de ses main pour finir dans un rocher quelle sectionna en deux.

[Matsuo] – Ah oui c'est plutôt efficace.

[Yosuke] – Il faut savoir que la puissance dépend toujours du niveau de l'utilisateur alors ne t'attend pas à un si bon résultat pour le moment. Bon à ton tours maintenant.

[Matsuo] – c'est tous tu ne me donne pas plus d'indications ?

[Yosuke] – Ah oui, j'oublie que tu ne connais rien au ninjutsu. Pour cette technique c'est très simple, pas besoin de signe incantatoire, il te suffi de concentrer ton chakra entre tes mains, il t'en faut ni trop, ni trop peu et une fois la dose suffisante atteinte il faut tout relâcher d'un coup d'en une direction. Cela ne sert à rien de faire un long discourt il n'y a rien de mieux que la pratique, entraîne toi je repasserai te voir en fin de journée pour voir ou tu en est.

Je m’entraînais d'arrache pied afin de maîtriser cette technique avant le retour de Junichiro senseï, mais malgré mes efforts le résultat obtenu était plus que médiocre et après une journée entière d’entraînement je ne maîtrisais toujours pas cette technique. A son retour Yosuke me donnas quelques conseils.

[Yosuke] – quand tu malaxe ton chakra il faut que tu le malaxe du certaine façon, il faut que tu ais bien l'image du chakra du vent en tête. Imagine le fin et rapide, tranchant comme une lame. Il va faire nuit tu ferais mieux de revenir demain.

[Matsuo] – Je vais continuer encore une peux je rentrerai après.

[Yosuke] – comme tu veux, à demain.

Je travaillais encore durant une heure et je parviens grâce au conseils de Yosuke à obtenir a mon dernière essai, un léger courant d'aire qui fit voler le sable devant moi. C'était loin d'être parfait mais c'était un début, je commençais a comprendre la technique. J'étais fatigué et vidé de mon chakra mais j'étais confiant.

Le lendemain matin je me remis au travail, Junichiro senseï ne devrai pas tarder à rentrer de mission, il ne me restait donc pas beaucoup de temps.
Yosuke était présent assis sur une pierre il m'observait d'un air nonchalant. Dès mon première essai je réussi a obtenir le même courant d'air que la veille.

[Matsuo] – Il faut qu'il soit plus fin, plus tranchant.

A la mis journée j'avais réussi à produire de petite lame de vent mais rien de très puissant et je ne réussissais pas à les projeter très loin.

[Yosuke] – Tu est sur la bonne voie, entraîne toi encore et tu devrai y arriver.


A la fin de la journée l'objectif était atteint j'avais réussi a faire quelque belle entaille sur le rocher, rien de comparable avec Yosuke mais j'étais satisfait.

[Yosuke] – je ne peu rien t'apprendre de plus sur cette technique, la puissance viendras avec le temps et la pratique, tu à bien travaillé Matsuo, Junichiro devrait être content.

[Matsuo] – Merci pour les leçons Yosuke à la prochaine.

Je retournais me reposer quand j'entendis une voix familière derrière moi.

[Junichiro] – Encore en train de te la couler douce flemmard ?

[Matsuo] – Senseï ! Comment c'est passé votre mission ?

[Junichiro] – Sans encombre et celle que je t'avais confié ?

[Matsuo] – venez avec moi je vais vous montrer.

[Junichiro] – pas aujourd'hui je dois aller faire mon rapport, mais ne t'inquiète pas tu me montrera ça demain. Au aurore sur la plage ça te convient ?

[Matsuo] – Oui senseï.

[Junichiro] – A demain alors.

Le jour suivant, j'étais donc sur la plage et Junichiro senseï m'observait. Je me concentrais sur mon chakra, rapide, fin et tranchant, quand j’eus relâché ma technique une lame de chakra du vent vient fendre le rocher encore plus profondément que la veille.

Junichiro – Pas mal, mais pas de quoi ce pavaner non plus. Allez vient tu mérite que je te paye des  nouilles.


Spoiler:
 

MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   Sam 4 Jan - 23:16

Expérience

Matsuo Kaïto: 11 points pour le RP
Note -> je te conseille de porter une attention particulière aux verbes si tu désires t'améliorer, c'est là où tu fais le plus de fautes.

Technique

Je valide l'apprentissage du " Fuuton " par Matsuo Kaïto.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Plage Hakuchou - Prairie Abandonnée   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sur la plage abandonnée...
» Sur une plage presque abandonné
» Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés [PV Eryn]
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Sequences archivées - 3e version-