Partagez | 
 

 Les ruelles de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Nara Shi
Invité
avatar


MessageSujet: Les ruelles de Konoha   Mer 27 Juil - 0:29

Rappel du premier message :

Les Ruelles de Konoha


Vu de haut, Konoha est un immense cocon qui se déploie, et qui ronge tout. Fourmilières humaines, entourées d’un grand mur de pierre, puis de troncs, elle est surveillée aux Portes par des rondes de gardes. De là s’étend une large avenue qui vous emmène directement au centre névralgique, là où la reine couve ses œufs et où elle donne ses ordres. Le grand toit rouge est facilement repérable, il vous suffirait de lever les yeux. Supporter par les grandes falaises du village le village s’éparpille devant elles.

Konoha est organisées en une demi-étoile qui s’illumine. Entre les grands passages, de nombreuses rues sinueuses creusent le sol. C’est ici que vous passez sans vous en rendre vraiment compte. Les marchands vous souhaitent un « bonjour » radieux, d’onctueuses odeurs s’échappent des cuisines, vos voisins étendent leur linge sur les hauts balcons.

Vous y vivez, mais jamais vous ne vous rendez compte que ces quartiers-là vivent également. C’est un conglomérat d’âmes en surchauffe, qui s’active tôt le matin et qui s’éteint lorsque le soleil disparait.

Les pavés sont froissés par les nombreux passants qui jonchent les trottoirs chaque jour. Les rues sont pauvres et portent en elle les histoires du village. De chaque côté de nombreux immeubles à plusieurs étages vous toisent de leur haute stature. Konoha est ainsi fait que rarement le soleil vous éclabousse. Les rues sont étroitement encadrées, et les ombres des grands bâtiments s’étendent de par et d’autre du village. A midi seulement, lorsque l’astre pointe son nez chaud les rayons vous prennent d’assaut, à la perpendiculaire. Mais quelques minutes plus tard, déjà il est recouvert par un mur, un toit. Le Pays du Feu est continuelle illuminé d’une telle clarté, mais finalement lorsque ce ne sont pas les grands arbres qui vous protègent, ce sont vos propres maisons.

Souvent propres, parfois glauque, les ruelles de Konoha sont revêtues d’une hétérogène conscience. Jamais vous ne vous y ennuierais parce qu’il y a toujours quelque chose à faire. Un saltimbanque qui fait don de ses talents, des amis qui jouent à même la route, des jeunes qui jouent au loup et des vieux qui contemplent la douceur de la vie, dans les ruelles de Konoha vous pouvez à tout moment tomber sur quelqu’un que vous avez oublié que vous ne cherchiez plus, ou qui vous horripile. C’est un hasard, un jet de dès du Destin, et c’est sûrement cela qui fait leur beauté.

Les ruelles sont le lieu de tout jeu, de toute opportunité. Balade tranquille entre les hauts arbres qui bordent les grands avenues, course sur les toits, entraînement dans les creux sinueux du centre, partez à la découverte du tout et du rien. Parce que jamais vous ne pourrez anticiper vos rencontres…

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 26 Juil - 6:01

Ying lui demanda pourquoi Youso n'habitait plus ce village. Et pour lui, repenser à son enfance le réconfortait. Il voyait clairement les images de son passer défiler comme un film vu au ralentit. La maison qu'ils habitaient était si grande et sa couleur blanche accueillante. La grange où vivaient leurs animaux, leur seul moyen de survie. La balançoire près du puits. Youso pouvait entendre les rire d'enfants comme s'ils étaient présents. La beauté de sa mère restait gravée en lui. Il se souvenait de tout ce qu'elle avait dit. De tout ce qu'elle avait fait. Elle lui manquait.

C'était la seule qui lui manquait. Il détestait tous les autres membres de son village. Ceux qui n'avaient jamais su prendre le temps de le comprendre, de le féliciter et encore moins de l'encourager. Alors qu'il n'avait ni foyer ils n'avaient pas su se bouger pour tenter de l'aider. Ils avaient tous ignoré la détresse de quelqu'un qui les avait aimés. De quelqu'un qui avait lavé plus d'une grange pour se faire remercier ! Ils avaient tous préféré l'envoyer à Konoha plutôt que de l'héberger !! C'était eux qui avait choisit de l'expédier chez sa tante pour ne pas avoir à payer !!! Ils avaient tous voulu qu'il gâche sa vie en devenant ninja !! Et il comptait bien leur donner ce qu'ils ont mérité. Et ce, peu importe le prix.

Il ouvrit les yeux et sourit à la jeune femme. Il semblait calme au premier regard, mais au fond il bouillonnait sous les souvenirs du passer ravager qu'il gardait pour lui. Il n'allait pas ignorer cette question. Elle voulait savoir ? Pourtant, il n'y avait rien à cacher. Il allait lui répondre, mais Loraz revint au sujet initial. Il était vraiment agaçant ce rat. Il allait continuer à se la laisser aller combien de temps ? Sa petite histoire à l'eau de rose était des plus ridicules et en plus il sentait mauvais. Ying était sympa, mais les gens la fuiraient beaucoup moins si elle abandonnait cette créature à l'apparence hideuse et aux dents de lapin. Sans compter ses yeux de grenouille aussi gélatineux que du Jell-o vert.

Enfin, il écouta une discussion entre un père et sa fille, puis, lorsqu'ils eurent terminés, il dit :

[Youso] Et bien s'il y a un moyen et si en plus tu connais ce moyen, arrêtes de chercher une solution et agis pauvre naze... Gnaa !

Il l'envoya balader avec sa tête et se tourna vers Ying pour reprendre encore une fois son sérieux. Ils n'allaient pas commencer à chercher des solutions pour régler le problème d'un rat c'était impensable. De plus, ce rat ne l'avait pas aidé du tout. Il croyait pouvoir déplacer Karen dans le corps d'un animal pour s'en débarrasser, mais le père de Ying ne se souvenait même plus quel technique ses ancêtres avaient utilisés. De plus, c'était une technique qui donnerait à celui atteint à cette dernière une malédiction qui ferait en sorte que lorsque le malade meurt, il devient un animal. Il était impossible pour Karen de mourir puisque si elle mourrait, Youso mourrait. C'était donc un problème qui ne pouvait se régler. Du moins, pas avec l'aide de ce rat immonde.

[Youso] J'ai quitté mon village natal non pas parce que j'avais envie de devenir Ninja, mais parce que ma tante habites à Konoha. Quand ma mère a été tuée, j'ai été obligé de déménager chez quelqu'un et comme ma tante était la seule qui me restait, elle a accepté de m'héberger. Mais tout ça c'était pour se mettre de l'argent dans les poches, tu sais ce que c'est. Et donc, pour elle, j'ai dû devenir ninja pour amasser de l'argent. Mais maintenant j'ai quitté ma maison donc l'argent que je ramasse me revient. Et quitter le métier de Ninja n'est pas aussi facile qu'il n'y parait, crois moi.

Il venait de lui révéler une partie de son passer. C'était la récompense que Loraz avait pour avoir dit la vérité même si celle-ci était difficile à croire.

[Youso] Par contre, je vais rectifier quelque chose. Je n'ai pas de rêves. Car tu sais, les rêves se transforme toujours en cauchemar. Il faut se méfier de ce que l'on désire. Car parfois c'est ce que l'on désire qui nous désire le plus, tu comprends.

Il lui fit un clin d'oeil. Il était sûr qu'elle comprendrait. Car, d'une manière ou d'une autre, ces deux là vivaient la même chose. Il se tourna par la suite vers le rat. Cette chose hideuse qui pendouillait la manche de la jeune femme.

[Youso] Et j'ai une question à te poser à propos de ta malédiction bizarre ! Tu sais, quelqu'un peut avoir plus d'un enfant... Qui héritera de la malédiction si une personne atteinte fait deux bébés ? Le plus vieux ou le plus jeune ? Et encore, si le plus vieux fait un enfant, il sera atteint ou se sera l'enfant du plus jeune qui sera atteint ?

Youso tentait de le cerner dans sa propre explication. Il voulait s’assurer que tout ce que le rat disait était vrai. Il lui posait donc des questions. Après, on verra si ce n’est que des sottises où si cette malédiction est vraiment réelle.
La vie exige parfois que l’on fasse des sacrifices et le sacrifice que Youso allait faire n’allait pas être du bonbon.


Dernière édition par Youso Shi le Dim 26 Juil - 21:56, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 26 Juil - 18:00

Le soleil était encore plus fort, enfin du beau temps ! Et durant cette conversation Ying avait eu le temps de sécher, mais Loraz lui sentait un peu le rat mouillé ! cela ne posait point de problème, car ils étaient dans une ruelle et Youso croirait sans doute que l’odeur provenait des vidanges.

[Youso] J'ai quitté mon village natal non pas parce que j'avais envie de devenir Ninja, mais parce que ma tante habites à Konoha. Quand ma mère a été tuée, j'ai été obligé de déménager chez quelqu'un et comme ma tante était la seule qui me restait, elle a accepté de m'héberger. Mais tout ça c'était pour se mettre de l'argent dans les poches, tu sais ce que c'est. Et donc, pour elle, j'ai dû devenir ninja pour amasser de l'argent. Mais maintenant j'ai quitté ma maison donc l'argent que je ramasse me revient. Et quitter le métier de Ninja n'est pas aussi facile qu'il n'y parait, crois moi.

Pauvre Youso ! Il n'avait pas eu la vie facile, encore aujourd'hui s'était le cas, apparemment. Ying le comprenait parfaitement, Logitomaru l'avait surement adopté pour la prime qui venait avec et avait accepté qu'elle devinenne ninja pour la simple raison qu'il voulait se débarrasser d'elle !

Tout commençait à s'éclairer dans la tête de l'étudiante. Son père lui avait dit de partir et de ne plus revenir le jour où il avait tué sa mère donc au début il avait l'intention de tuer sa femme et de ne pas revenir pour Ying ! Loraz n'avait jamais aimé Ying, sa mère non plus et Logitomaru n'avait pas fait ça par gentillesse ! Tous les gens qu'elle avait connues et pensait qu'ils croyaient en elle n'était que mensonge. En fait, personne n'avait jamais été là pour elle !

[Youso] Par contre, je vais rectifier quelque chose. Je n'ai pas de rêves. Car tu sais, les rêves se transforme toujours en cauchemar. Il faut se méfier de ce que l'on désire. Car parfois c'est ce que l'on désire qui nous désire le plus, tu comprends.

[Ying] oui. Tu as raison... moi aussi, je n'es jamais eu de rêve je croyais s'était anormal de ne pas avoir de raison d'exister alors, je m'en suis inventé un « devenir genin ». Mais se n'est pas vraiment un rêve... Et Logitomaru je suis sûr qu'il m'héberge aussi pour la simple raison de l'argent dont je lui fais amasser. Peut-être que ce n'est pas le cas, mais pourquoi aurait-il voulu adopter une parfaite inconnue ? De plus il était mort de rire de voir mes parents et mon grand-père mort...

Youso regarda par la suite Loraz et lui demanda :

[Youso] Et j'ai une question à te poser à propos de ta malédiction bizarre ! Tu sais, quelqu'un peut avoir plus d'un enfant... Qui héritera de la malédiction si une personne atteinte fait deux bébés ? Le plus vieux ou le plus jeune ? Et encore, si le plus vieux fait un enfant, il sera atteint ou se sera l'enfant du plus jeune qui sera atteint ?

[Loraz] le plus vieux bien entendu ! Le premier qui né est le premier héritier, mais si le plus vieux meurt exemple : le plus vieux à quatre ans et le plus jeune à trois ans. Le plus vieux meurt donc le plus jeune devient le plus vieux et comme prime il reçoit la malédiction et si par malheur le plus jeune meurt aussi ça sera Ying qui la retrouvera !

L'étudiante commençait à trouver que son père était vraiment hypocrite envers elle ! Plutôt dans la journée il n'avait pas expliqué à Ying la vraie raison pourquoi il était devenu un animal, mais à Youso il lui disait tout... pourquoi disait-il la vérité à un gars qu'il ne connaissait pas et à sa fille préférait ne pas en dire trop ?

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 26 Juil - 22:55

Devant le reflet.


Il regarda Ying dans les yeux et écoute son histoire. D'après ce qu'il avait compri, son père avait payé des brigands pour tuer sa femme, mais tout cela se serait mal tourné et il aurait été tué aussi et réincarner dans un corps d'animal. De son coter, Ying rencontra un garçon lorsque ses parents et son grand-père, dont Youso ne connaissait pas l'existence, sont morts. Un garçon qui l'adopta à la ramena à Konoha. La jeune femme doutait de ses réelles intentions. Elle avait aussi affirmé ne pas avoir de rêve. Enfin il avait trouvé quelqu'un comme lui. Quelqu'un qui puise le comprendre. Ying recherchait-elle la même chose ?

En fait, elle n'était pas vraiment comme lui puisqu'elle s'était inventée un rêve. Elle avait un but et ce but était de devenir Genin. Youso n'en avait aucun. C'était ça le véritable problème. Il est normal à l'âge de Ying de ne pas savoir ce que l'on veut réellement. Elle était seulement un peu troublée par les évènements et n'arrivait pas à se donner une raison. Les sombres jours de Ying prendront fin bientôt, c'était certain. Sauf si bien sûr elle choisit la voie du plus fort, comme Kenji avait fait. Alors là, son malheur ne faisait que commencer. Et Youso croyait que le véritable malheur de Ying venait de cette bête à poile constamment là pour lui rappeler ses mauvais souvenirs. Comment pouvait-elle oublier si son père la suivait constamment !? De plus, elle devait se sentir observer avec cette bestiole sur l'épaule. Sans compter que si elle rencontrait un garçon, son père serait toujours là pour la surveiller. Et qu'allait-il arriver lorsqu'elle irait dans les bars pour se souler avec ses amies ? Son père allait la réprimander. Loraz n'était pas là pour son bien. Il n'arrête pas de la rabaisser. Il l'insultait presque. S'en était désolant.

Youso se méfiait de lui. Il pouvait mentir à tout moment sur sa véritable identité. Peut-être que tout cela était un coup monté pour se foutre de sa gueule. Peut-être même que ce n'était pas le père de Ying et qu'elle l'ignorait. Si Youso serait elle, il se méfierait de ce rat aux longues dents. Ça pouvait très bien être un bunshin, car Youso pouvait sentir qu'un chakra étrange émanait de lui. Peut-être pouvait-il l'utiliser ? Peut-être était-il un renégat tentant d'entrer à Konoha pour assassiner les dirigeants ? Il fallait se méfier de lui. C'est pour cela qu'il le regarda bizarrement lorsqu'il répondit à sa question. Il répondit avec des exemples vides de sens puis il tenta de faire peur à Ying en lui disant qu'elle serait peut-être la prochaine.

[Youso] S'il t'a hébergé et que tu ne le connaissais pas, tu devrais peut-être te méfier de lui. On ne prend pas quelqu’un sous son aile sans raison. Peut-être qu'il t'utilise ou peut-être te ment-il sur sa véritable identité ? Peut-importe, tu devrais te méfier plus des gens, ce ne sont pas tous des chatons qui se laissent caresser librement.

Il parlait et jetait parfois des regards à Loraz. Il ne pouvait s'en empêcher, c'était plus fort que lui. Youso ne pouvait le laisser sans surveillance. Et puis lorsqu'il disait à Ying de se méfier des gens, il parlait de Loraz. Il ne savait pas si elle avait bien compris. N'empêche, il gardait sa main près de sa sacoche Ninja. Ce rat enrager pourrait sauter sur quelqu’un à tout moment. Une chance que Ying était là et qu'elle tenait à lui, sinon cela ferait longtemps que Youso aurait jeté ce pauvre rongeur au bout de ses bras. Tout ce qu'il disait était tellement déplacé...

[Youso] Bon arrêtons de parler de ça. Tu fais quoi aujourd'hui sauf te promener et arrêter les inconnus.

Il tenta de l’agacer, il ne savait pas si elle s’en était rendu compte ou non. Peu importe. Il n’avait rien à faire aujourd’hui. Peut-être l’accompagner si elle avait quelques tâches à faire.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 27 Juil - 1:15

Youso expliqua à Ying de ne pas faire confidence à n'importe qui, surtout pas à quelqu'un qui décide de s'occuper d'elle sans raison, car cela pourrait bien être un piège pour des raisons vraiment pas sympathique. Le premier exemple, de c'est méchante raison, qui venait à l'esprit de Ying était d'être amené à devenir aveugle et porté des lunettes vertes fluo ! Lorsqu'on est aveugle on ne doit pas porter des lunettes sinon ce serais une vraie torture ! Le fait d'être seulement aveugle doit être horrible si en plus elle doit porter des lunettes fluo... c'est le suicide assuré !

Ying le regarda un moment, le genin avait l'air de la comprendre. L'étudiante savait que c'était vrai, mais elle ne pouvait rien y faire. Même si elle voudrait réagir qu'est-ce qu'elle pourrait faire ? Celle-ci se ramasserait sans doute à la rue ! Et se n'était pas ce qui l'enchantait le plus.

La jeune fille se rappelait la première rencontre qu'elle avait eu avec Youso tout ça s'était si mal passé... elle regrettait d'avoir agi ainsi. De plus, même si Ying avait l'air déçu du fait qu'il ne se souvienne de rien, c'était bien mieux comme ça ! Au début de la journée aussi ce n'était pas bien parti, mais cette rencontre c'était bien reprit ! Et Ying souhaitait de tout cœur que cela reste comme ça !

[Ying] quand on est seul on n'a souvent pas le choix de prendre le premier chaton que l'on voix même si celui-ci à des griffes encore plus pointu que celle d'un tigre...

Loraz marmonna par la suite « c'est de lui qu'il faut se méfier » il ne voulait sans doute pas que Youso comprenne... mais c'était vraiment évidant qu'il avait échoué, car il faudrait que Youso soit sourd pour ne pas avoir compris !

Le jeune homme proposa d'arrêter de parler de ce sujet qui était complètement inutile. Ensuite il demanda à Ying qu'est-ce qu'elle faisait à par arrêter les étrangers. Elle lui sourit avant de lui répondre :

[Ying] j'allais m'entraîner, tu voudrais venir ? Ce serait vraiment chouette que tu puisses venir.

Ying regarda sur son épaule, Loraz lui faisait les gros yeux apparemment il n'appréciait pas le fait de passer le reste de la journée avec Youso. Alors, Ying ajouta en regardant son père droit dans les yeux avec un sourire en coin :

[Ying] qu'est-ce qu'il y a Loraz ?

[Loraz] on ne passera pas le reste de la journée avec se débile de clébard !

Ying le regardait, toujours avec un sourire en coin, mais cette fois elle avait un regard sadique.

[Ying] on ? Ah, mais ne t'inquiète pas ! Toi... tu ne viens pas !

[Loraz] quoi ?

Ying le pris dans ses mains puis le déposa sur le sol. Celui-ci la supplia de ne pas l'abandonner.

[Ying] tu connais le chemin vers la maison... alors tu y vas ! Tout de suite !

Elle lui envoya la main puis Loraz qui avait commencé à partir lui dit :

[Loraz] Pauvre cloche je vais te le faire regretter ! Et toi aussi sale con !

[Ying] oui, oui ! C'est ça Loraz, à ce soir !

le petit rongeur partie et l'aspirante fit un sourire à Youso en lui disent :

[Ying] enfin ! Il commençait à me tomber sur le système.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 27 Juil - 21:24

Devant le reflet.


[Ying] quand on est seul on n'a souvent pas le choix de prendre le premier chaton que l'on voix même si celui-ci à des griffes encore plus pointu que celle d'un tigre...

Ying ne comprenait pas que c'était elle qui décidait d'être seul. C'est toujours la personne qui est seule qui se retire des autres. Cela a toujours été comme cela et ça ne changera pas aujourd'hui. On n'est jamais seul réellement. On croit l'être parce que les personnes à qui l'on tient le plus ne nous donnent pas assez d'attention. Mais si on regarde autour de soit, on remarque que plusieurs personnes nous aiment et qu'il serait idiot de les abandonner comme certain nous abandonne. Youso aussi ne le comprenait pas. Il préférait se morfonde dans un coin plutôt que de chercher ceux qui l'aiment vraiment. Et de toute façon, on n'est jamais seul dans notre solitude. Partout, il y a des gens sans famille, sans amis et sans petit ami et qui se sentent complètement seul. Pourquoi ne pas aller les voir et leur dire que non, tu n'es pas seul ?!

Et l'idée de prendre le premier que l'on trouve pour combler sa solitude n'était pas une bonne idée. Plutôt que de se rendre malheureux, il valait mieux toujours chercher pour trouver les bonnes personnes qui pourront combler les vides du coeur. Youso pût entendre Loraz marmonner. Il voulait que Ying se méfit de Youso. Mais pour qui se prenait-il encore celui-là ? C'était eux qui étaient venus lui parler et s'ils se méfiaient, ils n'avaient qu'à ne pas venir. Ce serait vraiment ridicule de leur part de se méfier et de rester. Il regarda le rat méchamment. L'envie de lui sauter dessus lui vint à l'esprit, mais il se retint. À quoi cela lui servait-il de s'emporter après une laideur pareille. Et si Youso le frappait il risquerait de devenir plus laid qu'il ne l'est maintenant. Il ne voulait quand même pas lui enlever les seules femelles qui avaient un œil sur lui. Même si ces dernières étaient rares.

Ying lui demandait s'il voulait aller s'entraîner avec elle. L'envie ne lui venait pas, mais il accepta. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas entraîné et ça lui ferait bizarre de le faire. Il avait arrêté d'apprendre des techniques depuis un bon petit moment et il se souvenait qu'il tenait un petit livre de poche dans sa sacoche ninja qui décrivait comment maîtriser une technique de Taijutsu. Il ne se souvenait plus exactement du nom de la technique, mais l'apprendre n'allait pas faire trop de mal à sa carrière. De plus s'il avait une nouvelle équipe, ils allaient sûrement partir en mission. Il lui faudra donc de nouvelles forces pour arriver à combattre correctement. De plus il pourrait apprendre quelques petites bases à Ying pour qu'elle puise progresser elle aussi. C'était une jeune étudiante et il se devait pour elle de progresser rapidement si elle voulait monter en grade.

Et pour cela, il lui faudrait sûrement mettre sa vie en danger. Comme Youso l'avait quelques années plus tôt dans la forêt interdite. Yosuke avait donné à l'équipe quatre comme exercice de retrouver un champignon d'une rareté inestimable et d'attraper l'un des singes en voie de disparition. En chemin, ils rencontrèrent deux serpents géants. Ils les combattirent avec succès, mais Youso et Kenji furent empoisonner par le venin mortelle de ces reptiles. C'est alors qu'un inconnu venu de nulle part sortit des buissons et leur annonça qu'il pouvait faire venir autant de serpents qu'il le désirait grâce à son sifflement strident. Il laisserait la vie sauve aux deux empoisonnés seulement si Nara acceptait de partir avec lui pour une raison inconnue. Bien sûr, ils refusèrent et le combattirent. Après quelque temps, l'équipe quatre abandonna son poste. Nara transporta les deux blessés jusqu'à la sortie de la forêt interdite. Youso se réveilla à l'hôpital et quelques semaines plus tard, Yosuke les convoquèrent à l'académie. Il leur annonça qu'ils étaient maintenant Genin malgré leur défaite et qu'ils devaient s'entraîner, car cet inconnu reviendrait. Cela veut dire qu'un malfaisant se promenait toujours dans Konoha et que la nuit n'était pas sûre.

C'est comme cela qu'il reçut son grade de Genin. Il n'allait pas être facile pour Ying de le devenir non plus et pour combattre des choses aussi forte que l'équipe quatre avait combattu, il lui faudra beaucoup d'entraînement. C'est pour cela que Youso voulait lui venir en aide. Il voulait qu'elle soit prête au moment venu. Donc il accepta l'invitation, même s'il n'avait pas envie.

[Youso] D'accord, je vous accompagne. Mais tu t'entraînes où et à quoi ?

Avant de lui répondre, Ying dit à son père de partir. Tant mieux ! Ils n'allaient pas être dérangés par ses plaintes incessantes. La fille et son père étaient tous les deux immatures. Ça devait être de famille finalement. Même si Loraz était très agaçant.

Allant à : [Air d'entraînement] Sur le grand arbre. Arrow


Dernière édition par Youso Shi le Mer 29 Juil - 21:13, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 28 Juil - 20:37

Youso avait accepté l'invitation de Ying, quelle chance ! Surement par pitié, mais bon l'étudiante était tout de même ravie d'entendre ça. Elle n'avait pas envie d'aller s'entraîner, au début de la journée celle-ci n'y avait même pas songé, mais dès que Youso lui avait demandé ce qu'elle faisait... la réponse avait sortie tout seul.

Un peu maladroit, avait été la réaction de la jeune fille, mais utile. Car loin de tous doutes l'entrainement était très important. Si Ying décidait de ne pas s'entraîner de quoi aurait-elle l'air devant un vrai ennemi. Elle se ferait tuer sans doute ! L'aspirante avait déjà eu un rêve qu'il était impossible pour elle doublier... c'est aussi à cause de ça qu'elle croyait en l'entrainement.

Flash Back du cauchemar

**********************************

Ying était avec deux étrangers un était blond aux yeux bleu et portait son bandeau de ninja, mais avec le signe de Kiri. Le deuxième avait les cheveux châtains, il avait les yeux de couleur cacahouète et portait un bandeau de ninja du village de kumo. C'est deux garçons étaient des genins et faisait partie de son équipe. Sans savoir pourquoi Ying marchait à leur coter... tout était calmes bien trop ! C'est alors que le ninja de Kiri brisa le silence en disant « les brioches aux pommes sont bien meilleures que t'es pain griller, Ying ! » L'aspirante était surprise de cette déclaration ! Premièrement ce mec connaissait son nom et deuxièmement il insinuait que les brioches à la pomme étaient meilleures que ses pains griller. Les avait-il au moins goûtés ? Décidément, il y avait encore des gens sans vie dans ce monde.

Après environ dix minutes de comparaison entre les brioches et les pains grillés de Ying un bruit strident se fit entendre. Derrière les arbres, non ! Maintenant c'était vers le ciel... puis derrière ! Le Kuméen lança brusquement un shuriken vers le bruit qui devenait de plus en plus sombre ! Encore et encore, le bruit augmentait et Ying avait l'impression que celui-ci aspirait son chakra elle se sentait de plus en plus faible, mais faisait tout pour rester debout... tout comme ses compagnons. Mais heureusement le bruit s'arrêta net ! C'est comme s'il n'y avait plus personne ... mais cette impression ne dura pas longtemps. La foret commençait à s'éloigner et bientôt il ne resta plus que du sable...s'était ... le désert complet !

Tout à coup un homme et une femme sortie de la terre. L'homme était barbu du front jusqu'au menton, il avait de grand Yeux vert globuleux, il avait une énorme pustule qui lui sortait du nez, sa veste était de couleur brun moche. On aurait dit qu'une vache géante lui avait chié dessu ! Et son pantalon était jaune flash, ça n'allait vraiment pas ensemble. De plus, il était nu pied et l'on pouvait y apercevoir de la fumée verte. Qu'est-ce que s'était ? Un monstre ? Ou tout simplement un gars vraiment laid ?

La femme, elle, était seulement un peu plus petite que son coéquipier, elle avait des crocs de chien, une langue de serpent, des Verrues un peu partout sur ses bras, elle était habillée avec un chandail vert et un pantalon vert et ses cheveux mi-long brun était attaché avec un pince bleu.

Le barbu commença par lancer un Kunai qui alla tout droit vers le ninja de Kumo celui-ci l'évita de justesse. Mais cela ne dura pas longtemps, car la ninja verrue commençait à son tour d'attaquer. Ying et ses équipier tentait au temps qu'ils pouvaient de se défendre, mais plus le combat duraient... plus ils étaient en désavantage. Les deux genins fut tué avec cruauté... l'un ce fit couper la tête et l'autre assommé par un bouton puis transpercé avec une épée.

Il ne restait plus que Ying ! Celle-ci ne savait pas quoi faire, les deux arrivaient vers elle... l'étudiante reculais, mais ils approchaient encore plus vite. C'est alors qu'elle se mit à crier ce qui la réveilla.

***********************

Fin du Flash Back



Aussi bizarre peut-il paraitre ce cauchemar avait été le plus réaliste de tous... et Ying ne l'avait jamais oublié. Dans cette nuit elle avait pu comprendre que si elle ne s'entraînait pas et qu'un jour elle tombait sur un ennemi pareil elle n'en sortirait pas vivante.

[Ying] je ne sais pas où, à vrai dire ... et à quoi non plus.

Elle prit un moment.

[Ying] j'avais l'intention d'arrêter un autre inconnu dans la rue et lui demander de m'entraîner.

Lui dit-elle avec un petit sourire. Bien entendu ce n'était qu'une blague et espérait que Youso lès compris.

[Ying] on pourait aller dans la forêt interne. Qu'est-ce que tu en penses ?


Session RP terminer


suite : [Air d'entraînement] sur le grand arbre.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 6 Aoû - 0:55

Youso : +37 XP
Ying : +28 XP
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 18 Oct - 19:59

C’était l’une de ces journées ou seul les plus braves ou les plus fous sortaient. La pluie battait sur les carreaux. Le vent emportait avec lui un torrent qui se déversait continuellement dans les rues du village. Konoha se trouvait en dessous des caprices du dieu. Il devait avoir un sacré chagrin. Il était tôt mais déjà l’heure de partir au travail pour les plus courageux. Hakai pour sa part s’entraînait. Cela faisait pas mal de temps qu’il n’était sorti aussi tôt du domaine pour un entraînement matinal. Il courait dans les rues inondées de la ville. Chaudement habillait et avec le manteau le plus imperméable qu’il avait trouvé. Il avait les pieds congelés à cause de l’eau qui montait au niveau de sa cheville. Bref, il montrait une détermination à toutes épreuves. Et pour cause, il avait subi une énième défaite face à Kenji. Mais il était surtout heureux. Tout allait pour le mieux en ce moment. La vie au clan se passait bien, il avait revu des vieilles connaissances et d’autre personne avait agréablement changé.

C’est toutes ces raisons qui le faisaient garder le sourire en plein effort et sous une pluie infernale. Il courait à vive allure malgré l’eau. Par moment il sautait pour éviter une trop grosse flaque ou un nid de poule. Les rues étaient vides par ce temps chaotique. Il en profita donc pour faire quelque zigzag histoire d’élargir la distance parcourue. Il suffisait juste que le temps arrête ses caprices pour que ce soit un vrai bonheur pour Hakai. Car malgré sa bonne humeur, l’eau qui coulait sur son visage, sur ses yeux, ses pieds gelés, tout cela n’était pas fort agréable. Il pensait au feu et au peignoir qui l’attendait à la demeure. Naka et Nora ne manqueraient certainement pas de se moquer lorsqu’ils le verront rentrer trempé jusqu’au os.

Malgré les rues désertes, Hakai entendu des cries. Ils résonnaient en sa direction et se faisaient de plus en plus fort. Hakai se colla à un mur. Il tendait l’oreille. Des bruits de pat. Ils se faisaient entendre avec des éclatements à chaque pat sur l’eau. Hakai en décelait plusieurs. Trois… Il ne savait pas de quoi il s’agissait, il n’interviendrait donc pas. IL voulait juste savoir qui était la source de tout se grabuge. Une silhouette passa à toute vitesse devant ses yeux. Hakai eu juste le temps de voir le visage de l’homme. Le gars semblait avoir son age. Hakai le fixa s’engouffrer dans les nombreuses ruelle du village. A peine le temps de se poser une question que deux hommes passèrent à leurs tours. Ils étaient eux plus vieux. Il ne portait aucun bandeau mais avait chacun une arme dans leur main ce qui étonnait Hakai.

Ils s’arrêtèrent net. Regardant partout autour d’eux sans faire attention à Hakai qui lui les fixait. Ils firent rapidement le tour de chaque embouchure mais rien.

[ ???] « Merde il nous a échappé. »

[ ???] « Calme toi, il ne connaît cette ville contrairement à nous. »

[ ???] « Cette cible nous fait perdre du temps. Ce n’est qu’un morveux en plus. »

Hakai était surpris. Une cible ? Ce mec était leur cible ? Hakai allait intervenir avec ses poings. Il s’avança d’un pat lourd vers les deux hommes. Les deux hommes jetèrent encore un coup d’œil aux ruelles avant de se regrouper. Ils échangèrent quelques mots avant d’enfin se rendre compte qu’on les observait d’un air assez agressif d’ailleurs.

[ ???] « Tu nous veux quoi toi ? »

[Hakai] « Vous êtes qui pour prendre en chasse un type dans Konoha ? »

[Chasseur de prime] « Nous ? On est des chasseurs de prime. On chasse ce type à cause de la prime sur sa tête. »

[Hakai] « Des chasseurs de primes ? Je ne sais pas ce que c’est mais je m’en fou. Dites moi une bonne raison qui vous donnes le droit de pourchasser un type ? »

[Chasseur de prime] « Ahhh…. Kaiden. Je sens qui va me les casser lui. Laisse moi m’en charger. »


[Kaiden] « Non ! Mushu… Nous ne devons pas attirer de problème. N’oublie pas que nous sommes dans un village ninja. Cet homme à un contrat sur sa tête pour trafic de drogue. Il a vendu de la dope à une fille. Elle est morte d’overdose. Son père a donc mis à contrat sur sa tête. »

[Hakai] « Un dealeur ? …. Je vois. Il est donc responsable de la mort d’une fille. »

[Mushu] « Exactement. Et la tu es occupé de nous ralentir. Dégage. »

[Kaiden] « Mushu ! Excuse mon camarade. Mais nous devons le retrouver. Peux tu éviter de nous balancer au autorité. »

[Hakai] « …. Peut être… Mais je veux en savoir plus au sujet des chasseurs de primes. »

[Kaiden] « Alors je te propose un marché. Tu nous aides à retrouver le fugitif et en échange je te dis tout ce qu’il y a à savoir sur les chasseurs de prime. »

[Hakai] « Très bien. Allons y. »


Dernière édition par Hakai Uchiha le Sam 14 Nov - 14:30, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 21 Oct - 20:41

IL ne savait pas pourquoi il avait accepté. Enfin de compte, il s’en foutait un peu que ces chasseurs de prime pourchassaient librement dans Konoha. De plus le type était coupable de plusieurs délits qui lui vaudrait un allez simple pour la taule. Mais Hakai s’en foutait royalement d’un dealer à peine bon à vendre du crac aux jeunes filles. Etrangement Hakai pensait que son entraînement pourrait être ignoré quelque heure. Peut être que ces chasseurs de prime pourraient lui apporter quelque renseignement utile.

Ils marchaient donc dans les petites ruelles de Konoha à la recherche du fugitif. Chercher une personne ne fuite dans un aussi grand village s’avère être une tache ardue. Hakai le savait pour en avoir longtemps profité dans ses jeunes années. Il était trois, autant en profiter. Il fit montrer aux chasseurs de prime son idée avec les signes militaire. Il prévoyait, peut être que le fugitif était proche. Il fallait donc une prudence absolue pour capturer leur proie.

Chacun choisi sa voie. Ils couvraient à présent une large zone. Hakai regardait partout, chaque coin, chaque carton, poubelle, il vérifiait même si les maisons était correctement fermé. Il connaissait les cachettes par cœur, manque de bol pour le dealer. Après tout, après douze années passaient dans les rues, l’homme acquiert une certaine expérience de survie. Se cacher était l’une des règles numéro une lorsque l’on était poursuivie. Alors il fallait faire preuve d’imagination. Les gardes découvraient sans cesses les cachettes. Hors il était vitale d’être correctement planqué dans les rues…Voila pourquoi aucune planque ne pouvait échapper à Hakai.

Cela faisait dix minutes que le fuyard avait été vu pour la dernière fois. Hakai accéléra le pas par peur que celui-ci est réussi à quitter la zone. Il serait presque impossible de le retrouver. Pour le moment, ils avaient une petite idée de sa position mais plus le temps passé et moins les chances de le retrouver était haute. Hakai en était sur à présent, le dealer était allait plus vite que prévu. Il commença alors une course effrénée comme si le vent le porter en avant. Ses pas résonnaient dans la ruelle vide. Il se sentait seul d’un coup. Etrange, pourtant il savait que les chasseurs de prime n’étaient pas loin. Probablement à la recherche de l’individu. Après tout c’était un peu pour eux qu’Hakai se cassait le cul là.

Progressivement, petit à petit, sa course ralentissait. Il arrivait au coin de la rue mais son regard était tourné vers le sol. Etait il si important de savoir ce qu’était le job de chasseur de prime ? Hakai s’en doutait dèja… C’était des mercenaires attiraient par le pognon. Ce type de mec exécuterait n’importe qui pourvu qu’ils aient leurs sous à la fin du contrat. Ce type de mec, Hakai les détestait habituellement. Mais aujourd’hui c’était un peu différent. Ils couraient après un criminel. Un mec qui vend de la dope à une fillette sans le moindre scrupule. Hakai se devait d’agir. C’était son nindo. Protéger les plus faibles contres les tyranniques et les cons…

Quelle fut sa surprise lorsqu’il leva enfin les yeux. Le mec… Il était la à quelque mètre de lui à peine. Hakai pouvait voir son jean verdâtre, son t-shirt noir, ses cheveux bruns… Oui c’était bien lui. Le mec était pliait, il reprenait son souffle après la longue course qui venait probablement de finir. Hakai l’avait rattrapé alors qu’il était une ruelle à côté. Les chasseurs de prime l’avaient certainement loupe. Bien c’était sa chance. Hakai s’élança en direction du mec. Celui-ci hurla de peur avant de se remettre à courir. Sa course fut courte…

Le sol fut peint, les murs tapissaient, tous de la même couleur. Le rouge sang. La course du gars fut arrête net par un kunai. Kunai tenu par Kaiden, le chasseur de prime. Le bougre avait gentiment attendu sa proie au coin de la rue avant de lâchement le poignarder dans le bas ventre. Dans un dernier tremblement, le dealer s’écroula sur le sol, raide, mort…

Ce n’était pas vraiment la fin qu’attendait Hakai. Certes ce gars n’était qu’un looser mais méritait il la mort ? Hakai approcha tout en lançant un regard réprobateur au chasseur de prime. L’autre, Mushu fit son apparition. Il avait un sourire sadique aux lèvres. La vue du sang, de ce sang le rendait de bonne humeur. Hakai se stoppa deux mètres devant les hommes, il attendait une réponse et plus vite serait le mieux.

[Kaiden] « Ne restons pas ici. Trop voyant. Revenons dans la ruelle. »

Hakai s’engouffra alors derrière les hommes dans la ruelle. Il ne savait pas s’il devait être fier d’avoir puni un criminel ou coupable d’avoir était complice d’un meurtre. Heureusement il était tôt. Personne n’avait vu le crime. Il restait cependant les taches de sang… C’est donc au fond d’une ruelle sans issue que la discutions aurait lieu. Le coin était sombre, Hakai distinguait à peine le visage des interlocuteurs.

[Hakai] « Méritait il la mort ? »

[Kaiden] « La fille méritait elle la mort ? Nous ne sommes pas ici pour débattre mais pour exécuter. Sa tête était mise à prix. A présent c’est terminé. »

[Hakai] « Vous êtes forcé de tuer vos cibles ? Il n’y a pas un autre moyen ? »

[Mushu] « On nous paie pour exécuter des sales types. Il n’y à que cela à savoir. »

[Hakai] « Je vois…. Explique moi comment vous marchez. Comment êtes vous au courant pour les primes, le salaire, le client… »

[Kaiden] « J’avoue que cela est un peu secret mais bon… Tu nous as aidé alors… Il y a un marché, à Suigera. C’est là-bas que nous consultons les primes. Je te l’avoue le marché n’est pas totalement réglo. Si tu veux t’engager sur cette voie, un seul conseille, la discrétion. Pour notre part nous n’avons que trop traîné. »

C’est ainsi qu’Hakai observa le dos des deux chasseurs de primes. L’un avait son arme sur le dos, l’autre le cadavre. Il n savait pas comment ils allaent si prendre pour quitter le pays sans se faire repérer mais qu’importe… Ce n’était plus son problème.


[Hakai] « Le marché noir… J’irais y faire un tour à la première occasion. »
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 15 Nov - 22:39

Hakai : +14 | bonus genin compris
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   

Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

 Sujets similaires

-
» Les ruelles de Konoha
» Cimetière de Konoha
» Course poursuite dans les ruelles
» Hopital de Konoha
» Armurerie de Konoha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-