Partagez | 
 

 Les ruelles de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Nara Shi
Invité
avatar


MessageSujet: Les ruelles de Konoha   Mer 27 Juil - 0:29

Rappel du premier message :

Les Ruelles de Konoha


Vu de haut, Konoha est un immense cocon qui se déploie, et qui ronge tout. Fourmilières humaines, entourées d’un grand mur de pierre, puis de troncs, elle est surveillée aux Portes par des rondes de gardes. De là s’étend une large avenue qui vous emmène directement au centre névralgique, là où la reine couve ses œufs et où elle donne ses ordres. Le grand toit rouge est facilement repérable, il vous suffirait de lever les yeux. Supporter par les grandes falaises du village le village s’éparpille devant elles.

Konoha est organisées en une demi-étoile qui s’illumine. Entre les grands passages, de nombreuses rues sinueuses creusent le sol. C’est ici que vous passez sans vous en rendre vraiment compte. Les marchands vous souhaitent un « bonjour » radieux, d’onctueuses odeurs s’échappent des cuisines, vos voisins étendent leur linge sur les hauts balcons.

Vous y vivez, mais jamais vous ne vous rendez compte que ces quartiers-là vivent également. C’est un conglomérat d’âmes en surchauffe, qui s’active tôt le matin et qui s’éteint lorsque le soleil disparait.

Les pavés sont froissés par les nombreux passants qui jonchent les trottoirs chaque jour. Les rues sont pauvres et portent en elle les histoires du village. De chaque côté de nombreux immeubles à plusieurs étages vous toisent de leur haute stature. Konoha est ainsi fait que rarement le soleil vous éclabousse. Les rues sont étroitement encadrées, et les ombres des grands bâtiments s’étendent de par et d’autre du village. A midi seulement, lorsque l’astre pointe son nez chaud les rayons vous prennent d’assaut, à la perpendiculaire. Mais quelques minutes plus tard, déjà il est recouvert par un mur, un toit. Le Pays du Feu est continuelle illuminé d’une telle clarté, mais finalement lorsque ce ne sont pas les grands arbres qui vous protègent, ce sont vos propres maisons.

Souvent propres, parfois glauque, les ruelles de Konoha sont revêtues d’une hétérogène conscience. Jamais vous ne vous y ennuierais parce qu’il y a toujours quelque chose à faire. Un saltimbanque qui fait don de ses talents, des amis qui jouent à même la route, des jeunes qui jouent au loup et des vieux qui contemplent la douceur de la vie, dans les ruelles de Konoha vous pouvez à tout moment tomber sur quelqu’un que vous avez oublié que vous ne cherchiez plus, ou qui vous horripile. C’est un hasard, un jet de dès du Destin, et c’est sûrement cela qui fait leur beauté.

Les ruelles sont le lieu de tout jeu, de toute opportunité. Balade tranquille entre les hauts arbres qui bordent les grands avenues, course sur les toits, entraînement dans les creux sinueux du centre, partez à la découverte du tout et du rien. Parce que jamais vous ne pourrez anticiper vos rencontres…

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Sam 8 Juil - 1:33

Pour la première fois de sa petite vie Kyuza mit les pieds à Konoha. La grande porte munie de l’insigne de Konoha lui parue encore plus grande qu’à son arrivé.

[Sueto]
"Bon alors que je t’explique les principaux organes du village, pour se faire nous allons effectuer un petit tour."

Tout en marchant dans une direction que seule le garde connaissait, ils continuèrent leur discussion.

"Tous d’abord il y a la mairie, où tu pourras trouver divers informations sur Konoha. C’est aussi à cet endroit que siège le conseil des jounins."

Kyuza vit le grand bâtiment qui lui paraissait plutôt vieux. En regardant la mairie, le petit nouveau vit sur le rocher plusieurs visages.

[Kyuza]
"Excusez-moi, qui sont les personnes sur la falaise ?"

[Sueto]
"Haa ces personnes ont été les Hokages de ce village."

*Vue la tête qu’il tire, il ne doit pas savoir ce qu’est un Hokage*

"Ces personnes ont été les dirigeants de ce village……les BIG BOSS."

[Kyuza]
*Y s’fout de moi ou quoi ?*

[Sueto]
" Bon continuons, nous allons nous rendre à l’Hospital. C’est ici que tu sera guéris lors de tes différents combats, je ne te conseil d’y aller le moins souvent possible, la bouffe est dégelasse."

[Kyuza]
"Et aussi que si l’on y va souvent, ça veut dire que l’on est souvent dominé lors des combats."

[Sueto]
" Aussi oui. Deux bâtiments importants pour un ninja en quête de savoir et de puissance, l’armurie et la bibliothèque, où tu pourras te documenter sur ce que tu veux, dans la mesure où le livre est présent. Pour ce qui est de l’armurie je crois que tu as un bon de 50£ sur ton premier achat, cool non ? Prochaine étape…… c’est une surprise."

[Kyuza]
*Que va-t-il encor me sortir ?*

Les deux personnes marchèrent dans la village jusqu’à arriver……

[Sueto]
"Tadaaa !"

[Kyuza]
*‘tin j’hallucine, il m’a emmené aux sources chaudes*

[Sueto]
"Super non ? Tu vas voire les masseuses sont particulièrement bonnes Twisted Evil …pour ce qui est du massage à l’huile. Ensuite passons à côté"

[Kyuza]
*Que va-t-il me sortir, le coup des sources chaudes ça ma tué, bien que je pense y faire un tour un de ces quatre.*

[Sueto]
"voilà, le bar-restaurant. Si on prête attention aux prix on peut voir que le saké coûte moins chère ici qu’aux sources chaudes. Mais il faut dire qu’il est meilleur aux sources."

[Kyuza]
*Bien, au moins avec lui je serai où me rendre si je veux me détendre*

Le garde pris un air plus sérieux.

[Sueto]
"Bon, à partir d’ici on ne rigole plus. Je vais t’amener à l’académie pour ton inscription."



MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 10 Juil - 2:18

[+2 Xp petit RP.]

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 10 Juil - 19:27

[Rp suivant celui sur la falaise avec Luinwee]

Auroe venait de redescendre de la falaise de Konoha, elle était rapidement passé par chez elle pour prendre de quoi manger. Elle ne voulait pas s'inquiéter de ce qui allait se passer avec Luinwee, mais bien entendut cela lui trottait dans la tête... Au passage elle prit son violon, enfin, celui qui serait le sien bientôt...

Elle marchait dans les rues du village, cherchant une ruelle ou un coin tranquille ou elle ne dérangerait personne et ne serait pas dérangée. Elle trouva ce qu'elle cherchait dans une impasse ou seul la porte de service d'un restaurant cassait la monotomnie des murs gris l'entourant.
Elle n'aurait pas espéré mieux ; elle posa l'étui et sortit l'instrument délicatement. Elle placa le violon sur son épaule et fit vibrer les cordes ; elle retrouva rapidement la première note qu'elle avait travaillé hier, la suite s'avérait beaucoup plus compliqué...
Elle passait par toutes les sonorités possible avant de trouver celle qui l'interessait mais peu à peu la musique se construisit, les sons flottaient dans l'air. Elle retrouvait un peu de ce qu'elle ressentait le soir lorsqu'elle écoutait l'instrument...

Les heures défilèrent rapidement, sa concentration ne retombat pas, elle voulait absolument y arriver. Aucune faute ne la dérangeait, elle recommencait, affinant son geste ; le soleil commencait à jouer avec les ombres de toits de maison du village.
Ce fut à ce moment que la petite Yamanaka fut interromput, quelqun venait d'arriver et se tenait à l'entrée de la ruelle. L'archer s'éloigna des cordes de l'instrument et Auroe redressa la tête.

elle se trouvait en face d'une fillette ayant plus ou moins son age, les cheveux tombant sur les épaules totalement ebouriffés et dun brun foncé. Elle semblait étonné de voir quelqun ici, après une seconde d'hésitation elle s'avanca.


[Kahlan] Bonsoir

Elle passa devant Auroe en prenant garde d'éviter ses yeux et vint s'asseoir sur une caisse au fond de la ruelle. L'étudiante la regarda un peu étonnée elle aussi, elle ne voyait pas vraiment ce que cette fillette venait faire ici... Elle retira le violon de son épaule et s'approcha de l'inconnue.

[Kahlan] Tu peux continuer à jouer ça ne me dérange pas...

Auroe s'arrêta, ça ne la "dérange" pas... Comme si elle devait avoir son accord pour jouer ou non. Elle ouvrit la bouche mais la referma avant de faire une remarque, souvent les gens ne se rendent pas compte que leurs paroles peuvent être blessantes, elle la première, ce ne devait pas être méchant.

[Auroe] Heu... Je ne joue pas très bien, je commence juste, j'étais venu ici pour être au calme... Je vais partir maintenant.

A peine avait elle prononcé ces mots qu'elle se rendit compte que c'était elle maintenant qui était maladroite... Elle rangea le violon das son etui et s'apprêta à le refermer.

[Kahlan] J'aimais bien... Enfin ce n'est pas grave, je suis toujours ici si tu reviens.

[Auroe] Toujours... ici? Tu...

La fillette rougit, elle était vraiment impolie mais cette situation la perturbait, son interlocutrice venait de lui dire qu'elle vivait dans la rue et elle avait son age... En regardant ce ne devait pas être reçent elle avait l'air plutôt affamée et sale... Elle rouvrit précipitamment sont étui et repris l'instrument.

[Auroe] Je vais te jouer quelque chose alors...

[Kahlan] La brunette regarda l'étudiante en froncant les sourcils et répondit d'un ton froid. Je n'ai pas besoin de ta pitié... Je vis ici par choix, je ne veux pas que l'on soit gentil avec moi seulement à cause de ma situation ; juste pour se donner bonne conscience... Elle marqua une pause et releva la tête poru transpercer du regard son interlocutrice. Si tu veux partir fait le mais ne reste pas juste pour tenter de te prouver à toi même que tu es une gentille fille qui aide les gens dans le besoin...

Elle avait raison, et Auroe se sentait maintenant vraiment très mal à l'aise, pourtant si elle partait maintenant elle serait encore plus mal. Suivre ses sentiments? Ce n'est pas ce qu'elle se répétait sans cesse en ce moment? Maintenant la seule chose qu'elle voulait c'était se faire pardonner, pardonner d'avoir juger sans connaitre, d'avoir été égoïste...
Elle s'inclina devant la fillette.


[Auroe] Je suis désolée... Elle ne releva pas la tête pour continuer. J'ai été idiote... Mais... Elle s'arrêta un instant. Pourquoi vis tu ici?

La petite brune eut un moment d'hésitation, elle n'avait pas l'habitude que l'on s'incline devant elle... Lorsqu'elle faisait une remarque comme celle ci on la prenait toujours de haut disant que si elle n'était pas capable d'accepter la gentilesse alors c'était normal qu'elle se retrouve seule... Ce besoin de reporter ses fautes sur les autres... Elle les regardait partir en silence, elle ne voulait pas de gens comme ça et pourtant c'est elle qui finissait par pleurer...
Mais là une filette apparement de bonne famille était inclinée devant elle et s'excusait...


[Kahlan] Redresses toi s'il te plait... Elle était un peu paniqué, elle jaugea du regard Auroe, elle n'avait aucune idée de pourquoi cette fille faisait ça, elle ne le concevait pas. Pourquoi fais tu ça? Je ne te gêne pas?

Auroe se redressa, un frisson la parcourut son interlocutrice semblait étonné que l'on puisse simplement la respecter... Elle avait déjà pensé à ça, on finit par craindre les gens semblant gentil, elle avait eu la même réaction avec le luthier... On peut avoir autant de résistance morale que l'on veut, si le scénario se répète toujours semblable on finit par croire qu'il n'y as plus rien d'autre... Elle leva les yeux et ne répondit pas, il n'était nul besoin de répondre.
La brunette rougit, comprenant son erreur... Elle qui ne voulait pas être jugé ni mépriser venait de faire ce qu'elle haissait...


[Kahlan] Je m'appel kahlan.

Elle n'ajouta rien, elle détourna le regard. Auroe vint s'asseoir sur la caisse, la gêne s'envolait, elles avaient été idiote toutes les deux... On a beau tenter de fuir les préjugés ils nous rattrappent, le tout est de se rendre compte de ses erreurs.

[Auroe] Auroe, je suis genin à l'académie ninja.

[Kahlan] Elle fixa du regard la petite Yamanaka. Un soldat?

Auroe sursauta, le ton méprisant de son interlocutrice ne lui avait pas vraiment plut... Un soldat... Elle inspira longuement pour se calmer, malgré cela elle ne put cacher l'agacement qui se sentait dans sa réponse.

[Auroe] Je ne suis pas juste bonne à obéir et à tuer... Aucun des étudiants avec qui j'apprend n'est comme ça... Arrêtes de me juger sans me connaitre.

[Kahlan] Désolé, je pensais... Elle hésita un instant. J'aurais pu être comme toi mais... Sa voie s'éteignit laissant en suspens la phrase.

Auroe la regarda, elle n'avait pas l'air heureuse, Kahlan disait avoir choisit d'être ce qu'elle était maintenant... La petite Yamanaka n'était pas persuadé de ça, ce n'est pas vraiment un choix lorsque l'on n'a que des directions menant vers des impasses... Vu sa situation ce devait être son cas.

[Auroe] Tu as dit que tu avais choisit de vivre ici... C'est vrai?

La réponse tarda, Kahlan gardait la tête baissé, le regard fixé sur ses chaussures. Les secondes étaient longues, trop longues, que ce soit pour Auroe et plus encore pour Kahlan... Cette dernière se leva, rompant le silence par le crissement de ses chaussures sur le sol, et commenca à marcher vers la sortie de la ruelle.

[Kahlan] Excuse moi je dois y aller...

La petite Yamanaka nétait pas décidée à la laisser s'enfuir ainsi, elle savait pertinement qu'elle n'avait nulle part ou aller... Elle sauta à son tour sur ses jambes et attrapa le bras de Kahlan, elle le tira de façon à la tourner vers elle. Elle plongea ses yeux dans ceux de la brunette, elle pensait à quelque chose...
Elle hésita, mais elle voulait vraiment aider cette fillette, et si elle ne voulait rien dire... Peut être faudrait il qu'elle aille elle même se renseigner... Pour l'aider... Elle ne s'en redrait surement pas compte et elle pourrait l'aider...
Elle se concentra, la proximité aidait beaucoup à ce genre de chose, rapidement elle créa un lien entre leurs deux esprits. Mais il ne se passa pas vraiment ce qu'elle avait escompter, elle ne ressentit rien, le vide total... D'un coup elle sentit ses pieds quitter le sol et elle se retrouva par terre.


[Kahlan] Ne fais jamais ça...

Auroe fut reellement surprise, ainsi elle avait été bloqué tout de suite, sans effort apparent de Kahlan. Elle n'avait même pas annoncé le lien qu'elle allait créer... C'était comme si la brunette était en état d'alerte permanent, activant ses défenses morales, et non pas des moins puissante, continuellement. A ce niveau elle surpassait probablement Jujuko ou tout autres ninja qu'elle avait combattut... Son propre professeur, cela la dérangeait tout de même un peu...
Les pupilles de la petite Yamanaka doublèrent de taille laissant se peindre une surprise totale sur son visage. Elle ne savait plus quoi dire... Se taire était surement l'acte le plus sage ; elle se releva, secouant sa tunique pour faire tomber la poussière...


[Auroe] Comment? ...

Kahlan détourna le regard, une expression de tristesse apparut sur son visage enfantin.

[Kahlan] Yamanaka c'est bien ça? ... Je t'ai dit que j'aurais put être comme toi...

Auroe resta interdite, cette fille ne pouvait être une Yamanaka... Pourtant elle venait quasiment de lui prouver. Une branche éloignée? Elle ne savait plus quoi penser ni quoi faire... Comment sa propre famille pouvait elle laisser un enfant seul comme ça? Et un enfant... Avec un tel pouvoir... Un goutte de sueur perla sur son front, elle avait peur de... d'elle en fin de compte, du pouvoir qu'elle detenait... Mais ce n'était pas pareil, le sien n'était pas aussi dévellopé. Les paroles de Luinwee lui revinrent en tête... Un monstre... Non elle ne l'était pas, Kahlan non plus...
Tout à coup elle pensa qu'elle ne pouvait penser librement... Peut être qu'elle lisait dans ses pensées en ce moment même... Elle fixa du regard la brunette.
Elle ne bougeait pas, elle la regardait, impossible de savoir si elle lisait dans ses pensées... Son visage était parfaitement neutre...


[Kahlan] Toi aussi tu es gêné en ma présence?

Auroe prit un teint livide, le ton employé était totalement désabusé... Comme si elle ne croyait plus en rien, elle ne savait plus de qui avoir peur... Il fallait qu'elle se maitrise... Et surtout... jouer franc jeu, mentir était la pire chose à faire face à un Yamanaka... Elle aurait aimé pouvoir rassuré cette petite fille mais elle ne le pouvait pas, elle était vraiment mal...

[Auroe] Je... Je ne m'y attendais pas... Et... Tes pouvoir sont... elle chercha un mot, mais il ne venait pas... Enfin... ils sont beaucoup plus grand que les miens... Tu ne vas pas à l'académie?

[Kahlan] Elle secoua la tête en signe de négation avant de répondre. J'ai choisis de vivre ici... Je ne suis aucune formation... Quant à mes pouvoirs... Je ne penses pas que tu puisses les égaler un jour.

Auroe déglutit, elle avait l'air si sure d'elle, d'un autre côté il lui semblait bien qu'elle le pouvait... Il y avait manifestement quelque chose qu'elle ne savait pas, quelque chose que sa grand mère aurait oublié... Comment Kahlan était elle aussi forte? Et cela ne sembalit mêem aps lui faire plaisir... Comme si ce pouvoir était un fardeau... Mais si tout les gens avait peur d'elle, c'était assurement un fardeau...

[Auroe] Je... Je dois y aller, je ne me sens vraiment pa sà l'aise... Elle hésita. Mais je reviendrais te jouer du violon, je te le promet!

Elle n'écouta pas la réponse, elle s'enfuit en courant. Kahlan ne bougea pas, elle la regarda simplement partir.

[Suite dans quelques jours^^]

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 10 Juil - 20:04

[+10 Xp RP]

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 12 Juil - 11:43

[Le lendemain de la première rencontre avec Kahlan]
[Ca commece dans la maison Yamanaka mais je n'ai pas voulut couper]

Auroe était allongé sur son lit, les bras croisés sous sa tête, elle n'avait pas beaucoup dormi et n'avait put reposé son esprit perturbé par sa rencontre avec la fillette d'hier... Les questions n'avait pas cessés de l'asaillir toute la nuit... Elle se leva lentement et sortit de la chambre, la fatigue commencait sérieusement à se faire ressentir, d'autant plus que les efforts qu'elle avait fait lors du combat contre Jujuko laissaient encore leurs traces...
Elle descendit les escalier et rejoignit la cuisine, un bol de riz et divers aliments l'attendaient sur la table. Sa grand mère n'était pas dans la pièce... Elle aurait voulut lui parler...
Elle pris son repas lentement, cherchant à trouver la place de kahlan dans sa famille... Elle n'irait pas à l'académie aujourd'hui encore, il lui fallait régler ce mystère avant...


[Grand mère] Bonjour

Auroe se retourna et sourit, sa grand mère saurait probablement quelque chose...

[Auroe] Bonjour... Elle hésita quelques instants avant de se lever et de rejoindre son aïeule. Dis, j'ai rencontré quelq'un hier... La grand mère leva les yeux d'un air interrogateur. [color:c291=red:c291]Elle est comme nous... Elle a les même pouvoirs, mais... Ils sont beaucoup plus grand...

[Grand mère] Tu sais, elle doit savoir plus de choses que toi si elle est rentrée à l'académie avant... Les différentes branches de la famille se conaissent peu maintenant... Je ne suis pas au courant du developpement des pouvoirs de tout le monde.

Auroe secoua la tête en signe de négation, la grand mère fronca les sourcils.

[Auroe] Elle n'est pas à l'académie... et elle a mon age... Ses pouvoirs sont vraiment... Une fois de plus elle hésita, cherchant un terme mais rien ne lui venait à l'esprit si ce n'est... effrayant... Elle vit dans la rue, comment notre propre famille peut elle faire ça?

Cette fois la grand mère ne réagit pas, elle arrêta calmement ce qu'elle était entrain de faire et vint s'asseoir sur une chaise. Auroe la suivit du regard, il y avait bien quelque chose qu'elle ignorait, lorsque sa grand mère prenait cette attitude c'est qu'elle avait quelque chose à raconter...

[Grand mère] Les pouvoirs sont plus ou moins devellopé dans la famille, certains en ont beaucoup... Tellement que cela se sent, tout le monde se sent mal à l'aise avec eux... Elle s'arrêta et baissa les yeux. [color=orange]Je ne peux pas te dire ce qui est arrivé à cette petite fille... mais, avoir un trop grand pouvoir est nuisible pour son porteur...

Auroe resta interdite, la phrase de Kahlan lui revenait dans la tête « j'aurais put être comme toi... ». Bien sur, rien ne les differenciait vraiment, le même sang coule dans leurs veines... L'un peut être un peu plus fort que l'autre... Cette simple différence... Ce détail... Si elle s'en était sortit Kahlan le pourrait aussi...
La petite Yamanaka releva la tête, sa grand mère s'était tue et n'enviseagait pas de parler plus... Elle cachait encore beaucoup de chose à propos de cette histoire, c'était certain... Mais Auroe n'insista pas, si elle ne parlait pas c'est qu'elle avait ses raisons...
La fillette attrappa une boulette de riz et sortit en courant juste après avoir pris son violon, la grand mère la regarda partir, elle n'avait pas à juger... Elle ne pouvait pas lui demander de ne pas y aller... Et pourtant plus que tout elle aurait souhaité qu'elle ai décidé de rester...

Auroe courait maintenant dans les rues, vers l'impasse ou elle avait joué hier. Kahlan se tenait bien là, assise sur la même caisse que la veille. Elle leva les yeux lorsque Auroe arriva, un expression de surprise se peignit sur le visage de la brunette.
Auroe s'arrêta à quelques pas et planta son regard dans celui de la fillette en face d'elle, un sourire aux lèvres. Cette dernière détourna le regard après quelques secondes.


[Kahlan] Je ne pensais pas que tu reviendrais...

[Auroe] Arretes de me juger s'il te plait... Tiens

Elle tendit la boulette de riz et s'assit à son tour. Elle n'en voulait pas à Kahlan, on ne se met pas à juger tout le monde de façon depreciative pour rien... Elle devait probablement souffrir.
Kahlan engloutit littéralement la boulette de riz, Auroe sortit son instrument et commenca à rechercher les sonorités.
Bientôt le morceau se reconstruisit, c'était amusant, ce qu'elle avait travaillé la veille était plus juste maintenant... Le début du morceau revint rapidement mais arriva le moment ou les notes lui étaient encore inconnues... Elle s'arrêta et regarda en direction de la brunette, cela allait être dérangeant si elle devait travailler et faire tout un tas de fausse note devant elle...


[Kahlan] Tu peux travailler, j'aimerais entendre la suite...

Auroe était plutôt gêné, ce n'était pas parce que s'était Kahlan mais montrer son incompétence est peu plaisant, quel que soit le jury.
Pourtant elle commenca à chercher les note, bientôt elle oublia totalement que quelq'un l'observait, prise par la musique, par la volonté de terminer ce morceau... Le soleil eut le temps de monter lentement dans le ciel, faisant diminuer les ombres dans le village.
Lorsque la fillette décolla l'archer des cordes l'astre du jour était au plus haut. Rien ne semblait avoir bouger dans la ruelle... Les deux petites Yamanaka étaient toujours assises de la même façon.
Auroe ne se soucia pas de l'heure, le morceau était prêt à être joué dans son ensemble, certe moins vite qu'il aurait fallut mais tout serait juste... Elle jeta un coup d'oeil à sa parente, elle attendait, sans bouger, les yeux clos.
Elle prit une longue inspiration et se lanca, ou plutôt se laissa guider par l'archer. La mélodie était exact, des gouttes de sueurs perlèrent sur le front de la violoniste, elle voulait y arriver sans une faute. Les secondes s'allongeaient, Auroe avait chaud, trop chaud... Elle ne reflechissait plus, l'archer glissait sur les cordes sans qu'elle en ai le controle, elle écoutait simplement le résultat. La gorge nouée.
La fin du morceau fut une délivrance, elle avait fermé les yeux aussi et n'osait les rouvrir. Pour elle tout était parfait, mais elle avait peur du jugement... La main de Kahlan qui vint se poser doucement sur son épaule la fit tresaillir.


[Kahlan] Je veux jouer comme toi, prend mon corps...

Auroe eut un nouveau sursaut plus fort cette fois, elle ouvrit des yeux ronds et tourna la tête vers Kahlan. Celle ci semblait parfaitement sérieuse, mais... elle ne savait pas faire ça, elle n'était pas assez forte pour prendre le contrôle du corps de quelq'un d'autre... Kahlan fronca les sourcils, elle ne lisait pas les pensées d'Auroe mais elle voyait très bien que quelque chose n'allait pas...

[color=indigo][Kahlan] Tu ne sais pas le faire?[color=green] Elle n'attendit pas la réponse, c'était évident, cela se devinait aisément sur le visage déconfit d'Auroe...
Ce n'est pas dur, je ne résisterais pas, je suis sur que tu peux le faire...

La jeune genin resta muette, elle tendit l'instrument à sa cousine, elle s'était décidé à l'appeler ainsi et ce n'etait surement pas tout à fait faux. Cette dernière le saisit et ferma les yeux.
Auroe expira bruyamment, les douleurs du combat lui revinrent... Mais ça n'allait pas être un combat, c'était idiot d'y penser... Elle chassa ces désagrément, elle devait se controler parfaitement.
Elle fut prise de court par Kahlan qui créa elle même le lien entre leurs esprits. La aussi elle fut déconcerté, ce lien n'était pas vraiment de la trempe de ceux qu'elle savait faire... Il lui semblait tellement fort, si Kahlan avait été son ennemi elle n'aurait put le briser. Elle aurait été un jouet entre ses mains...
Le choix le plus judicieux était probablement d'essayer, elle n'avait pas la contrainte de maintenir le lien, cela lui faciliterait la tâche. Elle laissa derrière elle toutes ses pensées matérielle, cherchant a devenir un simple esprit, sans contrainte, quelque chose de totalement libre. Les minutes passèrent, peu à peu Auroe oubliait ses craintes, le calme qu'elle aimait tant ressurgissait...
Il ne fallait pas qu'elle s'oublie, elle avait un but. Elle quitta son corps et s'engouffra dans le passage créer par sa cousine...
Elle trouva le calme le plus complet, rien ne bougeait, aucune pensée ne semblait flotter ici... Ce n'était pas possible qu'elle ne pense pas... Encore une fois Auroe fut surprise par le contrôle de l'esprit de son hôte...
Elle ne savait plus trop comment se diriger, il fallait qu'elle prenne possession des centres de controles de Kahlan, mais rien n'indiquait ou ils étaient... Elle refléchie un instant, l'esprit de son hôte ne bougeait pas. Elle pouvait ressentir la tranquillité, l'état dans lequel elle avait été, l'état dans lequel il faut être pour projetter son esprit... Ensuite on agrandit sa conscience pour englober toutes les sensations alentours...
Voilà sa réponse, elle reflechissait trop, elle devait juste fair elle vide et tenter de grandir, de comprendre et prendre possesion de ce qui l'entourait... Elle se laissa glisser vers cette douceur qu'elle désirait, grandir... grandir pour englober tout choses. La vue revint bientôt, puis l'ouïe... Les cinq sens furent en sa possession rapidement, aucune résistance de Kahlan.
Auroe sentit le violon lui glisser des doigts, elle les referma, il semblait bien qu'elle avait le contrôle...
Mais un doute la prit rapidement, elle se souvint de son expérience quand elle cherchait à connaître les actions futures des gens... Elles pensait que c'était son corps alors qu'elle était totalement controlé par son hôte. Quant était il de sa situation actuelle?


*Ne t'inquiète pas, c'est bien toi qui pense, je t'ai laissé tout contrôle... Maintenant je vais me battre un peu*

Tout à coup un déluge de pensée assailit Auroe, elles étaient étragères et pourtant elle prenait insidieusement le contrôle d'elle. Elle chercha à les repousser, il fallait qu'elle fasse la part entre ses pensées et celle de Kahlan... Se raccrocher à ce qu'elle était, ne pas oublier qui elle était.
Mais c'était tellement fort, et pourtant ce n'était qu'un fragment de la puissance de sa cousine...
Elle fit à nouveau le calme en elle et chercha à s'étendre, cela devenait un combat, un combat ou le plus calme vaincrait... Celui qui laisserait ses pensées le perturber perdrait la bataille. Mais elle ne faisait que résister, il fallait qu'elle même envoie des pensées vers Kahlan pour la déstabiliser aussi...
Plus elle sentait qu'elle s'apaisait plus les attaques extérieurs étaient fortes, à l'inverse rien ne semblait pouvoir atteindre l'esprit qu'elle combattait... Le temps passa, minutes? Heures? Elle n'en savait rien, seulement des secondes probablement. Elle se battaient, tentant de résister, mais elle ne pouvait gagner, d'un coup ce qui pourrait être traduit par une vague titanesque sembla lui arriver dessus. Elle relacha tout et se retrouva dans son corps à quatre pattes, haletante...


[Kahlan] Tu as bien résister tout de même.

Auroe se releva, c'était reellement monstrueux... Elle ne pouvait le qualifier autrement. Elle se rassit et repris son souffle.

[Kahlan] Mais ce n'était pas pour ça que l'on voulait que tu prenne le controle de mon corps, je veux jouer du violon, je ne résisterais pas cette fois...

Le ton était enjoué, la jeune genin n'avait d'autres choix que de faire confiance. Elle se calma et ouvrit elle même un lien cette fois ci. La différence était notable... A peu prêt la différence entre un fleuve et un petit ruisseau... L'esprit de Kahlan était à nouveau calme, elle put s'y étendre et prendre le contrôle des différents sens sans combattre.
Elle placa le violon contre son cou, c'était étrange de se mouvoir dans le corps d'un autre... La première note fut fausse, il fallait qu'elle s'habitue à ses nouvelles mains... Après quelques minutes l'impression d'engourdissement disparut. Elle commencait à trouver des sensations qu'elle reconaissait... Elle joua le morceau, moins rapidement qu'elle l'aurait put mais ce n'était déjà pas si mal.

Lorsqu'elle eut finit elle alla retrouver son corps, il n'avait pas bougé, elle mit quelques instants à retrouver ses esprits et ses sens. Elle était tout de même mieux ainsi... Ses pouvoirs étaient assez amusants utiliser comme ceci... Mais en combat ce serait surement autre chose.


[Kahlan] Merci...

[Auroe] De rien... Mais ce n'est pas vraiment toi qui a jouer...

[Kahlan] C'est comme si, je crois que tu connais cette sensation.

Elle la conaissait, l'impression d'avoir le contrôle et de faire ce que l'on veut, sans que ce soit vrai... mais l'illusion est parfaite.
La faim empoigna Auroe, le soleil redescendait déjà... Il fallait qu'elle aille manger quelque chose, elle allait se lever lorsqu'elle pensa à Kahlan, elle était ici, seule, et n'avait rien pour déjeuner... Elle n'hésita pas longtemps et se tourna vers elle.


[Auroe] Viens à la maison avec moi.

La brunette tresaillit, c'était la première fois qu'Auroe la voyait trahir sa peur... Elle prit le bras de sa cousine sans rien ajouter et la guida à travers les rues encombré. Elle entendit à peine ses contestations, si elle voulait vraiment l'arrêter elle avait tout les moyens de le faire...
Devant la porte Kahlan s'immobilisa arrêtant net la course d'Auroe qui allait empoigner la clanche.


[Kahlan] Non... je ne peux pas.

[Auroe] Pourquoi?

Elle s'en doutait, elle avait fuit sa famille ou avait été abandonné, qu'elle ne veuille pas revoir ces adultes qui l'avaient trahit était normal...
Mais sa grand mère n'était pas comme ça... La fillette n'eut pourtant pas le temps de s'expliquer... Kahlan lui échappa, elle aurait voulut la rattrapper mais bien entendut elle ne put bouger, tout ses mouvements étaient bloqués...
Elle tenta de retrouver le contrôle de son corps mais Kahlan avait disparut depuis longtemps lorsqu'elle relacha son contrôle sur le corps d'Auroe...

Cette dernière n'insista pas, elle savait ou la trouver, elle irait une autre fois, elle n'avait pas envie de la forcer.
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 20 Juil - 23:44

[Venant du parc ]

Le jeune garçon n’était pas sorti indemne de son premier entraînement ninja. Il avait subi les illusions d’Auroe, sa première expérience en genjutsu avait été atroce mais autant le dire, mieux valait transformer ce bel après-midi en cauchemar plutôt que de mourir face à un ninja spécialiste en genjutsu. Cette voie était très dangereuse, et la jeune fille la magnait très bien.


Yosuke déambulait dans les ruelles sans regarder où il allait. Il effleura la peau de son poigné, elle était intacte. Kitana l’avait soigné avec une technique apprise le matin même. Elles étaient toutes les deux très douées, chacune avait su se perfectionner dans leurs voies respectives. Elles promettaient de devenir de grandes Kunoichi.
Yosuke lui, il ne promettait pas grand chose pour l’instant. La seule chose qui le distinguait des enfants normaux de son âge était sa maîtrise du chakra, chose élémentaire d’un shinobi qu’il avait eu tant de mal à découvrir.


Il se souvînt du jour de son entrée à l’Académie. Ce n’était pas si vieux, mais Jujuko lui avait demandé de choisir sa « voie ». Aujourd’hui tout paraissait plus clair. Auroe avait choisi le genjutsu et Kitana la médecine, des domaines dans lesquelles elles excellaient. Yosuke avait choisi le ninjutsu élémentaire mais il n’y connaissait toujours rien. Peut-être était-ce le signe que cette voie n’était pas faite pour lui tout simplement.
Le garçon était toujours perdu dans ses pensées, il contournait les passants presque inconsciemment. Les rues qu’ils empruntaient maintenant étaient plus larges et les maisons plus espacées. Mais qu’importe, il était en grande discussion avec lui-même et peut importait le lieu.


Chaque illusion aujourd’hui avait souligné un aspect réel de sa personnalité. La première, la plus stupide en soit, démontrait sa timidité. Il avait toujours été comme ça et il suffisait de quelques instants pour s’en apercevoir. C’était différent pourtant, tout d’abord le jour de son entrée à l’Académie et maintenant ça, elle devenait un énorme handicap. Il avait eu peur des ninja, il se sentait craintif et il avait compris qu’il n’avait pas du tout confiance en lui. Auroe pourrait toujours se recycler en psychologue si elle abandonnait la voie du ninja.


Quant à la deuxième illusion, elle fût plus douloureuse qu’instructive. Mais peut-être était-elle nécessaire ? Il faudra que son cauchemar s’arrête un jour et l’oubliait ne suffira pas.
Ils avaient parler de destin ou de hasard tout à l’heure, il ne savait pas trop en quoi il aurait cru à ce moment précis mais quelqu’un lui avait donné une chance de changer car quand il leva les yeux il se trouvait devant le cimetière de Konoha.


[ Arrow le cimetière ]


Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Sam 5 Aoû - 13:40

[ Auroe: +10XP RP ]
[ Yosuke: +2XP RP ]
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 8 Aoû - 0:31

[Venant de L'Armurerie ]

Il y avait donc plusieurs types d'attaques... Yosuke s'étonnait de ne pas y avoir songé cela paraissait tellement logique en y repensant mais la bataille n'avait pas été l'un des objectifs qu'il s'était fixé. Il voulait apprendre, faire des missions et monter en grade. Ca peut paraître ridicule comme ça, être étudiant à l'Académie rien que pour gagner du gallon, en se moquant éperdumment de tout ce que cela pouvait impliqué.

Comment allait-il donc attaquer ? Une question toute bête mais primordiale, son entraînement devra être basée sur une stratégie. Il n'avait pas les muscles, pas encore en tout cas, il devra donc utilisé sa cervelle. Puis le ninja qu'il voulait être, en tout cas comme il se l'était imaginé, ne serait en aucun cas un écervelé. Les stratégies militaires payent toujours, c'est bien connu, il fallait qu'il trouve la sienne.


[Yosuke] * Le vendeur parlait du combat à distance et d'arme de jet, c'est un homme d'expérience, je devrai l'écouter.*

Il effleura du doigt la poche droite de sa nouvelle veste, son kunai changeait d'appui à chaque pas réalisé. Ca permettait au garçon de savoir qu'il était toujours là, ça le rassurait un peu, il n'aimait pas perdre ses affaires. Il prît le chemin de la forêt.

[Yosuke] *Je dois m'entraîner tout seul cette fois. La dernière fois je n'avais pas le choix, sans genjutsu je ne pouvais pas apprendre le Kaï mais je dois me débrouiller tout seul maintenant. Et puis ca risque d'être...*

Il rougît un peu, il allait dire génant, c'est le mot qu'il aurait utilisé mais à vrai dire le mot catastrophique serait un peu plus approprié. Une belle humiliation...

[Yosuke] "Et puis peut-être pas ! Je dois resté motivé." Il gonfla son torse, pour se donner une pause plus virile, et se redonner confiance mais à vrai dire il avait l'air un peu ridicule. Il leva les yeux, les habitations de cette rue avaient plusieurs étages et formaient des complexes d'immeubles. "Et pourquoi ne pas commencer tout de suite d'ailleurs."

Il courût vers ce qui paraissait être un escalier de secours et estima qu'il faudrait sauter de palier en palier plutôt que de prendre les escaliers.

[Yosuke] * Les vrais ninjas arrivent à sauter l'immeuble en une fois, mais ça commencera mon adaptation.*

Il y avait 3 palliers, un pour chaque étage, il faudra donc réaliser quatre sauts pour atteindre le toit. L'exercice n'était pas très différent de ce qu'il avait fait la veille en pleine nuit, la hauteur paraissait juste plus imposante à la lumière du jour. Il dévalla donc la demi douzaine de mètre qui le séparait de la cage d'escaliers il malaxa son chakra tout le chemin durant comme il savait le faire maintenant, et il réunît les deux entités pour n'en faire qu'une seule au niveau de ses jambes au dernier moment. Le premier pallier était passé sans aucune difficulté mais il fallait garder le chakra constamment dans les jambes, il fallait faire quatre sauts sans aucun élan entre chacun d'eux, il était donc exclu de s'arrêter en court de route. Il prît beacoup d'appui pour le second saut et il fût réussi à la perfection. Le garçon le savait mais il n'avait pas le temps de s'en réjouir car il n'était qu'a mi-parcours. Au troisième, le bond était beaucoup moins haut que les précédents, il ne bénificiait plus du tout de l'élan du départ et Yosuke sentait bien qu'il ne pourrait surmonter le dernier obstacle. Il tenta quand même, en mettant toute sa force et tout son chakra dans ses jambes, pourtant le saut n'en fût pas énormément amélioré. De rage Yosuke s'aggripa au haut du muret qui était à sa hauteur.

[Yosuke] * Je ne passerai pas par les escaliers. *

Il n'avait toujours pas assez de force pour se soulever tout seul, mais le chakra n'avait pas été très performant pour le dernier saut. Sans trop d'espoir il malaxa et réunît les deux fluides dans les muscles des bras. A sa grande surprise sa force en fût sensiblement augmenté. Il pût se hisser pour atteindre le toit. Il regarda ses mains.

[Yosuke] * C'est bizarre...*

Il avait une idée en tête mais loin d'en être sûr, il préféra refaire un test avant. Il y avait trois blocs d'habitations les uns à côté des autres, séparés par deux ruelles. Il prît de l'élan, malaxa son chakra dans ses deux jambes et sauta. Il passa de justesse de l'autre côté. Insensible au fait qu'il venant de frôler la catastrophe, il malaxa de nouveau son chakra mais cette fois sur une partie bien précise des ses jambes, il se concentra sur les molets et les chevilles. Il reprît le même élan et sauta. Quand il fût de l'autre côté il se retourna, il avait sauta près de deux mètres plus loin qu'à l'essai précédent.

[Yosuke] " C'est bien ce que je pensais. "

Il termina son trajet en réalisant plusieurs tests de ce type jusqu'à en conclure qu'il fallait cibler précisement le muscle dont il avait besoin pour améliorer les effets. Tout content de ne pas avoir perdu son temps et des progrès, il descendît du dernier immeuble, la forêt interne devant ses yeux.

[ Arrow Forêt interne ]




Dernière édition par le Mer 9 Aoû - 23:27, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 9 Aoû - 16:41

[ +2 Xp petit RP]
Yuki Uch
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 12 Sep - 9:21

Les vandales des ruelles


Yuki revenait de l’académie ninja, à près s’être fait accepté quelques minutes auparavant. Il était tellement joyeux qu’il en faisait des bonds, tellement de bonds qu’on le prenait pour un fou. Certaines personnes l’interpellaient et lui demandaient ce qui lui valait une telle joie, il leur répondait invariablement qu’il était accepté à l’académie avec le plus grand sourire. Il continuait à faire des bonds jusqu’à une petite ruelle où il entendait des miaulements bizarres, comme ceux d’un chat maltraité. Il avança donc dans cette petite ruelle avec autant de courage qu’une grand ninja, enfin, parlons plutôt de témérité. Il vit trois garçons un peu plus vieux que lui en train de donner des coups de bâton à un chat, tellement terrorisé qu’il ne pouvait pas bouger. Il cria :

«Arrêtez !!! Laissez ce chat tranquille, il vous a fait quoi ?»

[Garçon]«Depuis quand ça regarde les mioches, dégage si tu veux pas que je te tapes, Ok ?»

Yuki ne bougea pas d’un pouce, on ne pouvait voir aucune peur dans ses yeux. Il souriait. Cette attitude énerva le garçon qui avait parlé, il semblait être le chef. D’un geste il fit venir ses camarades, le chat ne pouvait plus bouger, il était tellement blessé. Les trois garçons l’attaquèrent en même temps d’un coup de bâton chacun. Profitant de sa petite taille, Yuki se faufila entre ces vandales et prit le chat dans ses bras avant de s’enfuir en tirant la langue. Le chat miaulait un peu au début mais lécha Yuki d’affection quand il compris ce qu’il s’était passé. Les trois garçons lui couraient après. A la fin de la ruelle, ils débouchèrent sur une grande rue. Yuki continuait de courir mais les trois garçons renversèrent une vielle dame. Un ninja moyenne classe qui passait par-là passa un savon aux garnements, qui s’enfuirent et aida la vielle dame à se relever puis parti avec les remerciements de cette même personne. Yuki s’approcha de cette dame, pour s’excuser. Il avait lâché le chat

«Excusez-moi, madame, c’est après moi qu’ils courraient, je suis désolé.»

[Vielle dame]«Mais non c’est leur faute, mais pourquoi te courraient-ils après ?»

«Ils me courraient après parce que le chat que je tenais dans mes mains… Enfin, ils tapaient ce chat à coups de bâtons et je l’ai sauvé.»

[Vielle dame]«Mais ce n’est pas ta faute petit, c’est eux qui ont commencé. Tu as bien agis, bravo.»

Yuki remarqua que cette vielle dame avait des paquets de courses dans ses mains et qu’ils avaient l’air assez lourds. Il lui proposa son aide que la vielle dame accepta sans hésiter. Il portait un peu des paquets de la dame et ils avançaient en discutant un peu de tout, elle lui posait plein de question, comme une vielle dame et Yuki répondait. Il ne voulait pas paraître désagréable car il pensait encore que c’était de sa faute si cette dame s’était fait renversée. Ils arrivèrent enfin devant la maison de la vielle dame. Il y rentra pour déposer les paquets de courses et se prépara à s’en aller mais la vielle dame voulait le remercier. Elle lui donna d’abord un peu d’argent que Yuki refusa net, donc, utilisant son bon sens, la vielle dame donna des bonbons à Yuki que sa gourmandise l’empêcha de refuser. Puis, il put sortir, il rangea ses bonbons dans sa poche et continua sa route vers chez lui.

En marchant, il se rendit compte que le chat qu’il avait sauvé des voyous le suivait pas à pas. Il s’accroupi et regarda le chat, il était mignon et très beau, sa race était sans aucun doute un Russian Blue. Yuki en avait déjà vu un dans un magazine d’animaux. Il décida de le prendre sous son aile d’enfant et de gamin. Il le prit dans ses bras et continua de marcher en souriant comme un simple gamin. Il ne faisait plus des bonds mais semblait toujours très heureux et doublement à présent, d’une fois pour son entrée à l’académie et deux fois pour avoir recueilli un chat qui miaulait de joie sur son épaule. Il arriva devant sa maison. Alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui, il entendit une voix. C‘était celle d’un des vandales.


[Garçon 1]«Hey, demi-portion, on va te faire ta fête, Ok ? fils de riche, ton père aurait pu t’acheter un chat au lieu que tu vole le notre. Hein, les gars ?»

[Garçon 2&3] «Ouais, tu vas voir.»

«Ce n’est pas votre chat, ce n’est pas possible. Il vous fuit comme la peste, il est à moi et je m’en occuperai.»

[Garçons 1,2&3 ( en décalé )]«C’est ça, tu fera moins le malin quand tu seras rué de coups, on va te tabasser, allez.»

Les trois garçons se jetèrent sur lui brandissant leurs bâton en bois. Le regard de Yuki s’enflamma. Il mit le chat par terre pour qu’il parte et se mit en garde. Les coups de bâtons venaient de partout, mais Yuki parvenait à tous les esquiver mais n’avait pas de temps pour riposter. Puis, dans un élan, il sauta pour frapper un des voyous. Il y était presque mais un autre lui donna un coup de bâton alors qu’il n’était pas en garde. Il ne put esquiver. Il s’étala sur le sol. Les trois vandales continuait de lui porter des coups en l’insultant. Ce petit jeu dura quelques minutes jusqu’à que Yukiko arrive. Elle remarqua ce qui ce passait mais pas que c’était Yuki qui se prenait des coups. Elle les interpella :

[Yukiko]«Eh vous, qu’est-ce que vous faîtes ?»

Les vandales rompèrent leurs actions brutales et se tournèrent vers Yukiko qui les regardait d’un regard furieux. Yuki remarqua que c’était sa sœur et courra dans sa direction et lui expliqua rapidement la situation. Les trois garçons se mirent à rire de sa lâcheté mais Yukiko se prépara à leur passer un savon.

[Yukiko]«C’est comme ça que vous vous amuser ? En frappant les plus jeunes ? C’est vous les lâches. Vous voulez que je vous frappe, je suis Chuunin à Konoha depuis deux ans, ça vous va ? Je suis sûr que vous n’êtes pas capable de rentrer à l’académie, pauvres lavettes ! Au fait, Yuki, ça c’est passé comme ton exam ?»

«Bien, aucun problème j’ai été admis.»

[Yukiko]«Voilà, lui, il a fait un pas en avant par rapport à vous. A présent montrez que vous n’êtes pas des lâches et battez-vous en un contre un contre lui, montrez moi si vous en êtes capable !»

Quand ils apprirent que Yuki venait d’être accepté à l’académie ninja, les garçons blêmirent et devinrent blanc comme du blanc d’œuf. Yuki cria avant qu’ils ne s’enfuient qu’il était un Uchiwa, ce qui fit partir encore plus vite les garçons qui avait encore plus peur de répondre au défi de Yukiko. Elle éclata de rire mais à la vue des blessures de Yuki, elle décréta qui fallait mieux rentrer chez eux. Yuki appela le chat et rentra chez lui tranquillement.
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 18 Sep - 9:09

[ Yuki Uchiha: +4XP RP ]
Yuki Uch
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Sam 23 Sep - 20:54

[Post précédent de la sécquence : Arrow Ici]

Yuki revenait de la bibliothèque et allait vers la forêt interne, dans sa si belle clairière. Ce jour-là, il n’y avait aucune animation dans les rues, Yuki sentait que rien n’empêcherait cette journée d’être monotone, peut-être pas pour lui mais pour le village de Konoha. Il marchait tranquillement dans la rue, en regardant s’il n’y avait pas la moindre source d’animation pour se distraire simplement, sans grande animation. Il voulait un truc gentil, pas comme la bagarre qui avait éclatée quand il était revenu de l’Académie. C’est comme si le ciel exauça son vœux. Il remarqua d’un travers du regard, une troupe de gens et de la musique. Il s’en approcha, mais ne pouvait rien voir. Il se faufila dans la masse pour arriver au premier rang, ici, il remarqua que des enfants de son âge étaient assis. Il saisit l’occasion et s’assit aussi, à côté d’un garçon très intéressé par le spectacle qui semblait être de la musique au sens même. De la musique que Yuki aimait bien. Avant de retourner s’entraîner, il avait décidé d’écouter ce concert.

Quand le concert se fini, tout le monde parti sans un mot. Seul restaient deux personnes, lui et l’enfant à côté de qui il s’était assis à côté de lui. Yuki, lui, ne bougeait pas parce qu’il avait la flemme de se lever si vite, mais quand il tourna la tête, il remarqua que le garçon à côté de lui semblait totalement envahi par la musique, si bien qu’il ne bougeait plus, il devait rêver debout, enfin assis pour être exact. Yuki se leva puis s’accroupit à côté du garçon. Il passa sa main devant ses yeux. Aucune réaction. Yuki recommença son mouvement de main mais rien ne se passa. Yuki pensa que l’enfant en face lui se moquer de lui et il s’énerva, ce qui prouva que c’était un gamin complet. Donc, dans son énervement sans limite, il secoua l’enfant qui était en face de lui jusqu’à que celui-ci se réveille, là, il comprit qu’en fait, il ne se moquait pas de lui, il était réellement dans son monde, et Yuki se senti terriblement bête et inexcusable.


«Excuse-moi, je pensais que tu te moqué de moi, alors…enfin voilà, je suis un idiot, hein ?»

[Kanon]«Mais non, sans toi je serais restai là pendant des heures, à cause de la musique, quand j’en écoute, c’est comme ci je perds tout. J’ai l’impression d’être envoûté et séparé de tout. C’est bizarre hein ?»

«Ouais, c’est pas banal. Au fait, c’est quoi ton nom ? Moi je m’appelle Yuki Uchiha, de la grande famille Uchiha.»

Habituellement, Yuki ne parlait pas comme ça, mais face à un garçon de son âge, peut-être avait-il eu envie de frimer et de dire qu’il était issu d’une grande famille de ninja. D’ailleurs le jeune garçon en face de lui, semblait impressionné et mit du temps à répondre.

[Kanon]«Un Uchiha ? C’est génial. Moi c’est Kanon Hukimomaru de la petite famille Hukimomaru. Hun Hun.»

Le rire de celui qui se dénommait Kanon fit un peu peur à Yuki mais finalement ça allait. Yuki fit des adieux à Kanon disant qu’il était content de l’avoir rencontré et repris sa route.

Il se sentait observé et avait de plus en plus peur de ça mais continua son chemin
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 25 Sep - 20:30

[ Yuki Uchiha: +2XP RP ]

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 16 Oct - 22:47

Une lumière trop forte.

Un courant d'air froid venant chatouiller les orteils.

C'était trop. La jeune fille qui quelques instants plus tôt dormait profondément, ouvrit un oeil. Puis un autre.
Profondément enfoncée dans un tas informe de draps et de couvertures emmêlés, Jaïna s'étira en poussant un baillement sonore.
Elle jeta ensuite un coup d'oeil par la fenêtre dont elle avait oublié de fermer les volets : le soleil était encore très bas, elle aurait donc du temps avant d'aller à l'académie.

Les draps volèrent à travers la pièce, dévoilant Jaïna assise sur son lit qui tentait de ramener un peu de chaleur dans ses pieds en les frictionnant. Ils avaient malheureusement dépassés de l'amas de draps protecteur et avaient été exposés aux nombreux courants d'air de l'appartement.


*Arh ! C'est pas vrai ! C'est quoi cet appartement glacial...

Bon allez. Je ne vais pas laisser un peu de froid me gâcher ma première journée d'étudiante de Konoha tout de même.*


Elle eut vite fait de s'habiller et encore plus vite fait de déjeuner (c'était simple : il n'y avait rien à manger). La nouvelle étudiante réunit ensuite quelques affaires et sortit sans plus attendre, oubliant au passage de fermer à clé.

Une fois à l'extérieur du petit immeuble, elle s'arrêta pour profiter de l'air frais et du soleil. Quoiqu'il fasse encore un peu froid, le temps était magnifique et le soleil ne tarderait pas à réchauffer l'air. Un bon présage pour sa première journée.


*Ok. Je vais d'abord passer à l'armurerie. Si mes souvenirs sont bons c'est ce qu'il y a de plus près. Ensuite j'irai brièvement faire un tour à la bibliothèque Hiromida avant d'aller à l'Académie.
Allez. Voyons si je saurai trouver mon chemin.*


Elle arriva sans problème devant l'armurerie. Jaïna bénéficiait d'une excellente mémoire et comme elle était déjà passée devant le magasin la veille, il lui fut aisé de retrouver le trajet.

Jaïna entra dans l'armurerie.

Quelques minutes plus tard elle en ressortait en tenant dans ses mains un kunai dans son fourreau de cuir ainsi qu'un étui de cinq aiguilles. Un bref coup d'oeil à la position du soleil lui apprit qu'elle avait encore pas mal de temps devant elle. Avoir dû sauter -bien malgré elle- le petit déjeuner lui avait accordé un peu de temps supplémentaire.

Cela dit, il n'était pas question de traîner dans les rues pour autant. Plus tôt elle serait arrivée à la bibliothèque Hiromida, plus elle pourrait passer de temps à se renseigner sur ce fameux clan Hyuga. C'est donc au pas de course qu'elle traversa le village.

Alors qu'elle n'était plus qu'à quelques pâtés de maison de sa destination, une échoppe devant laquelle elle passait retint son attention.


*Hé une confiserie ! Ils ont peut-être des nougats au miel ? *

Malheureusement, elle avait continué à courir et comme elle ne regardait plus où elle allait ce qui devait arriver arriva. Elle ne vit pas la silhouette qui émergeait de la ruelle adjacente et la percuta de plein fouet. Sous le choc, elle laissa échapper ses achats qui volèrent un peu plus loin. Jaïna quand à elle, se retrouva les quatres fers en l'air, légèrement sonnée.

*Qu'est-ce que...*

Elle se releva en chancelant un peu et avisa l'inconnue qu'elle avait heurté.

"Non mais ça ne va pas la tête !? Tu ne pourrais pas regarder où tu vas non ? "

[Ouvert à qui le voudra ^^. Que les filles ne se sentent pas exclues je rajouterai un "e" à "l'inconnu" si besoin est Wink ]


Dernière édition par le Mar 17 Oct - 12:00, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 17 Oct - 10:43

[Je prend !!! Very Happy]

" Natsuhi !!! Natsuhi !!! Reviens ici tout de suite ! Natsuhi !!! "

Konoha, dans la matinée.... En plein millieux des rues de Konoha une jeune ninja avec une tenue de Jounin était en train de hurler et de courrir apres ce qui ressemblait a un fantome au jugé des cris qu'elle poussait. A moins que Natsuhi ne soit le nom d'un agent de Kiri qui s'était infiltré ou allez savoir quoi d'autre de dangereux vu qu'elle beuglait comme un veau qu'on égorge.

Mais qu'est ce qui avait bien pu se passer pour que les deux soeurs Yamanakas se retrouvent dans une telle situation ?

Remontons un peu en arrière dans le temps. Le matin même en fait.


[Natsuhi]" Rrrrr... Rrrrr... Rrrr..."

Natsuhi dormait paisiblement dans son lit en revant à son tendre village de kumo, a son petit copain qu'elle avait du abandonner là bas. Un sourire béat naissait sur son visage et un léger filet de bave se mit à couler depuis les comissures de ses lèvres tandis qu'elle se rapellait leurs embrassades timides cachés dans le grenier de sa maison. C'était le bon temps...

[???]" DEBOUT !"

En sursaut et completement en sueur, en nage, perdu et a des lieux de comprendre ce qui se passe Natsuhi se redresse sur son lit en haletant.

[Natsuhi]" Que... Que..."

Au dessus d'elle elle voyait le visage de sa soeur ainée, Deidara qui avait sa tête des mauvais jour. Un grand sourire sadique accroché au visage. A coup sur elle avait été recalé chez les Anbus et c'était Natsuhi qui allait payer pour sa déception. Elle ejecte littéralement les couvertures du lit les faisant voler contre le mur à coté. Elle a un grand sourire quand elle s'empare du bras de sa soeur cadette pour la forcer à sortir du lit.

[Deidara]" Aujourd'hui... Entrainement intensif. Tu t'habilles et on part tout de suite."

Elle ne lui demandait pas son avis bien évidemment... Ca n'aurait pas été drole si elle avait demandé à Natsuhi son avis. Elle qui voulait juste dormir tranquillement en attendant l'heure d'aller à l'Académie et voilà que sa cheereee soeur débarquait et foutait tout en l'air. Natsuhi se redresse maladroitement sur ses jambes et gromelle quelquechose à l'adresse de sa soeur qui ressemble vaguement à un "Ok ok... Je m'habille..."

Deidara sourit tres satisfaite d'elle même. Ya pas à dire elle était faite pour commander celle là. A se demander comment elle et Natsuhi pouvait avoir eu les même parents... C'était un grand mystere digne de celui de la Création. L'ainé des Yamanakas sortit de la chambre de sa Soeur laissant celle ci seule pour se vétir ce qui était une grossière erreur.


*Tu crois peut être que je vais venir avec toi ? Mais tu es folle ma vieille...*

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire Natsuhi s'habille avec les premieres affaires trouvés à sa portée. Celle qu'elle portait la veille, une tenue de ville banal qui ferait l'affaire. Elle fourre son argent dans ses poches et illico presto elle entrouve la fenetre et saute au dehors.

Mais elle est loin d'être une as de l'évasion, sa chute a fait un bruit de tout les diables. Elle part donc en courant aussi vite qu'elle peut tandis que a peine une minute apres elle entend sa soeur eructer dans sa chambre. Elle hurle de rage de s'être fait berner et quinze secondes apres elle est à la fenetre en train d'hurler à Natsuhi "Reviens ici !". Mais il était déja trop tard car sa soeur avait déja atteint le dédale des rues de Konoha.


C'était ainsi que Natsuhi avait débarqué dans les rues courant à perte haleine en regardant sans cesse par dessus son épaule pour voir si elle perdait du terrain ou si elle avait réussit à semer sa soeur.

Et ainsi ce qui devait arriver arriva, elle percuta de plein fouet une autre fille qui courait sans regarder. Les paquets de celle ci volerent un peu plus loin. Natsuhi finit à terre mais elle reprit ses esprits en un instant tandis que l'inconnue lui guelait dessus. C'était compréhensible il faut dire... Mais pour le moment elle était préssée.


[Jaina]" Non mais ça ne va pas la tête !? Tu ne pourrais pas regarder où tu vas non ? "

Elle ne lui répondit pas et se redressa rapidement avant d'aller se planquer à l'intérieur d'une échope toute proche. Elle chuchotait nerveusement à l'autre fille.

[Natsuhi]" Tu ne m'as pas vu !"

Quinze secondes plus tard à peine c'est une Deidara furieuse comme tout qui passe en coup de vent à l'endroit où sa soeur se tenait quelques instants plutot. Elle continue à hurler "Natsuhi ! Natsuhi !" mais elle s'éloigne et sitôt sa soeur partie la jeune Yamanaka sort en soufflant visiblement soulagée. Elle va s'accroupir pres de l'autre fille qui n'a pas du comprendre grand chose à ce qui vient de se passer.

[Natsuhi]" Désolée."

Elle lui fait un grand sourire tentant de paraitre amical mais en même temps elle jauge la fille qu'elle vient de renverser. Elle n'était pas bien vieille et apparament c'était une étudiante comme elle. Bien habillée, bien propre sur elle... Une copine potentielle quoi !

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 17 Oct - 21:26

La jeune fille qu'elle venait de percuter ne sembla pas se soucier d'elle et fila directement à l'intérieur de la confiserie responsable de la distraction de Jaïna. Elle lui lança ensuite sur un ton de conspiratrice:

[Natsuhi] "Tu ne m'as pas vu ! "

Jaïna haussa un sourcil et lui jeta un regard interloqué mais ne dit rien. A la place elle alla ramasser ses affaires. Alors qu'elle fixait le fourreau de kunai à sa jambe histoire de ne pas le perdre à nouveau en cas de collision, une jounin à l'air furieuse fait son apparition à l'autre bout de la ruelle dont a émergé Natsuhi.
Jaïna remarqua lorsque la poursuivante passa en trombe devant elle que cette dernière avait comme un petit air de famille avec la fille cachée dans l'échoppe. Mais avant qu'elle n'ait eu le temps de reconstituer le puzzle dans sa tête, la jounin avait déjà disparue dans une autre ruelle.
La fugitive sortit alors de sa cachette en soufflant avec un soulagement visible. Elle vint ensuite s'accroupir aux côtés de Jaïna qui terminait de ramasser les aiguilles qui s'étaient échappées de l'étui.


"Désolée." dit-elle en lui adressant un grand sourire amical.

Jaïna la détaille un instant de ses yeux blancs puis lui rend son sourire.

"Pas grave. A ce que je vois c'était un cas de force majeur alors... Et puis je dois bien avouer que les torts étaient partagés. Désolée de t'avoir crié dessus."

Elle se relève en époussetant ses vêtements. Heureusement, pas un accroc en vue. Cela aurait été bien gênant étant donné que la couture lui était à peu près aussi familère que le dressage de crocodiles enragés et qu'il n'y avait à présent plus personne chez elle pour recoudre à sa place.
Elle adresse un nouveau sourire à Natsuhi.


"Je ne pense pas me tromper en affirmant que tu t'appelles Natsuhi..." dit-elle en retenant un petit rire. "Moi c'est Jaïna."

Elle pointe du doigt la ruelle où a disparu Deidara.

"J'allais à la bibliothèque Hiromida avant... Avant que nous ne nous rencontrions. Si tu n'as rien prévu d'autre tu pourrais peut-être m'accompagner et m'expliquer le fin mot de cette histoire si ce n'est pas trop indiscret ? J'avoue que je suis curieuse de connaître la raison pour laquelle une jounin te courrais après. D'autant plus qu'elle avait l'air carrément furax."

Elle s'arrête un instant puis reprend sur un air de conspiratrice.

"Et puis si jamais elle se repointe je pourrais toujours tenter de l'envoyer sur une fausse piste pendant que tu te caches..."

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 18 Oct - 21:18

Natsuhi souriait amicalement à l'autre fille. Il faut dire qu'elle était plutôt jolie et sympathique. Une amie potentiel en somme, surtout qu'elle en aurait bien besoin d'amies elle qui était arrivée de Kumo il y a encore peu. Elle l'examinait plus attentivement, l'autre avait les yeux blancs. Des yeux blancs... Où avait elle bien pu entendre parler de ça ? Ca lui rapellait vaguement quelquechose sur les grandes familles de Konoha mais impossible de mettre la main dessus. Les grandes familles de Konoha n'étaient pas les même que celles de Kumo. Mais l'autre lui parlait déja avec un sourire, décidement cette fille lui plaisait !

[???] " Pas grave. A ce que je vois c'était un cas de force majeur alors... Et puis je dois bien avouer que les torts étaient partagés. Désolée de t'avoir crié dessus. "

Natsuhi hausse les épaules l'air de dire "ya pas de mal" puis les deux filles se redressent et de nouveau l'autre lui adresse un sourire. C'était à se demander si elle aussi n'était pas désireuse de se faire de nouveaux amis là. Mais ca n'en serais que plus utile. En plus elle faisait de l'humour tiens... Bon ok il y avait de quoi se moquer, la situation avait été assez risible et elle rirait encore plus quand elle lui aurait expliqué pourquoi elle courait ainsi tiens...

" Je ne pense pas me tromper en affirmant que tu t'appelles Natsuhi... Moi c'est Jaïna."

Natsuhi sourit de bon coeur, elle pouvait se moquer, c'était son droit. Puis Jaina ( joli nom d'ailleurs, ca lui rapellait un conte ancien... Elle retrouverait bien de quoi ca parlait ) pointe du doigt la ruelle où a disparu Deidara.

[Jaïna] " J'allais à la bibliothèque Hiromida avant... Avant que nous ne nous rencontrions. Si tu n'as rien prévu d'autre tu pourrais peut-être m'accompagner et m'expliquer le fin mot de cette histoire si ce n'est pas trop indiscret ? J'avoue que je suis curieuse de connaître la raison pour laquelle une jounin te courrais après. D'autant plus qu'elle avait l'air carrément furax."

Elle s'arrête un instant puis reprend sur un air de conspiratrice qui arrache un sourire amusée à Natsuhi.

[Jaïna] " Et puis si jamais elle se repointe je pourrais toujours tenter de l'envoyer sur une fausse piste pendant que tu te caches..."

Cette réplique adresse un sourire littéralement gigantesque à Natsuhi qui hoche vigoureusement du chef.

[Natsuhi] " Oh oui oui ! Protege moiiii. Et euh... Oui je m'apelle bien Natsuhi. T'es douée comme fille tu sais."

Elle pouffe de rire puis s'engage dans la direction que Jaïna a indiqué comme étant celle de la Bibliotheque Hiromida tout en parlant à sa nouvelle compagne de route.

[Natsuhi] " Moi je t'accompagne il n'y a aucun soucis. Comme ça j'aurai plus de chance de lui échapper. Et puis ca ne peut pas me faire de mal d'aller faire quelques recherches à la bibliotheque pour en apprendre un peu plus sur "l'art ninja".

Et... La Jounin qui vient de passer bien furax c'était ma chèreeee soeur ainé. Deidara. Elle n'est pas encore officiellement Jounin de Konoha mais elle a la tenue, je sais pas si tu as remarqué mais elle porte le bandeau de Kumo No Kuni. C'est de là qu'on vient... Enfin bref, elle me cherchait parceque j'ai "séché" la séance d'entrainement de ce matin et ca l'a pas mis de bon poil."


Elle adresse un sourire complice à Jaïna osant supposer que celle ci comprenne ce que c'est que de sécher un entrainement rébarbatif.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 26 Oct - 15:50

[Toutes mes excuses pour le retard : j'ai perdu ma connexion pendant une bonne semaine...]

Natsuhi semble ravie de la proposition de Jaïna. Pour un peu son sourire atteindrait presque ses oreilles...

[Natsuhi] "Oh oui oui ! Protege moiiii. Et euh... Oui je m'apelle bien Natsuhi. T'es douée comme fille tu sais."

Tandis que Natsuhi pouffe de rire devant une Jaïna amusée, les deux filles s'engagent dans la ruelle et la conversation s'engage.

[Natsuhi] "Moi je t'accompagne il n'y a aucun soucis. Comme ça j'aurai plus de chance de lui échapper. Et puis ca ne peut pas me faire de mal d'aller faire quelques recherches à la bibliotheque pour en apprendre un peu plus sur "l'art ninja".

Et... La Jounin qui vient de passer bien furax c'était ma chèreeee soeur ainé. Deidara. Elle n'est pas encore officiellement Jounin de Konoha mais elle a la tenue, je sais pas si tu as remarqué mais elle porte le bandeau de Kumo No Kuni. C'est de là qu'on vient... Enfin bref, elle me cherchait parceque j'ai "séché" la séance d'entrainement de ce matin et ca l'a pas mis de bon poil."


Un léger sourire vient se former sur les lèvres de Jaïna.

*Hé ! On dirait qu'elle s'entend aussi bien avec sa soeur que moi avec Hana. Mais là où j'ai un avantage incontestable, c'est que j'ai laissé Hana loin derrière moi en venant à Konoha...*

"Alors vous vous êtes installés ici il y a peu si je comprends bien. Moi aussi je suis nouvelle. Je suis arrivée hier. Bien que je ne sois pas venu d'aussi loin que Kumo."

Elle fronce les soucils. Kumo est pourtant un village ninja au même titre que Konoha et l'on ne peut pas dire qu'il soit moins puissant. Alors qu'est-ce qui avait bien pu poussé la famille de Natsuhi à partir. En auraient-ils été chassés ? Ou y aurait-il une autre raison ?
La jeune fille se dit que le plus simple était encore de poser la question au lieu de se poser des questions auxquelles elle ne pouvait répondre.


"Je peux te demander pourquoi vous avez quitté Kumo ? Qu'est-ce que Konoha a de plus ?"

*On dirait que j'ai de la chance. Elle a l'air sympa, elle est nouvelle aussi et on va se retrouver ensemble à l'Académie. Bref, toutes les conditions semblent réunies pour que l'on puisse devenir amies.
Ca me soulage un peu de savoir que je connaitrai quelqu'un de ma future classe.*

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 1 Nov - 13:03

[Suite de l'entraînement au chakra, et ici.
Désolé si j'interfère dans un Rp, mais y'a pas d'autre endroit pour poster cette partie.]

*Vite vite ! J’ai pas le temps là ! Allez cours un peu plus vite !*

Oroken avait quitté l’Académie à toute vitesse et parcourait les rues de Konoha. Il y avait encore pas mal de monde car c’était l’heure de fermeture de la plupart des magasins donc les propriétaires aussi bien que les derniers clients étaient encore dehors.

L’étudiant se faufilait à travers la foule le plus rapidement possible. Ca arrivait qu’il bouscule une ou deux personnes qui n’hésitaient à montrer leur mécontentement, mais ce n’était pas important puisque quelques secondes après il ne les voyait plus et ne savait pas s’il les recroiserait un jour.

Les bâtiments de chaque côté se succédaient très vite, sans parler des personnes qui entouraient Oroken. Il remarqua que plus il avançait moins c’était encombré, mais le monde gênait toujours sa progression, c’est pourquoi il décida de prendre un raccourci. Il s’engagea dès lors dans une ruelle adjacente à l’artère principale qu’il avait jusqu’ici emprunté, et augmenta le rythme.

A la première intersection il manqua de trébucher sur un chien qui fouillait dans des poubelles, à la seconde il faillit renverser une vieille dame qui déposait on ne sait quoi derrière sa maison. La troisième qu’il emprunta fut totalement dégagée et donnait, par le biais d’un petit chemin, sur une grande rue du village. C’était exactement ce qu’il voulait, il courut le long du chemin pour déboucher sur celle-ci.

Quelle ironie du sort ! C’est dans la rue la plus grande et la plus dégagée qu’il percuta de plein fouet quelque chose qui venait de sa droite et qu’il n’avait eu le temps de voir. La vitesse des deux corps fit que les deux jambes d’Oroken quittèrent le sol. Elles s’élevèrent à près d’un mètre du sol, et vinrent rejoindre le buste pour faire une belle horizontale.

Oroken s’écrasa au sol sur son dos et glissa sur un ou deux mètre avant que le poids de ses membres inférieurs lui fasse terminer sa chute par une petite roulade. Il se retrouva donc sur le ventre un peu sonné par ce vol plané. Il leva la tête pour voir ce qu’il s’était passé et vit non loin de lui une autre personne allongée dans la terre sablonneuse de la rue. Appremment il s’agissait aussi d’un garçon, à peu près du même âge.

Les deux personnes se relevèrent simultanément et se regardèrent un instant. Les deux garçons étaient couverts de poussière. L’inconnu tapa ses habits afin d’en enlever le plus possible et s’approcha d’Oroken.


[Garçon] – Excusez moi monsieur, je suis pressé je n’ai pas regardé ou j’allais.

[Oroken] – Monsieur ?

[Garçon] – Et bien oui… Ca vous dérange qu’on vous appelle monsieur ?

[Oroken] – T’as quel âge ?

[Garçon] – Douze ans pourquoi ?

[Oroken] – Hum hum… J’en ai treize.

[Garçon] – Hein ?! Tu t’fous d’moi ?!

[Oroken] – Devine.

[Garçon] – Ah… Bah s’cuse moi de t’avoir appelé comme ça et de t’avoir renversé. Bon c’est pas tout ça mais j’dois aller retirer mon salaire. Ca s’trouve tous les étudiants l’ont déjà fait.

[Oroken] – Les étudiants ? T’es de l’Académie ?

[Garçon] – Bah ouais pourquoi ?

[Oroken] – Et t’as un salaire ?

[Garçon] – Bah comme tous les étudiants ! *En riant*

[Oroken] – Et on le retire ou cet argent ?

[Garçon] – Bah à la banque ! T’es étudiant aussi ?

[Oroken] – Ouais. *Bien froid*

[Garçon] – Bah on n’a qu’à y aller ensemble. Surtout qu’on est un peu charrette là ! En plus les employés n’aiment pas qu’on vienne prendre notre argent trop tard, en plus vu l’heure. J’ai jamais compris pourquoi. Au final, ils s’en foutent puis qu’il est stocké et qu’ils ne s’en occupent que pour nous le donner… M’enfin tu sa…

[Oroken] – On y va ? *Presque agacé*

[Garçon] – Ah euh … ouais c’est vrai on est en retard…

Les deux enfants se mirent en route rapidement, car comme l’avait si bien répété cet autre étudiant, la banque était sur le point de fermer elle aussi et il fallait se dépêcher de retirer son salaire sous peine de rendre le personnelle peu agréable. Ils empruntèrent le chemin le plus court qui les séparait de la banque.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 2 Nov - 19:26

[Je commence ici, car je n’allais pas faire le début au bar (si petit soit-il) et la suite dans les ruelles.]

Une fois arrivé devant le seuil du bar quelque chose choqua Kyuza.

*Putain le con, il a payé à ma place.*

Il sortit son portefeuille et prit trois yens.

« Tiens. Je sais pas si tu l’as remarqué mais t’as payé à ma place. Tu penses à rien. »

Les deux étudiants marchaient dans les rues de Konoha, il n’y avait que peut de personnes.
L’heure que Toturi avait choisie pour l’entraînement était parfaite pour le jeune shinobi. Pas trop tôt ni trop tard. Si il avait proposé une heure matinale,Kyuza aurait du négocier pour ne pas ce lever avec son réveil.


« Pas de problème, on ce rejoint devant la forêt et je t’y emmènerais. Pour Tsubaki je rigolais, si elle veut vraiment nous trouver elle nous trouvera. Et puis je ne pense pas qu’elle va ce lever en ce disant : « Tien. J’irais bien voir Kyuza et Toturi pour leur mettre une petite raclée. ». »

Le shinobi vit que son aîné attendait quelque chose de lui, mais il ne voyait pas quoi.

*Mmm. Que veut-il. Je lui ais remboursé son argent.*

Il fit un bon dans le passé pour trouver le hic.

*Là, il va me dire d’arrêter le saké. J’ai complètement oublié de lui répondre au sujet de l’endroit où je dormais.*

Il ce passa la main derrière la tête en rigolant et lui repondit (en retard).

« Ha, sinon je dors dans un logement, que je paye à l’académie. En fait mes parents habitent dans une ferme. Je n’allais pas leur faire abandonner leur maison et leur moyen de revenu pour mes études. Donc du coup, je me retrouve tout seul à Konoha avec mes moyens. »

Les deux shinobi arrivèrent à une intersection.

« Bon je ne sais pas toi mais moi je vais à droite. »



MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Ven 3 Nov - 3:52

"Moi aussi, je vais faire un petit détour car j'aime bien marcher quand je bois. Demain l'entrainement est à huit heures, il faut que je désoule un peu. Ah, au fait, tes trois yens, c'est au barman que tu les dois. Moi, j'ai payé mes quatre saké et ma tournée... mais comme tu à l'air honnête, je suis sûr qu'il ne t'en voudra pas."

Toturi ne regardait plus Kyuza. Comme à son habitude lorsqu'il parlait en marchant, il fixait droit devant lui. Konoha était calme en cette froide nuit de printemps et Toturi se concentrait pour s'orienter dans ce village qu'il ne connaissait pas encore bien. Puis, son attention se tourna de nouveau vers Kyuza et, très sérieusement, il reprit la parole :

"Pourquoi veux-tu devenir ninja ?... si ce n'est pas trop indiscret."

Il ne savait pas comment aller réagir son compagnon, car cette question, il s'en doutait, était susceptible de braquer certaines personnes. Surtout qu'ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes. Mais, Toturi aimait aller au delà des discussions superficielles et connaître les gens en profondeur ; c'est un passage obligé vers de nouvelles amitiés.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Ven 3 Nov - 14:29

[Toturi] :"Moi aussi, je vais faire un petit détour car j'aime bien marcher quand je bois. Demain l'entraînement est à huit heures, il faut que je désoule un peu. Ah, au fait, tes trois yens, c'est au barman que tu les dois. Moi, j'ai payé mes quatre saké et ma tournée... mais comme tu à l'air honnête, je suis sûr qu'il ne t'en voudra pas."

Quand il eu finit sa phrase Kyuza ce sentit un peut…con. Les trois bols de saké lui avaient –ils montés à la tête. En tout cas il ce devait de lui rembourser sa dette.

« Putain le con. Peut-être que j’ai l’air honnête mais lui voudrait surment son argent et puis comme il m’a examiné pour mon bol, il va sans doute me reconnaître la prochaine fois. Je suis désolé mais je vais devoir y retourner. »

Et il partit en courant pour pouvoir payer ses bols. Le chinobi avait horreur de devoir de quelque chose au gens. Et puis, volé c’est mal…
Quand il arriva dans le bar le barman le reconnut direct et s’approcha de lui avec un étrange sourire.


[Barman] : « Désirez-vous quelque chose mon bon monsieur ? »

Kyuza mit sa main sur la nuque et lui retourna le faux sourire.

« Hé bien, je désirais vous remettre votre argent, pour les trois sakés que je vous ai acheté. »

Il prit cinq yens et lui remit lui faisant signe qu’il pouvait garder la money et partit en s’excusant.
Quelques minutes plus tard il avait rejoint Toturi.


« Désolé, je ne supporte pas devoir quelque chose à quelqu’un. »

[Toturi] : "Pourquoi veux-tu devenir ninja ?... si ce n'est pas trop indiscret."

Un blanc était apparut. L’étudiant ne savait quoi répondre. Ce genre de situation retirait toujours la joie du moment, qui par la suite est difficile à remettre. Mais il ce disait qu’il pouvait lui dire. C’était une personne de confiance à qui il pouvait ce confier. Il eu un petit sourire avant de répondre .

« J’ai prit la décision de devenir ninja il y a huit ans……C’est à cette époque où mon frère a été……tué. Au début c’était pour me venger, mais mon grand-père m’a sauvé des ténèbres. Il m’a ramené à la raison. Il m’a dit que si je le vengeais, il aurait quelqu’un pour venger celui que j’aurais tué et ainsi de suite. Donc il fallait résoudre le problème à la racine. Pour qu’il y ai moins d’adolescents qui ne savent utiliser la violence à bon escient, il faut les éduquer. Et donc j’ai décidé de les éduquer en devenant sensei. Ce grade représente beaucoup pour moi. Si je l’atteints ça voudra dire que je serais aussi capable de protéger et de venir en aide. »

C’était la première fois depuis qu’il était arriver qu’il racontait son histoire à quelqu’un qu’il appréciait. Mais il avait trouvé ça agréable. Enfin il pouvait ce confier à un personne.

« Voilà maintenant tu connais toute mon histoire. En revanche, moi je ne sais pas pourquoi tu veux devenir ninja. Si ce n’ai pas trop indiscret. »

En attendant la réponse il s’alluma une cigarette.



MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 5 Nov - 5:38

« Je suis heureux que tu ais pu profiter de la sagesse de ton ancien. La vengeance est un schéma si classique, mais pourtant si efficace chez les gens peu instruits. Je me réjouis donc que l'expérience de ton grand-père n'ai pas été une lanterne qui éclaire dans le dos, comme on dit. Il a dû te ressortir la célèbre phrase de Bouddha : « si la haine répond à la haine, comment finira t' elle ? » »

Toturi était désormais tout ce qu'il y a de plus sérieux. Il aimait étaler sa science pour éclairer les autres. Néanmoins, cela lui jouait des tours de temps à autre. Ainsi, certains auditeurs le considéraient arrogant, ou trop sûr de lui dans son discours, et cela pouvait déboucher sur de longs débats effrénés mais constructifs. D'autres écoutaient et acquiesçaient, même s'ils songeaient que le moment n'était pas toujours approprié pour tenir de pareils propos. Enfin, la dernière grande catégorie approuvait totalement son point de vue... et comme il aimait avoir raison !

« Si je suis ici, c'est avant tout pour perfectionner mon corps et mon esprit. Une fois que je serai purifié, je souhaite tester ma capacité à endosser des responsabilités. Puis, si j'en suis digne, j'aimerai monter haut dans la hiérarchie pour faire entendre ma voix et ainsi pouvoir aider le peuple à ma manière, et pas seulement celui de Konoha. »

Le jeune homme se tourna vers Kyuza qui semblait sceptique. Il soupira brièvement avant de continuer :

« Ne crois surtout pas que je recherche le pouvoir ; j'aurais choisi un autre chemin si tel était le cas. Je souhaite donner le pouvoir au peuple à travers ma personne, et c'est totalement différent ! Je suis conscient que cela représente un projet très ambitieux, mais je compte tout faire pour le réaliser. Par contre, m'exposer à la possibilité de devenir un despote me rend malade, et c'est pour ça que je prends mon temps. Si un jour cela devait arriver, n'hésites pas à me tuer Kyuza, je te le demande comme une faveur ! Car cela nécessite forcément de lourdes responsabilités, comme le poste de Hokage par exemple. C'est pour ça que je n'ai pas le droit à l'erreur ! »

Toturi se tourna de nouveau vers son auditeur. Il fixait l'horizon et semblait plongé dans une profonde réflexion. En regardant son visage d'inconnu, Toturi se rendit compte qu'il venait d'avouer son dessein le plus intime à quelqu'un qui ne lui était même pas familier.

*Merde, je me suis encore enflammé ! J'espère au moins que je l'ai pas trop saoulé. Ca se trouve, il va me prendre pour un con... tant pis, j'ai été sincère, et c'est ce qui compte après tout !*

Conscient qu'il était urgent de changer de sujet, Toturi reprit la parle :

"Au fait, est-ce que tu l'as déjà rencontré le Hokage ?"

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 5 Nov - 15:07

En somme, les deux shinobi avaient un objectif pas si différent. Venir en aide. Kyuza pensait être le seule à avoir eu un raisonnement qui menait au un autre objectif que de ce venger.
Le jeune étudiant trouvait que objectif de Toturi était bien plus honorable. Il voyait plus loin. Sauf que le plus jeune cherchait aussi le contacte humain, si important pour lui. Un sourire peu procurer tant de joie quand il est sincère.


[Toturi] : "Au fait, est-ce que tu l'as déjà rencontré le Hokage ?"

« HA ahh, bonne question. Hé bien non. Et je pense que tu peineras à en trouver un en ce moment. Car le petit soucie c’est que Konoha est un des rares villages à ne pas avoir de Hokage. Mais j’avais entendu dire qu’il y avait eu une mission pour le retrouver. Je ne sais pas où ça en est. En remarque si il n’y à pas de Hokage ça te facilitera la tâche pour l’être. Mais bon ça serait cool qu’il y en ai un de ces quatre. »

Ils étaient arrivés devant l’appartement de Kyuza. Seul lui le savait.

*Bon je fais quoi ? J’aimerais bien l’inviter chez moi mais c’est chaud, demain il veut que l’on soit près à s’entraîner à huit heure. Mais bon la politesse veut que je lui propose. C’est parti.*

Il regarda Toturi en s’arrêtant.

« Bien nous voilà chez moi. Si tu veux je peux te payer un verre, y’a pas de problème. C’est toi qui vois. Après si tu ne sais pas où est ton appart’ je peux t’accompagner. Tu ne connais pas très bien le village après tout. »

[A partir de demain je ne serais présent que le week-end Pas cool . Donc je ne sais pas comment on va faire pour le RP entraînement Laughing .]



MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Lun 6 Nov - 1:15

*Apparement, je l'ais pas trop saoulé puisque qu'il m'invite à boire un dernier verre... C'est peut être pas très judicieux, à tous les coups je vais finir la bouteille et rentrer complétement mort... et demain ça va être la catastrophe pour se lever et pour m'entrainer... et en plus, ça fait pas très crédible après le propos que je viens de tenir... en tout cas, c'est pas l'envie qui manque !*

"Non, pas ce soir car il est déjà tard et je suis fatigué. En plus, j'ai entrainement à huit heures. Mais c'est gentil d'avoir proposé. Alors demain, seize heures trente devant l'académie, avec nos affaires de camping, d'accord ?"

Kyuza acquiesça. Toturi lui sourit et reprit sa marche vers les hauteurs de Konoha. Sans se retourner, et tout en levant la main, il lanca :

"Bonne nuit et repose toi bien ! J'ai hâte de voir de quoi tu es capable, alors ne me déçois pas pour cause de sommeil insuffisant !"

Puis, il s'enfonca dans les sombres rues du village pour rejoindre sa chambre douillette. Sur le chemin, il s'aperçut que même malgré l'alcool, il grelotait. Cela le poussa à presser le pas, mais que les distances semblent rallongées la nuit, lorsqu'il n'y a pas un bruit, et qui plus est quand l'hiver ne veut pas laisser sa place. Avec peine, il regagna son nid et se coucha directement.

*Vivement l'été !* songea t'il avant de s'égarer dans le royaume de Morphée.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   

Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les ruelles de Konoha
» Cimetière de Konoha
» Course poursuite dans les ruelles
» Hopital de Konoha
» Armurerie de Konoha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-