Partagez | 
 

 Petite blessure a soigner.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Akazami
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Petite blessure a soigner.    Lun 29 Juin - 21:03

Akazami n'avait dans un premier temps prêté aucune attention à ses petites blessures aux mains, et les avaient simplement bandé d'un tissu. La journée touchait à sa fin, quand il commença à vraiment être gêné, mais s'étant débrouillée seule durant tant d'années, et ayant connu de nombreux bobos, il savait que ça s'atténuerait avec le temps, et que les marques que les entailles laisseraient sur sa peau seraient un signe de plus de son acharnement. Akazami se sentait de plus en plus faible, et songea qu'un bon repas le remettrait d'aplomb alors il prit donc le chemin du réfectoire.

Sur le chemin, il croisa un jeune gamin qui le regarda avec insistance.

- Qu'est-ce que tu'as toi ? Pourquoi tu me regardes comme ça ? Pesta Akazami.

Le garçon, baissa la tête intimidé, et pointa le doigt vers le sol ou se trouvait Akazami qui fronça les sourcils d’incompréhension.

- Du sang... tu perds du sang... regarde... . Le garçon avait relevé la tête le visage appeuré.

Akazami baissa son regard et à son grand étonnement il s'aperçut qu'effectivement il perdait du sang et de façon abondante Il releva les mains à hauteur d'yeux, et comprit que ses bandages de fortune n'avaient faits que ralentir les saignements en les absorbant une bonne partie de la journée, mais maintenant ils ne retenaient plus le liquide rougeâtre qui goutte à goutte heurtait le sol. Est-ce la vue du sang ? la quantité perdue ? la fatigue ? la faim ? aucune idée, mais Akazami sentit sa vue se brouiller, commença à vaciller, puis s'écroula.

- Ah je vous jure ces aspirants ! Il faut s'estimer heureux que ce ne soient que des petites blessures sans gravités, mais un jour je vous le dis il y aura vraiment un drame, ils veulent tellement se démarquer qu'ils ne font attention à rien !

Akazami n'arrivait pas à ouvrir les yeux, sa tete lui faisait mal et son corps était engourdi. La voix était celle d'une femme qui semblait s'adressera quelqu'un, elle avait l'air très agacé.

- Ça c'est sur, mais il faut qu'ils se dépassent et c'est votre rôle de les retaper, Nous autres professeurs n'avons que faire des mauviettes ou des tires aux flans, c'est pourquoi je veux que vous preniez soin de ce jeune garçon, il est différent des autres et cette différence sera un jour une force pour notre village ! lui répondit une autre voix, ce coup-ci c'était un homme, qui venait de prendre la parole, et sa voix était claire et sur.

Akazami essaya d'ouvrir les yeux, il voulait savoir qui était la personne qui parle de lui de cette façon, mais rien à faire son corps ne lui repondait plus. il tendit l'oreille tandis que la femme qu'il avait analysée comme étant l'infirmière reprit la parole.

- Mouais pour vous c'est facile, vous jouez les gros bras mais moi je dois les rafistoler en sachant que je vais les revoir sans cesse revenir, ce jeune garçon regardez son corps, regardez toutes ses cicatrices, par quelles épreuves est-il passé ce pauvre enfant, et vous ! vous voulez qu'il se fasse du mal encore plus ! Sachez cher professeur que si ce garçon ne m'avait pas été amené il aurait pu avoir une mort prématurée, j'ai retiré des plaies de ses mains un insecte qui a pour particularité de fluidifier le sang en déposant une bactérie. Et maintenant je vais vous demander de le laisser se reposer, il ira beaucoup mieux demain, quand son corps aura évacué le virus, et que les médicaments auront relaxé ses muscles.

Il entendit les bruits de pas s'éloigner. Mais qui était cette personne qui s'inquiétait pour lui ? qui était cette personne qui croyait en lui ? tant de questions sans réponses qu'il essaya de démêler avant de s'endormir sans même s'en rendre compte.

Le soleil lui tapa les yeux lorsqu'il les ouvrit, il se sentait bien, miraculeusement bien, il regarda ses mains où des pansements remarquablement appliqués recouvraient ses plaies. Un homme de petite taille s'approcha de lui, lui Souria, et lui tendit des vêtements propres, ses vêtements. Akazami voulut le remercier mais le vieil homme avait déjà tourné les talons en laissant une feuille sur le lit indiquant : autorisation de sortie délivrée à Akazami Aspirant ninja.

Akazami ne demanda pas son reste, il enfila sa tenue qu'il trouva étonnamment propre et sortit de l'hôpital pour rejoindre les cours, dans l'espoir de découvrir qui était ce mystérieux professeur.
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Petite blessure a soigner.    Lun 29 Juin - 21:23

Hou hou, je suis heureux que commences à me placer des éléments d'intrigue. Au plaisir de voir les personnages évoqués et non identifiés revenir. J'annule tes deux malus Wink


La faim justifie les moyens...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite blessure de guerre [PV MDF]
» /!\ Break Out /!\ - Le froid, c'est pire que la douleur, c'est être malade sans blessure à soigner | GIBBS ?
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: Infirmerie
-