Partagez | 
 

 Test 1 - Des aspirants en danger - Suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 12:07

Rappel du premier message :

Le premier test de votre scolarité aura lieu sur ce terrain d'entrainement. Le professeur Hikari Senjago est en route, et d'un ton amusé, il a promis des sévices physiques à ceux qui seraient en retard. Ne tardez pas et postez avant lui si vous ne voulez pas être blessé dès le premier test.



AuteurMessage
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Dim 17 Mai - 23:05

Le membre 'Yosuke Isatsu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :


Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 0:39

[Je garde pour faire le RP, je vais éditer =) Je veux juste voir le nombre de shuriken que je me vais me ramasser en pleine face]
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 0:40

*** HRP : Next time, essais de mettre un peu plus de délais entre le moment où on peut poster parce que avec mon décalage et le fait que je travail temps plein, je vais jamais être capable d'être à temps ! XD ***

[Daiisu] – Une mauvaise journée!

Dis-je, à moitié nue et en vous regardant droit dans les yeux... Oui toi, celui qui prend le temps de lire le poste. C'est toi que je regarde. Est-ce que cela t'es déjà arrivé de te lever un matin et d'avoir cette désagréable impression que la journée qui s'en venait, elle allait juste être une putin de mauvaise journée?


Je pris une pause le temps de mettre un chandail, avant de poursuivre.

J'ai vraiment l'impression qu'aujourd'hui va être une journée où j'aurai mieux fait de rester couchée dans mon lit et juste me réveiller demain. Le genre de journée où Batman aurait dû rester coucher lui aussi au lieu d'aller emmerder Superman.


***
Cela faisait quelques minutes que je venais d'arrivée et le test semblait avoir déjà commencé. J'étais à l'écart du groupe, je n'aimais pas tant la présence des autres. Ils sont si... inférieur. Un gamin venait d'en prendre un autre pour s'en faire un bouclier humain. Pauvre petit gros! Je l'aimais bien lui... Pas monsieur bouboulle.

Mon tour vint beaucoup trop rapidement. C'était agréable de regarder les gens se prendre des shurikens en pleine tronche. Je savais bien entendu que mon tour allait venir, mais bon, autant profiter du moment avant de devoir en payer le prix.


[Hikari] – Toi, la retardataire. Amène ton cul ici.

Il y a un concept très simple dans la vie que les professeurs ne semblent pas avoir assimilés. Je ne suis jamais en retard, c'est eux qui débute leur cours trop rapidement. Ils n'ont pas encore comprit qu'ils ne peuvent pas débuter à enseigner tant que je ne suis pas là. Ils ont besoin de ma présence.

[Daiisu]  * Je suis pas en retard, c'est vous qui êtes trop pressé *

Lui dis-je dans ma tête et en me dirigeant vers lui. Tu en penses quoi toi, oh tout puissant lecteur? Je n'allais quand même pas lui répondre et faire rire de moi. La honte, en plus, il m'en aurait sûrement lancé 20, des shurikens, juste pour lui avoir répondu. En plus, je suis certaine que son test à la noix allait faire rire de moi... Journée waiiiit for it de merde!
Enfin, je parle de test, mais je dirais plutôt séance de : ''cours ou crève'', mais comme c'est un cours, ça passe. En même temps, je dis professeur, mais MONSIEUR Senjago avait une case en moins. Son test à lui, c'était de balancer des morceaux de bois pointu dans la figure de ses élèves. Si c'est ça être un professeur, c'est où que je dois signer?


[Hikari] – Prête?

Dit-il en balançant le premier shuriken. Une attaque surprise? Quel enfoiré, je n'étais pas prête et cela me prit par surprise. J'ai réussit à esquiver le shuriken en un mouvement gracieux de de : ''Oh fuck, c'est quoi ça, autant me jeter à terre en manquant complètement de grâce.'' où le : ''OFCQCAMJTMC) Je sais, je sais. Le nom est génial! Un rire éclata de la part de la foule. Je les avaient tellement impressionnée avec mes deux pieds gauches qu'ils ont eu un rire nerveux. Je suis géniale! Pleine de boue, mais géniale!

Le second Shuriken par contre, en plein sur le front. Lui je ne l'avais vraiment pas vu venir, il était venu s’écraser contre ma peau en la tailladant. Un peu de sang coula jusqu'au sol.


* Mon front est rouge,
J'ai des bleus,
Lance moi ton bois
Pecnot de mes deux!
*

La suite n'en fut que des plus admirable. Pour ma détermination je veux dire. J'ai dû éviter quoi, 4 shuriken en tout. Les autres, je les encaisser pour lui prouver que je peux résister à son petit entraînement mieux que les autres. Je suis faite solide! Plus solide que n'importe qui ici!

J'avais mal, mais étant quelqu'un de maladroite, je savais encaisser les petits coup de la vie.


Journée de merde

vous chuchotais-je


Dernière édition par Daiisu Aisu le Lun 18 Mai - 2:18, édité 4 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 0:40

Le membre 'Daiisu Aisu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :


Takuan
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 13:13

- Chapitre 1 -
Premiers pas

Parmi la longue liste de ses défauts, Takuan avait pu découvrir lors des dernières semaines un sens catastrophique de l'orientation. Depuis le jour de son exil, loin de la maison close où il occupait le rôle du servant docile, il avait beaucoup voyagé. Tenba-san, le grand barbu qui l'avait recueilli, ne comptait pas revenir à Konoha directement. Il devait d'abord mener ses affaires dans l'Ouest du pays avant de revenir vers le village de la feuille. Il fallut du temps pour comprendre, et accepter, les évolutions de sa situation. Après quinze années de servitude et d'obéissance, il jouissait dorénavant d'une liberté exacerbée, presque étouffante. Il n'en savait que faire, aussi reprenait-il généralement ses habitudes d'antan en préparant les repas, lavant le linge, et s'occupant des moindres désirs de Tenba. Le shinobi réagissait d'un sourire mêlant gratitude et gêne. Il songea qu'il était temps que ça cesse, aussi commença-t-il à s'occuper de son éducation.

En une dizaine de jours, Takuan vit s'étendre en lui un champ des possibles presque infini. Il en eut la nausée. Tenba-san lui expliqua le principal du monde qui l'entourait, du village de la feuille, de ces fameux dons qu'il avait repéré le soir de sa libération. On appelait ça le Genjutsu, la maîtrise des illusions. La capacité à entrer dans le cerveau d'autrui et d'insérer en lui une nouvelle réalité. Takuan n'en revenait pas, il acquiesçait mais n'y croyait pas non plus. Mais si tout cela était vrai, alors peut-être pourrait-il devenir quelqu'un dans ce monde...

Le garçon se vit grandir en lui quelques talents aussi. Il se faisait bon cuisinier, un comptable décent, il apprenait à écrire et lire à une vitesse prodigieuse. Ses capacités physiques demanderaient de l'entraînement et de la motivation, mais rien ne semblait irrattrapable selon Tenba-san. Beaucoup de choses s'étaient passées lors de ce voyage, à y songer, il lui semblait avoir beaucoup plus vécu en quinze jours qu'en quinze longues années....



Et le voilà maintenant sur le terrain d'entraînement, entouré d'autres enfants de son âge. Il se sent ridicule dans sa tenue de moine achetée par Tenba-san. Cela lui avait semblé une bonne idée au début, les draps amples lui permettaient de cacher son corps frêle, mais pour l'exercice qu'ils devaient accomplir aujourd'hui, cela lui semblait un mauvais calcul...

Eviter des shurikens... Takuan n'avait aucune idée de comment s'y prendre. Plusieurs garçons passèrent avant lui, avec plus ou moins de réussite. Les blessures semblaient réelles, ce qui amplifia son appréhension. Quand vint son tour, il enleva la majeure partie des drapures et se plaça en position. Une dizaine à éviter, la torture se terminerait bien vite. Elle lui paraissait presque une balade finalement, tant il avait pu vivre pire sur la scène de l'auberge de Sekigahara. Une première salve partit, et à la chance se maria une dextérité qu'il n'aurait jamais soupçonné posséder. Les trois premiers n'atteignirent pas sa cible, à la grande stupéfaction du jeune homme. Une deuxième salve de deux shurikens fut lancée, et de la même manière, par une astucieuse position de repli baissée et un coup de hanche vers la droite, ils ne firent qu'effleurer Takuan. Le professeur, dont la mine joyeuse lui donnait des frissons, se contenta alors d'augmenter la cadence et la vitesse. Le sixième fut presque esquivé, mais à la lumière d'une condition physique perfectible, Takuan n'eut pas le temps d'esquiver, et le disque de métal vint se ficher dans son mollet. Surpris par la douleur, et gêné dans ses mouvements, il encaissa les quatre suivants sans pouvoir y faire grand chose, en évitant toutefois de subir des dommages trop importants. La moyenne, après tout, c'était déjà pas mal. Takuan tituba vers l'extérieur de la zone de test, vers un endroit sans grand monde d'où il pourrait panser ses plaies. Un ciel azuré inondait les environs d'une lumière chaleureuse, et le souffle printanier faisait voyager une multitude d'effluves parfumées des champs fleuris aux alentours. La souffrance perçue ne pouvait supplanter cette étrange sensation de plaisir qui montait en lui. On commençait à faire de lui un soldat. Serait-il de nouveau un pion dans un échiquier trop grand pour lui ? Probablement. Mais un jour, il aurait le temps de renouer les liens avec Dame Naede et Taneka-san, ainsi qu'avec tous les clients de Sekigahara. Il se sentait prêt à accepter toutes les privations et toutes les souffrances pour revenir un jour sur les lieux de son enfance et rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui avaient décidé de ne donner aucune valeur à sa vie.


Dernière édition par Takuan le Lun 18 Mai - 14:56, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 13:13

Le membre 'Takuan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :
Ibuki Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 20:03

Ibuki n'avait pas conscience du temps que cela lui avait pris pour revenir aux jardins, car en longeant les couloirs, elle était tombée sur un spectacle qui avait retenu son attention : un enfant, assis contre le mur, pleurait.  Plus jeune, peut-être huit ans, il avait la tête enfouie dans ses genoux et frissonnait de tristesse.  Ibuki, sachant pourtant qu'elle serait en retard, ne pouvait passer sans l'aider et s'était penchée au-dessus de lui.  Elle ignorait alors tout de l'exercice sadique que son cousin était en train de faire subir aux élèves...

* * *

_ Dis papa, tu crois qu'un jour de vais devenir forte comme Hikari ? fit sur le ton innocent d'une gamine une petite Ibuki admirative du talent de son cousin.
_ Tu sais, Hikari a travaillé dur pour protéger le clan et il s'est entraîné tous les jours.  Toi, tu t'entraînes tous les jours ?
_ Oui ! lança alors l'enfant, son petit poing serré par une conviction naïve qui faisait tout son charme.
_ Alors sûrement deviendras-tu aussi forte que lui, voir plus.

Les lèvres de la petite fille s'étirèrent alors et Ibuki, âgée de quatre ans, fit son plus beau et grand sourire.  Puis elle se laissa glisser des genoux de son père et moulina des bras, avant d'enchaîner des coups de poings malhabiles face à un adversaire invisible.  Poussant des kiai joyeux, elle lança même quelques « Ibuki-ponch », sa technique secrète qu'elle avait mis un après-midi à imaginer.  Son père aimait passer ses après-midi à observer son enfant, attendri par l'énergie inépuisable qu'elle seule savait exprimer.  Bien sûr, elle était loin du niveau de son cousin...  Après tout, Hikari était l'un des rares génies du clan, car malgré son jeune âge, il tenait à distance un adulte peu entraîné sans mal.  Mais Ibuki avait cette vivacité que le blond ne possédait pas, cette petite flamme au fond de l'oeil qui l'aiderait à surmonter bien des défis.

D'ailleurs, la petite fille rassemblait ses bras en croix au-dessus de sa tête.

_ Iiiiii-buuuuu-kiiiii...  POWAH ! cria-t-elle, ouvrant en même temps les bras, heureuse, afin de « décupler sa puissance de frappe. »

Papa éclata de rire.

* * *

Le blond testait tour à tour les élèves, sans relâche, il aurait tôt fait d'épuise à la fois les pauvres aspirants comme ses projectiles.  Arrivant sur le tard, en tenant la main de l'autre garçon qu'elle avait croisé sur le chemin, Ibuki jeta à regard sur l'assemblée.  Ses sourcils de froncèrent.  Pourquoi son cousin devait-il être aussi brusque avec les aspirants ?  Car si ceux du clan connaissait le caractère explosif du blond, et savaient à quoi s'attendre, les autres n'étaient pas au bout de leurs surprises.  Cela agaçait la Senjago, qui ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour eux.  Vraiment, il allait trop loin...

_ HIKARI ! apostropha-t-elle sur le ton de la mère mécontente.

Le blond se retourna, d'abord surpris.  Les autres élèves aussi semblaient surpris.  Était-elle inconsciente ?

_ Oh ?  T'es en retard ? demanda Hikari.
_ Ouais.
_ T'as couru au moins ?
_ Non.
_ Même pas un peu ?
_ Non... Il fallait ?

Sans aviser, le blond plongea la main dans son sac à munition et balança à pleine vitesse son premier shuriken de bois.  Le projectile frappa entre les deux yeux, qui avaient à peine eu le temps de s'écarquiller.  Ibuki cria un cri de douleur et porta ses mains à sa figure, rejetant la tête vers l'arrière.

_ HOOOY !!  ÇA VA PAS ?!  ÇA FAIT MAL TON TRUC !!
_ T'avais juste à éviter.
_ FAUT PRÉVENIR AVANT !!
_ Fais gaffe.
_ Qu... ?

Un second projectile l'atteignit aux mains.  Ibuki poussa à nouveau un cri de douleur et ses mains cessèrent de protéger son front.

_ HOOOY !!  J'T'AI DIT QUE ÇA FAISAIT MAL !!
_ FAUT ÉVITER, TU FAIS EXPRÈS ?!
_ MAIS T'AS PAS PRÉVENU !!
_ J'AI DIT FAIS GAFFE !!
_ ...
_ FAIS GAFFE !!
_ Qu... ?!

Le nouvel impact contre son front résonna et Ibuki tomba vers l'arrière, puis se tordit de douleur.  Une petite larme pointa au coin de son oeil.

_ Y'a quelqu'un qui peut lui expliquer ? demanda Hikari à la foule, d'un regard vague.

Le gamin avec qui Ibuki était arrivée rampa alors jusqu'à la Senjago et lui souffla grossièrement les instructions à l'oreille.  La jeune femme écouta attentivement puis se redressa d'un bond, un mince filet de sang coulant le long de son nez.

_ Hehe, j'ai compris...  Allez, viens !  IBUKI DODGE !! appela alors l'adolescente en prenant la pose, une jambe levée devant, le pied tendu, et les deux bras en ballerine au dessus de sa tête.

Hikari poussa un soupir.  Une.  Deux.  Touchée.  Deux fois.  Ibuki s'écrasa à nouveau.

_ Ibuki dodge : failure...
_ Arrêtes de faire la gamine...

Ibuki se redressa, les mains en croix au dessus de la tête.

_ Iiii...buuu...kiii... POOOOW...

Hikari lança son sixième shuriken.

_ POWAÏE !

Le blond grinça des dents.  Un groupe d'élèves de moquèrent de la jeune femme.

_ IIIIH...

Septième lancé.  Précision parfaite.

_ BUUUUH...

Huitième.  Neuvième.  Aucune erreur.

_ KIIIIIIHH !!

Dixième.  Touchée.  Coulée.

Ibuki était sur le dos, haletante.  Elle n'avait au final rien éviter, et ses techniques secrètes avaient toutes été inefficaces.  Hikari ne prenait même plus plaisir à la martyriser, tant l'absurdité des poses de sa cousine lui avaient sapé le moral.  Il passa une main dans sa tignasse et d'un ton neutre, lui dit :

_ Recalée.




Dernière édition par Ibuki Senjago le Mar 19 Mai - 0:29, édité 2 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 20:03

Le membre 'Ibuki Senjago' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :


Ibuki Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 20:11

Hikari se tourna vers le jeune garçon avec qui était arrivée la Senjago.  Afin de passer son humeur, le fixant droit dans les yeux, il prononça les deux mots fatidiques : au-suivant.  Le jeune garçon glapit et ses muscles se crispèrent.

Le professeur prit son élan.

L'élève tenta de fuir mais ses jambes étaient tétanisées.

Hikari balança son projectile, qui fusa rapidement et siffla dans l'air.  Le jeune garçon ferma les yeux.

L'étoile percuta dans un bruit sourd.

Ibuki avait fait écran.

_ T'en veux encore ?  Allez, dégage avant que j'change d'avis, t'as déjà eu ton tour et t'as raté, lança le blond, énervé.

De dos, rabattue sur le jeune garçon, la Senjago ne fit que regarder par-dessus son épaule.  On pouvait deviner un sourire sur ses traits.

_ J'avais oublié de te dire une chose, fit-elle en se retournant, les mains sur les hanches.

L'ambiance changea.  Pas son obstination, Ibuki tenait tête au professeur.  Pour ceux du clan Senjago, il n'était pas étonnant de voir ainsi l'adolescente forcer le respect.  Et à bien regarder, les deux Senjago étaient loin d'être du même calibre.  Déjà, les marques sur le corps de la jeune femme commençaient à paraître, et l'énervement du professeur devenait palpable.

_ Me dire quoi, répondit d'un sourire malsain le professeur.
_ Que ça va être à toi de mettre ta couche ! lança alors la Senjago sur son ton naïf et enjoué.

La provocation allait trop loin.  Hikari ne se contint pas et lança deux projectiles.  Cette fois, en se couchant au sol lâchement, Ibuki parvint à s'esquiver.  Puis elle se releva et s'épousseta un peu.

_ Ah, j'ai compris ! se dit-elle pour elle-même, étonnée elle-même par son geste.

Elle leva à nouveau les yeux sur le professeur, plus amusée que jamais.  Et contagieuse, elle sembla dérider un peu son cousin.

_ Hikari, faisons un pari.  Je prends la place de celui-là, fit-elle en pointant le jeune garçon resté derrière, et si tu parviens à me toucher, ma conséquence pour mon retard double.  Ça te va ?
_ Toujours aussi dingue...  Ouais, c'est bon.  Prête ?
_ Mmm-mmmh, fit-elle en hochant la tête.

Hikari se plaça en position de combat et glissa sa main dans son dos.  Sa cousine se déplaça également et adopta, cette fois, une pose plus sérieuse.  Un temps passa.  Puis le professeur lança ses projectiles.

Dans de magnifiques arcs de cercle, les armes vinrent sur son côté droit.  L'un pour les jambes, l'autre pour le torse.  Ibuki, une fois de plus, se jeta au sol, mais vers l'arrière cette fois.  Les armes passèrent à peu de la toucher.
Aussitôt, la Senjago se releva.

À peine sur ses pieds qu'une nouvelle salve l'assailli.  Ibuki se mit à sauter sur le côté et bien que peu habile, parvint à éviter les projectiles.  Ainsi, elle se déplaça rapidement autour de l'aire de test jusqu'à ce qu'Hikari n'aille plus que trois dernières étoiles.  Là, elle reprit son souffle.  Le professeur semblait encore très loin de l'épuisement.

_ Trois hein, fit la Senjago pour elle-même, les mains sur les genoux.  J'peux encore y arriver.

Elle se redressa.

Le regard de son cousin avait changé.  Et elle connaissait ce regard.  Ibuki ne vit pas les projectiles filer.  Seulement la douleur qui lui brûla la poitrine.

Aïe.

* * *

_ Dis papa, fit une grande Ibuki le matin de son entrée à l'académie, c'est vrai qu'Hikari va nous enseigner ?
_ Oui.  C'est vrai.
_ Penses-tu que je suis devenue plus forte que lui ?


Le père arrêta ce qu'il faisait pour regarder sa fille.  Il fut surpris.  Ibuki n'arborait pas son sourire innocent et ses sourcils froncés ne prêtaient pas à la rigolade.  Le père posa une main sur l'épaule de sa fille et regarda l'académie, au loin, qu'Ibuki toisait, décidée.

_ Je ne pense pas.

Il la regarda elle.  Ibuki ne broncha pas.  Elle s'attendait à cette réponse.

_ Crois-tu que je peux le devenir ?

Le père eut la gorge nouée par l'émotion.  Il était si fier d'elle.

_ Non.

Ibuki baissa la tête, déçue.  Elle s'attendait à cette réponse mais cette réponse était dure à entendre.

_ Sauf si tu t'entraînes tous les jours.

Ibuki redressa la tête vers son père et ses yeux noisettes pétillèrent.  Dans le creux de l'oreille, elle lui souffla :

_ I-bu-ki...
_ Po-wah, répondit-il.

Ils éclatèrent de rire.




Dernière édition par Ibuki Senjago le Mar 19 Mai - 0:44, édité 3 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Lun 18 Mai - 20:11

Le membre 'Ibuki Senjago' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :


Madoka Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 19:01

*- J'avais pas signé pour ça, moi !*


Dommage que les profs s'en moquent comme de l'an 40 de ce pourquoi tu as signé, gamine. Madoka s'attendait sûrement à ce que juste postuler à l'académie suffirait pour commencer les cours et avoir accès à toutes les jolies choses truculentes que recelait Konoha comme l'armurerie ou les techniques secrètes... Mais comme on pouvait s'en douter, ne deviendrait pas ninja qui veut. Et le test d'entrée ne se composait pas juste d'une épreuve écrite et d'un bizutage par les grands. L'épreuve d'admission était "simple" : le prof Senjago prenait un des aspirants et le bombardait de shurikens en bois. Dix par tête de pipe.
Madoka regretta amèrement de s'être réveillée à peine légèrement en retard pour l'examen, du coup ; si elle avait choisi de rester confortablement au lit au lieu de cavaler jusqu'aux jardins pour tenter de rattraper son retard, elle aurait peut-être eu le bonnet d'âne, mais elle serait passée au travers de la corvée de bombardement par shuriken en bois.

A en juger par ceux qui étaient passés avant, ça devait faire mal. Si certains avaient pu en esquiver quelques uns... D'autres avaient gagné un séjour tous frais payés à l'infirmerie. Et chacun y passait tour à tour... Il était peut-être encore temps de...



- Madoka Isatsu !


Et merde.


- Allez hop, tu connais la chanson !


Bon ben quand faut y aller, faut y aller... Peut-être que les choses allaient bien se passer, après tout. Il aurait peut-être mal au bras à force d'avoir lancé tant de shurikens, ou il lui accorderait un bonus circonstances atténuantes en voyant qu'elle n'était pas vraiment en tenue de sport... Mais à en juger par le premier shuriken dirigé droit vers la tête à cheveux roses, ça ne risquait pas d'arriver.

Le premier fut assez facile à esquiver, il avait suffi de bouger légèrement sur le côté. Le deuxième, pareil. Se cacher derrière les cibles semblait un bon plan, aussi Madoka commença à piquer un sprint vers ces dernières avant de piler net dans sa course quand le troisième shuriken passa juste devant son nez. Le père Hikari avait vu venir l'astuce depuis un kilomètre. Reprenant son sprint, Madoka eut la surprise de trébucher sur une pierre ; bien lui en prit, cela dit, car le quatrième shuriken passa juste là où aurait du se trouver sa tête sans cette chute. Sans réfléchir à la suite, miss Cheveux de Bonbon roula sur le sol pour se relever et reprendre sa course ; roulade sur le ventre fort peu gracieuse, mais qui permit d'esquiver les projectiles cinq et six.

Se relever fut l'occasion pour Madoka de plier les genoux à peine remise sur ses pieds pour voir shuriken 7 aller s'emplafonner dans une des cibles, maintenant derrière elle. Shurikens 8 et 9 suivirent en direction des jambes, mais rien que courir à nouveau sur le côté ne pouvait éviter. Et bah voilà, dix sur dix... Madoka avait réussi. Enfin, jusqu'à ce qu'elle s'appuie sur une des cibles pour reprendre son souffle... Et voir un nouveau shuriken dirigé vers sa tête. Oups.



*- J'en ai compté un en trop !?*

- AOUTCH !



Bim, pile entre les deux yeux. Enfin, mieux valait s'estimer heureuse, avec un vrai shuriken, Madoka s'en serait tirée avec un aller simple pour le cimetière. Mais d'où il sortait au juste, celui en trop ?


- J'en ai lancé qu'un quand tu te roulais par terre. Ce que t'as pris pour le deuxième, c'est toi qui à fait rouler un caillou. Nunuche.


La petite erreur qui pourrait être fatale dans le futur... Si les autres ne la tabassaient pas pour avoir des grosses loches comparé à la moyenne de Konoha ou pour assuré son esquive de shurikens.


Stats:
 


Dernière édition par Madoka Isatsu le Mar 19 Mai - 20:25, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 19:01

Le membre 'Madoka Isatsu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :
Ryosei
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 19:36

Je ne comprends pas. Pourquoi suis-je dans ce village au milieu des bois ? Pourquoi est-ce que j'ai accepté de rejoindre volontairement l'académie ? Vraiment, était-ce réellement des choix émanant de ma propre volonté ? Je ne comprends pas. Toute ma tête semble vide de souvenirs. Je peux remonter dans ma mémoire que jusqu'au moment où je me suis réveillé, couché dans une charrette, en route pour cette bourgade où je me trouve. A ce moment là, je me souviens juste avoir remarqué une blessure à ma...
Aaouch... Ma tête... Les sensations sur ma main droite semble indiquer que ma tête est recouverte de bandages. Je ne connais rien de l'état de ma blessure, mais celle-ci ne semble pas laisser le sang s'échapper.

Au final, l'ensemble de ces détails n'importe que très peu. Le principal ne réside que dans le présent. D'ailleurs, j'crois qu'il sonne à la porte. Ca fait une plombe que j'attends ici, assis sur une chaise inconfortable au milieu de plusieurs dizaine d'adolescents bruyants. Chaque minute, plusieurs rejoignent la salle où un professeur nous a donné rendez-vous pour un "Test". Très bien, mais qu'est-ce qu'un "Test" ?
Bon au final, j'ai juste eu à écouter ce qu'il avait à dire pour comprendre le but de cette chose nommée "Test". On doit courir vers un endroit dont je ne connais pas l'emplacement (cela fait toujours quelque chose en plus à apprendre parmi tous ce qui m'est inconnu) avec pour délais seulement deux minutes. Bien, il a fini. Tiens, tout le monde se précipite vers la sortie, il semblerait que chacun veuille faire bonne impression en arrivant le premier. C'est leur problème. N'ayant pas une corpulence énorme, je n'ai aucune envie de me faire bousculer par ce troupeau d'excités. J'vais gentiment attendre que tout ce bordel cesse et après j'en profiterai pour sortir sans subir les négligences d'autrui.

Toutefois, ils ont été assez rapide pour sortir de la classe, la majorité d'entre eux va surement arriver dans les temps sur le lieu du "Test". Cela ne va pas être mon cas, que cela en soit ainsi. De toute façon le principal est d'arriver avant la fin de l'épreuve pour pouvoir y participer. Arriver le premier n'a que peu d'importance au final. Très bien, vu que je n'ai aucune idée du type de test qui m'attend, autant prendre son temps pour garder un maximum de forces. En plus avec ma blessure au crâne, il ne faudrait pas non plus que je fasse des folies sportives, cela pourrait bien me jouer des tours. Bon par contre, il faut aller à droite ou à gauche ? Boarf, y'a qu'à suivre le côté qui a été le plus esquinté par le passage du troupeau en furie. A gauche donc, c'est parti.

Je n'ai pas vraiment eu le temps de visiter l'ensemble du bâtiment, mais avec cette petite ballade, c'est presque chose faite. Bon j'ai bien pris mon temps, mais je suis quand même arrivé bien avant la fin. Il doit rester une trentaine d'élèves sur place, ça fait beaucoup quand même. Glissons-nous derrière la masse et observons d'un œil discret le contenu de ce fameux "Test".

Hm...En observant tout ça, cela ressemble juste à un jeune homme, qui plus âgé, en profite pour nous lapider avec des bout de bois pointus. Bon sinon, apparemment il faut essayer d'esquiver l'ensemble des dix projectiles. Cela ne semble pas être une épreuve aisée, et à bien observer les derniers participants, cela semble assez dangereux. En tout cas, le blondinet qui nous sert de professeur ne semble pas y aller de main morte. En observant bien, cela doit être presque impossible que je puisse esquiver l'ensemble de ces projectiles. Cependant, je pense avoir une idée. Plusieurs fois, l'homme a visé des parties vitales des élèves dans le but de les déstabiliser. Que cela soit la tête pour les désorienter ou que cela soit leur jambes pour réduire l'efficacité de leurs mouvements, le grand blond ne semble pas vouloir nous laisser la moindre chance. Ainsi pour augmenter le plus possible mes chances d'éviter la majorité des projectiles, il suffit de protéger les parties importantes du corps avec les plus insignifiantes. Mes mains et mes bras seront un bouclier pour ma tête et mes jambes. De cette façon, les projectiles que je ne pourrai pas éviter n'auront qu'un impact insignifiant sur mes performances.
Très bien, c'est un premier pas. Maintenant, quelle méthode de déplacement dois-je adopter ? Courir vers un abri semble être une mauvaise idée puisque cela revient à se focaliser sur un objectif autre que les projectiles de bois. Faire des enchaînement de roulades est impossible, ma blessure à la tête ne me le permet pas. Une seule solution, je dois faire face à l'homme et me focaliser sur son lancé mais aussi sur les projectiles eux-mêmes. Ainsi, je pourrai essayer d'éviter à chaque fois au dernier moment le projectile en question. Pour cette manœuvre, mes pieds devront être parallèles et mes mouvent doivent être fluides. Très bien, je suis prêt, j'vous attends môssieur le sadique.
- Hey toi avec les bandages sur la tête ! Dépêche toi de ramener ton cul ici ! Déjà que tu es arrivé en retard, t'vas pas m'faire chier plus longtemps en me faisant attendre.


Très bien, je vais me mettre à l'endroit où tout le monde semblait commencer l'exercice. La distance semble être bonne pour me permettre de réagir à temps. Pieds parallèles, concentration, je suis prêt. J't'attends le blond.

Il n'a même pas donné de signal et à lancé le premier shuriken vers mon bras droit. Pied droit, glisse à l'arrière de mon pied gauche, puis j'utilise mes hanches pour faire suivre le mouvement à la partie haute de mon corps. Premier évité avec succès. C'était vraiment juste mais mon plan fonctionne. Je dois resté focalisé sur le lancé.

Le second arrive, sur mon côté gauche cette fois-ci. Pied droit, avance sur la droite et pied gauche recule derrière le pied droit. Il faut que le tout soit fluide... Très bien, évité une nouvelle fois.

Nouveau lancé. Cette fois-ci, deux projectiles envoyés de façon simultanée, du côté droit et du côté gauche en direction de mes jambes. Merde, qu'est-ce que je fais, j'avais pas prévu ce coup. Merde... Merde.. SAUTE !
C'est pas vrai je les ai évité ! J'ai réussi !
MERDE ! Un autre arrive vers ma tête alors que je suis en l'air, vite ma main !

Aïe... Putain d'merde, il m'a défoncé la main gauche avec sa merde. Pas l'temps de se plaindre, en v'la un autre qui vient vers ma jambe droite, pas le temps de me remettre en position, vite ma main droite.

Aouch, celui-ci dérouille encore plus que le précédent. Je sens, à travers la douleur, mon sang couler des plaies crées par les projectiles. Arg... Je passe trop de temps à penser, j'en ai pris un autre dans l'épaule. Je dois rapidement me remettre en position ! Allez mon corps, bouge !
Encore trop tard pour esquiver celui-ci, il profite de ma panique pour me les envoyer à la chaîne. Une seule solution, l'encaisser avec mon bras droit. Raaaaah, ça fait mal... Mais peu importe, maintenant je suis bien positionné pour esquiver celui qui vient sur ma gauche.
Pied gauche recule derrière le pied droit. Bouger ses hanches, garder son équilibre, et...Parfais, je l'ai évité.

Voici le dernier, du moins je l'espère. En direction de ma tête. C'est fourbe, je ne pourrai pas l'éviter avec mon jeu de jambe. Vite, je dois me jeter à terre, quitte à me faire encore plus mal. Aouch, mon corps a naturellement utilisé mes mains pour amortir la chute, ça fait tellement mal. Cependant, j'ai réussi à éviter le dernier.

J'ai tout de même été touché quatre fois malgré mon stratagème. Il n'était pas nécessairement mauvais, c'est juste que je dois manquer de réflexes et de sang-froid devant des circonstances qui peuvent me déstabiliser. Peu importe, ce n'est pas si mal pour une première fois. Je pense que je peux partir pour aller me reposer. Dans ce cas, je vais essayer de trouver l'infirmerie pour trouver quelques bandages en plus, ça ne sera pas de trop pour ces plaies surement profondes vu la douleur que j'ai ressenti à l'impact.

Bon par contre, c'est dans quelle direction... Roooh, au pire je finirai bien par tomber dessus, c'est pas comme-ci c'était un problème majeur qui allait me préoccuper toute la journée.
Spoiler:
 


Dernière édition par Ryosei le Mer 20 Mai - 1:20, édité 2 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 19:36

Le membre 'Ryosei' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 21:59

*Jet de dès, rp après*
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 21:59

Le membre 'Hakai Toshiya' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :


Soujuu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 22:14

66.... C'était le nombre de shurikens ayant fait mouche qu'il avait réussi à compter pour le moment ! Adossé à un arbre, c'était le seul passe-temps qu'il avait trouvé en attendant patiemment son tour de se faire charcuter. Malgré les cris de douleur et les pleurs des précédents candidats à la boucherie, il était plutôt serein. Non pas qu'il avait excessivement confiance en ses capacités, loin de là ! Mais son défunt père lui avait enseigné quelque chose que tous les plus grands guerriers avaient en commun : savoir garder la tête froide en toute occasion. C'est pratiquement le seul conseil de son père dont il arrivait à se souvenir mais il l'avait profondément marqué étant plus petit pour d'obscures raisons propre à cet âge sans raison.

Cela devait être la première fois qu'il devait vraiment l'appliquer, les rares joutes qu'il avait eu avec ses cousins n'avaient jamais été très intenses et il était plutôt aisé de garder la tête froide lorsqu'on participait aux tâches de tous les jours. Si les premières fines gerbes de sang avaient sapé son moral, il s'était vite remis d'aplomb. Vivant seul avec sa mère durant de nombreuses années, il avait du remplacer son père du mieux qu'il le pouvait. Par tous les efforts du quotidien, il s'était endurci et ce genre de blessures ne l'effrayait finalement pas plus que ça. A moins de s'en prendre un dans l’œil, ces shurikens d'entraînement restaient relativement inoffensifs.

Il ne connaissait guère les autres victimes du jour mise à part deux autres membres du clan Aisu. Deux cousines pour être plus précis, toutes deux filles du frère de son père. La première s’appelait Hana, sa rivale de toujours.... en grande partie parce qu'elle était la seule personne de son clan avec laquelle il avait réussi à nouer des liens d'amitié. Ils ne se voyaient, hélas, que de temps en temps mais ils en profitaient à chaque fois à fond. C'était donc avec un profond soulagement qu'il l'avait aperçu dans la file pour passer le test. Il n'avait pas encore eu le temps de lui parler mais il se promit de se rattraper dès le test terminé. Il y avait également la sœur d'Hana, Daiisu mais il ne la connaissait pas aussi bien qu'Hana.

Elles étaient toutes les deux passées avant lui mais n'avaient pas vraiment déchirer au test.. si ce n'est leurs habits ! Il eut un peu de peine pour elles mais il était toutefois content que sa rivale ne place pas la barre trop haute s'il voulait la surpasser.

Quant-à lui, il était arrivé assez en retard que pour subir le cadeau spécial d'Hikari. En effet, il venait à peine d'arriver en ville et avait juste eut le temps de déposer ses affaires dans le quartier Aisu, manquant par la même occasion la cérémonie d'ouverture de l'académie. Il n'avait appris que trop tard l'existence du test de la bouche de la directrice elle-même qui l'avait trouvé perdu dans les couloirs de l'académie.

Hikari - Suivant !

C'était enfin à lui. Il s'était tellement perdu dans ses pensées qu'il n'avait même pas compté les shurikens du dernier élève qui pourtant ressemblait à s'y méprendre à une pelote d'épingle. Il partit se placer à l'endroit voulu, prenant bien soin de faire rouler le plus loin possible l'élève-hérisson qui gémissait faiblement à ses pieds. Il ne manquerait plus qu'il tombe à cause de lui !

Il fit un signe de tête pour confirmer à son sadique d'instructeur qu'il était prêt à... encaisser. Il ne s'était jamais vraiment entraîné à éviter des objets avant mais il avait une assez bonne carrure. Il n'espérait pas tout éviter mais au moins être capable de rester debout et quitter l'exercice la tête haute.

Hikari - C'est pas le moment de rêvasser !

Une vive douleur à la joue fit éclater sa bulle de pensée. il n'avait même pas eu le temps de bouger d'un pouce. La douleur n'était pas terrible comme il l'avait imaginé mais il ne put s’empêcher d'avoir la larme à l’œil. Réprimant la goutte du mieux qu'il pouvait, il se reconcentra sur le test. Il prit une profonde respiration afin de suivre le conseil de son père.

Il réussit à éviter la deuxième fournée de shuriken grâce à un grand pas sur le coté, l'un des deux shuriken frôla juste sa manche sans autre dégâts qu'une entaille dans sa chemise. Cette réussite lui redonna un peu espoir mais il savait qu'Hikari s'amusait à accélérer le rythme pour piéger les enfants trop confiants.

Des trois projectiles suivants, lancés en même temps, il ne réussit à en esquiver qu'un seul. l'instructeur avait anticipé ses déplacements. L'un d'eux arriva même à se ficher dans son bras et heureusement ! En effet, ce dernier n'avait garder son œil gauche intact que par un ultime réflexe défensif où il n'avait eu que le temps d'interposer son bras.

Hikari - Je vous ai demandé d'éviter ces shurikens pas de sauter dessus !

Le bout de métal toujours planté dans le bras, il reçu la quatrième et dernière vague de plein fouet. Cette fois encore, il ne réussit à en éviter qu'un seul. Les autres laissèrent de douloureuses estafilades sur son bras et ses jambes. Ce fut, cette fois, au tour de sa jambe droite d'accueillir un visiteur indésirable.

Hikari - Peu mieux faire... Suivant !

Il souffrait mais ce n'était que des blessures superficielles. Il avait au moins la satisfaction de ne pas avoir lâché de cri,ni failli... tout au plus quelques grimaces ! Il reprit sa place, contre l'arbre et continua son observation silencieuse. Il ne prit même pas la peine de retirer les projectiles fichés dans sa peau, inutile de les enlever tant qu'il n'avait pas de bandages sur lui.

Il n'avait réussi à esquiver que quatre shurikens soit un de plus qu'Hana... pas de quoi faire le fier ! D'ailleurs, en pensant à elle, il l'a chercha des yeux mais ne parvint pas à la retrouver... pour sa défense, il est remarquablement difficile de croiser le regard de quelqu'un quand ce quelqu'un est occupé à faire un grand câlin avec le sol du jardin ! Il l'avait perdu de vue depuis son test et ignorait qu'elle gisait encore par terre, se remettant difficilement de ses blessures. Déçu, il repris son petit jeu...

...

...

Soujuu - 67

Spoiler:
 


mouhaha MOONWALK PARTYYY mouhaha


Dernière édition par Soujuu Aisu le Mer 20 Mai - 20:16, édité 2 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 22:14

Le membre 'Soujuu Aisu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :


Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mar 19 Mai - 23:34

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Hakai adorait déjà sa nouvelle activité. Tellement qu'il n'avait même pas prit la peine de se réveiller en cette nouvelle journée. Qui a dit que faire la paix avec les autres clans signifierait de faire des corvées barbante? Non que Hakai considéré qu'apprendre l'art de tuer, torturer, piller, violer, émasculer et encore tuer, comme une perte de temps. Mais tout simplement qu'il considérait qu'une académie de bouffon ne pouvait pas être plus efficace qu'une bonne guerre incestueuse. Oui oui, à ses yeux, Konoha allait péter d'un moment à un autre... Où peut-être est-ce simplement dans le rêve qu'il faisait. Quoi qu'il en soit, il se fit sauvagement réveillé par un dragon en furie qui crachait son feu comme l'on chie des pétards lors du nouvelle an. La mère Toshiya, tira sauvagement sur les couvertures, ce qui eut pour effet de renverser son fils au sol.

Hakai - Euh hein quoi?! On nous attaque!

On l'attaquait réellement vu l'oreiller meurtrier qui heurta son visage. Même pas le temps de se réveiller qu'il était déjà contraint, presque les poignets attachés, à devoir s'habiller et aller a cette espèce de machination infernal que l'on appelle les cours. Il braillait, insultait, fulminait, jurait. Sa mère e prit pour son compte, mentalement bien sûr, il n'etait pas question pour lui de se faire une énième fois engueuler à son retour de cours.

Il finit sa nuit en marchant droit vers l'académie, sa cassa la gueule deux fois entre temps... Oui, il ne faut pas oublier que Konoha est encore en construction. Se battit une fois avec l'un des ouvriers qui s'était foutu de sa gueule. Fuit une fois devant l'ouvrier qui était finalement bien trop coriace pour lui! Non, cette journée n'était décidément pas la sienne!

Et son malheur continuait lorsqu'il franchit le pas de porte de l'académie et que rien n'y personne n'était visible. Il devait se contraindre à "demander" son chemin, l'activité que tout mâle digne de ce nom adorait faire. Il du donc se plier à toutes ces politesses qui lui arrachaient la gueule pour obtenir finalement l'information tant attendu. Les Jardins. Il dit donc au revoir a son interlocuteur par un séduisant "merci connard", pour rejoindre le dit jardin.

Bon le Jardin.... Qu'est ce qui a à dire dessus? Pas grand chose, c'est une connerie de jardin où les professeurs ont cru bon que les élèves viendraient s'y détendre. A croire que ces mecs n'ont jamais été élève. La première chose que fera un élève apres les cours, c'est se tirer de cet endroit impie! Enfin passons, Hakai arriva rapidement vers le groupe d'élève dont certain semblaient avoir déjà bien morflé. Il en était sûr, ça avait pété entre les différents membre de clan! La réalité était tout autre et le déçu au plus haut point. Le responsable de ce massacre n'était autre que le professeur dopé aux stéroïdes. Cela perdait de son charme, et surtout, cela signifiait qu'il devait également passer à ce stupide test. Le prof ne tarda d'ailleurs pas à le pointer du doigt.

Hikari - T'es le dernier arrivé! Tu vas morfler.

Hakai lui jeta un regard nonchalant mélangé à de la haine palpable. Il n'aimait guère les guignols... Alors quand il vit ce dernier lui balancer le premier shuriken, c'est main dans les poches que Hakai l'esquiva d'un tout petit pas sur le côté. Blasé visiblement de ce que semblait être l'entrainement. Mais à trop négliger l'entrainement, il finit par en prendre un dans le ventre, lâchant un juron en se massant le ventre, ce qui ne manqua pas de faire rire le prof.

Hikari - Haha! Voilà un petit malin! Tiens prend ça!

Les attaques se firent plus répété. Si le fait de prendre part à cette débilité rebuté le tout jeune aspirant, le fait de se prendre des bouts de bois dans la gueule était encore moins réjouissant! Alors il entra dans le jeu à contre cœur, esquivant la plus part des shurikens factice excepté un qui heurta sa cuisse lors s'une ultime manœuvre d'évitement... C'est blasé, les mains dans les poches, qu'il fixait le prof à court de munitions.

Hikari - C'bon, casse toi.

Il ne fallait pas le prier deux fois... Mais même si l'envie de retourner à la baraque lui titilla l'esprit, il se mit dans un coin du jardin pour attendre la fin.. Apres tout, même si être la cible de shuriken n'était pas drôle, regarder les autres en prendre plein la gueule se révélait être bien plus amusant.
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mer 20 Mai - 0:29

7h du matin, village de konoha, résidence Toshiya :
Un soleil timide mais pourtant avide de s’extirper de la nuit venait d’apparaitre au-dessus du village shinobi.  Cette lumière qui s’intensifiait éclairait peu à peu des bâtisses à l’allure modeste mais robuste. La plupart était construite avec une base faite en bambous et un toit de chaume, mais certaines, plus grandes, semblaient être solidifiés avec des matériaux plus résistants et leur toit était recouvert de sorte de tuiles rouge qui leur donnaient un aspect plus exotique et plus noble aussi. Ce petit attroupement de bâtisse niché prêt de la forêt, pour certaines à l’orée même de cette forêt, c’était le « quartier est » du village naissant. Ce quartier était celui des Toshiya et ils y avaient érigé ce qu’ils appelaient pompeusement leur domaine mais qui n’était pour l’instant qu’un simple agglutinement d’habitations. Dans le dit domaine l’atmosphère était calme, la lumière crue ne révélant pour l’instant que les maisons et non leurs propriétaires, pour la plupart encore endormis, pourtant dans quelques heures l’agitation seraient à son comble car aujourd’hui était un jour spéciale, c’était l’ouverture de l’académie ninja sur laquelle beaucoup d’habitants fondaient de grand espoir. Dans le calme de l’aurore pourtant des bruits rompaient le silence ponctuellement, les bruits de pas d’un ninja matinal partant pour tel ou tel mission, les cris d’un oiseau, la voix d’un oiseau. La voix d’un oiseau ?  Cette bizarrerie semblait venir d’une maison sur deux étages possédant une large entrée et un toit en pagode agrémenté des fameuses tuiles, et plus précisément d’une pièce au premier dont la fenêtre ouverte faisait profiter les voisins de la somptueuse cacophonie d’un oiseau qui semblait fou.

Oiseau fou,peste du dormeur : «  en retaaaaaaaaaaaaaaaaaaard ! en retaaaaaaaaaaaaaaaard !"

A ces nouveaux cris retentissant dans la chambre tranquille, quelque chose semblât réagir, émergé. Une ombre vaguement mouvante se détachait dans la pénombre de la chambre au rideau tamisant la lumière. Cette ombre se changeait peut à peut en masse informe qui avait étrangement l’apparence d’un tas de couverture ou de vêtement. Etrangement oui, car d’habitude ce genre de tas ne peuvent pas se mouvoir et encore moins émettre des grognements, variés mais pourtant incompréhensible. Soudain tout s’expliqua une jeune tête humaine sortie de ce que l’on aurait pu, avec des yeux enfantins, prendre pour un ‘monstre  des dessous de lits’. Une jeune tête humaine forte mal coiffée si je devais la décrire, le mécontentement se lisait sur son visage de jeune fille complétement ensommeillé. Soudain, avec une vivacité extraordinaire pour quelqu’un d’autant endormie elle lança un vieux livre dans la direction opposé a son lit en direction  du perchoir sur lequel se trouvé l’oiseau étrange. Alors que la cible manquait lamentablement son but, la jeune fille a la peau halée redoublât de fureur.

« Hiyu’rin ! Stupide volatile ! Il est trop tôt, laisse-moi encore me reposer un tout … Haaa… petit peu »  acheva-t-elle dans un bâillement.

Le volatile visiblement effrayé s’enfuit dans un dernier cri « retard… retard.. reta …ard ? » à travers le rideau. Elle la jeune fille se blottissant de nouveau dans ses couvertures retournant dans l’agréable mais irréel monde du rêve.

11h : village de konoha.

Nous retrouvons donc les aventures de notre tas de vêtement fatigué ? Non bien évidement ce sont plutôt celle de notre ninja favorite que nous ne retrouvons pas moins de 4 heures après ce petit interlude ornithologique. Cette fois ci ce n’était pas seulement un pan du quartier est qui était éclairé mais bien tout le village de konoha, baigné de la lueur d’un soleil quasiment à son zénith. Soleil dont les rayons passait désormais au travers le rideau perlé de la chambre précédemment explorée. A l’entrée de cette vague lumineuse quelque chose s’agitat de nouveau de sous les couvertures et les mêmes grognements, toujours aussi incompréhensible qu’auparavant. D’abord des mouvements lents et paresseux puis des mouvements frénétiques agiter en spasme la « carapace » de couvertures. Un cri de désespoir perçât de sous les futons et la tête puis le corps de Ansha s’en extirpa avant qu’elle ne se précipite telle une furie sur son armoire à vêtement. Elle s’habillât avec une célérité qui ne lui était pas coutume. Elle était vêtue d’un kimono ample rouge et or qui glissait sans cesse le long de des épaules lorsqu’elle dévala, quatre à quatre, les marches de l’escalier du premier étage. Ce kimono mettait en valeur la jeune fille, le rouge sublimant sa peau allée et le chatoiement de l’or se retrouvant dans la couleur de ses yeux. Ses cheveux bien que quelque peu ébouriffer avait réussi à conserver une bonne partie de leur coiffure originale. Ils étaient la preuve d’un désastre capillaire tout juste évité. Des cheveux qui virevoltaient au gré des mouvements amples de la jeune fille en proie  à une panique de plus en plus croissante. Cerise sur le gâteau lorsqu’elle se dirigea vers la cuisine pour y prendre les yakitoris qui devaient s’y trouver, elle ne trouva que le désormais grassouillet perroquet, logé au-dessus du plat, il chipait une à une les délicieuses brochettes. Après un combat féroce avec cet emplumé qui la mettait encore plus en retard, elle parvient à sauver une brochette. Tandis qu’elle courait vers le centre du village, en mâchonnant son frugal repas, elle repensait à tout ce que son retard allait impliquer. Elle avait toujours était une source de fierté pour sa famille, belle enfant, serviable et attentionnée, on n’avait jamais rien à lui reproché.  Pourtant aujourd’hui, un jour si important, alors qu’elle avait l’habitude d’être réveillé par son père et que celui-ci lui avait confiance cette fois-ci car il devait s’absenter, elle avait vraiment tout loupé. Elle allait se faire remarquer dès le premier jour de classe et pire que tout apporter, sans doute, le discrédit sur sa famile.

C’est donc la peur au ventre qu’elle pénétrât, pour la première fois de sa vie,dans l’académie ninja du village de Konoha. Elle traversa rapidement la sorte de cours intérieur ou devait se dérouler le discours qui, elle s’en doutait, devait s’être déroulée il y a un certain temps maintenant. Elle traversa la grand porte et se retrouva dans un grand corridor. Sur des tables accolées aux murs se trouvait diverse liasse de parchemin. Elle en découvrit une qui comportait les documents relatifs au nouveau arrivant, leur emplois du temps surtout. Elle avait cours juste après manger avec le professeur Senjago Ikari. L’heure n’était pas si tardive et avec un peu de chance le cours n’avait pas encore commencé. Un peu plus loin dans le couloir elle avisa un plan du bâtiment qui lui permit de savoir que le réfectoire se trouvait au premier étage ainsi que la salle ou devait se dérouler le cours. Avec de la chance elle trouverait quelques-uns de ses camarades encore en train de manger qui pourrait lui résumer ce qu’il s’était passé le matin. Cependant après avoir gravi à toute vitesse les escaliers et trouvé, enfin, la salle à manger elle s’aperçut avec stupeur que celle-ci était presque vide. Une seule personne, en effet, se trouvait assise au bord des longues tables sur lesquels étaient servis les repas. Une boule enfla dans sa gorge, elle savait qui était la personne assise ici. C’était une de ses cousines, et tout le monde la connaissait dans son clan, c’était Fumiko Toshiya, elle avait été désignée, il y a peu, pour diriger cette académie.  Lorsqu’elle remarqua la jeune fille, elle leva la tête de son assiette, se leva calmement et s’approchât lentement, à une vitesse qui semblait pourtant folle a la jeune fille tandis qu’elle préparait déjà mentalement son excuse, d’elle.

« Que fais-tu ici, tu devrais déjà être en cours à l’heure qu’il est. Monsieur Hikari a décidé que son cours se déroulerais tôt après manger et la plupart de tes camarades sont déjà partit, eux. »

Elle accentua bien se dernier mot pour faire comprendre à la jeune toshiya qu’elle était en tort. L’aura de puissance qui se dégageait de sa cousine intimider Hansha, elle vouait partir, courir, fuir le plus loin de cette femme oppressante mais pourtant ses pieds refusaient de bouger. Elle avait le souffle court et après un long silence lorsqu’elle tentât de s’exprimer, ce ne fut que des bribes de mots incompréhensible et inaudible.

« Je… Heu … je  … En retard … désolée… perdue »

La directrice s’approchât encore de la jeune fille et lorsqu’elle posa sa main sur l’épaule de celle-ci en signe d’apaisement, elle ne réussit à la faire sursauter que d’avantage.

« Allons allons, je sais de qui tu es la fille, ne t’inquiète pas nous n’allons pas te torturer dès le premier jour. Alors je te repose ma question, que fait tu ici plutôt que d’être en cours. ? »

« Je suis ... en retard … Je suis vraiment désolée, je me suis perdue … »

« Et bien ce n’est pas si grave tes derniers camarades ne sont pas partie il y a très longtemps tu devrais vite pouvoir les rattraper. File maintenant, avant d’apporter déshonneur sur notre clan dès le premier jour. ! »

Elle ne se fit pas prier et courut à toute vitesse vers la salle de classe, elle avait l’impression que toute cette journée n’allait être qu’une course folle contre la montre. Lorsqu’elle arrivât enfin devant la porte elle trouva ses camarades formant une sorte de troupeau, tous semblaient courir comme si leur vie en dépendait. Il avait déjà une certaine avance et se joignant à un groupe de retardataire elle suivit le gros de la classe vers les jardins au pas de courses. Après ce petit échauffement elle découvrit enfin qui allait être leur instructeur. Il était très grand et musclé mais semblait aussi très rustre. Pendant que celui-ci expliquait les règle de l’exercice (et quel exercice c’était !)Hansha comprit qu’elle genre d’homme semblait être hikari, un sadique. Tout d’abord elle comprit que elle et le petit groupe de retardataire serait punie pour leur fautes, ensuite il expliqua qu’il allait se servir d’eux comme cible-test. Heureusement pour elle, il devait blaguer, aucun ninja expérimenté et sain d’esprit de s’amusait à viser des jeunes enfants dès leur premier jours de formation. Mais dès qu’il prit pour cible sa première victime, la jeune toshiya comprit que le senjago ne rigolait pas du tout. La tension montait dans la classe alors que les apprentis se faisaient taillader un par un, la plupart réussissait à tenir debout même si une jeune fille s’effondrant, semblait bien mal au point. Elle ne connaissait que deux personne, elles les avaient déjà aperçut dans le domaine du clan. L’un était plutôt chétif e se nommait Qazea, l’autre d’allure plus robuste se prénommait Hakai. Tous deux avaient globalement réussie leur test et cela mettait encore plus de pression qui ne voulait pas être ni la risée de la classe ni de son clan mais qui pourtant avait peut confiance en ses capacités à éviter des shuriken pointus lancé par un malade mentale. Alors qu’elle réfléchissait à comment elle pourrait éviter se supplice en gardant la tête haute elle n’entendit pas que le professeur l’avais désignée.

« Alors la rêveuse, on n’entend pas quand on te parle ? C’est à toi la en place ! »

Tandis qu’il lui beuglait dessus, un petit murmure de désapprobation s’éleva dans le rang même si tous s’écartèrent d’elle tout de même. Au vue de sa petite taille et de son apparence fragile tous semblait pensait que la toshiya allait passer un sale quart d’heure, pourtant elle s’avançât vers professeur le sourire aux lèvres, bien que celui-ci semblait plus crispé que d’habitude.

« Me voici, je suis prête monsieur senjago »

« Bien Bien heu … Je t’ai vu arrivée avec les autres moules en retard tout à l’heure alors ne crois pas que c’est parce que tu es une fille que tu auras un traitement spéciale »

C’est avec un sourire, bien plus désarmant qu’une dague brise-lame, qu’elle lui répondit. Cette attitude qui devait être contraire à tout ce qu’il connaissait semblait le troubler  

« Très bien, je m’en serais voulue de toute façon si ça avait était le cas, et j’accepterais la punition si elle est juste, après tout vous ne faite que votre travail, monsieur Senjago. »

Sur ces mots le ninja se mit en position et l’attaqua. Son premier lancer semblait manquait de conviction et Hansha put l’esquiver en faisant un roulé boulé sur le côté. Cependant hikari se repris dès le second lancé qui allât se ficher dans le mollet de la jeune fille. La douleur était vive mais elle ne devait rien transparaître elle le savait, toujours une expression sereine, un sourire et surtout ne pas crier. Alors qu’absorber par son esprit elle cherchait à repousser la douleur, un autre shuriken vient érafler son bras, non sans mal.

« J’ai dit : Esquive les shuriken ! Pas : reste planté la tel un cactus du désert … »

Serrant les dents elle se releva juste à temps pour pivoter de côté et esquiver le 4éme shuriken. Elle se dirigeait peu à peu vers un arbre en courant et zigzaguant pour éviter les tirs. Dans sa manœuvre elle se fit une nouvelle fois touchée à la jambe et trébuchât derrière l’arbre. Alors qu’elle se cachait derrière son nouvel amis végétal un projectile de plus vient se ficher dans l’écorce.. La douleur semblait brouiller ses sens, elle n’entendait pas très bien ce que l’instructeur criait, quelque chose comme lâcheté ect… Elle entendus, cependant, dans le chaos des mots quelques chose à propos de sa mère qui la poussa à sortir de sa cachette. Aussitôt l’aspirante en vue, Hikari repris son assaut avec un sourire sadique. Deux projectif simultané volaient vers elle à présent mais elle distinguait leur trajectoire à présent, il s’y était habituée. Elle s’apprêtait à les esquiver dans un mouvement virevoltant mais son corps la lâchât. Le maigre repas qu’elle avait eu, la course et le stress de la journée, tout cela avait sapé son énergie dont elle avait cruellement besoin à ce moment cruciale. Elle sentit ses pieds se dérober et tombant à moitié elle ne put que pivoter pour opposer son épaule plutôt que son visage aux projectiles infernaux. Ceux-ci se plantèrent dans la cher grasse de l’épaule et arrachât, pour la première fois de l’exercice, un cri de douleur à Hansha. Du sang s’écoulé de son épaule alors qu’elle allait s’effondrer face contre sol. Hikari ne pouvait, de son coté, pas stopper son mouvement et 2 nouveaux projectiles frappèrent la jeune femme pendant sa chute. Elle tomba dans un bruit mat sur son épaule alors qu’un craquement se fit entendre, cela n’augurait rien de bon mais elle n’en avait conscience, elle voulait juste fermer les yeux et ne plus y penser, ni à cette douleur, ni à la déception de son père quand il verrait les résultats médiocre de sa chère petite fille au premier test. Malgré cella elle tentait de se relevait pour ne pas faire honte à sa famille devant une aussi grande « assemblée ». Pourtant son épaule douloureuse ne lui permettait pas de se hisser et de relevé, elle ne pouvait que rester à terre, au moins quelques instants, allait elle finir à l’hôpital dès son premier cours ?
Spoiler:
 


Dernière édition par Hansha Toshiya le Mer 20 Mai - 15:34, édité 3 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mer 20 Mai - 0:29

Le membre 'Kan'sen Toshiya' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé examen - Dé chanc' :

MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mer 20 Mai - 18:55

Hikari venait de perforer tous les élèves inscrits au test. Il avait vu du bon, du moins bon aussi. Il avait pu voir à qui il avait affaire et c’est exactement ce qu’il voulait.

Sans dire un mot, il attrapa une feuille chiffonnée et un crayon. Il y barbouilla très rapidement dessus.

[Hikari] – Test 1 terminé. Vous aurez les résultats dès que la dirlo les aurait validés. Et j’ai une petite annonce à faire.

Il ouvrit grand les bras.

[Hikari] – J’ai l’immense joie d’annoncer que les personnes suivantes entrent dans mon club ! La prépubère qui a les seins plus développés que le cerveau [Hana], la racaille blonde qui sait pas s’habiller [Shinjin],  le cousin caché sous ses cheveux [Kabashi],  la grande blonde tout à fait à mon goût [Daiisu], la tête d’œuf [Takuan], Ibukipue [Ibuki],  la rosebonbon très charmante [Madoka], la momie [Ryosei],  la grande folle rouge [Hakaï],  l’albinos alcoolique [Soujuu]. Je vous souhaite la bienvenue dans le club « Les esclaves de Monsieur Senjago »! Ce club est très simple. Vous devrez exécuter un de mes ordres avant de pouvoir réintégrer ma classe. Tant que ce n’est pas fait, je veux plus vous voir.

L’annonce avait sans doute fait son effet, mais le regard d’Hikari devint plus froid et son sourire disparût quand il continua.

[Hikari] -   Hansha Toshiya et Yosuke Isatsu. Vous êtes trop faibles. Choisissez autre chose et ne vous inscrivez plus dans mon cours.

Il froissa le papier et le remit dans sa poche. Il jeta le sac en toile sur Ryosei.

[Hikari] – Esclave numéro 1 ! Ramasse tous les shurikens, nettoie le sang. Si c’est nickel dans moins d’une heure, tu reviens dans mon cours demain. Sinon, tu pourras rejoindre ces deux-là.  A demain les mômes !

Les mains derrière le dos, sifflotant, il repartit détendu après une bonne partie de rigolade.

[La suite dans la salle des professeurs.
Félicitations à tous ! Le classement arrivera dans quelques minutes. Tous les participants du test obtiennent +1AGI. Encore bravo et merci d’avoir été si nombreux.]
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   Mer 20 Mai - 19:21

La racaille blonde qui savait pas s'habiller? Il était sérieux lui? C'était pas dans le genre du bonhomme de se balader torse poil aux yeux et aux eusses de tout. En plus, c'est en le regardant clairement lui qu'il avait donné l'ordre. Esclave numéro un? Sur le coup, Shinjin était tiraillé. D'abord, il allait l'envoyer chier, simplement. Mais d'un autre côté, c'était un prof, et bien qu'il était assez mauvais, la matière, elle était intéressante. Il ne voulait pas s'en faire dégager, et préférait exécuter son ordre. On ne savait pas quand serait le prochain. Si pas avant le cours, c'était chaud.

Shinjin - Bon... ben je m'y colle. S'pèce de sale exhibitionniste.

Il avait pris soin que le professeur n'entende pas sa dernière réplique, adressée à ceux qui l'entourrait. Le professeur se barra, et Shinjin entreprit de ramasser tous les shurriken, alors que les élèves partaient un à un. Ce n'est quand se baissant pour ramasser le premier qu'il vit les gouttes de sang perler par terre. Sérieusement ? Il sortit un mouchoir tout neuf, en tissu, de sa poche, que sa mamie lui avait donné, et passa bien dix minutes à penser ses plaies. Pour l'une, il dut même se servir de son mouchoir pour se faire un garrot.  

Puis il put entreprendre de ramasser les shurriken, qu'il remettait, au fur et à mesure dans le sac d'Hiraki. Tandis qu'il le faisait, il pensait à tous les coups vaches qu'il pouvait lui faire, et quelques idées intéressantes naquirent dans son esprit. Peut-être en soumettrait-il à ses camarades. Après tout, le Senjago s'était surement mis toute la classe à dos.
Il amena ensuite le sac au bord d'un puits, et fit monter un seau d'eau. Il nettoyait les shurrikens dans l'eau, en frottant et les essuyant ensuite avec la toile... du sac de toile. Puis, regardant aux alentours - jetant un coup d'oeil furtif à droite, à gauche, puis de nouveau à droite, et enfin de nouveaux à gauche en checkant également son angle mort, il en mit discrètement un dans sa poche. Lorsque tous les shurrikens durent lavés, il traîna le sac jusqu'à l'académie, la salle des professeurs, pour trouver Hikari.

Shinjin - Hikar-sama, voilà vos shurriken, propres et lustrés. Nan mais je rêve, toujours à poil.

Bien que prononcée moins forte, ses derniers mots étaient parfaitement perceptibles par le Senjago, et elles n'avaient qu'un but : ne pas faire en sorte qu'il recompte ses shurriken. Le larcin devait passer inaperçu, quitte à essuyer les foudres du professeur.[/color]


La faim justifie les moyens...
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Test 1 - Des aspirants en danger - Suite   

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Love & Pets] Une démone en danger ( suite des ruelles ) [PV: Lucy & Jérémy]
» Le palais Sans-souci en Danger
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Nouveau test de répartition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: jardins
-