Partagez | 
 

 Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hanako Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Sam 20 Juin - 1:08


 ❝Rencontre sous une cascade❞
feat. Daiisu Aisu.



Certains ont des facilités dans des domaines précis et arrivent à se sur-passer encore et encore. Jusqu'en connaître leur propre limite, puis il tente encore de les repousser plus que de raison. Des efforts et de la sueur, toujours plus. C'était simplement deux choses qui m'horrifiait au plus haut point et depuis toute petite. Quand je voyais les gens s'entraîner encore et encore dans le but de devenir plus fort, pour des raisons qui m'échappent encore maintenant. Jamais dans ma petite tête, même pas une seule seconde. Je n'osais imaginer être à la place de ces mordus de boulot, après tout je ne souhaitais rien prouver à personne moi... J'étais très bien à l'aise dans un bon lit, le sommeil profond. Entre-mêlant mes jambes et ma couverture et enfonçant ma petite frimousse dans le creux de mon oreiller. Ahhhhhhhh... Quel nindô splendide. Quelle vision d'un monde parfait ! Mais, non. Il fallait toujours en faire plus et apprendre pour faire la fierté d'un clan et à présent pour être l'élite d'un village. Franchement je ne vais pas changer pour faire plaisir à tout ce petit monde et je vais continuer à me diriger vers la voie qui me semblait la moins pénible. Effort minimum pour un apprentissage maximum ! J'avoue je me sentais trop intelligente, alors que c'est sûrement ce que tous les jeunes du village doivent penser. Ils doivent tous trouver des moyens détournés pour s'entraînant en faisant des tâches plutôt "cool", comme nager quelques longueurs dans un magnifique lac... Se tenir des heures durant à ne rien faire d'autre que méditez sous une légère cascade d'eau... Si je vous parle de ça, c'est parce que c'est exactement ce qui est au programme du jour !

◘ C'était dans un des endroits les plus prisés des jeunes demoiselles du village, un petit lac avec une profondeur suffisante pour y plonger sans aucune crainte. Mais, il abritait aussi pas mal de petits vicieux qui y venait pour se rincer l'oeil en admirant les corps en pleine transformation des adolescentes du village. Peut-être que c'était pour cette raison que j'aimais tant cet endroit, après tout. Un petit maillot deux pièces, mignon à souhait et une serviette de bain, nul besoin de s'encombrer avec tout un tas d'ustensile lourd et inutile. *HEYYYYYY ! On dirait que ma place fétiche est déjà prise par quelqu'un ! Raaaaaaaaaaaaaaa.* M'interpellant moi-même en voyants une ombre déjà sous la petite cascade d'eau, certainement en train de méditer. En même temps, la méditation prenait tout son sens à cet endroit. Avec les fines gouttes d'eau qui coulent sur notre peau et rafraîchis notre corps, l'impression d'être en osmose avec la nature lorsqu'on se concentre et cela nous procure une sensation indescriptible. Sinon je ne me ferais pas chier à venir ici pour ça, logique.

"Euh... Désolée pour le dérangement, mais est-ce que ça te gêne si je m'installe ici pour méditer moi aussi ? " Sans vouloir être trop chiante non plus, mais bon, c'était la moindre des politesses que de demander. Je sais trop bien à quel point c'est lourd d'avoir une emmerdeuse qui se pointe et  gâche toutes tes sensations en envahissant ton espace vitale. Puis, actuellement mon nombre d'amie dans ce nouveau village était au nombre de zéro. Avec un caractère comme le mien, pas vraiment étonnant. Autant être amicale envers celle-là, qui semblait en plus être dans la même tranche d'âge que moi.





Dernière édition par Hanako Senjago le Sam 20 Juin - 21:39, édité 2 fois
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Sam 20 Juin - 19:23

J'avais encore des bleus de mon combat de la veille. Il fallait dire que nous n'avions pas été de main morte. En même temps, de quoi est-ce que je pouvais bien me plaindre? Cela abîmait ma silhouette? Je n'étais pas ce genre de fille. Si j'avais bien comprise une chose dans mon duel, c'était l'importance des entraînements. Je ne l'avais pas vraiment comprise avant puisque je n'avais jamais vraiment eut l'occasion de l'essayer dans un combat. Bon okay, nous ne risquions peut-être pas nos vies, mais cela me permettais quand même d'évaluer l'impact que mes entraînements avaient eut sur mon corps et j'étais bien partie. Il ne fallait donc pas arrêter sur cette lancé.

Je m'étais donc montée un petit planning pour la journée, comme j'avais l'habitude de faire auparavant. Aller savoir pourquoi, je m'étais ramollis un peu dans les derniers jours. Enfin, quand je dis monter un planning, je vais peut-être un peu loin. J'avais en tête de rester sous la chute toutes la journée. Mon objectif d'aujourd'hui était d'apprivoiser cette force avec qui je venais de faire contacte. J'avais été l'une des rares à avoir su développer mon chakra du premier coup (Et vlan, dans la figure à Lio et sa réputation de premier de classe). Par contre, je n'avais pas encore prise le temps de vraiment travailler cette force. En même temps, cela était arrivé hier.

Pourquoi la chute? Pour trois simples raisons. Premièrement, j'avais eu vent des prouesses de mon grand oncle qui avait geler ''Gros Nibars'' (Madoka) sur place et cela me plaisait bien. Il avait même manipuler de l'eau, je trouvais ça ultra classe et je le jalousais un peu. Je voulais voir ce que j'étais aussi capable de faire, probablement rien étant donné mon inexpérience. Deuxièmement, j'aimais bien l'eau. Je trouvais que ça avait quelque chose d’apaisant, de vivifiant, de relaxant. Cela m'aidait à me concentrer et à méditer. Je me sentais bien quand j'étais sous cette chute. Troisièmement, parce qu'il faisait excessivement chaud et que j'allais avoir une raison pour être en maillot toute la journée.

J'étais donc là, au beau milieu de la chute, cela faisait plusieurs heures que je méditais sous l'eau. J'étais un peu ratatiné au niveau des doigts, mais cela ne m'importait que peu. Je me sentais bien, la journée allait de bon train. J'avais recouvert mon corps d'une fine couche de chakra, afin de me protéger de l’hypothermie, puisque l'eau était glacée malgré cette chaude journée. J'avais essayer à mainte reprise de congelé l'eau, sans succès. Je n'étais définitivement pas rendu là dans mon entraînements et je méditais sur ça. Sur la vie. Sur les possibilités de cette nouvelle énergie. Sur mon avenir dans le village et sur ce que j'allais bien pouvoir manger ce soir. Comme je le disais, je me sentais bien, malgré les douleurs que j'avais de mon combat d'hier. Malgré la fatigue que me faisait vivre l'utilisation de cette énergie et malgré le froid de l'eau. Je me sentais bien.

Fille - "Euh... Désolée pour le dérangement, mais est-ce que ça te gêne si je m'installe ici pour méditer moi aussi ? "

La lueur bleu m'entourant disparu. Je venais de perdre ma concentration par une jeune demoiselle qui voulait de la compagnie. Enfin, ce n'étais pas vraiment pour ça, mais je le percevais comme ça. Il y avait plein de place sous la chute. Pourquoi à côté de moi? Bon, je devais admettre que c'était la meilleure place sous la chute et qu'après plusieurs heures dans mes pensées, un peu de compagnie ne me dérangerait pas tant que ça. J'ouvris les yeux afin de voir qui était la personne qui venait de me tirer hors de ma méditation, alors que j'étais sur le point de la geler, cette cascade. Si si, je vous le jure!

C'était une jolie demoiselle que je voyais pour la première fois. Elle portait un maillot deux pièces. J'aurai bien dit que c'était provocateur et que son objectif était de faire l'intéressante, mais je portais un maillot deux pièces aussi et dans le fond, j'aimais bien faire l'intéressante et attirée l'attention. Je n'étais pas très bien placé pour jugée.


Daiisu – Non, cela ne me dérange pas. L'eau est un peu froide par contre.

Dis-je en me décalant un peu vers ma droite. Je ne savais pas trop quoi dire dans cette situation. Qu'est-ce que les règles de la bien séance disait quand tu rencontre quelqu'un à moitié nue, quand tu es toi-même à moitié nue? Un tasse de thé?

Daiisu – Moi c'est Daiisu, au passage. Daiisu Aisu.

Bond, James Bond-like.



~ Daiisu's Theme Song ~
Madoka Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Lun 22 Juin - 23:19

- UndeuxtroisBOMBE !


Difficile de penser ce que les deux autres avaient dû penser en entendant ça, mais l'éclaboussure grand format quad les doucha devait avoir dissipé tout malentendu sur le fait qu'il y avait un squatteur qui avait décidé de s'éclater près de la cascade à méditation. Et pas pour méditer, mais bien pour faire le kéké dans la flotte. Après s'être fait déboîter la chetron par Daiisu et son père à quelques heures d'intervalle, rien ne valait un bon bain dans une eau claire pour détendre les muscles... Et faire quelques longueurs de bassin pour dire aux muscles d'arrêter de faire leurs gonzesses et de devenir costauds, nomdidju. S'il fallait laver l'honneur du clan (ou juste rendre à Daiisu la monnaie de sa pièce, et ce en toute amitié), il faudrait commencer par arrêter de se reposer sur ses lauriers et se bouger le popotin, et fissa, s'il vous plaît.

Madoka avait bien entendu des voix avant de faire son plongeon, mais ranaf' ; c'était juste trop tentant de faire une bombe dans une telle eau. Et puis quoi, on était là pour se baigner, donc autant se marrer un coup ! Émergeant du fond du lac dans une gerbe de cheveux roses et d'eau, Madoka re-aspergea les participantes.




- Wouh, elle est bonne ! Oh, tiens, les filles, ça roule ?



Quelques longueurs de crawl plus tard et Madoka avait pied pour aller saluer la confrérie... Qui réalisa que la bombe de Madoka avait eu pour effet de lui faire perdre 50% de sa tenue de bain. Celle du haut, pour les intéressés.


- Ah bah flûte, j'ai perdu un morceau. Vous l'auriez pas vu ?
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Mer 24 Juin - 20:19

Il s’agissait d’une collecte d’information. Ce n’était en rien pervers. J’étais trop innocent pour que ça soit quelque chose du genre. On a jamais vu un enfant de neuf ans (supposément), s’intéresser autant que j’avais l’air de l’être aux choses de la vie. C’est choses qui allaient par paire. Non mon bon lecteur, j’étais ici pour méditer, parfaitement ! Euh, oui, collecter des informations plutôt, mais tout en méditant dessus.

Je n’étais certainement pas venu dans ce petit coin réputé pour sa pêche à la raie, pour me rincer l’œil. Non voyons ! Si j’étais caché le long de la paroi de la cascade, sous un des buisson qui poussaient entre les rochers qui formait cette paroi, c’était purement dans un intérêt de développement spirituel et intellectuel en enquêtant sur mes camarade de classe, mais aussi concurrente. Et n’importe qui en pleine compétition vous dira que le meilleur moyen d’évaluer les capacités d’adversaire potentiel était de les observer en petite tenue pendant qu’elle jouait les filles nubiles dans de l’eau clair et sous les arc en ciel d’une cascade.

Ce qu’ils ne disaient pas c’était que les observer en se cachant sous un buisson qui se faisait abondamment arroser d’eau froide n’était pas confortable, voir même pénible, surtout quand la seule personne à observer était quelqu’un d’aussi passionnante que la reine des œufs broyés en neige, adoratrice des champoings à la courgette. Je méditais sur le fait que ceux qui nous donnait des informations de vérité générale s’appelaient régulièrement « on », qu’il avait tendance à toujours dire des choses et à ne pas trop fermer sa gueule. « On » était un con.

Donc, comme je viens de vous l’expliquer à force d’exemple, j’étais là pour collecter des informations et méditer sur le sens profond des responsabilités qu’entraînaient des actions suite à un conseil de con. Absolument pas pour mater. Surtout parce qu’il n’y avait rien à mater. Daiisu était assisse sous un cascade depuis des heures et devait s’ennuyer autant que moi. Le spectacle n’était pas passionnant, mais j’avais l’habitude de m’ennuyer en étant caché, sauf qu’en général l’enjeu allait au-delà de la simple collecte d’information.

Et soudain, l’événement qui changeait tout et ensoleillait ma quête d’information. Une nouvelle venue, inconnue au bataillon, mais délicieusement ouverte à se faire collecter des informations. Ce que je m’empressais de faire, stockant mentalement toute les images que je prenais d’elle et les comparant à d’autres modèles de référence. Le résultat final fut « pas mal ».
Elle manquait un peu de forme aux endroits qui m’intéressait et je pouvais bien le dire, n’étant là que pour de la collecte d’information sans me faire voir, son attitude manipulatrice d’hormone masculine n’avait que peu de pouvoir sur moi. Et être en train de subir une douche froide depuis quelques heures n’avait strictement rien à voir avec ça. Elle rejoignait cheveux courgette sous la cascade, aussi j’entreprenais, après avoir scanné les environs, de me déplacer et de longer la paroi pour me placer sous le rideau d’eau, qui fort heureusement tombait à presque un mètre d’écart de la paroi à cet endroit-là.

Au final, mon nouveau point d’observation ne me servait à rien. J’étais certes moins affecté par les éclaboussures, mais je n’entendais rien –ce qui était un problème très secondaire dans la collecte d’information-, et ne voyais au final rien, le rideau d’eau était trop opaque quand je regardais vers le bas. Ce qui dans le cas présent était dramatique. J’allais me résoudre à reprendre mon ancienne planque, au risque de me faire griller, quand le j’entendais un cri féminin, étouffé par la cascade, et que je vis un éclair rose déformé passer de l’autre côté du rideau d’eau. Etait-ce possible ?

Ignorant toute prudence lié à la discrétion, je passais la tête à travers le rideau d’eau. Mon corps tenait en équilibre précaire, surtout avec la pression de l’eau sur mes frêles épaules. Mais je tenais bon, je le devais ! Là jeune fille qui avait sorti sa tête de l’eau après avoir faire un magnifique plongeon était Madoka, ma tentative de câlin raté d’un lointain entraînement. –Note de moi-même au moi-même du futur : Tu es toujours quelqu’un de génial, et n’oublie pas de tuer Kuroko qui est un sombre connard-.

Je la reconnaissais sans peine. Ses formes étaient inoubliables, qu’elles soient cachées sous ses vêtements ou sous un maillot de bain couleur chair… Qui lui couvrait intégralement le corps… Comme si elle n’en avait pas…

Certains parleraient d’un bug. D’autre d’un moment d’absence. Beaucoup parleraient d’illumination. Moi je ne sais pas comment je le définissais, mais je l’avais vécu ! Mes yeux parcourraient chaque détails visible, repéraient la proie et mon cerveau traitaient toutes ces infos à une vitesse folle, gravant à l’acide dans un coin de ma mémoire l’image que j’avais et calculant telle à super ordinateur le meilleur angle à prendre pour ce qui allait suivre.
L’activité cérébrale était au top, les muscles étaient dopés. L’adrénaline coulait à flot dans mes veines, et mon nez se vidait à un rythme alarmant de mon sang. L’eau de la cascade en devenait rapidement rouge et les trois jeunes filles… Non ! Jeunes femmes ! Les trois jeunes femmes allaient s’en rendre compte bien vite. Ma main serrait sa prise sur la paroi rocheuse jusqu’au sang. La douleur n’existait plus. L’eau non plus. Tout n’était qu’événement à venir ! Objectif à atteindre.

Et tout allait aller vite ! Oh, oui, très vite !

De la force de mon bras je me plaquais contre la paroi de roche. Je prenais rapidement une position de saut, mes jambes dégageaient une puissance insoupçonnée à laquelle je ne pourrais sans doute plus jamais avoir recours. Peut-être même qu’après ça, je ne pourrais plus jamais marcher. Mais qu’importe ! Le jeu en valait la chandelle ! Merde, il valait même tout le chandelier et les allumettes !

Et le saut se fit, utilisant le mur pour me propulser je traversais la cascade à l’horizontale, dans un grand bruit. Je volais sur plusieurs mètres de cette façon avant d’amorcer ma descente. La courbe allait être parfaite, le plongeon aussi. Les mains en jointe en pointe devant ma tête, je rentrais dans l’eau sans une éclaboussure superflu ! Une fois que l’eau se fut renfermé sur moi, mes bras s’activèrent seuls. Ils savaient qu’elle était leur cible. Et avec un sentiment jubilatoire de victoire intense, je les entais se refermer sur ce que je voulais. Pas de douceur ici. Pas de rebondissant ni de moelleux. Juste du fil et du tissu.

Sous l’eau, je nageais à l’opposé de la cascade. Le poids de mes vêtements trempés n’était rien face à la légèreté de mon euphorie. Finalement, j’arrivais sur la berge opposé à la cascade pu prendre pied. Une fois de l’eau jusqu’au chevilles je me retournais vers le groupe de nymphettes profitant de la cascade. J’avais dans le poing droit ce qu’il manquait à l’opulente poitrine de Madoka. Un cri primaire monta dans mes poumons, dicté par cette même énergie et ce même besoin qui m’avait poussé à agir ainsi…

[Moi] – TROPHÉE !

Ma joie était à l’échelle de la stupidité de l’action. J'avais le nez qui pissait le sang ! J’étais fier ! J’étais victorieux ! J’étais sans pantalon parce que je l’avais perdu dans mon plongeon et qu’il flottait à quelques mètres à peine de la cascade.


Alzufen signature
Alzufen signature2

Hanako Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Jeu 25 Juin - 0:11


 ❝Après le calme, la tempête❞
feat. Daiisu, Madoka et Lio.



Ma camarade ici présente semblais agréablement prédisposer à la communication et très sociable. Une chance pour moi qui espérais pouvoir me reposer et pourquoi pas papoter un peu avec une nouvelle compatriote de ce village de Konoha. L'endroit était étrangement calme, bien trop d'ailleurs. Je ne le sentais pas, vraiment pas du tout. Mais à cet instant-là, mon esprit n'était plus très concentré sur le déroulement des va et viens au bord du lac.

Daiisu - Non, cela ne me dérange pas. L'eau est un peu froide par contre. Moi c'est Daiisu, au passage. Daiisu Aisu.

◘ Une très belle fleur qui était en pleine métamorphose physique tout comme moi, celle-ci avais déjà de très belles courbes pour son âge. Un  visage fin qui était bien mis en valeur avec ces petits yeux clair d'un bleuté à la couleur du lac dans lequel nous étions. Ses cheveux mi-longs descendaient jusqu'à l'arrière de sa nuque. D'une couleur châtaine clair en partant des racines et semblant s'assombrir au fur et à mesure qu'ils descendaient vers son corps. Une chevelure que je ne pouvais m'empêcher d'apprécier, surtout mouillée comme cela ils bouclaient et donnait l'impression d'être fins et soyeux. Elle semblait avoir du goût en matière de vêtement puisque son maillot deux pièces étaient aussi provoquant que le mien, un gros point positif pour elle. Finalement, je n'étais peut-être pas la seule jeune fille dévergondée du village. Je me demandais s'il y avait quelqu'un de pire que nous, finalement. Peut-être qu'au contraire nous étions les standards normaux pour des jeunes demoiselles adolescentes prise en otage par leurs désirs.

Hanako - Contente de te rencontrer, Daiisu. Moi c'est Hanako, d'ailleurs je crois que j'ai déjà dû te croiser dans les couleurs de l'académie, car ton visage me semble familier.

◘ Sans m'en rendre compte j'oubliais une des règles de présentation qui marque le respect quand on s'adresse à quelqu'un qui vient de se présenter à vous d'une manière correcte. Ce n'était pas par manque d'éducation, non. Plutôt, pour habitude et par vieux réflexe. C'était tout nouveau que nous fréquentions d'autres clans que le nôtre et les vielles ruses ne disparaissaient pas d'un claquement de doigt.

Hanako - Oh, pardon. J'oubliais le plus important. Je suis du clan Senjago. Gomen. D'ailleurs, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer cette aura bleue autour de toi quand je suis venue. Est-ce le fameux chakra pour lequel on s'entraîne afin de l'éveiller ? Tu y es arrivée, alors ?

◘ Passant une main derrière ma nuque en faisant mine d'être gênée d'avoir oublié ça, lors de ma première brève présentation. Autrefois, nos clans se battaient et il n'était jamais bon de donner son nom à un étrange à sa famille. Pour me faire pardonner, j'allais lui faire un petit compliment indirect en lui faisant part de ma stupéfaction dûe au fait qu'elle semblait avoir éveillé son chakra. Quelque part, j'étais un peu jalouse. Oui, oui. Ce pouvoir on m'en parlait sans cesse depuis plusieurs années et toutes les plus grandes légendes des clans étaient tous liés à ce mot-là, chakra. C'est à cet instant que le décors pourtant si calme allait devenir la cible de deux terroristes, semblant n'avoir aucune envie de méditer où de s'entraîner. Non, eux ils venaient pour autre chose c'était clair et net. La première, une parfaite inconnue arrive comme une folle dingue pour effectuer une belle et grosse bombe en sautant dans le lac. Faisant émerger une grosse quantité d'eau à l'impact, une petite partie en plein sur moi et la jolie Daiisu. Celle-ci en plus, ne semblais pas nous avoir loupé en arrivant, donc c'était intentionnel ? Puisqu' à peine sortie la tête de l'eau elle se tournait vers nous en nous demandant si ça roulait... Grrrrr... Cette... Qu'est-ce qu'elle fou les loches à l'air, d'ailleurs ? Est-ce qu'elle avait un maillot au moins avant de sauter ? Non ! Ne me dite pas que c'est une de ces fameuses garces qui se la pètent à cause de son bonnet où de son tour de poitrine ! Regardant d'un coup d'oeil ma poitrine qui faisait pâle figure face à la sienne, l'aire déçue...

Hanako - Hey tu peux pas faire un peu plus atten...

◘ Et voilà, j'étais pourtant si bien partie pour me faire une "amie". Je le savais que c'était trop beau pour être vrai. Non, il fallait qu'une folle furieuse apparaissent pour me mettre en colère. J'étais sur le point de me mettre hors-de-moi, puis un grand bruit m'interrompes et en suivis une scène irréaliste. Tellement improbables que j'en venais même à me demander si je n'étais pas en proie à des hallucinations, depuis quelques minutes. Est-ce que ce fameux pouvoir qu'avais Daiisu m'aurais empoisonné l'esprit, où un truc du genre ? Je ne pouvais m'empêcher de regarder vers elle en la fixant, pour voir si elle utilisait un pouvoir étrange. Sans succès. Une ombre jaillies juste au-dessus de Daiisu et moi, pile de là où le bruit s'échappa. Celle-ci fine et rapide se jetait en effectuant un plongeant parfait dans le lac et on pouvait le voir évoluer sous l'eau à travers l'eau cristalline du lac. Je pense que nous étions toutes les trois stupéfaites et sans dire un mot on suivait l'action qui se déroulait sous nos nez. Après une longueur du lac sous l'eau et une petite trainée rouge à son passage jaillissant de l'eau, celle-ci sorti de l'autre côté du lac. C'était à peine visible de là où j'étais, mais l'ombre semblais en fait être... Un garçon ? Celui-ci, aussi taré que la dernière arrivée dans le lac était en caleçons et élevais au-dessus de lui le haut d'un maillot de bain pour fille en s'écrivant "Trophée". D'une voie forte et fière, c'était inimaginable et indescriptible, surtout lorsqu'il se retourna vers nous et semblais nous narguer du regard. Je venais littéralement de rencontrer le fond du fond des jeunes aspirants du village et ça me rendait, plutôt heureuse, en fait. J'adore les tarés comme eux, même si j'aime bien faire la chiante avec.

Hanako - Dis-moi, Daiisu. Est-ce que tu connais ces deux calamités qui viennent d'arrivée, là ?

◘ Attendant rapidement la réponse de la jeune à côté de moi en lui faisant un joli sourire  et camouflant mon air joueuse et sadique. J'écoutais brièvement sa réponse et je me levais aussitôt, finalement la méditation n'aura pas vraiment eu lieu pour moi... Levant mes mains et tendant mes bras, j'entamais un grand saut du bord de la cascade pour plonger dans le lac en prenant soin de fendre l'eau telle un dauphin. Mon objectif était  sous nos nez et j'allais également récolter un trophée de guerre comme notre camarade. Ma cible était localisée, un pantalon mouillée semblant appartenir à notre jeune pervers le nez plein de sang. Certainement, l'effet de l'apparition de la mystérieuse nudiste. Je me saisissais de son pantalon une fois dans l'eau, puis avec une foulée douce et agréable je rejoignais le bord du lac se trouvant juste à côté de la cascade. Rinçant mes longs cheveux argentés en jetant un coup d'oeil vers le voyeur de l'autre côté, je levais son pantalon vers les cieux d'un air moqueur en lui faisant un clin d'oeil.

Hanako - TROPHEE !


Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Jeu 25 Juin - 3:01

Nous allons décortiquer ensembles les événements qui venaient de se produire. Une chose à la fois. Simplement parce que, premièrement c'était hilarant et deuxièmement, parce que cela ne se résume pas en une petite phrase. Évidemment que ne reprendre que les événements et décrire sa réaction n'était pas la meilleure des choses afin de faire avancer une histoire, mais je devais vous avouer une chose. Cette histoire ne m'impliquait pas vraiment. Autant admirer le spectacle tranquillement en sirotant un mojito derrière ma chute non? Enfin, je voyais bien la scène qui arrivait et si je voulais pouvoir suivre, j'allais devoir lever mon cul de la roche et les suivre. Parce que oui, même à moitié nue, voir complètement nue, ils allaient courir comme des cinglés. Enfin, Madoka allait sans doute avoir du mal, Lio avait le profil de la putin d'anguille. Enfin, reprenons les choses dans le bon ordre.

Une inconnue, qui me plaisait bien, était venu me voir afin de me demander de partager ma place sous le chute. Si normalement, je l'aurai reviré de bord assez rapidement, cette gamine me plaisait vraiment bien. Elle était mignonne, savait comment approcher les gens et son maillot provocateur me disait que sa personnalité allait ressortir du lot. Quelqu'un qui sortait un peu de l'ordinaire n'allait pas être une mauvaise chose, mais bon, les joueurs ne sont-il pas hors de l'ordinaire dans un village constitué de PNJ? Enfin, il était possible de trouver une caractéristique plus poussé chez chacun de ceux que j'avais eu l'occasion de rencontrer, mais contentons-nous des gens participants à cette histoire.Flattons un peu leur ego, mais pas tout de suite.

Hanako - Contente de te rencontrer, Daiisu. Moi c'est Hanako, d'ailleurs je crois que j'ai déjà dû te croiser dans les couleurs de l'académie, car ton visage me semble familier.

Si nous nous étions déjà rencontrée, je n'avais jamais vraiment portée attention à elle. Sans doute ne sortait-elle pas de l'ordinaire à ce moment là? Elle semblait se souvenir de moi, mais en même temps, je n'étais pas quelqu'un de facile à oublier. C'était probablement l'une de mes plus belle qualité pour mon clan et l'un de mes plus grand défaut dans le monde que nous vivions. Le fait est que, même si je ne l'avais pas vraiment vu par le passer, elle n'allait plus passer inaperçu à partir de maintenant.

Hanako - Oh, pardon. J'oubliais le plus important. Je suis du clan Senjago. Gomen. D'ailleurs, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer cette aura bleue autour de toi quand je suis venue. Est-ce le fameux chakra pour lequel on s'entraîne afin de l'éveiller ? Tu y es arrivée, alors ?

Ça alors, je n'y aurai jamais cru. Elle, une senjago? Elle faisait pourtant si raffiné, si gentille. Bien loin du monstre incandescent au caractère de merde que je connaissais. Encore une fois, elle sortait de l'ordinaire, même au cœur de sa famille. J'aimerai être capable de dire cela de moi. Malheureusement, j'avais été élevée d'une telle façon qu'il m'était difficile de faire autrement. En même temps, cela n'était pas nécessairement une mauvaise chose pour moi puisque bon, je sortais de l'ordinaire à ma façon. Ma famille m'avait élevé pour faire de la politique, chose qui ne m'intéressait pas. J'étais née dans le mauvaise branche. Je suis née pour être une guerrière de l'ombre, pas pour avoir une belle gueule et un jolie corps. Quoi que, le jolie corps je l'avais déjà, alors pourquoi ne pas en faire usage?

Hanako avait remarquée l'aura bleuté qui m'avait entourée avant qu'elle ne me sorte de ma concentration. Cela n'était pas super difficile à remarquer, mais quand même, elle aurait bien pu faire comme si elle n'avait rien vu.

Daiisu – J'y suis arrivé il a quelques jours. Je te dirais que cela ne change pas grand chose présentement. Cette sensation est difficile à expliquer, dis-je en entourant mon corps de chakra une fois de plus. Je te dirais que pour l'instant, c'est surtout superficiel. Ça semble me protéger un peu du froid, rien de bien substantiel. Je ne sais pas trop comment l'utiliser correctement. Ça viendra sans doute avec le temps.

Et l'aura disparu de nouveau. Pourquoi? Parce qu'une folle venait de me faire perdre ma concentration. Et par folle, il fallait lire, l'Isatsu aux gros rack. Sérieusement, elle pourrait se filmer et envoyer son vidéo sous le nom de rack attaque et elle ferais fureur sur... certains site. Elle venait de faire une énorme bombe qui nous avait éclabousser, ma nouvelle amie et moi. Une chance que notre maillot n'était pas blanc, cela aurait pu être assez gênant.  Les seins de Madoka sortait de l'ordinaire. Voila ce qu'elle avait qui la rendait hors du commun. Une grosse poitrine et un mamelon d'un rose qui rend cela presque minon. Mon regard glissa entre la poitrine de Madoka et ses yeux. Tiens, elle avait perdu le haut de son maillot et elle venait nous voir l'air de rien. COMMENT DÉTOURNER SON REGARD. Même pour moi qui avait aussi une poitrine, cela était difficile. Elle voulait son intéressante? Elle voulais nous remettre à notre place, Hanako et moi, avec nos seins ridiculement petit? C'était ça qu'elle voulait? Un concours d'atouts. On venait de perdre avant même d'avoir commencé.

Ma compagne avait même essayer de lui dire quelque chose. Elle fut cependant coupé par une éclair rouge sang qui plongea dans l'eau à vive allure. Qui cela pouvait-il bien être? L'ombre sanguine émergea de l'eau, un haut de maillot à la main. Par pur réflexe, je vérifia s'il ne s'agissait pas du miens. Bien entendu que ce n'était pas le miens, le bonnet devait faire deux fois ma tête. Et cette ombre n'était que le gamin de l'autre fois. Celui qui m'avait faire prendre une douche à la courgette. Bon sang que cela avait été vachement difficile à enlever de mes cheveux.

Il était à moitié nue, il venait de perdre son pantalon. Son caleçon était la seule barrière entre son petit engin et le reste du monde. Un slip blanc-jaune-brun, complètement mouillé et un peu transparent – Je ne dis pas qu'il à un petit pénis parce que je ne l'appréciais pas vraiment, je disais cela parce qu'il avait littéralement un petit pénis, il n'était pas très âgé. Un vrai gamin -.


Hanako - Dis-moi, Daiisu. Est-ce que tu connais ces deux calamités qui viennent d'arrivée, là ?

Je me retourna vers en soupirant. Bien entendu que je les connaissais, deux vrai plaie. Deux plaie que j’appréciais quand même bien. Enfin, le nabot un peu moins, mais bon, peu de personne était aussi ambivalente. Impossible de savoir comment il allait réagir – et s'introduire dans un sujet -. Voilà ce qui le rendait hors du commun et voilà pourquoi je ne le haïssais pas tant. Juste un peu.

Daiisu – Oui. Elle c'est Madoka et lui Hokkinin. Chaisse, gros seins. PATATE.

Elle ne m'écoutait pas vraiment. Ma collègue avait déjà repérée quelque chose dans l'eau et attendait que j'arrête de parler et de dire n'importe quoi pour aller le récupérer. J’arrêtai de parler et elle sauta en direction du pantalon de Lio. Tout comme lui, elle sortit juste en façon et cria Trophée. La scène était digne d'un film, cela me fit éclater de rire. Enfin, pas tant ça que l'événement au complet. Cela m'avait tellement surprise et de la bonne façon que je ne pu m'empêcher de rire.

Daiisu – Hey Madoka, tu devrais lui arracher son slip pour te venger !

Je savais bien qu'elle n'était pas en mesure de courir proprement et c'est sans doute pour ça que je m'adressais à elle, qui était quand même loin du nain. Et puis, j'avais déjà renoncé à notre amitié virile selon lui, autant en rajouter à dédain à mon égard. Je me leva et sortit de la chute. Je contourna le lac, j'étais prête à les suivre s'ils venaient à courir.



~ Daiisu's Theme Song ~
Madoka Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Dim 28 Juin - 19:46

Les choses venaient, comme d'habitude à Konoha, de passer de 0 à WTF plus vite qu'il ne fallait pour le dire. Le temps de réaliser que Madoka dominait le marché du boob dans le secteur et de rendre la compétition bien honteuse et rabaissée pour la peine, une sorte de fusée qui laissait des traînées rouges un peu partout surgit de derrière la cascade en plongeant comme une trombe dans le lac, pour en ressortir dans la demi-seconde qui suivait. Le tout en brandissant le haut de bikini en hurlant "Trophée" à tue-tête tout en se vidant de son sang par le tarin.


- Oh, Lio. J'aurais du m'en douter.



Il fallait bien avouer qu'il n'y avait que Lio pour chourer des habits de bain à la fille la mieux membrée de la promo et s'en vanter comme s'il avait finit premier d'un marathon. Toujours est-il que c'était fort problématique, comme cas de figure. Madoka s'en foutait comme de l'an 40 de s'exhiber devant du monde, mais les autorités de Konoha allaient pousser une gueulante. Donc, mission du jour, récupérer ce truc. Et pour ça, la Senjago venait de lui donner une bonne idée...


- Roh, t'en fais pas pour ça, Daiisu. Après tout, on est entre filles et pervers, non ? Ça ne choquera personne. Et c'est mieux pour nager, maintenant qu'on en parle...


Prenant congé de la joyeuse clique, Madoka plongea sous l'eau du lac. Certes, pour faire quelques longueurs de lac en apnée... Mais aussi pour discrètement s'approcher le plus près possible de Lio dans une attaque surprise destinée à lui dérober son calsif. Sans le pantalon pris en otage par Hanako, l'orphelin était sans aucune protection. Et il y aurait de quoi négocier un deal une fois qu'il aurait le service trois pièces exposé...
Une fois le plus proche possible de l'endroit où se trouvait le pervers du jour, Madoka fit une remontée en flèche suivie d'un bondissement hors de l'eau à en faire pâlir un exocet, mains en avant. A l'attaque !



- TROPHÉEEEEEEEEEEEEEE !!!
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Lun 29 Juin - 0:04

L’adrénaline commençait à s’estomper maintenant que mon coup d’éclat était terminé. La joie primaire d’avoir récupéré ce trophée subsistait toujours, mais la réflexion, tel un bulldozer, commençait à faire son entrée et poussait vers moi toute les questions que j’avais mises de côté pour réaliser mon exploit. La plus importante de toute était sans nul doute : Et ensuite ? La finalité de l’action serait de rentrer dans ma chambre de clouer ce trophée au-dessus de mon lit. Voir sur mon lit. Il faudrait donc que je me procure des clous et un marteau. Un gros caillou pourrait faire office de marteau, mais le travail ne serait pas très soigné… Mais, entre deux ?

Déjà, je devais peser mes actions, évaluer mes options et faire l’inventaire de mes avantages pour établir un plan.
J’étais à moitié nu, ce qui me mettait sur un pied d’égalité avec certaines demoiselles. Et me laissais en avantage comparé à une certaine autre. J’étais trempé et elles aussi. Il fallait donc que je récupère une serviette pour reprendre l’avantage sur ce terrain-là. J’étais clairement plus intelligent que mes adversaires aussi ! Il fallait miser là-dessus.
Une voix me soufflait à l’oreille que quelqu’un d’intelligent aurait pris la fuite directement après son œuvre accompli, et ne serait pas resté pour être sûr que quelqu’un sache qu’il en était l’auteur. Quelqu’un d’intelligent aurait aussi sans doute veillé à ne pas perdre son pantalon au milieu d’un lac, et faute de pouvoir prévenir ça, se serait arrangé pour le récupérer avant qu’une nymphette ne s’en empare pour le narguer avec.

[Nymphette] – TROPHEE !

Oh ! Haha, très drôle, super original. J’avais l’impression d’avoir affaire à des guignols dans une cantine qui ne pouvait RP que sur une même blague déjà sur utilisé avec brio par moi-même. Un peu d’originalité, halte au plagiat ! J’aurais dû déposer un copyright sur cette action tiens ! Visiblement dès qu’on a une idée marrante, tout le monde veut s’en emparer et l’utilise mal.
Bref, pendant qu’Hanako imitait à la hauteur de ses moyens mon génie, Madoka plongeait sous l’eau, peut-être par pudeur. Et Daiisu était occupé à faire cette chose agaçante avec sa bouche. Si vous savez, quand il y a un son qui sort et qu’on s’efforce de l’ignorer.

Il n’y avait qu’une seule chose à faire. Partir dignement. Commencer à m’en aller pendant que j’étais sûr de pouvoir aller plus vide que Madoka et sa jolie paire, puis me mettre à l’abri. Je devais avoir un pantalon presque propre dans le dortoir, sinon, j’allais lancer la mode du short super court. J’avais déjà littéralement jeté un pavé à mon effigie dans la mare, ce qui allait à l’encontre de ma ligne de conduite habituel. Je n’étais pas là pour me faire remarquer après tout. Donc j’aurais pu faire comme certaines personnes à certains moments et m’enfuir afin de préserver mon précieux orgueil. Un truc que quelqu’un d’intelligent devait sans doute envisager de faire.

Mais les mec intelligent étaient souvent chiant et vivaient des vies ennuyeuses. Comme si ça allait être mon cas !

Je faisais glisser rapidement mon caleçon en bas de mes chevilles, d’un mouvement souple de la jambe je le lançais dans la main, et le fit tournoyer telle une fronde avant de le lancer de toute mes forces vers le visage de Hanako. Un caleçon lourd de flotte faisait un projectile très efficace, surtout sur les personnes avec un pantalon en main, qui aimaient bien se moquer des innocents  et prude jeunes garçon.

Et puis soudain, la vague de plagiat déferla droit sur moi. Alors qu’une certaine personne entamait une approche par les côté pour m’attraper, une autre que j’avais honteusement oublié et qui profitait de toute évidence de capacité pulmonaire extraordinaire (comme le laissait sous-entendre son opulente poitrine) se jetais littéralement sur moi en hurlant :

[Madoka] – PLAGIIIIIIAAAAAAAAAT !

Et elle jaillissait de l’eau, les mains droit devant elle, pour se jeter sur… Ma virginité !
Alors ça y est, d’abords l’arrière dans une tente pour payer une dette de jeux de mon père, puis ça. Comme ça en pleine nature et devant un public. Alors, la Madoka que j’idolâtrais n’était donc qu’une dévergondée ! Une mangeuse d’homme qui s’était assurer de m’attirer dans ses filets pour profiter de moi dans de telle condition. J’étais choqué !
Son attaque sur mon petit bout était choquante et surprenante. Il n’y a que mes reflexes qui m’en sauvèrent. Reculer face à l’émergence d’une succube aquatique. Ca n’avait rien de très glorieux, surtout avec mon style vestimentaire actuel. Mais au moins ça marchait, ça me maintenait hors de portée.
Ca et le pied que j’avais envoyé dans le nez de la folle de petit bout, pour m’en servir d’appuis et reculer encore plus.


Alzufen signature
Alzufen signature2

Hanako Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Mar 30 Juin - 0:31


 ❝On va se le faire !❞
feat. Daiisu, Madoka et Lio.




◘ Les choses changeaient vite, très vite. Le lac avait rarement été aussi bruyant et animer, on pouvait se demander où cela allait nous mener. La jeune Daisuu m'avait expliqué en quelques mots comment elle ressentait l'éveil de son chakra, même si cela ne m'aidait pas vraiment dans ma propre recherche. De toute façon les professeurs nous avaient bien expliqué que chaque personne éveille ce pouvoir à sa manière et qu'il est presque impossible de trouver une solution infaillible afin de le faire ressortir. Les événements se bousculaient les uns après les autres, l'apparition du jeune nain pervers déclenchait des réactions en chaînes totalement imprévisibles. La folle qui se laissait aller la poitrine à l'air avait des idées étranges en tête et plongea pour nager sous l'eau vers celui qui détenait son haut de maillot. En même temps, Daisuu quittait sa méditation semblant amuser par ce foutoir sans nom et se dirigeait autour du lac, pour ne rien louper de ce bordel incompréhensible. Qui sait, elle avait peut-être des idées derrière la tête, elle aussi. Tandis que pour ma part, je me trimballais toujours ce foutu pantalon mouillé dans les mains et j'étais comme perdue. En même temps, aucun cours à l'académie nous apprend à réagir à ce genre de phénomène. Aucun temps mort à leurs délires ahurissants, l'autre nain qui n'avait rien trouvé de mieux qu'enlever son caleçon pour tenter de me l'envoyer dans la figure à l'autre bout du lac... Certes, celui-ci était mouillé, donc il était bien plus rapide que normalement. Puis, faut avouer qu'il en avait dans les bras le petit, puisque son lancer n'était vraiment pas ridicule et ne manquait pas de puissance. Un petit mouvement sur le côté et celui-ci s'écrasa contre la paroi de la cascade derrière moi, tombant sur les petits graviers juste à la proximité du bord du lac.

Hanako -- Ah ouais, tu veux jouer à ça! Nabot va !

◘ J'avais vraiment passé l'âge de jouer à ce genre de gaminerie, mais je ne pouvais pas m'empêcher de répliquer à ces petites provocations incessantes. En plus, la jeune qui possédait la technique ultime du "double obus jutsu" sortait du lac en bondissant, voulant visiblement lui piquer son caleçon... Bien sûr, celui-ci n'était plus en place et c'est donc en plein vers l'objet de sa masculinité qu'elle se dirigeait et d'un réflexe de protection, le petit rikiki recula d'un pas et envoya son pied dans le nez de l'hystérique Isatsu. Même si avec la proximité avec ces obus, son nez recommençait rapidement à saigner et la quantité de sang perdu devenait inquiétante pour lui, je pense. Moi, profitant de la distraction je préparais ma contre-attaque à distance, en ramassant quelques belles pierres mélanger aux graviers du lac. Il voulait jouer à ça, nous allions le battre à son propre jeu. Après tout, nous étions trois, même si Daisuu ne participait pas vraiment à ce "truc". Je n'arrive même pas à donner un nom à cette scène de dingue. J'allais couvrir la Isatsu qui était déterminée à se faire le petit à distance, en le ciblant avec des lancers précis et le plus puissant possible pour l'empêcher à se déplacer correctement et donner l'avantage à la jeune "double obus", appelons là comme ça.

Hanako -- Vas-y, je te couvre.


Madoka Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Jeu 9 Juil - 2:44

Lio restait comme deux ronds de flan en voyant la réussite de son diabolique plan. Toujours exhibant le sac à doudounes modèle Kevlar-Téflon volé à Madoka. Cependant, son vil plan n’en était qu’à la première étape ; visiblement peu satisfait de s’être fait intercepter son falzar par Hanako, notre vicelard du jour eut la riche idée d’enlever son calsif et, tel un David fortement revu et corrigé, de le lancer tel une pierre de fronde vers Hanako, laissant le monde admirer une vue qui n’était pas sans rappeler une saucisse apéritif entourée de deux Knacki Ball parfum tofu. A la fois marrant et passible de 20 ans fermes si Chris Hansen passait par là.
Hanako ne s’était pas pris la Calbute Bomb, qui partit s’emplafonner dans la paroi derrière les filles. Mais ça, tout le monde s’en foutait, mais surtout Daiisu vu qu’elle restait comme d’habitude imperturbable à tout ce genre de conneries, et Madoka parce qu’elle venait de se prendre un low kick pas mal placé de la part de Lio, désormais fort préoccupé à défendre sa bite.

Si Madoka chancela en arrière après s’être mangé le pied de Lio dans la poire, il en fallait bien plus pour la stopper. Et Hanako avait ramassé des petits cailloux pointus pour bombarder cette saloperie de nabot. Tout irait pour le mieux…



- Je te l’ai déjà dit, il faut qu’on discute de ce projet d’étendre les cultures. On ne pourra pas survivre éternellement avec de pauvres potagers et du gibier.
- Je sais, je sais, Mitsu, mais tu sais bien que tout l’argent du village part dans l’Académie. Takki et les autres ne…



Ah bah il ne manquait plus que ça. Il y avait du monde qui venait se rajouter à tout le barouf déjà en place. Et le hasard voulait que ça soit le père de Madoka et un deuxième Isatsu, visiblement venus pêcher dans le lac. Difficile de dire qui était le plus surpris entre les enfants ou les adultes en admirant la scène qui se déroulait sous leurs yeux, mais Mitsunari fut le premier à réagir.


- MADOKA !


Lançant son chapeau tel un frisbee en direction de sa fille, Mitsunari eut la réaction normale de tout père en voyant sa môme nez à nichons avec un pervers : la protéger. Du moins, faire en sorte qu’elle ne s’exhibe pas plus que nécessaire…


- Merci Papa !
- MAIS NON PAS SUR LA TÊTE LE CHAPEAU NUNUCHE !
- Ah oui !
- Eh ben, elle à bien grandi de partout, ta Madoka…
- A-hem.
- Sérieux, elle me rappelle vraiment Nagisa plus jeune… Euh, Mitsu, tu fais quoi avec ta canne ?!?
- MEN ! DO ! KOTE !
- AIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!



Bon, Papounet gérait le pervers adulte, il était temps de s’occuper du modèle réduit. Avec Hanako et ses petits cailloux et Madoka sans nibards à l’air, Lio allait devoir déployer des trésors d’imagination pour ne pas devoir apprendre à pisser assis. Charge sur nabot, épisode 2.


- LIOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !!!!!
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Jeu 9 Juil - 20:51

Les événements avaient quelques peu dégénéré. Enfin, je disais quelque peu dégénéré, mais c'était un doux euphémisme. Le père de la nudiste venait de montrer le bout de son nez et avait balancer un chapeau à sa fille pour qu'elle se couvre les seins. Genre que le chapeau devait être horriblement grand pour lui couvrir les seins. En plus, Hanako était paré avec des rochers. Elle voulait carrément lapider le petit tout nue. Enfin, c'était quelqu'un de désagréable, d'immature et d'irrespectueux, mais il ne méritait quand même pas d'être lapider.

Les choses allaient rapidement se compliquer encore plus et je ne pouvais pas laisser cela faire. Si au début, les choses étaient amusante et même assez hilarante, la tournure que les événements venaient de prendre n'augurait rien de bon. Il fallait que quelqu'un intervienne, assez de sang avait couler pour aujourd'hui (haha).

Je me dirigeais vers Hanako doucement. En attrapant ma serviette au passage. Son attention était plus porter sur le pervers que sur moi et je lui saisit le poignet tenant la première pierre avant qu'elle ne la balance. Je3 ne voulais pas qu'elle prenne mon intervention de la mauvaise façon, je la trouvais quand même sympathique et elle ne m'attirait pas du dégoût. Je ne voulais pas qu'elle me rejette à peine venions-nous de nous rencontrer, mais je ne pouvais pas la laisser lapider un innocent (lire dans le sens : crétin).


Daiisu – Arrête, tu pousses les choses trop les choses. Je ne peux pas te laisser aller plus loin.

Je ne serais pas le poignet, mon objectif n'était pas de lui faire mal où de la retenir. Elle pourrait facilement ne pas m'écouter, retirer ma main sans problème, par contre, j'étais prête à intervenir si elle avait toujours en tête de lui lancer des cailloux. Je ne voulais pas passer pour une fille contrôlante où de rabat-joie, mais il y avait des limites à ne pas dépasser.

Tout en maintenant Hanako de la main gauche, je me retourna en direction de Madoka, la serviette à la main. Je soupira un instant avant de la lui lancer. Je voulais qu'elle se couvre avec ça, cela sera sans doute plus pratique qu'avec un chapeau ne recouvrant qu'une partie de son immense poitrine.


Daiisu – Je vais devoir la brûler cette serviette...

Me chuchotais-je.

Il ne restait plus que le pervers, je retourna mon regard vers lui, sans rien dire. Cela aurait été une perte de temps. Comme s'il allait m'écouter et nous remettre le haut de maillot de Madoka. J'avais autre chose à faire qu'à me battre avec un nabot immature pour un objet qu'il considérait comme étant son trophée. Il savait pertinemment ce qu'il devait faire de correcte et je savais pertinemment qu'il ne le ferait pas.

Et puis, ce n'était pas mon maillot, ce n'était pas mon problème ce qu'il allait faire avec.



~ Daiisu's Theme Song ~
Hokkinin
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Mer 15 Juil - 4:37

La situation au lac était hors contrôle. L’une voulait me lapider. L’autre voulait profiter du spectacle. La dernière en voulait à mon petit bout et des spectateurs arrivaient bientôt. Comment je savais ça ? Je vivais simplement une expérience extra corporelle. Je flottais au-dessus de mon corps qui se vidait de son sang par les narines, face à une Madoka à moitié à poil. Ça me donnait un point de vu incroyable et me permettait d’admirer le paysage.
L’expérience était heureusement de courte durée. Je réintégrais bien vite mon corps et me redressais rapidement. Le cul nu par terre ça râpait et ne donnait pas l’avantage quand il fallait repousser des folles du petit bout ayant des avantages physiques indéniables, ne serait-ce qu’en termes de taille ou de poids. (Et là, vous vous demandez si je parle de son corps en général où des deux raisons, accrochées à sa poitrine, qui me poussent à bien l’aimer).

Le conflit semblait devoir s’engager inévitablement, moi pour protéger ma vertu et pour conserver mon trophée durement acquis, elle pour m’humilier et profiter de moi. Et les deux autres par un plaisir pervers à me persécuter ! J’étais de toute façon une victime de leurs jeux cruels. Ça ne pouvait échapper à personne à ce stade du RP, toute cette histoire était de leur faute et elles m’avaient désigné comme victime. (La réalité est tellement malléable à neuf ans (supposément)).

L’arrivée des deux énergumènes permis de détourner quelque peu l’intention des autres membres du groupe. Tandis que les nichons aux cheveux rose se saisissaient d’un chapeau habilement lancé, avec non pas moins d’habilité, et que la miss shampoing de courgette semblait donner des conseils de visé à la miss voleuse de pantalon ET de caleçon (reconvertis maintenant en lapidatrice), j’entrepris quelques pas discret vers un point plus stratégique pour subir les attaques à venir.

Alors qu’il ne m’en restait qu’une centaine (voir un petit millier), l’agitation me figeait au milieu d’un de mes pas de loup. Le lanceur de chapeau se mettait à bastonner son voisin. La fan de courgette tentait de lapider la paire chapeautée et cette dernière se jetait vers moi en hurlant mon nom ! Oh oui ! MON NOM ! A MOI ! Ça ne vous est jamais arrivé ça ! Hein ? Enfin, pas avec autre chose qu’une grosse brésilien (ou un gros brésilienne) en plein quartier chaud à des heures où se passe des choses pas très catholique !
Et bien moi ça m’arrivait ! Et ça me dégoutait ! Me choquait ! M’effrayait ! Mon instinct ne faisait qu’un tour ! Je devais préserver ma vie ! Elle allait voir de quoi j’étais capable ! J’étais un apprenti nainja ! Peu importe comment cela se prononçait ! Que je le veuille ou non, j’étais le premier de la promotion ! Des guerriers vétérans m’avaient jugé comme étant plus apte que le reste des élèves, tout âge confondu, à devenir l’un des leurs ! Et ça, ça pesait pour quelque chose ! Ça voulait dire que j’étais au-dessus des autres ! Aussi bien mentalement que physiquement ! Ces conneries allaient trop loin, j’allais devoir mettre tout ce que j’avais appris en application !

[Moi] – MADOKAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !  

Je m’enfuyais à toute jambe en sens inverse ! Ne laissant derrière moi qu'un nuage de gravillons, et une traînée de son en effet Doppler.
Si elle me voulait tant que ça, elle n’avait qu’à me poursuivre ! J’avais l’habitude de semer des poursuivants ! Etre à moitié nu n’allait rien changer pour moi !

Et je le jure, j’accrocherais le trophée que je serrais dans ma main au-dessus de mon lit d’ici cette nuit !


Alzufen signature
Alzufen signature2

Madoka Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   Sam 18 Juil - 22:54

Mais c'est pas vraiiiiiiiiiiiii. Daiisu faisait encore le party pooper en empêchant Hanako de mettre sa race comme il se devait à Lio pour être un lutin voleur de soutif (cousin éloigné des gnomes voleurs de slip) au motif que ça devenait grave d'en arriver à une lapidation. Nuuuuuul.

A empêcher les autres de l'aider, c'était à se demander si elle n'avait pas un intérêt quelconque dans l'histoire avec tout ce foutoir... Le fait qu'elle jette sa serviette à Madoka en plus du chapeau de son vieux ne faisait que renforcer la question sur quel était son agenda final dans l'histoire. Fort probablement qu'elle trouvait ça aussi fun que tout le reste, ou qu'elle saturait de cette histoire. En même temps, il fallait avouer qu'un tel foutoir rendrait n'importe qui au mieux patraque, au pire sérieusement agacé. Et puis, il agait quel âge pour s'amuser à voler des vêtements, le Lio ? 9 ans ? Ah... Oui.

Visiblement, lui aussi devait commener à en avoir plus ou moins marre de ce qui se passait, ou alors il venait de réaliser que les choses allaient mal tourner s'il restait dans le secteur, surtout pour ses parties, qui finiraient en émincé si Madoka réusissait à mettre le grappin dessus. Si on jugeait le fait qu'il venait de se barrer en courant, il avait définitivement la trouille de folie. Mais le problème était qu'il se tirait avec le maillot de Madoka, donc...



- Reviens ici tout de suite !


Bon bah, il n'y avait pas 36 solutions, excepté se lancer à sa poursuite. Cet abruti fonçait en direction de Konoha, mais c'était peu cher payé pour récupérer le matériel. Vous savez à quel point c'est dur de trouver un modèle pas trop moche en taille 14 ans concu pour les personnes comme Madoka, hein ?
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Journée au bord d'un lac, PV : Daiisu, Hokkinin et Madoka   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un certain bord de mer...
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: jardins
-