Partagez | 
 

 Une belle matinée d'automne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Une belle matinée d'automne   Sam 13 Mar - 21:14

C’était un froid matin d’automne. Les cerisiers s’étaient presque totalement dénudés et leur jadis magnifique pelage verdoyant s’était terni et avait tapissé le sol de leur ocre pourrissant. Ce tapis à moitié décomposé ne craquait pas sous mes pas. Ni sous ceux de celle qu’on s’amusait à surnommer la femme de fer.
Dans cette cour glaciale, il n’y avait en réalité qu’un seul bruit. Celui qui se répétait encore, encore et encore à mesure que nous nous tournions autour dans le cercle improvisé par le reste des membres du clan. Un petit grincement, d’abords anodin, passant peut être par la case de l’amusement, pour finalement devenir agaçant. La femme de fer n’usurpait pas son surnom.

Beaucoup la savaient droite et rigide, avec une ancre de plomb dans le cœur quand il s’agissait d’exécuter ses missions. Tout ce que le clan et le village exigeait d’un shinobi. Et si certains ignoraient cela, ils ne pouvaient ignorer ce qu’ils avaient devant les yeux. Elle pouvait être une très belle femme. Je la savais jeune et elle avait de longs cheveux blancs dont elle s’occupait avec soin. Une coquetterie qui ressemblait d’autant plus à une faille dans l’armure qu’elle avait prit soin de dresser sur sa personne.
Mis à part cela, les seules choses d’humaines qui pouvait voir d’elle était un éclat enfoncé dans l’obscurité des fentes du masque d’acier qu’elle portait sur le visage.
Elle était vêtue ainsi. Mélange entre acier, cuir et un tissu que je ne reconnaissais pas. Des protections métalliques lui couvrant visage, bras et jambes. Le reste de son corps était couvert par des sangles de cuir et ce fameux tissu noir. Cet accoutrement ne lui donnait qu’une silhouette humaine et sinistre. Le gris terne de ses protections tranchants avec le noir de ses vêtements autant que mon sabre trancherait sa peau s’il l’atteignait. Du moins je l’espérais.

Le grincement venait de sa jambe droite. Lorsqu’elle reposait le pied, la protection couvrant le tibia frottait contre l’une des boucles des lanières de cuir.

Je réfléchissais encore à la manière d’aborder ce combat. Un luxe dont je savais que je devrais me passer dans un combat qui aurait lieu dans le cadre d’une mission, par exemple. Mais je connaissais mon adversaire, et je n’avais aucune envie de me précipiter droit sur lui. Deux raisons à cela. Je l’avais déjà fais deux ans auparavant. Elle m’avait fracturé le bras gauche en deux endroits. C’était deux bonnes raisons.
Elle attendait que je l’attaque. Comme la dernière fois. Je ne connaissais pas vraiment son style de Taïjutsu, je savais juste qu’elle le pratiquait à haut niveau. Me laissait-elle l’initiative car elle jugeait que notre différence de niveau le justifiait. Ou se basait-elle simplement sur des techniques de contre attaque. En fait, devoir attaquer en premier ne me plaisait vraiment pas.

Je m’interrogeais sur la façon de procéder. Courir droit sur elle était absurde, c’était à peu de chose prêt ce qui m’avait valu les deux bonnes raisons de vouloir refuser ce combat. Refaire les même erreurs d’il y a deux ans ne me servait à rien. A cette époque, je me sentais trop haineux pour réussir à réfléchir au moyen d’aborder ce combat. Je m’étais élancé en lançant une technique que j’avais à peine tenté de maitriser.

Gatotsu.

Aujourd’hui, je n’étais pas atteins de cette colère insensé. J’étais, à l’image de mon opposant, suffisamment calme pour analyser la situation et essayer de déterminer quelle était la meilleure des solutions qui s’offrait à moi. La première était la fuite, dans le but de chercher du renfort pouvant m’aider à combler la différence de puissance. Malheureusement, le cadre de notre combat d’entrainement ne me permettait pas d’user de cette manœuvre.
La seconde…

J’avais appris les bases du Gatotsu en feuilletant le carnet de mon père, il n’était certes pas l’inventeur de cette technique mas, il avait tenté d’améliorer la technique afin de la rendre plus létale. Comme l’avait fait quelques générations de maître du sabre avant lui. La technique était en fait simple à comprendre. La posture permettait de faire un coup d’estoc précis, puissant et rapide. Maximisant les effets produits par les rotations des hanches et la poussée des jambes. En alliant cela avec une maitrise du chakra pour augmenter la puissance du coup, c’était une attaque directe dévastatrice.
Cependant, elle avait un gros défaut. Elle laissait une large ouverture dans notre garde après le coup. Une ouverture suffisamment large pour laisser le temps à une combattante expérimenté de briser un bras.

Je m’arrêtai, elle fit de même. Mes pieds s’écartèrent pour rendre ma position plus stable. Ma jambe gauche reculée indiquant clairement ce que je m’apprêtais à faire. Mon bras gauche, ma main tenant fermement mon arme, était lui aussi ramené en arrière. La lame longeant ma poitrine et mon bras droit qui faisait office de viseur.
Cette position, je l’avais répété tant de fois. Depuis que j’avais lus ce qu’avait rédigé mon père à son propos, j’avais cherché à la maitriser. Chaque fois que j’en trouvais le temps, je m’étais exercé. J’avais appris à calquer peu à peu mes mouvements sur ceux qu’avaient réalisés des générations de Satsubatsu avant moi. J’étais finalement devenu un reflet plus qu’une ombre. Je connaissais la position que devait prendre, et que prenait, chaque muscle sollicité par cette technique. Je savais quand et comment brûler mon chakra pour donner l’impulsion surpuissante que le corps n’atteignait pas seul.

L’un des seuls gaucher à réaliser un Gatotsu. Ca m’avait valut tant de temps. Des années pour pouvoir dire que cette technique était enfin parfaite.

Et l’éclat Fauve que je percevais d’entre les fentes de ce qui se voulait un cauchemar d’acier me disaient, hurlaient même, que c’était des efforts vains.

Elle avait parfaitement raison.

Je m’élançais droit sur elle. Mais jambe d’appuie avait laissait une profonde emprunte dans le sol, et j’avais envoyé un mélange de boue et de feuille sur l’individu mal placé derrière moi. Cette impulsion me permettait d’effectuer une charge beaucoup plus rapide et puissante qu’à l’accoutumée. Je connaissais le timing idéal. J’entamais une rotation de mon buste. Le chakra affluait et se concentrait dans mon bras gauche. Il fallait juste attendre un peu.
J’étais presque sur elle. Je dépliais mon bras. Le chakra fit son œuvre et la vitesse, ainsi que la puissance du mouvement n’en fut que décuplé. D’autant plus que le mouvement ne se terminerait qu’en parfait accords avec la rotation de mon corps.

L’effet était maximal. La lame déchirait l’air et émettait un petit sifflement. Tandis qu’en face lui répondait un grincement.

C’était ahurissant et énervant. On pouvait aussi y rajouter une pointe de vexant. Elle se déplaçait vite. Très. C’était d’autant plus visible que l’adrénaline me faisait voir la scène au ralenti. Elle esquivait en se balançant sur la gauche, et ses mains entamaient déjà le chemin les menant à mon bras bandé.
Toujours le même éclat fauve sous une chape d’acier gris. Elle savait. Elle le savait.
Nous savions tous les deux quel serait le résultat si je commençais le combat avec cette technique.

Elle voyait tout. L’endroit où j’allais frapper, la vitesse à laquelle j’allais arriver. Sans doute était-elle toujours plus puissante que moi… Et elle avait incontestablement plus d’expérience. Ce que je n’avais pas retenu, elle voulait me l’enseigner à la dure…
Ses mains s’écartèrent subitement de mon bras, tandis que les bandages se déchirèrent, libérant mon si précieux liquide rouge. Je mis un coup de frein si brusque et violent que je m’en fis presque plus mal qu’habituellement. Tout en stoppant mon mouvement, je donnais un coup à l’aide d’Otousan au jugé.
Mon opposante s’était déjà mise hors de portée, avec une vitesse et une grâce surprenante.

Et elle y revenait aussi vite, oubliant le superflu, c'est-à-dire, les mouvements délicats.

Une frappe venant ma gauche. Elle voulait sans doute m’empêcher d’utiliser correctement mon arme, et savait que dans une confrontation entre ma lame et sa jambe, mon arme risquait d’être brisée. Je jetai mon arme vers ma main droite et eut à peine le temps de mettre mon bras gauche en position pour bloquer le coup. C’était une frappe incroyablement lourde, qui m’aurait engourdi tout le bras s’il n’était pas déjà réduit en charpie. Fort heureusement, j’avais eus le temps de m’assurer une défense stable. Le coup ne me fit pas perdre l’équilibre et le sang durci au moment de l’impact avait fait son office.

Rattrapant mon arme, je me lançais dans une contre attaque. Ma lame fut stoppée à mi-parcours pour deux raisons. La première fut une douleur fulgurante dans mon bras gauche. La seconde un pied dans le menton.

J’étais sonné et pour ne rien arranger, le monde autour de moi s’était décider à tourner dans tout les sens. Ce désagréable effet se dissipa rapidement, contrairement à la douleur qui pulsait dans ma mâchoire. J’eus juste le temps de la voir finir l’improbable pirouette, qui lui avait permit de m’envoyer son pied dans le menton, qu’elle fonçait à nouveau sur moi. Trop lent à réagir, je reçus son coup de coude dans l’estomac. Je n’eus même pas eus à faire d’effort pour expirer. L’air trouva le chemin tout seul et sorti en force. Le souffle coupé, j’étais devenu son jouet.
Elle me saisi par le col et, avec une force tranchant radicalement avec sa vitesse, mais n’ayant rien à lui envié, elle me projeta par-dessus elle et m’envoya percuter le sol cinq mètres plus loin.

Sans doute joueuse. Ou parce qu’elle ne me jugeait toujours pas d’un niveau suffisant pour se battre avec sérieux, elle me laissa me relever. Je ne refusais jamais les cadeaux de ce type.
Je crachais un mélange de salive et de sang, vérifiant du bout de la langue si j’avais quelques dents désireuses de prendre une retraite anticipées. Toute fidèle au poste. D’un geste du bras gauche, je jetais tout le sang le recouvrant au sol, et il fut aussitôt remplacé par une nouvelle couche. Vérification finale. Mes lunettes étaient en place et intacte.
Elles avaient survécues à mon père, elles me survivraient aussi.

Maintenant, il ne me restait plus qu’à trouver un moyen de gagner ce combat. Je n’en avais pas énormément à disposition…

MessageSujet: Re: Une belle matinée d'automne   Lun 15 Mar - 5:15

Je repartais à l’attaque. Même si elle était évidement plus puissante que moi, je n’allais pas abandonner comme ça, c’était ça, être un Satsubatsu. Toujours faire du mieux que l’on peut. Et faire aussi plus.
Des sceaux rapides.

Et je disparaissais pour arriver à ses pieds. Mon attaque sortant soudainement de terre.
Elle évita le fourreau métallique en sautant. C’était visiblement mal parti pour l’immobiliser en s’attaquant à ses jambes. Mon attaque échoué fut aussitôt suivit d’un coup de mon sabre, admirable bien paré à l’aide des protections métallique lui couvrant les bras. Elle riposta d’un coup de pied que j’évitais en me baissant. Le fait de rater son attaque lui avait fait dévoiler une large ouverture dans sa garde. Je tentais d’y mener ma lame, mais elle réussit une fois encore à se glisser hors d’atteinte.

C’était frustrant et étonnant. D’habitude les Satsubatsu que je combattais ne misaient pas sur la souplesse de leur corps comme elle le faisait. Il était plutôt du côté du chêne que du roseau. Et quittent à se faire déraciner par le vent, ils veillaient à toujours tomber sur leurs ennemies. Elle, elle gardait la même mentalité tout en étant un roseau. Un roseau d’acier.

Un coup de pied circulaire siffla en passant au dessus de mon crâne. Rapidement suivit d’un coup de talon, qui me fendu la joue déjà déchiré. Le dernier coup était une attaque au ventre, les doigts tendu. Je saisi l’occasion. Anticipant le mouvement, je me saisi de son poignet, et tout la tirant vers moi de toute mes forces, je positionnais mon arme de façon à l’empaler.
Elle réussit à pivoter malgré son déséquilibre, je le sentais qui rentrait le ventre. Ma lame ripa contre une surface lisse et aussi solide qu’elle.
De l’endroit où aurait du se situer une jolie plaie béante, une vraie beauté fatale, gicla seulement du sang. Enfin, gicler n’est pas le bon mot quand ce sang veut faire dégager votre tête de vos épaules.

Je la repoussais tout en bondissant hors de la portée initiale de l’attaque.

Regardant le sang retourner sous le couvert de cuir et sans doute de peau, je soupirais intérieurement. J’avais passé de nombreuses heures à étudier le corps humains. Il le fallait bien après tout, si je voulais reconstituer des corps entrés en décomposition depuis plus de dix ans.
Pour ce combat, j’avais espérer pouvoir mettre en pratique ce que j’avais soigneusement étudié au fil des ans, et révisé il n’y a pas si longtemps.

En aiguisant suffisamment mon regard pour qu’il puisse devenir une loupe à mon savoir, je pouvais voir à travers l’encombrante tenue de la Kunoichi me faisant face. C’était une façon de parler bien entendu, au grand damne de certaines personne. Ce que je voyais n’était pas exactement fait de forme et chaire. Cela prenait plutôt la forme de cible.
Le cœur, les poumons, le foie, l’estomac, le plexus. Son squelette, son balancement, les endroits opportun où frapper. Dommage que sa garde interne soit suffisamment efficace pour avoir réduit à néant ma première tentative d’attaque.

La danse repris. J’évitais le premier coup de paume qu’elle me donnait en la tête vers la droite. Tandis que sa main brassait l’air, et m’arrachait quelques cheveux, je tentais de lui briser l’épaule avec un coup bien placé de mon fourreau métallique, qui remplissait d’ailleurs très bien son office de bâton.
Mon coup n’atteignit pas son but. Une fois encore, elle avait était vive à réagir et avait bloqué le de son bras gauche, avant d’enrouler son poignet autour du miens, jusqu’à le saisir fermement. Uppercut armé, elle m’attira à elle avant que je puisse songer à me servir de mon katana.

Ma tête parti en arrière et mes dents cognèrent si fort entre elle que j’eus l’impression d’en avoir plusieurs de broyées. Son étreinte maintenue, elle s’amusa –je n’en doutais pas une seconde-, à faire faire des aller et venue à ma tête en frappant mon visage de plus en plus fort. Une fois, deux fois, trois fois… J’avais un arcane fendu, au moins deux dents qui tiraient une gueule pire que la mienne, et le sang qui commençait à me monter à la tête. La quatrième allée fut à peine plus douloureuse que les autres. La quatrième venue fut bien plus terrible.

Mon front heurta violement son masque. Taché par du sang pourtant rendu aussi dur, voir bien plus, que mon crâne. Sans doute sonnée et surprise, elle lâcha mon bras et fit un pas hésitant en arrière. L’envie de lui faire payer, l’adrénaline, et le fait que le sang m’était bel et bien monté à la tête, me firent attaquer trop rapidement pour qu’elle ait vraiment le temps de se reprendre.
Ma lame siffla, une nouvelle fois en déchirant l’air. Les plus attentifs, et accessoirement aussi doté d’une ouïe dépassant tout stade de perception humaine, pouvait entendre le chakra crépiter le long de l’acier.

Son entrainement, ses réflexes, son instinct et sans doute son expérience, lui permirent de reculer vivement ma cible, c'est-à-dire sa tête. La lame brassa de l’air, mais le chakra, lui, fit une entaille bien net au niveau de son œil droit. La balafre, pourtant indolore, sembla l’aider à se remettre de mon coup de boule. C’était bien malheureux. L’éclat fauve brilla d’entre les fentes de son masque. J’en eus un léger frisson.

Je ne devais pas laisser s’approcher de nouveau.

Mon sabre brassa l’air une première fois, alors qu’elle évitait méthodiquement de se mettre dans le prolongement de sa lame. Mon fourreau fut bloqué avant qu’il puisse atteindre l’épaule que je visais. D’un mouvement sec du poignet gauche, je fis revenir ma lame à l’horizontale. Elle s’abaissa pour l’esquiver.
Voulant saisir l’occasion, j’amorçais un coup de pied. Je pensais vraiment que le timing serait suffisamment bon. Je n’avais pas imaginé, ou plutôt voulu accepter, le fait que ce frisson et cette lueur dans ces yeux étaient un mauvais présage.

Un manque d’expérience, ou un instinct suffisamment peu aiguisé peut être ?

Elle me plaça un uppercut qui me fit presque décoller du sol. En tout cas, c’était son cas à elle. Pivotant dans les airs, elle fit faire connaissance mon nez à son pied. Malgré le fait qu’elle soit plutôt fluette, la frappe qu’elle me donnait était lourde et me fit chanceler, avant de mettre un genou à terre. Le choc, sans doute, et sa vitesse me firent douter sur le temps que je mis à m’en remettre.
Le fait est, que j’eus juste le temps de relever la tête, pour me rendre compte que sa main avait fermement agrippé mes cheveux, tandis que son genou vint lui aussi rencontrer mon nez. Le craquement qui en résultat fit faire quelques hochements de tête approbateur aux quelques membres du clan nous entourant.

Hors de question d’en encaisser un second.

Des larmes de douleurs dans les yeux, je frappais au jugé avec mon bras droit. Bras qui se terminait toujours par ma main, fermement agrippé à mon fourreau.

Je le sentis heurter avec violence ma cible. Sa jambe gauche. Elle sembla s’affaisser d’un coup. J’avais du réussir à toucher le genou. C’était parfait. Hien toujours actif, ma lame parcouru la distance nous séparant elle et moi, et je la sentie mordre dans quelque chose, tandis que l’ombre flou devant moi disparaissait.
Je me relevais prestement, et plaça mon Otousan entre elle et moi, telle une barrière que j’espérais infranchissable.
Du revers de mon gant, je débarrassais mes yeux des larmes qui les encombraient. Qui disparurent presque totalement, me permettant d’y voir plus clair sur ma situation. Elle était à environs Cinq enjambées de moi, adoptant une posture de combat qui suggérait plus une envie de défendre que de se lancer dans ses terribles attaques. Son genou devait encore être endommagé, et douloureux mais dans nos cas il s’agissait plutôt de détail…

Je pouvais attaquer. Elle ne disposerait plus de sa si gênante mobilité. C’était le moment !
Enfin, si toute les conditions étaient réunies pour que cela soit bel et bien le moment, je n’aurais pas hésité à foncer… Mais pour l’heure.
Remettant mon fourreau à la ceinture, je remis mon nez en place. Evacua le peu de sang que j’y avais laissé couler, et pu enfin respirer normalement. Ensuite, je rengainais mon sabre. Inutile de m’en servir plus longtemps. Elle arrivait trop facile à pénétrer ma garde pour que ce dernier me soit vraiment utile. J’allais devoir régler ça aux poings…

Je composais alors deux rapide série de signes. La première pour soigner mon visage et les autres parties de mon corps ayant subit les attaques de mon adversaire. Ce n’était pas parce que j’étais habitués à souffrir et constamment sous antidouleur que les blessures de me gênaient pas. Bien sur qu’elles étaient douloureuses. Sauf que j’avais appris très tôt à laisser cette douleur sur place pour m’occuper du plus urgent.
La seconde série de signe fit brûler le chakra dans mes mains. Si j’allais forcer le combat à main nue, autant prendre un léger avantage…

Elle me refit rapidement face. J’avais opté pour une posture plaçant clairement une main pour défendre, impliquant un bras à moitié tendu devant moi, et l’autre légèrement en arrière. Les jambes bien stables.
Mon changement de stratégie ne sembla pas l’émouvoir plus que cela. Elle se contenta de me foncer dessus, ajoutant bien sur quelques subtilités à son court trajet. Comme des feintes de droite à gauche.
Je pouvais déterminer l’attaque. Ca allait être un coup de pied, qui visait très précisément ma nuque. Droite ou gauche, cela restait encore à déterminer…


Cette technique m’avait demandé des efforts bien plus importants que le Gatotsu, mais aussi moins de temps d’apprentissage. Paradoxale, mais ce n’était pas le plus important. En fait, si j’avais compris la théorie et j’avais certaines bases pour la pratique.
Disparaitre subitement de la vue, tout le monde l’apprenait à l’académie. C’était fascinant pour les jeunes et les néophytes aux arts shinobis. Mais l’astuce était en fait terriblement banale. Il suffisait juste de…


Là encore, j’eus l’impression que le temps ralentissait. Je voyais clairement chaque détail de la scène. Ma vue périphérique était sans doute plus flou que d’habitude, comme si elle accentuée l’effet de vitesse figée. Pourtant je la voyais, elle, aussi nettement qu’il était humainement possible. Comme un arrêt sur image d’une danseuse sur sa scène, éclairé par l’ensemble des projecteurs…


C’était l’aspect numéro un de la technique. La disparition. J’avais très rapidement acquis le coup de main, surtout que c’était d’emploie similaire à une des premières techniques que j’avais pu apprendre avant de rejoindre l’académie. Le second point concerné la mise en mouvement. Là encore, rien de bien sorcier. Une concentration de chakra dans les jambes pour se donner une propulsion incroyablement puissante. Non, le véritable ennuie résidait dans le fait d’associer ça à la technique de disparition… Un coup de main compliquer à prendre, pour encore une astuce qui parait si simple quand on l’entend… Un bon départ et bien sur un…


Mon sabre en main, je m’approchais encore un peu de ma cible. Lentement, si lentement… J’aurais aimé pouvoir faire un bond dans le temps pour voir le résultat définitif de mon attaque. Allait-elle aboutir. Je l’espérais franchement.


La dernière phase de la technique. Les clones. Je détestais cette technique. Je ne pouvais pas nier leur efficacité et leur rentabilité une fois la technique maitrisé. Mais ça ne collait pas pour moi. Le contrôle du chakra, c’était mon domaine. Lui donner une forme, j’avais mis du temps à le comprendre. Quand je pense qu’il m’a fallut plus de 15 ans pour réussir à sortir ma première arcane « extérieur » du clan.
Créer son image, la matérialiser, la projeter. La diriger. C’était tout simplement dur…
J’avais passée de longue soirée à m’entrainer seul dans le but de réussir à produire une copie de moi-même convaincante.
De longue soirée à vivre dans la douleur de l’échec pour des résultats si peu satisfaisant…


Finalement, si on prenait le temps de les regarder, je ne m’en tirais pas trop mal. Oh bien sur, c’était de simple copie misant sur le mouvement et la durée minimale de l’attaque. Mais, pour une première exécution dans le feu de l’action, je trouvais que je ne m’en sortais pas si mal…

Lentement, mais surement, une idée fit mon chemin dans mon esprit. La dernière fois que j’avais eus cet excès d’adrénaline, que la scène avait était comme figée, c’était pour mieux voir mon attaque se faire contrer. Lentement, puis de plus en plus rapidement. Je la vis continuer à tourner sur elle-même. Jambe relevé. Une vraie ballerine. Elle faucha l’air là où je me trouvais au début. Puis le clone sur ma droite, et finalement, son coup vient me percuter.

En pleins vol, j’avais l’impression de mettre prit un coup de fouet avec le poids d’une enclume. Mon attaque ne l’avait pas atteint. Elle avait réagit trop rapidement. Une roulade le choc au sol me fit lâcher mon arme, je fis une roulade contre mon grès, avant de pouvoir me relever.
Une fois de plus, elle fondait sur moi.

Désarmé, j’eus recours à ma seconde arme de prédilection. Ma force brute, et mon chakra tout aussi sauvage.

Un crochet du gauche, chargé au chakra. Le roseau d’acier n’eus aucune difficulté apparente à dévier le coup. Frappant la base du poignet, elle fit passer ma main au dessus de sa tête, et s’avança encore un peu pour se mettre en position. Un magnifique coup de coude du gauche dans la mâchoire. Suivit d’une rapide retour du bras, dans la gorge.

C’était foutrement douloureux !

Ma main gauche lui saisi son abondante chevelure. Elle me croyait peut être sans défense une fois mon arme hors de mes mains, mais elle aussi avait ses faiblesses.

[Jikkei’ji] – Stop !

L’ordre claqua, et nous nous immobilisèrent tout les deux. Je devais baisser les yeux pour croiser le regard de mon adversaire qui était légèrement plus petite que moi. Si le combat avait été arrêté, c’était pour une simple et bonne raison. Un coup considéré comme mortel aurait été donné. Un peu trop pour un entrainement.

Je baissais encore les yeux. Une était tendue vers mon estomac. La base des doigts rougie, et les extrémités touchant presque leur cible.
Effectivement.
J’étais mort.
Merde.

Le monde s’élargit un peu plus. Jikkei’ji nous invitait à reprendre nos places dans le cercle afin de discuter de cette démonstration, et de la comparer avec différentes autres ayant eus lieux précédemment. Une bien belle journée d’entrainement banale pour le clan.
Même si ma défaite était totale, j’étais assez content de moi. J’avais réussit à perfectionner un peu plus mes techniques.

Alors que je ramassais mon arme et la remettait au fourreau, j’entendis Ashigane retirer son masque et me murmurer ceci.

[Ashigane] – Ton père était bien plus fort à ton âge…

Alors qu’elle s’asseyait à une extrémité du cercle, et moi l’autre, il ne me vint qu’une seule chose à l’esprit.
Une journée de merde…

Spoiler:
 

MessageSujet: Re: Une belle matinée d'automne   Mar 16 Mar - 0:28

Soirée Cuir (et Moustache ?) avec ta copine, Lio ?

Content de revoir quelques RP solo de toi. Attention, y a quelques fautes qui pourraient facilement être évitées avec une petite relecture. Je valide pas tes techniques parce que tu as pas décrit comment tu échouais sans cesse, avant de réussir d'extrême justesse, le tout dans un RP très ennuyeux (au moins du centième degré là Razz)

Lio : + 34 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une belle matinée d'automne   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une belle soirée d'automne...ou pas [PV Asuna]
» Par une belle matinée de printemps...
» C'est une belle matinée pour trouver des baies. (Ariania Blue) / CUEILLETTE
» Par une froide matinée d'automne ...
» L'automne en mille morceaux!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Terrains d'Entraînement-