Partagez | 
 

 Retour au bercail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Retour au bercail   Dim 16 Jan - 21:37

Hakai saisissait de son étui ses lunettes de soleil. Il avait quitté l’hôtel qui les avait hébergé tout du long de cette mission. Probablement ne reverra il jamais cet endroit, comme s’il allait lui manquer. L’homme afficha un petit rictus avant de s’accouder à une barrière. Cela faisait deux missions qui le conduisaient loin de Konoha, il retrouvait une liberté qu’il avait jadis abandonné pour rejoindre le village militaire. A cette époque, il avait soif de vengeance sur la vie, il aimait prouver que malgré son passé il pouvait arriver à surpasser tous ces gosses de riche. Jamais il n’avait pensé appartenir lui-même à un clan réputé. Comment un rebelle comme ce petit garçon avait pu devenir le shinobi qu’il était ? Certain événement avait forgé son caractère, avait affûté son esprit et d’autre l’avait révolté. La vie dans un village avait l’avantage de ne jamais se ressembler.

L’Uchiha avait également rencontré du monde, beaucoup de monde. Une simple séance d’entraînement c’était soldé en un combat pour l’honneur contre Kenji. Il avait à plusieurs reprises croisées le fer avec cet Uchiha pour diverse raison, l’arrogance, les idéaux, l’entraînement, mais tous s’étaient mal terminés pour le chuunin. Encore aujourd’hui il aspirait à une revanche et s’entraînait chaque jour pour combler ses lacunes et approcher suffisamment le cygne pour l’abattre. La rivalité tissait de curieux lien, car Hakai se sentait proche du jeune homme, il le considérait en quelque sorte comme un vieil ami même si jamais il ne lui avouerait.

Autant avec Kenji, Hakai n’avait jamais parlé de cette amitié, qu’autant avec une autre personne il n’avait de cesse à lui répéter. Cette seconde personne qui était de loin la plus importante pour l’homme était Taka Uchiha. Une jeune femme a la beauté troublante qui n’avait pas manqué de faire tomber l’homme sous son charme. Chaque jour celui-ci accordé une pensait à cette femme qui occupait une place prépondérante dans son cœur. Ils s’étaient rencontré alors que chacun sortaient peu à peu de l’adolescence, une merveilleuse maladresse de la jeune femme les conduits à tant de chose. Aujourd’hui cela les menait à réussir une mission ensemble. Hakai était heureux d’avoir aidé à réconcilier la jeune femme avec le succès après cette erreur qui lui coûta l’échec d’une mission de rang B.

A présent, il était temps de rentrer au bercail, mais non sans faire visiter un peu du pays à la jeune femme. Hakai le savait, elle n’avait eut que rarement des occasions pour s’aventurer dans les contrées du pays du feu et ne demandait qu’à voir ces merveilles, il était normal qu’Hakai lui offre ce bonheur.

La porte de l’hôtel s’ouvra et laissa sortir la jeune femme. Son visage était marqué par la fatigue, mais cela ne l’empêcha pas de sourire au jeune homme lorsqu’elle croisa son regard. Elle s’approcha lentement, sac à bout de bras. Tout semblait indiquer qu’elle n’avait pas particulièrement l’envie de débuter une longue marche.

[Hakai]"Longue nuit, mais ne t'en fait pas. Je nous conduits à une bonne auberge où nous pourrons nous y reposer comme il se doit."

Ils étaient tous les deux las des derniers jours. Veiller toute une nuit sur le toit d’un immeuble, à découvert du froid et surtout dans des positions inconfortable mettait à mal les organismes mêmes les plus entraînés. Hakai observa Taka se masser quelque peu la nuque avant d’admirer un peu plus son visage.

*Même fatigué elle est magnifique.*

-Longue mission... Je hais l'incompétence des gens. Tu crois qu'on ne peut rien faire pour les enfants que l'on a vu, près de la charrette?

Hakai fut quelque peu surpris. Alors qu’elle était fatigué, que son sac lu semblait lourd, que ses jambes avaient déjà du mal à la tenir debout, elle pensait à ces pauvres gosses. Un franc sourire apparut sur le visage de l’homme, mais malheureusement il ne pouvait rien faire d’efficace.

[Hakai]"Nous pouvons toujours les aider pour aujourd'hui, mais demain nous ne serons plus la. Donne un poisson à un homme et tu le nourris pour une journée, apprends lui à pêcher et tu le nourris pour toujours."

La dure réalité ne réjouissait guère les deux amies. Taka scruta quelque peu le ciel, certainement occupé à chercher après une quelconque solution.

-Et en faire des ninjas? Quelle utopie... Mettons nous en route. Je te suis.

Tous deux sourires en sachant de qui il était question. Il est vrai que cela résoudrait énormément de problème, mais on pouvait envoyer tous les enfants mendiants à Konoha. De plus, comment arriveraient-ils à destination ? Hakai avait eu la chance d’être guidé par les renards, mais…

[Hakai]"Attends... Tu viens de me donner une idée."

Pourquoi n’y avait-il pas pensé plus tôt ? Konoha était certes inaccessible pour ces enfants, mais une autre entité leur ouvrirait ses portes généreusement et avait l’avantage de venir à eux. Il suffisait de savoir comment s’y prendre. Hakai fit signe à Taka de l’attendre quelque minute avant de pénétrer une nouvelle fois dans l’hôtel. Il n’y avait pas foule à cette heure, simplement quelques personnes buvaient leur café assis à une table. L’Uchiha ne traina pas et se dirigea vers le bar, il s’empara d’un stylo et d’un bout de papier.

[Hakai] « J’ai besoin que vous fassiez tourner une rumeur pour moi. Dites à tout le monde qu’un homme défi ici même la compagnie du renard. Crier le même s’il le faut, mais il faut qu’ils viennent dans ce bar. Si vous faites correctement votre travail, la ville recevra une troupe de saltabanque, il faudra alors leur donner ce papier. Prenez cet argent, je compte sur vous c’est une question de vie ou de mort pour certain. »

Et il s’en alla. Il n’avait aucun moyen de savoir si oui ou non cela allez marcher, mais il aimait y croire. Si il avait bel et bien raison, Nago viendrait dans cette ville et recevra de ses nouvelles. Plusieurs enfants avaient un don dans ces taudis, cela ne faisait aucun doute et Nago adorait voir évoluer les jeunes.

Hakai retourna prêt de Taka. Celle-ci ne cacha pas sa surprise et son visage suffisait à poser la question.

[Hakai]"Même si mon passé est unique, je peux essayer de donner un petit coup de pouce à ces jeunes. Je viens de faire tourner la rumeur comme quoi un fou défi les renards dans ce bar. Si tout va bien... ils devraient passer en ville. La suite c'est au destin de le provoquer."

Elle lui sourit.

-Ce sera sans doute mieux comme ça...

[Hakai] « En route. »



Dernière édition par Uchiha Hakai le Dim 3 Avr - 17:18, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Retour au bercail   Mar 18 Jan - 14:09

La dernière image qu’il lui resterait de cet endroit serait cette chambre au lit défait. En revanche, la meilleure… C’était encore celle de la jetée à la nuit tombée.

Elle avait passé des heures les yeux ouverts à scruter le noir, à attendre que quelque chose bouge. Le clapotis de l’eau était régulier, les bateaux amarrés oscillaient doucement sous l’effleurement des vagues. Dans le ciel, seules quelques étoiles se battaient dans des duels que la lune pleine masquait partiellement, et en dessous, une mer d’encre et d’huile s’évadait dans un voile noirâtre sans arriver à masquer la ligne de sa surface.

Taka avait quitté son poste plusieurs fois pour s’abandonner au monde marin. Seule, au bout d’un ponton, ou assise sur un muret, elle demeurait face à la mer avec personne pour la déranger puisqu’il n’y avait, de toute façon, personne à surveiller. Oui, la jeune fille avait apprécié ces moments de calme, même si la fraîcheur du littoral venait parfois exciter chaque parcelle découverte de sa peau. Même si quelques coups de vent affectueux donnaient la chair de poule.

L’esprit aussi plein de ces images que de traits tirés son visage, elle prit les quelques marches qui la menaient jusqu’à l’entrée de l’auberge. Elle fit tout de même une halte au comptoir où un employé terminait d’essuyer quelques couverts.


- C’est l’heure ? Vous nous quittez ?

- Je crois bien, oui. Je règle les derniers services et je me retire loin du bord de mer… Qui sait pour combien de temps.

- Ah ! Chaque chose en son temps.

De la monnaie s’échoua sur le plan de travail qui séparait les deux interlocuteurs. Taka releva la tête pour adresser un dernier sourire à ce chaleureux serveur qui avait su s’occuper de leur séjour avec brio. Elle s’autorisa un signe de tête en guise de remerciements puis tourna les talons.

- J’espère que vous avez apprécié notre ville. Revenez quand vous voulez !

Tout en parcourant les derniers mètres, sac en main, elle leva son second membre pour accuser réception de l’offre de l’homme. Un instant plus tard, le soleil venait frapper son visage dès lors qu’elle avait franchi le seuil de la porte. Un peu plus loin, Hakai se tenait accoudé à une barrière, le regard masqué derrière des lunettes de soleil, à scruter elle ne savait quoi. D’un pas léger elle s’approcha, petit sourire aux lèvres, et déposa son barda avant de porter une main à sa nuque légèrement douloureuse. Un petit soupire s’échappa de sa bouche tandis qu’elle écoutait ce que son ami avait à dire.

- Longue mission… Je hais l’incompétence des gens. Tu crois qu’on ne peut rien faire pour les enfants que l’on a vus près de la charrette ?

Evidemment, cette question portait déjà la réponse qui lui était associée. Cependant, Hakai prit le temps d’y répondre… En parlant de poisson. C’était assez. Le poisson était sans doute monté à la tête de chacun, et Taka redoutait presque qu’on lui en propose pour le repas.

Mauvaise humeur mise à part, il était clair que rien n’était faisable dans l’immédiat. Après tout, deux ninjas de classe moyennes ne pouvaient pas changer une ville à eux seuls. Ce n’était qu’une idée lancée dans les airs, une idée non réalisable. Pourtant, elle se surprit à la pousser plus loin, non sans arrière-pensée, ni sans exemple.

- Et en faire des ninjas ? Un petit rictus ponctua sa phrase. Quelle utopie… Mettons nous en route, je te suis.

Elle s’apprêtait à saisir son sac, délaissant le ciel pour quelque chose de plus accessible. Cependant, la réaction de son ami la laissa un peu pantoise. Il avait une idée ; brillante, elle l’ignorait, mais une idée. Elle le regarda en haussant les sourcils, lui qui entrait à nouveau dans l’auberge. Il ne se passa guère de temps avant qu’il revienne, suffisamment peu pour qu’elle n’ait trouvé la réponse à ses questions. Des questions que seule son expression rendait évidentes.

- Même si mon passé est unique, je peux essayer de donner un petit coup de pouce à ces jeunes…

La suite apparut clairement dans l’esprit de la jeune fille. Néanmoins, les affirmations de Hakai venaient confirmer la solution trouvée. Elle n’était en rien surprenante. Et même si la chance était à provoquer et sans grand pourcentage de réussite, ne rien faire aurait seulement offert une absence d’opportunité pour ces enfants. Elle lui décocha un petit sourire.

- Ce sera sans doute mieux comme ça.

Fin près, les deux shinobis épaulèrent leurs affaires et quittèrent le port sans même lui accorder un dernier regard. Ils passèrent par la grande arche qui sonnait l’entrée de la ville et filèrent directement vers l’ouest, sur le premier chemin qui leur était présenté. La prochaine étape du voyage se trouvait à quelques heures, d’après les dire de Hakai. Une auberge sur la route, où il faisait bon vivre et où l’accueil semblait chaleureux… C’était du moins ce qu’elle espérait bien que l’étape ne se fasse qu’une nuit durant.

Les deux mains sur les sangles de son sac, elle leva la tête pour lancer ses yeux au loin dans la plaine. Fatiguée et lasse, oui, mais réjouie d’avoir mené cette enquête à terme. D’ailleurs, son visage rayonnant d’un nouvel éclat en était plus qu’un témoin.



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Retour au bercail   Mar 18 Jan - 16:15

Le soleil avait atteint son apogée en cette nouvelle journée qui paraissait chaude. Le ciel était d’un bleu éclatant et seules quelques envolées d’oiseaux venaient troubler ce paradis bleuté. Une légère brise bienfaitrice venait caresser le visage des deux shinobis leurs épargnant de souffrir de la chaleur ambiante. Cela faisait plus d’une heure qu’il avait quitté le port de Taka et les jambes de l’homme se faisaient déjà lourde. Il n’imaginait pas ce que devait ressentir son amie a ce moment… Par moment, il regardait dans son dos, son regard fixé sur cette femme qu’il n’avait pas manqué de remarquer sa mine joyeuse. Il se contentait de sourire timidement lorsqu’elle s’apercevait de son soudain intérêt. Il n’était sans doute pas difficile de comprendre à quoi il pensait, mais cela devait rester dans leurs esprits.

Ils continuaient à courir sur cette route de terre. La plaine étaient immense et se ressemblait, toujours cette étendue herbeuse à perte de vu orné de quelque rocher par ci par la. Cependant Hakai savait parfaitement ou ils étaient, il savait que dans quelque minute, une masse sombre et peu accueillante apparaîtrait au lointain signifiant la fin du voyage.

Et il avait vu juste, un peu plus loin se dessinait une petite auberge perdue aux milieux d’une étendue herbeuse. Le bâtiment qui paraissait modeste vu de l’extérieur cachait en fait d’innombrable trésor sous son infrastructure, mais elle allait avoir tout le temps pour les découvrir. Hakai pressa le pas pour les derniers mètres, son regard resta figé quelque instant sur une croix à l’arrière de l’auberge avant de revenir à la réalité. Son poignet tira sur la porte et il laissa Taka pénétrer la première dans le lieu où son visage allait retrouver sa gloire d’antan. L’intérieur n’avait lui non plus rien d’extraordinaire et c’était justement cela qu’était venu chercher Hakai, la simplicité et le confort. Le service était de qualité et le bâtiment avait un avantage certain camouflé ici bas. L’Uchiha enleva ses lunettes et afficha un franc sourire à l’aubergiste.

[Hakai] « Vous avez la salutation des renards, Takidawa. »

[Takidawa] « Et les renards ont celle de Takidawa. »

Il ne fallu attendre longtemps pour voir les deux hommes s’enlacer généreusement.

[Takidawa] « Regarde l’homme que tu es devenu ! Avant je ne devais même pas lever la jambe pour te botter le cul ! »

L’épais rire de l’homme vint inonder la pièce. Takidawa était un homme fort, mais dont l’age à peu à peu réduit sa constitution pour laisser à présent un homme d’une cinquantaine d’année avec le traditionnelle ventre. Cependant, son visage avait gardé ses traits durs renforcés et étaient par une fine barbichette noire à la façon des samouraïs.

[Takidawa] « Que puis-je faire pour vous ? »

L’homme profita de ce moment pour s’incliner devant Taka qu’il n’avait alors pas remarqué.

[Hakai] « Nous allons rester une journée pour nous détendre. Il nous faudrait deux chambres séparées pour ce soir et… prépare donc tes sous-sols pour mon ami. » Il tourna le visage vers Taka et un petit sourire éclairci son visage « Elle en a bien besoin. »

D’un geste fort, Takidawa tapa trois fois dans ses mains et se fut alors un véritable festival d’employés qui apparurent dans la pièce. Certain prirent la direction de l’étage et d’autre descendirent. Hakai regardait Taka toujours en souriant, pour le moment, elle ignorait tout de ce que l’homme préparait pour elle. Il connaissait ses goûts et savait parfaitement ce qui lui faudrait pour la requinquer.

[Hakai] « Je ne peux pas venir avec toi au sous-sol. Tu comprendras pourquoi lorsque tu y seras. Attends ici que Takidawa te dit que c’est prêt. Ok ? »

L’homme se dirigeait vers la sorti non sans jeter un dernier regard à son ami qui fronçait déjà des sourcils, visiblement déçu d’être abandonné de la sorte. L’Uchiha l’aurait bien réconfortait comme il réconfortait souvent sa sœur, mais Taka était bien plus que cela, alors il ne fit rien et se contenta de l’effacer de son champ de vision. L’homme s’apprêtait à retourner dans son passé l’espace d’un instant, elle n’y avait sa place.

Derrière le bâtiment se trouvait une croix, synonyme d’un défunt enterré ici. Hormis Takidawa, seul certain membre de la compagnie des renards connaissaient l’identité de cette personne morte ici même.

***

C’était par une nuit orageuse, une petite troupe de saltimbanque avait comme à son habitude, prient ses quartiers dans cette auberge où il y faisait bon vivre. A l’époque, l’auberge n’avait pas autant de renommer et seul son patron, un homme fort et robuste et sa petite fille y travaillaient. Seul au coin du feu, un petit garçon aux yeux sombres regardaient les flammes danser dans la cheminer. Celui-ci était trop rêveur pour remarquer les regards posés sur lui. Il fallut l’intervention d’une petite fille pour l’arracher à ses rêves. Elle tendait une tasse de chocolat.

[Sanara] « Bois, cela te réchauffera. »

[Hakai] « Merci… »

[Sanara] « Moi c’est Sanara, je suis la fille du gérant. Tu n’es pas un peu jeune pour te balader avec eux ? »

Elle pointa du doigt tous les membres de la troupe ce qui les fit bien rire.

[Hakai] « C’est ce qui se rapproche le plus d’une famille pour moi… »

A peine que l’enfant avait terminé sa phrase que des explosions se faisaient entendre à l’extérieur. Des brigands, avides de pillage, jetaient de petite bombe sur le toit provocant un début d’incendie. A l’intérieur, Sanara s’était réfugié dans les bras de son père tandis que les membres du renard sortaient en toute hâte à l’extérieur. Tous n’étaient pas des combattants, mais ils avaient tellement affronté les bandits sur les routes qu’ils savaient comment s’y prendre.

***

Les bandits furent rapidement en déroute, mais la compagnie ne pouvait pas toujours être présent. Plusieurs années plus tard, une nouvelle attaque eut lieu, mais cette fois, personne n’était ici pour la défendre. Samara décéda après avoir reçu une poutre d’une tonne sur le crâne.

Hakai s’était accroupi pour lire les initiales gravées sur cette petite croix en bois. Il ne pouvait imaginer la peine qui régnait dans le cœur de Takidawa… Sa fille respirait la vie, sans doute un peu trop. Cela lui avait apporté son lot d’ennuie, mais toujours elle s’en était tirée héroïquement. L’homme passa sa main sur le bois avant de se relever, l’hommage était fait…

MessageSujet: Re: Retour au bercail   Sam 29 Jan - 0:46

Quelques heures de marche seulement et déjà sonnait le temps du premier bivouac.

Esseulée au milieu d’une large plaine, où de faibles pentes formaient de bas-reliefs, une auberge se dessinait, dominant la campagne et ses longues étendues d’herbe. Approximativement, Taka savait où ils se trouvaient, mais seul son ami aurait pu les replacer avec précision sur une carte.

Elle s’immobilisa un instant pour jeter un œil à trois cent soixante degrés, admirant la profondeur des lieux. L’étalement de cette steppe était si grand qu’il se perdait dans la lumière diaphane de l’horizon, là où plus rien ne se laissait distinguer, masqué par les impuretés de l’air. La jeune femme inspira longuement avant de suivre les pas de son camarade qui s’éloignait sans même prêter attention à elle, comme s’il lui était impossible de résister à l’appel de cette auberge qui, elle le devinait, subissait les assauts répétés des yeux de Hakai.

Quelques secondes plus tard, elle se retrouvait à sa hauteur, parcourant le sentier dans ce silence qui était le sien depuis qu’ils avaient quitté le port. Ce fut encore sans un mot qu’elle surprit le regard insistant de son ami dont l’intérêt semblait éveillé par une croix plantée à l’arrière de la bâtisse. Taka autorisa un à deux allers retours à ses yeux, passant du jeune homme à cet objet curieux planté dans le sol et dont elle ignorait la signification.

Ils arrivèrent rapidement à la porte, Hakai ayant quelque peu pressé le pas. Là, il saisit la poignée pour permettre l’accès à l’intérieur du bâtiment et laissa, avec galanterie, passer sa compagne.

Dedans, il n’y avait rien d’extraordinaire ou de surprenant. La décoration était simple, le mobilier tout autant. En revanche, la netteté des lieux était indiscutable et ce fut un en furtif coup d’œil que Taka constata que rien n’était à reprocher sur la tenue du matériel en présence. Elle se décala lorsqu’elle senti la stature massive de Hakai arriver dans son dos. Ce dernier passa juste devant elle comme pour prendre les commandes. Elle nota le sourire qu’il affichait à l’adresse de l’homme qui se trouvait un peu plus loin.

Lui aussi grand et fort, le dénommé Takidawa, au rire épais et retentissant, semblait encore dans la force de l’âge. Sans doute un peu plus vieux que Nobuo, il avoisinait probablement la cinquantaine, peut-être plus. Taka le dévisagea un instant afin d’en détailler la morphologie, profitant de la discrétion que procurait l’intérêt mutuel que les deux hommes avaient l’un pour l’autre. Il s’inclina néanmoins devant la jeune femme dès qu’il l’eût remarquée.

Les yeux de la Chuunin allèrent de Takidawa à Hakai pour revenir ensuite sur le premier qui semblait déjà disposé à les accueillir. A peine la demande formulée, un ballet d’employés se mit en besogne sous l’impulsion de trois claquement de mains. Taka admirait cette discipline et cette efficacité apparente sous l’œil bienveillant de son ami pour qui elle seule semblait digne d’intérêt, à ce moment. Elle finit par se retourner vers son ami, croisant son regard et son sourire, non sans interrogation.


- Je ne peux pas venir avec toi au sous-sol. Tu comprendras pourquoi lorsque tu y seras. Attends ici que Takidawa te dise que c’est prêt, ok ?

Elle affirma avec un petit son, un signe du chef et un léger froncement de sourcils, puis retira son sac à dos pour le poser au sol.

- Et toi tu…

Déjà, il s’éloignait en direction de la sortie. Elle se redressa puis se retourna afin de le regarder disparaître à l’extérieur. Ses épaules s’affaissèrent légèrement puis elle s’accroupit de nouveau pour farfouiller dans ses affaires. Elle en sortit une petite gourde dont elle consomma quelques gorgées du contenu. Se laissant aller à sa fatigue elle s’installa sur une chaise proche, attendant comme l’on lui avait dit de faire.

Moins d’une dizaine de minutes plus tard, Takidawa apparut devant elle en s’inclinant à nouveau légèrement.


- Si vous voulez bien, mademoiselle, je vous invite à suivre Tara. C’est elle qui va vous conduire jusqu’aux sous-sols.

Ce disant, il désigna une jeune fille, bien plus jeune que Taka, aux cheveux blonds et courts. Elle s’inclina par politesse et prit les devants. Remerciant chacun d’eux, la Chuunin se contenta de suivre ensuite la serveuse en silence, préférant laisser se balader ses yeux sur les parois des murs où des décorations simples se succédaient.

En bas des premières marches, un carrefour en forme de « T » laissait le choix entre trois directions. Elle emprunta celle de gauche, marchant quasiment dans les pas de la jeune fille. Sa curiosité prit alors le dessus sur son manque d’envie de parler.


- C’est plutôt étrange comme coin… Quel genre d’endroit est-ce ?

- C’est une vieille bâtisse. A l’origine, l’extérieur était bien plus grand. Je crois qu’elle appartenait à un ancien noble ou seigneur… Mais depuis, elle a été récupérée par la famille de Takidawa-san.

Évidemment, un seigneur ou un noble signifiait forcément des secrets. Taka regarda derrière elle afin de percevoir le bout du couloir qu’elle parcourait. Elle avait presque l’impression qu’il s’agissait un ancien labyrinthe bas de gamme et ne doutait pas que, des décennies plus tôt, ces allées étaient sans doute beaucoup moins éclairées et parées qu’à l’instant où elle les côtoyait. Elle s’arrêta brusquement puis fit un pas en arrière. Devant elle, Tara se massait succinctement l’épaule après d’être faite percuter. La Chuunin s’excusa de son manque d’attention avant de découvrir, derrière la porte qu’ouvrait la jeune fille, une grande pièce d’eau où un large bassin central s’attirait toutes les attentions.

Sous invitation, Taka fit un pas pour pénétrer la salle puis laissa passer Tara qui s’empressa de procéder à quelques vérifications. Les yeux de la kunoichi la suivirent l’espace d’un instant avant de se perdre entre les vapeurs d’eau, l’éclairage tamisé, les quelques bougies qui répandaient des arômes fruités dans toute la pièce. Elle regarda ensuite le petit meuble de bois qui juxtaposait cette grande baignoire et où de multiples poudres gisaient dans des bocaux soigneusement entreposés.


La petite serveuse vint s’immobiliser à côté avant de prendre la parole.

- Il y a tout un tas de senteurs qui, je suis sûre, contenteront vos goûts. L’eau du bassin est juste chaude et les serviettes sont ici. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à me faire appeler. Elle tendit le doigt vers une petite poignée reliée à un fil lui-même directement raccordé à une petite clochette. Tirez ceci et je viendrai vous apporter tout ce dont vous avez besoin. Elle passa ensuite à côté de la jeune femme pour rejoindre la sortie. J’espère que vous apprécierez votre bain.

Un dernier sourire et l’adolescente refermait délicatement la porte pour laisser Taka à sa solitude et à cette chaude et humide atmosphère. Son sac tomba au sol tandis qu’elle se mettait à parcourir les lieux, détaillant chaque coin.

Dans la pièce silencieuse, ses pas feutrés venaient répandre un léger bruit de frottement qui résonnait entre les murs. Ses yeux se baladèrent sur la roche grise où des reflets orangés, émanant des quelques bougies, venaient virevolter. Elle passa un doigt sur la surface d’une pierre puis laissa glisser sa main le long du mur avant de revenir vers le bain. Les yeux fermés, Taka huma l’odeur des huiles qui s’élevaient avec la vapeur d’eau, puis elle porta la main au premier bocal à sa portée. Le couvercle levé, il libéra une douce odeur de jasmin. Un sourire décora instantanément son visage tandis qu’elle verser un peu de cette poudre parfumée dans l’eau.

La Chuunin reposa ensuite le bocal et se dévêtit avec douceur, pliant convenablement ses affaires afin de les poser non loin. La surface de l’eau fut troublée par la pointe de son pied qui pénétra doucement dans le bassin. Avec fluidité, elle s’y laissa glisser appréciant la tiédeur qui montait en elle. Ses cheveux flottèrent en surface quelques instants avant qu’elle ne s’immerge totalement.

La jeune fille ressortit sa tête de l’eau et reprit son souffle. Elle regarda, l’espace d’une seconde, cette mèche de cheveux qui retombait devant son visage puis se mit à la faire boucler autour de son doigt.

Ce bain, elle l’avait mérité. Du moins, c’est ce qu’elle se répétait pour ne pas se rendre coupable de profiter d’un instant pareil. Un instant qu’elle n’avait plus connu depuis bien longtemps…



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Retour au bercail   Sam 29 Jan - 3:27

Le passé ne devait en aucun cas venir perturber le présent. Pas ici, pas maintenant. Ils étaient venu chercher le repos, Hakai ne voulait en aucun cas que ces vieux démons ne viennent une nouvelle fois perturber sa jeune amie… Il l’avait déjà suffisamment influencé pour un simple ami… Alors que l’Uchiha faisait glisser une dernière fois ses doigts sur la croix de bois des pas venaient perturber son ouïe. Il leva les yeux et la masse colossale de Takidawa lui apparut. Tous deux avaient perdu le sourire qu’ils affichaient si naturellement.

[Takidawa] « Cela remonte à des années… N’est-ce pas mon ami. »

Les paroles de l’homme semblaient les aspirés dans le temps. Alors que l’Uchiha se rappelait les moments passaient avec cette petite fille si dynamique, son père voyait cette poutre s’écrasait sur sa fille, incapable de bouger, incapable de la sauver. Il n’y avait pas pire souffrance pour un père de voir mourir sa fille devant ses yeux et quelle injustice pour des parents d’enterrer ses enfants…

Le chuunin ne pouvait regarder l’homme en face, il n’y était pour rien dans ce tragique accident, mais aurait aimé être la, juste pour essayer au moins de retenir cette poutre… ou bien de remplacer Sanara et de mourir à sa place. Le résultat aurait été le même de toute façon. L’homme repensait au doute des médecins sur sa possible maladie et du patrimoine génétique que lui avait donné son père… Cela n’aurait pas été une grosse perte.

[Takidawa] « Hé… regarde ça. »

Alors qu’Hakai s’attendait à un acte de recueillement de l’homme, il l’observait se diriger vers sa battisse. Intrigué, l’Uchiha le suivit jusqu’au mur. Takidawa s’était accroupi et avait enfoncé son doigt dans un orifice qu’Hakai n’avait jamais remarqué après tous ses passages. L’homme décala son doigt afin de laisser un petit espace libre, juste assez grand pour observer ce qui se passait de l’autre côté en toute discrétion.

[Takidawa] « Mais c’est qu’elle a l’air sacrément bien équipé ta copine ! Regarde moi cette carrosserie ! Tu en as de la chance mon pote ! »

Etrangement, cela n’étonna guère le shinobi, mais cela l’embêta que la fille observait était…. Taka.

[Hakai] « Peut-être, mais je n’ai jamais eut l’occasion de « l’observer ». Maintenant a ta place j’éviterais de trop regarder, n’oublie pas que c’est un shinobi entraîner et qu’avec ta voix elle doit déjà t’avoir remarqué… Et crois-en mon expérience personnelle, elle aime incendier les hommes… »

L’homme déglutit une fois avant de refermer rapidement la trappe. Un raclement vint raisonner dans son épaisse gorge.

[Takidawa] « Bah ! De toute façon elle n’en vaut pas la peine… »

[Hakai] « Oue oue… Faut vraiment être fou pour installer ça devant la tombe de sa fille… »

***

L’Uchiha était installé au bar discutant posément avec tous les gens à ses cotés. Tous travaillaient ici et avaient entendu parlé de lui et de la compagnie du Renard. Comme à son habitude, Takidawa n’avait pas lessivé des compliments qui étaient pratiquement tous inventés.

[Hakai] « Non je n’ai pas tué un ours avec deux doigts, je ne sais même pas si j’en serais capable aujourd’hui… Arrêter de croire tout ce que vous dit ce vieil homme, son esprit lui joue des tours. »

[Takidawa] « Bon ! Tout le monde au travail !! »

Takidawa exercer en général son autorité quand il sentait la situation lui échapper. C’était sa façon de se protéger. Il regarda tout d’abord Hakai d’un air mauvais, rageant d’avoir cassé sa principale source d’inspiration. Au final, il demanda à l’Uchiha ce qu’il souhaitait boire. Ayant picolé un peu trop à son goût ces dernières semaines, l’homme décida de reprendre un vieux cocktail qui avait lui également une place dans l’histoire du chuunin. L’odeur de noix de coco s’infiltra dans les narines de l’homme pour son plus grand plaisir. Le liquide sucré réveilla ses papilles et l’homme se sentit étrangement plus réveillé d’un coup.

[Takidawa] « Tu souhaites aussi prendre un bain ? »

Hakai déposa son verre et dégluti avant de répondre.

[Hakai] « Oui, mais avant d’aller me coucher… Cela me laissera le temps de parler un peu avec Taka. Nous n’avons rien fait hormis marcher de la journée… »

Comme par magie, alors que son nom était prononcé, la jeune femme pénétra dans la pièce, les cheveux encore humides, les joues rosies par la chaleur du bain. Hakai eut un sourire sur les lèvres en voyant Takidawa faire un mouvement de recul. La jeune femme s’approchait laissant tomber son sac au pied du tabouret qu’elle occupa par la suite.

-C'est pour moi la noix de coco?

Hakai sourit est décala quelque peu son verre vers la jeune femme, comme une proposition.

[Hakai] «Une seconde noix de coco. »

Puis il observa son amie s’emparer de ce qui était avant son verre pour laper une gorgée du liquide. Son visage qui était jusqu’à présent doux et souriant se transforma en quelque chose de beaucoup plus brouillant, barbare, à croire que la jeune femme allait sauter au coup du pauvre homme qui reculait déjà. Hakai, lui, se contentait de sourire comme pour vouloir dire «Tu l’as cherché » ou bien « Je te l’avais dit ».

Quelque seconde passa, seconde qui se transforma en minute. Taka avait comme qui dirait gelé l’atmosphére, mais Hakai n’avait pas perdu son sourire. Il était heureux de voir une femme remettre à sa place Takidawa. Taka cassa le silence en demandant ou Hakai était passé. Celui-ci resta tout d’abord silencieux.

[Hakai] « J’ai rendu visite à mon passé. »

Taka avait tout de suite comprit. Après tout elle connaissait aussi bien Hakai qu’Hakai se connaissait. L’homme n’aimait voir la mine qu’affichait la jeune femme, mais s’était mieux ainsi. Ils avaient chacun des petites zones d’ombres qu’ils voulaient préserver l’un de l’autre.

[Hakai] « Comment était ton bain ? »

- C'était génial... Ca aurait été parfait si...

Amusé, Hakai prit un air supérieur et se tapa généreusement sur le torse avant de répondre précipitamment à la jeune femme, comme s’il souhaitait terminer sa phrase.

[Hakai] « Si j’aurais été la. Mais vois –tu jeune femme… »

Il arrêta son numéro la avant d’aller bien loin. Il sourit avant de boire une nouvelle gorgée. Taka souriait également, elle savait pertinemment que bien que l’homme désirait cela par-dessus tout, il n’aurait jamais eut la folie de le faire.

-Tu connais Tara ?

Tara… Un nom qui était vaguement familier à l’Uchiha. Les souvenirs d’une fillette, alors beaucoup plus jeune à l’époque que lui qui venait sans cesse lui demander des histoires ou bien de réaliser des tours. En fait, à l’époque, comme tout bon adolescent il avait détesté les gosses…

[Hakai]"Tara? La fillette blonde qui me cassait les pieds à chaque passage dans cette auberge? Elle travaille encore ici?"

- Cassait les pieds?

[Hakai]"Disons qu'elle était gourmande d'histoire en tout genre."

La jeune femme semblait intêressait. Mais qu’avait bien pu lui dire Tara ?

- Quel genre d'histoires?

[Hakai]"Nos aventures avec les renards, mais il n'y avait pas vraiment grand chose à raconter. La plupart du temps c'était Takidawa qui inventait tout."

Tandis qu’elle rigolait, Hakai souriait. Cela faisait un moment qu’ils n’avaient pas parlé ainsi. Cela leur faisait du bien.

[Hakai]"Pourquoi cette questions ?"

- Parce que... je lui ai demandé l'origine de cette auberge...

[Hakai]"Je ne saurais pas étonné qu'elle t'ait raconté une histoire inventé de toute pièce par cette énergumène"

Alors qu’Hakai fixé du regard Takidawa, trois pièces vinrent carresser la surface du bar et roulaient peu à peu en direction de l’homme. Sans même qu’elles aient terminé leur course qu’il s’empressa de les arracher avant de prendre la direction d’une porte où de nombreux employées avaient disparu. Ils étaient enfin seuls et Hakai pouvait enfin lui avouer…

[Hakai]"J'ai quelque chose à te dire et... bien que cela ne soit pas très important, j'ai des tonnes de mots qui me viennent à l'esprit..."

L’homme cherchait ses mots, il n’avait pourtant que trois mots à dire et l’annonce était passés… Mais pourtant il avait une réplique gravée dans la tête. Dans un sens, ce n’était que pour cette réplique qu’il était passé chuunin. Il posa son verre et prit une courte inspiration.

[Hakai]"Sans doute que tu ne te souviens plus de ses mots, mais ils sont gravé dans ma tête, comme cette journée au lac... "Tu imagines ? Un Genin et une Chuunin ? Ca fait bizarre, non ?" Oui ça aurait pu faire bizarre... Et bien ma grande... Je peux t'avouer à présent que je suis chuunin depuis plusieurs semaines."

Elle arrêta soudainement de boire. Cela devait être une surprise voir un choc pour elle. De plus Hakai formulait cela comme une nouvelle demande… Sans doute espérait-il changer un peu les choses…

[Hakai]"Ce n'est pas une nouvelle déclaration d'amour... non... ça je pense que j'ai épuisé mon quota et qu'il n'y a plus rien à prouver... Disons que je ne voulais pas faire dans... la simplicité."

- Pourquoi.... tu ne me l'as pas dit plus tôt?

[Hakai]"Disons que pendant pendant mon séjour chez toi j'ai essayé de trouver un bon moment et puis après il y a eut ce passage chez Kuzako... et la mission ou je n'ai pas vraiment eut la tête à cela. Mais surtout je voulais te laisser les rênes de cette mission pour te prouver que tu étais une bonne kunoichi... et que cette échec n'était qu'une faute."

Elle baissa des yeux et Hakai se mordit la lèvre. Taka avait du mal à digérer les échecs, tout devait être parfait pour elle et cet échec l’avait terriblement infecté. Hakai posa délicatement sa main sur la douce épaule de la jeune femme.

[Hakai]"A l'époque, un homme est mort, mais aujourd'hui tu as probablement sauvé la vie de plusieurs dizaines d'enfants. Tu es une bonne kunoichi."

- Seul le village le dira.

Il y avait plus gaie comme félicitation… Hakai sourit, il laissa retomber sa main de l’épaule de la jeune femme non sans une petite carresse qui se voulait sans doute charmante. Son regard confirmé ce petit instant où l’homme admirait la beauté de la femme.

[Hakai]"Bon... c'est ma tournée je crois?"

- On boit quoi?

L’homme releva subitement la tête vers la kunoichi, un petit sourire au coin. Il suffisait de parler d’alcool pour qu’elle soit de bonne humeur.

[Hakai]"Après ce qu'a fait Tokidawa, on peut boire ce qui coute le plus cher..." avec un large sourire

-Il a sa spécialité?

Se levant de son siège, Hakai fit le tour du bar et commença à fouiller dans les étagères. Toutes les bouteilles où presque possédaient un petit logo prouvant qu’elles faisaient partie d’une marque. Seul deux ou trois bouteilles semblaient venir d’une fabrication artisanal. L’homme, après avoir lu correctement l’étiquette présenta la bouteille à la jeune femme.

[Hakai]"Puis-je vous servir madame ce cocktail fait maison ? Il s'agit d'un cocktail de pomme avec un zeste de mandarine le tout relevé de cidre"

MessageSujet: Re: Retour au bercail   Mer 9 Fév - 23:26

Un énième lissage à l'aide de la serviette et il en était assez. Ses cheveux n'étaient pas tout à fait secs mais suffisamment pour ne pas attraper froid.

Taka replia la serviette humide et la déposa un peu à l'écart afin que le personnel puisse la reconnaître aisément. Elle plongea brièvement la main dans son sac pour en retirer une brosse de petite taille, très facile à transporter lors de longs voyages, qu'elle passa le long de sa longue chevelure sombre. Elle reprit son geste plusieurs fois jusqu'à ce que chaque mèche s'accorde quasi parfaitement avec sa voisine. Ce fait, la chuunin rangea l'objet qu'elle tenait et reprit un rituel similaire à mains nues.

Coiffure entre le naturel et le soigné, elle rassembla le reste de ses affaires et quitta la pièce où des vapeurs poursuivaient leur danse un peu partout dans l'air surchargé d'humidité. Dans le couloir, le duvet qui recouvrait sa peau se redressa et elle trembla légèrement en raison de la soudaine fraîcheur des lieux. D'abord tournés à gauche, ses yeux changèrent de direction pour l'autre côté du corridor, à la recherche du chemin emprunté pour arriver jusque là. Elle soupira un instant puis se mit en marche.

Entre les murs de pierre, le bruit de ses pas se baladait sans fin, se faisant écho à lui même. Taka avançait en laissant son instinct décider de la route à suivre, néanmoins accompagné de bribes de souvenirs.

Que ce bain avait été bon... Tellement agréable qu'elle avait oublié certaines des dernières heures passées. Il en fallait cependant plus pour qu'elle omette ce petit épisode d'espionnage. Vieux pervers, il ne payait rien pour attendre.

Elle accéda rapidement à l'escalier qu'on lui avait fait emprunter avant tout ceci. La porte en haut était entrouverte et les voix masculine de Hakai et Takidawa parvenaient déjà jusqu'aux oreilles de la jeune fille qui fit pivoter l'accès sur ses gonds avant de prendre directement place à côté de son ami. Sourire aux lèvres, elle désigna le verre de ce dernier, annonçant plus ou moins subtilement qu'elle en prendrait rapidement possession.

Chose faite elle tira une gorgée dessus avant de le reposer, la mine totalement satisfaite. Jusqu'à ce que son regard tombe sur le propriétaire des lieux.

Cette expression froide, profondément hostile, tellement sauvage mais qui tendait vers un calme infini prit possession de son visage dès lors que Takidawa fut la cible de ses yeux. Un muscle tressaillit dans le cou de la jeune femme. Quel gaspillage, s'avoua-t-elle, persuadée de mettre à mal les bénéfices de ce repos qu'elle attendait depuis longtemps. Elle décida donc de passer pour cette fois... Après tout, ces formes que lui avaient donné la nature devaient bien servir à quelque chose et si ce bonhomme là avait pu exciter un peu ses hormones, c'était tant mieux pour lui.

Le laissant de côté, elle revint sur son ami dont les activités l'intriguaient encore. Du moins, elles l'intéressèrent jusqu'à ce qu'elle eût une idée du sujet... Le passé de Hakai avait ses tourments et son lots de mauvais souvenirs, et bien qu'elle n'eût aucune connaissance sur la signification de cette croix, dehors, elle avait le sentiment profond que rien de réjouissant ne se cachait là dessous. Aussi, elle décida de ne pas tenter d'en savoir plus.

Peu de temps après - histoire que quelques paroles s'échangent encore - Hakai laissa rouler quelques piécettes sur le comptoir qui sonnèrent comme un signal. Takidawa se retira, laissant les deux jeunes gens seuls dans la pièce. Devant ce manège, Taka cessa de consommer ce qu'il restait de son jus de coco et déglutit en haussant les sourcils.


- Sans doute que tu ne te souviens plus de ses mots, mais ils sont gravé dans ma tête, comme cette journée au lac... "Tu imagines ? Un Genin et une Chuunin ? Ca fait bizarre, non ?" Oui ça aurait pu faire bizarre... Et bien ma grande... Je peux t'avouer à présent que je suis chuunin depuis plusieurs semaines.

Il s'arrêta un instant, elle ne buvait toujours pas, le fixant sans réagir, sans changer le moindre des traits de son visage.

- Ce n'est pas une nouvelle déclaration d'amour... non... ça je pense que j'ai épuisé mon quota et qu'il n'y a plus rien à prouver... Disons que je ne voulais pas faire dans... la simplicité.

Elle aurait voulu soupirer de soulagement mais s'en retint par respect pour lui au même titre qu'elle l'avait fait en masquant un rictus vexé à la prononciation du "ma grande". Au lieu de ça, elle canalisa l'ensemble de ses émotions dans une simple phrase à la limite du reproche, n'en étant pourtant pas un.

- Pourquoi tu ne me l'as pas dit plus tôt?

Évidemment, bien des choses s'étaient succédées avant qu'ils n'en arrivent là. Vivre sous le toit de Taka n'avait pas du être simple, la rencontre avec Kuzako était une épreuve encore bien pire. Quand elle y repensait, il y avait tant de choses qui étaient susceptibles de se bousculer dans l'esprit de chacun, qu'il était difficile d'y placer une quelconque déclaration, ou ne se fusse que la simple envie de quelque chose.

Quant à ce désire de laisser diriger Taka, elle prenait cela comme une offense. Avoir été traité différemment à cause de cet échec passé mais encore vivant à sa manière dans l'esprit de la jeune fille... Elle concevait parfaitement l'idée de son ami, il voulait simplement rendre service; cependant elle digérait mal la démarche.

Une bonne Kunoichi? Certainement pas... Une Kunoichi moyenne, tout au plus. Voilà ce que le miroir lui renvoyait. Mais l'admettre ouvertement et de cette façon, c'était là bien la dernière des choses à faire. Quelque part, elle gardait ce réflexe de professeur ou... de chef d'équipe.


- Seul le village le dira.

Mais il se trompait parfois.

Hakai se jeta derrière le comptoir et entreprit de fouiller parmi les bouteilles. A la grande curiosité de Taka, qui sentait s'éveiller en elle un certain goût pour l'alcool , il dégagea du lot une mixture qu'elle n'avait jamais vue avant sur les étagères des bars.


- Puis-je vous servir madame ce cocktail fait maison ? Il s'agit d'un cocktail de pomme avec un zeste de mandarine le tout relevé de cidre.

Elle leva un sourire sur son ami avant de mettre son premier verre de côté.

- Mademoiselle! Et ce sera juste un doigt... sans jeu de mots écœurant.

Elle afficha une mine dégoutée, choquée par sa propre remarque et tenta de presser le mouvement agitant la main devant-elle. Le récipient glissa jusqu'à ses doigt et un liquide ambré en emplit le fond afin qu'elle y goutte une première fois.

Taka engloutit sa gorgée dans l'instant et laissa le sucre exciter ses papilles.

- Cela te convient?

Elle déglutit en savourant puis tapa le cul de son verre sur le comptoir.

- Tavernier! Un verre complet! Et le même pour vous!

L'espace d'une fraction de seconde, sa joie apparente se dissipa pour revenir encore plus puissante. Il fallait boire... Après tout, l'on fêtait une promotion que l'on attendait depuis longtemps.

Les deux verres furent emplis jusqu'à raser les bords. La bouteille fut laissée à portée de main et bien en évidence sur le comptoir au cas où l'un des deux ne sentait pas sa soif étanchée. Hakai, sourire accroché au visage, approcha son verre de lui. La jeune fille quant à elle s'attarda à faire baisser un peu le niveau du sien avant de trinquer à la santé du nouveau Chuunin. Elle s'empressa de boire à grandes gorgées, laissant les paroles de Hakai sombrer dans un coin de sa tête où elle tentait de les oublier.

« A ta santé, jeune et belle Kunoichi! ».

Il ne pouvait pas s'en empêcher. Elle allongea sa descente d'une gorgée supplémentaire et émit un petit bruit avec sa gorge lorsqu'elle eût terminé de boire. Verre à mi-plein, elle se tourna vers son ami.


- Et après? Que fait-on?

La question ne semblait pas comprise. La jeune fille se reprit donc à deux fois avant d'arriver à obtenir ce qu'elle voulait. Certes, du repos était la première choses attendue, mais avant de sombrer totalement dans le monde des rêves, il fallait écouler les heures qui les séparaient de la nuit; du repas aussi.


- Mon cœur te dirait qu'il veut passer du temps avec toi... Mais je préfère te laisser le choix. Après tout, c'est pour que tu te reposes que nous nous sommes arrêtés ici.

Elle leva l'index au ciel, l'accompagnant d'un mouvement de sourcil.

- Ton cœur te dit beaucoup de choses. N'y a t-il aucune activité traditionnelle à laquelle tu t'adonnes lorsque tu viens? Je ne sais pas, moi... Un jeu, des histoires autour d'un feu, peu m'importe.

- Il doit y avoir une salle de jeu dans l'arrière salle, là bas. Son doigt pointa l'autre côté de la salle, à l'opposé des escaliers. Sinon les histoires... disons que c'est souvent Takidawa qui les raconte.

Les yeux de la jeune fille étaient restés rivés sur la porte de la salle des jeux. L'hésitation semblait l'avoir saisie alors même que Hakai continuait de parler.

- Sinon... il y a toujours la falaise à quelques lieues d'ici; pour....

Le coucher du soleil ou la nuit. La fin de cette phrase s'était lue sur son visage. Ce serait donc cette option là, une valeur sûre et une simplicité extrême. Satisfaite, elle saisit son verre et continua d'en boire le contenu.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Retour au bercail   Dim 13 Fév - 0:12

-Mademoiselle! Et ce sera juste un doigt... sans jeu de mots écœurant.

Parce qu’il aurait du comprendre autre chose ? Certes, maintenant qu’elle y faisait allusion, Hakai commençait à y penser sérieusement, mais comme ci cela aurait été son idée initiale… Bref, l’homme souriait. Avec une minutie digne des plus grands barmen, il versait la mixture parfumée dans les récipients. Etrangement, il avait une partie de lui-même qui désapprouvé le moment qu’ils allaient passé. Sans doute gardait-il un mauvais souvenir de cette même soirée alcoolisée, il y a quelque temps. Aucune chance que le résultat soit le même, déjà ils avaient des chambres séparées… Donc même si l’alcool coulerait dans leurs veines, ils ne seraient tentés de commettre sans doute l’irréparable. De plus, Hakai n’avait pas l’envie de boire comme un trou pour ensuite devoir cuver toute une journée… Ce n’était pas ça du repos.

L’opération était terminée. Il ne restait plus qu’à goûter cela, fidèlement accompagné par son ami de toujours. A l’expression réduite de celle-ci, Hakai pouvait s’attendre à un très bon millésime. Cela ne l’étonnerait sans plus de la part de Takidawa. Depuis la disparition de sa fille, il se consolait comme il le pouvait. Alors par moment cela pouvait ressembler à épier les jeunes femmes et d’autre ou il mettait du cœur à la tache. Du travail pour réaliser ce délicieux mélange sucré, il en fallait sans aucun doute. Hakai n’était pas dans ce milieu, lui s’était plutôt l’assassinat ou par moment (lorsqu’il en avait l’inspiration) le travail du bois. Chacun son métier comme on dit et celui de Takidawa était précisément de faire plaisir à sa clientèle même si cela consister à passer des heure à vidanger les vignes ou à dépenser une fortune pour aménager des bains privés dans une cave.

Il s’était installé au près d’elle, de la où il se trouvait, il pouvait sentir son parfum, regarder ses traits ravis lorsqu’elle dégusté sa boisson. Visiblement, elle était satisfaite même si la soirée n’était pas parfaite. Quelque part, comment Hakai pourrait-il connaître la soirée idéale pour Taka ? Si bien qu’il y en avait une, jamais elle ne l’avait laissé pénétrer bien loin dans son cœur pour qu’il connaisse ses désirs les plus profonds. Ah ! Ses objectifs, ça il les connaissait sans problème, mais le reste… L’homme connaissait ses goûts, mais tout cela n’était qu’une infime partie de ce qui constitué Taka, cette femme si complexe et si envoûtante à la fois. Au final, la connaissait-il réellement ? Il s’accrochait à un oui désespéré….

-Et après? Que fait-on?

Quelque peu étonné, Hakai réfléchissait à la suite. Il sortit d’abord une phrase sur laquelle il n’avait pas réellement passé de temps à réfléchir. Taka le résonna rapidement sur ce qu’il disait et il se reprit. Répondant à sa question, il était vrai que les activités hormis le bain n’étaient pas nombreuses. Il y avait bien une vieille salle de jeu que l’homme pointait actuellement, mais celle-ci ne comportait que quelque table de jeux, rien de bien intéressant. Et la seconde demande ? Les récits… Takidawa s’en chargeait généralement et même lorsqu’il n’était pas le conteur attitré de la soirée, il ne se gêné par pour intervenir tant bien qu’il connaissait la plupart des histoires du coin. Après ce qu’il s’était passé plus tôt dans la journée, Hakai doutait que Taka et Takidawa ait envie de se réunir au coin du feu…. Sinon il y avait bien à quelque centaine de mètre d’ici un spectacle qui pouvait intéresser Taka.

[Hakai] « Sinon… il y a bien la falaise à quelques lieux pour le coucher de soleil ou la nuit étoilée. »

Taka le regardait, ses lèvres s’étaient finalement légérement étiré pour laisser paraître un fin sourire avant qu’elle ne recommence à boire. Il n’était pas difficile de choisir son choix. La falaise était un petit paradis que seul quelque personne avait prit le temps de contempler. La compagnie des renards en avait prit le temps et Hakai avait donc découvert les merveilles de ce petit coin tranquille. Une nouvelle fois, bien qu’il n’y avait pensé tout de suite, il avait deviné ce qui pouvait attirer la jeune femme. De petite chose simple, mais qui constitué les beautés d’une vie. Pour le moment, elle se contentait de cela. Peut-être que dans le future les choses changeraient… Mais quand ? Dans une heure ? Demain ? Dans une semaine ? Un an ? Ou bien jamais ? C’était cette simple question qui retournait chaque soir avant de se coucher l’Uchiha. S’il les connaîtrait tous, l’homme aurait été capable de prier chaque dieu de cette planète pour qu’enfin les choses changent… Au moins, il était chuunin à présent.

L’homme regarda par la fenêtre, le crépuscule ne tardait pas à montrer le bout de son nez, très bientôt, les petites étoiles enflammeraient le ciel alors noir comme les ténèbres. Il ne fallait pas tarder…

[Hakai] « Si tu veux observer le coucher de soleil, il faudrait y aller maintenant. »

Une nouvelle fois, l’Uchiha observait la réaction de son ami. Celle-ci aimait jouer avec les gestes, les réactions, faire aller les muscles de son visage.

- Allons y... De toute façon, il commence à avoir un mauvais goût.

Il dégoupilla le restant de son verre et posa son verre probablement un peu plus bruyamment qu’à la normal. Il enfila et regarda la jeune femme.

[Hakai] « Tu vas y aller comme cela ? Je veux dire, à bras nu ? »

- Pourquoi? Faut-il une veste?

[Hakai] « Les nuits sont parfois fraîches par ici, mais ce n’est pas grave, enfile la mienne. »

D’un geste rapide, la veste à la fois légère et souple de l’homme vint se poser sur les épaules dénudées de la jeune femme. Le froid, l’homme le connaissait par cœur, il était plus souciant de la santé de sa jeune amie. Elle sourit quelque peu avant de le lui rendre.

- C'est ridicule... Puisque j'ai la mienne, tu pourras te servir de la tienne.

Effectivement, Hakai n’avait pas remarqué le sac au pied du tabouret. La jeune femme en sortie une veste et se l’enfila rapidement.

-En route. Ce n'est qu'un coucher de soleil, mais je ne veux pas le manquer.

Elle avait raison... Ils quittèrent donc l'auberge non s'en se presser quelque peu. Ils ne couraient pas, mais marché sur un rythme élevé. Les mains dans les poches, l'homme frissonnait quelque peu tout en jetant un coup d'oeil complice à la jeune femme. Ils se dirigeaient tout droit vers l'épaisse forêt qui s'allongeait ensuite pendant des kilomètres et des kilomètres, tout droit vers Konoha et bien au-delà. Les épais branchages les protégeaient du vent, mais pas du froid qui commençait à s'abattre sur le pays du feu. Eux qui étaient habitués au soleil et à la douceur de Konoha...

Presque comme hypnotisé, Hakai ne cessait pas de regarder le ciel, espérant à chaque fois de retrouver les faibles halos de lumière encore fourni par le soleil. C'était presque comme une course contre-la-montre où l'objectif était d'arriver avant le soleil à la falaise.

L'homme regardait dans toutes les directions, comme s'il cherchait son chemin. Cela faisait des années qu'il n'était pas venu dans cet endroit. La végétation avait probablement évolué avec les années. Un arbre retint son attention, c'était ce même arbre qu'il avait jadis contourné par la droite pour rejoindre le précipice.

Le décor qui s'offrait à eux était d'une beauté qui était incompréhensible qu'elle ne face pas partie des sept merveilles du monde. La végétation était à perte de vue, les rayons du soleil semblaient embraser le tout. Le ciel brûlait, les nuages se baignaient dans cet océan cramoisi accompagné par les dizaines de volatiles qui rentraient à leurs nids ou commençaient à observer le terrain de chasse qui s'offrait à eux.

Hakai resta muet devant le spectacle, son sourire brillait de mille feux lorsqu'il se tourna vers Taka. C'était l'un de ces moments qu'il aimait partager avec elle.


MessageSujet: uu   Mer 23 Fév - 21:02

C'était vrai. Au soir tombant, l'air était suffisamment frais pour que quelques frissons eussent pu dresser le moindre de vos poils qui lui faisait contact.

Comme s'il avait s'agit d'un rendez vous urgent auquel ils étaient presque en retard, Hakai et Taka pressaient le pas sur un petit sentier qui filait vers la forêt, oubliant qu'au final ils n'étaient là que pour le plaisir, que pour se détendre. La jeune femme remonta la fermeture de sa petite veste pour éviter d'avoir à subir les quelques vagues de fraîcheurs qui venaient la narguer jusque sur ses épaules. Elle suivait Hakai sans un mot, cherchant dans ses souvenirs l'image d'une journée chaude et agréable.

C'était pis encore une fois engagé dans le bois. Certes, le vent avait trouvé barrière quasi-infranchissable mais cette obscurité précoce qui habitait l'intérieur de la forêt était porteuse d'une froideur accrue. Elle leva la tête, tentant d'apercevoir un carré de ciel pour se tenir informée de la course du soleil. Ce fut en vain. Un soupir discret mais chantonnant comme la brise s'échappa de ses lèvres alors qu'ils quittaient un petit chemin couvert de mousse.

Hakai zigzagua entre les arbres et les buissons, préféra prendre à gauche plutôt qu'à droite, coupa à travers un taillis puis s'arrêta une seconde. En face, la lumière perçait par endroits, là où les troncs n'étaient plus assez imposants pour lui faire barrage. Il se remit en route suivi de la jeune fille dont les mains s'était profondément fourrées dans les poches de sa veste. Elle franchit le dernier rideau végétal qui la séparait du vide et s'immobilisa les yeux déjà perdus au loin.

Ses iris glissèrent vers le ciel, sa tête basculait doucement en arrière. Au dessus d'elle le bleu éclatant du jour virait doucement à l'indigo et plus son regard coulissait vers le bout du monde, plus son visage s'embrasait, à l'image de la région. Sa peau restituait les rayons du soleil tels qu'il quittaient l'astre, ses lèvres avaient laissé cette couleur rose pâle qui les habillait pour un orange beaucoup plus chaud. Seuls ses cheveux et ses yeux demeuraient d'un noir obsidienne.

Baignée dans les dernières tiédeurs du jours, une envolée d'oiseaux leur passa sous le nez. Comme lors d'une migration, ils volaient tous en groupe, dessinant un nuage vivant au beau milieu du vide. Ses pupilles suivirent leur mouvement sans en perdre une seule goutte et, à son troisième battement de cils, virèrent au rouge sang. Elle demeura ainsi et dans le silence pendant quelques secondes seulement.


- J'ignore à quoi tu songeais en me faisant ton annonce comme cela... mais à l'époque, c'était un prétexte. Ses sourcils se froncèrent légèrement, son inspiration s'allongea sensiblement, son souffle disparut dans un petit mouvement d'air qui vint animer cette mèche de cheveux qui tombait sur son visage. Je ne t'aime pas, Hakai. Et je pense que ça n'arrivera jamais, si fort puisses-tu devenir, si courageux sois-tu déjà. Un air grave avait pris possession de son visage. Une expression qui, malgré tout le sérieux qu'elle portait, n'entachait en rien cet instant de la journée auquel ils assistaient. Je conçois que nous partageons beaucoup de choses et j'espère même que ça continuera. Mais je ne pense pas que nous y arriverons si tu continues de me distiller des remarques comme celle de tout à l'heure.

Ses yeux se posèrent un instant sur Hakai avant de dériver à nouveau vers l'horizon. Comme si elle avait voulu voir Konoha, comme si elle avait voulu voir... le bout du monde. Elle bougea un peu les mains dans ses poches, comme si la réponse à une question qu'elle se posait s'y trouvait. A dire vrai, elle se rendait bien compte que sa façon de s'exprimer était désagréable et qu'elle ne ménageait en rien son interlocuteur. Mais au fond, était-ce un mal? Elle n'en avait pas la conviction, comme souvent durant les dernières semaines.

Elle n'avait tout simplement pas de conviction.

- Je t'ai amenée ici pour que l'on profite de la vue... En aucune façon je n'ai pensé à te faire la cours.

La phrase avait résonné comme un écho dans un couloir. Taka ferma les yeux. Pendant moins d'une seconde, son esprit fonça à travers un labyrinthe de pensées dont elle ne parvenait à extraire les bonnes informations. Et, alors qu'elle n'avait pas encore touché au but, la voix d'Hakai la tira de sa réflexion.

- Maintenant, que veux tu que je dise? Tu me l'as déjà répété plusieurs fois, tu as d'ailleurs dit beaucoup de choses. Certaines avaient du sens, d'autre non... Je me suis sans doute trop incrusté dans ta vie, sans doute que je t'en demande trop ou que je veux trop t'en donner... Tout ce que je peux te dire c'est : ne prévoit jamais l'avenir comme ne regarde jamais dans le passé... Je ne me cramponne pas à des rêves illusoires en te disant cela.

Parfois, il regardait au loin. Souvent, il posait ses yeux sur elle. Sans même le regarder, sans même le voir, elle sentait et vivait les mouvement du jeune homme. Elle baissa le menton en secouant doucement la tête. Qu'avait-il en tête? Qu'avait-il compris? Elle haussa brièvement les sourcils.

- Je ne peux pas te demander de m'aimer, de rester à mes côtés pour le restant de ta vie... Mais le lien qui nous unit n'est pas qu'une simple amitié, certes, avec tous les évènements qui sont survenus ces dernières années, il n'y a rien de plus normal. Je ne suis pas seul dans cette histoire... Tout comme moi, tu es affectée lorsque quelque chose survient à l'un de nous.

Rien à dire, rien à ajouter. Elle n'avait rien à répondre et, même si quelque chose lui était venu en bouche, il n'avait pas terminé.

- Par deux fois je t'ai vue pleurer, d'autres fois, je t'ai causé du tort et ensuite nous avons partagé des moments uniques... Des choses que l'on ne partage pas avec n'importe qui...

- Taka... je t'aime.

Un sourire écarta ses lèvres. Elle se retint même de rire... en vain encore une fois. Il s'en fallut te quelques secondes avant qu'elle ne retrouve son calme.

- Je ne sais pas pourquoi tu me dis tout ça. En fait, je ne sais même pas si tu as compris de quoi je parlais. Il est certain que tu ne comptais pas me draguer en m'amenant ici, je n'y avais d'ailleurs pas même songé. Je te parlais simplement de ton annonce, tout à l'heure au comptoir.

- Oui, mon annonce... Et bien... Te dire qu'elle n'était pas destinée à te faire repenser à tout cela serait faux... Mais je ne voulais pas non plus cette entrevue. Pas aussi tôt...

Un soupire filtra entres les lèvres de la jeune fille, pourtant elle souriait encore.

- Tu comptais sur mon silence et ma faculté à ne jamais dire les choses réellement. En fait, tu t'y es simplement habitué.

Un haussement d'épaule agita son corps tandis qu'elle portait son regard sur ce garçon qui la dépassait de plus d'une tête.

- Passe à autre chose, Hakai. Tu... Nous n'avons pas le temps pour ça. Je ne promettrai pas d'être tout le temps là si tu en as besoin et je ne demanderai toujours pas que tu le sois. C'est tout simplement impossible. Quant au passé et au futur, ils n'ont rien à faire ici.

- Après toutes ces années, je pense que tu me connais bien... Mes sentiments ne changent jamais, qu'importe ce qu'il c'est passé... Un jour, tu m'as dit avoir peur de cela... et je le comprends... Tu me demande de passer à autre chose? J'essaye... Je dirais même que j'essaye depuis la première fois que je t'ai vue... Je ne te demande pas de m'aimer ou tout autre chose... Simplement...

Simplement? Moins d'une seconde... et pourtant, elle vécut cet instant comme un jour sans fin.

- D'essayer...

Un regard au ciel et les épaules qui s'affaissèrent. Taka ne se retint pas de souffler d'exaspération.

- Ça ne se demande pas. Pas aimer, ni même essayer. Si tu aimes, tu devrais le savoir... Mais ça, tu auras tout le temps de l'apprendre.

Sa main droite quitta sa poche pour aller déposer une tape amicale sur l'épaule du Chuunin. Elle adressa un sourire qu'un tressaillement du coin de la lèvre fit vibrer, puis elle revint à sa position initiale.

- Je le sais... je n'attends rien de cette demande.

Sensiblement, le haut de la falaise basculait dans l'obscurité. Taka regarda son pied quitter l'aura de lumière dans laquelle elle baignait depuis plusieurs minutes, puis suivit la ligne qui séparait l'ombre de la lumière, le long de la falaise. Le soir tombé, le vent prenait le dessus, feutrant les paroles qui s'échangeaient encore. Elle tendait l'oreille, par respect plus que par intérêt.

- Taka... Je sais ce que tu vises, ce que tu désires... Je ne voulais pas te gêner... simplement mettre une touche d'humanité dans ta vie... Tu penses comme une machine, une arme à la solde de ton village... Même les meilleurs ont une vie privé... Je te souhaite d'en avoir une... avec la bonne personne.

Il s'était tourné vers elle, à la recherche de son attention. Il l'avait déjà. Elle, elle n'avait juste pas envie de voir disparaitre le soleil derrière le toit des forêts de l'ouest. Pourtant, même en le fixant d'avantage, elle n'avait pu stopper sa course.

- Je ne vise rien. Tout ceci est derrière moi et je ne m'en soucie pas. Ma vie n'est pas moins humaine que n'importe quelle autre, il suffit de voir les choses d'une certaine façon. Quant à mon cœur, il n'est tout simplement pas à prendre. Il n'y a pas de personne et encore moins de bonne personne. C'est tout.

- Oublions cela. Je ne peux rien dire, rien faire... Alors soit.

Affirmer du chef, c'était tout ce qu'il y avait à faire. La lumière n'était plus tout à l'inverse de la fraîcheur. Un dernier coup d'oeil à la vallée et Taka se retournait. Il était temps de quitter cet endroit pour un lieu plus chaud. Elle lança un simple et frêle sourire à Hakai et se mit en route... à nouveau sans un mot.

Le temps d'un bruissement de feuilles, ils disparurent dans la forêt comme deux ombres au milieu des ombres.



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Dim 27 Fév - 20:52, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Retour au bercail   Dim 27 Fév - 20:03

Les histoires se répètent toujours... Alors que l'une se finissait, une seconde, identique, arrivait pour prendre sa place. On ne pouvait rien y faire, c'était le destin qui tirait les ficelles. Le commun des mortels n'avait aucun pouvoir la dessus. Seuls quelques hommes, quelques élus avaient la chance de tout posséder. La puissance, la richesse, les femmes... Cela avait tout pour être heureux, tout pour pouvoir choisir, tout pour contrôler leur vie. Hakai n'était pas l'un d'entre eux... Qu'avait-il? Le physique? Cela changeait selon la personne... La force? Il n'était rien comparé au grand de ce monde... Il n'avait aucun contrôle sur sa vie, il ne pouvait en rien prétendre à quelque chose et encore moins au cœur d'une femme. Si celle-ci n'était pas attirait, il n'avait pas non plus la prestance pour...

Il s'enfermait tout simplement dans une attirance qui n'avait pas lieu, qui n'avait plus lieu d'exister. Combien de fois Taka lui avait-il dit non? Deux, trois, quatre fois peut-être... Et pourtant il continuait, il s'accrochait à se minuscule espoir de voir les choses évoluer, préférant souffrir des années plutôt que d'en finir une bonne fois pour toute. Mais comment pouvait-il l'oublier s'il la côtoyait tous les jours? Devait-il prendre du recule? Peut-être serait-ce la meilleur solution, mais ce n'était pas ce qu'ils voulaient. Elle voulait rester son amie, sa confidente... Trop peu pour Hakai...

Son regard brillait une dernière fois, le soleil disparaissait au loin, explosant une toute dernière fois avant de s'éteindre pour de bond. Tout comme le cœur d'Hakai, il avait su s'embraser, devenir si fort que l'on aurait pu croire que rien ne pouvait l'ébranler, mais au final, ils disparurent en ne laissant que vide et désolation. Et elle souriait... Comment pouvait-elle sourire à un moment pareil. Cela était censé le réconforter? Cela ne faisait que décupler sa peine. Non le meilleure moyen était encore de rester dans le silence... ce silence à laquelle elle l'avait soit disant habitué.

Il se levait avec toute la lourdeur que pouvait avoir un éléphant. Il n'avait aucune envie de bouger, de retourner dans cette auberge où il devrait se donner tout le mal du monde à paraitre totalement normal. Takidawa, bien qu'un homme d'expérience, ne savait si prendre pour réconforter les gens. Souvent, cela se terminait en une petite cuite autour du bar. Mais l'Uchiha restait lucide, pourquoi se pourrir le lendemain? Non, un bain serait encore le meilleur remède et avec un peu de chance il pourrait se noyer dedans.

Sans même se soucier de savoir si oui ou non elle parvenait à le suivre, Hakai marchait droit devant. Sans doute s'était-il trompé une ou deux fois de chemin, mais qu'importe, il saurait toujours retrouver son chemin. Il ne parvenait tout simplement pas à se concentrer sur la route. Les paroles de la jeune femme résonnaient encore dans sa tête comme un écho infini. Comme pour y échapper, l'homme se plongea dans les étoiles, vers le vide stellaire, cherchant le repos dans la pluie d'étoile qui s'offrait à eux.

*Une si belle journée pour un si douloureux cauchemar.*

L'auberge apparaissait, finalement, il avait su les conduire à bon port. Hakai regarda la tombe l'instant de leur passage puis y détacha son regard non sans prier pour la défunte. Ils pénétrèrent ensuite dans l'auberge. A cette heure, les employés avait quitté les lieux pour vaquer à leur vie privé, seul Takidawa était encore occupé de nettoyer son bar.

[Takidawa] « Hakai! Alors ce couché de soleil, ça c'est bien passé? »

[Hakai] « Mon bain est prêt? »

L'Uchiha avait emprunté un ton sec, il n'avait pas envie de parler de cette scène et encore moins à chaud. Takidawa fut quelque peu étonné.

[Takidawa] « Euh... Oui oui, il est prêt... »

Sans rajouter quoi que ce soit, l'homme passa devant le bar. Ni un regard, ni un geste en direction du patron. Il n'avait pas envie de cela, de sa compagnie, de ses paroles... Il voulait être seul, réfléchir, se torturer, la routine quoi... Il arrivait devant la porte du fond qui menait tout droit vers les souterrains. Sa main poussa la porte qui grinça. Alors qu'il s'apprêtait à s'engouffrer dans ce tunnel sombre, son pied se bloqua, sa tête pivota et ses yeux se posèrent sur Taka.

[Hakai] « Bonne soirée... »

Et il disparut, laissant les deux individus à leurs occupations. Ses pas résonnaient contre les parois. De l'eau s'écoulait des fissures, la buée s'élevait dans les tunnels, preuve qu'une source chaude se trouvé bien par ici.

Ses vêtements chutèrent sur le sol, il plaça son armure dans le coin de la pièce et son bandeau vint se poser au sommet de la pile de vêtement. Son pied vint se tremper dans l'eau, juste le temps de constater le bonheur qu'offrait la température. Il s'immergea complétement dans cette fournaise.

Combien de temps s'était-il passé? Les occupants de l'auberge s'étaient probablement tous assoupis et pourtant des pas venaient résonner contre les vieux murs de pierre. La silhouette de Takidawa fit son apparition.

[Takidawa] « Tu comptes dormir ici Hakai? »

[Hakai] « Désolé, je n'ai pas vu passer le temps... »

[Takidawa] « Tu es certain que tout va bien? »

[Hakai] « Oui... Je vais sortir dans quelque minute, juste le temps de profiter encore un peu... »

Sans doute avait-il senti le mensonge, mais Hakai ne voulait vraiment pas partager ses sentiments avec Takidawa... La dernière fois cele c'était mal terminé... Non, il préférait rester encore un peu...


Plus le temps passe, plus je prends de l'âge et plus j'oublie mon passé, mes origines, ma culture et mes racines. Peu à peu, mon cœur enfui tout dans cette carcasse de chaire et de sang que je suis. Difficile de vivre aujourd'hui sans racine, sans lien. Je me retrouve à avancer au hasard, d'un pas mal assuré, j'essaye de me lier à d'autre personne, mais comment regarder le futur sans passé? Je pense à demain, je vous flou, c'est un brouillard où j'aperçois des ombres bouger. Alors j'imagine... Parfois, des visages me reviennent, des souvenirs lointain que je balaie de la main. Comment trouver de bons souvenirs dans un passé dicté par les vols et la violence?

Mais j'ai trouvé un endroit où me recueillir, un endroit où puiser la force de continuer. Mais rien n'y fait, je n'ai pas oublié. Dans ses yeux, je meurs. Encore et encore... Plus je m'y attache, plus je lui dis que je l'aime et plus je meurs. Encore une fois... Et la voilà, cette chance sur un million, mais rien n'a changé, tu es toujours la même. Si seulement je ne t'aimais plus...

Des années ont passé, je le sais, je les ai compté. Et pourtant, cette nuit je me suis perdu, égaré dans les méandres de l'amour. Dans mes rêves, tout va tellement bien. Mais rapidement, tu me fais revenir sur terre...


Les chants de l'homme rebondissaient sur les pierres humides des sous-terrains. Il avait chanté cette vieille chanson, celle qu'il avait créé jadis. C'était sa dernière minute dans ce bain... Il se releva et entreprit le chemin qui le séparait de ses affaires et de la serviette chaude, prête à l'emploi. Ses yeux regardaient chaque pierre, chaque mobilier pour s'en souvenir. Demain ils repartaient et se serait probablement la dernière fois qu'il venait ici.

MessageSujet: Re: Retour au bercail   Lun 4 Avr - 12:44

    Hakai ( Niveau 28 )
    : +50% Bonus Inclus
    : +63 XP

    Taka ( Niveau 27 )
    : +50% Bonus Inclus
    : +39 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retour au bercail   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
» .xXx.Retour au bercail.xXx.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-