Partagez | 
 

 J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Mer 3 Juin - 15:22

Il était tard, très tard même. En ce deuxième jour d’apprentissage du chakra, les enseignants avaient convoqués les aspirants en pleine nuit dans les jardins.  Fumiko et Chikara ne semblaient pas tenir compte de l’état d’esprit de ces élèves qui avaient frôlé la mort pas plus tard qu’hier.

[Chikara] – Si vous êtes ici, c’est que vous avez du potentiel. Contrairement aux autres, on a l’a preuve que votre chakra est bien présent, puisqu’il a failli vous cramer hier.

[Fumiko] – Néanmoins, vous manquez de contrôle. Ça se traduit souvent par une approche trop franche ou sans mesure. Ça signifie aussi que vous avez du mal à contenir vos pulsions ou à vous calmer rapidement. C’est ce que nous allons travailler aujourd’hui.

Chikara sortit une trousse en cuir et l’ouvrit. Il en sortit une seringue, ainsi  qu’un petit bocal contenant une grosse araignée.

[Fumiko] – Cette tarentule possède un venin toxique et hallucinogène. Dosé subtilement, on l’utilise pour créer une drogue puissante. Et nous allons vous l’injecter. Elle transformera votre identité, vous transportera dans un monde imaginaire, autant de stimuli qu’il faudra combattre pour retourner à la raison. L’exercice pourra être traumatisant d’une certaine façon, mais vous en ressortirez grandi.

[Chikara] – Allez, en file indienne et je ne veux pas en voir chialer au moment de la piqûre.

***

Etape 1 : Fumiko vous inocule le poison. Vous pouvez RP sur votre état d'esprit et le spremiers symptomes mais ce n'est pas obligatoire.
Etape 2 : Vous lancez un dé illusion pour connaître quelle est votre nouvelle identité et le dé nouveau monde pour savoir où vous pensez vous trouver. Attendez que d'autres joueurs fasse de même.
Etape 3 : Vous pouvez RP en prenant en compte la nouvelle identité des autres, la vôtre et le terrain sur lequel vous vous trouvez. Même si personne n'a le même terrain que vous, vous pouvez quand même RP avec eux. Votre RP prend en compte votre terrain, le RP des autres prennent en compte leurs terrains.
Etape 4 : Bon delirium tremens ! Vous pouvez RP autant que vous le souhaitez. L'effet de la drogue prendra fin au jour convenu sur le calendrier.

N'hésitez pas à me contacter pour toute demande de précisions !




Dernière édition par Maître du jeu le Sam 20 Juin - 15:39, édité 1 fois
Madoka Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Mer 3 Juin - 15:43

Bon, les choses ne se passaient pas si mal que ça au final. Si on faisait exception de quelques combustions spontanées, quelques élèves en plus de Madoka avaient fini par réussir à pondre du chakra : Blaireau Toshiya, le Senjago au bokken, Lio, Kuroko et une cinquième tête sortie d'on ne sait où. Le reste allait devoir cravacher encore vu que leurs performances avaient été on ne peut plus décevantes, à entendre tout le monde. Cependant, comme un malheur n'arrive jamais seul, c'était Chikara et la directrice qui allaient s'occuper du round 2. Super.
Visiblement, si le côté physique était maîtrisé pour ce groupe, c'était le mental qui ne collait pas. Autant Chikara était content de voir qu'il n'y aurait pas de tombes à creuser cette fois-ci (pour le moment !), autant la directrice n'était pas vraiment satisfaite du fait que les élèves n'arrivaient pas à contrôler leur énergie, qui serait l'objectif du cours. Comment allaient-ils s'y prendre, cela dit ?

Madoka aurait préféré ne pas savoir en voyant le père Aisu sortir d'un sac une seringue de la taille d'un pâté de maisons et un bocal en verre contenant un magnifique spécimen de mygale ligue de platine de la taille de deux pâtés de maisons. A entendre Fumiko, cette saloperie octopède secrétait un venin toxique ET hallucinogène. Que Chikara allait injecter aux aspirants pour les pousser à contrôler leur mental et, dans la foulée, leurs émissions de chakra. Il était sérieux, lui ?
Visiblement oui, vu que sa dernière phrase avant de lancer la vaccination au super-LSD fut "ne chialez pas pour une picouze". Le temps de comprendre ce qui se passait, Madoka avait reçu sa dose de Spider-Dope. Restait à espérer que l'un d'eux avait les coordonnées du centre antipoison le plus proche s'ils s'étaient fougés dans le dosages.



- Euh, je ne ressens rien, c'est normal... Normal... Nor.. Nooooooooooooooooor. Hé, j'entends les couleurs. J'entends les couleurs ! J'ENTENDS LES COULEURS !

C'EST TROP DE LA BONNE SÉRIEUX.



Que le dawa commence.


Dernière édition par Madoka Isatsu le Jeu 4 Juin - 3:22, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Mer 3 Juin - 15:43

Le membre 'Madoka Isatsu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Nouvelle identité' :


--------------------------------

#2 'Nouveau monde' :
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Mer 3 Juin - 17:42

C’est toujours marrant de voir comment les choses évoluent. Bien souvent, elles prennent un tournant différent de celui qu’on pensait. Par exemple, je pensais avoir le droit à un peu de repos après ma rémanence. D’une part ça avait été une demi-réussite, et d’autre part c’était plutôt fatiguant de fleureter avec la mort. Pourtant, je me retrouvais dehors en pleine nuit, à devoir écouter les consignes d’un nouvel exercice. C’est presque criminel de tirer de son lit un gamin, mais ça ne dérangeait ni Fumiko ni Chikara visiblement.

Franchement, était-ce vraiment utile de faire ça aussi tôt ? Si je jouais la carte de la confiance en soit, j’étais au fond de moi plutôt effrayé à l’idée de retenter une expérience aussi tôt. La dernière fois s’était soldée en un début de crémation avec moi comme foyer pour le feu. Quelque chose d’un petit peu traumatisant. Ils auraient bien pu nous donner une semaine pour récupérer et mettre de l’ordre dans nos pensées. Mais non, visiblement on ferait ça vers deux heures du matin dans les jardins de l’académie. Super !

Le nouveau jeu consistait à s’injecter une drogue hallucinogène pour « améliorer nos capacités de contrôle » et nous donner les clefs d’utilisation du chakra. Ils n’avaient évidemment aucun autre moyen de faire ça. Après tout, pourquoi faire autrement quand on a une tarentule et des gamins pour faire mumuse ?

Les élèves se mettent rapidement en ligne, et j’ai la chance (haha grosse blague) d’être le deuxième de la file. La fille devant moi, l’anomalie rose, se fait piquer avant moi. À peine a-t-elle le temps de s’écarter qu’elle se crie des imbécilités.

Madoka – J’ENTENDS LES COULEURS !

Super rassurant… Je m’avance, Chikara prend mon bras d’une poigne ferme. Tellement ferme qu’il me fait mal d’ailleurs. Je vois l’aiguille se rapprocher de mon bras, et avant qu’elle ne pénètre, je détourne le regard. Ça ne fait pas moins mal, mais c’est moins désagréable sur le moment. Je sens du feu liquide parcourir mes veines à mesure qu’il pousse sur le piston de la seringue. J’ai à peine le temps de m’écarter de la file que je sens ma vue de brouiller.

Tout change autour de moi. Les autres élèves prennent d’autres formes. Je vois des grenouilles, des mouches, des nains et même une pelle. Oui, j’ai vu quelqu’un se transformer en pelle, une expérience très étrange. Je regarde mes mains, et je vois mes vêtements changer, puis mes membres eux-mêmes changent. Plus fins, mes nouveaux vêtements rougeâtres arborent le blason des Isatsu. Soudain deux énormes poids tirent mon torse vers l’avant et viennent plier mon dos sous leurs poids.

Kuroko – Putain, putain, putain, putain, putain ! J’AI DES SEINS !

Paniqué, je tourne mon regard vers Fumiko et Chikara. Ils tournent un instant leurs visages vers moi avant de se faire avaler par une vague d’ombre. Une autre aspire la file d’étudiants qui recevaient leurs injections. Rapidement le paysage disparait, il ne reste plus que moi… Non ! Je ne veux pas être seul dans l’ombre. J’ai besoin de ne pas être seul. J’ai besoin d’Haku.

De l’ombre qui m’entoure sort un bras aussi noir que la suie. Il m’agrippe la jambe, et tous mes efforts ne suffisent pas à le faire lâcher. Un autre m’agrippe le bras, puis l’épaule. Encore plus de bras, toujours plus jusqu’à ce que je ne puisse plus bouger avant que l’ombre ne m’engloutisse à mon tour.

Alors il ne restait que le silence, et l’ombre.


Dernière édition par Kuroko Hokufû le Ven 5 Juin - 20:36, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Mer 3 Juin - 17:42

Le membre 'Kuroko Hokufû' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Nouvelle identité' :


--------------------------------

#2 'Nouveau monde' :
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Mer 3 Juin - 18:44

Je veux les doudounes
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Mer 3 Juin - 18:44

Le membre 'Hakai Toshiya' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Nouvelle identité' :


--------------------------------

#2 'Nouveau monde' :
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Jeu 4 Juin - 7:00

J’ai pas mal. Je suis insensible à la douleur. J’ai largement dépassé l’âge d’être effrayé et traumatisé par les engins infernal de sadisme incarné. Une seringue. Peu, ramènes toi ! Je n’ai pas peur de ton aiguille si grosse, piquante et pointues. J’avais neuf ans (supposément) et un historique à me faire passer en thérapie à vie, une fois que le concept aurait été créé ! J’ai des tendances suicidaires diront certains ! Je me ris du danger parce que c’est ce qui me maintient en vie ! Je n’aurais pas peur de ta putain d’aiguille, grand sadique ! Ni de l’araignée d’ailleurs. (Non mais sérieusement, c’est trop drôle avec toutes ces pattes ! Comment on peut en avoir peur ?).

Que l’on soit bien clair, je ne te connais pas, et toi non plus. On peut donc supposer que l’on ne s’aime pas. Mais il peut y avoir un peu de respect tout de même. Par exemple, tu ranges ta seringue, on parle calmement, on se trouve plein de point commun, on devient amis. On passe des années à vivre des aventures intenses et on forme un super duo ! Les muscles et le cerveau ! (Enfin, si ça se trouve tu préférerais être les muscles ! Mais ça on ne le saurait que en parlant et en devenant amis, tu vois où je veux en venir !). On grandirait ensemble. Enfin je grandirais avec toi, et toi tu t’assagiras, tu comprendras que les seringues sont un obstacle à la sociabilisassions. Tu serais là pour mon mariage avec Takki, tu verrais nos enfants grandir ! Tu deviens leur parrain ! Un second exemple pour eux. Ils grandiraient aux sons de nos histoires ! De nos combats épiques ! Ils riraient de notre rivalité ! Après tout on serait toujours en compétition pour savoir qui a sauvé le cul à l’autre le plus de fois ! Même si on réalité on s’en foutrait, on s’aimait trop pour vraiment s’intéresser à un détail aussi trivial !
Mais… En fait la vérité c’est que tu t’en moquerais. Après des années d’amitié, de camaraderie et de confiance tu me trahirais soudainement, révélant le vrai visage du ninja que tu auras toujours été. Tu me sauterais dessus, ta seringue à la main et tu me la planterais dans la veine et tu presserais le truc bizarre pour injecter le machin !

Lorsqu’il me piquait, j’étais furieux et ne put que sortir un juron à pleins poumon, pleins de haine à son égard !

[Moi] – ENCULÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉ !

Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Penser aux seins de Takki ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ne pas pleurer ! Ce qui faisait mal, ce n’était pas la piqure, mais la confiance que trahissais Chikara. Il devrait payer et mourir pour ça ! Et pas forcément dans cet ordre !


Dernière édition par Hokkinin le Dim 14 Juin - 15:28, édité 3 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Jeu 4 Juin - 7:00

Le membre 'Hokkinin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Nouvelle identité' :


--------------------------------

#2 'Nouveau monde' :
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Sam 6 Juin - 18:13

J’étais seul. Désespérément seul. Plus un son, plus un bruit, rien ne pouvait me laisser penser que mon corps se trouvait encore dans les jardins de l’académie. Mon corps lui-même me trahissait. Il répondait différemment, il était muté, transformé en quelqu’un que je n’étais pas. C’était terriblement effrayant. Comme si mon monde s’était écroulé d’un seul coup. Le paysage n’existait plus, ma fratrie avait été engloutie par l’ombre, et même mon identité d’avait été volée.

Je n’étais plus rien.

Dans l’obscurité qui me masquait la vue, il ne me restait bien peu de sens à disposition pour me ressaisir. À quatre pattes sur le sol, j’avance lentement et complètement chaotiquement jusqu’à sentir l’écorce d’une racine sous mes doigts. Mon toucher ne semble pas me trahir. En remontant à sa source, j’arrive à un tronc d’arbre contre lequel je m’adosse. J’avais besoin de stabilité et de sécurité. Cet arbre protégeait mon dos. Il ne bougerait pas, il resterait là même si je ne pouvais pas le voir.

C’était mon ancre dans l’univers de ténèbres dans lequel je baignais. Dans ma tête les pensées s’entrechoquent dans un immense chaos. La drogue vient se mêler à l’adrénaline que mon corps pense bon de sécréter. Mon cœur semble prêt à exploser à chaque battement, il est aussi confus que le reste de mon corps, alternant accélération et ralentissement brusque. Plus rien ne semble stable même à l’intérieur de moi.

Mais il me reste mon arbre. Mon ancre.

Kuroko – Il y a quelqu’un ?

Les mots s’échappent de ma bouche, je sens ma langue et mes cordes vocales bouger, mais je n’entends rien. Je suis sourd et aveugle. Le tronc qui me protège va bientôt ne plus suffire à contrôler mon angoisse grandissante. J’avais besoin d’entendre une voix, un cri, des pleurs, peu importe. J’ai besoin de savoir que je ne suis pas seul ici.

Kuroko – Oh, il y a quelqu’un ?

Toujours rien. Je n’entends ni ma voix, ni une réponse. Mes yeux s’humidifient, et je sens des larmes couler sur mes joues. C’est une sensation que je n’avais pas sentis depuis tellement longtemps. J’ai l’impression que mes côtes écrasent mes poumons et m’empêchent de respirer. Mon visage devient douloureux, comme si tous ses muscles étaient trop contractés. Ma gorge se serre, et mon cœur battant toujours irrégulièrement commence à brûler à travers ma poitrine.

Kuroko - S’il vous plait…

***

Combien de temps s’est écoulé depuis que je suis dans le noir ? Je ne sais plus. Les larmes sont séchées sur mes joues, mais ma gorge et mon cœur m’envoient encore de drôle de sensation. Comme si je voulais encore pleurer, mais que je n’avais plus assez de larme pour ça. Mon corps est engourdis, et je ne suis plus sur de sentir quoi que ce soit d’autre que mon arbre derrière moi. Mais je sens que bientôt la peau comprimée contre l’écorce arrêtera de sentir quoi que ce soit. J’allais perdre mon ancre, mais je n’en avais plus grand-chose à faire.

Je m’étais résolu à être seul.

Je ne sais même plus pourquoi je suis ici, mais ça n’a plus d’importance. Je suis seul, et je resterai seul. J’aurais aimé voir une dernière fois Haku et Haruhi. Ou au moins pouvoir sentir leurs visages sous mes doigts. C’est quand on est le seul qu’on prend toute la valeur de ce que l’on a. Ma fratrie de manque. Les leçons de Musashi me manquent aussi. Et puis le ciel du matin sur la forêt de Konoha. C’était une belle vue que proposait la tour nord de l’académie. On pouvait observer le soleil qui rinçait de ses rayons chaque arbre, le ciel se teintait d’un doux rose qui contrastait avec le noir du volcan à l’horizon.

Ah, j’aimerai vraiment profiter encore une fois de cette vue… Je veux profiter de cette vue. Je ne veux pas être seul dans le noir. J’en ai assez. Assez de ce noir, assez de ce corps qui n’est pas le mien, assez de ce silence. Je veux mon ciel. Je veux mon frère, ma sœur, mon corps, mes yeux. Je veux récupérer ma vie.

Et je l’aurai.

Musashi – La plus grande gloire n’est jamais de tomber, mais de se relever à chaque chute.

Sa voix résonne dans ma tête. Ses mots ricochent dans mon cœur qui bat plus fort. Il se régule, il se contrôle et me redonne de la force. Je sens mon sang qui alimente mes muscles, et mon engourdissement qui s’évapore.

Musashi – Le succès, c’est de tomber sept fois, et de se relever huit fois.

À tâtons je me mets à quatre pattes, puis à genou. Je sens que mes muscles peine à me garder stable. Ils sont aussi perdus que moi dans cette obscurité, mais je les garde droits à la force de mon esprit. Je ne les laisserais pas me trahir, ils me porteront.

Musashi – La chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là où on est tombé.

Je pose mon premier pied dans le sol. Il est fermement ancré dans le sol. Je pose mes mains sur mon genou pour m’aider à me relever. Toute ma force est destinée à me relever, à poser mon deuxième pied sur le sol. Quand il touche le dur, je le sens glisser, et mon corps tomber avec lui. J’ai juste le temps de protéger mon visage avec mon bras, puis je rencontre le sol à nouveau. La douleur tente de m’arrêter, mais elle ne peut pas y arriver. Rien ne peut m’arrêter.

Si je tombe, alors je me relèverai. Encore, toujours, même si mes bras se paralysent sous la douleur, même si mes jambes s’estiment trop faible pour pouvoir me porter. Je continuerai à me relever, jusqu’à me tenir debout encore une fois, et ouvrir les yeux.

Le ciel s’étend devant moi, et le soleil vient le colorer de cette fameuse teinte rose.

Je ne tomberai plus.
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Sam 6 Juin - 22:29

[Premier poste édité avec la première moitié du RP]

Et puis sa piqûre servait à rien. J’étais déjà guéri de ma fièvre –Il suffisait de faire un coup de combustion spontané et d’avoir le pouvoir de la jeunesse pour soit !- et je ne délirais absolument pas. Par contre, les bulles qui sortaient de ma bouche commençaient à être agaçantes. Et l’eau était vachement froide. Et puis les algues qui sortaient du sol et ondulaient étaient super gênante pour marcher.
Ça et le fait d’être en poterie peinte à la main. Et d’avoir une brouette dans les mains aussi. Et j’avais l’irrémédiable envie de me poser sur un gazon impeccablement tondu avec des fleurs dans ma brouette. C’était sans doute lié au chou-fleur du dernier repas tout ça (ainsi que mes gaz). Les bulles s’élevaient dans les airs. Enfin, dans l’eau qui allait si haut que je ne voyais pas ce qui pouvait se trouver à la surface. Autour de moi, le silence se faisait. Les bruits agaçants qui sortaient de la bouche de l’apprenti Takki en rose s’arrêtaient pour laisser place à des bulles. Encore plus de bulles. Tout autour de moi, les bulles d’élevaient dans l’eau.

Et peu à peu je comprenais où je me trouvais. Une bouteille d’eau gazeuse géante.

Avec des poissons. Et des algues. Et une brouette entre les mains. Si je ne devais pas lâcher ma brouette pour le faire, j’aurais volontiers grattait ma barbe pour stimuler ma réflexion. Mais où est-ce que j’étais bordel. Je ne pouvais pas encore être malade et en train de délirer. J’étais guéri. C’était écrit quatre paragraphes plus hauts.
Mais alors. Que m’arrivait-il ? Quand est-ce que je m’étais retrouvé au fond de l’eau. Quand-est ce que mon corps s’était retrouvé capable de survivre à des conditions aquatique extrême ? Quand-est ce que l’on m’avait vernis la gueule ? Avoir la barbe à neuf ans (supposément), était-ce un phénomène pileux plausible ? Ma brouette était-elle réelle ? Ma seule certitude dans ce monde était qu’un bonnet en pointe rouge n’était vraiment pas agréable à porter et à voir. Un coup de marteau en pleins dans les burnes de mode.

Et jamais de ma vie je n’aurais porté pareil bonnet. J’étais PETIT. J’avais un pouvoir grâce à ça. Les couilles de l’abruti du cours de l’autre bourrin pouvaient en témoigner ! Et en plus, j’étais mignon ! Ça m’autorisait à survivre après avoir fait paf paf à Takki ! Pourquoi j’aurais voulu me grandir en portant un bonnet faisant quarante pour cent de ma taille ! C’était comme si je portais un curseur sur la tête indiquant que j’étais une cible ! J’en serais certes capable ! Histoire de me donner du challenge dans une épreuve de tir où l’on servirait de cible. Mais dans le contexte actuel, avec une brouette entre les mains et une étoile de mer qui se collait à ma gueule, aucune chance !

Cela ne pouvait s’expliquer que par une seule chose : Propriété hallucinogène et stimuli et autre mots employé par Fumiko n’était pas là pour annoncer quelque chose de drôle comme je l’espérais. Visiblement, j’étais abonné au trip hallucinogène débile et pas drôle.
Mais je savais comment me réveiller. Il me suffisait de peloter Takki !
Ou à défaut on pouvait essayer sur une version alternative.

L’ennuie par contre, quand on souhaitait avancer avec des pieds de nain de jardin, donc en poterie, c’était que la mobilité était réduite. Faisant fi de la résistance de l’eau qui m’entourait, je sombrais et plongeais vers le sol. Le contact du plancher me ramena un instant sur terre. Je ne m’étais pas brisé ! J’étais donc fait de… Poterie super résistante !
Le sol était un endroit relativement agréable. Au moins il me permettait d’ignorer les poissons multicolores qui se baladaient dans la pièce. Bordel. Il fallait que je trouve un moyen de faire surface. Il y avait tellement d’incohérence autour de moi ! Je fermais les yeux et me mettait à les énumérer une à une mentalement. Une fois ceci fait, il ne me restait qu’à les ouvrir et voilà !
J’étais allongé sur le plancher. Au fond de l’océan. Avec des poissons partout.

Bon, il me suffisait de recommencer hein. Une fois, que mes yeux seraient d’accords avec mon esprit je reviendrais à la réalité et je pourrais me prouver que je n’étais pas fou. Que je n’avais pas rêvé d’être un beau jeune garçon intrépide promis à un avenir radieux.
Je. N’étais. Pas. Fou. Un poisson rouge venait d’ailleurs de me le confirmer à haute voix !
Madoka Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Dim 7 Juin - 16:06

- Croa ?


Croa en effet. Qu’est-ce qu’une pauvre grenouille comme Madoka flanquait dans une maison en feu ?! Tout le monde savait que les grenouilles, ça vivait dans des marécages, ou au pire dans des bocaux avec des petites échelles pour faire office de station météo. Si ça se trouve, le type qui utilisait Madoka comme grenouille-météo avait sa maison qui avait pris feu par accident… Ou alors, c’était un coup de la part des mortels ennemis des grenouilles… Ces êtres ronchons et arrogants connus pour savourer les cuisses de grenouille… Les Français.


- Croaaaa !!!


Bon, on débattrait plus tard de voir si c’était un coup du commando Camembert ; pour le moment, il fallait filer d’ici pour éviter de finir en grenouille séchée ! Ou pire, en grenouille cramée. Le problème était, où aller ? Partout ou Madoka se tournait, il n’y avait que des flammes à perte de vue. Bon, pas le choix, il fallait essayer de sortir de la maison. Bondissant d’une façon très gauche pour une grenouille (une grenouille avec des bonnets D et des cheveux roses qui arrivaient jusqu’au cul, soit dit au passage), Madoka sortit de la pièce, qui semblait être une chambre anormalement familière, pour arriver dans la pièce principale. Même programme au menu : feu partout. De quoi en perdre son mucus.


- Croa croa croa CROA !!!


Bondissant au cœur du brasier avec l’élégance du tektonik et la souplesse du Playmobil, Madoka la grenouille repartit pour un tour de sautillements frénétiques pour éviter de finir en grenouille séchée, mais que faire de plus ? Partout dans cette maison, tout n’était que flammes, odeur de cramé… Et d’ailleurs, un détail n’échappa pas à notre héroïne du jour : la maison était en feu certes, il y faisait une chaleur horrible certes… Mais curieusement, il y avait toujours des endroits sûrs où avancer. Bizarrement, les flammes semblaient bien contentes de rester au même endroit à brûler. Les cloisons intérieures des maisons japonaises étaient pourtant en papier, et les tatamis étaient faits de paille de riz : deux choses qui pourtant devraient cramer plus vite qu’il ne fallait pour le dire. Soit Madoka était tombé sur le feu le plus deux de tension du monde entier… Soit il y avait autre chose.
Défiant toute logique, le dendrobate oppai décida de calmer sa course folle et… De se poser une minute pour admirer la scène Autour d’elle. Une minute qui contribua à son dessèchement, mais les faits étaient là : la maison brûlait certes, mais les flammes étaient fixes. C’est toujours les mêmes points et les mêmes parties du décor qui brûlaient. Qu’est-ce que ça pouvait vouloir dire ?!
Deux options : soit que Madoka était tombé sur les flammes les plus timides du monde… Soit qu’il y avait un truc.



- Croaaaaa...


Ouais, Croaaaaa. Il fallait toujours sortir de cette fournaise avant que la chaleur ne fasse son boulot, mais maintenant, Madoka était sûre que les flammes ne risquaient pas de l’emprisonner. Et sur ces entrefaites, la course folle reprit.

Traversant les pièces enflammées une par une en bondissant toujours avec autant de grâce et d’agilité (c’est-à-dire, pas des masses), Madoka poursuivit sa quête pour trouver la sortie de ce décidément très faux enfer ; le fait que les pièces s’assemblaient sans aucune logique ou consistance ne faisaient qu’en rajouter. On entrait dans une pièce parfaitement carrée pour en sortir, traverser un couloir, revenir dans une autre pièce carrée, prendre le même couloir en sens inverse et retomber sur une troisième pièce différente. OK. C’était donc soit le résultat de l’hypnose… Ou… Attends… Quelque chose venait de revenir à Madoka. Chikara et sa grosse araignée….



OH LE FUMIER.



- CROAAAAH LE SALOPARD !!!


Mais c’était évident maintenant ! Toute cette casbah enflammée n’était que le résultat de la picouze de venin de la part de Chikara ! Rien n’était vrai ! Madoka n’était pas une grenouille, cette baraque n’était pas en feu et n’existait si ça se trouve même pas !
Et il faut croire que c’était la bonne réponse à l’examen, car dès l’instant de la réalisation, la maison et les flammes commencèrent à se dissiper peu à peu dans un brouillard orangé, avant de disparaître complètement. Révélant que tout le groupe n’avait jamais quitté le jardin de l’académie, et surtout que Fumiko et Chikara devaient s’être bien marrés à admirer tout le monde…
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   Ven 12 Juin - 22:33

[Bien joué à vous 3. Madoka semble avoir terminé, pour Lio et Kuroko, je ne sais pas ^^ Je valide tout de même, vous me direz après si vous avez bien terminé.

Madoka, Hokkinin, Kuroko : +2 à répartir comme vous le souhaitez dans le stats suivantes => MP, DEX, INT ou SAG.]


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: J2 Maîtrise du chakra - Exercice de contrôle   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J1 Maîtrise du chakra - Groupe d'Hikari
» Maîtrise de la téléportation ~
» Élévation a la prêtrise du clerc skaski
» Élévation a la prêtrise des clercs Amadeus0 & Brennach
» Tout est sous contrôle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: jardins
-