Partagez | 
 

 Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   Ven 25 Juil - 14:58

Nom : Uchiha
Prénom : Kuroko
Age : 12 ans
Grade souhaité : Aspirant
KG (kekkai Genkai) souhaité : Uchiha

Un petit mot avant tout. J'ai quitté Ryôma un peu précipitamment, mes études étant en péril. Je n'arrivais plus à tenir le rythme que m'imposait, à l’époque, le rôle de Daimyo. Maintenant, de retour sur les rails, j'ai retrouvé le plaisir d'écrire, et quel meilleurs endroit que Ryoma pour cela? Ceci étant dit, je compte écrire bien moins qu'avant, et réduire mon activité. J'aime Ryoma, mais si je dois m'arrêter d'écrire quelques semaines/mois pour me donner à 200% dans mes études, je le ferais sans hésitations. J'ai loupé mes examens une fois, et j'ai quitté Ryoma dans la foulée. Je tiens à éviter de refaire la même connerie...

Ah, et j'ai gardé le pseudo de Kuroko, mais réécrit son BG pour mieux le situer dans le contexte actuel. Par contre, c'est probablement pas une grande œuvre (j'ai pas écris depuis plus d'un an). Par contre, faudra penser à m'enlever ce bandeau Chuunin (il va me manquer T_T).


J'ai toujours pensé que chaque histoire commençait de la même manière : par une rencontre. L'histoire des Uchiha a commencé par Yumi et Naneke, celle de Konoha par la rencontre de Toshiro et Makoto, et la mienne a commencé avec Chidori Uchiha et Sôsuke Hokufû.

Chidori était une enfant curieuse. Née dans le clan pendant la grande période du Bushido, elle a grandit au fil des déplacements de la troupe à travers le Pays du Feu. Probablement que pour un enfant, cette vie décousue était difficile. Ses seuls amis étaient les autres enfants du clan, ses seuls loisirs étaient les arts des saltimbanques. Chaque pause de plus de trois jours à un endroit sonnait comme une libération. L'occasion de rencontrer d'autres personnes, d'autres cultures, c'était ce pour quoi elle vivait. Oui, Chidori était définitivement en soif de découverte. La vie du clan ne lui suffisait pas, il lui fallait saisir chaque occasion de découvrir l'inconnu.

C'est probablement ce désir viscéral qui la poussait sans cesse a refuser les avances des hommes du clan. Aussi fort et beau qu'ils puissent être, aucun n'arrivait à quoi que ce soit avec elle. Chidori ne cherchait une qualité avant toutes les autres chez un homme : il devait être étranger au clan. Il devait pouvoir lui apprendre ce qu'était le monde en dehors de ce qu'elle connaissait. Un critère sacrément discriminant, et qui aurait bien pu ne jamais être remplis. Si les Uchiha vivaient en voyageant à travers le pays, ils n'ouvraient leurs tentes que pour les représentations. Il était difficile de faire des rencontres quand chaque personne que l'on rencontre finit par être un client.

Pourtant, le destin a fait se rencontrer les routes de Chidori et Sôsuke.

Lui, il était cuisinier à Boya, la capitale impériale. Un homme simple, il gagnait peu, mais ça lui suffisait. Quand il raconte lui même son histoire, il dit souvent qu'il ne désirait pas gagner plus que de quoi manger, dormir et se vêtir. Jamais il n'aurait pu assister aux représentations du clan - avec quel argent aurait-il pu payer sa place? - mais sans ça il n'aurait jamais rencontré Chidori.

De repos ce soir là, elle s’éclipsa hors des quartiers où étaient installées les tentes Uchiha. À peine âgée de dix-sept ans, la jeune saltimbanque voulait profiter de cette soirée dans un des carrefours du monde. Boya est un lieu de rencontre, la capitale du pays, et si elle voulaient se baigner dans d'autres cultures, c'était le soir idéal. Elle débordait de joie et d'impatience à cette idée. En premier elle voulait goutter des plats typiques de la capitale, elle chercha donc un restaurant, plus il était loin du centre touristique de la ville, mieux c'était.

Après quelques minutes, elle trouva son bonheur dans une petite baraque de curry. La pancarte à l'extérieur disait "curry pas cher". Parfait pensait-elle, un premier plat simple et abordable pour son maigre porte-monnaie (elle n'avait sur elle que les quelques ryos gagné dans la ville précédente). À l'intérieur de la petite baraque, quatre sièges et Sôsuke, qui attendait patiemment son premier client. Paradoxalement, c'était la première et la dernière fois avant quelques années qu'elle mangerait de nouvelles saveurs. C'était aussi leur première rencontre.

Aucun des deux n'a voulu me raconter ce qui a été échangé dans ce restaurant cette nuit là, mais je sais simplement que Chidori rentra à l'aube dans sa tente, qu'elle insista auprès des dirigeants du clan pour accepter une personne de plus parmi eux, un cuisinier, qu'elle épousa quelques mois plus tard. Probablement que leurs premières années ont été difficile, il n'est jamais simple de se faire accepter dans une famille quand on est un étranger, encore moins quand on vole le cœur d'une de leur plus belles filles. Pourtant ils n'ont jamais eu de regret, ils vivraient à deux contre le monde entier si c'était leur seule possibilité d'être ensemble.

Cette union donna naissance à Yukio, puis quelque années plus tard à Haruhi, et enfin à deux jumeaux : Haku et Kuroko.


Dernière édition par Kuroko Uchiha le Ven 25 Juil - 20:30, édité 3 fois
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   Ven 25 Juil - 14:59

Les premières années de ma vie n'ont rien eu de palpitantes. Tout juste quelques anecdotes à raconter, mais peu de souvenirs réellement figé dans ma mémoire. Il faut dire que je n'avais que sept ans lors de la signature du traité entre le Daimyô et Toshiro, et c'est pourtant un événement marquant dans l'histoire du clan. Vous imaginez donc bien que je n'ai pas beaucoup de souvenirs de "l'avant" chakra. Il n'y a même pas grand chose à dire là dessus. Derniers nés de la famille, nous avons été plus choyé que nos aînés. Le fait que nous étions deux bébés à sortir d'un seul utérus n'avait rien arrangé à l'affaire. S'il faut toujours garder une pointe d'attention aux gestes d'un bébé, imaginez devoir en surveiller deux. Rapidement la tache s'est révélée impossible à cumuler avec les activités de nos parents au sein du clan.

Cette décision s'est avérée être d'autant plus sage que ma sœur n'avait que 5 ans quand nous sommes né, et elle était du genre à accumuler les bêtises. Ma mère a donc laissé sa place sur scène à l'une de ses cousines. Mon père a continué d'exercer ses talents de cuisinier pour le clan, d'une part parce que la vente de nourriture pendant les spectacles s'est vite révélée rentable, mais aussi parce qu'il était moins indispensable que ma mère sur le plan professionnel. Aussi douée qu'elle fut, il y avait de nombreux Uchiha qui pouvaient combler un "trou" dans le spectacle. D'un autre côté, peu d'entre eux avaient appris à cuisiner, et l'apprentissage commençait bien plus tardivement. Le seul apprentis qu'avait mon père n'avait commencé à cuisiner sérieusement qu'à quatorze ans, et même après deux années, il n'était pas capable de tenir la cuisine seule pour tout un spectacle.

Haku et moi-même avons donc été principalement élevé par notre mère, puis tantôt par notre sœur ou notre frère quand ils furent un peu plus âgé, et capable de nous surveiller. Les soucis que nous avions apporté en naissant avaient au final bien soudé notre famille, nous étions une machine bien rodée. Après un peu d’adoption à la vie à 6, il fut aisé de laisser à chacun le temps de vaquer à ses occupations. Quand ma mère voulait prendre un peu de temps pour elle, mon père s'occupait de nous. S'il était en plein service, c'était tantôt Haruhi, tantôt Yukio qui s'en chargeait.

J'aime à penser que nous avons fortifié notre famille et fait mûrir nos aînés. Dans les faits, je suis certain que nous étions plus un paquet que se refilaient les uns aux autres, un paquet dont il fallait changer les couches et qui bavait partout.

Ces années que je n'ai pas vraiment connu, c'était les dernières années de galère du clan. Nous avions vécu une agression terrible durant laquelle le sang de beaucoup d'Uchiha avait été versé. La jalousie que nous inspirions aux autres clans de saltimbanque avait mué en quelque chose de sauvage. Une brutalité qui avait ravagé le clan. Probablement qu'à ce moment là, beaucoup de familles ont pensé quitter les caravanes pour s'installer anonymement dans la capitale, la où personne ne viendrait plus faire couler leur sang. Il n'y avait plus qu'une chose qui nous liait. C'était Kaden.

Si je n'ai pas de souvenirs de lui, quand j'entends ma mère parler de lui, je comprends bien qu'il aurait fait un très bon second choix comme mari. Brave, grand, fort, avisé, personne ne semble avoir jamais vu le moindre défaut dans cet homme. Je suppose qu'on embellie toujours un héros. Toujours est-il que cet homme, aussi ravagé qu'il est pu être par nos pertes, avait fait se relever notre grande famille grâce à sa découverte. Ce qu'on appelle aujourd'hui le chakra, mais que mes parents nommaient "le feu intérieur".

Avec du recul, c'était une belle formulation.

Cette découverte ne chamboula pas immédiatement ma vie, personne dans notre famille restreinte n'avait découvert ses dons à ce moment. Il fallut attendre quelques années, la mort de Kaden, puis la rencontre avec le Daimyô pour que Haruhi, première de notre famille et sixième du clan, éveille son feu intérieur. J'ai souvenir que ce soir là nous avons fêté comme jamais nous ne l'avions fait avant.

Nous fêtions l'éveil d'une nouvelle forme du feu, ainsi qu'un événement qui changerait notre vie. Je n'y comprenais rien du haut de mes sept ans, mais nous venions juste de nous mettre à l’abri du besoin pour toujours.

Nous venions de rejoindre Konoha.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   Ven 25 Juil - 14:59

Quand l'énorme chantier qu'était Konoha fut lancé, je n'avais que huit ans. La situation nouvelle du clan me semblait surréaliste, et je ne pouvais m'empêcher de poser des questions pour tout et pour rien. Tantôt à ma mère, tantôt à mon père, je saisissais les deux adultes – représentation de la sagesse absolue pour mon esprit enfantin – pour éclaircir mon esprit assaillit par les interrogation.

Pourquoi abandonnions nous les tentes pour des maisons ? Parce que notre nouvelle maison, c'était le village. Pourquoi personne ne faisait plus de représentations ? Parce que nous vivions pour l'heure de notre implication dans le village en tant que milice. Mais, pourquoi avoir tout changé dans notre vie ? Parce qu'ainsi, nous serions plus heureux.

Ces réponses me paraissaient complètement illogique. Quel est l’intérêt d'une nouvelle maison quand on en a déjà une? Moi, j'aimais nos tentes miteuses. Et puis c'était quoi cette milice ? Les représentations ne nous permettraient jamais de vivre dans le luxe, mais nous étions heureux du peu que nous avions. Nous vivions d'un métier que les autres voyaient comme un loisir, que pouvait-il y avoir de mieux ?.. Définitivement, cette décision ne faisaient aucune logique dans mon esprit, mais j'étais un enfant. J'ai boudé les premiers jours, puis j'ai refusé de prendre par aux maigres taches que les adultes confiaient aux enfants, puis après quelques semaines, j'ai essayé de m'intégrer dans ce nouveau foyer qui semblait destiné à devenir le mien.

Il m'aura fallu quelques mois, mais petit bout par petit bout, j'ai su me faire à l'idée que plus jamais nous ne serions des nomades. Mon père travaillait désormais dans un restaurant dont il était le chef, il servait tout les travailleurs du village avec pour seul paiement le financement du Daimyô pour le projet "Konoha". Une fois les travaux de construction du village terminé, il envisageait déjà sérieusement d'en faire une source de revenue pour notre famille. Pendant ce temps, ma mère avait rejoint le Domaine du Corbeau, elle y enseignait la musique aux enfants Uchiha. Les enseignements du Corbeau étaient la seule chose qui nous reliait à notre ancienne vie, aussi Haku et moi y passions passablement de temps. Sans plus approfondir, disons simplement que j'y avais découvert une nouvelle passion.

Pour Yukio et Haruhi, la transition d'une vie sur les routes à une vie sédentaire fut plus compliqué. Yukio ne pouvait imaginer vivre autrement que comme un artiste. Il répugnait à se battre, pour lui les Uchiha perdraient la plus importante de leur facette s'ils s'engageaient comme shinobi. La capacité, l'espace d'une représentation, d'effacer les conflits. Il a toujours été comme ça Yukio, considérant que sa vie ne valait la peine d'être vécue que pour effacer les peines des autres. C'était impensable d'utiliser sa forme du feu pour quelque chose d'aussi barbare que le Ninjutsu, au contraire d'Haruhi. Étant l'une des plus jeunes à avoir découvert son don, les membres du Domaine du Tigre ont insisté pour faire d'elle une Kunoichi. Ils avaient fait d'elle un pari sur l'avenir. Enseigner tout ce que l'on savait de notre art à une enfant, en espérant qu'elle soit capable de le transcender. C'est une méthode qu'aujourd'hui je répugne, mais ma sœur disait toujours qu'elle était fière de servir le clan de cette manière. C'était une manière de se sentir utile, même si pour ça elle devrait jouer avec sa vie.

Ces changements bouleversaient la vie de chacun d'une manière ou d'une autre. Je voyais bien moins mon père, j'avais peur que ma sœur parte et ne revienne jamais, que ma mère ne se pardonne jamais d'avoir laissé ses enfants prendre part aux plans de ce Daimyô. J'avais peur parce que mon frère a découvert sa forme du feu, j'avais peur parce que j'ai découvert la mienne, et que je savais bien que dès ce moment deux choix s'offraient à nous : le Corbeau, ou le Tigre. Je ne voulais ni de l'un, ni de l'autre. Je voulais retourner sur les routes, mais ça n'était pas possible. Alors j'ai fais ce que je fais toujours. J'ai suivis mon frère.

Il a choisit de rejoindre le Tigre pour être utile à un village qu'il ne connaissait pas, j'ai choisit de rejoindre le Tigre pour ne pas me retrouver seul. Parce que c'est de ça qu'il a toujours s'agit toute ma vie, de solitude. J'avais peur d'être seul, de perdre ma sœur, puis mon frère, et que ma mère me déteste pour ça. J'étais vraiment un enfant idiot.





Yukio - Tu fais quoi ?

La voix de mon frère vient me surprendre, je ne pensais pas qu'il serait au village avant quelques semaines. N'était-il pas partit avec une partie du Corbeau pour divertir le Daimyô le soir de son anniversaire ?

Kuroko - J'essaie d'écrire un journal. Et toi, tu ne devrais pas être à Boya ?

Yukio - Je n'ai pas le cœur à jouer en ce moment. Ça fait déjà quelques semaines, mais je crois que j'ai du mal à faire mon deuil.

C'est vrai qu'il n'a jamais vécut une vie de Shinobi, qu'il n'a jamais du enterrer quelqu'un d'autre que notre père. Je ne pouvais pas espérer qu'il puisse reprendre sa vie comme si rien n'avait changé. Lui ne savait pas que cela faisait des semaines qu'elle était malade, il n'avait pas vu sa santé se dégrader au fil des jours. Je ne pouvais pas lui en vouloir, sa vie l'avait mené loin de Konoha, et ma mère ne voulait pas qu'il la voit dans cet état de faiblesse.

Yukio - Pourquoi tu écris ce journal ?

Kuroko - J'aurais aimé en savoir plus sur la vie de Maman et Papa. Ils ne nous ont même jamais parlé de leurs parents. Moi, je veux laisser une trace de mon passage, alors j'écris. D'ici des décennies, j'espère que mes petits-enfants prendront plaisir à découvrir qui était leur grand-père.

Yukio - C'est une bonne idée. Tu t'es arrêté où dans ton récit ?

Kuroko - J'allais parler de la cérémonie d'ouverture de l'académie.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   Ven 25 Juil - 16:56

Le soleil pointait déjà bien haut quand j'ai pris le chemin de l'académie. J'avais l'impression d'être en retard, qu'il était déjà midi passé, mais la luminosité me trompait. Je déteste l'été pour ça, les jours sont tellement long qu'on ne sait plus donner d'heure au temps. L'horloge que nous avions récupéré et installée dans la cuisine m'avait indiqué qu'il était 8h10 au moment de mon départ. Je devrais donc faire face à l'académie dix bonnes minutes avant l'ouverture de la cérémonie. C'était aujourd'hui que l'académie recevait ses premiers aspirants ninja.

Je dois dire que j'appréhendais ce premier jour. Dans les quartiers Uchiha, tous les enfants apprenaient les sciences de bases et les arts ensemble, mais ils se connaissaient littéralement depuis le berceau. Ils étaient d'ailleurs tous plus ou moins du même âge, séparant en tranches d'âges des groupes. À l'académie, tout serait certainement différent. Par exemple, Yuugen une espèce de cousin éloigné venait de découvrir sa forme du feu et voulait devenir shinobi. Il serait probablement casé dans un même niveau qu'Haku et moi, c'était un débutant dans les arts ninja. Par contre, là où nous avions 12 ans, Yuugen en avait 17. Notre lien de parenté obscur nous rapprocherait d'une certaine manière, mais qu'en était-il de tous les autres presque-adultes qui seraient dans notre groupe ? Je suis certain de ne pas pouvoir être à l'aise avec eux.

Pour ce premier jour, les enfants de moins de 15 ans devaient se faire accompagné d'un adulte. Pour Haku et moi, c'était Yukio qui nous accompagnerait. Mes parents avaient d'autres obligations à respecter, et ma sœur n'était pas majeure. C'était rassurant d'avoir notre grand frère avec nous pour cette cérémonie. Étant quelqu'un d'ouvert et de profondément gentil, je savais qu'il entretenait de bons rapports avec quelques personnes dans le village. C'est toujours bon d'avoir avec soit quelqu'un qui est apprécié de tous. C'était d'ailleurs d'autant plus gentil de sa part de nous accompagner, qu'il n’adhérait pas du tout à notre choix. Pour quelqu'un qui exècre la violence, voir ses deux petits frères s'engager en tant que shinobi, c'était forcément horriblement désagréable. D'autant plus qu'il comprenait certainement plus que nous ce que signifiait notre engagement : nous devenions d'apprentis soldats dès ce jour.

En arrivant devant l'académie – un bâtiment plutôt modeste vue de l'extérieur – nous avons pu constater que de nombreuses personnes étaient déjà là. Des grandes, des petites, des grosses, des maigres, des vieilles et des jeunes. C'était un melting-pot assez étonnant à voir, on pouvait s'attendre à voir des festivités commencer, non pas une cérémonie d'ouverture pour une pseudo-école. Après nous avoir aidé à trouvé les colonnes qui correspondait à nos groupes – des enfants âgés de 11 à 13 ans – Yukio s'est retiré à l'arrière de la cour dans laquelle se tiendrait la cérémonie. Là avaient été installées des chaises pour les accompagnants. Sans explication aucune, il semblerait que Haku et moi ayons été mis dans deux classes différentes, le nombre d'enfants de notre âge étant élevé pour cette première rentrée. Une bonne vingtaine au moins, répartis dans deux colonnes.

Encore quelques minutes d'attente, puis un homme s'est installé sur un petit podium pour faire un discours.

KitsuneBonjour à vous tous. Aujourd'hui, vous serez témoins d'une nouvelle page de l'histoire de notre village. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Kitsune Szatia. Pour vous qui...

L'espace d'un instant, je me perds dans mes pensées. Cette femme était notre Hokage, c'était donc elle qui dirigeait le village. C'était aussi elle qui devait être la plus forte des shinobis du village. J'avais peine à y croire. Même si l'on pouvait voir dans son visage la détermination d'un guerrier, j'avais vu Toshiro à l’œuvre pendant un entraînement avec Haruhi, et je pouvais l'affirmer sans peur : personne n'était plus fort que Toshiro...

KitsuneNous vous avons donc répartis dans plusieurs classes en fonction de votre âge, mais aussi des capacités que vous avez témoigné lors de votre inscription. J'espère que cette répartition des classes permettra à chacun de s'épanouir dans son Nindô. Des professeurs responsables vont maintenant guider vos classes une à une vers vos salles. J'espère que cette première journée, et toutes celles qui suivront, se passeront pour le mieux.

Sans attendre les classiques applaudissements d'après-discourt, la Hokage s'est retournée pour partir en direction de ses bureaux. J'envoie un dernier regard à Yukio, toujours assit parmi les autres accompagnants, puis vers Haku dans la colonne voisine. Un dernier sourire, comme si nous nous jetions dans une abîme, puis j'entends que mon groupe, le groupe 2, se fait appelé. J'ai la boule au ventre, jamais je n'ai été séparé de mon frère pour un quelconque apprentissage. Pas après pas, j'ai l'impression qu'une charge sur mon dos s’alourdit, me faisant gausser de plus en plus le dos.

??? - Heureusement que t'es là, je connais personne d'autre.

Derrière moi, j'entends deux autres enfants s'échanger quelques mots, ils doivent se connaître.

??? - En tout cas j'espère que je vais pouvoir montrer ce que mon père m'a appris cet été, j'vais botter les fesses de tout ces débutants.

Au moins je savais qui seraient les cons dans ma classe. Restait plus qu'à trouver les mecs sympa...



- J'ai pris quelques libertés pour décrire la Hokage, ainsi que son style de parole, n'ayant pas vraiment trouvé de post la décrivant. Si on m'en indique un, je suis disposé à changer son discours -
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   Dim 27 Juil - 12:52

Coucou Kuroko, ravi de te revoir parmi nous.

Au moment où j'écris ce message, je me rends compte que je n'aurais pas le temps de lire ta présentation en entière avant ce soir. je tenais tout de même à te prévenir que c'était en cours. Désolé pour l'attente inhabituelle.

Pour ce qui est de l'activité, je ne compte plus désormais retirer les inactifs des groupes. L'activité du forum se calque désormais sur celle de ses membres, et l'intrigue avance également au même rythme. Donc à croire que ce rythme sera plutôt lent pendant l'été, qu'il regagnera en activité à la rentrée pour rebaisser pendant les différentes périodes d'examen. Ce n'est pas grave, ca s'appelle la vie !

Je voudrais simplement expliquer aux gens, anciens comme nouveaux, qui hésitent à s'inscrire sur le forum parce que ça risque de leur prendre trop de temps, de ne plus hésiter. Ils peuvent être inactifs, partir plusieurs semaines puis revenir. Ils en ont le droit ^^

En résumé, je m'occupe de ta présentation en début de soirée.


Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   Dim 27 Juil - 12:59

Salut Yosu,

J'suis ravis de voir que tu as su répondre rapidement et efficacement à mes craintes. Prends tout le temps nécessaire pour lire ma présentation, je comprends bien que tu as pas mal de choses sur le feu en ce moment, si ça n'est que sur le forum (j'ai cru comprendre que la maj d'il y a quelques jours était encore en cours de "patching").

Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   Dim 27 Juil - 19:23

Présentation lue, tout est en ordre. Te voilà de retour à Konoha, félicitations !

Kuroko : +42XP

Tu recevras tes accès dans les minutes qui suivent.

Amuse-toi bien.


Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   Dim 27 Juil - 20:02

Yay, merci \o/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Kuroko Uchiha - Konoha [terminé]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Uchiha Sasuke [Terminée]
» Fiche de Konoha (U.C)
» Uchiha Kuroko
» Cimetière de Konoha
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Informations :: Présentations :: Abandons-