Partagez | 
 

 Chaque matin sa victime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Chaque matin sa victime   Jeu 21 Mai - 6:33

[Demande d’entraînement pour Vit et HP]

La journée avait bien commencé. Une fois encore, un petit déjeuné avait été avalé dans la joie, la bonne humeur et la félicité. Il ne me restait qu’à faire un peu d’exercice pour faire descendre le tout et la vie serait belle. Fort heureusement trois personnes avaient décidé de m’aider à cela.
Sans présentation aucune, le plus volumineux des deux m’avait attrapé par le col et soulevé de quelques centimètres, avant de me plaquer sur une des tables de la salle à manger. La scène aurait pu être impressionnante si mon agresseur avait eu suffisamment de force.
J’aurais même mis du miens pour agiter les jambes, donner plus d’amplitude au mouvement. Bref, faire du visuel impressionnant.

Mais merde, on avait l’impression de voir un petit gros se rater alors qu’il essayer de soulever une caisse. Et en réalité, ce type n’était même pas un petit gros !

Il ne m’avait même pas réellement plaqué contre la table. Il voulait le faire, mais cet abruti avait trébuché contre le banc et donc précipité sa chute et la mienne contre la table. L’effet voulu restait le même au final, mais c’était vexant. Je suis le héros de ma propre histoire et je ne mérite même pas de me faire tabasser par quelqu’un de compétent ?

[Agresseur] – Alors on fait moins le fier Monsieur premier de la classe.

Ah, tous s’expliquait, je ne pouvais évidemment pas me retrouver victimes d’individus aussi mauvais. Ils se trompaient clairement de cible. Et de loin vraiment. Mon nom n’avait rien à voir avec celui-ci. D’ailleurs, je notais qu’étonnamment beaucoup de gens connaissaient mon vrai nom. Cela m’ennuyait fortement.

[Agresseur] – Tu vas regretter de m’avoir utiliser pour finir premier au cours de l’autre taré !

Hum ? Ca a fait tilt là. J’ai finis premier ? Moi ? Où ?

[Moi] – J’ai finis premier ? Moi ? Où ?

Les agresseurs se regardèrent, l’air de se demander de la marche à suivre. Me répondre serait pas mal, merci.

[Agresseur 2] – Bah à la séance de torture avec les shurikens, quand tu as utilisé Giseisha en bouclier humain.

[Moi] – J’ai finis premier ? Meeeeeeeeeeeerde.

Je me serais bien jeté en arrière si l’autre abruti ne m’avait pas déjà plaqué dos à la table. Je me contentais donc d’enfouir mon visage au creux de mes mains. J’avais finis premier ? Non, j’étais –supposément- trop jeune pour devenir un fayot.

[Giseisha] – Et c’est pour ça qu’on va t’exploser la gueule ! Tu sais pas à qui t’as eus tort d’avoir affaire !

Quelqu’un qui était fâché avec la syntaxe.
Pourquoi fallait-il que j’attire les cas sociaux. Merde, il y avait tellement plus de candidat au poste de me tabasser dans une salle à manger étrangement vide. Je ne me souvenais même pas de ce type. Je ne connaissais personne du nom de Giseisha… Attend une minute ?

[Moi] – Attend une minute…

[Giseisha] – Trop tard, sert les dents et mange !

[Moi] – Non, mais, sérieusement : Si t’avais les couilles pour le faire tu l’aurais déjà fais. Mais ton nom là, tu l’écris comment.

[Giseisha] – Beh comme ça…

Ok. Donc si je transcrits ça comme ça, on obtient…

[Moi] – Attend ! Tu t’appelles littéralement “Victime” ?

Le rouge lui monta au joues, sa mâchoire se crispa alors qu’il essayait de parler, donnant lieu à une tempête de postillons. Non de Dieu, si j’étais pas aussi occupé à rire, je m’inquiéterais d’une mort par noyade prochaine.

[Victime] – TU RIRAIS MOINS SI TU SAVAIS QUI C’EST MON PERE !

Les mots avaient réussi à trouver un chemin entre les dents de victime, et avaient littéralement explosé dans les airs. Sa rage le rendait livide et lui faisait visiblement oublier qu’on était en matinée et qu’il risquait d’attirer des témoins. Ce qui rendrait cette discussion encore plus mémorable je pense.

[Moi] – Bah… Une Victime ?

Un coup me frappa à la joue. Pas un coup de poing. C’était plus proche de la baffe sans contrôle, et de la gifle. Une Bifle !... NOOOOON ! Enfin bon, je n’avais pas volé ce coup, qui ne m’empêchait pas de ma marrer encore plus fort. Jusqu’à ce qu’il entreprenne de m’étrangler.
Essayant de peser de tout son poids sur mon cou si gracieux, il n’y arrivait pas. Etant gêné par le banc qui l’obligeait à prendre une pose bizarre, et par le fait qu’il n’avait visiblement jamais appris à étrangler quelqu’un –ses mains de chevauchaient de façon à m’épargner une grosse partie du poids qu’il voulait me faire peser dessus-.

[Agresseur 2] – Calmes toi Sugoi ! Tu voulais juste lui faire peur !

Attendez. Sugoi ? Il s’appelait Super Victime ? Ses parents devaient le haïr, soit avoir un sens de l’humour particulier, soit être totalement con. J’adorerais les rencontrer. (et au besoin brûler à l’acide jusqu’à la racine de leur arbre généalogique).

[Super Victime] – Ta gueule Wakiyaku ! Il l’a mérité !

Attend… Son pote s’appel Wakiyaku… Second rôle ?
Un rire étranglé sorti de ma gorge. Sans des mains poisseuses dessus, ça aurait été un véritable éclat de rire, pleins de joie et de bonne humeur. Mais dans l’état actuel, c’était ce que je pouvais donner de mieux. Et le plus drôle, c’est que ça semblait effrayer les seconds rôles.
Comme le rire d’un démens aux portes de la mort.
Ce qui était sans doute bientôt le cas, à force de rire j’avais du mal à respirer. Ah et oui, on essayait très maladroitement de me tuer.

A tâtons j’examinais la table sur laquelle j’étais inconfortablement posé. A la recherche de quelque chose pour échapper à cette situation. Mes doigts trouvèrent le reste de mon déjeuner. Un bol de riz totalement immaculé aux bords rendu tranchant par l’usure. Une tasse vide aussi elle aussi, c’était le genre de tasse en poterie lourde que l’on avait rendu suffisamment épaisse pour empêcher la chaleur du liquide versé dedans d’atteindre la main du buveur. Il y avait aussi les baguettes du déjeuner, en bois laqué, solide et suffisamment longue pour être enfoncé dans un œil de façon… létale. Mon choix était fait.

C’est le plateau contenant tout cela qu’il reçut en pleine gueule.

L’effet fut immédiat. Il me lâche aussitôt, partant sur le côté et se vautrant de tout son long sur le banc. Un grouignement sonore fut entendu, et j’en profitais pour me relever, me dressant sur la table de toute ma hauteur (ce qui n’était en réalité pas très impressionnant). J’avais un peu mal à la gorge, mais ce n’était rien comparé à la douleur je sentais dans mon torse. Je pense qu’un peu plus et je pouvais mourir de rire. Ce qui en fait n’était pas très drôle.

Super Victime se relevait péniblement. Il ne l’avait pas vu venir celle-là. Ce qui devait être le résumé de sa vie. « Super victime, il ne l’avait pas vu venir ». Ça lui servirait sans doute dépitâtes. A supposé qu’on lui creuse une tombe un jour. Ou qu’on daigne le faire mourir.

[Super Victime] – Tu vas payer pour ça ! Choppez le…

Sa phrase se coupa dans un énième grouignement –Je me demandais si ce n’étais pas ça qui le faisait passer pour un petit gros-, mon pied lui ayant atterris en pleins ventre alors que je sautais au sol. Je dépassais second rôle en vitesse, bondissant sur une autre table, et sprintais vers la sortie.
Quelle belle journée avait démarré.
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Chaque matin sa victime   Sam 23 Mai - 19:09

Validation : +1VIT et +10HP.
N'oublie pas que ut peux utiliser ton bonus de premier de la classe avant l'arrivée du 2e test.


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je meurs chaque nuit pour ressusciter chaque matin. | Pépé Flan
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?
» Une victime de l'insecurite dont on en parle pas
» HAITI EST VICTIME D UNE CONSPIRATION
» bonjour [pv Petit Matin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: dortoirs (orphelinat)
-