Partagez | 
 

 J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Mer 27 Mai - 17:07

[Pour commencer, je vous renvoie à la section Univers > Informations pour connaître le style et le caractère du personnage qui vous prend en charge. vous pouvez ainsi vous en servir pour votre session RP à plusieurs.
N’oubliez pas, vous devez choisir une action de physique et une action de contrôle (l’ordre dans lequel vous réalisez ces deux actions n’a pas d’importance). L’enseignant est là pour réagir au résultat, et vous protégez de la rémanence. Chacun a le droit à un essai, les résultats de ces essais vous seront donnés dimanche.
Comment est calculée votre réussite ? Tout d’abord, la combinaison des actions choisies. Ensuite, vos stats ! Enfin, vous pouvez avoir des bonus si vous faîtes votre tentative avec un ou plusieurs personnes (RP collectif donc).
Amusez-vous bien.]




Dernière édition par Maître du jeu le Mer 3 Juin - 15:20, édité 1 fois
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Sam 30 Mai - 9:59

Yosuke se fraya un chemin parmi les dizaines d’étudiants amassés devant le panneau d’affichage. Quatre feuilles plus longues que lui affichaient en gras les aspirants répartis pour l’exercice. Il s’attarda d’abord sur la feuille de Takki, en réalité tout le monde s’attardaient sur la feuille de Takki, mais il n’eut pas la surprise d’y voir inscris son nom. Il lui fallut encore quelques instants, et une bonne dose de soulagement pour voir qu’il était avec Fumiko Toshiya, et non Hikari Senjago.

Les jardins avaient été aménagés d’une façon légèrement différente. Il y avait quatre espaces distincts avec pour chacun d’entre eux un fauteuil, certainement pour l’enseignant.

Il s’avança lentement, crispé, tendu et la boule au ventre une nouvelle fois. Fumiko s’était identifiée dans l’un des coins et les élèves inscrits dans le même groupe que lui commençaient à se regrouper auprès d’elle.

Le chakra… Est-ce que quelqu’un comme lui était capable de la maîtriser si facilement ?

[Fumiko] – Si vous avez bien suivi ce que j’ai dit précédemment, vous devriez déjà avoir réfléchi aux exercices que vous souhaitez tenter. Discutez-en entre vous, essayer de les réaliser en petits groupes de 2 ou 3 puis enchaînez. Je vous observe, n’ayez pas de crainte.

Ce qui voulait dire, selon Yosuke, qu’il y avait justement quelque chose à craindre. Mais bizarrement, il avait bien plus confiance au jugement de Fumiko qu’au jugement d’Hikari. Il fallait simplement espérer qu’il ne se ferait pas remarqué à cause d’une crise ou pire, d’une rémanence.

[Yosuke] * Je devrais surement commencer par l’exercice de contrôle. Mais qu’est-ce que je peux faire ? *

Il relisait ses notes. Potasser dans les livres, jongler avec des objets, exercer une chorégraphie millimétrée, méditer. Il ne se voyait pas en train de méditer dans un moment pareil, et encore moins s’affubler d’une chorégraphie ridicule devant tout le monde, même s’il doutait qu’il s’agisse réellement d’une danse. Il lui restait donc les livres ou le jonglage.

Autour de lui, les groupes commençaient à se former. Yosuke était persuadé qu’il finirait par réussir à prendre contact avec d’autres élèves que Shinjin ou Madoka, mais il aurait vraiment aimé les apercevoir à ce moment précis.

[Yosuke] * Concentre-toi. Un problème à la fois. D’abord, l’exercice. *

Il se résigna bien malgré lui à aller voir l’enseignante. Elle le vit venir de loin, et son regard n’avait pas l’air très chaleureux. Tant pis, fonçons.

[Yosuke] – Excusez-moi… Vous nous avez parlé qu’une possibilité de contrôle serait… de potasser dans les livres. Ca… Enfin ça me parait bizarre en réalité. Pourquoi un livre… A moins qu’il n’y ait un livre qui explique comment faire… Ce qui me paraît improbable…

En fait, elle n’ avait pas l’air si sympa que ça. Fumiko se retourna, attrapa une pile de livres et de parchemins, et les donna de force à Yosuke.

[Fumiko] – Comprendre ce qu’est le chakra est utile puisque je viens de vous faire un cours dessus. Etudier les livres ne t’aide qu’à une chose aujourd’hui : à exercer et entraîner ta vivacité d’esprit. En travaillant ta logique et ta mémoire, tu es capable de contrôler le muscle le plus important de ton corps. Ton cerveau, comme les autres muscles, a besoin d’énergie.

Il salua poliment l’enseignante et repartit avec une dizaine d’ouvrages. Les autres le regardaient bizarrement. Avec sa veine, il venait d’être identifié comme le gros intello froussard du groupe…

Bon, qu’est-ce qu’on lui a refourgué comme lecture ?

[Si quelqu'un veut prendre la suite, qu'il n'hésite pas ^^ Sinon je continuerai d'ici demain.]


Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Sam 30 Mai - 13:38

Les jardins s’étaient rapidement remplis d’aspirants. Chacun se dirigeait vers un secteur défini où se trouverait le professeur qui lui était dédié. C’est marrant de voir la différence qu’on peut voir entre ceux qui ont eu Takki, et ceux qui ont eu Hikari. Ces derniers avaient un visage partagé entre la peur et la résignation. Parce qu’eux, ils savaient très bien comment allait se finir la journée : au mieux Hikari leur défonçait la tronche, au pire ils finissaient en boule de feu humaine. Dans les deux cas, c’était pas super fun.

Moi, j’avais eu la bonne surprise de me retrouver dans le groupe de Fumiko Toshiya. Je n’avais pas encore eu cours avec elle, mais certains échos la tiennent en haute estime. On disait d’elle qu’elle était plutôt bonne pédagogue, et qu’un élève motivé pouvait obtenir beaucoup de son enseignement. Bon, je n’étais pas exactement un élève motivé… Mais j’étais un élève, ce qui remplissait déjà cinquante-pour-cent des critères pour être dans ses bonnes grâces.

Quand suffisamment de monde est arrivé, Fumiko prend la parole et nous encourage à former de petits groupes pour effectuer des exercices. Ah, c’est bien ma veine ! Dans le groupe, il n’y a pas une seule tête connue. Ou peut-être qu’il y avait quelques visages qui me disaient vaguement quelque chose, mais ils me donnaient l’envie de les frapper. Ça serait certainement un bon exercice physique, mais je doute que la partie « contrôle » se passe aussi bien.

Deux minutes, et presque tout le monde est déjà en groupe. Vite, c’est le moment de trouver quelqu’un, avant qu’il ne reste que des chieurs claniques. Mon regard se pose rapidement sur un type assez frêle qui a la tête plongée dans des bouquins. Avant qu’un autre en ait le temps, je me suis approché de lui et j’entame la conversation.

Kuroko – Tu lis quoi ?

Yosuke – Quoi ? Je… Je lis…

Il jette un regard sur son livre, comme s’il venait de le découvrir, et qu’il le lisait plus par soucis de lire que par réel intérêt.

Yosuke – « Le guide pratique du chaudronnier »…

Kuroko – Super… Tu sais quoi ? J’vais t’en emprunter un autre, j’veux pas pourrir ta lecture.

Sans lui donner le temps de répondre, et surtout de répondre NON, je prends le premier livre du tas qui est devant Yosuke. Je m’assoie à quelques pas de mon partenaire d’exercice, quoi qu’on ne fait pas vraiment quelque chose ensemble, puis tente de déchiffrer le titre de l’ouvrage.

Oui, déchiffrer, parce qu’au dernière nouvelle je ne savais toujours pas vraiment lire. Oui, j’ai eu quelque chose comme deux ou trois leçons de lecture, mais c’est pas avec ça que j’allais déchiffrer la subtilité de… De quoi d’ailleurs, c’est quoi le titre de ce bouquin ? Ka…Karu… « Karma pourris »… Je ne te le fais pas dire putain. Bon, c’était déjà suffisamment dur, mais je ne suis pas du genre à abandonner. C’est quelque chose que les gamins de Bashô partagent : la volonté.

***

Une demi-heure que je suis dessus, et j’ai lu deux pages. Le gamin à côté a terminé la moitié de son bouquin. Je déteste avoir l’impression de perdre mon temps et d’être à la ramasse ! Lire et faire travailler son esprit, c’était probablement une excellente manière d’exercer son esprit, mais j’étais encore loin de pouvoir lire assez aisément pour ça. J’en étais encore à l’étape où on doit prendre une minute pour lire les kanjis d’une phrase, puis une autre pour comprendre ce qu’on vient de lire. Pas très efficace.

Je pose le lire à côté de moi, et prend la décision de m’essayer à la méditation. Je ne sais pas ce qu’il faut faire de particulier. Certains ont l’air de se contenter de fermer les yeux, et de ne plus bouger. Je suppose que c’est comme de dormir assit, mais en restant réveillé… Donc du coup, c’est pas vraiment comme de dormir… Mais un peu quand même…

Bon, plutôt que d’essayer de comprendre ce à quoi j’ai affaire, autant s’y essayer directement. Je ferme mes yeux, laisse mes mains reposer sur mes jambes en tailleur, et j’attends. Sans penser à quelque chose de particulier, je me contente d’écouter et de sentir ce qu’il y a autour de moi. Je ne sais pas vraiment si j’y arrive. Je n’en ai pas vraiment quelque chose à foutre non plus. Je me contente d’attendre, sans réfléchir. Et étonnement, j’aime ça. Comment décrire ce qu’il se passer ? Je suis simplement hors du temps, loin des impératifs de l’exercice, loin des autres aspirants.

***

Une main se pose sur mon bras, qu’elle secoue mollement.

Yosuke – Tu… Tu vas bien ?

J’ouvre les yeux, difficilement, et je remarque que les ombres sont bien plus grandes qu’il y a quelques instants. Le temps a l’air de passer bien plus vite quand on arrête de s’en soucier.

Kuroko – Ouais, ouais… Putain, je… On doit pas faire des exercices physiques aussi ?

Dur retour à la réalité, l’exercice n’était pas terminé.
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Dim 31 Mai - 16:39

Le guide pratique du chaudronnier. Je maudis le joueur qui a décidé du titre du livre que je devais lire ! J’avais plutôt pensé à une belle histoire fantastique où le héros aurait pénétré dans l’antre du dragon pour délivrer la fille du Daimyo. Non, là, je dois lire le guide du chaudronnier. Et bien merci !

Alors un chaudronnier… Qu’est-ce que c’est ? Ah, c’est la fabrication de pièces métalliques. Ça pourrait être utile si Yosuke avait décidé de se fabriquer son propre katana mais… ce n’était pas le cas. C’est apparemment utile dans de nombreuses applications industrielles et c’est destiner à forger des pièces destinées au chauffage des corps… Mais, mais, mais, ce livre est un total hors sujet dans le contexte de Ryoma ! Yosuke se trouvait devant une anomalie temporelle et contextuelle en forme de livre, et il ne le voyait même pas…

***

La tête remplie de termes techniques inconnus, Yosuke commençait à avoir le cerveau en ébullition. Mais c’était sans doute ce que souhaitait Fumiko-sensei. Réfléchir à des choses complexes, trouver la logique dans un écrit compliqué, emmagasiner des informations… Tout ceci avait sans doute pour but de pousser la cognition dans ses retranchements.

Un raclement de fond de gorge le sortit de sa torpeur mentale. Il leva les yeux, et observa l’énergumène qui était assis en tailleur devant lui. Il l‘avait oublié depuis le temps. Il lui avait pris un livre, s’était assis là et puis plus rien. Est-ce son livre l’avait achevé ? A moins qu’il ne commence une rémanence ?! Fumiko ne semblait pas regarder par ici.

[Yosuke] – Tu… Tu vas bien ?

Il ouvrit les yeux. Au moins, Yosuke ne devrait pas faire face à sa première boule de feu humaine.

[Kuroko] – Ouais, ouais… Putain, je… On doit pas faire des exercices physiques aussi ?

Son exercice l’avait sans doute autant épuisé qu’il ne l’était lui-même. Mais il avait raison, assez potasser, il fallait passer à la deuxième épreuve, même si Yosuke appréhendait le résultat qu’il obtiendrait…

Yosuke tomba à terre vers l’avant. Il eut tout juste le temps de se rattraper avec ses mains. A genoux, ses lunettes se brisèrent en tombant sur le sol.

[Yukito] – Mince, l’intello a perdu ses lunettes. Il peut plus lire. Il devient encore plus inutile qu’il ne l’est déjà.

Yosuke se retourna. Un garçon plus grand que lui, du même gabarit néanmoins, le regardait en jacassant. Il ne l’avait jamais vu.

[Yukito] – On a tous remarqué ta « performance » au cours d’Hikari Senjago. Qu’est-ce que tu fais encore là ?

Il lui cracha au visage. Yosuke ne put réagir, toujours au sol. Il ne comprenait pas vraiment ce qui se passait.

[Yukito] – Tu fais honte à ton clan. A te voir, les Isatsus sont de vrais merdes à éradiquer du village.

C’était donc ça la honte…


Midori Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Dim 31 Mai - 16:45

Lorsque Midori arriva aux jardins, les groupes étaient déjà bien formés, et certains des aspirants avaient d'ores et déjà débuté leurs entraînements. Elle se dirigea alors vers Fumiko. En effet, Midori avait été assignée au groupe de la jeune directrice, ce qui lui avait fait plaisir lorsqu'elle le découvrit. En effet, même si elle n'avait pas de souhait à priori, étant donné qu'elle ne connaissait pas les professeurs, le fait que Fumiko faisait parti du même clan qu'elle avait quelque chose de rassurant pour la jeune kunoichi. Ce n'est pas qu'elle s'attendait à du favoritisme ou quelque chose du genre, mais simplement qu'elle se sentait plus proche d'elle, ni plus ni moins. De même, son discours préalable lui avait permis d'asseoir sa compétence en la matière et sa légitimité en tant que professeur, et dans le clan Toshiya, on aime avoir ce qu'il y a de mieux.

Midori s'attarda ensuite sur les personnes déjà présentes. Elle vit des jeunes de son âge et des plus jeunes, tous en pleine réflexion, en train de pratiquer divers exercices. La fille aux cheveux roses avait déjà bien réfléchi mais aucun exercice ne lui était venu en tête de manière précise, malgré les exemples donnés par Fumiko. Elle remarqua alors qu'un jeune de son groupe, l'air plutôt hésitant, était allé s'adresse au sensei pour avoir plus d'explications.


[Yosuke] –  Excusez-moi… Vous nous avez parlé qu’une possibilité de contrôle serait… de potasser dans les livres. Ca… Enfin ça me parait bizarre en réalité. Pourquoi un livre… A moins qu’il n’y ait un livre qui explique comment faire… Ce qui me paraît improbable…

En réponse à ces mots, le sensei lui jeta une quantité de parchemins et de livres en tout genre, en expliquant que l'intérêt premier de la lecture, n'était pas forcément le contenu, mais l'exercice cérébrale en lui-même. Midori sourit, et eu alors une idée d'exercice, ou même de double exercice devrait-elle dire. En effet, la façon dont Fumiko a lancé les livres sur son jeune camarade l'inspira. Ce geste qui pouvait ressembler a un blâme, était en fait une aide, et une source d'idée pour la fille. Elle s'approcha alors de la pile, mais fut devancé par un autre jeune homme, qui semblait lui aussi intéressé par le tas.
Il interpella alors le premier qui s'était déjà lancé dans sa lecture. L'intitulé était "Le guide pratique du chaudronnier" . D'apparence inutile pour la maîtrise du chakra, ce genre de texte convenait parfaitement à l’idée d’entraînement que Midori a dans la tête. Elle se glissa entre les deux jeunes garçons pour aller prendre elle aussi des lives.


[Midori] – Pardon, si vous permettez, j’aimerais me servir également. J’aurais besoin de 3 livres … Hmmm … Celui-là… celui-ci et … Parfait ! Je vous laisse tranquille, bon entraînement !

Son choix s’était porté sur trois livres relativement petit, qui se tenait très facilement à une main. “50 Recettes pour faire les meilleurs ramens du monde”, “Champignons vénéneux : comment les distinguer ?” et “Contes et légendes pour enfants”. Des livres qui n’avaient visiblement aucun lien entre eux, et qui ont une importance plus que limitée dans la vie d’un ninja. Mais le choix ne s’était pas fait pour le contenu précisément, mais pour le côté pratique. En effet, Midori comptait faire bien mieux que les lire, et le but n’était pas forcément d’apprendre quelque chose d’intéressant à prime abord, mais plutôt de paraître ennuyeux ou sans intérêt. Midori s’écarte un peu de façon à avoir un petit périmètre libre autour d’elle, ce qui n’était pas chose facile tant il y avait de monde de présents dans les jardins. Elle se tourna ensuite vers Fumiko pour lui expliquer son entraînement.

[Midori] – Sensei, j’ai choisi mon exercice pour le contrôle : ce sera le jonglage ! Avec ces trois livres, je vais devoir réussir à jongler pendant cent secondes sans interruption. En cas d’échec, je dois lire une partie du livre que j’ai fais tomber : dix recettes si c’est celui des ramens, un chapitre pour celui sur les champignons et une histoire pour les contes et légendes.

Midori avait bien réfléchi et était sûre que c’était là le meilleur moyen de s’entraîner. En plus de combiner deux exercices qui leur a été proposés, cette méthode a pour avantage de mettre en place une sorte de sanction en cas d’échec. La lecture de livre qui donne l’impression de perdre son temps et en réalité un très bon exercice, aussi bien parce qu’il est fait à contre-gré, et que donc il relève d’un certain effort en soi, que parce qu’il augmente la volonté de ne pas se rater. Les punitions en entraînement sont des méthodes dures mais qui permettent un apprentissage transversale des compétences, tout en améliorant la soif de réussite.


Sans même attendre une quelconque réponse de Fumiko, Midori débuta son entraînement. Elle s’est donné deux heures d’exercices, afin de pouvoir garder suffisamment d’énergie pour la suite, mais ne pouvait prendre que cinq minutes de pauses à chaque fois qu’elle parvenait à enchaîner les cent secondes de jonglage.
Le premier essai ne fut que très peu concluant. Au bout de seulement dix secondes, le livre sur les champignons atterit sur le front de la jeune kunoichi, lui laissant une belle trace rouge et un goût amer d’échec. En effet, bien qu’elle était abile, les livres ne sont pas un très bon outil de jonglage, et il lui faudrait s’adapter à leurs formes avant de pouvoir espérer faire mieux.


Une fois les deux heures écoulées, Midori s’arrêta. Elle n’était parvenu à son objectif qu’à quatre reprises, mais était désormais capable de cuisiner les meilleurs ramens, tout en sélectionnant des champignons qui n’auront pas pour effet d’empoisonner ses hôtes ! Et si la soirée devenait ennuyeuse, elle connaissait assez d’histoires pour tenir éveillé le plus gros dormeur du village. Mais pour le moment, elle n’était pas en état de raconter quelconques histoires à qui que ce soit, car au-delà du fait que ce n’était pas le moment, le nombres de bosses présentes sur ce fronts suites à ses échecs la rendait peu crédible, et on avait plus envie de rire d’elle que de l’écouter attentivement.

*Pfiou, mon capital beauté en a pris un coup… Moi je pensais que c’était une expression quand mes parents parlaient de “se cultiver à coup de livres”. Bon, il faut que je passe à l’entraînement physique à présent… J’espère qu’ils auront ce dont j’ai besoin*

Midori se dirigea vers Fumiko, l’air un peu bête et le front rouge, mais toujours très sûre d’elle, en bonne membre du clan Toshiya.

[Midori]  – Sensei, j’ai finis la première parti de mon exercice ! Mais ce fut pas sans contraintes, y aurait-il des glaçons à quelque part pour mes bosses s’il-vous plaît ?

[Fumiko] – En effet, c’est pas beau à voir. Là-bas, il y a une cuve avec de l’eau froide et des glaçons, tu penses bien qu’on a tout prévu. Va, tu peux te servir.

Midori se pencha en avant en signe de remerciement, et se dirigea vers la cuve. Les rumeurs sur Fumiko était belles et bien fondées. Elle était du genre à toujours répondre positivement à ses élèves, mais toujours de manière très froide et sans donner l’impression de vouloir créer des liens. Une manière de répondre assez gênante, où l’on pourrait presque préféré des réponses négatives, que cette espèce d’entre-deux états. Néanmoins, Midori ne pouvait ne lui en vouloir, bien au contraire. Elle admirait cet état d’esprit, ce détachement qu’un ninja doit devoir apprendre à développer afin de souffrir le moins possible…


Lorsque la jeune fille arriva au niveau de la cuve, elle poussa le couvercle et s’apprêta à saisir une poignée de glaçons. Elle observa alors l’eau, dans lequel elle vit alors son reflet. Elle réfléchit quelques secondes, tout en observant son front rouge et bossu. Les yeux fixés sur cette image, elle était comme perdue dans ses pensées, fatiguée de l’exercice accompli, elle commençait à se remémorer le cours auquel elle avait assisté auparavent.

*La combinaison de plusieurs énergies … le Yin et le Yang … Combinaison … Physique et contrôle … un exercice pour le physique, un exercice pour le contrôle … Pas l’un sans l’autre ? Les deux forment un tout ? Je sais ! *

Midori eu soudain une idée. Elle se dévêtit en un geste rapide afin de n’être plus qu’en sous-vêtement, et entra dans la cuve. Elle ferma les yeux, baissa légèrement la tête, joignit ses mains et se mit à méditer.

[Midori]  – Parce qu’il y a deux exercices à faire, nous pensons trop rapidement que ce sont des compétences parallèles. Comme si le physique et le contrôle était deux chemins séparés, voir carrément opposés, comme l’image du Yin et du Yang. Mais il ne faut pas oublier la fine séparation entre les deux, qui les rend si proches, voire inséparable. L’un n’existe pas sans l’autre, et nous trouvons même un pointe de l’autre dans l’un. Il est cruciale de mêler un peu de physique dans le contrôle, comme c’est le cas dans l’exercice du jonglage, et il me faut donc avoir un minimum de contrôle dans l’exercice physique. Méditer tout en entraînant mon corps à supporter une température extrême, voilà mon second exercice !

C’est sur ces paroles que la jeune fille aux cheveux roses, quasiment entièrement dénudée, se mit à méditer, ne tenant compte des réactions qu’elle avait provoqués autour d’elle par ses actes et ses paroles. Néanmoins, si sa concentration était au maximum pour ce qui était de faire abstraction de son entourage, l’exercice restait néanmoins très difficile pour elle. Ses lèvres devinrent très rapidement bleu violacés, sa peau était toute tremblante, ses dents claquèrent de plus en plus … Si elle ne sentait plus la douleur sur son front comme désiré, elle ne sentait plus non plus l'extrémité de ses membres, et l’abstraction de son entourage devenait de plus en plus une perte de conscience involontaire. Elle luttait pour ne pas se sentir partir, et était contrainte à plusieurs reprises d’arrêter sa méditation afin de s’asperger le visage d’eau, et pour se frotter activement le corps avec ses mains afin de se réchauffer. Si certains aspirants s’arrêtaient, l’air inquiet pour voir si elle était toujours en bonne santé, Fumiko la laissait poursuive pour le moment. Midori ne voulait pas la regarder, elle avait peur qu’en la cherchant du regard, la sensei y verrait une sorte d’appel à l’aide. Elle se sentait pour le moment capable de tenir encore un petit peu, au moins dix petites minutes, avant de devoir sortir de l’eau. Elle referma les yeux, et tenta une dernière méditation avant d’arrêter son exercice…


Au bout de sept minutes, Midori avait atteint sa limite. Elle poussa ses mains violemment contre la cuve, la faisant basculer vers l’avant et la renversant. Midori était à présent à terre, recroquevillée sur elle-même, grelottant de plus belle en tentant de se réchauffer. Sa peau était très claire, ses lèvres violettes. Bien que ses yeux étaient toujours ouverts, elle donnait l’impression d’être ailleurs, ou plutôt nul part, et il était difficile de distinguer si son entraînement avait été un succès et qu’elle était en phase de rémission ou si elle était en train d’entrer en pleine rémanence...



HRP: J'en ai fini avec mon entraînement, j'ai exprès laisser sans fin pour que le staff puisse conclure sur la réussite ou non, ou s'il y a rémanence et que je dois encore répondre après Fumiko. Je suis pas fermé non plus si quelqu'un d'autre veux réagir.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Dim 31 Mai - 17:31

Le garçon avec qui j’étais plus ou moins en groupe, parce qu’on ne peut pas vraiment dire qu’on a travaillé ensemble jusque-là, vient de chuter devant moi. Pas une petite chute qui fait rire, le genre de chute qui est suffisamment sournoise pour faire tomber tes lunettes et les exploser à l’impact. Personnellement, je n’ai jamais eu de lunette, mais mon Dieu et Narateur en a lui, et il connait cette souffrance. Et c’est son empathie qui s’empare de moi quand je vois cette scène quelque peu pathétique.

Par contre, je ne suis pas le seul à avoir assisté à l’explosion des binocles. Un grand mec tout aussi frêle que mon partenaire – je réalise que je ne connais pas son nom – vient ramener sa fraise. Le type a l’air d’avoir des chevilles tellement grosses qu’on pourrait faire des parachutes avec ses chausettes.

Yukito – Mince, l’intello a perdu ses lunettes. Il peut plus lire. Il devient encore plus inutile qu’il ne l’est déjà. On a tous remarqué ta « performance » au cours d’Hikari Senjago. Qu’est-ce que tu fais encore là ?

Bah moi, je n’ai pas remarqué sa performance au cours d’Hikari… En même temps, j’étais aussi en miette après l’exercice… Un peu comme la moitié de la classe. Pas de quoi en faire tout un plat. Pourtant le grand frêle, appelons le grand con, trouve fun de rabaisser mon partenaire. Il lui crache même dessus.

Yukito – Tu fais honte à ton clan. A te voir, les Isatsus sont de vrais merdes à éradiquer du village.

Là, c’est le dilemme moral. Je déteste les gamins des clans. Comme le grand con et le petit frêle. Du coup, je suis tenté de ne pas m’en mêler. Mais mon partenaire ne se baladait pas avec une aura qui annonce « je suis un clanique, je suis meilleurs, je vous emmerde ». C’était presque un mec sympa. En tout cas, ce n’était pas un mec chiant. Son vis-à-vis à contrario était l’archétype du mec détestable. Le mec vient quand même de lui cracher dessus !

Bon, c’est décidé, je m’en mêle. Si le petit frêle veut lui péter la tronche, il fera la queue. Avant qu’il n’ait le temps de s’y attendre, j’attrape le grand con par les épaules, et pose mon pied sur son genou droit.

Kuroko – Attention, ça va faire mal.

Je bascule tout mon poids sur mon pied et en forçant, j’arrive à entendre le son merveilleux que j’attendais. « Crack ». Son genou est à l’envers. Ah ! Ça fait du bien de faire du mal aux autres ! Fumiko se retourne, mais ne s’en mêle pas. Les querelles entre élèves doivent se régler d’elle-même, ou via l’intervention de la brigade. Tant mieux pour moi.

Ma victime pousse des cris et des gémissements tout en pleurant toutes les larmes de son corps, et je sens de nombreux regards se tourner vers le petit frêle et moi. Deux élèves se dégagent de la masse et s’approchent. Ils veulent sans aucun doute en découdre.

Kuroko – Alors les lopettes, cette fois je vise les yeux ou le nez ?

Sans me laisser le temps de plus pavaner, l’un de mes nouveaux amis vient essayer d’enfoncer son poing dans mon visage. Numéro Un, un nom parfait pour un abrutis générique, arrive à louper sa cible, et gagne le droit à une droite dans les côtes. Je suis un peu mollasson dans mon coup, mais il recule de quelques pas. Fier de mon coup, j’en oublie Numéro Deux, le copain de Numéro Un, qui arrive à trouver ma mâchoire avec son poing.

Le coup me sonne quelques secondes. Je sens du sang dans ma bouche, mais visiblement tout le reste est encore en place. L’adrénaline qui se déverse dans mes veines m’excite. Putain que j’adore ce sentiment, celui d’un bon combat dont on sait que l’issue ne sera pas fatale. Ça n’est que plaisir des crachas ensanglantés.

De retour sur mes pieds, je monte ma garde. Il va falloir commencer à jouer sérieusement si je ne veux pas me retrouver à l’infirmerie. Un peu d’aide serait la bienvenue.

Kuroko – Hey « partenaire ». Tu comptes te lamenter encore un peu ou tu m’aide à frapper ces cons ? Un coup de main serait le bienvenue !
Seiya Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Dim 31 Mai - 23:02

Seiya ne désirait qu'une chose, rentré sous terre et s'y cacher le plus longtemps possible. Il avait suivi le groupe mené par la directrice de l'académie jusque dans les jardins du bâtiment. Il se sentait comme sâoul, dans un état second, il devait s'exercer, mais il n'avait pensé à aucun exercice car il n'en connaissait aucun. Il n'avait jamais eu à se battre véritablement et les longues marches du clan qu'il avait enduré l'avait définitivement dégouté de l'exercice physique.
Il remarqua la présence d'un autre membre de sa tribu, le jeune Yosuke. Affublé de ses lunettes, c'était un garçon calme et timide, mais qui ne rechignait presque jamais à aider son prochain. Le jeune Isatsu prit les devants de la situation pour demander conseil à Fumiko, celle-ci lui répondit par la gestuelle, en déversant sur lui une quantité impressionnante de livres, recueils, et autres parchemins. L'activité de lecture était, selon les dires du professeur, une bonne manière de se concentrer dans l'exercice du "contrôle". Yosuke se mit donc à lire sans attendre, les mots se reflétant dans les verres ronds de ses lunettes. Un jeune plus grand et plus athlétique s'approcha de l'Isatsu et attrapa un livre. Une jeune fille les rejoints quelques minutes plus tard, mais son exercice semblait différent. Elle tentait de jongler avec des livres et sitôt que l'objet tombait au sol ou sur elle, elle se mettait à le lire.

Seiya était immobile depuis ce qui lui semblait être une éternité. La fulgurance des images qui traversaient son esprit face à sa léthargie corporelle était un combat intérieur intense. Il se devait de faire quelque chose, mais son corps ne semblait plus obéir à sa volonté. Le monde s'était réduit à un royaume intérieur, tout ce qu'il percevait semblait être illusion, image dépassée d'une réalité imaginaire qui défilait de manière saccadée devant ses yeux.
[Fumiko]-Eh bien ! L'exercice est intense.
Seiya fut comme électrocuter par la voix qui chuchotait à ses oreilles. Il la reconnaissait, suave et assuré, avec l'accent distingué des Toshiya, c'était Fumiko qui malgré ses efforts ne l'avait pas oublier.
[Seiya]-je crois que je vais lire un livre dit-il en faisant mine de bouger vers ceux-ci.
[Fumiko]- il y a bien d'autre moyen que la lecture pour entraîner son cerveau. Elle jeta un regard à l'harmonica accroché à sa ceinture et la saisit en un clin d'œil, Seiya n'avait sentit aucun contact, il était stupéfait. Le chakra semblait être une source de pouvoir sans limite, une source qui pourrait peut-être, un jour, le faire marcher normalement. Joue, mais doucement, il ne s'agit pas de déranger les autres.
Seiya s'adossa contre un arbre aux racines noueuses et laissa ses doigts traduire les sensations qui lui traversaient le corps. Mais à peine avait-il joué quelques notes que la Toshiya revint vers lui.
[Fumiko]- Ceci est un exercice, pas de la détente. Il faut que ton cerveau soit en action, tout cela est trop naturel, il n'y a pas de lutte, pas de combat. Si une chose t'ai acquise sans que tu n'ai eu à livrer un combat, cette chose ne vaut rien. L'œuvre ou l'art martial d'un homme qui n'est pas son propre ennemi est incomplet. Si ton esprit est unanime, c'est que ton esprit à tort. As-tu déjà entendu la ballade des ancêtres Toshiya ?
[Fumiko]-Une ou deux fois répondit Seiya qui avait effectivement entendu des femmes du clan chanter cette berceuse à leurs enfants.
[Fumiko]- Tu vas me la jouer, sans fausse-note et sans la réécouter. Bon exercice.
Sans un mot de plus, elle s'éloigna pour observer les autres.

Seiya tenta de se remémorer la scène où il avait entendu cette chanson à la mélodie complexe, elle l'avait marqué car elle se jouait de la dissonance des accords majeurs et mineurs d'une même note. Une pratique que la plupart des Isatsu auraient qualifiée d'horripilante, car elle cassait la mélodie pour dériver vers une autre. La musique s'en trouvait moins dansante et joyeuse, mais elle était plus profonde et complexe. Comme si, ces changements à priori contre-nature, définissaient mieux la frontière abyssale entre l'esprit et la conscience. Comme si, la nature même des notes de cette ballade chantait "je est un autre". Comme si ces sons exprimaient le fait que tout s'embrasse avant de s'embraser. Lorsqu'il l'avait entendu, elle était chantée par une femme aux longs cheveux tressés, attachés par un bijou représentant le soleil et la lune. La Toshiya était droite, le menton haut et la nuque relevée. Tout dans son comportement portait la marque de l'excellence du clan. Pourtant dans ses yeux, une lumière chaude et vive apparaissait, elle contrastait avec ses gestes calmes et sereins tandis qu'elle chantait d'une voix douce la berceuse à son nouveau-né.
Seiya tâtonna au début, il ne savait pas comment reproduire certaine sonorité vocal, mais loin de le décourager, cela lui donnait encore plus envie de réussir, il voyait un nouvel horizon se dessiner, s'il pouvait s'enrichir de toutes les musiques, il trouverait enfin tous les mots adéquate pour transmettre aux gens et les comprendre. Ce serait autant de nouvelles langues apprises, se dit-il, et puis, tout le monde parle la musique. Il continua ainsi, ne se souciant ni du temps, ni du bruit alentours. Fumiko avait trouvé l'exercice idéal pour lui et elle continuait de surveiller le groupe, corrigeant une posture, ou expliquant la définition d'un terme précis. C'était définitivement un choix sage que de l'avoir placé à la tête de l'académie.
Alors que tout allait pour le mieux, quand Seiya entendit le bruit cristallin du verre qui se brise, une note aussi pure et stridente qu'instantanée. Il écarta son regard de ses doigts qui tenaient fermement l'instrument pour regarder ce qu'il se passait. Yosuke était à terre, à en juger par sa posture, il devait être tombé et ses lunettes, c'étaient brisés sur le sol. Il allait reprendre l'exercice qui le passionnait quand un jeune homme s'approcha de l'Isatsu.

[Yukito] – Mince, l’intello a perdu ses lunettes. Il peut plus lire. Il devient encore plus inutile qu’il ne l’est déjà.
Le garçon avait une voix criarde qui ne s'accordait pas aux traits rugueux de son visage. Yosuke ne dit mot tandis que le garçon continuait sur sa lancée :
[Yukito] -On a tous remarqué ta « performance » au cours d’Hikari Senjago. Qu’est-ce que tu fais encore là ? Sans attendre, il émit un bruit guttural avant de cracher sur le jeune Isatsu. Tu fais honte à ton clan. À te voir, les Isatsus sont de vrais merdes à éradiquer du village.
C'en était trop, ce petit téméraire insultait le clan tout entier. Certes, les Isatsus n'avaient pas l'aura des Toshiya qui imposait le respect, mais jamais les Isatsus auraient laissé passer une telle injure. Seiya se releva à l'aide de sa canne, c'est dans ces moments qu'il regrettait amèrement de ne pas être en mesure de combattre. Il allait s'avancer pour tenter de calmer celui qui agressai un membre de son clan quand celui qui lisait aux côtés de Yosuke décida de s'en mêlé. Avec une agilité et un aplomb que Seiya n'aurait pu imaginer il provoqua un bruit fracassant qui avait pour caisse de résonance le corps du malheureux. Celui-ci s'écroula immédiatement au sol en gémissant à pleine bouche, mais déjà deux autre se jetaient sur le camarade de Yosuke. Seiya voulut avancer, mais il se ravisa. Il ne c'était jamais battu et il n'était pas capable d'aider le jeune homme, il ne ferait que le gêner. "Putain, je ne peux rien faire !" pensa-t-il. Mais quelque chose en lui grandissait, une appréhension mêlé à de l'excitation, après tout le but premier de l'académie était d'apprendre aux élèves à se battre.
[Kuroko] – Hey « partenaire ». Tu comptes te lamenter encore un peu ou tu m’aides à frapper ces cons ? Un coup de main serait le bienvenu !
Ces mots sonnèrent comme les premières notes d'une guerre annoncée, Seiya fit alors ce qu'il n'avait jamais osé imaginer, il ôta sa cape, révélant par ce biais sa jambe de bois et avança avec sa canne à hauteur du combat.
[Seiya]- j'ai une jambe en moins mais une canne en plus bande de porcs !
Sans un autre avertissement, il se jeta vers son adversaire le plus proche.




Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Dim 31 Mai - 23:20

Le « crack » sonore résonna d’abord comme une douleur aïgue. Mais une fois qu’on enlevait l’empathie naturelle, et qu’on se concentrait sur le fait que celui qui a mal mériterait que le deuxième genou plie de la même façon, ça sonnait plutôt comme une musique très agréable.

Le drôle énergumène aux cheveux blancs commençait à se battre. Il donnait des coups, il en recevait, mais mon dieu il en donnait bien plus qu’il en recevait. Yosuke tentait d’analyser tout ce qui se passait devant ses yeux. Il bougeait bien, il tapait fort, il souriait. Mais comment pouvait-il sourire dans cette situation ? Son cerveau qui était déjà en ébullition aurait pu émettre une fumée synonyme d’incendie cérébral si nous étions dans un manga.

[Kuroko]  – Hey « partenaire ». Tu comptes te lamenter encore un peu ou tu m’aide à frapper ces cons ? Un coup de main serait le bienvenue !

Et là Yosuke reconnaissait une erreur monumentale dans l’analyse de la situation. Que faisait-il encore par terre ? Il essuya la bave de son visage avec la manche de son T-shirt, et se redressa tout doucement pour se placer à côté du garçon aux cheveux blancs.

[Yosuke] – Tu crois que je peux ?

Kuroko lança une droite à l’un des deux adversaires puis revient en position.

[Kuroko] – En fait c’est simple. Il suffit de cogner sans se faire cogner.

Et déjà que l’autre opposant lui sauta dessus. Mais une autre personne s’interposa. Un grand gaillard, une canne, une jambe de bois… C’était sans aucun doute Seiya.

[Seiya]- J'ai une jambe en moins mais une canne en plus bande de porcs !

Les coups de canne dans le vide fit d’abord reculer numéro 2 tandis que Kuroko s’occupait assez facilement de numéro 1. Le deuxième abruti réussit à contourner Seiya assez facilement, le pauvre ne pouvait pas se mouvoir aussi facilement que les autres, et il fonça sur Yosuke. Le jeune Isatsu fit un mouvement de recul instinctivement sans trop réfléchir. Un regard sur le côté montrait que son premier allié de fortune semblait se déplacer et attaquer naturellement, comme si tout cela était une seconde nature pour lui. Pas Yosuke, mais il était bien décider à ne pas se laisser faire. Et Seiya ne semblait pas en démordre non plus.

Attaque frontale. Analyse assez simple, Yosuke esquiva en pivotant sur le côté. Deuxième attaque frontale consécutive, Yosuke recommença la manœuvre en concluant dans le même temps que son adversaire ne devait pas être bien futé.  Sans surprise, il enchaîna exactement le même mouvement. Yosuke sourit, pivota et Seiya laissa trainer sa jambe de bois dans l’angle de la course du gros lourdaud pas futé.  Par A + B, calcul imparable sans inconnu, l’adversaire était à terre.

Il pensa d’abord à lui mettre un gros coup de pied bien placé, par derrière, sans ménagement aucune, par pure vengeance et méchanceté. Mais son oncle l’avait élevé autrement. Puis il avait autre chose à faire. Kuroko avait terminé avec le sien, avec son sac de sable ambulant, et les avait rejoints près du premier enquiquineur.

[Yosuke] – Tu devrais remercier mon clan de ne pas m’avoir élevé comme lui, dit-il en montrant Kuroko du doigt, sinon tes deux jambes seraient dans le même état que lui, ajouta-t-il en montrant Seiya.

Il serra la main de ceux qui l’avait aidé à garder un semblant d’honneur, puis prépara le plus gros des molards de derrière les fagots pour l’envoyer droit dans le mille (je mérite un bonus de dextérité juste pour ça).

Puis la chaleur présente dans sa tête fut comme aspirée d’un coup, laissant un grand froid et des vertiges. Ses jambes avaient également du mal à le porter. Était-ce le reflux d’adrénaline ou est-ce que le chakra commençait à se manifester ?


Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Dim 31 Mai - 23:50

Résultats du Jour1 :

Groupe de Fumiko
Midori : +1DEX et + 1VIT. Évanouissement par hypothermie !
Kuroko : +1SAG et +1FOR. Début de rémanence !
Yosuke : +1INT et +1AGI. Évanouissement.
Seiya : +1INT et +1DEX. Évanouissement.

Le groupe était assez hétérogène. Il y avait ceux qui cherchaient à comprendre à tout prix, d'autres qui préféraient se concentrer sur le geste, d'autres pour qui la méditation semblait relever du miracle, et puis les artistes Isatsu. Elle tentait de les conseiller du mieux qu'elle pouvait. elle ne leur disait pas mais elle jouait quasiment sa carrière sur cette journée. il fallait absolument avoir un résultat.

Elle eut tout de même un léger mouvement de rejet quand elle vit Midori tombait du bac à glaçon. mais pourquoi avait-elle choisi cet exercice physique ? Elle serait certainement KO pour un bon bout de temps. Elle laissa les garçons se battre pendant qu'elle s'occuperait de la petite.

[Fumiko] - Je te conseille un autre exercice la prochaine fois, d'accord ?

Elle se surprit à être un peu plus attendri que d'habitude. Mais elle ne put se laisser aller trop longtemps. Elle fit volte-face rapidement. Les garçons avaient terminé leur exercice commun, et chacun d'entre eux réalisaient leur premier essai. Ca serait une catastrophe si les trois faisaient une rémanence simultanément.

Les yeux plissés, fixant les trois silhouettes, une seule présenta l'aura bleue du chakra. Les deux autres s'écroulèrent dans leur essai, ayant vidé toute leur force. Elle croisa les doigts, espérant de toutes ses forces que Kuroko réussisse. Mais quand l'aura doubla d'intensité, elle dût se résoudre à lui envoyer des senbons dans la nuque. L'aura s'estompa rapidement et Kuroko tomba inconscient.

Elle était déçue, mais au moins l'exercice semblait efficace. Tout n'était sans doute pas perdu pour eux.


Takuan
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Lun 1 Juin - 3:04

Chapitre 4 - Un feu divin


Dans le jardin de l'Académie, les élèves rejoignaient doucement leur professeur attitré. Quand la plupart d'entre eux furent arrivés, Fumiko-sama lança la séance par un conseil avisé :

[Fumiko] – Si vous avez bien suivi ce que j’ai dit précédemment, vous devriez déjà avoir réfléchi aux exercices que vous souhaitez tenter. Discutez-en entre vous, essayer de les réaliser en petits groupes de 2 ou 3 puis enchaînez. Je vous observe, n’ayez pas de crainte.

Takuan recula automatiquement de quelques pas. Des binômes, il n'en était pas question. Pas encore. Rien que d'y penser, le jeune homme commençait à en avoir des bouffés de chaleur. Alors que tous commençaient à se regrouper, Takuan titubait doucement le long de la foule, le regard vide, et apostropha la sensei.

[Takuan] - Fumiko-sama, puis-je faire cet exercice seul ?

[Fumiko] - Takuan, tu as bien assimilé le cours donné en classe, n'est-ce pas ?

[Takuan] - Oui, je connais et je comprends les risques de la rémanence. Mais je n'ai pas peur. Je ne serai pas loin, mais je préfère travailler seul.

Fumiko-san souffla, la main placée sur ses hanches, l'air agacée mais compréhensive à la fois. Il n'était pas un Toshiya, mais il lui ressemblait beaucoup, ce jeune homme.

[Fumiko] - Je comprends, à ta guise.

Il s'inclina puis s'éloigna du tumulte puéril de ces jeunes qui partaient à la découverte du chakra. Il se sentait si proche, et si loin à la fois. Ils ne savaient encore rien du monde terrible que le chakra représentait. La rémanence leur semblait pour le moment une simple notion sur un tableau. La vie de Takuan, cependant, avait ressemblé à une rémanence perpétuelle. Une rémanence de quinze ans.

Et la vraie rémanence, celle du tableau de craie, celle là aussi. Pas plus tard qu'une quinzaine de jours auparavant, lors de son voyage vers l'Ouest, avec Tenba-san, il en avait fait l'affreuse expérience...



*******


Son rire résonna dans la ruelle. Un rire sincère, chaleureux, qui animait les coeurs. Il le connaissait à peine, mais il aimait cet homme. Il lui semblait capable de raviver la flamme de n'importe qui rien qu'en étant là, il rayonnait d'une sérénité communicative qui donnait envie d'embrasser le monde. Toutefois, il fut un jour où le sourire de Tenba-san s'estompa, lorsque la visite au dernier village de l'Ouest se termina presque en une boucherie sanglante.

Les partenaires de Konoha, dans ces contrées peu hospitalières, semblaient tout aussi volatiles que le souffle des grandes steppes. Ce jour là, les anciens alliés s'étaient retournés contre la main tendue vers eux. Tout cela dépassait l'esprit du garçon, qui n'avait aucune idée des complexités géopolitiques du monde dans lequel il vivait. Des armes, des mines patibulaires, et Tenba-san qui avait arrêté les discours pour sortir un Katana de son sac, alors que les trois mercenaires, ou bandits, ou assassins, entouraient le duo. Le coeur de Takuan battait la chamade, il tremblait, incapable d'agir. Lorsqu'il était soumis à l'humiliation de l'auberge de Sekigahara, il devenait pantin de bois inanimé, attendait que les actes cruels s'estompent, puis reprenait sa vie en oubliant tout. Cette fois, il avait peur, terriblement peur, froid aussi, l'eau perlait sur son visage et les vents glacés du plateau achevaient l'impression d'avoir traversé l'outremonde. Un premier criminel se lança sur le moine, qui le repoussa d'un geste de la paume de la main. De ses yeux ébahis, Takuan crut rêver en voyant cette paume émettre une aura bleutée. D'un mouvement ample de l'épaule, un des brigands valsa dans les airs, puis bientôt un second. Le troisième, cependant en avait profité pour tenter de prendre pour cible le jeune homme. Il tenta de battre en retraite, mais fut bientôt stoppé par un tronc d'arbre, et la lame de l'inconnu frôla rapidement la gorge du garçon.

[Bandit] - Arrête toi maintenant, ou je perce ce garçon comme un goret !

Tenba-san se retourna aussitôt, analysa la situation, décida de lever les mains au ciel. La situation semblait désespérée, Takuan tremblait plus que jamais. Puis il se souvint de la sensation qu'il avait eu lors de sa rencontre avec Tenba lors de son passage à l'auberge. Cette impulsion d'énergie qui avait émané de ses yeux, n'avait crée qu'un minuscule choc, presque rien, envers Tenba, et qui lui avait convaincu de s'intéresser au jeune homme. Peut-être que s'il réessayait, et intensifiait la sensation, alors il parviendrait à émettre un choc similaire envers le bandit, ce qui laisserait le temps à Tenba de s'occuper du reste. Les paumes ouvertes, il s'essaya au signe que lui avait appris le moine. Malgré la peur, il tenta de faire renaître en lui les conditions pour expulser son énergie. Ce qui semblait une bonne idée tourna toutefois au cauchemar...

[Takuan] - HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA....


Son corps le brûla soudainement, une douleur atroce, inimaginable, s'emparait de son être et le consumait de l'intérieur. Le brigand se retourna aussitôt à la sensation de chaleur soudaine qu'il perçut du garçon. En un éclair de seconde, Tenba-san dévala les quelques mètres qui le séparaient du groupe et maîtrisa le bandit. Sans même se soucier des adversaires, il attrapa Takuan par les épaules et le somma de s'arrêter :

[Tenba] - Takuan ! Arrête toi, reprends ton calme, stoppe tout, ne pense plus à rien !

Il le prit dans ses bras, malgré la chaleur, malgré la douleur. Takuan lutta pour reprendre ses esprits. Bientôt la douleur s'estompa...

*********



Il frissonna... La mémoire de la chair brûlante, l'impression d'imploser de l'intérieur. Il se jura que plus jamais il ne laisserait ce phénomène reprendre le dessus sur lui. Il s'était entraîné dur depuis pour éviter tout cela. Le moment était venu. Un tout petit peu plus loin, mais toujours à portée de vue du groupe, il s'assit en tailleur et commença sa préparation mentale par un exercice de méditation. Une fois les jambes placées correctement, il débuta par un étirement des articulations. De petits mouvements successifs, des rotations, au niveau des poignets, du cou, des épaules. Puis l'immobilité. Totale. Devenir stoïque à l'environnement autour de soi. Ne plus compter le temps, ne plus penser à rien. La respiration suit, le coeur bat de plus en plus lentement, jusqu'au minimum requis aux fonctions vitales. Enfin, rester là, ne faire plus qu'un avec le souffle du vent, la lumière du soleil, le bourdonnement des insectes, les sauts d'un lapin non loin, le clapottis des carpes dans l'eau de l'étang, les quelques grenouilles éparpillées ça et là, les paroles des aspirants en plein exercice non loin de là. La voix attentive de Fumiko-sama. Un parfum agréable, d'une fleur, ou peut être d'une demoiselle. Qu'ils ne soient plus et qu'ils soient tout à la fois... Takuan éprouvait alors une sensation de plaisir intense, un éphémère frissonnement le long de sa peau. Mais pour parvenir à l'éveil total de l'esprit, il fallait également rejeter cet aspect, ne pas faire de différences entre la joie et la tristesse, le plaisir ou la souffrance. Accepter chacun de ces attribus pour ce qu'ils sont : les morceaux d'un Grand Tout...Le jeune homme ne sut pas quel temps avait passé avant qu'il ne l'atteigne enfin. Le voyage introspectif s'était plutôt passé mieux que d'habitude. La méditation ne semblait finalement qu'un exercice comme un autre, et Takuan commençait à y avoir une certaine expérience. La deuxième partie de son plan pouvait alors commencer.

Il semblait impensable pour le jeune shinobi que les deux exercices de maîtrise doivent se faire séparément. L'éveil du chakra nécessitait le mélange des deux. Maintenant qu'il avait atteint la paix intérieure recherchée, il se leva doucement pour débuter son exercice physique. Il fallait que l'effort soit à la hauteur de la plénitude mentale, aussi, afin de mieux contrôler la rémanence qui pouvait potentiellement monter en lui, il décida de ne pas opter pour une action brusque, mais plutôt pour un effort lent et régulier. Doucement, Takuan se plaça en poirier, d'abord à deux mains, puis bientôt une seule. Une telle position n'était pas difficile, la maintenir exigeait néanmoins équilibre et maîtrise de soi. Tout en prenant soin de bien garder la sérénité morale nécessaire à l'équilibre des énergies, il garda la posture, sentant monter en lui, pas à pas, la naissance d'une énergie nouvelle, union des deux efforts, du corps et de l'esprit dans un acte à l'unisson... Etait-ce ça, le chakra ?



Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   Lun 1 Juin - 8:40

Takuan : +10MP et +1AGI. Évanouissement.


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: J1 Maîtrise du Chakra - Groupe de Fumiko   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J1 Maîtrise du chakra - Groupe d'Hikari
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Élévation a la prêtrise du clerc skaski
» Élévation a la prêtrise des clercs Amadeus0 & Brennach
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: jardins
-