Partagez | 
 

 Gants de velour et Talons aiguilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Gants de velour et Talons aiguilles   Sam 4 Aoû - 22:12

C’était une journée comme les autres à l’Académie de Konoha. Le lieu du savoir du village de la feuille restait un endroit prisé par les aspirants. Taïjutsu, Ninjutsu, Genjutsu et Eisei, chacune des spécialités du monde shinobi étaient représentées par d’imminents professeurs. Ces chuunin et juunin instructeurs faisaient la fierté de Konoha. Et entre leurs mains, beaucoup de vaillants ninjas avaient été formés. Beaucoup d’autres le seront encore, et c’était à Reiko de s’en assurer.

Reiko arrosait ses plantes vertes, celle qu’elle avait achetée en espérant donner à cette pièce toute la sérénité qu’offrait le milieu végétal. Elle passait beaucoup trop de temps enfermée ici. Si elle ne pouvait pas aller à la forêt, elle était bien décidée à faire venir la forêt à elle. Les yeux pâles et fatigués, le visage à moitié démaquillé, la charmante juunin s’était octroyée cinq minutes de pause, lâchant et oubliant la montagne de papiers importants sur son bureau. Parfois, elle imaginait à quoi aurait pu ressembler sa vie sans cette plaque accrochée la porte où l’on pouvait lire DIRECTRICE. Mais c’était fortuit et inutile. Elle ne trouvait jamais de réponse, sa vie était à l’Académie à n’en pas douter.

Un bruit régulier mais pourtant grandissant vint rompre la fragile tranquillité du bureau de la directrice. Les talons aiguilles sur le marbre blanc arrêtèrent ce métronome assourdissant juste derrière la porte fermée. Reiko soupira, maudissant cette journée du plus profond de son être.

[Reiko] « Entre Tsubaki. C’est ouvert. »

La poignée pivota quelque peu, la serrure faisant ce cliquetis si particulier, et la porte s’ouvrit d’à peine quelques centimètres. Le visage d’une femme charmante, cheveux blonds et raides soigneusement coiffés, rouge à lèvre et maquillage justement disposés, apparût doucement par cette même porte.

[Tsubaki] « Je ne te dérange pas ? »

Question fortuite et inutile elle aussi. Reiko, qui se refusa de soupirer une nouvelle fois, posa son petit arrosoir et reprit place dans son fauteuil de cuir, les mains jointes et l’air grave de la directrice déjà assimilé par les traits de son visage fatigué. Tsubaki avança timidement, laissant encore entendre l’entrechoquement de ses talons sur le sol ciré.

[Tsubaki] « Sale journée hein ? »

Reiko ne la regardait toujours pas, se contentant de pointer du doigt toute la paperasse rangée en piles stratégiques. La corbeille elle aussi débordait de papiers.

[Reiko] « Ça n’arrête pas depuis plusieurs jours. A croire que nous ne faisions rien comme il faut. Mon seul espoir est qu’ils se rendent compte qu’il faille aussi changer la directrice et qu’il nomme une remplaçante. »

Cette fois, elle avait regardé intensément son interlocutrice. Tsubaki, comprenant rapidement ce petit jeu, n’était pas dupe et signala vivement sa désapprobation d’un signe de l’index. Elle s’installa aussi délicatement sur le coin du bureau, faisant attention à ne pas froisser sa jupe.

[Tsubaki] « Je compte bien profiter de ma jeunesse avant de me faire enterrer vivante. »

Reiko la regarda d’un air noir, accusateur et mesquin. Il se passa encore quelques secondes avant que Tsubaki ne comprenne et les deux amies éclatèrent de rire. C’est vrai que Reiko ne sortait pas beaucoup de son bureau. Elle ressemblerait bientôt à une momie. Après quelques éclats de voix, Reiko fit pivoter sa chaise pour se retrouver face à face avec l’autre instructrice.

[Reiko] « Et sinon, quel travail supplémentaire m’apportes-tu encore ? »

Tsubaki s’arrêta de rire également. Elle fouilla rapidement dans sa sacoche et en sortit un petit parchemin. Elle le transmit aussitôt à la directrice. La couleur et les motifs ne pouvaient laisser aucun doute sur son contenu.

[Tsubaki] « Une note de service ? »

[Reiko] « Encore ?! »

Elle ne cachait plus son agacement. Elle avait reçu énormément de ces notes de service depuis que la nouvelle Hokage avait pris ses fonctions. Elle n’était pas contre du changement mais il se passait beaucoup trop de choses en si peu de temps. Reiko n’arrivait pas à suivre le rythme. Pourtant, elle savait que quelque chose se préparait. Toute cette agitation n’était pas normale.

Elle cassa le sceau qui protégeait le message d’un geste sec et précis puis, avec toujours cette même précision, déroula le message pour le percer à jour. Elle en but chaque mot avec attention pendant plus d’une minute.

[Tsubaki] « Je vais te laisser travailler. »

[Reiko] « Reste ! , lança Reiko avec force, j’ai besoin de toi. Ca concerne un de tes élèves. »

Tsubaki semblait surprise et troublée à la fois. A vrai dire, elle n’avait jamais eu d’élève en particulier, juste une succession de cours incessant et ennuyeux à souhait. Personne n’était jamais sorti du lot. Elle ne voyait vraiment pas de qui il pouvait s’agir.

[Tsubaki] « Qui ? »

Reiko leva les yeux et lâcha doucement le parchemin. Elle rejoignit ses deux mains cérémonieusement tout en réfléchissant, avant d’ajouter deux derniers mots.

[Reiko] « Yosuke Hiromida. »

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Gants de velour et Talons aiguilles   Jeu 9 Aoû - 1:46

Spoiler:
 

Ses mains composèrent une énième fois la même série de taos tandis qu'un clone apparaissait de nouveau à ses côtés. Quoi qu'étant une technique des plus basiques, la jeune femme n'avait jamais trouvée le temps de se pencher sur l'apprentissage de cette dernière et elle le faisait en ce moment même, Kazuya lui avait donné quelques bases avant de s'éclipser et Nara était maintenant seule au milieu de cette clairière perdue quelques pars au sein de la si somptueuse forêt de Konoha. Elle pratiquait ainsi depuis près de trois heures, s'émerveillant de voir avec quelle facilitée elle manipulait désormais son chakra, jouant même à invoquer plusieurs clones d'un seul coup. La technique, en elle-même, ne demandait qu'une bonne connaissance de son corps ainsi qu'une maîtrise passable du chakra, ainsi elle n'avait mis que peu de temps avant de maîtriser la base et de passer au niveau plus complexe.

Cependant, malgré la facilité avec laquelle elle invoquait et renvoyait ses clones, la jeune femme commençait a fatiguer, ce fut donc avec un soulagement teinté de crainte qu'elle vit venir à elle un aigle majestueux. Après quelques tours l'aigle se posa sur une branche basse d'un arbre alentour et attendit tranquillement que la kunoïchi ait récupéré le document avant de battre vigoureusement des ailes et de reprendre son vol en direction d'un autre lieu. Doucement la jeune femme défit la ficelle qui retenait le rouleau de parchemin et, d'un geste déterminé, elle déroula ce dernier et lue ce qu'il contenait.

Citation :
Nara Hyuuga,

Vous êtes conviée à l'académie le plus rapidement possible, vous devrez vous rendre directement au bureau de Reiko Keiri lorsque vous y serez.

La note était courte, pourtant la kunoïchi ne pouvait empêcher ses mains de trembler, le bureau de Reiko Keiri, la directrice de l'académie... Elle ne lui avait jamais parler et en l'avait vu que de rare fois lors des rentrées scolaires, pourtant elle se doutait bien qu'elle ne conviait pas une simple Genin dans son bureau pour parler de la pluie et du beau temps. Non, elle voulait quelques choses d'elle et Nara avait le mauvais pressentiment que cela avait un rapport avec la mission raté dont elle revenait. Pourtant, elle ne pouvait s'en échappée et c'est avec une détermination nouvelle qu'elle prit la direction de l'académie, espérant secrètement que ce ne soit pas vers son renvois qu'elle marche ainsi la tête haute.

Après une demi-heure de marche au travers des bois et ruelles de Konoha, la jeune femme arriva enfin devant les lourdes portes de l'académie. Tel le portail vers l'enfer, elle n'osait les ouvrir, craignant de trouver derrière ces dernières ce qu'elle redoutait le plus, un renvoi. Ce fut donc après quelques instants d'immobilité qu'elle poussa enfin les portes, se dirigeant vers ce qu'elle espérait n'être qu'une rencontre de routine. Pourtant, au fond d'elle même, une petite voix lui disait que cela ne serait pas du tout le cas et que sa mission n'allait pas être oubliée lors de cette discussion.

Toutefois, ce fut la tête haute que la kunoïchi s'avança parmi les corridors, ressassant sans cesse cet échec qui, malgré elle, était devenu sien. De son départ avec son sensei jusqu'à la disparition de ce dernier, elle avait vraiment cru qu'il pouvait réussir cette mission, même lorsque ce dernier s'était volatilisé, elle avait garder son sang-froid et envoyer une lettre a Konoha afin de demander quelques renforts et, n'ayant aucune nouvelle, elle s'était fondu dans la masse sombre des bas quartiers d'Odayaka, là où tous pouvait se forger une nouvelle identité. Elle avait ainsi jouée le rôle de mendiante et de voleuse durant plus d'une semaine avant que son allié arrive, pavanant en attirail militaire, portant fièrement son bandeau et osant même afficher son dojutsu à qui le voulait bien. Nara avait subtilement réussi à lui glisser un message dans la poche de son manteau avant de se fondre de nouveau dans la masse. Puis, alors qu'elle pensait enfin avoir une chance de réussir, tout avait dégringolé. Tandis qu'elle approchait du point de rendez-vous, une silhouette avait attirée son attention et puis.... Non elle ne voulait plus s'en souvenir...

Doucement la kunoïchi fit le vide dans ses pensées, imaginant une plaine verdoyante où l'herbe oscilait au grès du vent. C'était le seul moyen qu'elle avait trouvée pour apaiser ses émotions lorsqu'elle pensait a ce frère d'arme qui était mort devant ses yeux. La plaie était encore toute fraîche et elle ne se refermerait probablement pas avant quelques années car contrairement au jour où elle avait dû tuer pour survivre, cette fois-ci c'était un allié qui était mort sauvagement devant ses yeux et ce dernier n'avait même pas eu la chance de se défendre. Lentement elle repensa à la clairière et, après une profonde inspiration, elle cogna à la porte et attendit qu'on lui signifie d'entrée.

Nara- Nara Hyuuga, vous m'avez fait mander ?


Dernière édition par Nara Hyuuga le Mer 22 Aoû - 4:46, édité 1 fois
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Gants de velour et Talons aiguilles   Mer 22 Aoû - 4:45

La tension augmenta lentement tandis que la porte s'ouvrait doucement, coulissant sans bruit au sein de ses gonds bien huilé et, d'apparence, bien neuf. Deux femmes étaient assises dans la pièce, leurs yeux fixés sur la jeune kunoïchi qui semblaient figée sur place. La première femme était reconnaissable entre tous, sa prestance était difficile a oublier et Nara connaissait son nom depuis son entré à l'académie, Reiko Keiri, la directrice de l'académie. Le nom de la deuxième femme avait, quant à lui, beaucoup moins marqué la mémoire de Nara et ce ne fut qu'après avoir repassé dans sa tête ses anciens professeurs qu'elle la reconnue enfin, Tsubaki Hasuno, professeure de Ninjutsu.

Lentement les deux femmes lui firent signe d'avancer et Nara ne put qu'obéir tout en analysant rapidement la pièce, une fenêtre ornait le mur derrière les deux femmes, des dizaines de monticules de papier occupait le bureau tandis qu'une bibliothèque bien fournit occupait les deux des murs. Les deux chaises que contenait la pièce ce situaient de l'autre côté du bureau, occuper par les deux femmes. Visiblement Nara allait devoir rester debout et son entraînement commençait a ce faire ressentir, cette rencontre ne serait pas de tout repos, elle le pressentait.


Reiko- Sais-tu qui nous sommes ?

Nara- Oui, Reiko et Tsubaki.

Reiko- Très bien, ça va nous permettre de gagner du temps.


Les deux femmes se regardent un instant tandis que Nara attend la suite dans un silence soudain très pesant. Cet instant qui ne dura que quelques secondes paru durer plusieurs longues minutes à la jeune femme tandis que ses souvenirs du dernier mois affluaient venant de nouveau bousculer les fondations intérieures de la jeune femme tel un raz-de-marée, pourtant elle garda le regard fier qu'elle affectionnait.


Reiko- As-tu une idée de la raison de cette convocation ?


Cette fois-ci, son regard glissa lentement vers le sol, la réponse a cette question, elle la connaissait parfaitement car il n'y avait que très peu de raison pour laquelle elle aurait put être convoqué en ce lieu face à deux des femmes les plus influentes de l'académie et cette raison ne lui disait rien de bon.


Nara- J'imagine que cela a un rapport avec la mission dont je reviens...


Une ombre lentement obscurcir le champ de vision de la kunoïchi tandis que deux doigts ensserrent délicatement son menton et le soulève doucement, révélant le visage souriant et le regard maternelle de Tsubaki.


Tsubaki- Pas directement. La manière dont s'est produite cette mission n'est en rien ta faute.


Une toux forcée vint interrompre Tsubaki tandis que Reiko lançait un regard désapprobateur à la chuunin qui retourna s'asseoir, ne semblant nullement se repentir de son geste. Ce dernier avait fait son effet et maintenant, Nara, se tenait de nouveau droite et son regard avait retrouvée sa fierté habituelle.


Reiko- En effet, ton rapport sera utile mais nos informations indiquent déjà que tu n'es pas la cause de l'échec de cette mission. Tu as bien mieux agi que ton confrère chuunin. Et le clan Hyuuga le sait.


Quelques peu surprise que Reiko parle du clan, Nara n'en laissa toutefois rien paraître, attendant pertinemment une suite qui tardait. La directrice semblait attendre une certaine réaction de la jeune femme, mais en voyant qu'il n'y en avait aucune, elle en profita pour continuer.


Reiko- Certains membres du clan regrettent la perte d'un chuunin. Ils réclament une compensation.


La jeune femme laissa paraître une légère surprise dans son regard, elle ne s'attendait pas a entendre Reiko parler des envies du clan Hyuuga, mais cette surprise fit rapidement place a une froide détermination, comment un clan qui l'avait abandonner osait-il maintenant lui demander compensation pour la perte d'un chuunin aussi incompétent que celui qu'on lui avait envoyé ?


Nara- Je ne dois rien à un clan qui m'a abandonné. Toutefois vous parlez beaucoup de mon compère Hyuuga, mais très peu de celui qui m'accompagnait à mes débuts, Yosuke-sensei.


La rage l'avait fait parler, mais une chose était perceptible dans les paroles de la jeune femme, son envie de connaître ce qui était arrivé à son sensei, à celui qui lui avait appris la majorité de ce qu'elle savait. Pourtant, lorsque Tsubaki reprit place sur son siège, un léger soupir accompagnant son geste, la tension de Nara monta d'un cran, comment avait-elle osée parler ainsi a ces deux femmes ? Était-elle la cause des regards sombre que ces-dernières s'échangeaient ?


Tsubaki- Nous t'avons convoqué pour cette raison. Qu'est-il arrivé à Yosuke Hiromida ?


Un silence écrasant s'immisça de nouveau dans la pièce, vite briser par le cris d'un gamin dans la cour de l'académie qui fut rapidement suivit d'un autre avant de faire place de nouveau a un silence. Nara n'osait plus parler, la surprise d'apprendre que le sujet de sa convocation n'avait, en quelques sortes, aucun lien avec elle. Puis, lentement, un soupir s'échappa de ses poumons tandis que son regard descendait légèrement.


Nara- J'aimerais aussi le savoir, nous nous sommes couchés un soir, dans la même chambre, puis le lendemain il avait disparu, ses affaires avec lui... C'était mon sensei, sa perte m'afflige énormément et j'aimerais sincèrement savoir ce qui s'est produit.

Reiko- Si vous tenez à lui, je vous conseille de nous dire tout ce que vous savez sur lui. Nous avons reçu l'ordre d'enquêter sur sa disparition. Vous savez très bien ce qui se passe ensuite...


La jeune kunoïchi fut prise de court par la question de Reiko, elle ne savait quoi répondre. Yosuke avait été son sensei durant de nombreuse année, mais, au moment de leur départ, elle ne l'avait pas vu depuis deux ans et avant, elle avait été trop jeune pour vraiment apprendre à le connaître. Ce qu'elle savait de lui venait des deux semaines passer à ses côtés en mission et cela se résumait en un seul mot, peu.


Nara- Yosuke était quelqu'un de très réservé, au moment de notre départ, cela faisait deux ans que je ne l'avais pas vu. Il était partit en mission. Durant notre voyage nous avons renoués nos anciennes relations puis a Odayaka, nous nous sommes fait passer pour des frères et sœur tandis que nous nous infiltrions dans le village. C'est après a peine une semaine qu'il a disparu, rien ne m'a portée à penser qu'il allait partir, pourtant les faits sont là, ses affaires ont disparues avec lui. Peut-être a-t'il trouver un nouvel élément et a-t'il préféré me garder à l' écart... Je ne crois pas qu'il est déserté.


Le regard de Nara se porta sur Tsubaki, plus suppliant que jamais, elle ne voulait pas croire que son sensei avait déserté, pourtant elle même ne croyait pas a son hypothèse. Toutes les suppositions qu'elle avait faite revenait en permanence au même, Yosuke-sensei avait déserté. C'était la seule option plausible pour le moment et elle s'évertuait à en chercher une qui n'allait pas en ce sens et qui était tout aussi plausible, mais cela semblait plutôt relever de l'impossible.


Tsubaki- Y a-t-il eu des preuves de lutte ou un indice qui vous aurait fait penser à un départ précipité ?

Nara- Non...


Lentement, le regard de Nara descend en direction du sol, quelques larmes venant illuminer son regard sans toutefois quitter le confort de sa rétine. Elle ne pouvait plus tenter de ce convaincre que Yosuke n'avait pas déserté, Tsubaki n'y croyait pas et probablement que Reiko partageait son avis. Non, elle ne pouvait plus ce permettre de remettre la désertion de Yosuke en doute, pourtant elle ne pouvait se résoudre a abandonner toutes les autres hypothèses et, rapidement, le désir de savoir ce qui c'était produit cette nuit là devint encore plus fort.


Tsubaki- Je ne me souviens pas très bien de Yosuke. C'était un élève discret sans talent particulier.


Cette déclaration de la jeune professeure semblait plutôt être une reflexion qu'une réelle question et, visiblement, elle ne s'attendait pas à obtenir une réponse. Ce que Nara ne lui donna donc pas, attendant visiblement une suite qui tardait à arriver. La tension au sein de la pièce semblait avoir atteint son paroxysme et les sons de la cour ne parvenaient aux oreilles de la jeune femme que de façons étouffés.


Reiko- Nara Huuyga ! Les Hautes Autorités s'inquiètent de cette disparition soudaine. Yosuke Hiromida a participé à une mission capitale pour l'avenir du village et il connait des informations qui doivent rester entre nos mains !


Le ton de Reiko avait été grave et la tension qui alourdissait l'air quelques instants plus tôt c'était transformer en un climat plus officieux. Une sensation que quelques d'importants allaient arriver enserra lentement le cœur de Nara, on ne lui aurait pas donner ses informations sans une bonne raison et, lentement, elle anticipait le pire.


Reiko- Vous avez l'ordre d'enquêter sur sa disparition. Mettez à jour la personnalité de ce shinobi. Découvrez s'il avait des relations inquiétantes ou s'il avait recours à des activités illicites. Ca sera votre première mission en tant que chuunin de Konoha.


L'usage de terme chuunin avait surpris la jeune femme qui se retrouvait maintenant avec la bouche légèrement entrouverte, ressassant dans sa tête ce que la directrice venait de dire, cherchant le moindre indice selon lequel elle aurait fait erreur. Pourtant, elle n'en trouva pas et, ce ne fut que pour s'en assurer que ses lèvres laissèrent échappées un seul mot, un mot voulant tout dire...


Nara- Chuunin ?


La jeune enseignante afficha son plus beau sourire tandis que la jeune femme se remettait quelques peu de la nouvelle et prenait en compte l'importance de son nouveau grade. Elle était maintenant une shinobi de cercle supérieur et elle allait, à partir de maintenant, devoir ce montrer digne de cette nomination.


Tsubaki- Félicitation.


La directrice ne sembla pas apprécier ce commentaire de la part de son employée et une nouvelle toux vint briser le silence, ramenant les deux femmes au sérieux de la discussion.


Reiko- Le clan voulait une compensation pour avoir perdu un chuunin. Nous lui en donnons donc un autre, plus compétent. Ne perdez pas de temps. Commencez votre enquête dès que possible. Vous viendrez me faire votre rapport ici, la discrétion est de mise bien entendu.


Nara prit un moment pour réfléchir, ce qui lui était demander ne semblait pas être une mission aisée, recueillir des informations sur une personne qu'elle avait connue et apprécier n'allait, en soit, pas être chose facile, pourtant elle ne pouvait se désister et elle devrait passer outre ses réticence a fouiller la vie de son ancien sensei et découvrir qui il était réellement. Elle n'avait plus le choix.


Nara- Avez-vous des directives particulières autre qu'être discrète ? Et avez vous certaine piste que je pourrais exploiter durant mon enquête ou dois-je partir de zéro ?


Lentement la directrice ouvrit son tiroir et en retira une enveloppe chargée de dizaine et de dizaine de documents qu'elle tandis à Nara, son bras ne tremblant qu'à peine malgré le poids de l'enveloppe que la jeune femme supposa assez important avant de la prendre dans sa main et de se rendre compte qu'elle l'était bel et bien.


Reiko- Vous avez son adresse. Ses parents vivent à Konoha, les missions auxquelles il a participé et une facturation pour un bien immobilier, en somme suffisamment de pistes pour commencer. Si vous avez des questions ou si vous avez besoin de d'autres documents, vous pouvez venir me voir.

Nara- Merci. Je ne vous dérangerez pas plus longtemps, puis-je me retirer et débuter mon enquête ?


Un léger signe de tête de Reiko lui donna le feu vert pour quitter le bureau et Nara le fit sans hésiter, se dirigeant d'un pas lent vers le quartier populaire de Konoha et vers ce qu'elle considérait maintenant comme sa maison. Elle avait besoin de prendre un peu de recul sur la mission qu'on lui avait demandé d'accomplir. Pour le moment, la jeune femme n'avait pas réellement penché sur un plan, mais elle s'y consacrerait corps et âme malgré le fait qu'elle n'aimait pas réellement le fait d'enquêter sur la vie de son ancien sensei. La décision ne lui appartenait plus, elle ne s'appartenait plus, elle était maintenant une chuunin...
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Gants de velour et Talons aiguilles   Mer 22 Aoû - 17:10

Nara : + 35XP - technique validée
Reïko (alias Tsuki) : + 9XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Gants de velour et Talons aiguilles   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gants de velour et Talons aiguilles
» You're not alone, i'll be by your side, i'll take your hand [PV Brent]
» saphryn ? même en talons aiguilles, tu ne m'arrives pas à la cheville | links
» Entre la jalousie et l'amitié, l'équilibre, je le trace dans le sol avec mes talons aiguilles. [Victoire]
» premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-