Partagez | 
 

 Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    Dim 4 Aoû - 18:49

Le discours d'un homme, un nouveau destin annoncé


Un réveil difficile, des lourdeurs dans les os et les muscles, voilà ce qui assailli le Raikage à son réveil. Le tournoi avait été brutal, et les coups de Shimei, le gagnant, l’avaient plutôt bien amoché. Mais il tenait bien à la douleur, la force de la jeunesse probablement. Aujourd’hui Daiki ferait son discours, il ne se rappelait pas vraiment ce qu’il avait fait la veille avant de s’endormir sur son bureau, la tête posée sur une pile de papiers. Il était encore tôt, le Soleil pointait à peine le bout de son nez, mais l’absence de sommeil était une de ses habitudes, ou maladie comme disait Koge.

Il s’était retrouvé littéralement encerclé par les cartons lorsque, la veille, on déposa toute ses affaires dans ses nouveaux appartements, certes il avait ici beaucoup plus de place pour arranger ça, mais il doutait fortement de sa capacité à le faire. Il relu son discours, qu’il avait rédigé pendant la nuit, un sourire idiot lui parcouru les lèvres.

*Piètre écrivain que je suis*

Durant la nuit il avait également arrêté les différentes pendules se situant dans la pièce, il détestait leurs bruits mécaniques et par-dessus tout il détestait avoir l’impression de courir après le temps, il n’avait ni montre, ni aucun moyen de savoir l’heure, chez lui seul un calendrier lui permettait de ne pas se perdre totalement, même si cela ne l’aurait pas dérangé. Cependant sa fonction ne lui permettait plus de tels écarts, l’heure du discours avait été fixée pour 9h30, pas trop tôt ni trop tard.
Sans même prendre la peine de frapper, la secrétaire fit son entrée dans le bureau, à sa grande surprise elle y trouvait le Kage encore comateux et dans les mêmes vêtements que la veille.

« Raikage-sama, ne me dites pas que vous avez passé la nuit ici. Votre discours est dans quelques heures, vous ne pouvez pas vous permettre de leur présenter une tête de déterré… »

Il l’interrompit, d’un ton calme certes, mais cela avait suffi à la faire taire.

« Merci de vous soucier de ma santé, mais nous n’avons pas le temps pour ça. Pourriez-vous rédiger plusieurs missives pour moi, j’ai des personnes à convoquer, je vous ferais la dictée. »

Elle s’exécuta. Daiki était peu courtois c’est vrai, la fatigue le rendait désagréable, mais il n’avait pas le choix, il devait boucler tout ça avant le début du discours. Tout était prévu, calculé, certes il aimait jouer sa vie ou celle de quelques autres sur le hasard, mais pas l’avenir d’un pays.
Daiki avait réfléchi, finalement son poste ne faisait pas réellement de lui le guerrier suprême du village, il s’agissait essentiellement pour lui d’administrer le village, de choisir qui fait quoi et aussi de négocier. C’était peut-être aussi pour ça que la place semblait parfaitement coller à son tempérament, car il s’agissait ici davantage d’une partie de Shogi à l’ombre des cerisiers que d’un duel dans une arène. Dans les deux cas le résultat était le même, le perdant pouvait perdre gros, mais Daiki se sentait beaucoup plus à l’aise en sachant qu’il pourrait gagner avec sa tête et non pas seulement avec ses muscles. Il enfila rapidement de quoi paraître convenable avant de se rendre au pied de la Tour pour voir ou en étaient les préparatifs. Des hommes s’affairaient un peu partout, une estrade était en cours d’installation. Daiki avait également demandé à ce qu’on propose boissons et places assises au plus de monde possible. L’idée était de donner l’impression à tout le monde que leur Raikage s’occuperait d’eux du mieux possible, l’idée étant davantage de les amadouer d’une certaine manière afin que le premier contact se déroule du mieux possible.

Une petite foule s’était déjà regroupée non loin de là, probablement en train de rechercher la meilleure place pour assister à l’évènement, Daiki ne comprenait pas cet enthousiasme, lui-même dans cette position serait probablement arrivé en retard et pas très réveillé.

La cérémonie allait commencer dans une petite heure, il était prêt, son discours lui, beaucoup moins, il n’avait jamais été une fine plume, et ses idées étaient se mélangeaient sans cesse l’empêchant de construire quoi que ce soit. Finalement, il serait peut-être plus simple de griffonner quelques idées et d’improviser le reste, oui ce serait bien suffisant.

Au détour d’un  couloir il croisa sa secrétaire au détour d’un couloir.

« Bonjour. Vous êtes prêt pour votre heure de gloire ? »

« Mon heure de gloire ? Il s’agit seulement d’une distraction, importante certes mais une distraction quand même. »

Elle avait l’air compréhensive, mais Daiki savait qu’elle n’aimait pas ses manières, il n’avait rien d’un politicien, il était un stratège et cela se voyait très fortement dans sa façon d’agir. Il passa le temps restant à arpenter les couloirs de sa Tour, à la recherche d’une idée, ou peut-être simplement pour s’imprégner encore davantage des lieux, qu’il ne connaissait finalement pas si bien que ça.

L’heure fatidique arriva, il se plaça au pied de l’estrade mise en place, déjà il entendait une foule très importante se pressée en son honneur, discussions qui devaient probablement porter sur lui ou sur un quelconque sujet politique du moment. Un homme à la voix forte annonça son arrivée, la foule retint son souffle un moment, tous ne le connaissaient pas. Comment allaient-ils réagir face à cet homme totalement dépourvu de la moindre révérence ou qualité d’orateur. Sur l’estrade se tenaient déjà le Daimyo, Koge, et également sa secrétaire en retrait, qui prendrait surement note des paroles prononcées ce jour. Le Raikage se tenait face à la foule, légèrement dépeigné, un look différent, non formel et un visage pâle comme la Lune.

« Bonjour peuple de Kumo, je me nomme Daiki Detarame, et désormais je suis votre nouveau Kage. Je sais que les temps sont difficiles, notre village est jeune, mais avec vous je compte accomplir tous les espoirs que celui-ci a pu donner au Pays. »

La foule ne réagissait pas, pas étonnant, il s’agissait de banalités, Daiki était encore sous le choc, une telle foule face à lui, cela avait le don de le rendre nerveux, mais il tint bon et sa voix portait suffisamment fort pour qu’on puisse l’entendre.

« Si j’ai choisi de vous réunir ici aujourd’hui, c’est pour vous parler de notre avenir, de ce que je compte faire de ce village. Nous sommes une force armée destinée à défendre et à étendre l’influence du Pays de la Foudre. Kumo est un village de guerriers, et je compte bien faire de chacun d’entre vous des hommes aguerris, entraînés et prêt à se donner pleinement à leur Pays. Pour cela nous devrons revoir notre système d’enseignement. Nous mettrons en place des académies, nous avons besoin de discipline et d’organisation. Kumo sera la pièce militaire centrale de ce Pays, ce sera à nous de décider comment gérer les crises et comment affronter les guerres. »

Daiki marqua un temps d’arrêt, afin que ses paroles commencent à s’imprégner dans l’esprit de son auditoire, il était satisfait, il n’aurait pas pensé être aussi à l’aise et clair dans ses idées.


« Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. »


Dernière édition par Daiki Detarame le Ven 9 Aoû - 14:08, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    Lun 5 Aoû - 13:37

Ainsi, c'était bien lui, le nouveau Kage... Kokei avait eu du mal à y croire, lorsqu'il avait entendu un marchand de légume en discuter avec une cliente. Le nouveau leader de Kumo était Daiki Detarame, un ninja du village. Le jeune homme n'avait pas voulu y croire. C'était contre cet homme qu'il avait perdu au tournoi, et, bien que cela lui permettait de mieux comprendre et admettre sa défaite, il se rappelait également qu'il avait manqué de gagner leur duel. Peut-être que son adversaire avait reçu pour consigne de ne pas se battre avec toutes ses forces...

Lorsqu'il avait reçu sa convocation pour rencontrer le Raikage, le jeune homme avait eu du mal à contenir un rire nerveux. Voilà qui confirmait la rumeur ! Il allait donc devoir personnellement rencontrer le nouveau chef. L'aspirant s'était demandé un instant la raison possible de cet entretien, mais préféra rapidement se sortir cela de la tête : cela n'avait que peu d'intérêt de se tailler les veines en quatre pour ce qui ne devait être qu'une formalité ! Il valait mieux se concentrer sur son entrainement... La missive lui était parvenu alors qu'il se rendait au discours officiel, et il l'avait encore dans la poche...

Lorsque le Raikage monta sur l'estrade, Kokei posa son regard sur lui, un instant. La première fois qu'il l'avait rencontré, Daiki s'était montré poli et prêt à l'aider. Toutefois, il était demeuré relativement distant, et pas plus bavard que cela. Il allait sûrement être un Kage assez froid, pas amateur de long discours. Ce qui ne déplaisait pas au jeune homme, peu amateur de paroles inutiles.

Le Dragon d'or s'était perché sur une des toits, assis sur le rebord d'une gouttière. Il lui avait semblé apercevoir d'autres ninjas sur les toits avoisinants : quelques membres de la sécurité, mais peut-être également d'autres personnes qui n'avaient pas envie de se mêler à la foule. Certes, il était du coups assez loin de l'estrade, mais il avait une bonne vue, d'ici. Et, surtout, il n'avait pas besoin de se mélanger avec la populace, et ces villageois crétins qui n'auraient pas manqué de lui hurler dans les oreilles, de le bousculer et d'agresser son odorat.

Le discours du Kage se révéla sobre et efficace. Daiki voulait visiblement faire de Kumo un village plus guerrier, ce qui n'était pas pour déplaire à Kokei. Il allait avoir besoin de professeurs, pour progresser encore plus vite. Il y avait tellement de choses à apprendre ! Il n'était encore qu'au début de sa progression, et déjà il avait l'impression de stagner...

Lorsque le Raikage marqua une bref pause, Ryukin eut envie que le discours soit fini. Non pas qu'il ne l'aimait pas sur le fonds, mais plutôt qu'il ne voulait pas rester assis ici toute l'après-midi... Mais le peuple avait besoin d'être rassuré. Les gens étaient encore euphoriques, du fait du tournoi fraichement terminé. C'était le bon moment pour leur annoncer ce qui allait changer, pour le pire comme le meilleur... C'était là un bon mouvement politique de la part de leur nouveau chef...


Assassin Sadique et Masochiste


"Le plaisir dans la douleur... La liberté dans la mort."
(Anciennement Kokei Ryukin)
Takuan
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    Lun 5 Aoû - 17:23

Elle fronça les sourcils.

Il le sentit aussitôt. Sa main lui tapota l'épaule. Voilà déjà quelques mois qu'elle ne pouvait plus lui cacher quoi que ce soit. Le coeur innocent de Lei Lei semblait comme un livre ouvert pour Takuan.

Elle n'avait déjà pas eu beaucoup envie de venir ici. Très probablement aurait-elle préféré passer un peu de temps avec Naisen, ou s'installer près des pierres plates du massif rocheux en bordure du village pour jouer un morceau en compagnie de Takuan. A la place on l'avait convoquée ici. Elle avait traîné les pieds, mais on lui avait aussi expliqué qu'en tant que Juunin, elle n'avait pas le choix, qu'elle devait absolument montrer l'exemple et qu'aucun écart n'était autorisé. La jeune fille n'avait jamais vécu ainsi. On ne lui avait jamais donné d'ordre, sauf celui d'avancer sur les routes des Nuages du temps où elle se trouvait encore nomade, mais il s'agissait plus d'une nécessité vitale que d'un ordre à proprement parler.

Lei Lei n'avait jamais vu cet individu, mais son approche ne lui plut pas du tout. Elle demeura de marbre face aux attentions matérielles de leur hôte, on lui demanda néanmoins de s'asseoir non loin des premiers rangs. Elle refusa la boisson sans demander son reste. Prostrée les bras croisés et le visage boudeur, elle s'était contenté de prêter une oreille semi-attentive au discours du nouveau Raikage.

Ce qu'elle avait entendu la mit mal à l'aise. On parlait de force armée, d'étendre l'influence, de guerre. De choses en lesquelles elle ne croyait pas. Elle était venue ici dans la foi de Shiun, en se disant que participer à la protection du temple tout en voyageant dans le pays à la recherche de sa famille lui permettrait de faire d'une pierre deux coups. Mais visiblement, le nouveau Raikage avait d'autres plans en tête. Des plans qui impliquaient du sang, des larmes, de la tristesse. Au bout de son sang ne fit qu'un tour. Le Dieu Céleste ne chérissait-il pas la sagesse et la quiétude ? N'était-ce pas ce que sa soeur lui avait enseignée pendant son pélerinage ? Se donner pleinement à son pays impliquait-il de renier ses Dieux ? Pour servir la justice des hommes, ou plutôt de cet homme qui se tendait sur l'estrade, se devait-elle de trahir la justice de Shiun ? L'avenir le dirait.

Mais en attendant, elle froncerait les sourcils.

MessageSujet: Re: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    Mer 7 Aoû - 18:04

Plus tôt dans la matinée, la famille Ganseki avait reçu une lettre émanant de la secrétaire du Raikage. Apparemment, il s'agissait de rencontrer le nouveau Raikage, Daiki Detarame, dans son bureau afin de discuter de l'intégration des Ganseki dans la cité de Kumo. Après tout, même si les Ganseki avaient été acceptés au village, le Kage ne les avait pas encore personnellement convoqué ou quoi que ce soit, ce qui aurait pu paraître bizarre.

Dans tous les cas, cette réunion allait avoir lieu plus tard. Pour l'instant, Makise et son grand-père devaient se rendre à la tour du Raikage pour autre chose. Ce dernier allait faire un discours afin d'annoncer ce qu'il allait faire du village. Les deux membres de la famille Ganseki avaient mis les habits représentants la famille, des kimono blanc comportant le symbole de la famille brodé avec un fil argenté dans le dos et un bas de kimono, noir quant à lui.

Arrivé à la tour, devant l'estrade, les deux membres de la famille s'installèrent cote à cote sur les chaises qui avaient été installé. Le Kage monta sur l'estrade et commença son discours. Il commença par se présenter puis parla de ses ambitions concernant le village. Le discours commençait avec un ton assez guerrier. Dès le début, le Kage avait parlé de gérer des crises et d'affronter des guerres, ce qui présageait qu'il allait y avoir des problèmes à un moment ou un autre.

Dans le fond, Makise se fichait un peu de ça. Ce qui l'avait le plus intéressé était la partie où il avait parlé de mettre en place des académies. L'enseignement était effectivement une chose très importante à mettre en place et, ce, très rapidement afin d'assurer l'efficacité du village. De plus, la jeune femme qui avait perdu au tournoi des champions dernièrement souhaitait devenir plus forte, histoire de plus subir d'autres humiliations de ce genre. D'autant plus qu'une fois plus forte et une fois spécialisée dans son domaine, elle pourrait elle aussi enseigner. Enfin... C'était une possibilité d'avenir comme une autre après tout. Et vu son niveau actuel, dans tous les cas, c'était pas pour tout de suite.

Bref, un discours qui commençait globalement bien pour le jeune femme. Dosan, quant à lui,  écoutait attentivement ce qui se disait. Il ne souriait pas, mais de faisait pas non plus la tête, il ne parlait pas non plus, il écoutait juste et restait concentré.



MessageSujet: Re: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    Mer 7 Aoû - 23:14

Expérience

Daiki - 9 XP
Kokei - 4 XP
Lei Lei - 3 XP



MessageSujet: [Chapitre 0 - 1]Discours du Raikage - Teppouuo - 1   Jeu 8 Aoû - 7:02

Une nouvelle journée se présentait au sans domicile fixe, annoncée par un Soleil plus éclatant que jamais. Pas tant que cela en réalité, s'il avait paru si brillant à l'aspirant c'était surtout parce que l'astre l'avait réveillé. Les rayons dardaient sans merci son visage assoupi, chose dont il n'avait clairement pas l'habitude. Plutôt du genre matinal, il était de ceux qui se levaient lorsque le temps était encore frais, mais cette fois-ci il s'était décidé à profiter légèrement de son emploi du temps vierge. Le duel avait laissé quelques souvenirs qu'il avait espéré calmer à l'aide d'un peu de repos, le résultat fut cependant mitigé. Il lorgna brièvement la vaste étendue azure, ses paupières s'ajustant à l'éclairage encore trop violent pour lui.

* ... un peu plus de huit heure. *

[Messager]- " Bonjour, veuillez accepter ce mot de la part de l'administration de Kumo. "

À peine eut-il le temps de se lever qu'un homme, le bras tendu dans sa direction, l'aborda. Une action plutôt directe, dans le même style que celle de la femme hypothétiquement appelée Anïya, sans présentations ni autre signe de courtoisie, si ce n'était le vouvoiement. Les yeux du Toshiya balayèrent le membre ainsi présenté jusqu'à ce qu'ils tombèrent sur la lettre, tout juste pincée par les doigts de l'inconnu. Il la récupéra et regarda au dos, toujours embrumé, avant de choisir ce qu'il adviendrait du papier.

* Aucune note sur le destinataire. *

[Aspirant sans nom]- " Veuillez m'excuser, mais êtes vous sûr que ceci m'est destiné? "

[Messager]- " Sûr et certain, le destinataire m'a été décrit comme un homme relativement grand avec des cheveux blancs, à la peau vieillie par le Soleil... "

* Un peu léger comme description, comparée à celle qui était sur la fiche de l'effectif prévu pour la sécurité. *

Ayant l'esprit plus clair, ses souvenirs refirent brièvement surface, et avec eux la peinture criante de précisions qui était couchée sur une feuille. Chaque combinaison de mots qui la constituait retranscrivait parfaitement un caractère physique du Toshiya, rien à voir avec ce vague moule où l'on aurait pu faire entrer un bon pourcentage de la population.

[Messager]- " ... et vu que j'ai assisté au tournoi, on m'a aussi précisé que le champion l'avait démoli au premier t... "

Le messager s'arrêta sans achever sa phrase, laissant lire sur son visage qu'il n'aurait pas dû préciser ce passage. Au moins il n'y avait plus de doute à avoir sur l'identité du destinataire. L'araignée remercia son interlocuteur, qui s'empressa de disparaitre, puis lu la missive.

* " Un problème avec votre nom visiblement. " Ils en ont mis du temps à réagir, enfin je présume qu'ils ne pouvaient pas s'occuper de ça sans le Raikage. *

Peu de temps s'était écoulé depuis la première visite à l'arène et rien n'avait laissé présager qu'il y retournerait de si tôt, pourtant les évènements allait l'y ramener. Le billet stipulait clairement que l'araignée devait se rendre aux abords de l'immense tour, et ce pour neuf heure trente. Depuis son assignation lors du cortège, on l'avait enfin autorisé à quitter la Citée Interdite, il en avait profité afin de faire un tour à Yumekuteka et comptait bien remettre ça dans l'immédiat.


En laissant choir l'onde sur son corps il ne put s'empêcher de songer à la fin de cette transition, si on le convoquait aujourd'hui son statut serait surement fixé, et par la même occasion sa vie de sans abri. À cette pensée ses lèvres s'étirèrent en un léger sourire. Dormir à la belle étoile était courant pour lui, donc pas forcément gênant, néanmoins il était ici pour une raison précise, et ce n'était sûrement pas bivouaquer dans tout les quartiers du village caché des nuages. Malgré les nombreux coups qu'il avait encaissé il y a peu, surtout le doublet à l'estomac, il paraissait frais comme un gardon, comme si l'idée avait suffi à le revigorer. D'un mouvement sûr il balaya la chevelure qui obstruait sa vision, ramenant tout les brins en arrière et laissant ses yeux fixer le plus haut bâtiment des alentours.


La montre naturelle indiquait approximativement neuve heure quand le basané se pointa devant les portes, son éternel bagage sur le dos, le discours ne tardait sûrement pas à débuter. La place lui laissa une impression très différente de celle qui avait résulté de son entrée dans l'arène. Si la place était aussi vaste, si ce n'est plus, son large espace se voyait emplit de sièges, eux-mêmes déjà occupés par de nombreux villageois, à l'opposé total du vide résidant dans la pièce qui avait accueilli le tournoi. Cette foule dispersée de façon homogène se comportait aussi différemment. Quand le publique avait fait preuve d'un certain silence avant le lancement des hostilités, celle-ci laissait volontiers sa concentration se disperser au sein de diverses discussions, majoritairement d'ordre politique. Ce simple détail montrait l'état d'esprit général, ils n'étaient pas ici pour assister à un simple évènement ou une quelconque distraction, ils attendaient quelque chose d'important.

Ne souhaitant pas s'assoir, le Toshiya balaya les environs du regard à la recherche d'un coin à l'ombre pour se poser tranquillement. Pendant que ses yeux furetèrent il aperçu des silhouettes sur les toitures mais personne qui lui sembla familier, par contre il vit un trio assez reconnaissable au loin, Ichi, Ni et San. Leurs véritables noms demeuraient une énigme pour lui, d'un côté ça ne le regardait pas vraiment. La seule chose qui comptait à l'instant c'était les paroles du nouveau Raikage et surtout l'entretient qu'il y aurait après.

Celui-ci se présenta au peuple et ses soldats, les surplombant tous grâce à une estrade bien occupée. En effet, si l'on pouvait compter ses occupants sur les doigts d'une main, une très haute personnalité avait investi la plate-forme, le Daimyo en personne. L'homme le plus influent du pays de la Foudre n'était pas là par hasard, et l'absence de Gama Niji laissait présager une chose: aujourd'hui le jargon employé serait militaire, pas religieux.

* Prêts à se donner pleinement au pays, finalement il est peut être bien question de fanatisme. Enfin ceci me concerne guère, je ne peux pas en dire autant de la guerre. *

Le discours, ou tout du moins son introduction, n’insuffla pas d'étincelle particulière au sein de l'esprit de l'aspirant, ceci dit il confirmait quelque chose dont beaucoup se doutaient mais que seulement quelques uns avaient pleinement anticipé. Ces campagnes, sur lesquelles une auréole sainte flotterait probablement le moment venu, signifieraient beaucoup. Un conflit assez imposant pour porter le nom de guerre débouchait toujours sur d'innombrables morts, d'ailleurs il n'était pas nécessaire d'en connaître chaque chiffre, car quel qui fût c'était forcément trop. Le seul espoir, si l'on pouvait qualifier cela ainsi, qui restait au Toshiya résidait dans l'esprit de cet homme.

* Si son intelligence brille par des plans d'approches élaborés et astucieux, on devrait éviter les pires catastrophes. Par contre si celle-ci est trop terne, ne servant qu'à suivre adroitement les désirs des supérieurs, ou que son éclat rougeoie dans le sang résultant des massacres irréfléchis... *

Le jeune homme aurait pour unique réponse un départ sans conditions. Accepter de rejoindre les rangs d'une force armée ne s'était pas fait sans sacrifices présumés, néanmoins des limites existaient bel et bien, et s'il devait sentir d'un peu trop près l'une d'elle, il n'hésiterait pas une seconde.

Spoiler:
 




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    Jeu 8 Aoû - 12:55

En signe de nervosité Daiki réajusta sa cravate, il aurait aimé pouvoir prendre sa dose de nicotine, mais ce n’était pas possible à ce moment-là. La foule semblait satisfaite de sa première prise de parole, et il devait continuer à garder la même attitude.

« Ce village est un tout, et chacun d’entre vous aura un rôle à y jouer. J’ai commencé à vous parler de guerre. Je sais que c’est dur à entendre, mais c’est ainsi que va le monde, de la vanité des hommes nait la haine, et cette haine donne naissance aux plus âpres des conflits. Pour survivre à ces futurs conflits, qu’ils soient locaux ou mondiaux, nous devrons devenir meilleurs que nos ennemis, et c’est là que je souhaite aborder un autre point. Le savoir est une arme que beaucoup négligent, mais je ne commettrais pas cette erreur, nous devons progresser dans notre compréhension du chakra, et cela passera par son étude approfondie, son étude technique et scientifique. »

De nouveau une petite pause, il s’agissait d’un des points qui tenait le plus à cœur à Daiki, la compréhension du chakra était la clé qui permettrait de dépasser toutes les possibilités de l’être humain. Cependant il savait qu’en évoquant publiquement son avis il mécontenterait les foules de croyants, certes c’était un gros risque de les perdre, mais il ne pouvait pas se forcer à mentir sur ses intentions, et il espérait sincèrement qu’ils comprendraient.

« Je ne peux pas vous cacher mon absence totale de piété, que ce soit envers Shiun ou tout autre Dieu. Mais je puis vous assurer une chose, jamais je ne manquerai de respect envers ceux qui croient. Chacun a le droit de croire en ce qui le fait avancer, qu’il s’agisse d’une divinité ou d’une science quelconque. Le temple de Shiun sera entretenu, défendu, et je ne laisserai personne le souiller, il contient un savoir qui n’a pas de prix, et de notre sang nous nous devons de le défendre. »

Il avait calculé ce moment, il ne mentait pas, cependant il savait que les mots qu’il avait prononcés laissaient une grande place à l’interprétation, et il espérait ainsi satisfaire les pensées de chacun.

« Impur ! »

Le cri venait de la foule, visiblement les mots qu’il avait choisis n’avaient pas convaincu tout son auditoire, il ne fut pas étonné par cette interruption, mais il aurait préféré qu’elle soit moins violente. Son esprit détaché lui indiquait de ne pas tenir compte de la remarque, mais en tant que Kage il ne pouvait pas rester impassible.

« Je parlais de haine, parfois les hommes sont tellement aveuglés par leurs croyances qu’ils finissent par en oublier les enseignements qu’elles donnent. Je me moque pas mal de qui a prononcé ces mots, mais ce que je peux affirmer c’est qu’il n’a aucun savoir vivre. La croyance doit conduire à la paix, et à rien d’autre. »

Il croyait fortement en ces mots, même si sur l’instant il s’agissait davantage d’un moyen de décrédibiliser la remarque. S’il avait choisi l’armée, c’était pour protéger la paix, et pour faire honneur à sa mère. Alors quoi de mieux pour ces gens que de leur donner la même vision, protéger la paix, et faire honneur à ceux que l’on aime, qu’ils soient humains ou dieux. Cependant pour protéger la paix intérieure il faut parfois prendre les armes contre des ennemis extérieures et se débarrasser de leurs menaces pour toujours.

« Notre pays a besoin d’apprendre, nous ne pouvons pas rester aveugle, pour cela nous avons besoin de comprendre le monde qui nous entoure. Qu’il s’agisse d’apprentissage par le partage, ou par le vol. Je ne laisserai pas d’autres nations nous surpasser, je ne laisserai personne se moquer de notre village et je laisserai encore moins quelqu’un le dénigrer. J’étais un samouraï, j’ai appris à ne jamais plier, et j’espère que tous ici êtes prêt à donner tout votre cœur à faire de Kumo un village fier de son savoir-faire et de sa culture. »

Il acheva son discours sur ces mots, il parcouru la foule des yeux, il essayait de capter la réaction de tous ces gens qui allaient désormais devoir se reposer sur lui. Dans les premiers rangs il reconnut les traits de quelques ninjas dont il avait parcouru les fiches, il distingua Lei Lei Isatsu, la Juunin qu'i avait choisi de convoquer. Il se rappelait de son plan, il avait déjà choisi ses pions, et chacun d’entre eux seraient les fils du réseau qu’il comptait tisser au-dessus du village. Le Raikage tourna le dos à la foule, prêt à quitter les lieux, c’était court, clair et il n’y avait rien à ajouter. Lorsqu’il descendit de l’estrade en compagnie de Koge, le Daimyo l’interpela.

« Vous ne souhaitez pas assistez à mon propre discours ? »

Daiki se retourna, il s’adressa d’un air nonchalant au Daimyo.

« Pas vraiment, mais ce serait impoli de ne pas rester à l’écouter. Koge tu peux t’occuper de préparer le bureau pour les convocations ? »

« J’y vais »

Le Daimyo ne releva pas la remarque, il se contenta de sourire et de se placer face à la foule.
Daiki s’installa en arrière, il était désintéressé, mais il prêtait tout de même une oreille attentive au discours. Il s’agissait de banalités, et cela faisait également office de clôture de l’évènement. La foule était satisfaite, maintenant il fallait se mettre au travail.


« Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. »

MessageSujet: Re: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    Jeu 8 Aoû - 14:08

Expérience

Makise: 3 point pour le RP




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.

MessageSujet: Re: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    Jeu 8 Aoû - 14:50

Pas porté sur la religion, mais prêt à faire la guerre... Le programme était intéressant. Certes, les adorateurs de Shiun allaient sûrement détester ce nouveau Kage aussi peu porté sur le culte. Kokei, lui, était plutôt séduit. Il n'avait rien de plus à dire, en fait. Pas spécialement de craintes ou d'attente particulière. Enfin, surtout, rien qu'il n'avait envie de dire ici et maintenant.

Quelqu'un hurla quelque chose, dans la foule. Un fanatique, homme ou femme simple d'esprit. Un imbécile, en soi. Ryukin se demanda un moment si le Raikage n'allait pas en profiter pour faire une démonstration de sa force, ce qu'il ne fit pas. Un choix intelligent. Seul un faible a besoin de montrer sa force. Un Kage qui serait obligé de dire ou de prouver qu'il est le Kage n'en serait pas vraiment un. Dans le pire des cas, Daiki aurait pu tuer celui qui avait hurlé cela. Mais cela n'aurait été qu'une démonstration de lâcheté incroyable, à peine digne d'un criminel. Un homme qui utiliserait son pouvoir pour tuer un civil, juste pour montrer sa force, ne serait qu'un vil sodomite, un rebut de fond de tiroir, une bouse encore fraiche. Un rejeton de déjection, voilà ce que serait un Kage qui tuerait un citoyen de sa propre ville lors d'un discours !

Kokei reprit le fil de la discussion en cours de route, après s'être égaré dans ses pensées. Lorsque Daiki eut terminé, il se contenta de hocher la tête discrètement, en signe d'assentiment. Il ne voulait pas applaudir, peu désireux d'attirer l'attention sur lui.

C'était maintenant au tour d'un autre homme de prendre la parole. Fort heureusement, l'aspirant n'avait aucune obligation, rien qui l'obligeait à demeurer ici, sur les toits, pour écouter ce nouvel arrivant. Les discours étaient des choses longues et inutiles, bien qu'il devait admettre que celui du nouveau Kage s'était révélé succinct et efficace. Tout ce qu'il fallait pour plaire au Dragon.

Ryukin se redressa, s'étira rapidement, puis disparut. Il devait encore s'entrainer. Ses muscles brûlaient encore, à cause de l'entrainement de ce matin. Mais il devait continuer. Essayer de soulever dix kilos de plus... Et cela, avant de revenir pour l'entretien avec Daiki...


Assassin Sadique et Masochiste


"Le plaisir dans la douleur... La liberté dans la mort."
(Anciennement Kokei Ryukin)

MessageSujet: [Chapitre 0 - 1]Discours du Raikage - Teppouuo - 2   Jeu 5 Sep - 16:47

L'une des rumeurs sur Tenson Jinmu compromettait grandement l'intégration de l'araignée au sein de l'armée de Kumo. Fort heureusement, si l'on ne connaissait pas la véracité de ces dernières, le nouveau Raikage avait un avis tranché qui profitait à l'aspirant. L'ancien détenteur du titre, d'après les ouï-dires, désirait contraindre l'intégralité de la population au culte de Shiun, en fervent croyant qu'il était. Le Nidaime Raikage actuel, quant à lui, s'était bien fait comprendre. Chacun serait libre de nourrir une foi, ou non, envers la divinité reliée au grand temple. Par contre, si l’inquiétude à propos de l'imposition d'une religion s'était estompée, Daiki Detarame et lui-même ne partageaient pas la totalité de leurs positions.

* S'il pense véritablement que je, non, qu'un Toshiya donnerait quelque chose d'aussi précieux que sa propre vie pour protéger un simple édifice religieux... il se trompe allègrement. Ceci dit, il reste possible que ces mots ne soient là que pour la forme, mais il me parait bien trop sérieux sur le moment pour balancer un mensonge aussi honteux au peuple. *

[Paysan]- " Impur! "

Tant dis qu'il réagissait intérieurement aux paroles de son supérieur, une voix retentit au sein du publique. Le shinobi vermeil ne détourna pas son regard de l'estrade, cela n'était pas nécessaire. La personne qui s'était ainsi exprimée se trouvait dans son champ de vision, pas si loin de lui que ça. Il ne put s'empêcher de penser qu'il devait vraiment attirer les perturbateurs. À la vue de son style vestimentaire, pour ce qui en était distinguable, ce devait être un agriculteur comme ceux que le Toshiya avait croisé à son arrivée. Un villageois présent en ces lieux uniquement pour rester proche du temple, ou profiter des quelques avantages qu'une structure telle que le village caché des nuages pouvait apporter, pas un soldat venu combattre et encore moins guerroyer. Les probabilités qu'il soit un cas isolé frôlaient le zéro, pourtant nul autre protesta.

* Il a retourné la remarque à son avantage... si on était à Amagumo, je n'aurais pas douté un seul instant que cette pique et la contre-attaque qui a suivie étaient montées de toutes pièces. Dans un cas comme dans l'autre, c'est une approche assez intelligente, plus que de la simple censure, tout n'est peut être pas perdu. *

Il ne pensait pas réellement que cet homme avait tout manigancé, les expériences passées à la capitale avaient simplement laissé assez de souvenirs pour que les actions les plus banales fassent renaître un épisode tordu, empreint de malhonnêteté. Dans le fond cela n'aurait pas été problématique, le pays de la Foudre n'incarnait pas vraiment ce qu'on aurait pu appeler un modèle de vertu. Le ninja vêtu de rouge en était conscient et l'orateur aussi apparemment. Ce dernier laissa entendre qu'il serait prêt à user de n’importe quel moyen afin de maintenir la cité au meilleur niveau.

* Le vol, hein? Cela promet un avenir radieux... tiens, c'est déjà terminé? *

Note pour Makise:
 




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tour du Raikage - Extérieur - 0.1 - Discours du Raikage    

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» *Secteur ADJ47, extérieur de la muraille, haute sécurité*
» Direction pôle Nord (PV Shinzô)
» Description & Plan de table
» ARIANA ; Texane dans l'âme, New Yorkaise à l'extérieur...
» Théâtre Mogador

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Sequences archivées - 3e version-