Partagez | 
 

 Naisen Toshiya E.C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Naisen Toshiya E.C.   Sam 29 Juin - 20:09

Naisen Toshiya






Description Physique & Mentale


Le premier détail qui se remarque est sa chevelure sombre. Cette couleur d’ébène qui la suit depuis sa naissance. Certains disent qu’ainsi il se fond naturellement dans l’ombre, chose appréciable pour un Toshiya. Mais ce n’est qu’une rumeur. Ensuite, s’il dédaigne à vous regarder à son tour, ses yeux perçants de couleur ambre essayeront de lire à travers vous, vous donnant un frisson comme si un vent glacial venait de parcourir le long de votre dos. Il est vrai que de loin, il ne se donne guère accueillant, la plupart des gens préférant alors éviter ton nouveau contact visuel avec lui. Mais en s’y attardant, vous remarquerez que certes c’est son regard habituel et que l’envie de vous tuer n’a même traversé son esprit alors que ses yeux crient le contraire. Sa peau d’un teint mat, va au contraire de cette froideur inspirée par ses yeux et même sa couleur de cheveux. Elle témoigne sûrement d’un dur labeur effectué sous de lourds rayons de soleil. En y faisait plus attention, un morceau noir se détache du reste du visage au niveau de son cou, une sorte de masque de tissu pour le bas de son visage délaissé pour le moment. La même sombre couleur habille le reste de son corps, un haut ample s’apparentant à celui d’un kimono mais transformé pour être au goût du jeune homme. Les manches ont disparu, et une capuche est apparue à la place. Le bas quant à lui, est un pantalon évasé tiré du hakama bien qu’il soit mois large, un habit de cérémonie que portaient les samouraïs. Le tout tenu par une ceinture fait d’un long ruban de coton rouge carmin ou rouge sang. Il peut porter autre chose, qui se trouve plus près du corps sans pour autant restreindre ses mouvements, néanmoins plus approprié pour les acrobaties qu’effectuent les shinobis, lors de missions. Ces habits cachent un corps élancé dont les muscles ont été sculptés au fil des entraînements, qui lui donne une certaine force malgré son jeune âge.

Naisen donne plutôt une impression de sa personnalité de par son physique. On le ressent comme froid, distant, alors que cela ne le définit en rien. Il est d’une nature plus bipolaire. Par moment il est d’une nature joyeuse, de bon entrain, voir turbulent. Alors qu’à d’autres, il retrouve un certain sérieux et un calme qui en découle, montrant qu’il est tout sauf idiot. Il s’adapte au contexte, et adopte l’attitude qu’il juge correspondre avec l’instant présent, tout simplement. Cependant si on doit ne retenir qu’un seul de ses traits, la nonchalance viendrait en tête. Elle peut être considérée comme une forme d’arrogance envers les autres, mais il n’en est rien. Il préfère se détacher au maximum des choses pour éviter d’éprouver des émotions parasites. En effet, il préfère s’éloigner sentimentalement pour s’épargner de futurs maux invisibles. Cela l’a frappé une fois et il en a tiré une leçon de vie. Il porte aussi une certaine importance aux codes de sa famille, et s’assure qu’elles soient respectées. Il a aussi des notions d’honneur et de loyauté instaurées depuis son plus jeune âge.


Histoire


Naisen craqua chacune de ses phalanges nerveusement. Il ne le sentait pas ce coup. C’était son premier contrat, chose primordiale pour un Toshiya. Il était accompagné de son ainée, Sayumi, pour lui apprendre toutes les clauses de la réussite. Ensuite, seulement, il prendrait connaissance de son binôme qui pourrait le suivre le reste du temps, et à eux deux, mener à bien leurs contrats. La cible à abattre n’était pas la plus difficile loin de là, pourtant, le jeune garçon avait cette impression bizarre, celle vous empêche d’agir. Heureusement ce n’était pas à lui de jouer le rôle d’exécuteur. On considérait qu’il fallait d’abord voir la mort avant de la perpétrer. Cela restait une drôle de tradition aux yeux d’autrui.

La gorge nouée, il tenta quand même d’avaler le peu de salive qu’il lui restait. Il jeta un coup envers sa sœur. La victime était dans son viseur, elle suivait son chemin dans la forêt de Kinoko. Elle devait sûrement rentrer chez elle. Néanmoins, son mari en avait décidé autrement. Il avait mis un prix sur sa tête pour un soi disant adultère, chose honteuse qui ne devait pas être découverte par sa famille. Elle avait l’air songeuse comme si elle se demandait ce qu’elle allait préparer pour le dîner ou toute autre pensée portée sur l’avenir. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que son avenir était réduit à quelques minutes tout au plus. Avoir un tel contrôle sur la mort, certains en serait tout excités, prêt à recommencer à la moindre occasion. Pour les Toshiya, c’était une habitude, et elle ne restait qu’un contrat à remplir.

Les deux araignées s’étaient cachées en hauteur sur la branche d’un arbre assez touffu pour qu’on ne remarque pas leur présence. Ils n’avaient pas attendu pas très longtemps, vu que la source leur avait donné l’emploi du temps assez précis de la proie. Sayumi avait dégainé son arc depuis un moment, déterminée. Elle était prête à décocher à tout instant, mais elle préféra avoir un angle intéressant pour pouvoir viser sa gorge aisément, afin d’assurer une mort rapide. Ses doigts commençaient à se raidir a force de retenir la tension du fil. Au dessus, se trouvait son œil aussi perçant que celui d’un rapace. Il fallait encore attendre. 5, 4, 3, 2, 1…

Naisen – Attend.

Sans le vouloir, la main du jeune garçon poussa légèrement l’arc, mais la tension du fil avait déjà été relâchée. La flèche était partie, et manqua de quelques centimètres sa cible. Cette dernière avait senti le vent fouetter son cou, avant de voir une tige se perdre dans un des buissons qui se tenait sur le bord de la route. La femme prit peur et commença à courir. Encore un peu, elle allait hurler de peur. Sayumi se retourna brusquement vers son petit frère, avant de le sermonner.

Sayumi – Idiot. Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? Tu pouvais pas attendre une seconde de plus ? Tu fais chier. Je vais devoir la rattraper.

Naisen – Désolé…

Sayumi lui fit signe de pas bouger avant de sauter de son perchoir. Elle rangea furtivement son arc et fouilla ses poches. Elle en sortit quelques kunais, qu’elle plaça entre ses doigts. La jeune femme était entrainée. Elle n’avait eu aucun mal à rattraper son objectif. Mais elles étaient toutes deux trop loin, pour que Naisen puisse voir l’affrontement. Il n’entendit qu’un long et pénible cri étouffé. Le jeune homme ferma les yeux  et se mit dans ses pensées pour essayer d’oublier ce son. Ce son lui semblait abominable. Rapidement, un autre se fit entendre, plus doux. Un sifflement. Naisen reprit ses esprits, sa sœur l’appelait. Elle devait avoir fini. Le jeune Toshiya se laissa tomber lourdement. Un peu de poussière s’éleva mais sans jamais dépasser le niveau de ses chevilles. Il se hâta à rejoindre sa sœur. Elle était là de bout devant un corps sans vie. Ses pas ralentissaient au fur et à mesure qu’il approchait de la scène.

Naisen – Que s’est-il passé ?

Sayumi – Elle s’est défendue. Elle a quand même réussi à me planter un kunai. Sale g…

Sayumi s’arrêta de parler en voyant que Naisen regardait fixement le cadavre. Bien que les Toshiya étaient mentalement préparés à la mort depuis leur jeune enfance, le voir de ses propres yeux est autre chose. Ce n’était pas la seule chose, un bouquet de senteurs et autres choses joyeuses accompagnait la vue des tripes charcutées. Cette odeur attaquait n’importe quelle narine qui n’y était pas habituée. Naisen ne put s’empêcher de cacher le bas de son visage avec sa main pour filtrer l’air devenu aigre. Malgré le possible effroi qui le saisissait, il ne parvenait pas à détacher ses yeux de la dépouille. Il semblait être fasciné voire attiré vers cette matière sans vie. Il ne savait plus quoi penser, mais il était sûr, il venait de franchir un cap dans sa vie de Toshiya. La suite en allait dépendre.

Sayumi vint se positionner derrière posant sa main sur l’épaule du plus jeune. Elle le laissa vagabonder dans ses pensées un moment avant de le rappeler à la réalité en pressant doucement mais subitement son omoplate. Il se retourna alors et montra alors dans ses yeux une toute autre expression. On pouvait y déceler une once de détermination. Sûrement le fait qu’une nouvelle araignée tueuse venait réellement de naître.

Le lendemain, la fratrie venait de rentrer. Avant qu’ils partent faire un rapport sur la réussite de contrat, Sayumi prit par le bras Naisen et l’amena à une ruelle, le plaquant doucement sur un mur. Ce dernier s’étonna de ce qui se passait, et ne comprenait en rien à ce que voulait son ainée. Cependant les sourcils froncés de la jeune femme lui mirent sur la bonne voie.

Sayumi – On doit reparler de ton « intervention ». Déjà, tu me promettras de ne rien dire aux autres sur ceci. Cela pourrait t’être préjudiciable. Le jeune fit un hochement de la tête. Maintenant tu as une minute pour m’expliquer la raison de ton acte.

Le jeune homme balaya le sol à la recherche d’excuses. Il ne savait pas quoi répondre réellement. Il pourrait mentir mais sa sœur le verrait directement et s’énerverait d’autant plus. Feindre la panique pouvait être une solution, mais devenait un handicap pour son futur en tant que membre du clan si cela était vrai. Il bafouilla quelques mots dont un « je ne sais pas. » qui laissa impassible l’ainée. Il ferma alors les yeux et prit une profonde inspiration cherchant son courage au plus profond de lui-même.

Naisen – J’ai trouvé ça injuste. Le regard de Sayumi se transforma en stupéfaction. Injuste qu’elle allait mourir sans vraiment le décider, sans se battre pour sa vie. Je sais bien que c’est un contrat et que sa mise au bien est un devoir dans notre famille. Néanmoins, je n’aime pas cette façon de faire.

Sayumi relâcha la pression qu’elle exerçait sur le bras de son frère avant de soupirer. Elle ne saisissait pas totalement ce qu’il voulait dire. Evidemment que personne de sensé n’aimerait avoir ce fardeau qu’est de donner la mort. Pourtant, ici c’est une tradition de se léguer ce fardeau de génération en génération. Et, tout était fait pour que les plus jeunes ne le ressentent pas ainsi. Pourtant, sans y avoir réellement goûté, Naisen aurait ressenti ce fardeau. Il était bien mature pour ses quinze ans, pensait alors la jeune femme. La plupart éprouvait de l’excitation, ou un sens du devoir, voire même une sorte de peur pour les moins familiarisés avec le sujet. Sayumi resta silencieuse un moment, et devant ce mutisme, Naisen crut bon de préciser sa pensée.

Naisen – Ce n’est pas que ça me répugne. Je ne sais pas comment expliquer. Mais, je pense qu’il y a une autre façon de faire, à la limite un combat à la loyale est plus juste.

Cette pensée était plus que bizarre. A l’accoutumée, la plupart préférait cette façon. Une façon rapide et efficace pour arriver à ses fins. La prise de risque était minime pour l’araignée. Il réfléchissait de plus en plus à la manière d’un Samouraï, et leur fichu Bushido, à la limite, à la manière d’un ninja respectable.

Sayumi – Tu risques d’être déçu alors. Tu sais bien que ce n’est pas possible. C’est trop dangereux autant que pour nous que pour les cibles. Notre façon de faire est la plus adaptée pour tout le monde. Nous offrons dans le meilleur des cas une mort simple et rapide. C’est une façon d’honorer l’être qu’il est d’éviter qu’il souffre. Et puis, bien que ça soit difficile à accepter, nous sommes des outils terriblement efficaces. On utilise notre don de l’assassinat pour gagner notre vie.

Sayumi prit une pause profitant de se racler la gorge, cherchant de la salive pour alimenter sa bouche devenue sèche. Il fallait qu’il comprenne qu’il s’arpentait dans un chemin bien trop compliqué pour lui. Il ne devait pas penser de telles choses. Cela n’alourdirait que sa vie. Elle prit un ton beaucoup plus sec et sérieux.

Sayumi – Comprends-moi bien. Ta vision était au gout du jour, il y a un moment. Maintenant elle a l’air dépassée. On sait que la race humaine cherchera par tous les moyens de se faire valoir. C’est pour cela que notre clan a toujours eu du travail. Et il  a toujours plus ou moins bien fait, car c’est un respect envers la mort, et c’est aussi un respect envers la vie. Mais, ne te tracasse pas avec ceci. Tu es malheureusement encore trop jeune pour comprendre.

La jeune femme recula de quelques pas, montrant ainsi qu’elle lâchait son emprise sur l’enfant. Elle se pensait convaincante, mais il n’en était rien. A regarder Naisen, cela n’avait que renforcer sa pensée qu’il trouvait incomprise par sa sœur. Il n’était pas réellement surpris. Il savait qu’un tel raisonnement ferait débat au sein du clan. C’est pourquoi il voulait le garder pour lui. Le partager à sa sœur n’était peut-être pas une bonne idée en fin de compte. Le jeune Toshiya voulut prendre la parole à nouveau mais, un nouvel arrivant s’était invité dans la ruelle. Ce n’était pas un illustre inconnu mais une personne bien connue de Sayumi, Daisuke.

Ce Daisuke n’était pas vraiment dans le cœur de Sayumi. Le corps bien bâti, les cheveux noirs en bataille, et le visage bien marqué, il faisait assez mature physiquement. Pourtant, il n’était pas plus âgé et s’était pris de passion pour elle. Malheureusement pour lui, c’était loin d’être réciproque. La jeune femme le considérait comme un dragueur et « plus lourd tu meurs ». Il avait essayé maintes fois d’inviter la Toshiya à ne serait-ce que de passer du bon temps ensemble, mais tous ses coups étaient à l’eau. Sayumi l’avait remarqué aussi. Cela se devinait rien qu’à sa mine défaite de ne pas pouvoir l’esquiver une fois de plus, maintenant qu’il se trouvait à quelques pas d’eux. Elle se tourna une dernière fois vers Naisen, plissa les yeux pour lui faire comprendre que la conversation n’était pas finie, et finit par agiter sa main pour qu’il puisse comprendre de partir. Naisen n’attendit pas longtemps avant de déguerpir. Il préféra ceci à une discussion interminable avec sa sœur.

Plusieurs mois se sont écoulés depuis cette conversation. Elle trottait dans la tête de Naisen. Son vœu était si incompréhensible ? Il ne savait plus trop quoi en penser. C’était vrai qu’il paraissait en contradiction avec les traditions du clan, mais le jeune homme ne voulait en rien les bafouer, il les respectait et respecterait aussi longtemps qu’il vivrait. Cependant, il sentait que cette vie d’assassin n’était pas réellement prédestinée pour lui. Il avait besoin de voir autre chose, aller en dehors du clan. Un des seuls moyens, en tout cas un des plus raisonnables était de se proposer dans le groupe de volontaires qui partirait à Kumo. Les Toshiya avait passé un contrat avec ce village, chaque partie y gagnant quelque chose. Pour Naisen, cela sonnait comme une échappatoire. Devenir un shinobi lui donnerait plus de choix et il trouverait même une personne avec qui partager sa vision du monde. Du moins, c’est ce qu’il espérait. Cette vision qu’il voulait atteindre. Bien que lui-même ne sache pas réellement expliquer en quoi elle consistait, il trouvait de nombreux exemples de ce qu’elle ne serait pas. Il espérait aussi trouver sa véritable voie là-bas. Il devrait en parler avec Sayumi.

Il était tard. La luminosité baissait graduellement. La lumière jaune du grand astre commençait à faiblir au niveau de la cime des arbres avoisinants. Ce jaune devenu rougeoyant allait laisser la place au second astre à la lumière bleuté. Les ombres s’élargissait gagnant de plus en plus de terrain. Il allait bientôt faire nuit. Le soleil ainsi disparu, sa chaleur s’éclipsait peu à peu face à une brise nocturne. L’air frais chatouillait les murs de terre du village, encore tiède. Les derniers habitants rejoignaient leur demeure après une dure journée de labeur. Tout se calmait. Même le chant des oiseaux se faisait de plus en plus rare. D’autres animaux, plus silencieux, plus nocturne, sortaient à leur tour, partant à la chasse. Le silence s’était installé et régnait en maître sur Agamuno, reprenant son droit, le plus puissant, terrifiant.

Naisen aimait ce moment seul face à la lune. Il pouvait passer des nuits à la regarder s’il le voulait. Elle était si belle. Peu importe ce qui se passait, la nuit elle était toujours présente, changeante mais présente. Sa lumière si douce ne permettait pas de voir comme en plein jour, mais elle rendait les endroits plus romantique ou mélancolique. Tout le monde n’en pensait pas ceci. Pour eux, l’absence de lumière vive amène la peur. Ils avaient peur tout simplement de l’inconnu.  Allongé sur le toit de sa maison, Naisen respira longuement. Peut-être qu’il devrait aller dormir. La nuit est faite pour ça. Cependant ses yeux n’arrivaient plus à se détacher de sa rondeur. Sa main se leva automatiquement. Il se demanda si elle était accessible cette lune, si on pouvait en prendre un bout dans le creux de sa main, pour pouvoir contempler de plus près. Et puis tous ces points lumineux au dessus de sa tête, une infinité sûrement. Cela le fascinait et lui rappelait à quel point il était petit.

Le jeune n’avait pas senti de suite la présence de quelqu’un d’autre sur le toit. Il avait fait abstraction de toute chose pour cette lune aussi inaccessible que son rêve. Désormais, la personne ne se trouvait non loin de lui, il l’entendit s’accroupir à coté de sa tête, mais il ne la regarda pas.

Ayane – Tu t’es perdu dans tes rêves, Naisen-kun ?

Naisen connaissait cette voix. C’était celle de Ayane Toshiya. Il ne la connaissait pas dans les détails, mais ce n’était pas la première fois qu’ils parlaient entre eux. Elle avait sensiblement le même âge que lui. Elle habitait seul avec son père qui il y a une dizaine d’années, a eu le privilège de porter le nom du clan. Ayane âgée de quelques mois était son seul bagage. Personne ne posa de question et respecta le choix du chef du clan. Après tout, s’il l’avait accepté dans le clan, il avait sûrement raison. Ayane vécut miraculeusement bien dans ses conditions et elle avait suivi les principes du clan. Tout comme Naisen. Avec lui, elle avait engagé plusieurs fois la conversation, mais cela n’allait pas plus loin qu’aux conversations futiles et codes de politesse.

Naisen – Que me vaut le plaisir Ayane-san ?

Ayane – Ta sœur m’a dit que je te trouverais ici. Je ne sais pas si tu es au courant, mais une sorte de conseil de clan va être fait dans les prochains jours. Et ils vont discuter entre autre…

Naisen – De nous, je suppose. Ayane fut surprise de l’intervention de Naisen. Il comprit qu’il devait être plus précis face au mutisme de la jeune fille. Pour ceux qui sont aptes à une sorte d’apprentissage. Une formation plus précise et plus ardue pour nous faire rentrer dans le moule de l’assassinat. Après tout, nous sommes pour la plupart dans l’âge de la force, et le clan ne serait pas contre de nouvelles recrues pour élargir les recettes.

Ayane ne répondit pas de suite, se demandant à qui elle parlait. Elle le pensait comme un enfant parmi d’autres, mais il n’en était rien. Naisen se montrait sûrement naïf dû à son idéalisme, mais ses pieds restaient cloués au sol. Il avait beau rêver, il savait bien la différencier de la réalité. Cette maturité, il l’avait acquise bien malgré lui avec sa sœur, à la disparition de leurs parents. Il n’a jamais su les causes de cette disparition, Sayumi n’aimait pas en parler. Il s’était passé de ce genre de questionnement, même si sa curiosité lui criait l’inverse. Et surtout, à force de se torturer la tête à ce propos, on finit par y perdre la raison. Sayumi avait réussi à le réconforter, comme elle pouvait, et lui avait appris à aller de l’avant. Cela pouvait être triste comme situation, mais chacun avait son histoire triste, ces marques invisibles. Oui, la mort ne laissait aucune trace sur les victimes collatérales.

Naisen ayant perdu son moment d’intimité avec la belle blonde et ronde, se releva pour faire face à Ayane. Il la regarda pendant un moment. Son physique assez troublant, pour tout jeune homme. Sa longue chevelure brune aux reflets de cuivre tombait jusqu’au milieu de son dos. Quelques mèches rebelles lui cachaient un visage dont l’attention se reportait automatique sur ses yeux, deux billes d’émeraude envoutantes. L’échange de regard dura un moment avant que Ayane finisse par ajouter quelques mots.

Ayane – Je ne sais pas quoi dire. J’avais pensé que vu notre âge, ils allaient nous mettre peut-être en binôme pour cette formation. J’ai donc voulu en apprendre plus sur toi. A priori, ce n’était pas une si bonne idée.

Naisen – Excuse-moi de mon attitude. Je ne tenais pas à te faire peur ou qu’est-ce que soit d’autre. Je pensais juste à voix haute. Il prit une courte pause cherchant ses mots. Je ne vais pas te mentir, mais je compte profiter de ce conseil pour proposer mon départ pour Kumo.

Ayane ne finissait pas d’être de plus en plus surprise. La plupart des personnes du clan acceptait cette vie de mercenaire et en était plutôt même content. Il faisait parti en quelque sorte de l’élite de l’assassinat, et donc il en ressortait une sorte de fierté. Alors pourquoi choisir de partir ? Surtout pour un village militaire qui venait de se créer. Ayane n’en avait pas beaucoup entendu parler, mis à part que le clan avait rapidement fait un pacte avec eux. Les Toshiya promettaient d’envoyer des hommes pour grossir les troupes, et Kumo leur garantissait certains privilèges.

Ayane – Pourquoi ?

Naisen – Je ne sais pas vraiment. En tout cas, je ne peux pas rester ici. Ma vie n’est pas ici. Kumo peut-être. Je ne peux qu’essayer. Maintenant, pardonne-moi mais je dois partir. Sayumi doit m’attendre. Il mentit. On se verra sûrement à cette réunion participative.

Naisen salua la jeune fille avant de commencer à s'éclipser. Il s’accroupit près du bord du toit avant de sauter légèrement, sa main seule, accroché au bord, le retenait de tomber. Quelques secondes plus tard, ses doigts avait disparut également suivi de peu d’un bruit de chute. Il ne tenait pas réellement s’expliquer de ses choix avec Ayane. Il s’en fichait de ce qu’elle pouvait penser. Il avait besoin juste d’évasion. Peut-être qu’il se trompait en partant pour Kumo. Peut-être pas. En tout cas, il ne voulait pas vivre dans le regret. Le remord valait mieux que le regret.
[...]

Naisen avait désormais vingt ans. Cela faisait maintenant 3 ans qu’il était parti vivre à Kumo. Il y avait eu un temps d’attente pour que le clan accepte son départ. Ils furent décidés en voyant l’apparition d’une étrange énergie en lui. Certains du clan la possédaient eux aussi. Cette nouvelle énergie était appelée chakra. Il ne savait pas comment exactement la décrire, et le clan avait jugé utile de l’envoyer à Kumo, pour développer ce pouvoir. Là-bas, on rassemblait des gens comme lui pour en faire des shinobis. Au pire, il pouvait toujours revenir. Cependant, il s’est surpris lui-même, de s’être vite habitué à cette nouvelle vie bien loin des siens. La seule chose qui le chagrinait était que Sayumi lui manquait. Ils s’étaient promis de se voir bientôt. Mais les événements ont fait que chacun dut repousser cette date. Kumo se construisait autour d’un grand temple dédié à un dieu. La religion était très présente dans ce village. Une notion abstrait aux yeux de Naisen, car bien que le pays de la foudre ait toujours été un endroit de pieux, les Toshiya faisaient exception. Ils se consacraient totalement à leur art, en quelque sorte.

Le jeune homme avait rapidement montré ses preuves au sein des shinobis. Avoir été éduqué comme un assassin était un avantage plutôt bien considéré malgré le fait qu’elle pouvait se montrer horrifiante. Ses talents lui ont permis de monter en grade jusqu’au rang de Chuunin. Ce rang lui montrait que le village lui faisait confiance en lui donnant de plus grandes responsabilités. Pourtant, il était considéré comme un inconnu. Il ne voulait pas encore s’attacher aux autres, pour le moment. C’était sa manière de se protéger. Il n’était pas pour autant asocial, mais il se contenter du minimum niveau relation.

Kumo lui avait appris autre chose. Il l’avait ramené à la réalité. La réalité qu’une mentalité de quinze ans d’apparence mature, restait naïve. Le monde qu’il souhaitait n’était pas impossible, mais il y avait d’autres nécessités qui passaient devant. Le combat, le meurtre ou bien des choses de la même teneur, pouvait en faire parties. Il l’avait compris. Sa réflexion était un peu changée, du coup. Elle convoitait toujours le même idéal, mais différemment. Ce qu’il le rassurait c’était qu’au moins il se battait pour une cause qui lui semblait plus juste. Il ne combattait pas sans raison ou de façon vénale, mais pour un village. Cette vision lui suffisait. Et si Kumo, par ses gens et ses grades lui permettait d’avoir un tremplin vers ce rêve, alors il le prendrait. Oui, la fin justifierait les moyens.


Dernière édition par Naisen Toshiya le Sam 13 Juil - 0:43, édité 3 fois
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Naisen Toshiya E.C.   Sam 6 Juil - 1:56

Bonjour et bienvenue sur Ryoma

C'est moi désormais qui me chargerai de ta présentation.

Je voulais savoir si la présentation était toujours d'actualité, je sais que tu es actif mais c'est pour pas me planter quand je déplacerai des présentations

Cordialement,
Daiki Detarame,
Responsable des présentations


« Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. »

MessageSujet: Re: Naisen Toshiya E.C.   Sam 6 Juil - 19:41

Effectivement, elle est encore d'actualité. J'attends juste la fin de mes examens, mercredi, pour continuer. =)

MessageSujet: Re: Naisen Toshiya E.C.   Sam 13 Juil - 0:47

Voilà, normalement ma présentation est terminée. L'ellipse à la fin est volontaire. Je préférerais développer plus longuement cette partie de la vie de Naisen, à l'aide de Flashback. Et aussi l'envie de jouer dans le village le plus vite possible m'a un peu enlevé la motivation de continuer plus longuement.

En espérant que ça sera suffisant. =)

Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Naisen Toshiya E.C.   Sam 13 Juil - 12:37

Salut,

Un récit clair, intéressant, qui respecte bien le background des Toshiya et de Ryoma globalement, que dire à part oui. J'apprécie l'histoire de ce personnage un peu rebelle, qui veut se faire une place.

Concernant le grade, en théorie c'est au Kage de choisir s'il accepte ou non ce grade, du coup c'est surement MDJ qui va s'occuper de ce point-là.

Bref, bienvenue chez toi, tu devrais bientôt recevoir ton bandeau.



« Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. »
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Naisen Toshiya E.C.   Sam 13 Juil - 13:38

Nous avons un chuunin Isatsu, ça me parait logique qu'il y ait un Toshiya également. Pour moi aucun problème.

MessageSujet: Re: Naisen Toshiya E.C.   Sam 13 Juil - 17:46

Merci bien pour la validation. ^^

(Je dirais même que l'Isatsu est Jounin. =) )
Ibuki Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Naisen Toshiya E.C.   Ven 9 Aoû - 3:14

Ren a écrit:
Bonjour Naisen,

Pour cette présentation, tu te mérites 45 xp's.
Cordialement,
Moi


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Naisen Toshiya E.C.   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au Sud de Kumo - La Demeure des Toshiya
» Amphithéâtre Ninjutsu
» Arnaques, crimes et shinobi
» Takuan Toshiya - L'Enfant de la Toile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Informations :: Présentations :: Abandons-