Partagez | 
 

 [Présentation] - Toppah Aisu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Présentation] - Toppah Aisu   Mar 24 Déc - 0:12

Toppah Aisu







Salutations,

Je m'appelle Toppah Aisu, et je suis âgé de 16 ans aujourd'hui.

On m’a dit que mes racines sont le clan Aisu mais je n’en ai jamais vraiment eu la confirmation. Je n'ai que cette couleur de peau pâle pour me le rappeler. Je ne me souviens en rien de ma tendre enfance au sein du clan. Apparemment j'ai été confié à un homme car mes parents ne pouvaient s'occuper de moi. Mais était-ce par rejet ? Ou bien pour me protéger ? Ou alors ils ne voulaient pas de moi ?

L'homme en question m'a dit, un soir où l'alcool lui était monté à la tête, que mes parents voulaient que j'évite d'être assimilé à la haine que les gens entretiennent envers le clan Aisu. Cela m'étonne que des membres de la famille Aisu rejettent leur fils alors que normalement les enfants assurent la pérennité de la famille. Je n’ai jamais compris ce geste de dégoût envers ma personne. Qu’est-ce qui a poussé des gens qui mettent les enfants en position de biens les plus précieux à abandonner leur premier fils à un parfait inconnu ? Il y a forcement une autre raison que cette soi-disant bonne action. Enfin, j’ai déposé cette question au plus profond de mon âme et l’ai cadenassé à double tour. Revenons donc à mon histoire. J’ai donc été écarté de ma famille et confié à quelqu’un.

C'est ainsi que j'ai eu comme instructeur un homme forgé par la guerre et le combat. Il s'appelle Kin. Ancien soldat devenu unijambiste suite à une vilaine blessure. Il a aussi perdu un œil. Il l'a perdu un soir, dans une bagarre, à l'intérieur d'une taverne. Mais il vous raconterait cette histoire mieux que moi alors je ne vais pas m'étendre sur le sujet. Il vit sur l'île de Mage dans un petit village sur la côte depuis qu'il ne peut plus se battre. Il a accepté de me prendre sous son aile pour une modique somme. Alors depuis ce temps c'est mon tuteur, mon Senseï et mon père.

Il est grand, très grand. Et il n'a pas la peau pâle comme je peux l'avoir. Il ne fait pas partit du clan Aisu. Sinon il est vraiment costaux. Malgré ses blessures il est resté une force de la nature. Il avait pour habitude de dire que l'arme la plus puissante que pouvais posséder un homme était un corps robuste, implacable et fort. C'est le genre d'homme à qui l'on ne cherche pas des crosses ; sauf si l'on a une arme qui peut le tuer d'un coup, et à coup sûr. Il a de plus le regard froid et inquisiteur. Je ne sais pas s'il a fait passer des interrogatoires durant ses années de services, mais ils auraient été efficaces. Je ne pourrai pas vous décrire plus en précision cet homme que j'ai aimé et haï dans des proportions démesurées. Quoique, je pourrai tout de même vous décrire ses mains. Des mains de bûcherons comme disent les gens. Des mains gigantesques qui s'abattaient souvent sur ma minuscule tête. Des mains parcheminées mais qui avaient l'allure imposante des vétérans. Elles étaient calleuses et aussi dures que la roche à force d'avoir trop tenues les armes. Elles étaient expressives aussi, et me donnaient des ordres sans arrêt. Je me souviens de leur ballet incessant.

Il m'a inculqué une discipline de fer et sans faille. Je devais agir vite, et bien. Si c'était le cas, alors je continuais ma petite existence à ses côtés. Cependant, dans le cas contraire, les punitions tombaient comme la neige à Aisushiro. Cependant je ne lui en veux pas, il avait beau être dur, il m'a donné une raison de vivre. Il a forgé mon corps pour qu'il soit fort comme un ours, il a forgé mon âme pour qu'elle soit solide comme le roc et il a forgé mon esprit pour qu'il soit à l'abri des tourments des hommes. Il m'a appris à fuir les émotions telles que la joie, la peur, la colère ou la tristesse. Il m'a appris à enfermer les sentiments tels que l'amour, la jalousie ou bien la confiance. Il m'a appris à me servir de mon corps pour encaisser, courir, détruire ou alors tuer.

Je suivais tous ses enseignements à la lettre, enfin pas dès notre rencontre. En effet, durant mes jeunes années, j'ai pris une multitude de coups et reçu de nombreuses autres punitions. Cependant à présent et depuis quelques années, je suis le plus parfait des élèves.

Il y a de ça deux années, Kin m’a regardé de son air grave alors que nous passions à table. Comme à mon habitude je ne touchais pas mon bol avant qu’il ne m’y autorise. Je restais donc assis en face de lui, mes yeux plantés dans les siens. J’attendais patiemment qu’il me parle. Puis, au bout d’un moment qui, pour certains, aurait parut très long, il commença à articuler ses pensées. Il me dit que je n’avais plus rien à apprendre de lui et que ma vie ici n’avait plus aucun sens si ce n’était divertir un vieil handicapé. Son regard partit loin, très loin. Il partit sûrement vers les vieilles batailles de son temps. Il secoua la tête comme pour les chasser et repris son discours. Il me dit que je partais le lendemain pour Kiri, la ville naissante. Qu’il fallait que je pense à mon avenir. De plus il me raconta que c’est là-bas que je pourrais m’engager pour réunifier et défendre le pays de l’eau. Les hautes personnalités se regroupaient au cœur de ce port grandissant. Il m’ordonna alors de manger et de la fermer, que tout était décidé.

Je partis donc le lendemain pour Kiri avec une caisse de voyage sur mon dos. Je me souviens qu’il l’avait remplie de différents ouvrages cornés. Je m’étais fait la remarque, à cette époque, qu’il voulait alourdir le tout pour mon entraînement. Cependant, maintenant que je me les suis approprié, je le remercie. Ce sont des ouvrages sur le combat au corps à corps. Il y en a un, dont la reliure de cuir bruni parait plus neuf que les autres, qui porte sur le taijutsu. Il devait bien se douter de quelque chose, cet homme aux mille expériences. Les adieux furent rapides et sans émotions. Nous étions deux hommes au cœur lourdement cadenassé et inaccessible. Le voyage prit la journée, une journée à courir à allure régulière. Je n’avais pas de temps à perdre inutilement, et j’avais décidé de profiter de ce trajet pour continuer à sculpter mon corps. De plus, cela m’empêchait de trop penser. Ainsi, comme à mon habitude, je m’adonnais corps et âme à l’exercice physique. De plus, réfléchir aux ordres n’était pas une bonne chose pour un soldat, et c’est ce que j’allais bientôt devenir.

Une fois le pied posé sur le port, je ne pris pas la peine de m’arrêter une seule seconde et partis d’un pas rapide en direction d’un bâtiment où je pourrais m’engager. Mon admission ne fut pas compliquée, la guerre faisant rage, un homme de plus dans les rangs n’était pas refusé. J’étais affecté à la garde du port, et une place dans le dortoir m’avait été attribuée. Je saluais mon supérieur et partais m’installer dans mes quartiers. Je posais la lourde caisse que je portais sur le dos à côté de mon lit et partais courir afin d’éviter tout contact avec les autres. Je n’étais pas à l’aise avec le monde qui grouillait autours de moi, et il me fallait travailler mon corps. Encore et toujours.

Une fois à l’extérieur du village, je respirais profondément avant de piquer un sprint. J’avais concentré une étrange énergie dans mes pieds pour pouvoir effectuer des pointes de vitesse fulgurantes. Ce n’était pas la première fois que je ressentais cette force qui grondait en moi. Et au fur et à mesure que je la découvrais, j’avais pimenté les entraînements que me donnait Kin. Je tâtonnais et essayais de multiples choses plus ou moins risquées, à la manière du bébé qui met tout à la bouche. Je maîtrisais maintenant un peu mieux ce phénomène. J’arrivais à augmenter ma vitesse, à augmenter la force de mes poings et à encaisser plus. C’était pour le moment dans des proportions infimes, mais cette arme que j’avais à ma disposition devait être affûtée.

Mais ce n’est pas de ça dont je veux vous parler. Non c’est de la personne que j’ai croisé ce jour là : Hatane, la fille aux longs cheveux bruns. Lorsque je la vis j’étais en plein sprint, mais mes jambes se stoppèrent lorsque nos regards se sont croisés. J'avais été comme paralysé. Je m’écrasais alors lourdement au sol. Ma tête heurta une roche et un filet de sang apparut. Assis par terre, je regardais la jeune femme approcher de moi. Elle sortit quelques tissus pour m’éponger le front tout en me demandant si ça allait. Je ne savais quoi répondre. Un mutisme puissant s’était emparé de moi. Une fois qu’elle eu épongé mon front et finit de me poser mille et une questions, elle s’assit en face de moi dans la poussière de ma chute. Elle inclina la tête du côté gauche et me jaugea tel un animal curieux. Elle se mit alors à parler. Elle dit que je courrais vite, et exposa mille et une suggestions qui pouvaient justifier cela. Elle parla ensuite de sa vie et de sa famille. Elle dit qu’elle n’en pouvait plus et qu’elle allait bientôt exploser. Puis d’un coup elle se tût. Elle inclina à nouveau la tête du même côté et affirma que je n’étais pas très bavard, mais plutôt mignon. Elle me remercia de l’avoir écoutée, et déposa sur ma joue un baiser avant de repartir vers le village. J’étais immobile tel un ahuri.

Je l'avais observé sans même cligner des yeux. J'avais imprégné ma rétine de son visage. Son nez légèrement  retroussé gesticulait en harmonie avec ses moues expressives. Ses yeux doux et en amande étaient d'un vert profond et reflétaient mille et une émotions. Sa bouche pulpeuse se mouvait au rythme des mots qu'elle prononçait de sa voix de velours. Ses oreilles, camouflés par ses longs cheveux bruns, se démenaient pour pouvoir respirer à l'air libre. Son cou fin supportait son visage magnifique. Et de ses mains menues elle accompagnait ses paroles par mille et un geste.

Je suis bien resté une demi-heure assis dans la poussière après qu 'elle soit partie. Je n’ai pas fini mes entraînements ce soir-là. Je suis rentré directement dans mes quartiers et je me suis couché, l’image de la belle jeune femme hantant mon esprit. Je me suis tout de même repris le jour suivant, et j’ai doublé mon entraînement. Je ne devais pas me laisser déconcentrer.

Mes débuts dans la garde ont été largement facilités par la rigueur que Kin m’avait imposée. Obéissant à chaque ordre scrupuleusement, je ne pose aucune question. La hiérarchie est la hiérarchie, je ne remets pas en cause ce qui a été réfléchi par les têtes pensantes. Je suis le bras armé qui effectue l'action désirée, et rien d'autre. Je suis comme un pion sur le goban. Je vais là où l'on veut que je sois, et j'affronte ceux que l'on place sur ma route. Il ne sert à rien de se poser mille et une questions, ce n'est pas mon rôle. Je ne ressens d’ailleurs aucune forme de compassion, d'empathie ou quoi que ce soit du même registre lorsque je suis en poste. Je suis une arme sans remords.

J'ai rapidement plu à mes supérieurs, et les compétences que je développais les intéressaient. Je fus alors promus un an et demi après mon arrivée.

Je suis devenu messager. Je vais vite, et les adversaires tels que les brigands que je rencontre ne restent pas bien longtemps sur ma route. Je reste, de jour et de nuit, à disposition de chacun des gradés pour agir efficacement et rapidement. J'effectue les missions avec précision ; pas de bavure, pas de retard. Réglé comme une horloge, je supprime mes ennemis rapidement. Rien ne peut me détourner de mon objectif, l'ordre que je reçois est la seule vérité. On m'a souvent critiqué là-dessus. Rassurez-vous, pas mes supérieurs, non, plutôt les hommes et les femmes qui ont partagés un bout de mon chemin. Je ne suis pas à l'aise avec les autres. Ils portent sur leurs épaules ce fardeau que sont les sentiments. Je ne ressens aucune animosité envers eux, je ne suis juste pas fait pour ressentir ce genre de choses. Avez-vous déjà vu un katana pleurer ? Les armes se contentent d'être des outils à dispositions de celui qui s'en sert. Je ne me pose pas les éternelles questions du bien et du mal, du bon et du mauvais. Je ne peux pas répondre. Et de toute façon, je ne suis pas la pour juger, je suis là pour obéir.

Je suis fier de servir mon village. Pour rien au monde je ne l'abandonnerais. Je suis son protecteur.

Oh, et si vous vous demandez pourquoi j’ai écrit tout cela, j’avoue que je ne peux pas vous répondre. Hatane m’a offert ce cahier relié de cuir rouge aujourd’hui. Elle a pensé à mon anniversaire. Nous ne nous voyons pas si souvent pourtant. Mais à chaque fois elle me parle, et je me tais en l'observant. Et j'avoue me plaire à attendre son baiser au creux de ma joue avant son départ. Elle m’a offert ce livre vierge pour que je le remplisse des paroles que je ne prononce pas. Je ne sais pas si c’est bien, mais je le fais car je suis sur cette terre pour obéir, et pour elle, c’est avec plaisir.



Dernière édition par Toppah le Mer 25 Déc - 18:09, édité 2 fois

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mar 24 Déc - 1:20

Puisque nous avons déjà eu l'occasion de discuter un peu auparavant, je vais entrer dans le vif du sujet.

Avant d'aller plus loin, je voudrai savoir à combien d'années remonte l'abandon?




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mar 24 Déc - 1:27

Hum je n'ai pas d'âge précis en tête, juste une vague idée. Je dirais dans la tendre jeunesse tel que 3-5 ans. Le temps de laisser la déconfiture marquer le visage des parents  Wink 

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mar 24 Déc - 1:32

Dans ce cas on un problème.
Tu cites comme raison de l'abandon l'incapacité de ton personnage à utiliser le chakra, or à l'époque de ses 5ans (ce qui remonterait à plus de dix ans du coup) personne en ce monde manipulait le chakra. Son existence même était inconnue.

Je te laisse remédier à ce petit soucis.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mar 24 Déc - 1:40

Hum effectivement je n'avais pas songé à ça  Rolling Eyes 

Je corrige ça dès demain ! Il est l'heure d'aller se coucher, je bosse demain.

Bonne soirée

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mar 24 Déc - 1:42

Merci, toi de même, et bon courage pour la suite.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mar 24 Déc - 11:30

Salut Teppouuo.

Comment vas-tu ?

En fait je regardais mon Rp et ça colle pas. Comment être un mouton noir dans un clan où finalement ces fameux pouvoirs héréditaires ne se développent pas forcement (saute des générations, etc) ?...  sweatdrop 
J'ai fait un bel anachronisme ! Hum que je suis content  Confused 

Donc je vais trouver autre chose, sans changer foncièrement l'histoire. J'ai pas envie de tomber dans le classique de "j'ai perdu mes parents, je suis pas content". Je l'ai fait trop de fois  sweatdrop 

Enfin bref j'ai du boulot !

Bonne journée.
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mar 24 Déc - 14:36

Bonjour Toppah,

effectivement tu peux faire beaucoup plus simple. Rare sont les joueurs qui démarrent avec un personnage standard avec une famille, une vie équilibrée ou simplement un personnage qui a suivi l'évolution de son clan. Et pourtant c'est beaucoup plus simple à jouer. Nous vous proposons une histoire de base, rien ne vous empêche de coller dessus entièrement puis de faire évoluer votre personnage quand vous aurez commencé à jouer.

En d'autres termes, votre personnage n'a pas besoin d'avoir tout vécu ou tout subi dans sa vie avant même de commencer à jouer, vous pouvez garder cela pour plus tard, dans votre jeu.

J'espère que ça t'aidera à te simplifier la vie pour ta présentation.

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mer 25 Déc - 17:00

Salutations à vous deux.

Alors j'ai modifié le début de mon histoire pour coller au background du clan et de l'apparition du chakra.

J'espère aussi que ma présentation vous plaira  Razz 

Merci pour votre aide ! Et si il y a encore quelque chose à modifier dites le moi !

Bonne journée

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mer 25 Déc - 18:17

Après vérification, tout est en ordre, tu es donc validé en tant que Aspirant à Kiri et ta présentation t'octroie 21 points d'expérience. Il ne te reste plus qu'à attendre ta couleur pour pouvoir poster ta fiche.

Amuse-toi bien.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Mer 25 Déc - 20:42

Merci pour le temps que tu m'as accordé Teppouuo. Vraiment sympa.

Pressé d'avoir cette fameuse couleur  Very Happy 

MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   Jeu 26 Déc - 16:14

Pas de quoi, je suis en partie là pour ça.
Maintenant que tu as ta couleur je vais déplacer ta présentation.

Tu peux modifier toi-même ton pseudo via le profil, si tu as des questions sur les statistiques ou les techniques je te conseille de voir ça avec les autres membres de Kiri, pour le reste tu sais où me trouver.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Présentation] - Toppah Aisu   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Informations :: Présentations :: Abandons-