Partagez | 
 

 Cours [intemporel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Cours [intemporel]    Sam 23 Mai - 23:26

J’avais une fois encore le cul vissé sur une chaise. Et celle-ci aurait pu être tapissée d’écharde, de clous et de verres brisés, je n’en aurais bougé pour rien au monde. J’étais en cours et j’étais captivé. Littéralement obnubilé. Au point où je pourrais arrêter de vous raconter ceci pour me concentrer uniquement sur ce qui se passait devant moi.

D’ailleurs je vais le faire.
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Cours [intemporel]    Sam 23 Mai - 23:45

Je pense que j’ai dû me baver dessus, ce qui m’a ramené à peu près de la réalité. Ce cours était vraiment… Bah je n’en savais rien en fait, ce n’était pas vraiment pour là que j’étais ici. J’étais là pour voir des siamois. Tout le monde en parlaient en douce et les pointaient du doigt. Ils étaient comme une source de fantasme pour beaucoup d’étudiant, et rendait jalouse les étudiantes.
Le jumeaux Isatsu. Leurs réputations n’étaient plus à faire, mais pouvoir les admirer en mouvement étaient quelque chose d’incroyable.
On avait envie de leur faire un gros câlins, et d’enfouir notre tête entre ce couple inséparable.

D’ailleurs, je comprenais ce qui m’avait retiré de ma méditation. Je les voyais arriver vers moi. S’approchant en se balançant au rythme de leur marche. Joie et bonheur ; un tête à tête avec eux. Ils se penchèrent vers moi, s’étalant presque sur mon pupitre. Ils étaient… Si… Beaux…

[Takki Isatsu] – Dîtes moi jeune homme, vous ne savez pas où se situent mes yeux ?

[Moi] – Franchement : Non.

Un coup sur le crâne à l'aide d'un livre, suffisamment fort m’empêcher de lancer une attaque câlin sur les jumeaux, mais pas assez pour la faire passer en justice pour violence sur mineur ayant entraîné un traumatisme crâniens et l’effondrement de mes rêves, me confirma que ce n’était pas une bonne réponse, et entraîna quelques rires dans la classe. Des jaloux de la position privilégié que j’ai pu occuper !

[Takki Isatsu] – Bien, comme je vous l’ai dit, le sens de l’observation sera primordial pour votre survis une fois sorti de cette académie. Savoir déterminer rapidement si un homme ou une femme cache une arme. Reconnaître le blason d’un clan au loin. Pouvoir identifier une personne alors que l’on ne l’a vu que quelques secondes.
Pouvoir décrire une femme autrement que par ses atouts.


Tais-toi, j’vois rien.

Ce sont les bases des arts que vous allez apprendre ici. Le minimum syndical si vous visez vraiment le diplôme.

De sa charmante démarche, elle revint vers son pupitre, laissant découvrir d’autres atouts qui me fascinaient moins. Mais dont je devais reconnaître les qualités géométriques au niveau des courbes. Elle se saisit d’un paquet de feuille de papier qu’elle jeta d’une main experte à chacun d’entre nous. C’était physiquement impossible, mais face aux rebonds des jumeaux que valait la physique ?

Aussi, pour finir ce cours, je vais vous demander d’exercer votre sens d’observation et votre mémoire. Vous allez dessiner.

Dessiner ? Trop facile, j’avais le modèle précis en tête. Impossible de d’échouer un dessin comme ça.

Vous prendrez modèle sur votre voisin de gauche. Et ceux sur la dernière rangé prendront modèle sur ceux de droite.

Désolation et catastrophe. Pourquoi dessiner ça ? C’était quoi cet exercice débile ? Mon monde s’écroulait et je voyais les siamois se ratatiner dans mon esprit, comme une vision pour l’avenir qui serait doute cruelle avec notre charmante professeur.
Et comble de la mauvaise blague mon modèle serait machin machin. Autrement appelé Super Victime. Cela me dégoûtait tellement que j’avais la flemme d’aller chercher son vrai nom dans le RP précédent…
J’étais tellement écœuré que je n’avais même pas cœur à me moquer de celui qui ignorait où était sa droite et sa gauche…

A partir du moment où je vous distribuerais les fusains, vous aurez trente secondes pour mémoriser votre voisin. Ensuite interdiction de regarder. Vous pourrez sortir une fois le dessin finit.

Je regardais fixement dans le vide. Mon âme s’était comme envolé. J’étais une coquille vide. Je crois que je ne m’étais pas senti comme ça depuis la fois où j’avais passé deux jours caché sous les cadavres, à quelques mètres à peine de celui de ma sœur aîné.
Le fusain qui me percuta le front –et me laissa un point noir en pleins milieu- me ramena encore une fois à la cruel réalité.
J’observais une fois encore truc muche… Il était… Egal à lui-même. Si je devais le décrire je dirais que c’était… Enfin… Et puis.
De toute façon le décrire n’était pas le thème. Je devais le dessiner. Ce qui ne passait pas par les mots irait via le papier. Il suffisait juste d’attraper cette mine de crayon et de… Tracer… Des… Traits…

La salle se vidait au fur et à mesure. Takki prenait le temps d’analyser les dessins des étudiants, leur donnant des conseils en fonction du résultat. Elle ne jugeait pas vraiment le dessin en lui-même, mais plutôt ce qui s’y trouvait. Les détails, la personnalité. S’il permettait de reconnaître ou non l’étudiant dessiné, ne serait-ce que parce qu’une caractéristique physique y transparaissait correctement.

Puis finalement vint mon tour. J’y avais mis du temps, je ne souhaitais pas particulièrement briller. N’oublions ma devise. (trouvable à ce RP ci, lisez un peu, fainéants !). Mais le résultat..

Takki se pencha par-dessus moi pour observer le résultat. Même la douce chaleur sur mes épaules ne dissipait la boule de froid dans mon cœur. C’était dire combien j’étais bouleversé par ce cours…

[Takki Isatsu] – Laisse-moi voir le résultat.

Elle me prit la feuille des mains, et l’observa d’un œil que je devinais critique, mais qui peu à peu s’emplissait d’une espèce de mélange de pitié, de désarroi et d’envie de ne pas blesser l’orgueil d’un petit garçon.

[Takki Isatsu] – Ton… hum… Modèle est toujours là ?

Je lui pointais du doigt Bidule. Qui était toujours en train de s’appliquer –dans des efforts sans nul doute vain, tel était son destin- sur sa feuille.
Le ton de l’Isatsu changea radicalement quand elle vit cela. Toute trace de désarroi avait disparu et ne laissait place qu’à une conviction déterminé. Ses mots résonnaient d’une telle façon qu’elle me fit comprendre que j’avais fait du mieux que je pouvais compte tenu des circonstances.

[Takki Isatsu] – La prochaine fois tu auras un meilleur modèle. Tu peux y aller maintenant.

Le résultat du cours:
 

[Demande d'int (et éventuellement de dex, si le cœur vous en dit). Utilisation du bonus premier de la classe sur l'int.]
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Cours [intemporel]    Dim 24 Mai - 13:41

Le dessin m'a fait bien rire, e pas que !

Validation : +2INT et+1DEX


Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Cours [intemporel]    Lun 8 Juin - 0:03

Encore un autre jour glorieux gâché à chauffer un nid d’écharde que certaines personnes s’obstinaient à nommer « chaise ». La survie du pauvre type qui avait osé bâcler la fabrication de ce lustreur à cul n’était qu’une question de temps ! Je le traquais, j’allais le trouver et je finirais par le tuer ! Cette pensé de violence prochaine et déraisonnable m’étais à supporter l’étrange rythme de l’académie. Un jour on voulait vous trouer la peau, l’autre jour on vous faisait avaler de force de la théorie historique sur la relativité partielle de l’héroïsme sous adjacent du canard boiteux, puis on recommençait à vous tabasser à mort. Je pense que je n’allais pas survivre à ces traitements affreux qui ponctuaient cette « scolarité »…

Et mourir d’ennuie n’était pas une belle mort.

Quoi qu’aucune mort n’était belle. Mon père n’était pas beau quand il s’est fait embrocher par une lance artisanale. Le gros intestin déchiré par l’arme du mercenaire engagé pour repousser nos attaques. Il s’était même chié dessus avant de finalement mourir.
Mais au moins il ne devait pas avoir eus le temps de s’ennuyer.

Là pour l’instant, l’ennuie était à son maximum. Non pas parce qu’on me bourrait le crâne avec des lignes de dialogue qui seraient simplement mentionné au détour d’une narration qui dissimulerait l’inconfort de certaines personnes à écrire des dialogues ou des paroles. Mais parce qu’on me posait un problème. Et un problème contrariant que je ne pouvais pas résoudre avec de l’esbroufe, de la fougue et mon charme naturel. Un problème posé par Fumiko Toshiya. Charmante directrice qui faisait pleurer ses élèves par ses réparties cassantes et qui montrait un don à nous rappeler nos places auprès d’elle. Professeur et élève.

Pour vous dire, même sa poitrine ne m’intéressait pas.

Pour l’instant, j’essayais de me concentrer sur ce qu’elle avait écrit avant notre arrivé en classe sur le tableau noir. Une succession de lettre sans queue ni tête, un mot étrange et le dessin d’un carré dans lequel figurait « 26 x 26 ». La réponse à cette question était simplement 676, un simple calcul de tête permettait de le trouver, mais ça me semblait trop simpliste pour être d’une quelconque utilité. Et ça ne correspondait à rien par rapport aux lettres. La réponse devait se situer dans les consignes de Fumiko. Elle avait dû nous laisser un indice évident à ce moment-là… Il suffisait juste de me rappeler ce qu’elle avait dit…

[Consigne donnée par Fumiko 10 minutes plus tôt] – Décryptez !

… Non, sérieusement ? Ok, donc changement de plan. La réponse se trouvait ailleurs. J’observais à nouveau le tableau. Le mot écrit qui avait l’air de donner du sens était… N… I… N… C’est quoi cette lettre déjà ? Hum… Ninja… ? Ouais, c’était ça, le crochet de pêche se lisait « ji ». Et « N.I.N » ça se lisait Nain. Nainja. Ce que l’on devait devenir… Même si ce n’était pas la même prononciation.
L’autre truc incompréhensible s’écrivait ainsi : HVPXDRXRDTIWHBSNDHERYIIRE

Ce qui manquait pas mal de voyelles pour faire un scrabble.

Je me grattais la tête. Il y avait un sens derrière ce truc, c’était plus ou moins le sens de « décryptez », mais je ne voyais pas lequel. Et visiblement, vu le silence morose qui s’étendait sur la salle, c’était le cas de tous les autres élèves. La moitié d’entre eux se trituraient les méninges pour trouver une solution. L’autre moitié espérait que la première y arrive.
Finalement, une lueur d’espoir apparue quand une main se leva timidement. Une jeune fille avait visiblement trouvé la réponse et voulait la partager au monde. Joie et bonheur !
La directrice lui accorda la parole.

[Elève] – Euh… Ninja… (Mais non, c’est Nainja !) C’est une espèce d’indice, c’est ça ?

Voilà pourquoi il ne fallait jamais compter sur personne d’autre que soit même. Ou sur quelqu’un qui détient la solution à vos problèmes. Je pense que je pouvais partager les sentiments qui étreignaient notre professeur. Même si elle ne laissait rien paraître. Je savais que sous son armure de platitude régnait de la déception. Et une profonde envie de me plaire aussi ! Aucun doute, j’étais un tombeur de femme, Takki me mangeait presque dans la main. (Ou je mangeais presque toujours sa main). Mais je digresse. (Graisse !)

[Fumiko] – Je suppose que l’intervention de votre courageuse camarade est représentative de l’avancement auquel vous êtes rendu sur ma demande simple.

Elle faisait tourner une craie entre ses doigts. Doigts qui donnaient à la craie l’allure d’une arme mortelle.

[Fumiko] – Ceci est un code crypté, au cas où les plus lents n’auraient toujours pas compris. Elle pointait le texte à forte tendance consonniale. Ceci est la clé pour décrypté le message Là elle pointait le « Nainja » Et là, l’outil pour décrypter. Elle pointait le carré avec son calcul. Comment 676 peut nous aider à décrypter ce code ?!

[Moi] – Comment 676 peut nous aider à décrypter ce code ?!

Tiens, il y a de l’écho dans ma bouche.
Fumiko me regardait et semblait légèrement perturbé. Soit parce que je l’avais interrompue, soit parce qu’elle comptait pour vérifier si ma réponse était correcte ? Sinon je pouvais aussi me faire des idées.

[Fumiko] – Ce n’est pas un calcul, c’est une grille qui fait appel à votre alphabet. Pour utiliser la clé, il vous faut une grille comportant les 26 lettres de l’alphabet. Chaque nouvelle ligne de cette grille étant en décalage d’un cran par rapport à l’autre.

Elle illustrait l’exemple en dessinant la fameuse grille au tableau et en écrivant des lettres. Ainsi donc l’alphabet, ce système de communication si peu pratique, possédait un ordre précis. Bonne nouvelle. Je crois… En tous cas sympa d’être au courant.
La grille finit, à une vitesse assez ahurissante, elle permettait d’admirer un alphabet tout beau et propre et bien écrit, qui se décalait d’une lettre à chaque fois. Ainsi, la première ligne horizontale commençait à A, puis la seconde à B pour finir sur A et cela se répétait sur 26 lignes.

[Fumiko] – Maintenant que je vous ai fait la moitié du travail, quelqu’un peut-il m’expliquer comment on applique la clé ?

Et là ça faisait tilt. C’était pas bien compliqué une fois le terrible alphabet passé, c’était une question de coordonné, donc des chiffres. Des chiffres sous formes de lettres, certes, mais des chiffres !

[Moi] – Nainja sert de coordonné ? On l’applique au code en le calant sur les lettres autant de fois qu’il le faut ?

[Fumiko] – Faites un essaie si vous trouvez la réponse avec ça c’est que vous aviez raison.Nainja ?

Même si on avait la réponse elle voulait s’assurer qu’on la comprenait et nous forçait à l’appliquer. Donc il fallait rester assis encore plus longtemps. Ça valait bien le coup de fayoter. Enfin bon. Je me saisissais de l’ardoise et du morceau de craie à notre disposition et réécrivait le fameux code en l’espaçant toutes les cinq lettres. Ensuite à force de plissement d’yeux pour me référer à la grille du tableau, j’arrivais à ce résultat en deux minutes.

« UNCOD EPEUT VOUSS AUVER LAVIE »

Il me restait plus qu’à remettre les lettres en place pour former un mot. Autrement dit, écrire… Haaaarg ! Après cinq bonnes minutes de galère. J’avais le résultat suivant.

« Un Code Peut Vous Sauver La Vie ».

Sans blague ? C’était tout ? Beuuuh. Je montrais tout de même le résultat à la directrice, qui se déplaça jusqu’à ma table pour regarder l’ardoise, avant de l’effacer. Le code était correct, elle me le confirmait, mais elle voulait s’assurer que mes voisins le découvriraient seul. En attendant j’avais interdiction de l’ouvrir, sous peine de punition. Et « Nainja » se disait Ninja.
La barbe !

Au final, il fallut une bonne demi-heure pour que les plus lents arrivent à saisir le truc et déchiffrer le code. Fumiko reprit la parole une fois la dernière bonne réponse confirmé.

[Fumiko] – Ce que vous venez de faire aujourd’hui, vous serez sans doute amené à le faire à l’avenir. Dans un monde en guerre, l’information est l’une des grandes forces capitale. Si on vous vole l’information, il est important de s’assurer que l’ennemi ne pourra pas en faire usage. C’est pour cela que ce type de cryptage a été créé. Afin de s’assurer que seul des alliés avec la bonne clé puissent lire des messages ayant une importance stratégique.
Il existe différent type de code. Celui-ci s’appelle « Chiffre de Toshiya », créé par le clan du même nom afin de protéger des informations capitales.
Vous devez prendre l’habitude d’écrire des messages codés indéchiffrables pour autrui et ceux dès maintenant. C’est pour ça qu’au prochain cours je veux que vous me donniez chacun un message codé avec sa propre clés. Ce sera tout pour aujourd’hui.


Attend… J’ai bien entendu ? DES DEVOIRS ?!
NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Cours [intemporel]    Mar 16 Juin - 18:08

RP Validé: +1 Sag

Faut pas rêver pour les deux :p
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Cours [intemporel]    

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: salles de cours
-