Partagez | 
 

 Des aiguilles [FT. Kokuryu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Des aiguilles [FT. Kokuryu]   Sam 11 Juil - 18:56

Il ne faisait pas beau à Konoha. Le ciel, d'un gris noir, n'augurait rien de bon. Il pleuvait des cornes et des éclairs rugissait ici et là. Personnellement, j'avais toujours apprécier les journées comme celle-ci. Le village était plus calme, la pluie avait quelque chose de réconfortant. Je m'étais toujours bien sentie dans l'eau et depuis toute petite, lorsqu'il pleuvait ainsi, je tirais un malin plaisir à aller jouer dans les flaques dehors. Mes parents n'aimaient pas tellement ça. Ils percevaient ça comme des distractions superflus.

J'avais cours aujourd'hui et par chance, le temps n'avait pas changer l'idée de notre professeur. Le cours allait se faire dehors, que nous le voulions où non. Et quand Fumiko te disais de sortir ton cul de l’enceinte de l'académie pour aller dans les jardins, tu te fermes la bouche et tu obéis.

L’entraînement qu'elle nous avait construite avait quelque chose de très intéressant. C'était une façon de travailler les bases, tout en restant original. Elle avait conçu quelque chose de simple et qui réutilisait une idée si souvent travailler – celle de lancer des trucs – et l'avait rendu intéressante.


Fumiko – Aujourd'hui nous all...

Un coup de tonner interrompis

Fumiko – Nous allons travailler votre concentration. En tant que Shinobi, vous devez toujours garder en tête que ce que vous voyer, n'est pas important. Vous devez porter attention à votre environnement autrement que par la vue.

Elle sortie d'une boite des aiguilles et des bandeaux. Au bout des aiguilles, il y avait des petites clochettes.

Fumiko – Vous aller vous mettre en équipe de deux. L'un de vous deux se cachera les yeux avec le bandeau, alors que l'autre devra lancer une aiguille. Vous ne devez PAS éviter l'aiguille. Vous aller devoir l'attraper en ayant confiance dans vos sens.

Cela avait quelque chose à la fois d'intéressant et de mystérieusement terrifiant. Il y avait tellement de bruit présentement, avec les coups de tonner, avec la pluie. Comment allons-nous être en mesure d'attraper une si petite chose?

À cet instant, Fumiko prit un bandeau et me donna cinq aiguilles. Elle prit une distance entre elle et moi et enfila le bandeau.


Fumiko – Pour ceux de vous qui croyez que cet entraînement est impossible, regarder. Daiisu, c'est quand tu veux.

Elle voulait nous faire une démonstration. Je pris une aiguille dans la main droite et la lui balança. Elle l'attrapa comme si de rien était. Cela avait quelque chose d'impressionnant. Sans attendre, je lui en lança une seconde. Elle la rattrapa en plein vol avec une telle facilité que cela me mettais sur le cul. Je lui en lança une troisième, rapidement suivi d'une quatrième et d'une cinquième. Le son des cloches se superposait. Allait-elle être capable de tous les attraper?

Sans le moindre problème.

Elle retira son bandeau et revint vers moi. Elle me remit les articles et poursuivi.


Fumiko – En groupe de deux et éloignez-vous pour ne pas entendre les cloches des autres groupes.

Je ramassa le premier étudiant. Il s'agissait d'un jeune homme blond que je n'avais encore jamais vu.



~ Daiisu's Theme Song ~
Kokuryu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Des aiguilles [FT. Kokuryu]   Sam 11 Juil - 19:40

Jour de pluie, jour de cours et en plus le professeur c’est Fumiko. Décidément Kokuryu ne sentait pas cette journée, il n’allait pas être déçu. A peine le cour avait-il commencé que déjà le jeune homme appréhendait la suite. Lancer des aiguille par temps de pluie mais qu’avait elle a travers la tête, il se voyait déjà comme une vulgaire caricature de cactus. Alors Fumiko fit une démonstration avec Daiisu, comme tous autour de lui il resta bouche bée devant la performance de la shinobi. Comment avait-elle bien pu arriver à un tel résultat. Son entrainement avait dû être drastique aussi le petit aspirant qu’il était commençait à réellement réaliser le chemin qu’il allait devoir parcourir. C’est alors que Daiisu s’approcha de lui. Ne L’ayant jamais vue Kokuryu commença par se présenter se penchant en avant par signe de respect envers sa camarade il déclara

« Kokuryu Aisu enchanté de faire votre connaissance »

Tout en se redressant Kokuryu tendit la main vers la jeune femme, il eut un sourire amusé et après avoir été coupé à deux reprise par un éclair il dit :

« Je vais commencer avec le bandeau ça te va ? »

Après s’être bandé les yeux Kokuryu baissa la tête, il cherchait à faire le vide en lui mais une seule chose occupait ses pensées, l’appréhension de la douleur. Relevant la tête il fit signe a sa camarade de commencer l’exercice. Il discernait le bruit des gouttes, celui du tonnerre ainsi que celui de ses camarades qui venait d’échoué et poussait des petits bruits de douleur. Mais il n’entendit pas la première aiguille qui vint se planter dans son épaule. Le cri qu’il lança n’eut rien de viril bien au contraire puis réalisant ce qu’il venait de se passer il s’exclama tout en enlevant l’aiguille de sa peau.

« Ma veste !!!!!!! »

Ce costume il l’avait fini il y a de cela a peine quelques jours et déjà il devait le réparer, l’enjeu de l’entrainement avait changé. Il devait désormais protéger sa création. Déterminer il se remit en position et fit a nouveaux signe à Daiisu. Vinrent alors la deuxième puis la troisième aiguille qu’il rata de peu. Deux nouveaux accros trônaient sur sa veste. Il devait se concentrer sur le bruit, il n’était pas loin d’y parvenir mais qu’es ce qui l’empêchait de franchir le pas ? Kokuryu prit une grande inspiration, d’un signe de pouce ultra cool il indiqua à la jeune femme qu’il était prêt. La quatrième aiguille fusa et cette fois ci Kokuryu bougeât, sa main parti en même temps qu’un éclair éclata. Il le savait, il le sentait c’était la bonne ! Mais ce fut un échec critique Kokuryu sentit l’aiguille le frapper dans le dos, trouant une nouvelle fois sa précieuse veste. Dernier essaie Kokuryu n’y croyait plus et était a deux doigt de jeter l’éponge. D’une geste désespéré il fit signe une dernière fois a sa camarade.

*De toute façon ma veste est déjà… glllinng….foutu !*

Il venait d’entendre la clochette, sa main bougeât, certes trop tard mais son petit doigt frôla le métal froid de la clochette. Il avait progressé même si l’exercice était un échec critique pour lui il en était tout de même content, à tel point que même sa veste troué ne le démoralisait plus. Retirant le bandeau il s’adressa à Daiisu.

« T’as vue ca !!!! allé a toi d’essayer ! »
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Des aiguilles [FT. Kokuryu]   Sam 11 Juil - 20:35

Kokuryu - Kokuryu Aisu enchanté de faire votre connaissance.

Tiens, un Aisu. Je n'avais aucun souvenir de cette personne. Je souris un instant. Pas par politesse, mais parce que son nom me faisait bien rire. Je ne voulais pas être méchante ni rien, jusque ce n'était pas tout les jours qu'on rencontrait quelqu'un avec un nom qui ressemblait à Cocu. Je me présenta sommairement, je n'avais que faire de ce genre d'exercices de bonne séance, coutume dans le clan.


Daiisu - Daiisu Aisu. Enchantée.

Voilà. Simple, rapide, efficace. Maintenant, il me tendit la main. La bonne séance, encore une fois, mon conseillait de la lui serrer, mais quelque chose ne m'en donnait pas envie. Aller, ce n'était pas le moment de se faire détestable. Je la lui serrais en ajoutant un sourire un peu hypocrite. Il était comme trop gentil.


Kokuryu - Je vais commencer avec le bandeau ça te va ?

L'un où l'autre, cela n'allait rien changer. Nous allions, au final, tous lancer et tous recevoir des aiguilles. S'il avait envie d'ouvrir le bal, faisons cela comme ça. Il ramassa le bandeau et s'éloigna un peu de moi. Les autres avaient déjà commencés, sans doute parce qu'ils n'avaient pas perdu de temps en banalité et en baliverne.

Nous avions à peu près dix aiguilles avec dix clochettes d'accrocher. J'aimai bien l'idée de cet entraînement. Franchement, cela allait me changer des shuriken en bois et de la violence brute d'Hikari. Ça c'était plus raffiné, plus féminin comme entraînement.

Lorsqu'il me fit signe, je lui balança une aiguille qui alla se loger directement dans son épaule. Je trouvais un peu ridicule l'idée de venir en cours habiller de cette façon, ce n'était pas la meilleure tenu étant donné notre situation. Il était classe, il avait un de ses charmes. Il n'était pas physiquement laid, mais dans l'univers que nous allons évoluer, il allait sans doute rapidement comprendre qu'un costar cravate n'était sans doute pas la chose la plus utile au monde. Surtout s'il porte autant d'attention à ses vêtements.

Je lui en lança un second, puis un troisième. Tous rentrèrent dans son corps. Je grimaça. J'avais quand même mal pour lui. L'idée de recevoir des aiguilles dans le corps ne m’enchantaient pas non plus, mais niveau douleur, j'avais connu pire. Sans doute.

Au final, il avait failli en attraper une sur les dix. Le pire c'était qu'il était fier d'avoir presque réussi à en attraper une. Presque n'est pas.


Daiisu – Ça va aller?

Lui dis-je lorsqu'il m'apporta le bandeau et les aiguilles. Son chemiser blanc était devenu rouge à certain endroit. Les aiguilles n'étaient pas assez grosse pour causer de réel dommage, mais la perte de sang était une autre histoire. Surtout que je n'avais manquer que 2 aiguilles – lancé en même temps qu'un éclair qui me fit sursauter au moment de l'envoie. - J'avais fait le saut de ma vie oui.

Il me fit signe qu'il allait bien et je n'allais pas passer plus de temps à débattre de la véracité de ses propos. J'avais à me concentrer sur ce que je devais faire. Comment allais-je bien faire pour attraper des aiguilles en plein vol.

J'enfilai le bandeau et pris une ou deux minutes afin de faire le vide. Mes entraînement sous la cascade m'avaient bien aider à accélérer le processus de vide intérieur. Mais cette sensation qui s'accompagnait du vide, je ne l'avais encore jamais sentie ainsi. Cela avait quelque chose de magique. Je pouvais sentir chaque gouttelette d'eau se déposer sur ma peau. J'entendais la nature vivre. Cela avait quelque chose de réconfortant et de puissant à la fois. Les éclairs, au loin, avait un bruit lourd, mais oh combien apaisant. J'étais prête à recevoir les projectiles.

Je fit signe à mon collègue qui m'envoya la première. J'entendis à peine la clochette, pas assez pour l'arrêter. L'aiguille se planta dans ma jambe. La douleur m'envahit. Je perdis ma concentration l'espace d'un instant. Je retira l'aiguille et lui fit signe de m'envoyer la prochaine. Elle alla s'écraser à côté de moi. Je devais avouer qu'il n'était pas facile de lancer de si petite aiguille avec cette température. Il m'en envoyer une troisième, puis une quatrième. J'avais réussis à attraper la troisième, mais je ne m'attendais pas à la quatrième qui se plante dans un des mes seins. La douleuuuuur mes amis. La cinquième ne m'atteignit pas.

Il en lança une sixième que j’attrapai par la clochette. DE JUSTESSE que je m'étais dis. Hey bien non, le fil retenant la clochette rompis et l'aiguille poursuivi son chemin frôlant mon cou.


Fumiko – Ah oui, je ne vous l'avais pas dit, mais vous ne pouvez pas les attraper par la clochette, c'est un fil spécial.

Et c'est maintenant qu'elle nous le disait?

Il lança les quatre derniers un à la suite de l'autre ce fou. Je pu en attraper un et dévier le second, mais les deux autres me perforèrent le bras. L’entraînement était terminé de mon côté.

Je retira le bandeau puis les aiguilles afin de regarder l'étendu des dégâts. Des petits trou ici et là rien de plus. Une douleur vive au seins. Cela allait faire une cicatrice bien mal placé.



~ Daiisu's Theme Song ~
Kokuryu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Des aiguilles [FT. Kokuryu]   Sam 11 Juil - 21:50

« Ca va aller ? »

Daiisu venait elle de s’intéresser a sa condition ? Non impossible qu’une personne comme elle puisse agir ainsi, quoi que… Kokuryu resta quelques peu bouche bée alors que la jeune femme passait a côté de lui pour aller se mettre en position. Alors qu’elle faisait le vide en elle le jeune homme eut le temps de l’observer un peu. Sa beauté était franche, incontestable se disait-il mais il avait appris avec le temps que les plus belles choses de ce monde étaient aussi les plus mortel. Aussi valait-il mieux rester prudent d’autant plus qu’étant issus de la caste principale de son clan Kokuryu n’aurait certainement pas le droit à l’erreur avec elle. Mais ils étaient en plein cours et très vites ses obligations le rappelèrent à l’ordre.

Daiisu venait de lui faire signe, aussi il projeta vers elle la première aiguille. N’étant pas familier de ce genre d’arme son lancer était fort approximatif pas étonnant que sa camarade n’ait pas réussit a l’intercepter. Il n’y avait rien d’étonnant non plus dans le fait qu’il rate sa cible au lancer suivant. Le jeune homme devait surpasser le froid et la douleur musculaire encore présente dues aux aiguilles reçues plus tôt.

Se reprenant Kokuryu réalisa un bon lancer, la courbe était régulière et franche. Il y croyait dur comme fer mais il ne put contenir sa joie alors que Daiisu stoppait net l’aiguille. Cependant dans sa joie il enchaina une autre aiguille qui atterrit directement dans la poitrine de la jeune femme. Kokuryu se sentit fort bête quant au résultat de son tir.

Il était tellement perturbé qu’il en rata son cinquième tir. Au sixième Kokuryu crut que son cœur allé s’arrêter, aussi il se dit que plus vite il aurait lancé ses aiguilles plus vite elle serait en sécurité. Erreur, en débitant ses aiguilles les unes après les autres il augmenta le danger de l’exercice. Le résultat fut catastrophique Daiisu avait le bras perforé. Le jeune homme se rua vers elle l’air très embarrassé.

« Ho merde ! ça va ? Désolé viens je t’amène a l’infirmerie faut pas laisser ça comme ça ! »

L’aidant à se relever Kokuryu fit un signe a leur professeur d’approcher.

« Je l’amène à l’infirmerie tout est de ma faute… »

Fumiko l’autorisa d’un signe de tête et alors que les deux jeunes étaient en train de s’en aller la jeune professeur lança d’un ton sec.

« Kokuryu Aisu tu passeras dans mon bureau plus tard pas d’échappatoire possible gamin tu vas en chier crois-moi ! »

Je vous l’avait dit il ne sentait pas cette journée, et il avait raison….
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Des aiguilles [FT. Kokuryu]   Lun 13 Juil - 13:57

Daiisu : +1DEX pour les lancers sur Fumiko, et, au choix : +1 VIT ou +1 DEX pour la suite de l'entraînement. Attention à ta conjugaison : les verbes du premier groupe (-er) prennent -ai au passé simple à la première personne du singulier, et non -a.

Kokuryu : +1 VIT et +1 DEX


La faim justifie les moyens...
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Des aiguilles [FT. Kokuryu]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.
» Armurerie de Konoha
» Gants de velour et Talons aiguilles
» You're not alone, i'll be by your side, i'll take your hand [PV Brent]
» LES CRISTAUX DE NEIGE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Konoha :: 
L'Académie
 :: jardins
-