Partagez | 
 

 Quartier résidentiel - La Main dans le sac - Mission rang D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Quartier résidentiel - La Main dans le sac - Mission rang D   Mar 11 Fév - 21:44

Le soleil se levait à peine lorsque Kokei émergea de son sommeil. Il se leva avec grâce, s’étira comme un chat, ses muscles roulant sous sa peau bronzée. Il jeta un bref coup d’œil par la fenêtre : la journée promettait d’être belle, sans trop de nuages. Encore nu, il se dirigea vers sa cuisine, et se servit un verre de lait, auquel il rajouta un peu de miel. Il attrapa une pomme, et croqua dedans tout en se dirigeant lentement vers sa salle de bain. Là, il effectua rapidement ses ablutions matinales, brossa rapidement ses cheveux blancs examina rapidement ses hématomes, résultats d’une séance d’entraînement plutôt épuisante.

Le Dragon d’Or s’habilla rapidement : il enfila des sous-vêtements, un justaucorps noir, ajusta une sangle de cuir autour de son torse, afin de pouvoir y fixer son sac. Il attacha également une ceinture autour de sa taille, enfila une paire de chaussures souples, et, une fois prêt, glissa son bento et un petit livre consacré au Taijutsu dans sa sacoche, dans lequel était glissé une petite enveloppe contenant ses ordres. Il était invité à se rendre à la tour du Raikage pour prendre connaissance de sa première mission.  Le Genin quitta son appartement, s’assura que la porte était bien fermée, et, aussi vif qu’un félin, commença à se diriger vers sa destination, dans l’air frais du matin.

Lorsqu’il parvint devant le bâtiment, Kokei salua rapidement le garde en faction devant la porte : il y avait encore peu d’agitation, le personnel administratif n’ayant pas encore commencé son service. Seuls quelques Shinobis étaient éveillés, et parcouraient les couloirs de la tour du Raikage pour aller rendre leur rapport. Contrairement à sa dernière visite, Le jeune ninja ne venait pas rencontre le chef de Kumo, et ne grimpa donc pas les escaliers pour se rendre jusqu’au sommet de la tour : au contraire, il resta au rez-de-chaussée, et pénétra dans l’un des bureaux servant à assigner les missions.
Face au jeune homme se tenaient un homme et une vieille femme. Ils avaient à côté d’eux une quantité impressionnante de papiers et rouleaux de parchemins. Ils saluèrent rapidement le nouvel arrivant, terminèrent de noter quelque chose sur des documents, avant que, enfin, la vieille femme prenne la parole.

« Kokei Ryukin… Nous vous avons choisi pour une mission assez simple, mais nécessitant beaucoup de doigté… »


Le Dragon d’or demeura immobile, les bras croisés. Il était silencieux, et attendait ses ordres, sans le moindre signe de nervosité ou d’insolence. Intérieurement, il était relativement excité par la possibilité qui s’offrait à lui : il souhaitait mettre en œuvre les talents qu’il avait développés lors de ses entraînements.

« Un groupe de voleur opère à Kumo, principalement sur les marchés et dans les rues passantes. Ils volent des objets de valeur moyenne, souvent dans les poches même de leur victime, sans violence et avec une grande discrétion. »


La vieille femme marqua une pause, et toussa dans sa main. Si le temps semblait avoir usé son corps, il brillait derrière ses lunettes une lueur d’intelligence vive. Il observa le jeune shinobi de haut en bas, et Kokei eut l’impression qu’elle était en train de l’analyser, de le disséquer mentalement. L’examen ne dura quelques instants, le temps qu’elle s’essuie la bouche avec un mouchoir, mais le Genin savait qu’il ne devait pas sous-estimer cette personne. L’homme à ses côtés, par contre, gardait le nez plongé dans sa paperasse.

« Nous les avons identifié. Ils sont une dizaine, et ont entre 16 et 20 ans. Nous allions procéder à leur arrestation, mais un Shinobi a identifié leur meneur… Il s’agit d’un jeune homme issu d’une bonne famille, dont le père occupe une position influente. »


Elle marqua une nouvelle pause, toussa dans son mouchoir, et reprit.

« Nous ne pouvons pas l’arrêter sans preuves solides. Cela serait… plus gênant qu’autre chose. Nous aimerions le prendre la main dans le sac. Mais, à chaque fois, il s’est chargé de faire disparaitre les preuves… C’est pourquoi nous avons besoin de vous. »


Elle fut prise d’une nouvelle quinte de toux, plus violente, cette fois. L’homme à ses côtés reprit donc la parole.

« Vous opérerez seul, et de la façon qu’il vous plaira. Sans violence, toutefois. Vous devez nous fournir une preuve que même le père de notre voleur ne pourra pas nier… »

Il tendit à Kokei quelques feuilles de papier.

« Vous trouverez les autres détails sur ces quelques pages. Je vous laisse en prendre connaissance… Vous pouvez y aller.»

Le Dragon d’Or salua l’homme et la femme d’un hochement de tête, attrapa son ordre de mission et sortit du bureau. Au moins, il avait de la lecture pour son déjeuner… La mission ne lui semblait pas passionnante, mais, au moins, cela l’occuperait… Pour quelques temps, au moins…


Assassin Sadique et Masochiste


"Le plaisir dans la douleur... La liberté dans la mort."
(Anciennement Kokei Ryukin)


Dernière édition par Kokei Ryukin le Ven 14 Fév - 10:58, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Quartier résidentiel - La Main dans le sac - Mission rang D   Mar 11 Fév - 21:45

Partie 1 : Observation et premières actions

Kokei achevait sa lecture en mâchant une dernière boulette de riz. Il avait passé la matinée à lire les rapports des Shinobis qui étaient chargées de surveiller et protéger les rues commerçantes et le marché. Les pickpockets agissaient avec talent, et même le regard entraîné des vigiles ne permettait pas de savoir exactement comment ils agissaient. Certains, peut-être moins doués, bousculaient leur cible, et s’excusaient bruyamment, faisant mine d’épousseter leurs vêtements pour subtiliser les objets de valeur de leurs victimes.

Mais leur leader, un jeune homme brun dont le visage était dessiné avec précision, semblait être bien plus talentueux. Les shinobis n’avaient même pas réussi à savoir comment il parvenait à voler ses victimes. Il passait à côté de sa cible, sans la toucher vraiment, et, après quelques instants ou quelques minutes, cette dernière se rendait compte du vol. A cause de la foule, les Shinobis n’avaient même pas réussi à savoir ce qu’il faisait des biens volés, et, lorsqu’il était « contrôlé au hasard », il souriait avec arrogance tout en se laissant fouiller : nulles traces de ses méfaits, nulles preuves ni indices.

Quant à son paternel, il s’agissait en fait d’un marchand assez riche, qui avait tissé des liens étroits avec l’administration du Raikage et le Temple de Shiun : il s’agissait d’un homme honorable, qui ne trempait pas dans des activités illicites, mais il tenait son fils unique en adoration, et il aurait été malvenu et inapproprié de porter la moindre accusation sans preuves sérieuses. Une situation compliquée, donc, qui nécessitait du doigté.

Le Dragon d’Or passa donc quelques jours à observer la bande de voleurs. Nonchalamment assis sur les toits, à la terrasse d’un thé ou bien en tant que simple badaud dans la foule, il commença à identifier les voleurs, à observer leurs habitudes. Ils n’agissaient que lorsque la foule était la plus dense, et il était alors très difficile de garder un contact visuel. Le leader du groupe évoluait avec grâce et simplicité, sans se faire bousculer. Il souriait sans modestie, semblant prendre un plaisir fou. Régulièrement, on entendait quelqu’un hurler « Ma bague ! », « Ma bourse ! », mais les pickpockets étaient déjà loin, et leur butin avait déjà disparu.

Kokei remarqua plusieurs choses, lors de son observation : les voleurs agissaient à tour de rôle, et a priori une seule fois chacun. Ils disparaissaient ensuite quelques instants, et revenaient pour recommencer. Leur butin, par contre, semblait se volatiliser quelques secondes seulement après leur larcin effectué. Les quelques vigiles intervenaient toujours trop tard. Pourtant, ils ne le jetaient pas par terre, car ils risqueraient de le perdre dans la foule, et le Genin ne put repérer aucune utilisation de Chakra. Ils avaient donc une autre technique. Enfin, ils ne volaient rien de trop lourd ou de trop gros : Le Dragon avait repéré quelques riches commerçants qui portaient de gros bijoux, mais lorsqu’ils se faisaient attaquer, c’était souvent une de leur plus petite bague qui disparaissait, et ce même si sa valeur était moindre. Ils étaient pourtant assez talentueux pour leur dérober des objets plus volumineux et de plus grande valeur...

C’est en lisant ses notes le soir même, après son entraînement, que le Dragon décida de ce qu’il allait faire. Malgré leur arrogance, les voleurs ne prenaient pas de risque, et ne faisaient pas preuve d’ambition. Il allait donc devoir entrer dans leur jeu, et les pousser à la faute. Il lui sembla évident que le groupe n’accepterait pas de nouveaux membres : ils étaient sûrement unis par un lien de confiance, comme une famille, et n’accepteraient pas qu’un étranger les approche. Par contre, ils risquaient de mal réagir si un concurrent venait mettre en péril leur organisation. S’il se faisait passer pour un autre voleur, et qu’éventuellement il les provoquait un peu, il allait pouvoir les pousser à la faute… du moins, c’est ce qu’il espérait.

Le lendemain, Kokei était sur la place du marché. Il n’avait rien pris de valeur, avait déposé ses clés et tout ce qui pouvait l’identifier comme étant un Shinobi à la tour du Raikage. Il en avait profité pour laisser une note expliquant brièvement son plan, au cas où cela tournait mal. Le Dragon d’Or marchait donc dans la foule, et repéra rapidement quelques membres du groupe. Il remarqua alors que leurs vêtements étaient assez amples, notamment au niveau des jambes. Cela ne le surprenait pas, car cela permettait de mieux dissimuler leur butin, et il avait lui-même opté pour une chemise de lin assez large, mais, sans savoir pourquoi, son instinct lui fit comprendre que ce détail avait une importance.
C’est à ce moment que son épaule gauche vint heurter celle du leader des pickpockets. Leur regard se croisa un bref instant, tandis que les mains du Genin venaient fouiller adroitement les poches du jeune homme. Il sentit un petit bijou sous ses doigts, et s’en empara. Le tout n’avait duré qu’une seconde, une seule petite seconde, mais c’était suffisant. Kokei avait remarqué lors de son observation que l’homme brun retirait une bague de sa main droite, et la glissait dans sa poche. Il s’agissait de la même bague que celle que portait son père, et le sceau de leur famille était gravé dessus. Une babiole sans valeur, mais qu’il préférait sûrement cacher à ses camarades voleurs.
Le Genin alla alors s’adosser contre un mur. Il avait marché quelques mètres, la bague bien au chaud dans son poing fermé. Un voleur ne s’attend pas à être lui-même volé, donc il faudrait sûrement quelques instants au chef de la bande pour s’apercevoir du larcin, et à peine plus pour faire le lien avec leur petite bousculade…

Il ne restait plus qu’à voir comment ils allaient réagir…


Assassin Sadique et Masochiste


"Le plaisir dans la douleur... La liberté dans la mort."
(Anciennement Kokei Ryukin)

MessageSujet: Re: Quartier résidentiel - La Main dans le sac - Mission rang D   Sam 15 Fév - 2:23

Checkpoint time!

Le chef ne remarqua pas la disparition de l'anneau et continua son activité comme à son habitude, dans un premier temps tout du moins. Lorsqu'il fut de retour, après s'être débarrassé du fruit de son labeur, quelque chose semblait avoir changé. Ce serait-il rendu compte du larcin en vidant ses propres poches?
Discrètement, il scruta les environs et entreprit soudainement une course, comme affolé, en destination d'un garde. Son but était simple: annoncer qu'on lui avait dérobé un objet. Une fois qu'il eut décrit Kokei et que l'homme de la sécurité l'eut quitté, un léger sourire se dessina sur son visage.

Apparemment il devait vraiment tenir à ce que ses origines restassent secrètes aux yeux du groupe.

Étant incognito, une altercation avec les forces de l'ordre pourrait être problématique dans l'immédiat, la distance te séparant du garde est suffisante pour que tu puisse t’éclipser. Vas-tu battre en retraite ou faire face au garde? À toi de décider.




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.

MessageSujet: Re: Quartier résidentiel - La Main dans le sac - Mission rang D   Dim 16 Fév - 17:20

Kokei avait suivi la scène avec attention. Le leader des voleurs avait choisi de le dénoncer auprès d'un garde... Ce qui n'était pas forcément surprenant, après réflexion : il voulait garder l'anonymat, et ne pouvait pas se permettre de trop attirer l'attention sur lui. Et comme il ne pouvait pas savoir qui était réellement son adversaire...

Lorsque le regard des deux hommes se rencontra, il y eut un bref moment de flottement. Le garde fendait la foule en se dirigeant vers Ryukin, sans savoir qu'il ne pourrait jamais l'attraper. Le leader ne put retenir un léger sourire d'apparaître sur son visage, et cela en fit naître un sur les lèvres du Genon également. Le voleur pensait pouvoir vaincre ? Il se trompait sérieusement.

Le jeune ninja se redressa, et, la bague toujours dissimulé dans sa poche, commença à s'éloigner de la rue. Il vit le garde commencer à courir, mais, dès qu'il fut hors de vue, il grimpa prestement sur un toit, et s'éloigna en quelques bonds. Ce faisant, il réfléchissait à sa prochaine action. Les voleurs étaient prudent : il n'avait toujours pas réussi à savoir comment ils faisaient disparaitre leur butin...

Kokei repassa à la tour du Raikage récupérer ses affaires. Puis, il reprit la route de son appartement, se changea, et sortit s'entraîner. Il augmenta le poids sur ses haltères, et, après avoir travailler sa puissance et sa force, il enchaina avec des exercices pour son améliorer son équilibre et sa souplesse. Chaque jour, il améliorait sa coordination, ses réflexes. Il devenait de plus en plus fort, de plus en plus précis. Et il profitait de ces moments pour réfléchir un peu.

Le soir même, le Genin rédigea un petit mot, à destination des voleurs. "Hors de mon territoire". Il n'y avait pas besoin d'en mettre plus : ils étaient installés depuis trop longtemps pour simplement abandonner cet espace. Changer de lieu les forcerait à revoir tout leur fonctionnement. Ils ne pouvaient pas se le permettre.

Les jours qui suivirent furent calme. Les voleurs observaient les lieux, à la recherche de l'homme aux cheveux blancs qui s'en était pris à leur chef. Kokei, du haut d'un toit, les regardait discrètement. Ils longeaient les murs, se faisaient discret, mais ne parvenaient pas à repérer le Genin, qui s'amusait de la situation.

Après deux-trois jours de calme, la bande recommença son manège, et se remit à voler. Kokei leur laissa une demi-journée de tranquillité, avant d'agir. Il descendit alors dans la rue, se rapprocha du leader, et glissa le morceau de parchemin avec la note dans sa poche, avant de re-disparaitre. Mais, alors qu'il s'éloignait, il sentit quelque chose lui filer entre les jambes, et il manqua de trébucher. Il vit quelque chose s'enfuir, et ne dut qu'à son sang froid de ne pas éclater de rire. Il venait de comprendre la façon dont les voleurs agissaient...




Assassin Sadique et Masochiste


"Le plaisir dans la douleur... La liberté dans la mort."
(Anciennement Kokei Ryukin)

MessageSujet: Re: Quartier résidentiel - La Main dans le sac - Mission rang D   Lun 17 Fév - 13:29

Il devait maintenant terminer le travail. Il savait comment les voleurs agissaient. Pour la première fois, ils allaient pouvoir être appréhendés, et sans avoir le temps de se débarrasser de leur butin. Mais Kokei voulait aller plus loin : le leader de la bande, celui qu’il pourchassait, risquait d’être protégé par son statut social… Son père allait certainement prendre sa défense : il était donc nécessaire que ce dernier  ne puisse réfuter que son fils était un voleur.

Le père du voleur ne venait pas souvent sur le marché, et la bande n’opérait pas ces jours-là. Pourtant, Kokei remarqua qu’ils passaient plus de temps à surveiller la zone. Ils voulaient protéger leur territoire et étaient présent presque tous les jours. L’idéal était donc de faire venir le père au bon moment, et de faire capturer son fils sous ses yeux.

Le Genin expliqua son plan à ceux qui lui avaient confié la mission, et ils acceptèrent sans soucis. Ils n’avaient presque rien à faire, après tout. Le tout allait devoir se dérouler dans 3 jours. Kokei passa ce temps à observer les voleurs, à se faire apercevoir par l’un d’entre eux. Il voulait attirer leur attention mais sans leur donner l’occasion de l’attaquer. Il était une menace pour eux, et il savait qu’il était devenu le centre de leurs attentions. Ils essayèrent de le faire prendre par les gardes : l’un des voleurs glissa un bijoux dans sa poche, et appela à l’aide, mais le Genin était trop rapide pour être attrapé.

Le jour J, tout était prêt. Quelques shinobis, postés sur les toits, étaient prêt à agir. Le père du jeune homme avait été requis pour « un échange commercial de haute importance » et avait été discrètement amené dans un des salons de thé, assez tôt dans la matinée. La bande était donc arrivée sans se méfier, et avait commencé ses vols. Kokei, du haut d’un toit, observait son plan se dérouler sans accroc.

Les voleurs commencèrent à voler à tour de rôle, comme à leur habitude. Mais ce n’était pas eux que le Genin voulait attraper. Il gardait son attention braquer sur leur leader et son air suffisant. Lorsque vint le tour de ce dernier, le Dragon sentit son pouls s’accélérer. Le garçon aux cheveux bruns sembla hésiter, l’espace d’un instant. Un air paniqué naquit sur ses traits : il regardait autour de lui comme un animal pris au piège. Puis, forcé de reconnaitre qu’il n’y avait pas de raison de se méfier, il passa à l’acte.

Plusieurs fausses cibles avaient été dissimulées dans la foule. Des ninjas et membres du personnel, déguisés en marchands et bourgeois, avançaient gaiement d’échoppes en échoppes. Ils n’étaient que quelques-uns, mais étaient une cible trop juteuse et suffisamment crédible pour être choisi d’office par la bande.

Le garçon brun fendit la foule, se rapprocha d’un homme vêtu richement, et Kokei vit sa main rapidement faire un aller-retour entre leurs poches. Le mouvement était précis et rapide, très difficile à remarquer, même pour un Shinobi. C’était un voleur de talent, qui ferait mieux d’utiliser ses talents dans l’armée de Kumo plutôt que dans une rue. Mais cela n’était pas de son ressort, et il devait couper court à ses extrapolations : c’était le moment d’agir.
Le Dragon fit un rapide signe aux autres ninjas. L’un d’entre eux partir dans la maison de thé, prévenir les personnes qui occupaient le père du voleur. Kokei, lui, se glissa dans une rue étroite, et s’occupa de sa partie du travail…

Le tout ne dura quelques instants. La fausse victime hurla au vol, pointant du doigt le leader de la bande de voleurs : ses compagnons disparurent dans la seconde, mais certains furent interceptés par des gardes en faction. Le jeune homme brun souriait, sûr de lui. Il observait la scène sans crainte, sans même faire mine de fuir. Il se décomposa un peu en voyant son père sortir de la maison de thé, non loin, et s’approcher de la scène, l’air furieux, mais il reprit rapidement son calme.


« Qu’est-ce qu’il se passe ici ? Pourquoi avez-vous arrêté mon fils ? »

« Nous le soupçonnons d’avoir volé plusieurs personnes dans cette rue, et ce depuis plusieurs jours… »

« C’est insensé ! »

« Laissez, père. Ils ne font que leur travail… »


Un des shinobis s’approcha du voleur, et, respectueusement, lui demanda de vider ses poches, tandis que le père de l’accusé continuer de scander son innocence. Le chef des voleurs glissa une main dans sa poche, et son sourire arrogant se transforma en grimace pleine de surprise.

« Eh bien ! Vides tes poches, mon garçon ! Montres leur que tu es innocent ! »

« Il ne le peut pas… »


Kokei venait d’arriver sur place. Dans sa main droite, il tenait fermement deux furets, qui se débattaient furieusement. C’était ainsi qu’ils faisaient disparaitre leur butin : leurs vêtements amples leur permettait de dissimuler le fruit du vol quelques instants, le temps que les furets se faufilent dans la foule et viennent récupérer les bijoux/portefeuilles… C’était pour cela que la bande choisissait des objets suffisamment légers. C’était pour cela que personne n’avait rien remarqué non plus : les furets étaient trop petits et trop discrets pour qu’on les remarque. Si lui-même n’avait pas trébuché dessus, il n'aurait peut-être jamais compris comment ils opéraient…

« Vous trouverez un autre voleur dans la ruelle derrière nous. Il est ligoté. »

Trois Shinobis partirent en direction de la ruelle. Le Dragon, lui, toisa du regard le jeune homme brun, qui se faisait passer un savon par son père. On retrouva sur lui quelques bijoux, qu’il avait volé à sa victime. Le Genin, lui, glissa discrètement la bague familiale dans la poche du père du voleur.
Les furets s’avèrerent être ceux de la famille du jeune homme : destinés à la chasse, ils étaient habitués à ramenés leur proie en échange d’un morceau de viande, plutôt que de les dévorer sur place. Le leader n’avait eu qu’à les entrainer à ramener d’autres objets : quelques boulettes de viande et l’intelligence de ces petits animaux avaient fait le reste…

C’était donc une mission couronné de succès. Kokei acheva son rapport le soir même, et vint au bureau des missions récupérer sa récompense le lendemain…


Assassin Sadique et Masochiste


"Le plaisir dans la douleur... La liberté dans la mort."
(Anciennement Kokei Ryukin)

MessageSujet: Re: Quartier résidentiel - La Main dans le sac - Mission rang D   Mer 19 Fév - 4:22

Expérience:

Kokei Ryukin: 21 points pour le RP

Message(s) concerné(s):
Kokei Ryukin:
 

Mission:

Kokei Ryukin: rang D, 25£ x 1,5 = 37,5£




Évitez au possible de faire parler mon personnage dans vos RP (outre les citations), si vous en avez le besoin maladif contactez moi par MP afin que l'on puisse s'arranger.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quartier résidentiel - La Main dans le sac - Mission rang D   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi il ne faut pas mettre la main dans un engrenage?
» Le sourire dans la tristesse [Mission rang D avec Mirajane & Juvia]
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Se promène par la main (pv Gael)
» CANICHES d'élevage Tous âges URGENT à placer - VAR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Sequences archivées - 3e version-