Partagez | 
 

 Akihiko Nao[finit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Akihiko Nao[finit]   Ven 6 Aoû - 3:58

Nom : Nao

Prénom : Akihiko

Âge : 16

Village : Kiri

Affinité : Suiton

Grade Envisagé : Guenin

Techniques de départ :
Yokusei - Maîtrise du Ninjutsu
Hydrolyse
Suiryuudan - Dragon Aqueux

Histoire :

Douleur familiale

Son père était assit à table. Un verre d’alcool dans sa main droite, fixant le vide. Akihiko le regardait, à l’autre bout de la table, attristé par ce qu’il voyait devant lui. Cet homme, qui lui avait donné la vie, lui avait tout appris de la vie, était maintenant assit devant lui, tout les muscles de son corps crispés par la rage. C’est une grand souffrance de voir un être que l’on respecte tant, si enragé... et en même temps si faible. Ce n’était pas le désir de vengeance qui nourrissait cette rage, mais bien l’impuissance. Sei Nao était un enfant ce soir, un enfant en pleine crise de rage, dont la vulnérabilité tournait la situation en ridicule. Akihiko se leva pour tenter une deuxième fois d’éponger ses blessures, mais son père le repoussa violemment. Il abandonna car, bien que ses blessures physique était grande, il ne voulait pas agrandir ses blessures d’orgueils, titanesquse aux cotés de ceux du corps. Cette journée avait ré ouvert la plait de la honte. La honte d’être un Nao, un membre de la famille des perdants. Ce n’était pas la première fois que Sei se retrouvait humilié par un ninja, mais cette fois-ci, si facilement brisé par un apprenti de 12 ans, sans défense pendant que son fils le regardait, c’était autre chose. Non, cette fois-ci, la douleur était insupportable.

Pour bien comprendre la situation, il faut remonter au jeune temps de Sei, lorsqu’il rêvait encore d’appartenir à la grande famille des ninjas. Son grand-père avait beau lui répéter qu’il n’était pas né avec le bon sang, que lui même avait tenté vainement de contredire son nom de famille, Sei n’écoutait rien. Il avait un rêve, et c’était de devenir ninja. Ce rêve dura six ans. Il était entré à l’académie à dix ans, et en ressortait à seize, humilié de ne jamais avoir progressé. Son rêve était mort, et pas une journée n’avait passé sans que quelqu’un vienne lui rappeler, car après tout, son séjour à l’académie avait ramené à la mémoire des ninjas la famille Nao. Une famille de faible, inhabile. Un famille avec laquelle il était très amusant de rire à leurs dépends.

Akihiko n’en pouvait plus de cette tension et s’écria :

« Pourriture de ninja! »

« NON! s’écria son père, qui s’était levé du même coup, Ne dit plus jamais cela! Retires ce que tu as dit, ils ne sont pas tous pareil! »

Ah oui… sous le coup de l’émotion, Akihiko avait oublié : sa mère, celle qui était morte en mission alors qu’il n'avait que deux ans, en était une. Le long silence retomba, pendant lequel Sei le regarda dans les yeux, d’où il pouvait voir toute la souffrance paternelle.

« Dans ce cas, je veux en devenir un. »

Les yeux de Sei s’ouvrirent tout grand.

« Non, je te l’ai déjà dit : tu n’es pas né avec le bon sang. »

Il s’arrêta un moment, pour rajouter, avec un sourire sincère :

« Tu es un musicien, un très bon musicien. »

Oui, les Nao n’étaient pas des ninjas, mais bien des musiciens. Cependant, tout cela ne rajoutait qu’encore plus de souffrance à l'enfant, car l’homme brisé devant lui était l’homme qu’il respectait le plus, non pas juste parce qu’il était son père, mais bien parce que c’était le plus grand compositeur qu’il n’avait jamais connu. Mais cela, les barbares de ninjas étaient trop incultes pour s’en rendre compte. Sei était donc un génie humilié. Non, aucuns ninjas ne s’étaient jamais rendu compte et ne se rendraient jamais compte de qui était Sei, sauf sa mère, bien entendu…

La mort d’un grand homme.

Voilà une semaine que ce fameux jour était passé. Une semaine que le désespoir l’avait frappé. Aujourd’hui, il l’accablait. Sei était mort. Durant une promenade en forêt, qu’il avait l’habitude de prendre pour s’inspirer, une bête avait tenté d’attaquer une autre passante. Sei s’était interposé, permettant à la femme de s’enfuir… et lui de mourir par le fait même. Aujourd’hui un homme était mort, un grand homme.

Plusieurs personnes étaient réunit à son enterrement. Tous des gens riches, cultivés, ou de proches parents. Aucun Sayori par contre. En effet, personne de la famille de sa mère n’était venu. En fait aucun ninja de bonne volonté point. Akihiko ne voyait que deux ou trois ninjas masqués, mais, eux, ils étaient en missions, pour protéger toutes les têtes importantes qui se trouvaient à l'enterrement. Akihiko était donc partagé entre la tristesse de la mort de son père et sa rage contre les ninjas. Mais. après tout, peu importait, puisque ces deux sentiments pouvaient être exprimés de la même façon : les larmes.

À coté de lui se tenait Tamiro Nao, son oncle. Tamiro était le plus faible, le plus "perdant", de toute la famille des Nao : ce n’était pas un compositeur, mais bien un musicien de rue. Il était un musicien passable, mais sans plus. Akihiko en avait toujours été étonné, mais Sei portait une grande admiration pour Tamiro, plus que pour bien des autres. En fait, il en était étonné, mais en son fort intérieur, il comprenait : qui ne pouvait pas aimer Tamiro? Il était le perdant des perdants mais, lui, avait tout compris de la vie : Tamiro n’était jamais malheureux, et souriait toujours. Akihiko avait d’ailleurs toujours apprécié cette bonne humeur. Aujourd’hui, par contre, il en était insulté : alors que lui pleurait toute les larmes de son corps, Tamiro souriait de son plus beau sourire. N’était-ce pas son frère qui venait de mourir?

« On peut….on peut savoir pourquoi tu souri?s »

« Hum? Et pourquoi pas, est-ce un crime? »

« N’éprouves-tu rien pour ton frère? »

« Oh, j’aime mon frère autant qu’un homme peut en aimer un autre, mais la tristesse n’apportera rien de bon et ne le fera pas revenir »

Akihiko, plus frappé que jamais par la mentalité de Tamiro, rajouta, après un moment de silence :

« Mais où trouve tu la force de te réjouir en cette journée? »

Tamiro regarda son neveu, un grand sourire aux lèvres, un regard apaisant.

« Tout être est voué à la mort, cela nous le savons depuis longtemps, ce n’est pas cette nouvelle que nous apprenons aujourd’hui. Ce que nous apprenons en ce jour, c’est que Sei, l’homme brisé, est mort en héro. Tout en étant faible, il a donné sa vie pour protéger quelqu’un d’autre, terminant son long trajet sur Terre par le plus grand acte de courage qu’un homme peut donner, car, là ou un ninja aurait courageusement risqué sa vie, lui, l’homme faible, a donné la sienne sans hésité. »

Akihiko écoutai son oncle, ému. Son cœur d’artiste, qui laisse libre cour à ses émotions, se mit à battre de plus belle et les larmes se mirent à tomber au même débit. L’enfant savoura un bon moment les paroles de Tamiro puis, ayant repris ses esprits, lui dit.

« J’ai vue dans ta main que tu transportes une partition… vide. Tu ne composes jamais. Qu’est-ce que t’as donné mon père. »

Tamiro le regarda avec compassion.

« Si tu as hérité du manque de dextérité familiale, tu as aussi hérité de notre intelligence. Ce papier, c’est ton père même qui me l’a donné voilà maintenant plusieurs années. Il m’a dit de te le remettre à sa mort. Tiens, il te revient de droit. »

Akihiko pris la partition et, comme il l’avait prédit, il y avait un texte, de la main de son père, au dos de la feuille.

Citation :
Cher Akihiko,

Si tu lis cette lettre, c’est que je suis mort, mort avant d’avoir pu te livrer moi même ce message. Je veux te dire, en cette journée, de ne pas être triste, d’avoir le cœur léger. Le cœur léger car, bien que ma vie termine en cette journée, le trajet en a valu la chandelle. J’ai passé un merveilleux séjour sur Terre, et ça, je te le dois. Je suis fier de ce que tu es devenu, et je suis heureux d’avoir été ton père, d’avoir pu te guider.

Cette journée le prouve, même dans la mort, je vais continuer de peaufiner ma plus grande œuvre : toi. Dans cette lettre, je vais te transmettre le plus grand conseil que je peux te donner. Malgré toutes les oppositions que j’ai pu leurs faire de mon vivant, je veux que tu saches, Akihiko, que mon plus grand rêve, serait que tu partes à la recherche des tiens. Nous, artistes, le savons, il n’y a pas de plus belle vie que celles dont on vit avec passion. Je m’exprimes peut être mal, après tout, je ne suis pas auteur mais bien compositeur, mais, ma dernière volonté, serait que tu poursuives tes rêves, peut importe lesquels, mais aussi que tu prennes les choix dans la vie pour toi, et non pour les autres.

Ton père, qui t’a toujours aimé,

Sei.

Akihiko regarda la feuille devant lui, ne sachant comment réagir. Il jeta un regard sur le cercueil, à quelque mêtres devant lui, et sourit, simplement. Son père avait toujours grandement influencé sa vie. Encore aujourd’hui, il venait de lui faire prendre un tout nouveau tournant.

« Tomari? »

« Hum? »

« Tu connais, malgré tout, assez bien la famille Sayori? »

« Oui, bien que je ne leur parles plus depuis la mort de ta mère. »

« Pourrais-tu me rendre un service, et m’amener à l’un d’eux? »

« Pourquoi ça? »

« Je veux devenir ninja. »

Oui, en cette journée, en ses treize ans, le vent avait tourné. De par la lettre, Akihiko avait décidé de suivre son rêve d’aventure. De par l’enterrement, Akihiko avait décidé de rebâtir l’honneur des Nao.

La formation d’un perdant.

Hayate était un homme simple, pas bien particulier, le genre qu’on perd de vue dans une foule. Il était loin d’avoir l’apparence d’un Junin aguerrie. Pourtant c’était ce qu’il était. Il regardait Tamiro avec un sourire plus respectueux que sincère, attendant qu’on lui dise qu’est-ce que ce musicien de rue avec lequel il n’avait plus aucune raison de trainer voulait. « De l’argent ?» se demandait Hayate. Puis, surgissant de derrière l’intrus, comme une révélation, il le vit : le fils d’Eru. Il se précipita vers l’enfant, lui serrant la main chaleureusement.

« Bonjours! Je suis Hayate, vraiment content de te connaître enfin… comment va ce cher Sei? »

De part l’absence de réponse, le silence froid qui s’abattit dans son petit bureau, Hayate compris son erreur.

« Oh…eh… toute mes condoléance… »

Tamiro, pour briser le malaise, pris la parole :

« Hayate, cela fait longtemps qu’on se connaît et, j’aurais quelque chose à te demander. »

Hayate se mit à chercher des pièces dans ses poches.

« Pourrais-tu former Akihiko, il veut devenir ninja »

Le Junin s’arrêta. Abasourdit, il releva lentement la tête vers Tamiro, puis regarda Akihiko. Cela pris un moment pour qu’il analyse la nouvelle, mais, au moment ou ce fut fait, la réponse vint toute seule :

« Cela me fera le plus grand plaisir. »

Toutes ces années à tenter de minimiser les contacts avec ces lâches de Nao, malgré les constantes demandse d’Eru de venir voir son fils et, maintenant, après la mort de sa sœur, il avait une chance de se rattraper.

Trois ans d’entrainements. Trois ans pour apprendre une seule technique. Et encore là, c’était la base : Yokusei - Maîtrise du Ninjutsu. Pourtant, Hayate n‘était pas fou : il n’avait pas appris des techniques de Taijuitsu à cet enfant malhabile. Malgré ça, sa maladresse réussissait à le faire échouer : il perdait pied alors qu’il était sur le point de réussir, il s’endormait pendant une forte période de concentration, il fonçait dans un arbre durant les périodes de course (que Hayate appliquait pour que, au moins, cet enfant soit plus en forme). Le Junin commençait à soupçonner AKihiko de le faire exprès. Cependant, il devait lui concéder ces deux points : il était déterminé et obéissant. Tout de même, trois ans, alors que l’enfant déjà prodiges en musique (preuve de son intelligence)et avait 12 ans, c’est long, surtout si on a de grandes ambitions comme lui. Tout cela se rajoutait à la frustration du ninja. Hayate n’avait jamais été professeur, ou, du moins, jamais de façon conventionnelle. Hayate était un , si ce n'est le, meilleurs professeur d'aspirant ninja. Il ne recrutait qu’un élève à la fois et, encore là, il ne choisissait que ceux qui avait du potentiel. En sommes, tout sauf un Nao. Mais, finalement, ils avaient réussit : Akihiko avait enfin appris une technique.

« J’ai réussit sensei! J’ai ré-eu-ssit! »

« Hum!?! Laisse-moi voir! »

En effet, il avait réussit. Hayate avait peine à cacher sa joie… qui fut rapidement détruit par la question de Akihiko :

« Maintenant que je maitrise la base du ninjutsu, on passe à quel technique? »

Ah oui, c’est vrai, on ne s’arrêtait pas là. Il réfléchissait un instant… quel technique serait facile à apprendre… hum, cet enfant avait surement une affinité Suiton, alors pourquoi pas…

« Hydrolyse.»

Et c’était repartit pour un long et pénible entrainement. Un entrainement qui dura… une demi-année! Hayate était abasourdit par le développement qui accélérait de jour en jour du garçon. On aurait dit que, une fois son manque d’habileté vaincu, l’intelligence et la persévérance de l’enfant prédominait et lui faisait apprendre à une toute nouvelle vitesse. Fier, autant pour l’enfant qui réussissait enfin, que pour lui qui avait, à l’aide de ses talent de professeur, vaincu la malhabileté de l’enfant, il avait maintenant un tout nouvel enthousiasme. Et on se lance pour la prochainement technique, une vrai cette fois-ci : Suiryuudan - Dragon Aqueux.

Cette technique était bien plus dur que les deux autres et, pourtant, l’enfant l’appris en deux mois…

Décidément, cet enfant avait une certaine intelligence… il était grand tant de l’amener voir un vrai instructeur. Il était tant qu’Akihiko devienne Genin…

Description physique : Cheveux noir, yeux bleu, assez grand (1,80m), il n’a cependant pas un corps bien musclé.

Description psychologique :
Premièrement, il faut dire que Akihiko est quelqu'un d'assez intelligent et d'assez cultivé. S'il n'a aucun atout physique, il est très fort mentalement. De plus, contrairement à bien des genins que j'ai pu voir sur le forum, il n'est pas géné: il a une très bonne confiance en lui, sans être arogant pour autant. Comme dit plutôt, c'est aussi un grand musicien, il excel en musique et il adore la musique. Pour ce qui est de sa personalité, Akihiko a, si l’on veut, deux personnalités, reliés à ses deux buts : rêve d’aventure et de racheter l’honneur Nao. En temps normal, il est du genre rieur, à s’amuser avec les autres, et à utiliser son intelligence pour faire des blagues… moqueuses (mais pas méchamment). Il semble toujours heureux, un peu comme Tamiro. Par contre, lorsqu’il voit un autre ninja se prenant trop au sérieux, regardant les autres de haut (pour prendre exemple de la série naruto: Sasuke, Neji, peut être même Shino ou Gaara) il dégage la haine. S’il est confronté à cette personne, il fera tout pour gagner, et en éprouvera un grand plaisir. S’il perd, cela lui engendrera une peine immense, une grande honte, et qui sait ce qu’il pourrait faire pour ne pas que ça se reproduise…

Dans le futur :La prochaine étape dans la vie du Nao sera, bien entendu, de trouver un instructeur. Vous qui connaissez bien Ryoma, est-ce qu’il y aurait un instructeur chuunin de libre sur Kiri? Si le joueur veut bien, moi j’en serais ravit, surtout que Hayate est assez connu pour que, lorsqu’il conseille un élève, c’est que ce n’est pas n’importe qui, alors on n’aurait pas la barrière de la logique, que tel ou tel prof ne voudrait pas le prendre sous son aile. Parce que je ne veux pas m’entourer de PNJ pour mon équipe, j’aimerais bien faire partie d’une avec d’autres joueurs (si ce n'est pas un prof, au moins un élève). Si j’ai bien hâte d’écrire l’histoire de mon personnage, j’ai aussi hâte de le faire réagir à son environnement…

Aussi, deuxième points, la prochaine technique que Akihiko voudra apprendre sera Mizu no Tate - Bouclier Aqueux, car Akihiko, durant son entrainement, feuilletait souvent le livre de technique aqueuse, et il trouvait logique d’apprendre cette technique qui lui donnerais la protection qu’il manque (car il n’est pas très bon pour éviter).

Finalement, j’aurais une question à vous poser : est-ce que, dans votre incroyable banque de technique, il y en aurait une relié à la musique…ou au moins au son? Si oui, laquelle? Car j’aimerais bien la faire apprendre, plus tard, à Akihiko, elle deviendrait surement sa technique fétiche…

Queston concernant le RP: Je ne penses pas le faire souvant mais, est-ce possible que, durant mon RP, lorsqu'une musique est joué par Akihiko, je mette un lien (disons... youtube), pour une vrai piece qui existe, et que je l'aproprie soit à son père ou à Akihiko? Cela ne rendra la lecture qu'encore plus imersive.

Question concernant le profil: Pourriez vous changer l'adresse de mon profil pour [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]? Quand je me suis isncrit, il disait qu'elle ne fonctionnait pas...alors qu'elle fonctionne très bien...


Dernière édition par Akihiko Nao le Mar 2 Nov - 2:05, édité 4 fois

MessageSujet: Re: Akihiko Nao[finit]   Lun 9 Aoû - 20:14

Bienvenu sur Ryoma.

Pour commencer, fais attention à ton orthographe. Il y a beaucoup de fautes assez bêtes et moches, et ce dés la première partie. Relis toi et utilise un correcteur orthographique, comme celui disponible sur words ou même mozilla. De même, certaines parties de ton texte sont assez mal formulées. Répétitions ou tournure de phrase assez louche.
Là encore, une relecture te permettrais de passer outre ces quelques erreurs et d'améliorer donc la qualité de ton texte. (Ainsi ce sera plus agréable à lire, tu prendras de bonne habitude, et tu augmenteras tes notes en français ! Mr. Green).
Aussi, je te demanderais d'utiliser des balises de couleurs pour clairement délimiter dialogue et narration. (en évitant bien sur les couleurs flashy, vouant leur existence à la destruction des rétines).


Pour en venir au cœur de l'histoire, je n'ai pas grande remarque à faire. J'aimais bien l'idée du gosse qui tente, malgré son pédigrée, de devenir un ninja. J'espère que tu joueras sur sa haine envers la majorité des ninjas, ça serait amusant à lire.
L'histoire reste au finale assez simple et tu as des bases pour pouvoir fournir du jeux et un passé à ton personnage, et c'est très bien.


Au final, je te demanderais de faire plus attention à ton orthographe dans tes futurs RP.

Fiche validée
Akihiko : +10xp BG

Par contre, un point important.
Je n'accepte pas ton manteau en tant que tel. Tu peux conserver l'idée RP et dire que ton personnage se balade avec son attirail sur le dos. En revanche, il ne te donnera pas les bonus que tu demandes.
Cependant, Kiri possède comme équipement spécial des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], permettant d'augmenter la Pélagie sur le terrain. Tu peux donc en acheter et les planquer sous ton manteau.
(l'effet ne sera pas tout à fait celui que tu désires, mais c'est suffisamment équivalent).


Enfin, pour répondre à tes questions :
-Oui, il existe des instructeurs, mais ce sont pour la plupart des PNJ. (les professeurs à l'académie par exemple). Tu pourras sois les jouer en respectant leur description, soit demander à un conteur de le jouer pour toi. Tu peux aussi voir avec les autres joueurs pratiquant le ninjutsu élémentaire à Kiri. Même s'ils ne sont pas gradé, rien ne les interdirait de partager leurs connaissances. (Ou alors se sont des sales rapaces qui accepteront en échange d'un rein !)

-Pour les techniques liées au son, il y en a aucune à ma connaissance.

-Tu peux évidement mettre des liens dans tes RP pour y ajouter de la musique.

Liori : +10xp Lecteur



Dernière édition par Liori Satsubatsu le Ven 20 Aoû - 21:12, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Akihiko Nao[finit]   Lun 9 Aoû - 21:43

Alala... les fameuses fautes, j'ai souvant ce problème... pourtant je me suis relu... je tacherais de faire plus attention à l'avenir.


Et merde les balises de couleurs! J'avais oublié!


Donc ma liste est validé...je peux avec trois techniques? (et le bg c'est pourquoi?)

Et si j'ai bien compris, je suis déjà niveau 2 car j'ai gagné 10xp?

Pour le manteau...donc mon personnage l'aurais mais il serait inutile? Bah je vais dans ce cas l'enlever de l'histoire, aussi non ça manquera de logique.

Bref, merci beaucoup d'avoir pris le temps de tout lire, je vais passer aux autres étapes de ce pas!
Haha !

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Akihiko Nao[finit]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le temps est passé tellement vite, il fait déjà nuit ! [PV : Akihiko]
» Daemon , le petit démon :D [non finit]
» On finit par s'habituer à tout ? Terminé
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-