Partagez | 
 

 Yudaï Sorahiko (en cours...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Jeu 18 Juil - 1:59

Yudaï. Sorahiko





Dernière édition par Yudaï Sorahiko le Jeu 18 Juil - 18:57, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Jeu 18 Juil - 3:47

Chapitre 1 : Initium sapientae timor Domini. - La crainte du Seigneur est le début de la sagesse.


On raconte dans les terres Nordique que Shiun bénit chaque nourrisson à sa naissance. Le père de tous pour beaucoup, ici dans le Nord, Shiun dieux des nuages et de la foudre. Pour certain Nordique, le monde ne pourrait exister sans le bon vouloir et la bienveillance de ce bon Shiun. Après tout, n’était-il pas le dieu qui décidait de masquer ou non les astres lumineux du ciel, de jour comme de nuit ? Bien que ses fidèles se faisaient de plus en plus rare, Shiun continuait à se faire entendre de part ses grondements dans le ciel et ses traits lumineux qui éclaircissent la montagne dans la nuit abyssale.

Cette nuit là fut perturbée dans les montagnes Nordique. Une chaume qui devrait normalement être sombre, cachait dans la noirceur épaisse, était bien visible, éclairé par les bougies qui dispersaient leurs lueurs à des lieux à la ronde. Et comme ci cela ne suffisait pas, des cris, non, des hurlements s'échappaient de cette chaumière qui décidément, ce soir, avait décidé de ne donner aucun répit aux habitants de cette petite communauté de gens qui s’étaient rassemblés au flanc des montagnes. Des personnes chaudement recouvert s’amassaient devant cette chaumière qui était alors le centre d’intérêt de la nuit. Et cela était peu dire car la vie allait être donné.

Sous les conseils de la sage femme et soutenu par son mari, une femme s’efforçait de pousser, souffler, hurler et recommençait ainsi le cycle afin d'extirper de ses entrailles l'être qu'elle avait défendu de son corps pendant ces neufs derniers mois. Un être qui même si elle n'avait encore posé ses yeux sur lui, le chérissait déjà de tout son cœur. Elle donnerait sa vie pour lui, elle serait prête à tous les sacrilèges possible et inimaginable car le sacrifice est l'une des folies que les mères sont prêtes à faire pour leur progéniture. Il arrivait, elle le sentait remuer de toute sa frêle force en elle. Pourquoi ? Le ventre qu'il avait occupé pendant des mois ne lui convenait-il plus ? La présence de sa chère mère ne lui convenait plus peut-être ? Non... C’était autre chose.... Elle le sentait, cette mère, l'instinct maternel ne se trompait jamais, il avait peur ! Il suffoquait !

Ses hurlements se firent alors strident dans la maison, la femme redoublant d'effort pour repousser son enfant de ses entrailles. Elle souhaitait le voir vivre, elle aimait cet être et l'idée de donner naissance à un bébé mort-née la détruirait. Ses efforts furent alors récompensés et les cris en pleur d'une seconde voix ne tardèrent alors à se faire entendre dans toute la vallée. A ce bruit, des exclamations de soulagement se furent entendre dans tout le petit hameau, les habitants visiblement rassurés de la venue au monde de l'enfant. Ils ne tardèrent d'ailleurs pas à lui faire entendre par des applaudissement. Ce soir dans le hameau... C'était soir de fête.

Le petit fut baptisé alors... Yudaï, Yudaï Sorahiko était venu au monde. Il était un homme du Nord. Un fidèle de Shiun né sous la lune dans une froide nuit d'hiver. L'influence de Shiun et Tsukimoto se lisaient sur lui à l'aide de cette chevelure a la fois argenté comme la lune et ténébreuse comme les épais nuages.

[Suite...]


Dernière édition par Yudaï Sorahiko le Lun 22 Juil - 20:15, édité 2 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Jeu 18 Juil - 17:04

La plus part oublièrent cette nuit d'hiver dans laquelle la vie avait été donné. Après tout, cela n'avait été qu'une naissance parmi tant d'autre et cette famille n’était pas assez importante pour marquer l'histoire de leurs empruntes. Le petit garçon qui était né ce soir là n'en était qu'un parmi tant d'autre. Il avait tété le sein de sa mère ; comme tous les enfants, il avait joué au petit explorateur, si bien qu'il était tombé à de mainte reprise, s’écorchant coude et genoux et bien sûr, comme tous les enfants, il n'avait pleuré que si sa mère le regardait, lui réclamant alors un peu d'attention. Ce petit garçon était tout ce qu'il y avait de plus normal et tout le monde auraient alors oublié l'énigme qu'il représentait si seulement il n'avait été marqué.

Chaque mortel est bénit et influencé par les dieux dès leur naissance. Cela se traduit par une beauté magnifique, une brillance digne du soleil et de sa déesse. D'autre fois, cela peut se traduire par une résistance accrue à l'air marin et au remoud. Vivre alors sur les côtes ne représente plus un problème, mieux encore, cela est désiré. Ou bien encore, la résistance se développe tel que les orages apocalyptique ne vous effraient plus et commence à devenir peu à peu pour vous, une œuvre d'art. Et pourtant le petit garçon est marqué par l'emprunte de deux divinités.... Sa chevelure à la fois aussi argenté que la lune et sombre comme un nuage orageux... Comme si les dieux eux même s'étaient livrés une lutte acharné pour bénir cet enfant. Vérité ou folklore, personne ne se doutaient au sein du village se contentent de laisser choix au jeune garçon de sa divinité. Vivant dans les montagnes nordique du pays de la foudre, terre incontesté du dieux Shiun, cette décision était risqué mais cela se traduisait par la perte peu à peu des croyances des hommes envers ce dieu...

Alors la vie du petit garçon continuait à battre son plein. Il allait de ci de là, accompagné de sa bande d'ami. Ils courraient dans la vallée, allaient contre les interdictions de leur parents et grimpaient aux flancs des montagnes, se jetaient dans la rivière qui coulait à proximité du village... La jeunesse du petit Yudaï n'avait rien de monstrueux. Ce petit hameau vivait de la montagne, les hommes s'y rendaient pour extraire le minerai qu'il revendait ensuite ou qu'ils donnaient comme tribut aux brigands qui venaient régulièrement. Toute cette vie était une routine à présent... Les petits gens travaillaient pour les grands sans jamais rien recevoir en retour si ce n'est le droit de vivre. Cela leur convenaient parfaitement et ils savouraient chaque instant présent, en oubliant les dieux.

L'enfance laissa alors place à l'adolescence. Les jeux innocents commencèrent alors à changer, de nouvelle envie et idée ayant fait leur apparition dans l'esprit du jeune homme. Il regardait à présent les femmes avec admirations et non plus avec innocence. Il s'était mis également à réclamer des besoins que jamais auparavant il n'avait cru avoir besoin. Les attentions de sa mère lui paraissaient à présent futile voir même dégradante... Bref, il entrait dans l'âge bête. Mais il avait également à présent l'âge, la taille et la force de travailler. C'est ainsi que le bon temps était terminé pour ces jeunes gens qui devaient à présent s'armer de pelle et de pioche et de suivre les hommes du village dans les mines. Bien sûr, on les avait préparé à cela, ils savaient qu'il s'agissait de leur devoir envers le village, que sans cela, ce dernier serait alors en proie au bandit qui n'hésiterait pas à mettre le village à feu et à sang. Mais ce travaille ne les empêchait nullement d'être rêveur et d'un jour, quitter ce village pour explorer les richesses du monde.

[Suite...]


Dernière édition par Yudaï Sorahiko le Lun 22 Juil - 20:46, édité 2 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Ven 19 Juil - 0:35

La vie d'homme n'avait rien de bien risible. Au contraire même... Plus les mois avaient passé, plus ses journées s'étaient allongées. Son corps s'était forgé et durci grâce à la pierre et à la montagne. Il ressemblait à présent à un homme, faisant la même taille que son père et que la plus part des hommes du village, il jouissait de la jeunesse de ses muscles saillant. La vie à la mine était dur. Il se levait le matin à six heures du matin, chaque jour réveillait par le cor que faisait hurler un homme dans le village. Les yeux ternes, à peine ouvert, le jeune homme avalait tous les matins sans grande conviction le petit-déjeuner complet que leur préparait sa mère. Cela faisait maintenant trois ans qu'il travaillait à la mine et la conviction n'y était déjà plus. Il n'était plus le petit garçon joviale qui rêvait de faire des bêtises toute la journée. Non, il était un homme... Un homme esclave de la vie de son village.

Ses journées se résumaient généralement à dormir, travailler et manger. Mais une fois par semaine, pour remonter le morale du village, ce dernier organisé une sorte de fête. L'alcool coulait à foison, les comtes étaient récités par les anciens tandis que les jeunes gens s'amusaient à danser au rythme des instruments. C'était lors de ce genre de soirée que Yudaï retrouvait un peu le goût de vivre, qu'il se sentait humain et non esclave de son propre corps. Il fallait dire que le jeune homme savait s'amuser...

Lors de cette fameuse fête ce soir là, il s'était convenablement préparé. Il avait fait plus tôt dans la journée un saut dans la rivière pour se décrasser alors que sa mère lui préparait ses habits traditionnelles, un kimono blanc argenté qui sciait parfaitement bien avec une partie de ses cheveux. Noué d'une ceinture noir, le jeune homme se donnait des airs de bon prince une fois par semaine et cela n'était pas sans raison. C'était lors de ce genre de soirée que les jeunes gens rencontraient généralement leur promise, la jeune femme ou le jeune homme avec lesquels ils se marieront et s'accoupleront, offrant ainsi la nouvelle génération de mineur au village. Très peu d'étranger foulaient le pied de la montagne, le climat y étant rude et Shiun, colérique. Seuls quelques sociétés minières se présentaient au village, souhaitant acheter les terres et s'offrir les services des mineurs, mais jusqu'à présent, le village avait toujours refusé, y compris l'offre que certain qualifié de généreuse de la part d'un homme pas plus tard que la veille.

La fête bâtait son plein. Yudaï regardait les gens s'amuser, un large sourire aux lèvres. S'il y avait bien une journée dans la semaine dans laquelle il pouvait se lâcher, c'était bien celle-ci. Une jeune femme vint à sa rencontre. Il lui sourit et l'enlaça. Cette jeune femme c'était Nanako, une petite brunette aux cheveux bouclés et fille de l'un des nombreux mineurs du village. Ils étaient ce que l'on peut qualifier de proche, destiné à s'épouser devant tout le village lorsque le temps sera venu. Cela n'était pas pour déplaire au jeune homme. Après tout, le mariage signifiait son indépendance, son logis, sa femme... Il se sentirait un peu plus libre bien que le poids des responsabilités lui incomberait. Il ne serait alors plus question de demander encore cinq minutes de sommeil à sa mère....

Puis pour une raison totalement inconnue, la fête s'arrêta subitement. Les instruments se tuent, les rires s'arrêtèrent, les gens cessèrent de danser et tous les regards étaient à présent tourné vers un coin du village. Soucieux de connaître les raisons de cet arrêt brutal, Yudaï, accompagné de Nanako qu'il tenait par une main, s'approcha alors. Les raisons n'était autre que le retour de l'homme qui avait, la veille, proposé une sacré sommes de Ryos pour acheter ces terres. Il était accompagné cette fois ci de deux hommes de garde. Assez volumineux, les deux hommes seraient sans doute capable de se saisir d'un crane et de le broyer comme un étaux. Mal grès tout, les hommes fort du village c'étaient réunis. Ils avaient déjà refusé une première fois son offre et le retour de cet homme était ici considéré comme une insulte et une agression envers le village. Les esprits s'échauffaient alors que l'homme, lui, restait très calme et sûr de lui.

[???] - Du calme, du calme. Pas la peine de vous échauffer. Je venais simplement vous rendre une visite de courtoisie.

Pour une raison que tout le monde ignoraient, l'homme ricanait alors qu'il était clairement en mauvaise posture. Cela eut le don d'énerver encore un peu plus la population qui continuait à s’amasser autour de l'homme qui décida finalement de s'éclipser, claquant des doigts pour signifier a ses deux loubards que l'heure de la retraite avait sonné. C'était donc des villageois énervés qui regardaient le trio partir au loin.

La fête ne tarda pas à reprendre bien que certain homme restèrent énervé un long moment. Pour une raison que le jeune homme ignorait, Nanako refusa de se joindre au monde pour boire et l'emmena plutôt en dehors du village. La suite ne fut alors qu'un déluge d'amour et de plaisir que la jeune femme offrit alors à son compagnon, celui-ci ne se faisant pas prier. C'était bien dans des moments pareils que le jeune homme comprenait enfin le sens du mot « vivre » et il priait pour que cela ne s'arrête jamais.

[Suite...]


Dernière édition par Yudaï Sorahiko le Lun 22 Juil - 20:59, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Ven 19 Juil - 20:00

La chaleur des lèvres d'une femme était tout ce qu'il y avait de plus délicieux dans ce monde et le jeune homme en profitait avidement, allant les chercher de lui même. Une douce étreinte amoureuse avait le don de faire oublier tous les tracas à un homme. La femme était en quelque sorte le meilleur remède que l'on pouvait proscrire à un homme. L'acte par lui même aidait à assouvir des besoins naturel, mais l'amour par lui même, ce doux sentiment que l'on ressent et que ces dames arrivent parfaitement à nous faire ressentir... Cela n'avait rien avoir avec n'importe qu'elle drogue médicinal. Il était le meilleur antidépresseur du monde. Cette drogue lui fut alors administré pendant une bonne partie de la nuit, là, près de la rivière dans lequel la lune, belle dame blanche, rayonnait.

Finalement, ils jugèrent que le temps de retourner à la fête était venu. Non pas que l'idée de faire naître les soupçons les préoccupait étant donné que leur futur union n'était un secret pour personne, mais une fête était organisé et la moindre chose à faire était au moins d'en profiter. Les deux jeunes gens se rafraîchir alors un instant dans la rivière pour effacer toutes traces d'activité physique. Cela leur prit une heure de plus en raison de la complicité des deux jeunes gens qui ne purent s'empêcher de se taquiner l'un l'autre dans l'eau. Lorsqu'ils eurent un brin de sérieux, ils réussirent  se mettre d'accord pour le grand retour au village. Ils ne savaient combien de temps ils s'étaient absenter, mais de prime abord, ils crurent que leur escapade n'avait que trop duré au vue du silence qui se dégageait du village. Rien ne leur paraissait étrange pour le moment, après tout, l'euphorie du moment était encore présent dans leur esprit. Mais rapidement, ils comprirent que quelque chose clochait. Le village resplendissait encore de lumière, hors la tradition voulait que la musique accompagnait la mise au noir du village.

Le trouble commençait à envahir leur esprit alors que leur marche se fit de plus en plus rapide, pour finir par une course. Déjà au loin, des formes se dessinaient, allongé, couché sur le sol. Leur cœur s'emballait, une seule idée leur était alors en tête : « Qui était-ce là, couché sur le sol ? ». Ils ne tardèrent à avoir la réponse. Se jetant au sol près du corps du malheureux, Nanako et le jeune homme regardèrent alors le corps inerte du père de la malheureuse qui se mit immédiatement en pleure. Secouant le corps de l'homme, ils ne purent que constater la mort de l'homme. Yudaï prit alors Nanako dans ses bras. Rien ne pouvait la consoler en ce moment, mais il lui devait bien d'essayer. Mais la tristesse de la jeune femme leur brouillait la vue car le malheur ne s'arrêtait pas là. Des secondes passèrent comme des minutes et les minutes comme des heures, mais les yeux du jeune homme se levèrent finalement du macabé et de sa fille pour enfin contester l’ampleur de la catastrophe. Devant lui et ce dans toute la grande route qui traversait le village, jonchaient des cadavres des habitants du village. Le jeune homme n'y croyait pas ses yeux, il se releva alors brusquement et marcha entre les corps, totalement paniqué, regardant partout, chaque visage à la recherche de père et mère.

Aucun signe, Yudaï avait bien reconnu le meunier ou encore le chasseur du village, mais aucun signe de ses parents. Il sentit alors une main lui agripper le tibia, il faillit trébucher et lâcha au même instant un crie de peur. Son regard se posa alors sur l'un des anciens du village, il était mal en point, mourant, son visage était pâle et sa main tremblante. Il puisait probablement ses dernières forces. Le jeune homme s'abaissa alors à son niveau, le priant de lui révéler ce qui s'était passé. Les mots qui sortirent de la bouche du vieillard furent d'abord incompréhensible, mais lorsque le jeune homme approcha son oreille, ce qu'il comprit lui glaça le sang.

[Vieillard] « Shiun.... Nous a puni... Va... prier pour notre salue... au grand... temple. »

Ses paroles furent les dernières de l'homme qui s'éteint une poignée de seconde après. Ces mots résonnèrent dans l'esprit de l'homme. Pourquoi Shiun maudirait son village ? Cela n'avait aucun sens pour lui. Mais ce qu'il voyait là était bien une malédiction. Son village était balayé, la mort y régnait et s'ils ne souhaitaient subir le même sort, Nanako et lui même devront partir. Il s'empressa de la rejoindre, celle-ci était toujours accroupi a côté de son paternel, pleurant sa mort.

[Yudaï] « Nanako.... Viens...Il ne faut pas rester là... »

Il essaya de la relever, mais la jeune femme n'avait plus aucune force dans ses jambes. Il dut alors user de sa force et porter dans ses bras la jeune femme. Il se mit alors en marche, il ne savait où aller, tout ce qu'il faisait s'était aller tout droit, le plus loin possible de cette terre maudite. Cela faisait trop longtemps que les gens de son village n'avait prier Shiun.

Il marcha toute la nuit, ne s'arrêtant que lorsqu'il n'eut plus la force de tenir sur ses jambes. Où se trouvaient-ils ? Ils en avaient aucun idée, ils avaient marché vers le sud puis qu'il n'y avait aucune autre direction possible. Ce soir là, aucun des deux protagonistes ne parvint à trouver le sommeil, Yudaï ne fermant l’œil que deux heures en proie  la fatigue, mais les cauchemars le réveillant rapidement. Lorsque l'aube se leva, ils décidèrent d'éviter le sujet mais qu'ils devaient impérativement savoir quoi faire. Nanako exprima le souhait de rejoindre sa tante, dans un village se situant à deux jours de marche de là. Yudaï réfléchit une bonne heure, il aurait aimé accepter et suivre Nanako chez le restant de sa famille, mais on lui avait directement transmit une mission et Shiun avait été délaissé depuis trop longtemps par les gens du village. Il décida alors d'emmener Nanako chez sa famille puis de se mettre en route vers le temple interdit. Il avait un devoir à accomplir, non pas pour lui, mais en hommage à toutes les malheureuses victime... Mais il devait l'avouer qu'au fond de lui même, il avait toujours rêvé de voyager.

[Suite.... Pour celle-ci, j'aimerais qu'un candidat se dévoue pour incarner un pnj ou tout simplement jouer lui même la personne qui accueillera mon personnage à la cité interdite de Kumo.]


Dernière édition par Yudaï Sorahiko le Lun 22 Juil - 21:02, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Dim 21 Juil - 19:43

Mon bg s'arrête ici après discutions avec Makise. Je vais poursuivre avec elle directement dans Kumo. Donc en attente de nouvelle ^^

MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Dim 21 Juil - 20:52

Salutations Yudaï.

Je vais te demander de relire ton texte.
Diminuer les répétitions n'est pas nécessaire, cependant tu pourras surement corriger de toi-même une bonne partie des erreurs d'accords, de conjugaison, voir de mot (très rare cela dit).

En ce qui concerne le fond je ne vois pas de soucis, rien qui aille à l'encontre du BG à ma connaissance.
Je vais tout de même me renseigner sur un point, au cas où.

Voilà, bon courage pour la dernière ligne droite.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Lun 22 Juil - 21:03

Correction apporté concernant les passages par rapport au culte, et correction de quelque faute qui ont osé se mettre devant mes yeux!

MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Lun 22 Juil - 22:31

Hormis une petite phrase qui pourrait laisser entendre que les villageois connaissent plusieurs dieux, il n'y a plus aucun soucis. Je ne vais pas te demander d'éditer encore une fois, vu qu'à mon sens le principal c'est que tu saches ce qu'il en est dans l'histoire.

Je te donnerais deux petits conseils, car ça fait parti du boulot.

Premièrement les accords, ce doit être la faute qui revient le plus souvent dans ton texte, il n'y a pas vraiment de secret pour ça, si ce n'est regarder la terminaison des adjectifs et participe passé lors de la relecture (et vérifier avec quel terme ils doivent s'accorder).

Deuxièmement la conjugaison, un point particulier pour être précis, le participe passé.
Pour ça il y a un petit truc lorsqu'on doute, tu le connais peut être déjà mais bon, c'est de remplacer le verbe par " mordre ". Quand tu fais une relecture et que tu veux pas trop te casser la tête, c'est probablement la méthode la plus rapide.

Maintenant que j'ai terminé de te faire chier avec tout ça, je te précise que le MP est déjà parti pour ta validation.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.
Ibuki Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   Ven 9 Aoû - 3:29

Ren a écrit:
Bonjour Yudaï,

Pour cette présentation, tu te mérites 28 xp's.
Cordialement,
Moi


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Yudaï Sorahiko (en cours...)   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Informations :: Présentations :: Abandons-