Partagez | 
 

 Test 1 - Des aspirants en danger - Suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 12:07

Le premier test de votre scolarité aura lieu sur ce terrain d'entrainement. Le professeur Hikari Senjago est en route, et d'un ton amusé, il a promis des sévices physiques à ceux qui seraient en retard. Ne tardez pas et postez avant lui si vous ne voulez pas être blessé dès le premier test.


Qazea Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 15:36

Tant de choses c'étaient écoulés depuis ce matin. Mon arrivée dans cet établissement, le discours de la directrice, ma rencontre avec mon voisin de chambrée ainsi qu'une rencontre avec d'autres élèves sympathiques. Mais l’événement qui allait survenir était tout autre, et jouerai incroyablement sur mon avenir, sans que je ne m'en doute. Effectivement, j'avais un second et dernier cour, et je me dirigeai dans la salle appropriée. J'ouvris la porte, et constatai qu'encore une fois j'arrivais dans les derniers. La porte s'ouvrit dans un mouvement sec et brusque, et un jeune homme qui ne devait avoir que quelques années de plus que moi fit son apparition. Une veste déboutonnée sur le dos laissait entrevoir ses imposants abdominaux. Je lâchais un sourire. Le stéréotype même du professeur de Taijutsu. Ses longs cheveux blonds me rappelle un aîné de mon clan, et son collier en dents pointues prouve qu'il est déjà un bon combattant. Je sentais que j'allais apprécier une personnalité aussi particulière.

Il s'approcha, un sourire amusé aux lèvres. Et c'est là que mes doutes se confirmèrent. Ce cours n'allait pas être normal. Le jeune homme frappa le bureau de ses paumes, bureau qui faillit s'écrouler. Il commença en se présentant. Il s'appelait Hikari et était notre professeur de sport, et plus tard de taijutsu. Il s'assit d'un bond sur son bureau en croisant les bras, donnant l'air d'une improvisation totale de sa petite présentation. Il précisa que l'on pouvait l’appeler autant par son nom que par son prénom à partir du moment ou l'on mettais Monsieur devant, exigeant un minimum de respect. Jusque là, ça ne changeait pas beaucoup de l'école civile. Et mes impressions se confirmèrent. Il allait nous faire passer notre premier test. Je lâchais un soupire, heureux. Dès le premier jour, j'aurai l'occasion de me démarquer. Il lisait un mot de la directrice avant de partir, indiquant que les premiers jours, nous ne travailleront que les conditions physiques et mentales, et non des spécificités ninjas. Puis il nous donna rendez-vous dans deux minutes aux jardins, nous prévenant de sévices corporelles si nous étions en retard.

Sans attendre plus longtemps, dès que cette phrase fut dîtes, je sortis de la salle en courant sous le regard médusé des élèves, espérant impressionner le professeur. Je serai dans les premiers à arriver là-bas.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 16:14

Première journée, déjà quatorze heures. Jusque-là, il ne se passe rien d’exceptionnel dans les couloirs de l’académie. Les pensionnaires ont pris possession de leurs chambres, certains ont profité des quelques heures de pause pour apprendre à connaitre leurs colocataires, et la majorité a profité du repas offert par l’académie. C’était agréable, pouvoir manger sans voler sa nourriture à fermier. Pas que ça me dérangeait moralement, mais c’est fatiguant de passer une journée à fuir un paysan en colère.

Dans la salle où j’étais, on voyait de plus en plus d’élèves prendre place. Si on écartait les petits groupes claniques, la majorité d’entre nous cherchions des bancs isolés d’où ils pouvaient observer leurs camarades. Je ne pouvais pas en vouloir aux autres d’essayer de me cerner, je faisais la même chose. Nous avons grandis dans la méfiance, et voilà qu’on nous mettait en concurrence pour gagner notre droit à rester à l’académie. Evidemment que la majorité allait chercher à disséquer ses camarades. Quoi de plus normal dans une compétition ?

Quand la salle semble être à peu près pleine, on entend la porte claquer et les murs trembler. Notre professeur semble vouloir faire une entrée fracassante. Un certain Hikari, ou Monsieur Hikari. Peu importe. Il a l’air hautain, peut-être un peu con et bourrin, mais s’il est en charge de cette classe, c’est qu’il est talentueux. Après quelques menaces et un mot de la directrice, il nous invite fortement à arriver avant lui au terrain d’entrainement à l’extérieur de l’académie.

Sans courir, je presse le pas dans les couloirs pour arriver dans les temps sur place. Il était inutile de se faire remarquer le premier jour. Sur place, il n’y a encore que quelques élèves essoufflés par la courte course qu’ils ont faite pour arriver les premiers. Parmi eux, j’entends deux élèves d’une quinzaine d’année discuter.

Élève 1 – Mon père dit qu’Hikari n’est un beau parleur.

Élève 2 – Ouais, il parait que c’est qu’un gamin à peine plus vieux que nous !

Et pourtant c’est lui qui va nous servir de professeur. Il doit bien y avoir une raison à cela.
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 16:53

Olala. L’excitation est à son comble. Je ne tiens plus en place. Je suis tellement heureux d’être dans cette salle de classe. Je m’attends vraiment à apprendre quelque chose d’utile et de façon palpitante.
Et pour ceux qui n’ont toujours pas compris, il faut lire cette phrase avec une voix monocorde et un ton très lent et sarcastique.

POURQUOI PERSONNE N’A ENCORE ESSAYE DE NOUS TUER ?!

La seule chose qui fasse que je ne tienne pas en place c’est cette lutte perpétuelle contre l’ennuie. On doit apprendre à devenir des super soldats ! Des tueurs ! Des mystiques surpuissants qui peuvent lutter contre la mort ! Je refuse de croire qu’on puisse apprendre ça en lustrant des chaises –bourré d’écharde encore une fois- avec nos culs ! Haaaaaaarg. Si personne n’arrive avec fracas et en proférant des menaces je m’arrache la langue !

Et c’est ce qui arriva en la personne de Hikari. Loué sois le seigneur, le deus ex machina et les coïncidences pratique de la mise en scène des textes de RP.
Par contre, je jure que si personne de sexe féminin, au hasard ; Takki Isatsu, n’arrive avec sensualité et sans aucun vêtements sur elle, en lançant des mots doux à tout va, je m’arrache la langue… Non ? Bon… Ça valait la peine d’essayer.

Hikari, loué soit-il pour son arrivé –même s’il était moins agréable à regarder que certains de ses collègues- créa un mouvement de foule grâce à la menace. Parfait, enfin quelqu’un maîtrisant l’art subtile du bâton. Pour la carotte, on verra plus tard. Les premiers, les plus peureux et les fayots sans doute, se ruèrent à l’extérieur de la salle. Quel ne fut pas ma tristesse d’y apercevoir mon camarade de chambrée. J’avais l’impression d’être trahis… Fayot !

Je sortis tranquillement de la salle. Rien ne servait de se presser, la consigne nous encourageait à arriver avant les derniers. J’avais juste à m’assurer de faire des croches pieds à ceux qui iraient plus vite que moi dans le peloton central et tout irait bien.
Je profitais de cette course pour observer les couloirs. Je savais plus ou moins comment était construit les bâtiments, participer au chantier avait eu ses avantages, je réfléchissais donc au moyen le plus rapide de refaire ce trajets par des voies moins conventionnel. Une salle de classe à ouvrir, une fenêtre à passer. Glisser le long de tel pilier… Ou alors prendre les escaliers et couper par là… Hum…
Ah tiens, un petit gros qui va me dépasser. Oups là, dans tes chevilles mon gars.

Au final, j’arrivais avec la moitié de la classe, satisfais d’avoir pu économiser mes forces durant une épreuve qui ne servait qu’à déceler les fayots, et heureux d’avoir pu profiter du bruit du gras qui s’étale au sol.

Bon maintenant, c’est quoi la suite ?
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 18:54

Yosuke était totalement envahi par le stress, et le fait qu’un bon nombre des élèves de la classe se précipitent vers la sortie n’aidait en rien.

Il se refaisait le discours dans sa tête. Mais qu’est-ce que c’était que ce prof ? Activités physiques ? Mince, ça ne sentait pas bon pour lui, mais vraiment pas bon. Est-ce qu’il fallait vraiment faire la course, est-ce que les derniers seraient vraiment…

Mince il avait déjà du retard sur la moitié de l’amphithéâtre. Il laissa là son cahier et son stylo et il courut à toute allure.

Les autres n’étaient pas tendres. On l’avait bousculé au moment de passer le pas de la porte. Les couloirs, pourtant larges, grouillaient de monde. Il crut même apercevoir le visage d’un autre enseignant passer le pas de la porte d’une autre salle de classe. Les yeux de Yosuke ne pouvaient pas transpirer plus d’inquiétude qu’à ce moment précis, mais il fallait croire que ça ne suffisait pas pour recevoir de l’aide.

La boule au ventre ne le quittait pas, elle grossissait à chaque pas et l’adrénaline troublait sa vue. Au moment où, enfin, il atteignit les jardins, un élève trébucha juste derrière lui. Il manqua de peu d’être entrainé dans sa chute. Il se surprit à respirer fort, à avoir les mains moites, et à nager dans un T-shirt couvert de transpiration. Mais au moins, il venait d’atteindre le terrain d’entraînement avec les autres aspirants.

Il fixa la porte d’un air inquiet, tout en se tenant les genoux. Le prof arrivait. Aucun élève ne semblait être juste derrière lui… Est-ce qu’il serait contenté de ça ?


Kurasu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 18:59

Les oreilles collées contre la porte, Kurasu voulait en avoir le cœur net le plus rapidement possible. Konoha se révèlerait soit être a la hauteur de toutes espérances, ou trahirait toutes les promesses dont elle se vantait, et pire encore. L’ignorance était le véritable danger. Le garçon resterait cacher aux yeux de tous durant un moment, le temps de se faire un avis. Si autant de personnes risquaient leurs vies, c’était leurs problèmes. Cela l’arrangeait, il aurait la réponse sans se mettre directement en péril. Le premier cours. La première nuit. La première journée. Le survivant resterait d’une attention extrême. Pas question de croire en de telle ineptie sans preuve. Le monde ne connaissait qu’individualisme, famine, esclavage, meurtre et bataille. Pour quelle raison cela serait différent ici ? Il serait si injuste que ce lieu soit paix et communauté.

Cependant, l'espoir le faisait rester. Et la méfiance, le ferait assister au cours en se cachant, le ferait passer la nuit dehors comme a l’accoutume, et le ferait revenir pour réaliser si quelque chose avait été tenté contre ces enfants si naïfs. Il l’était peut-être aussi au fond... En écoutant le professeur  - un concept qu’il ne connaissait même pas au même titre que les cours, le ninjutsu, le taijutsu, le kenjutsu ou le genjutsu  - une partie de lui croyait en ce qu’il racontait. Il avait l’impression de découvrir un nouveau monde qui l’attrayait. Comprenant simplement que son physique et son moral en ressortirait amélioré, cela lui suffisait. En termes de survie, il saisissait tout ce qui pouvait lui être utile. L’orphelin avait toujours agit ainsi, sautant sur les moindres occasions, améliorant le présent même sans jamais penser a un futur lointain ; vivant au jour le jour.

« [..] Allez, rendez-vous dans deux minutes dans les jardins. [..] »
Son cœur s’était mit à battre a la chamade. Les élèves allaient sortir ! Entendant les premières chaises grincer, basculer et tomber sur le sol, Kurasu décolla son oreille en s’appuyant contre ses mains, collées sur la porte. S’éclipsant, il chercha une cachette, depuis laquelle il pourrait savoir où tout ce monde se dirigeait. Suivant le peloton de tête, l’orphelin les suivait a distance, jusqu’à arriver aux jardins. Se dissimulant toujours, il attendait la suite des événements.


Dernière édition par Kurasu le Dim 17 Mai - 20:16, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:32

[Hikari] – Dis Takki, tu n’aurais pas vu un grand sac en toile. J’ai dû le jeter dans un coin tout à l’heure.

[Voix derrière la porte] – Vite, il va nous tuer !

Takki laissa transparaître un regard interrogateur en entendant ces cris provenant du couloir.

[Hikari] – A ça, c’est rien. On fait du footing dans les couloirs.

[Takki] – Fumiko est au courant ?

Hikari se raidit un peu et mit une main derrière la tête.

[Hikari] – Bien sûr que oui ! Tu me prends pour qui ? C’est même elle qui m’a suggéré de… Bon, tu n’as pas vu ce sac, j’en ai besoin pour mon test.

Takki leva de manière nonchalante son doigt en direction du fond de la classe. Il y courut rapidement, mit en avant ses muscles et fit un sourire à Takki.

[Hikari] – Merci beaucoup ma belle. On se voit tout à l’heure.

[Takki] – Oui oui chéri c’est ça… *cause toujours*

En fermant la porte, le sourire ravageur d’Hikari prit une connotation plus étrange, sans doute avec l’ajout d’un rictus disgracieux. Des élèves étaient encore en train de courir, mais quand ils l’aperçurent, il sentait que sa menace avait fait son petit effet.

Il arriva en marchant calmement jusqu’à l’aire d’entraînement et y déposa le gros sac. Il était calme, mais ce n’était certainement pas le cas des aspirants dont la moitié paraissait essoufflée. Hikari choisit ce moment pour prendre la parole d’une voie qui couvrit tout l’extérieur de l’Académie.

[Hikari] – Les deux minutes sont passées. Ceux qui arriveraient maintenant auront un traitement spécial. Mais ceux qui ne viennent pas du tout seront notés démissionnaires dans le classement !

Il scruta les parages, personne ne semblait arrivait franchement.

[Hikari] – Bien, commençons.

Il prit le sac et vida son contenu devant les aspirants. Du bois taillé en forme d’étoiles en sortit.

[Hikari] – Shurikens. Enfin, répliques de shuriken.  Je les ai piqués à Chikara, je pense que ça mettra un peu de piquant à notre exercice.

Il en saisit un fermement et désigna du doigt des cibles rapidement aménagées sur des troncs d’arbres à quelques mètres de là.

Il utilisa toute sa force pour envoyer se loger directement le shuriken au centre de la cible mais, n’étant qu’une réplique, le shuriken se pulvérisa à l’impact, ne laissant qu’une marque sur l’arbre.

[Hikari] – J’en ai marre de viser des cibles fixes. Je préfère les cibles qui bougent un peu… Des cibles comme vous.

Il se redressa de toute sa hauteur, le sourire encore plus marqué.

[Hikari] – Allez bande de fiottes ! Chacun son tour sur le terrain, vous avez 10 shurikens à esquiver ! Nous travaillons l’agilité aujourd’hui. Faites tout ce que vous pouvez pour ne pas vous faire pulvériser. C’est pointu ces trucs là quand même…

Il attrapa un aspirant au hasard, le genre de menu fretin qui ne pouvait résister à la poigne de l’enseignant. Il le lança à quelques mètres.

[Hikari] – Tu seras le premier... A oui, j’oubliais. Pour certains d’entre vous,  j’espère que vous avez prévu des couches.

Rappel des règles : ceux qui n'ont pas encore posté le peuvent encore. Ils auront simplement un traitement de faveur particulier à la fin du test. L’ordre de post n’a pas d’importances. Vous pouvez si vous le souhaitez d’abord poster sur le passage de PNJ ou des joueurs, mais pour valider votre test, il faudra que vous soyez la cible d’Hikari pendant 10 lancers. Vous êtes noté en fonction de la crédibilité de votre RP, de votre statistique en AGI et du lancer de dé examen (n’oubliez pas de le lancer). Le dé chance vous indique combien de shuriken vous arrivez à éviter ! Chaque shuriken vous fait perdre 1 HP. Si vous avez 10 HP et que vous n’esquivez aucun shuriken, vous tombez inconscient. Si vous tombez à 5HP ou moins, vos blessures sont assez graves pour aller à l’infirmerie. Il est préférable d'éditer votre message en prenant en compte la valeur du dé plutôt que de poster à sa suite, afin d'éviter que des RP se mélangent les uns avec les autres. Bonne chance !
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:42

Hana n'avait jamais été l'élève la plus réactive de l'Académie. Pour être tout à fait franche, elle devait même admettre qu'elle faisait plutôt partie de ceux qui galéraient au fond de la salle en regardant les premiers de la classe se démener pour briller. Le plus surprenant était probablement qu'après autant de temps passer à échouer, elle restait encore profondément persuadée qu'elle arriverait bien à se hisser à la tête de... de... de ?

A la tête de quoi, d'ailleurs ? Du village ? Du pays ? Du monde ? C'était une excellente question, à n'en pas douter, mais Hana, dans un sursaut de bon sens, décida de l'enterrer au plus profond de son crâne et d'y réfléchir plus tard. Comme disait le proverbe, quitte à choisir, autant faire en sorte de rester à peu près vivant.

Et vivante, Hana avait l'intuition qu'elle ne le resterait pas bien longtemps si elle continuait de regarder la masse des élèves se précipiter vers la porte en courant sans se remuer un peu. Hikari avait l'air de beaucoup de chose, mais pas d'être du genre à oublier d'appliquer les sanctions qu’il avait promis.

« Qu’est-ce qui vaut mieux ? Etre dernier, ou avant dernier ? C’est quoi le pire ? Qu’on te prenne le crâne pour taper sur quelqu’un, ou qu’on te tape dessus avec un crâne ? »

« Hana, tu vois, ça aussi c’est une question con… »

« Ce n’est PAS une question con ! »

« Hana, c’est une question qui va te prendre tu temps. Et du temps tu n’en as pas ! Et tu sais pourquoi tu n’en as pas du temps, Hana ? Tu le sais ? Parce que tu as préféré passer vingt secondes à te demander s’il tu voulait diriger un village perdu ou le monde entier au lieu de courir comme tout le monde, alors maintenant tu te LEVES, tu bouscules tout le monde, tu marches sur les petits, et TU N’ARRIVES PAS DERNIERE ! »

Hana s’inclina mentalement devant sa raison, qu’elle s’était toujours représentée comme une sorte d’énorme dragon fatigué qui reposerait quelque part dans son crâne.

« Ni avant dernière, je suppose ? »

Quelque part dans son esprit, le dragon poussa un profond soupir.

Hana se redressa d’un bond, et vint se mêler à la foule des élèves. Avec un peu de chance. Juste un tout petit peu de chance. Elle arriverait à survivre à cette journée.

De la chance et de la vitesse, évidemment.

###

"C'est quoi cet oiseau ?" songea Hana en observant passer dans le ciel une sorte de poulet malhabile. "Et puis où est-ce qu'il va ?"

"HANAAAAAAAAAAAAAAA !" rugit le dragon.

"Nan, je suis sûr qu'il s'appelle pas comme ça..."

"Hana, le cours a COMMENCE alors GROUILLE TOI PETITE !"

Hana tourna la tête vers le point de rendez-vous. Le professeur était déjà là. Tous les élèves étaient là, ou presque. Elle rejoingnit le groupe en courant, et fit un petit sourire d'excuse à Hikari. Il était temps de la jouer discrète.
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:45

Comment ça il y avait un cours? La salle était pourtant vide. Heureusement que Shinjin avait croisé quelqu'un qui lui avait indiqué presto la direction dans laquellele groupe était parti en petite foulée. Le gosse était déjà blasé de ce cours. Il courut aussi vite qu'il pouvait - mais pas trop quand même, fallait pas abuser, ce n'était pas comme si sa vie en dépendait. Il arriva devant une scène plutôt louffoque où un étudiant était en train d'esquiver (ou "d'essayer") les shurriken d'un molosse. Il essaya de se fondre dans la masse des autres élèves qui s'étaient regroupés, semblant faire la queue. Arrivée à leur hauteur, il ne put s'empêcher de glisser un mot au première camarade.

Shinjin - "Un esprit sain dans un corps sain". Visiblement, lui il a oublié la moitié du dogme. en désignant discrètement le prof.

Le professeur n'avait cependant pas été dupe et l'avait capté en train d'essayer de passer inaperçu. C'est parti, ça allait être sa fête maintenant. Du coup, c'était lui le suivant à esquiver les shurriken. il s'avança, pas très sûre de lui. Ce n'était pas le genre d'exercice dont il était fan, mais il fallait bien s'y coller, et aucune fuite possible devant l'attroupement des camarades qui ne perdaient pas une once de la scène en train de se dérouler devant eux.

Putain. Il avait pas réussi à en éviter beaucoup des shurriken. la moitié. Shinjin était en train de s'enlever le deuxième shurriken qui était resté planté dans son bras lorsqu'il remarqua la mine hébétée des élèves qui le regardait.

Shinjin - Elle est si amochée que ça ma gueule? *Grand sourire*

On souffla, on murmura, et quelqu'un parla même d'allé à l'infirmerie. L'infirmerie? C'était pas une mauvaise idée, ce cours n'était pas très intéressant au sens de l'apprenti shinobi. Du coup, il espérait pouvoir y aller. Est-ce que le professeur serait également de cet avis?


La faim justifie les moyens...


Dernière édition par Shinjin Isatsu le Dim 17 Mai - 19:48, édité 1 fois (Raison : lecture du dé)
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:45

Le membre 'Shinjin Isatsu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :


Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:49

Finalement ces cours promettaient d’être intéressants. Du moins méritaient un centième de mon intérêt. C’était encore trop simpliste pour être nommé entrainement. Dans la vraie vie personne ne t’annonçait qu’il allait te lancer des trucs pointus dessus. Ou alors il s’agissait de sadiques qui ne te laisseraient j’avais vivre après leur petit jeux. La guerre, l’horreur, etc…
N’empêche, c’était drôle à voir. Surtout ceux qui se rataient. Regardez leurs gueules ! HAHAHA. « HAAAA ça fait mal ! ». Bah oui, c’est le thème, si tu ne veux pas avoir mal, esquive.
En fait, j’ai bien fait de me lever ce matin. Le seul regret que j’ai entre deux rires silencieux, c’est de poster cette réponse avant fayot et de ne pas voir combien mon nouvel meilleur ami morflait.

Mais j’aurais tout le temps d’affectueusement le vanner après cette session.

Toujours est-il qu’après une énième tentative raté, pitoyable et hilarante d’un de mes camarades anonymes. Je me décidais à me jeter sur le devant de la scène. Si regarder était amusant, participer était simplement délirant. J’avais besoin de mon shot d’adrénaline et je suis sûre que monsieur le bourrin serait ravis de m’y aider.

Je me rendais donc dans l’espace de tir. Juste après la dixième shurikens qui avait été encaissé par un anonyme qui peinait à s’en relever. Je notais que ça ne laissait transparaître aucune compassion sur le visage de notre professeur. J’ancrai mes jambes au sol, légèrement écarté et me ramassait sur moi-même. Puis changeait de position. Puis encore.

[Hikari] – Prêt gamin ?

[Moi] – Non !

Il n’en fallut pas plus à notre cher enseignant pour décider de lancer le premier projectile, qui fila à toute vitesse sur moi. Fort heureusement j’avais d’une part menti et était totalement prêt et de l’autre j’avais étudié le terrain et pouvait l’exploiter à mon avantage. Victime –je ne pouvais décemment pas continuer à appeler mon prédécesseur « anonyme »- avait eu la mauvaise idée de se relever, pensant être en sécurité maintenant que sa séance était finit. Il était pile à portée pour que j’attrape son col, et suffisamment flageolant pour que je le déséquilibre. Tombant comme un arbre sur mon impulsion, il intercepta le shuriken avec un couinement à mi-chemin en le grognement. Un grouignement !

[Hikari] – Oh, se cacher derrière ses camarades, c’est lâche !

[Moi] – Ah ça, on a pas tous une famille derrière laquelle se cacher…

Je plongeais derrière le corps de victime –fort heureusement plus corpulent que moi- pour esquiver le second projectile, qui le toucha quelque part au niveau de l’épaule et lui arracha un nouveau grouignement un peu spongieux. Même moi je commençais à avoir honte de l’utiliser comme ça.

[Moi] - ... Donc j’improvise.

Le troisième projectile venait d’un angle plus haut que les autres, destiné à m’empêcher d’utiliser mon bouclier. Je roulais sur moi-même pour l’esquiver et me relevait aussitôt. J’entrepris une roulade vers l’arbre le plus proche, ce qui me laissait à découvert sur quelques mètres.
Malheureusement cette manœuvre entraina une vive douleur au niveau de mon mollet droit. Le quatrième projectile m’y touchant durant mon acrobatie. Faisant fi de cela j’entrepris de courir vers mon prochain abri. Alternant la vitesse de ma course et veillant à bien bouger le bassin. Alors que je m’abaissais et ralentissait ma foulée, j’entendis le cinquième shuriken passer au-dessus de ma tête. Je feintais un saut et me stoppais totalement dans mon élan, freinant brutalement et laissant passer le sixième projectile devant moi.

L’arbre était encore loin.

Le septième projectile non létal me passa sous le bras alors que je pivotais sur moi-même pour changer le sens de ma course. A ce rythme-là j’allais atteindre l’arbre alors qu’il serait à court de projectile, ce qui serait décevant. J’entrepris donc un changement de stratégie histoire d’épicer le tout. Ventre à terre je décrivais une ellipse que me ramenait peu à peu vers le groupe des élèves.
Le huitième shuriken fut évité par une pirouette que je pourrais nommer « le chien paniqué danse une jigue », qui consistais à faire une roulade en appuis sur une main, et à agiter les jambes dans tous les sens pour essayer de retomber dessus en avançant.

Le manque d’applaudissement qui suivit cela me renseigna sur la piètre qualité de mon public et me renforça dans l’opinion que mon plan leur apporterait ce qu’ils mériteraient.

Mon ellipse se terminait et je me retrouvais entre le sadique lanceur d’étoile et le troupeau de receveurs d’étoiles. D’une impulsion je commençais un sprint vers notre professeur, pariant sur le fait qu’il ne s’attendrait pas à une telle manœuvre. Son lancer mal calibré me confirma que j’avais eus raison. Le morceau de bois me ratant d’une bonne cinquantaine de centimètre et provoqua un grouignement dans mon dos.

Et maintenant je n’avais pas vraiment réfléchis à la suite du plan…

Dommage. Je le vis remonter sa main et lancer quelque chose de très rapide vers mon visage. Par reflexe je dirigeais la main vers ma tête, puis ce fut l’impact, la douleur, le noir et la rencontre avec le sol. Du sang perlait d’entre mes doigts serré sur mon œil. Oh non mon Dieu j’étais borgne.
Avec un souci de la mise en scène je me relevais titubant… Les deux mains sur mon œil droit. Me tournant lentement vers mon professeur… Il m’avait crevé un œil ! Quel monstre !

Mais non, surprise !

Saisissant de la main droite le shuriken que j’avais bloqué dans ma main gauche (qui écopait d’une jolie petite coupure) je lui renvoyais droit au visage. Une attaque surprise parfaite, qui échoua donc lamentablement. Le projectile décrivant une courbe pitoyable et finit presque sur ma gauche, à quelques mètres de ma cible, en pleins centre de mon orgueil.
Qui était l’abruti qui avait décidé qu’on apprendrait à lancer après ?!

[Moi] – Si je le ramasse, je peux le garder ?


Dernière édition par Hokkinin le Dim 17 Mai - 21:04, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:49

Le membre 'Hokkinin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:52

À dire vrai, avant aujourd’hui j’avais du mal à visualiser ce qu’allait être l’académie. J’imaginais bien qu’on aurait le droit à une sorte d’entrainement militaire. Normal pour devenir un guerrier je suppose. Le truc, c’est que je n’ai aucune idée de ce que c’est un entrainement militaire. Du coup, je n’avais pas d’idée particulière sur ce qu’on allait bien pouvoir faire dans notre quotidien à Konoha. Et voilà que je vois les uns après les autres des élèves se faire massacrer à coup de machins en bois, des shurikens comme il dit. Je ne suis pas encore décidé si je trouve ça marrant ou pas.

Un semblant de file s’est formé, attendant à passer l’épreuve. Certain s’en sortaient presque bien, la majorité se retrouvait couvert de bleus. Il y avait même un gamin qui s’était évanouis. Pas terrible comme première impression.

On pouvait commencer à classer les élèves dans plusieurs catégories. Ceux qui pensaient pouvoir s’en sortir pas trop mal, et qui se concentraient sur l’action en cours. Ceux qui allaient s’en sortir moyennement, et qui le savaient. Et puis il y avait les terrifiés. Ceux qui auraient pu s’évanouir rien qu’avec le stress, mais qu’on va défoncer à coup de « shurikens » avant. Si quelqu’un voyait mon visage, j’aimerais qu’il puisse me dire dans quel groupe je dois me ranger.

Quelques mots s’échangeaient entre Hikari et un élève sur le stand de tir, cela attira mon attention. Jusque-là notre professeur-tortionnaire s’était contenté de tirer et de sélectionner des cibles.

L’élève en question était suffisamment fourbe pour utiliser un autre étudiant comme bouclier humain. Ça n’a pas duré longtemps, mais le rondouillard qu’il utilisait lui a permis d’encaisser deux ou trois lancés. Certains élèves semblaient étonnement choqué par ce comportement. Après tout, s’il n’était pas assez rapide pour sortir du champ de tir avant que le professeur recommence à frapper, c’était de sa faute.

Quand il sort de l’exercice ensanglanté par les deux coups qu’il a reçus, Hokkinin, puis-ce que c’était son nom, s’est vu adressé des regards partagés par ses camarades en devenir. On pouvoir voir la colère chez certain, la méfiance chez d’autre. Moi, c’était teinté d’admiration. Il n’a peut-être pas agit de la manière la plus noble qui soit, mais pour le moment, c’était celui qui avait le mieux réussit l’exercice.

Hikari – Hop, toi ! T’es le prochain.

Une main m’a agrippé le bras pour m’envoyer sur le terrain. Je trébuchais sur une racine qui dépasse, et à peine par terre, j’ai sentis une vive douleur dans mon mollet droit. Je n’ai même pas eu le temps de me relever que j’avais déjà pris un coup. Le temps de regarder l’état de ma jambe, un autre projectile s’échoue dans mon épaule gauche.

En fait, les règles ici n’étaient différentes que dans les rues. Tous les coups sont permis. Il faut s’attendre à être frappé tout le temps, même quand on n’est pas prêt. Surtout quand on n’est pas prêt !

Kuroko – Putain, ça fait mal !

Quand le troisième projectile part, j’ai eu le temps de rouler sur le côté et de me relever. Ma jambe me faisait un mal de chien. Impossible de poser du poids dessus, et donc de me déplacer proprement. Un autre projectile part, je ne pense pas pouvoir l’esquiver sans l’appui de ma jambe gauche. Tant pis, je serrerais les dents, protège mon visage avec mes bras, et j’espère ne pas trop subir le choc. Manque de bol, le projectile m’explose l’abdomen.

Mon visage se déforme dans un rictus de douleur, et je sens le bout amer de la bile remonter de mon estomac. Le temps se déforme, ralentis le temps que je reprenne mon souffle et ravale cette saloperie dans ma bouche. Un autre projectile part et vient trouver ma cuisse gauche. Tant pis, foutue pour foutue, autant que cette jambe amortisse un peu les coups. Et puis ça n’est pas la zone la plus sensible du corps.

Les derniers projectiles s’enchainent plus rapidement. J’esquivais le premier par un quelconque miracle, puis l’espace d’un instant je veux reprendre mon équilibre en me tenant sur ma jambe gauche. Un réflexe quand on est déséquilibré. Manque de chance, deux projectiles partent en même temps pour viser mes deux mollets. Le coup me fait tomber.

C’est au sol que je termine l’exercice, les deux derniers shurikens amortis par mes avants bras. Résultat, de l’exercice ? J’ai vachement mal, et je ne suis pas sûr de réussir à me lever. Heureusement, un autre élève vient me trainer hors du terrain. Vu comme il est essoufflé, je ne suis pas le premier qu’il est allé aider. Manque de po mec, je ne serais probablement pas le dernier.

Kuroko – Hey… Merci.

Je lui devais bien ça. Une minute de plus, et j’allais servir de bouclier à un autre élève…


Dernière édition par Kuroko Hokufû le Lun 18 Mai - 0:28, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:52

Le membre 'Kuroko Hokufû' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :
Kurasu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:53

Senjago Hikari. L'orphelin connaissait son nom - depuis la porte de la salle de cours il y a quelques minutes - mais en aucun cas à ce qu'il ressemblait. Etant présent tel un clandestin, l'enfant se cachait des regards. Inexorablement, il n'avait pas accès immédiatement à certaines informations. Plus qu'un immigré, c'était un voleur et un espion en herbe. Il avait déjà volé une ration de repas dans les provisions de Konoha, et ne faisait qu'épier et recueillir des informations. Persuadé que ce lieu n'était qu'une supercherie comme une autre, l'enfant prenait ses distances et d'importantes marges de sécurité. Scrutant l'arrivée du « professeur », il releva la présence d'un énorme sac dans son dos. Le renversant, Hikari vida son contenu : des répliques en bois de shurikens. Kurasu écarquilla les yeux. Quelle tromperie bien rodée. Des bâtiments, des discours, et même du matériel. A quel point Konoha s'était préparé pour devenir l'entreprise d'un tel mirage, chargé d'espoir et de désillusion. Kurasu ne donnait pas cher de la peau des enfants cette nuit.. Si la journée servait à abaisser leurs défenses et endormir leurs esprits, la pénombre elle, allait être cruelle et sans pitié. Quand bien même, Kurasu espérait que ce ne soit pas le cas. Quoi de plus humain. Et beaucoup trop de personnes malintentionnées l'avaient déjà compris et en avait abusé.

Ainsi, Konoha voulait faire croire aux bambins qu'ils leurs apprenaient à tirer. Stupide. Le lancer ne serait pas le même avec une vraie arme. A ce moment, Hikari arma son bras, projetant l'étoile de bois qui vint exploser localement l'arbre, tout en désintégrant le projectile. Kurasu sera les dents, le « professeur » était fort. Très fort. A présent, il comprenait mieux pourquoi Konoha pouvait se permettre d'être submergé par ses futures victimes. Hikari, d'un sourire carnassier, annonçait que c'était au tour des « élèves ». Les pauvres, ils n'auront même pas passé la première journée... Ils étaient fichus. Mais le blond précisa ses paroles, laissant l'orphelin dans l'incompréhension la plus totale. Le premier candidat donna le ton de l‘exercice. Puis le second. Ainsi de suite. De ses propres pupilles, le chapardeur juvénile voyait ceux qui auraient dû mourir si cela avait été des vrais, d'autres gagner en confiance et en assurance. Planqué plusieurs arbres plus loin, les feuilles d'un buisson cachant son visage, Kurasu restait bouche bée face à la scène. Hikari les entraînaient.. Les images du discours de la femme repassaient en boucle dans son crâne. Glissant sa main sur sa hanche gauche, il attrapa le pommeau d'un katana qui était devenu le sien, le jour où il l'avait effleuré de ses mains habiles.

Le décrochant de sa ceinture, il le posa au sol, avant de l'enterrer à l'aide de ses ongles et de ses paumes. Les mains noircies, il se leva et marcha en direction du groupe. Sortant de nulle part, il doubla sans regard ni gêne la file d'attente qui s'était créée, sous les regards moqueurs. Il se présenta vêtements déchirés, trop amples, délavés et tâchés. Avec des cheveux blancs, devenu gris puisque recouvert d'une pellicule de saleté. Le visage barbouillé. Mais on se moqua surtout de ses chaussures. La plante des pieds a même le sol, les orteils et les talons écorchés. Le pire restait pourtant à venir. Sans même l'avoir vu, certains se retournèrent. Kurasu empestait. Il n'avait l'opportunité de se laver que dans des eaux non profondes. Et il se trouve qu'il avait beaucoup marché pour venir, sans en connaître les environs. Arrivant dans la zone de tir sans dire un mot, l'orphelin se retrouva dans la zone de tir, soustrayant la place d'une tierce personne sans qu'elle ne s'en rende compte. Fixant le puissant blond dans la rétine, il signala qu'il était plus que prêt. Un premier shuriken arriva. D'un pas de côté, le chapardeur l'esquiva avec aisance. Il y avait bien longtemps qu'il avait apprit à économiser son énergie pour toutes les fois où il en manquait...  

Après une légère pause du lanceur - qui avait dû analyser ce geste - il se saisit de deux instruments si dangereux entre ses mains. Il les envoya, tous les deux avec un effet et un timing qui le poussa a les esquiver séparément, ne lui laissant qu'une seule possibilité. Avancer. D'un pas en courbant son buste en avant, le premier passa, et d'une grande roulade vers l'avant, il se faufila au-dessus du second qui l'aurait percuté de côté. Se réceptionnant à peine, il vit déjà partir d'autre shuriken de bois. Il sentit la difficulté augmenter. Son temps de réaction avait été limité car la distance avait été diminuée, et la trajectoire plus difficile a analyser et prévoir. Dans la précipitation, il donna une grande impulsion. Dès lors que son pied se délogea du sol, un shuriken s'y ficha. Entamant une course trépidante, il rendit la visée plus problématique. Hikari enchaîna sur un autre tir. Kurasu sembla l'esquiver avec facilité, pourtant son esquive s'était faite plus chaotiques, devant se concentrer sur sa course, mais également sur les projectiles. Son petit corps qui contenait de sévère carence, ne pouvait pas non plus se permettre d'efforts aussi intenses. Fatiguant bien trop vite, il eut alors l'idée, dans un mouvement des plus habiles, d'enlever son tee-shirt, avant de le laisser tournoyer dans le vent.

Dévoilant son buste qui affichait des os et des muscles fins, on n'y voyait aucune graisse, et aussi peu de musculature. Maigre, sa peau laissait son squelette ressortir, ce qui était d'ailleurs la seule source de relief. De son fouet de fortune, il frappa le bout de l'arme de bois déviant ainsi sa trajectoire. Le temps qui suivit, un projectile lui coupa la route, sans qu'il puisse armer son fouet. Par reflexe, Kurasu planta ses pieds nus dans la terre, créant une ornière. Par sa vitesse, il fut projeté vers l'avant, volant littéralement. Il l'avait esquivé ! Se réceptionnant avec grandes difficultés alors qu'il essayait de prendre appuis sur trois de ses membres, il voyait filé à toute vitesse un projectile. Sans savoir comment, il usa de son t-shirt pour l'empêcher de le toucher. Malheureusement, il lui fit arracher des mains, emmené au loin par le shuriken. A terre et désarmé, l'étoile du professeur fendait l'air comme jamais. Tâtant déjà du sol de l'une de ses mains, l'orphelin réalisa qu'il touchait une pierre et s'en servis comme garde en la tendant devant lui. Celle-ci lui explosa dans la main, l'envoyant sur le dos. Relevant la tête, un son sourd résonna dans son crâne qui touchait déjà le sol. Lorgnant à sa droite, il vit la dernière étoile de bois qui roulait encore avant de s'écrouler sous son propre poids.

Son front lui semblait chaud, et un second cœur semblait vouloir y pousser. Se redressant en mettant une main sur celui-ci, il réfléchissait aux conséquences que cela aurait eu avec une arme de métal. Il serait mort.. Repartant comme il était arrivé, avec l'idée de déterrer son katana, il entendit une voix d'un disciple derrière lui :
« Au fait... C’était qui ? »


Dernière édition par Kurasu le Mer 20 Mai - 0:55, édité 4 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:53

Le membre 'Kurasu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:54

Hana pouvait être fière d’elle : si elle n’avait pas beaucoup de talent, elle avait au moins celui de retomber toujours sur ses pattes. Un bon exemple : n’importe qui d’autre, à sa place, aurait désespéré. En retard, attendue par un prof réputé sadique qui souriait beaucoup trop pour être honnête, elle avait toutes les raisons de paniquer. Mais grâce à son aplomb et sa capacitié à se fondre dans le groupe, elle était presque sûre que Hikari ne l’avait même pas vu, trop occupé qu’il était à sortir un aspirant du groupe et à… à…

« Dis moi, Raison, on a le droit de faire ça ? »

« Choper un môme par l’épaule pour l’humillier devant toute sa classe en lui balançant des trucs métalliques et pointus sur la gueule, tu veux dire ? »

« Ouais… »

« Je crois… enfin, j’ai rien vu qui l’interdisait, quoi… »

Hana observa le premier aspirant, un Isatsu qu’elle ne connaissait pas bien, se démener pour tenter d’esquiver autant d’étoiles que possible. Autant dire peu. Une petite moitié des projectiles parvint à l’atteindre.

« C’est tous des malades ici… », songea Hana tandis que Shinjin Isatsu arrachait les étoiles de son bras en blaguant.

Elle recula discrètement et alla se camoufler autant que possible dans la foule des élèves. Il était hors de question qu’elle tente cet exercice. Absolument hors de question. Echouer était déjà difficile, mais là, c’était cent, mille fois pire. Non seulement ça allait lui faire un mal de chien, mais en plus elle allait négocier son échec devant toute sa classe. Comment pourrait –elle après ça leur imposer son autorité pour devenir maîtresse du village… Ou du monde… Elle n’avait toujours pas réglé ce débat.

Abritée derrière un aspirant si grand que Hana suspectait qu’il s’agisse d’un homme de quarante cinq ans qui s’était perdu, elle se félicita une fois de plus de son talent pour se sortir des situations désastreuses. Cachée comme elle l’était, elle ne pouvait qu’éprouver de la pitié pour ceux qui n’auraient pas réussis à se dissimuler à temps pour…

Hikari – Toi là ! Derrière le grand ! A ton tour.

Hana – Hein ?

Hikari – J’ai dit : à ton tour !

Quelque chose n’allait pas. Son plan avait échoué.

Traînant les pieds, elle alla se placer face à l’enseignant, et tâcha de se concentrer de son mieux.

La Motivation – Allez petite ! Tu vas y arriver ! Dix Shurikens, c’est trois fois rien !

La Raison – Nous pouvons donc en déduire qu’un rien équivaut très précisément à trois virgule trois trois trois trois trois trois trois trois trois rien…

La Motivation – Pas le temps de penser à ça ! ESQUIIIIIIIIIIIVE !

Le Doute – Dites moi si je dis une connerie, mais si il nous a vu dans notre superbe cachette de la mort qui tue… Comment on est sûr qu’il nous a pas vu arriver en retard ? parce que si il nous a vu on va se faire déchirer.

La Raison - …

La Motivation - …

Hana – AÏE !

Trois shurikens avaient eu le temps de la frapper avant même qu’elle n’arrive à réagir. Hikari allait vite, et fort, et un quatrième la frappa à la tempe, ouvrant une petite plaie dont s’écoula un filet de sang qui tâcha sa veste. Elle lança à Hikari son regard le plus noir, et tenta, à nouveau, de se concentrer. Elle esquiva le cinquième shuriken d’un pas sur le côté, et bondit en arrière pour éviter le sixième. Elle tournoya sur elle même pour éviter que la septième étoile n’ouvre une nouvelle plaie sur son ventre, et tâcha de se stabiliser. Toute à sa chorégraphie, cependant, elle n’avait pas eu l’occasion de réaliser une petite aspérité dans le sol. Déséquilibrée en butant dessus, elle battit vainement des bras, et encaissa deux étoiles de plus tout en tombant, la dernière la frappant au coude alors qu’elle était à terre.

Hikari – Ridicule…

Hana voulut se lever d’un bond. Elle ne supportait pas l’idée d’être à terre face à tout le monde. Mais lorsqu’elle commença à se redresser, elle renonça. Plusieurs plaies s’ouvraient sur ses bras et ses temps, et son coude gauche la lançait violemment.

Ce n’était pas un résultat très bon.


Dernière édition par Hana Aisu le Dim 17 Mai - 20:30, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:54

Le membre 'Hana Aisu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 19:56

Les premiers cours s’enchaînèrent avec une vitesse déconcertante, déjà les professeurs mettaient un maximum de pression sur leurs étudiants, pour les tester et voir un peu leurs limites. Dès le premier jour, un test fut annoncé par Hikari Senjago, il serait visiblement centré sur les capacités physiques des élèves, un avantage pour Kabashi qui mettait beaucoup d’efforts pour entretenir sa condition physique.

Sans aucun doute ce test mettrait en avant son dur entraînement, mais qu’en est-il des autres élèves, malgré son assurance habituelle, il ressentait un peu de stress à l’idée de pouvoir être battu par l’un des autres gamins de l’académie. La concentration serait la clé, apprendre à se servir de sa tête avant de foncer tête baissée. Kabashi n’aimait pas les fioritures, il aimait l’action, la violence, mais sans jamais le montrer directement. Alors qu’il avançait en direction des jardins, il fit tout son possible pour calmer ses ardeurs, et ne pas laisser filtrer la moindre once d’excitation.

Un groupe d’élèves allait dans la même direction, il passa à côté d’eux sans même les regarder, il entendit cependant quelques chuchotements en direction de sa personne. Il s’arrêta.

« Vous avez quelque chose à me dire ? » Le ton employé était aussi désagréable que possible, Kabashi n’aimait pas les messes basses, encore moins venant d’orphelins ou de racailles des autres clans.

Celui qui semblait mener le groupe s’arrêta, jaugea l’adolescent qui lui faisait face.

« Je te connais. Tu es du clan Senjago, tu sais que tout le monde te prend pour un cinglé. Tu trouves ça malin de traiter tout le monde comme des moins que rien ? »

« J’appelle un chat, un chat. Je ne vais pas m’amuser à faire des courbettes pour le bon plaisir de mes petits camarades. »

Le gaillard commença à se mettre en rogne, Kabashi attendait son premier mouvement, oserait il se mesurer à lui ?

« Je ne cherche pas la bagarre tu sais. Il n’y a que la vérité qui blesse, et à ton regard j’ai l’impression d’avoir commis un crime de lèse-majesté. Alors ? Touché ? »

Kabashi tourna les talons et reprit sa marche vers les jardins. Un coup par derrière peut-être ? Des insultes murmurées contre lui ? Kabashi s’en moquait, il n’était pas là pour se faire des amis, mais pour apprendre et devenir un soldat de Konoha. Une petite foule commençait déjà à se presser vers les jardins, piquant les oreilles du jeune homme. Kabashi ne demandait rien à personne, mais sa stature et sa réputation suffisaient à provoquer les petites humeurs de ses congénères.

Son cercle de connaissances et d’amis se comptait sur les doigts d’une main, il s’agissait d’autres Senjago. Ils étaient un peu comme lui, dédiés à leur entraînement, au village, et mettant de côté leurs différends, leurs émotions en dehors des entraînements. Kabashi avait fini par développer une sorte de dégout viscéral envers tous ceux qui se laissaient encore influencé par leur petit nombril d’adolescent.

Il pensait comprendre mieux que tous les garçons de son âge le monde qui l’entourait, ce n’était pas totalement faux, mais d’un autre côté cela faisait de lui un être impétueux et détestable.


« Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. »


Kabashi's Theme

Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 20:00

Que la chance soit avec moi Razz


« Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. »


Kabashi's Theme

Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 20:00

Le membre 'Kabashi Senjago' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :


Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 21:37

Kabashi entra dans le jardin en bout de file, avec les derniers arrivés. Hikari se tenait devant le groupe. Le test semblait déjà avoir commencé, un étudiant se trouvait au centre du jardin et Hikari lui lançait des shurikens dans tous les sens. Le gamin fit de son mieux pour les esquiver, mais la plupart des petites étoiles de bois se plantèrent dans sa chair. Il retomba lourdement au sol, des étoiles plantées un peu partout sur le corps et en mauvais état. Rapidement quelqu’un se dirigea vers lui pour lui prodiguer les premiers soins, un autre élève fut alors désigné par Hikari. Les lancer s’enchaînaient sans discontinuer. Kabashi connaissait l’exercice, cependant Hikari n’y allait pas de main morte, ses jets étaient précis et sacrément rapides, quasi impossible à éviter en si grand nombre. Kabashi n’était pas le plus agile, ses principaux atouts étaient sa force et sa résistance, et à la vitesse à laquelle les shurikens s’envolaient, il y avait de fortes chances qu’il soit touché.

Un gamin Isatsu passa à la casserole, il n’esquiva que la moitié des projectiles, et malgré son sourire, son corps ne semblait pas supporter le traitement qu’il venait de subir, c’est le visage balafré qu’il quitta la « Zone de tir ».  Peu après une Aisu entra en piste, ce n’était pas beau à voir, la jeune fille se retrouva avec maintes plaies partout sur le corps, et ne put même pas se relever.

« Pff, des faibles. »

« Serais-ce le superbe ton méprisant de mon cousin préféré que j’entends dans la foule ? Montres-toi, ta touffe de cheveux n’est pas un camouflage. »

Kabashi sortit du rang, la tête haute, prêt à relever le défi.

« Alors comme ça tu penses que ta petite camarade ne vaut rien du tout ? En piste gamin. Il lui passa la main dans sa tignasse. »

Kabashi était bien trop concentré pour relever la moquerie, il se mit en place, prêt à esquiver tous les projectiles, et à encaisser ceux qu’il ne pourrait éviter.

Plusieurs projectiles fendirent l’air dans sa direction, d’instinct il plaça son bras devant son visage, en laissant juste de quoi voir les projectiles qui approchaient à grande vitesse. Il bascula sur la droite, évitant l’un des shurikens. Malheureusement pour lui, il mit trop de fougue dans son mouvement l’empêchant de récupérer et d’esquiver le projectile se dirigeant vers sa tête. Un léger filet de sang gicla de son bras. Deux autres projectiles furent projetés dans sa direction, cette fois il était prêt, d’une banale roulade il esquiva les deux étoiles qui vinrent se planter quelques mètres plus loin dans un arbre. Le problème des roulades, c’est qu’il est souvent compliqué de se remettre en position rapidement. Dans toute sa perversité, Hikari lança deux shurikens alors que le jeune homme venait à peine de terminer son mouvement, d’un geste imprécis mais contrôlé, il put se redresser et contracté ses muscles afin d’être prêt à recevoir les projectiles. L’un se ficha dans son mollet, et l’autre lui effleura le visage, laissant une belle entaille au niveau de la joue.

« Je vois qu’on a envie de jouer au dur, je devrais peut-être accélérer la cadence. »

Trois projectiles s’envolèrent des mains d’Hikari, Kabashi ne se sentait pas de se lancer dans une pirouette de plus. Ce n’était pas son style. A la place il frappa les étoiles de bois avec ses mains nues, utilisant sa force pour les briser en limitant un maximum les dégâts, pour autant l’un des projectiles lui entailla l’arcade cette fois. Un flot de sang lui recouvrit l’œil, un handicap non négligeable pour le dernier tir.

« Tu sais, ça ne compte pas si tu ne les esquives pas, mais je dois avouer que je ne te voyais pas aussi dur au mal. Mon frère a vraiment mis du cœur à t’entraîner. Il en reste encore un, un conseil, esquives-le, sinon je te botterai moi-même les fesses. »

Il avait les mains entaillées, et le visage balafré, mais le même regard perçant se plongeait dans les yeux du professeur, à la recherche du bon angle. Celui qui lui permettrait d’éviter le dernier shuriken.

Le projectile fila dans l’air, il y avait de l’effet dans ce projectile, il partait d’en haut mais allait finir sa course dans ses jambes. Ses puissantes cuisses lui permirent de bondir maladroitement par-dessus le projectile, il se réceptionna correctement, le projectile disparu dans les arbres. Il n’en avait pas esquivé beaucoup, mais sa performance était là pour marquer les esprits, montrer qu’il ne reculerait devant rien pour survivre. Il quitta sobrement la zone de tir, boitant légèrement et le visage en sang.
Une jeune fille lui tapa sur l’épaule.

« Tu veux un mouchoir ? »

Ce ne serait pas de trop, l’idée d’avoir du sang coagulé dans l’œil ne lui inspirait rien de bon, il accepta sans fioritures le bout de tissu qu’on lui tendait, et se l’appliqua sur le visage.

« Merci »


« Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. »


Kabashi's Theme

Qazea Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 22:20

Mon cœur avait raté un battement lorsque je vis le regard de mon camarade de chambrée en quittant la salle dans les premiers élèves. Pourquoi ce regard m'avait-il tant attristé ? Pourquoi m'avait-il regarder ainsi ? Peut-être me considérait-il comme un fayot, comme un putain de fayot qui obéit sans rechigner aux professeurs ? Je regardais le jeune professeur, professeur qui m'avait paru incroyablement cool quelques minutes avant. J'avais été très enthousiasmé par l'idée d'esquiver une poignée de Shurikens en bois. Certains élèves passaient et en ressortaient quasiment indemne, comme mon camarade de chambrée. Mais d'autres saignaient et souffraient plus que ce qu'ils auraient dû. C'est là que je me rendais compte que de simples shurikens en bois devenaient des armes de destructions massives dans les mains d'un ninja.

Lorsque le professeur me demandai de venir, je me mis à une distance respectable sans adresser un mot à personne. Puis le lancer commença sans même attendre un peu. Le premier shuriken fut lancer à une vitesse fulgurante, mais je pus l'esquiver en faisant une petite roulade vers la droite. De là, un second Shuriken fut lancé, shuriken que je réceptionnais en le coinçant entre deux de mes doigts et que je glissais discrètement dans ma poche en faisant semblant de le lancer derrière. Le troisième shuriken arrivai à toute vitesse vers moi, mais je l'esquivai d'un bond en arrière. La sueur commençait à s'accumuler sur mon front. Je me débrouillais plutôt bien pour l'instant, mais la forte chaleur faisait baisser mon endurance et commençai déjà à me fatiguer.

Le quatrième fut lancer un peu bas, et il me suffit de sauter au dernier moment pour qu'il passe en dessous de mes jambes. Je fixai d'autres élèves. Ils étaient en sang, et j'eus peur un instant de ressembler à ça une fois le test terminer. La peur me déconcentrant, je ne vis pas le cinquième shuriken venir vers moi. Je ne pouvais pas l'esquiver, et me tournai alors pour le prendre de la façon la moins douloureuse possible. Je me tournais et présentai mon bras. Le shuriken vint se planter dans mon avant-bras et me provoqua une intense douleur, mais rien par rapport à d'autres et retint donc mon cri. Je retirai ce fameux shuriken de mon bras et dévia le sixième grâce à lui avant de le jeter au sol.

Je regardais à présent Lio. Il avait superbement bien réussit son test, ne se prenant que deux shurikens. Je devais impressionner encore plus que lui, tout en me montrant l'air rebelle pour qu'il comprenne que je ne suis pas un Fayot. Je réfléchissais à ça tout en me baissant lorsque le septième arriva. Il vint se détruire dans le tronc d'un arbre derrière moi. Je commençais réellement à être épuisé, mais je me motivais en me disant qu'il ne me restais plus grand-chose à faire, qu'il ne restait que trois shuriken.

Le huitième failli me percuter. À ce moment là, un ninja aurait probablement ait un salto, mais je n'étais pas encore assez habile pour ça. J'esquivai le shuriken en avançant car un effet avait été mis dessus pour qu'il me percute par la droite. Le neuvième était lancé vers ma tête, je me baissais donc une seconde fois. Le dernier fut le plus fulgurant de tous, le professeur devait être énervé de ne m'avoir touché qu'une seule fois. J'esquivais en sautant vers la droite. Je me rattrapai sur mes mains et me relevai d'un bond.

J'étais épuisé mais refusais de le laisser paraître malgré la sueur qui perlait mon front. J'avais réfléchi à un moyen de ne pas paraître intello, fayot, ou quoi que ce soit sans être insolent. Il suffisais de lâcher un petit commentaire assez fort pour que tout le monde entende, me faisant passer pour un rebelle – voir même un tantinet arrogant – comme par exemple…

- Et bien dis donc, je m'attendais à pire pour un premier examen.

C'est sous le regard éffaré du professeur et des élèves lambdas que je retournais m'asseoir dans l'herbe, cette herbe si tendre sur laquelle j'avais fait la rencontre d'une poignée d'élèves tout à l'heure. Oui, cette scolarité allait me plaire. J'essayais de voir, sans réussir, si le regard de Lio envers moi avait changer.


Dernière édition par Qazea Toshiya le Dim 17 Mai - 23:58, édité 2 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 22:20

Le membre 'Qazea Toshiya' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 23:05

Yosuke était plongé dans le mutisme. il regardait fixement devant lui, fixement le professeur, fixement sa cible dont le sang coulait… Et à chaque cible le sang coulait, coulait et coulait encore. Il coulait à chaque aspirant. Et parfois, il coulait vraiment beaucoup…

Ses jambes tremblaient, elles auraient pu se liquéfier que l’effet aurait été le même. Nous sommes le premier jour de la rentrée, nous sommes à l’Académie, un lieu sécurisé. Pourtant, là, devant lui, il avait un minuscule extrait de ce que pouvait être la guerre au dehors. Il en avait des nausées.

[Hikari] – Suivant !

Non, il ne voulait pas y aller. Pas encore, pas aujourd’hui, il n’était pas prêt, il ne savait pas faire…

[Hikari] – Suivant !

Encore un, encore un qui saigne, qui a mal, qui saigne encore… Qui est mort ?

[Hikari] – Et toi là !

Yosuke pouffa un soupir silencieux. Non, ce n’est pas vrai, il le regardait.

[Hikari] – C’est à toi, bouge ton cul.

Une pression sur le dos, non, celui de derrière était en train de le pousser. Non, non, non…

La pression devient plus forte encore, il faisait contrepoids, hors de question d’y aller. Puis la pression disparut d’un coup et Yosuke tomba sur les fesses.

[Hikari] – Tu veux une couche ?

Le professeur avait pris un ton sérieux mais certains ne cachaient pas les rires moqueurs. Yosuke transpirait, bafouillait.

[Hikari] – Quoi ?

[Yosuke] – Je ne sais pas, pas encore. Je ne suis pas prêt.

L’enseignant avança et posa son nez sur celui de l’étudiant léthargique. Il l’attrapa et le lança de la même façon que pour le premier étudiant.

[Hikari] – On n’est jamais prêt pour la guerre. On sert les dents, on sert les fesses et on prie pour que ça passe. C’est tout.

Figé, là, à quelques mètres, l’esprit de Yosuke ne pouvait être plus troublé. Il s’était relevé d’instinct mais, c’est comme s’il avait quitté son propre corps. Pourquoi était-il là ? Pourquoi tout ce sang ? Le sol était tâché à de nombreux endroits. Est-ce que le champ de bataille ressemblait à ça ?

Hikari fit un mouvement de la main. Deux shurikens passèrent successivement à droite et à gauche du garçon, sans que celui-ci ne réagisse. Les aspirants restants retenaient leurs souffles. Pourquoi avait-il lancé à côté ? Mais Hikari avait le visage sévère, ce qui tranché totalement avec son comportement habituel.

Trois, cette fois il prit trois shurikens. Le sifflement fut suivi de trois impacts : épaule, bras, et jambe.

Yosuke gémit frénétiquement de douleurs. En position fœtale, dos à l’ennemi, Yosuke semblait revivre une scène d’un passé lointain. Dans un état second, il ne pouvait entendre les remarques autour de lui, et les visages accusateurs.

[Hikari] – Bouge-toi ! Si tu ne bouges pas, je te tuerai…

Yosuke sentit une nouvelle douleur dans son dos, plus vive encore que les précédentes.

Les yeux écarquillés, Yosuke pleura, hurla, sauta, tomba pour finalement foncer en direction d’Hikari le poing en avant. Hikari l’attrapa par la gorge et souleva le garçon. Celui-ci avait fini par bouger en évitant la plupart des shurikens restants.
La bave aux lèvres, la rage dans le corps et la peur dans les yeux, le professeur décida de l’envoyer deux mètres plus loin. Yosuke reprit ses esprits et se tortilla de douleurs.

Des élèves commençaient à jacasser mais un regard assassin de l’adulte mis fin directement aux messes basses.

[Hikari] – Amenez-le à l’infirmerie. Il a sans doute fait mieux que la moitié d’entre vous.




Dernière édition par Yosuke Isatsu le Dim 17 Mai - 23:23, édité 1 fois
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Love & Pets] Une démone en danger ( suite des ruelles ) [PV: Lucy & Jérémy]
» Le palais Sans-souci en Danger
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Nouveau test de répartition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: jardins
-