Partagez | 
 

 « Boulevard of Broken Dreams »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Kizaro
Invité
avatar


MessageSujet: « Boulevard of Broken Dreams »   Mer 3 Aoû - 23:02

Quelque part dans une sombre ruelle de Kumo…

Une tête humaine se mouvant toute seule apparut à même le sol pour peu à peu s’en extraire lentement.
Puis ce fut au tour de deux larges épaules, d’un buste massif tranchant la terre comme l’aurait fait la proue d’un immense paquebot à travers la mer, de progresser nonchalamment dans la terre Kuméenne.

Une fois la totalité du corps de Kizaro apparue, l’homme s’encapuchonna sous un épais kimono rouge avant de s’enfoncer dans le boulevard scindant la cité en deux parties d’égale superficie.
L’ambiance qui s’en dégageait respirait la sérénité.
Kizaro put apercevoir des visages rayonnant et épanouis, ne se souciant certainement guère de quoi sera fait le lendemain…

Au détour de la grand’ place, il s’arrêta devant une gigantesque arche symbolisant l’union entre kumo et le clan Kaguya.
D’innombrables briques de pierre noire de différentes formes s’assemblaient pour composer une architecture plus générale, représentant une fleur de lys s’entrelaçant entre un éclair et un os…
Le tout s’élançait dans le ciel sombre et zébrés intempestivement d’éclairs furtifs, à une hauteur vertigineuse.


* Kumo, tu n’as en rien perdu de ton rayonnement ancestral *
* Tu es toujours aussi intacte qu’au temps où je t’ai quitté, afin de m’éloigner des troubles nauséabonds de mon plus ou moins regretté clan Kaguya *


L’air était empreinte d’une forte humidité se faisant d’autant plus ressentir de par la lourdeur de la température ambiante.

* Ca sent l’orage… Uhuh *

Le vieux Kaguya prit la direction de qui semblait être le cimetière de la cité…

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Jeu 14 Sep - 19:18

Auron venait de sortir de l’académie et se rendit directement à se qu’il savait maintenant être le temple du Raikage pour connaître l’emplacement de sa future habitation et peut-être aussi le nom de son sensei et après avoir encore tourner pendant une bonne demi-heure dans la ville, il retrouva enfin le temple qui semblait fermé. Les horaires qui figuraient sur la porte indiquaient que l’heure d’ouverture avait été dépassée. Décidément, les horaires de Kumo n’étaient pas son fort pensa Auron en s’éloignant à grandes enjambés : la pluie venait se mêler au vent pour gâcher cette journée si bien commencé.

Auron s’engouffra dans une large avenue dont le nom, « Boulevard of Broken Dream », qu’il vit furtivement, le laissa perplexe mais il ne s’en formalisa pas étant trempé par la pluie et ballotté par les violentes rafales de vents. La nuit promettait d’être longue s’il ne trouvait pas rapidement un abri dans le porche d’une maison relativement proche. Il remarqua le nom du bâtiment : « Le paradis des félins » graver comme une enseigne sur l’auvent. Il haussa les épaules devant le nom de la maison et s’assit dans l’ombre en espérant que la pluie cesserai vite.

Il senti alors son estomac gronder et songea alors qu’il n’avait rien manger depuis le midi de la journée : la succession d’événement qui l’avait amené au test puis ici-même ne lui avait laissé aucun repos. Il ouvrit alors son sac et sortit une de ses rations de voyage qu’il avait préparé en prévisions de celui pour aller à Kumo mais qui avait été plus court que prévu. Il regarda le ciel qui, encore noir de nuage, laissa s’échapper de grosses gouttes à très peu d’intervalles.

Puis il chercha une position confortable pour que son dos ne soit pas irrité par la roche qui composait les murs de la maison et son esprit commença à s’évader, le rythme régulier de la pluie battant les pavés aidant. Il songea qu’il ne connaissait personnes dans le village et cela l’attrista de façon étrange : jamais il n’avait ressenti de besoin d’être entourer. Ensuite ses pensées allèrent au Raikage : Quel homme est-il ? Il espérait qu’il le rencontrerai le lendemain quand il se renseignerait sur sa nouvelle habitation et son sensei. Et puis, dans son esprit, tourna les visages de toutes les personnes qu’il avait connu et qu’il connaissait actuellement : son père, ses sœurs, son mentor, Alucard, et tant d’autre dont il avait oublié les noms.

Son esprit se dirigea alors vers les moments qu’il avait passés en compagnie du vieil ermite qu’il considérai maintenant comme son mentor ; jamais il n’aurai été ici s’il ne l’avait pas poussé à venir mais dans quel but ? Cette question qu’Auron s’était posé plein de fois durant ses moments de réflexion, trop nombreux à son goût, avait maintenant une réponse : le simple fait d’être entouré de personne qu’il pouvait considérer comme des amis.

La pluie ne se calmait pas mais le vent, par contre, s’était tu et seul le bruit des gouttes sur les pavés du Boulevard of Broken Dream se faisait entendre. Sa cape avait en partie séché et son ventre était plein. Tout cela contribua à le plonger dans le sommeil. Il s’endormit alors dans la farandole de visages et de souvenirs qui l’assaillait.


[edit]

Le lendemain matin, Auron se réveilla avec le soleil : les nuages avaient disparus et les seules traces de la pluie consistaient en des flaques d’eau éparpillée sur le sol dans les anfractuosités du sol. Il avait la journée pour s’occuper des ses affaires urgentes : son logement, son sensei et surtout des nouveaux outils de chimie pour pouvoir reconstituer sa réserve de poison au plus vite. Il ramassa ses affaires éparpillées sur le sol, attacha sa cape et se mit donc en marche vers le temple du Raikage.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Mer 20 Sep - 14:18

Lorsque le Raikage se mit en marche en direction de la grande avenue de Kumo, Rakurai le suivit instinctivement, non pas qu'il ne souhaitait pas le perdre de vue, ou tout autres choses du même genre, mais il souhaitait juste poser des questions rapidement au Raikage, des questions personnels et surtout des questions vitale pour Rakurai.

Accompagné désormais d'Auron, une autre personne nouvellement promus au rang d'étudiant de Kumo, Rakurai jaugea rapidement cette nouvelle personne du regard, à priori il ne décela rien de vraiment suspect chez cette personne si ce n'est une certaine tendance à regarder Rakurai avec une certaine colère, voir haine, si ce terme peut être adapté dans la situation présente.

Cependant ce jeune garçon surprit réellement Rakurai lorsqu'il désigna le nom de famille "Yugen" et qu'il l'associa immédiatement ç celui d'une famille d'assassins extrêmement connus, et c'est cela qui surprit Rakurai, que l'on devine qu'il est un assassin à sa manière de se déplacer ou de réagir passe, mais que l'on dise qu'il est un assassin à cause de son nom de famille et qu'en plus elle était connus le laissa avec un sentiment perplexe, en effet, il ne savait pas si il devait rire de cette remarque ou s'en offusquer, mais après mure réflexion il se dit qu'il avait raison, enfin dans une moindre mesure.

Observant avec attention ce visage quelque peut haineux envers Rakurai, celui ci analysait rapidement la situation, il était improbable, pour ne pas dire impossible, qu'un simple citoyen lambda connaisse l'activité réelle de la famille de Rakurai, et hormis certains grands seigneurs, personne ne connaissait l'existence de cette famille, pas même les kages, enfin, ça il devrait justement le voir avec le Raikage. Cependant, il existait une caste particulière de personnes qui connaissait l'activité réelle des Yugen, cette caste faisait aussi partie de l'ombre, et leurs métiers étaient souvent moins honorable que l'assassinat, mais il était déjà arrivé à certains membres de sa famille de devoir travailler avec d'autres assassins, ou brigand, ou tout autres personnes de la mêmes espèces, et dans ces cas la très précis, oui, l'on pouvait dire que sa famille était connus, trop connus diront certains, pas assez connus diront d'autres, Rakurai s'en moquait, après tout c'était à son père et à son grand père de défendre l'intérêt de la famille, lui il n'avait droit qu'à faire respecter son honneur, et l'honneur restera sauf pour les Yugen, quoi qu'il arrive.

Décidant enfin de sortir de son mutisme et de la perplexité dans laquelle le jeune Auron l'avait mit, Rakurai sourit aimablement à son interlocuteur avant de répondre d'un ton conciliant.


¤Rakurai¤
"Je vois que la réputation de ma famille me précède, cependant un doute persiste, peu de gens sur Terre sont au courant de la réelle activité de ma famille, hormis quelques seigneurs et autres personnes influente, hors, excusez si mon ton et ma remarque vous paraîtra discourtois, mais vous n'avez guère l'air d'une personne d'importance, en fait vous êtes même quelqu'un de très commun."

¤Rakurai1¤
"Et voyez vous cela me pose un léger problème, car il existe toutefois une "branche d'activité" qui est au courrant de la véritable profession de ma famille, et qui les utilisent dans les termes que vous venez de prononcer, alors monsieur Auron, de quel secteur d'activité venez vous?"

Il avais dit cette dernière phrase avec un léger sourire, et un regard en travers ses lunettes à demi baissé laissant toute l'intensité de son regard pénétré au plus profond possible le jeune étudiant de Kumo.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Mer 20 Sep - 17:09

Auron marchait déjà depuis un certain temps derrière le Raikage, remontant toujours le grand boulevard pavé peuplé de grands arbres sur lesquels l’automne commençait à pointer qui l’avait accueillie la nuit précédente, aux côtés de Rakurai qui lui lançait de temps à autres des regards pour le moins intrigants suite à sa question peut-être un peu trop directe. Ils continuèrent à marcher en silence pendant quelques mètres, le soleil commençant à réchauffer l’atmosphère légèrement humide quand Rakurai répondit enfin à sa question.

¤Rakurai¤
"Je vois que la réputation de ma famille me précède, cependant un doute persiste, peu de gens sur Terre sont au courant de la réelle activité de ma famille, hormis quelques seigneurs et autres personnes influente, hors, excusez si mon ton et ma remarque vous paraîtra discourtois, mais vous n'avez guère l'air d'une personne d'importance, en fait vous êtes même quelqu'un de très commun."

¤Rakurai1¤
"Et voyez vous cela me pose un léger problème, car il existe toutefois une "branche d'activité" qui est au courrant de la véritable profession de ma famille, et qui les utilisent dans les termes que vous venez de prononcer, alors monsieur Auron, de quel secteur d'activité venez vous?"

Auron écouta attentivement la réponse de Rakurai et senti une légère différence d’intonation et de ton entre ses paroles néanmoins il n’en laissa rien paraître. Rakurai était pour le moins perspicace et, pour tout dire, il n’en attendait pas moins de lui. Pourtant il ne semblait pas avoir compris le message qui avait été lancé à travers la simplicité de sa question et était partis dans les chemins compliqué de la joute verbale.
Sans doute était-ce là une habitude qu’il avait et Auron décida de se plier aux règles qu’il imposait. Il répliqua alors d’un ton qu’il espérait le plus mielleux possible :


« Monsieur Rakurai, votre ton ne m’importune guère et il est vrai que je ne suis pas une personne très importante.
Mais il est possible que j’ai participé ou que je participe encore à certaines activités qui serait quelque peu en rapport avec les « branches d’activités » que j’ai cité.
Il est aussi probable que c’est en fréquentant certaines personnes que j’ai entendu parlé de votre famille.
Dans ce cas, les informations dont je dispose sur votre famille, car c’est bien votre famille non ?, pourrait être véridique ? Dans le cas contraire, je vous serais gré de corriger les erreurs que j’ai pu dire »


Auron poursuivait son chemin en compagnie du Raikage et de Rakurai, regrettant d’être entré dans le cycle infernal et désespérant de la rhétorique. Il espérait que cela cesserai vite mais il ne se faisait pas d’illusions : le voila revenus dans la vie sociale et ses complications.
Le Raikage semblait, lui, bien s’amuser à l’entente de cet échange verbale mais s’efforçait de ne pas montrer qu’il écoutait leurs paroles
.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Jeu 21 Sep - 15:25

Rakurai s'amusé d'Auron, il sentait qu'il était aussi un assassin, et mieux encore, un assassin relativement bien informé, car même les personnes de l'ombre ne connaissaient pas tout des Yugen, enfin ils savaient qu'ils étaient fort mais c'est tout, était ce des assassins? Était ce des mercenaires? Ou bien était ce seulement des Ninja qui étaient partis de leurs village? Et ces réponses à ces questions, seul un groupe limités de personnes les connaissaient, en premier venaient les seigneurs comme déjà dit, en second venaient les personnes avec qui sa famille avais déjà travaillé, il s'agissait généralement de simple mercenaire, et enfin venait les assassins que sa famille estimait, et c'est dans cette dernière catégorie que Auron semblait appartenir.

Il écouta avec attention ce qu'il disait tandis qu'il remettait ses lunettes sur son nez, il usait d'un ton mielleux et usé d'une rhétorique appréciable, mais qui semblait sonner faux, ou plutôt qui semblait le déranger de parler, or, son grand père lui avait toujours dit qu'un assassin devait aussi être diplomate, car sinon on n'est qu'une coquille vide, sans âme, sans émotions, un monstre en somme.

Il réajusta ses lunettes sur son nez avant de reporter son attention sur la route et de commencer à parler avec un petit sourire, cet assassin était une personne intéressante, un peu trop désireuse d'en savoir sur son passé, mais intéressante quand même.


¤Rakurai¤
"Expliquer moi l'intérêt de poser des questions auquel l'on connaît déjà la réponse? Après tout vous ne m'auriez jamais posé cette question si vous n'aviez pas entendus parlez de ma famille, mais soit, afin de satisfaire votre désir d'entendre un véritable Yugen l'affirmer je vais donc le faire, je suis bel et bien un membre de cette famille d'assassin, et de ce fait je suis donc bel et bien un assassin professionnel, tout comme vous il me semble."

Après avoir dit cela Rakurai se tut, attendant de voir ce qu'Auron allait dire, ou ce que le Raikage, toujours attentif à leurs discussion, aurait à dire à ce sujet, après tout c'est vrai, Rakurai est un assassin et il en est fier, certes il avait menti à Zenko-san, mais uniquement car il pensait qu'un assassin professionnel n'avait aucune chance de s'inscrire à l'académie Ninja de Kumo, en outre, pourquoi Auron était il tellement curieux sur ce point de détail? Était-ce un assassin souhaitant apprendre les secrets des Yugen? Ou bien quelque un qui souhaitait juste s'affirmer dans le monde de l'assassinat afin de s'enorgueillir d'avoir réussi à éliminez un Yugen? Il n'en savait rien, mais il faudrait le surveiller de prêt, Rakurai avait déjà suffisamment de choses à s'occupé sans avoir à s'occuper d'un chien fou qui risquerais de le traquer.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Jeu 21 Sep - 19:38

Auron écouta attentivement la réponse de Rakurai et sourit légèrement en l’entendant répondre à l’affirmative à sa question et resta pensif quelques minutes. Il avait oublié que Rakurai pouvait aussi lire en lui. Même s’il appartenait à deux familles différentes, leurs enseignements devaient avoir une ligne commune, une base commune.

Une coïncidence l’avait mis en présence d’un Yugen et s’en faire un ennemi ne mènerai à rien de bon. Que faire alors : lui révéler la vérité ou inventé un mensonge compliqué qu’il n’aurait aucun mal à percer ?
Il décida de lui révéler la vérité pour atténuer la première impression qu’il avait pu donner car elle semblait néfaste à entendre le ton qu’il employait. Il revint à une voix normale pour lui montrer qu’il ne désirait plus continué les batailles oratoires :


« Rakurai, il est vrai que j’ai été assassin il y a de ça quelques années. A vrai dire, j’ai été élevé par un assassin pour devenir un assassin mais ma famille m’a rejeté suite à une erreur de ma part. Mon mentor, qui m’a recueilli, m’a appris à dépasser mes enseignements et à voir plus loin. Je me suis rendu compte de la futilité de nos actes et je suis las aujourd’hui de toutes ses querelles intestinales qui peuvent opposer les hommes. »

Après ces mots, Auron fit une courte pause. Des questions l’assaillirent : avait-il bien fait de dire la vérité ? Devait-il s’arrêter maintenant ? Devait-il continuer ? Il choisi de continuer pour que Rakurai n’est pas une fausse opinion de lui.

« J’ai décidé de devenir ninja pour avoir quelque chose à protéger, pour que je puisse penser que mes actes sont dictés non pas par devoir mais par amour. Par amour pour ce village et sa population qui se repose entièrement sur les ninjas en ce qui concerne leurs sécurités. C’est pour eux que j’ai repris aujourd’hui mon ancien métier.
D’ailleurs si vous avez pu penser que j’avais une grief contre vous, ce que vous avez pensé je l’ai vu, c’est que vous m’avez rappelé ce que j’était il n’y a pas si longtemps et j’ai alors voulu vous affronter pour vous prouver que quelqu’un qui se bat pour une cause qu’il a choisi est bien plus fort que quelqu’un qui agit uniquement par devoir. »


Auron s’arrêta alors de parler. Il avait dit tout ce qu’il devait dire et rien ne saurai le faire changer d’avis. Sa voie était choisi et il la suivrai coûte que coûte, même si cela nécessite que sa vie soit sacrifié. Alors qu’il replongeai dans ses pensées, il remarqua qu’ils approchait de la zone habitable.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Ven 22 Sep - 1:14

Rakurai continuait de sourire et de marcher tandis qu'Auron commençais à parler sur lui, sur son passé, certes, Rakurai n'avait jamais demandé autant de détail et surtout de vouloir connaître la raison qu'il l'avait poussé à devenir Ninja mais il appréciait la franchise de cette personne, enfin il appréciait entendre ce qu'Auron pensait être sa vérité.

L'histoire d'Auron était commune à bon nombre d'assassin "nouveau", non issus d'une famille d'assassin, après tout c'était comme cela que les familles d'assassins perduraient, enfin les familles non "noble" de cet art, car sans cela ils ne seraient tous que de pauvres meurtriers vivant sans foi ni loi, et cela était quelqueu chose que les vraies assassins tentaient d'éviter, malheureusement il deviens de plus en plus difficile d'éviter une certaine corruption dans l'attitude de l'assassinat et Auron en faisait partie, pour un assassin, rien n'est plus important que sa cible, rien, cependant était ce la faute de la nouvelle génération ou bien celle des personnes qui les forment? Il n'en savait rien, il savait juste que sa famille était l'une des dernière, avec celle du scorpion rouge, bien qu'ils ne soient pas une famille à proprement parlés, à respecter l'ancien code d'honneur des assassins.

Finalement le sourire de Rakurai s'effaça complètement, cela faisait longtemps qu'il n'était pas tombé dans cet état, depuis son dernier contrat en fait, sa cible s'était retrouvé éliminé proprement, c'est vrai, mais ses gardes...Il finissait d'écouter la fin de l'histoire d'Auron tandis qu'ils arrivaient tout trois dans la zone résidentiel de Kumo, puis finalement quand Auron finit de parler Rakurai lui parlas d'une vois assez sèche et froide.


¤Rakurai¤
"Je vois, c'est une bien triste histoire dites moi? Cependant moi, en tant que véritable assassin, trouve cette histoire risible, voir même pathétique, vous avez fauté en tant qu'assassin, sinon votre famille ne vous aurez pas rejeté, en outre vous dites que vous êtes désormais très loin d'être un assassin tout ça car un homme vous aurez montré la "voie"? Pardonnez moi mais cela est ridicule, vous êtes un assassin monsieur Auron, que vous le vouliez ou non, cela ce sent, cela se sait, surtout face à un véritable assassin."

¤Rakurai 1¤
"Vous me trouvez dur? Sans doute avez vous raison, cependant voir un assassin devenir ainsi "mou" me répugne assez, vous êtes un tueur, aussi vraie que le soleil se lève à l'Est et se couche à l'Ouest, vous avez trouvé votre voie? Ou en terme de Ninja votre nindo? Grand bien vous en fasse, mais je ne pense pas que vous sachiez pourquoi j'agis, si votre famille était une famille d'assassin médiocre tans pis pour elle, cependant n'oubliez pas qui vous êtes vraiment, vous êtes un assassin et un meurtrier, vous connaisse les différentes poisons nécessaire à l'élimination de quelqu'un, vous savez aussi bien qu'un médecin les zones qu'il faut frapper pour mettre rapidement fin aux jours de vos cibles, et si votre souhait et d'oubliez tout ceci, m'affrontez ferra au contraire ressortir votre véritable personnalité, tenez vous réellement à prendre ce risque monsieur Auron? Ou bien préférez vous continuez à vous cachez derrière votre soit disant "voie" votre illumination?"

¤Rakurai¤
"Car voyez vous il est futile, pour ne pas dire enfantin, de penser que simplement parce qu'on ne souhaite plus voir les atrocités des hommes et ne plus en accomplir que cela sera effectif, vous sentez le sang monsieur Auron, et je suis presque sur que, comme tout assassin digne de ce nom, vous en avez pris du plaisir, et dans ces cas ce serait ça votre peur? Le fait de savoir que finalement vous n'êtes qu'un monstre? Et si cela était vrai, que ferrez vous? Vous mettrez fin à vos jours ou bien vous fuiriez encore comme vous l'avez fait avec votre famille et avec votre mentor? Peut m'importe les mensonges que vous vous racontez après tout, votre vraie nature est celle d'un assassin, et il en sera ainsi aussi longtemps que vous vivrez, et savez vous pourquoi? Car cela est gravé dans votre sang, dans votre âme, et aussi dans votre passé et futur."

Durant tout le temps que Rakurai avait parlé il n'avait pas quitté la route des yeux, il n'avait même pas élevé la vois, il parlait toujours avec un ton calme, doucereux, limite condescendant pour certaines personnes, cependant lorsqu'il finit sa dernière phrase il tourna son regard pourpre vers le regard d'Auron afin de bien qu'il comprenne toute l'intensité de ses paroles. Rakurai ne plaisantais pas, en fait il pensé chaque mot qu'il venait de dire, et ce serait à Auron de tenter soit de lui faire changer d'avis sur sa véritable nature, soit de le tuer afin de le faire taire révélant ainsi sa véritable nature.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Ven 22 Sep - 17:23

Shiryu a eut à peine le temps de se lever que le chien aboya un bon coup puis courra vers la sortie. Le ninja allait en baver. Une créature rapide, agile et avec des sens supérieur au siens face à un ninja aveugle qui ne se déplace pas particulièrement vite...

Il était donc temps de se mettre au boulot. Shiryu se dirigea vers la fenêtre et sauta dans un des arbres se trouvant en face de l'encadrement. Il descendit de son arbre et se dirigea vers le Brocken dream's.

Son premier réflexe fut d'aller dans le quartier qu'avait nommé l'instructeur. Il se balada dans la rue et partit voir un petit marchant de nourriture pour animaux. L’aveugle y demanda son chemin puis demanda si le marchant avait vu passer une bête puante avec de la bave coulant sur les babines.

A peine le marchant eut il le temps de parler qu'une masse tombât sur Shiryu pour l'écraser. Il lui lécha la tête puis repartit le plus rapidement possible. Le shinobi essaya de la retenir en serrant ses bras autour de l'animal mais rien à faire, il était trop rapide.


« Tu va voir toi. Même pour quelque chose d'aussi débile je me donne toujours à fond! »

Il s'en suivit une incroyable course poursuite. Alors que le chien courrait gracieusement, enfin pas trop quand même, le genjutsuteur lui se tapa tout les panneaux possible du chemin. Après avoir essuyé un cuisant échec et une affreuse migraine, il s'assit pour reprendre son souffle.
Après tout, courir après un chien n'était pas la chose la plus facile. Deux choses s’offraient à lui. Courir et avoir le droit au deuxième tour de attrape moi si tu peux sinon c'était tendre des piège et la troisième utiliser ses sens.

Shiryu choisit la facilité. Les pièges, une chose facile à élaborer. Il fit en premier un superbe piège à lapin. Si le chien entrait, il tirait sur la corde et hop, le tour était dans le sac. Enfin bref, le ninja se cacha derrière une boite postale, très belle, jaune avec écrit Kumo express dessus, et attendait. Il sentit alors une seconde odeur nauséabonde. Tout comme le premier dans la salle.

Le chien était à côté de l’Uchiha. Il lui lécha à nouveau toute la partie droite du visage et partit près du piège, il l'esquiva facilement. Ce chiens n'était pas si bête... enfin si un peu quand même! Shiryu courut vers le canidé puis comme un imbécile, j'ajoute que le balafré de Kumo est très modeste, il tomba dans son propre piège. Après attrape moisi tu peux, nous avions le droit à crocodile dandy...

Shiryu pensa qu’il n’avait aucune arme sur lui mit à part son bâton mais il était resté par terre. Il composa alors deux signes et un clone apparut. Un Kage Bushuin, qui était apparut en l’air et eut le droit à une chute sans grand danger pour son existence. Il ramassa le bâton amélioré et le donna à son créateur. Ce dernier se balança pour qu’avec son élan il puisse atteindre le niveau de la corde et avec son bâton le coupé. Une fois presque relevé, le ninja fit un petit mouliné avec son arme pour atteindre la corde et en insufflant un peu de chakra, la lame sortant de l’arme coupa net les liens.

Le ninja discuta alors un peu avec son clone. Il fallait prendre le chien dans son piège. Comme un simple ninja comme Shiryu pouvait-il utiliser ses sens pour prendre le chien au piège...Une idée lui vient soudain.


« S’il est capable de se déplacer sur terre, il lui est incapable de nage vite ou même de voler… Je pense que la première solution est la bonne !! »

Il demanda alors à son clone de se placer sous une plaque d’égout ou sera attirer le chien pour se lancer dans l’eau et le capturer.
Ainsi, Shiryu courut de longues heures, qui étaient en fait des minutes, pour attirer Sieg dans le trou. Comme un imbécile, le chien sauta dedans. Le clone du balafré de Kumo poussa légèrement le chien à l’eau et prépara une corde pour l’attacher. C’est alors que le chien se mit en boule et tourna pour atteindre l’autre côté de la rive des égouts tel un acrobate.

Il sortit vite et remua tout ses poils. Après la douche de bave, les égouts venait voir Shiryu. Ce dernier sauta dans le trou pour essayer de choper Sieg à l’odorat. Pas difficile dès à présent sauf quand le chien partait trop loin.
Le braquage à l’italienne n’était pas non plus son fort à priori…

Son incapacité à faire plus d’un Kage Bushuin était tout de même un poids pour lui…
Il poursuivit alors le chien qui réussit en sauta sur une échelle puis en faisant rebond dans le tunnel verticale qui entourait l’échelle d’accès extérieur à rejoindre l’air pur. Shiryu mit plus de temps et sortit dans un était bien plus lamentable… Il annula le Kage Bushuin pour en refaire un. Mais pas que ça…

Nous revoilà maintenant dans une rue presque déserte d’une des tures de Kumo. Shiryu était devant Sieg. Un second était derrière. Et au moment ou le chien sauta pour éviter les deux aveugles, qui se prirent une belle gamelle, un dernier Shiryu sauta du toit pour attraper le chien. Une fois en bas avec le chien dans les bras, un des deux Shiryu lui passa des cordes sur les pattes tout en faisant bien attention de les enrouler dans les endroits de façon à se que le chien ne puisse le libérer, puis il le porta avec l’aide du clone. Le dernier n’était déjà plus que fumée. En fait ce n’était qu’un simple Bushuin pour faire un leurre…

Le ninja ramena le chien dans l’académie. Il passa dans le servisse d’entretien pour avoir du savon, une brosse et surtout des serviettes… il entraina encore Sieg et son clone dehors et prépara une bassine avec de l’eau moyennement chaude puis sortit des gants de ménage.
Son regard n’inspirait plus confiance. Un sourire non naturel et les sourcils froncés.
Il sortit alors la brosse tandis que son clone mettait Sieg dans une bassine pour le laver. Le chien prit un peu peur mais se calma quand le clone caressa le chien pour le rassurer. Shiryu passa du savon partout, il savonna particulièrement son ventre qui était très sale puis le rinça avec une autre bassine pour le sécher avec la serviette.

Après cette aventure dans les rue de Kumo, Shiryu et Sieg n’avait plus besoin de se poursuivre pour quoi que ce soit. En fait même, le chien apprécier Shiryu et ce dernier commençai lui aussi à éprouver de la sympathie pour le chiens
.

[Je poste à l’académie quand Riku et Taki auront un peu continué leur RP]

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Ven 22 Sep - 19:49

Auron continuait sa route en direction de sa future habitation en compagnie du Raikage et de Rakurai, avec qui il tenait une passionnant discussion. Auron avait du mal s’exprimer car Rakurai avait profité de ses paroles pour lui faire la morale. Il avait compris qu’ Auron avait renié sa nature d’assassin pour aller pleurer sur son sort. Ce n’était absolument pas là ce qu’il avait voulu dire et constata donc que son aptitude à la rhétorique avait besoin d’une sérieuse mise à jour. Il décida donc répondre une fois de plus aux piques de plus en plus violente que lui lançait Rakurai. Il soutint le regard rouge sang de Rakurai et repris la parole.

« Vous avez raison de rire de moi, je ne suis qu’un assassin médiocre qui a été renié mais je me suis mal exprimé. Je sais que ce n’est pas en déclarant tout d’un coup que je regrettais mes actions passés que je serais pardonné, je le sais, mais, grâce à mon mentor, j’ai pris conscience que j’étais manipulé par ma famille, comme vous d’ailleurs. Formé un assassin nécessite beaucoup de temps et d’argents, la question est donc comment faire pour qu’il reste fidèle à sa famille ? C’est en cela que mon mentor m’a ouvert les yeux : chaque famille, aussi grandiose soit-elle, conditionne ses assassins selon une méthode qui lui est propre et qui lui assure une entière dominance sur l’être qui deviendra un assassin à sa solde plus tard. »

« Néanmoins il est vrai que je resterai un assassin quoi que j’en dise ou que je proclame. J’ai juste rompu avec les enseignements de ma famille et est ainsi gagné une vision de la vie que je ne possédais pas avant, j’ai compris qu’une vie, quelque qu’elle soit, est précieuse et je suis donc maintenant opposé à en prendre une juste parce qu’on me l’a ordonné. Je possède les différentes connaissances qu’un assassin se doit de maîtriser et qui compte celle que vous énumérer, d’ailleurs si vous insister pour que je vous montre de quoi je suis capable, je vous attendrais à l’heure qui vous conviendra dans l’arène de Kumo. »

Il marqua alors une pause pour réfléchir aux dernières paroles de Rakurai. Avait-il raison ? Avait-il peur du plaisir qu’il prenait en tuant ses victimes ? C’était la une voie qu’il n’avait pas encore explorée et il faudrait qu’il y remédie dès qu’il aurait le temps. Il poursuivit son chemin aux cotés de Rakurai quand son regard vint heurter le dos du Raikage. Que pouvait-il bien penser après l’échange qu’ils avaient eu, Rakurai et lui. Il poussa alors un profond soupirs et continua à répondre à Rakurai, ne serais-ce que pour meubler la conversation.

« Vous avez encore raison quand vous dites qu’il est enfantin de penser que l’on puise ne pas être concerné par la bêtise des hommes et je suis désolé que l’on puisse penser que j’ai pris plaisir à tuer des hommes mais cela est sûrement vrai. Je n’est jamais pensé à ce genre de chose mais je sais que je ne suis qu’un monstre. Quelqu’un qui prend sans scrupule la vie ne peut être qu’un monstre. Et c’est cela que je souhaite changer. Je veux pouvoir penser que chacun de mes actes m’est dicté par mon propre jugement et non pas par une personne qui me manipule depuis mon enfance.»

Auron cessa alors de parler et regarda les habitations qui défilaient autour de lui. Elles étaient toutes différentes. Il reconnu la maison sous laquelle il avait passer la nuit. Ils avançaient de plus en plus vers la limite de Kumo. Ses pensées allaient des paroles de Rakurai à celles de son père, qui remontait de ses souvenirs. Tout deux disait la même chose : un assassin le restait quoi qu’il arrive. Quoi qu’il puisse dire, quoi qu’il puisse faire rien de pourrait le détourner de sa nature initiale. Les pensées d’Auron se tournèrent vers un autre problème qui se présentait : comment battre le Yugen à qui il avait lancé un défi ? Il devait lui être supérieur en tout point. Seule la ruse pouvait lui fournir un léger avantage. Puis ses pensées s’égarèrent en s’envolant vers le ciel bleu dans lequel les nuages formait différents dessins selon l’imagination de chacun.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Sam 23 Sep - 16:44

Le regard de Rakurai n'avait pas diminué d'intensité durant tout le temps ou Auron avait parlé, il n'avait ni ciller, ni parler, ni rien d'autres susceptible de voir jusqu'ou la médiocrité de cet assassin raté pouvait aller. Il l'écouta proféré ses niaiserie sur les familles d'assassins qui conditionne ses membres, sur sa famille, et cela énervé Rakurai, certes il avait promis à son grand père et à sa soeur de ne faire aucune vague, mais de la laissez insulter l'honneur de sa famille, cela le dérangeais, mais il s'abstint de tout commentaires. Il continuât toutefois de l'écouter sur ses peurs, ses envies, et surtout sur ce qu'il pensait être devenue comme étant sa vérité, ce qui fit doucement rire Rakurai dans son for intérieur.

Une fois qu'Auron finis de parler Rakurai détourna son regard du sien, il réfléchissait calmement à tout ce que venait de dire ce dernier. En fin de compte il restait quelqu'un de traumatisé par beaucoup de chose, traumatisé par son enfance et l'entraînement drastique de sa famille, traumatisé par le fait qu'un inconnus put lui faire part de sa vérité avant d'en faire finalement son outil, mais surtout, traumatisé par le fait d'avoir rencontré dans ce village, un autre assassin. Réajustant ses lunettes, Rakurai, souffla un peu avant de commencer lui aussi à parler.


¤Rakurai¤
"Croyez le ou non, je ne moque pas de vous, cependant votre désir, votre voie, vous en fait, me semble être si pathétique que cela en deviens presque insupportable. Vous dites que les familles d'assassin, y compris la mienne, conditionne ses membres afin d'en faire des esclaves docile? Je ne sait pas dans quel famille vous êtes tombé, mais la mienne respecte ses membres, plus encore que ses contrats, mais cela vous ne pouvez le comprendre, et après tout je ne peut vous en vouloir, vous ne pouvez même plus discerner la vérité des mensonges que vous vous racontez.

¤Rakurai 1¤
"Car, excusez moi de dire cela, votre mentor me semble être bien tombé, et étrangement il vous à fait prendre conscience que toutes les familles d'assassins n'étaient composé que de brutes assoiffés de sang qui conditionne ses membres? C'est risible, mais permettez moi de vous posez une question, comment pouvez vous donnez foi aux paroles d'un homme que vous ne connaissiez ni d'Ève, ni d'Adam? Et surtout, comment avez vous put accepter aussi facilement sa vérité? Il est vrai que profiter de la faiblesse de votre âme, et de la tristesse de votre coeur, dut être aisé pour finalement remodeler vos sentiments, votre esprit à sa guise, mais qu'en savez vous que finalement ce n'est pas lui qui vous à conditionné pour faire de vous son pantin de bois? Vous ne pouvez répondre à cela car vous ne pouvez plus discerner ce que vous pensez, de ce que vous croyez, c'en est même dommage, car voir un assassin devenir aussi faible dans son coeur et dans son âme est assez dur à accepter pour moi, et je suis sur que votre famille, votre vraie famille, doit maudire le jour ou vous avez rencontré votre mentor."

¤Rakurai¤
"Désolé aussi de casser vos idées, mais vous êtes très loin de ce que l'on peut qualifier de "monstre", après tout, prendre du plaisir dans la mort d'autrui n'est pas que propre aux assassins, certains grands combattants prennent plaisir à tuer leurs adversaires quand celui-ci est aussi fort qu'eux, et savez vous pourquoi? Car même si la nature réelle de l'Homme est généreuse, sa nature profonde est destructrice, et c'est pour cette raison qu'il existe des personnes comme vous et moi, des assassins, ayant sublimé cette nature destructrice afin d'en faire une force nécessaire à la survie. Si vous ne me croyez pas regardez la guerre qu'il y à eu il y à des années, ressentez ce vent de destruction qui souffle sur les terres, et dites moi que vous ne sentez pas l'envie destructrice des hommes dans ces indices. Cependant, je ne peut que vous félicitez de vouloir choisir une voie ou la mort n'est pas que l'unique choix possible, mais je vous demanderais de suivre vos propre pas, et non ceux d'un mentor ayant put conditionner votre esprit afin que vous suiviez son dogme, car pour un assassin, l'unique moyen de se sortir de ses crimes et de ses fautes est le pardon, vous ne pourrez prétendre avoir expiez vos fautes que si quelqu'un vous pardonne, c'est l'unique moyen pour un assassin de devenir vivant."

Une fois dit cela Rakurai se mit à marcher tranquillement en suivant le Raikage, il avait parlé plus que de raison, mais peut importe, après tout il s'agissait la d'un cas très étrange, et surtout rare dans la vie d'un assassin, que de voir un assassin repentit.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Dim 24 Sep - 19:30

Les paroles de Rakurai transpercèrent l’esprit d’Auron comme du couteau dans du beurre mou et y restèrent, identique à une lance dans un corps. Il eu un flash et ses pensées finirent par s’embrouiller. Le visage de son mentor pris la forme de celui de son père. Le doute s’installait, froid et confondant. Son esprit ressassait sans cesse les paroles de Rakurai. Dans son crâne l’image de son mentor fusionna avec celle de son père pour ne former qu’une seule et même image. Celle d’un manipulateur.

Enfermée dans ses pensées, il revivait son passé, chacune des paroles devenaient mensonges, chacun des gestes manipulation. Il passait sa vie au peigne fin pour découvrir des indices qui pourraient contredire les paroles de Rakurai. Mais il ne trouva rien. Pas le moindre indice qui indiquerait un amour véridique à son encontre. Toutes les personnes qu’il avait rencontrées l’avaient manipulé pour servir leurs propres buts. Son mentor y compris. En regardant les événements avec du recule, ne lui avait-il pas sauvé la vie ? Il avait ainsi une dette à l’égard de cet homme qui l’avait encouragé à devenir shinobi. Sur le moment, il ne l’avait pas remarqué ou plutôt, il n’avait pas voulu le remarquer.

C’était grâce aux paroles de Rakurai que son esprit s’était ouvert et avait pu remarqué de tel choses. Mais dans ce cas, lui aussi devait attendre quelque chose de lui. Il devait se servir de lui pour atteindre son but, comme tous les autres. Il lui apparu alors qu’il ne pouvait avoir confiance en personne. Tout le monde mentait pour atteindre les objectifs qui lui étaient propre. Cela lui apparut clairement comme une pleine lune dans une nuit noire.

Mais dans ce cas pourquoi était-il différent ? En temps qu’assassin, de tel procédé n’aurai pas dû le gêner. Encore une fois, la réponse apparue dans son esprit en lettres d’or :
Rakurai avait raison. Depuis le début, il s’était enfermé dans des mensonges. Mais maintenant il ne pouvait plus en sortir. Il était trop tard. Ils s’étaient enracinés trop profondément dans son âme pour qu’il réussisse à les en retirer. Comment pouvait-il sortir du cercle vicieux dans lequel il se trouvait ?

Il avait ressassé ses sombres pensées sans dire un mot. Marchant en regardant devant lui, il suivait le Raikage. Quand il émergea de ses pensées, le Raikage c’était arrêté devant des séries d’immeuble et de maison. Auron se tourna alors vers Rakurai et dit d’une voix glaciale.


« Bien joué, tu as gagné aujourd’hui. Mais ne crois pas que cela sa renouvela. Je vais me reprendre en main pour te donner du fil à retordre.»

Il se tourna alors vers le Raikage qui s’apprêtait à prendre la parole.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Lun 25 Sep - 13:02

[Shiryu : +5 EXP RP

Bon boulot, c'était marrant Smile

Attention à l'orthographe cependant.]

[Je laisse Alu ou Kimi noter les autres.]

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Lun 25 Sep - 21:38

Kimimaro marchait toujours devant les étudiants, tâchant de les guider vers l’emplacement de leur futur lieu de résidence. Ce type de comportement était fréquent chez lui, surtout lorsqu’il remarquait que deux nouveaux étudiants étaient « confrontés » l’un à l’autre en sa présence. Une seule règle prévalait : se garder de toute intervention, et laisser se dessiner les signes d’une entente plus ou moins cordiale ou amicale. Il n’était guère amateur des querelles visant à obtenir ses faveurs et préférait bien mieux laisser libre aux jeunes esprits de choisir entre s’entrelacer de connivence ou de se titiller.

En chemin, il captait bien sûr des mots comme « assassin », « Yugen », ou encore « monstre ». Il ne faisait que détourner ses yeux de la route à leur prononciation, et laissait le fil ininterrompu des monologues se dérouler lentement.

A vrai dire, il avait l’esprit bien trop occupé par une chose que rien et personne ne pouvait lui enlever. Cela faisait bien trop longtemps que cela durait, et maintenant que l’occasion d’en finir avec cette carte étrange qui le hantait depuis de nombreuses semaines lui était donnée, il ne la lâcherait pas.

Le Boulevard se divisait maintenant en deux embranchements distincts, formant des routes un peu moins fréquentées que l'artère principale. Le Raikage stoppa sa progression et se retourna vers ses 2 compagnons de route qui s’attendaient par chance à ce qu’il intervienne après ce long chemin silencieux.


« Bien, trêve de paroles pour vous deux… »

Il pointait respectivement deux bâtisses visiblement conçues en préfabriqué. Elle se trouvait chacune sur le début des deux embranchements précédemment référencés, et se faisaient quasiment face.

« Je ne vais pas vous faire un dessin. Voilà désormais, si vous l’acceptez, votre nouveau lieu de résidence. Bien sûr, ce n’est pas du luxe, l’aménagement est simple et somme toute modeste. Mais peut être qu’un jour vous prendrez du galon et serait amené à aménager votre espace vitale plus à votre convenance. »
« Je suis contraint de poursuivre ma route, en attendant que vous preniez vos marques dans votre demeure. »


Il salua les deux étudiants d’un hochement de tête accopagné d'un petite sourire de bienveillance et poursuivit sa route paisiblement. Plus qu’une seule comptait à présent : rejoindre les portes du village.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Mar 26 Sep - 21:56

Voyant que ses paroles avaient frappés Auron en plein coeur, Rakurai sourit légèrement à ce fait, il ne souhaitai pas le briser, pas pour l'instant tout du moins, il souhaitait lui faire prendre conscience de son statut actuel de pantin, et de lui faire prendre conscience de sa personnalité d'assassin.

Cependant il n'apprécia pas beaucoup qu'il lui adresse la parole de manière aussi familière et il fut près de lui répondre quand il fut stoppé par le Raikage, qui parlât ainsi pour la première fois depuis leurs marches.


¤Kimimaro¤
« Bien, trêve de paroles pour vous deux… »

Il pointa deux bâtiment, aussi semblable pour Rakurai que pouvait l'être deux tas de détritus, et avant même que le Raikage n'eut à parler il avait compris que ce serait ici la ou il vivrait, dans l'un de ces deux taudis, après la somptueuse demeure de la famille Yugen, cela était presque un affront de devoir dormir dans une telle décharge, mais bon, il devrait s'y faire, qu'il le veuille ou non.

¤Kimimaro¤
« Je ne vais pas vous faire un dessin. Voilà désormais, si vous l’acceptez, votre nouveau lieu de résidence. Bien sûr, ce n’est pas du luxe, l’aménagement est simple et somme toute modeste. Mais peut être qu’un jour vous prendrez du galon et serait amené à aménager votre espace vitale plus à votre convenance. »
« Je suis contraint de poursuivre ma route, en attendant que vous preniez vos marques dans votre demeure. »


Prendre du galon pour améliorer son chez lui? Ce ne serait pas exactement la première chose qu'il ferrait si il devenait plus important dans la hiérarchie du village, mais peu importe après tout, il vivrait là, il n'avait pas le choix, d'ailleurs cette remarque du Raikage l'amusa assez mais il ne fit aucun commentaire, cependant le départ impromptus du Raikage n'entré pas dans les plans de Rakurai qui avait des questions à lui posé, tans pis, il les lui poserait un autre jour, enfin, si il le revoyait, évidement.

Se dirigeant mollement vers l'immeuble se trouvant à gauche, saluant d'un simple signe de main Auron, Rakurai pénétra calmement dans l'étrange immeuble délabré qu'il allait désormais devoir appeler "foyer".

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Mer 27 Sep - 19:43

[ Place donc à la notation de cette jolie petite séquence : ]

[ Rakurai: +12EXP Role Play ]
[ Auron: +10EXP Role Play ]
[ Kaito: +3EXP Role Play ]
[ Nyna: +3EXP Role Play ]
[ Kimimaro: +2EXP Role Play ]

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Jeu 28 Sep - 20:46

Auron remontait l’allée principale de Kumo, perdu dans ses pensés. Il repensait à la discussion qu’il avait eut avec Rakurai quelques instants plus tôt. Des questions assaillaient son esprit déjà affaiblit par les assauts féroces de la rhétorique de son homologue. Qui devait-il croire et pourquoi en favorisé un autre ? Sa conscience pesait le pour et le contre de chaque possibilité sans discontinuer et il commençait à se lasser de cette gymnastique mentale.

Il décida de passer à d’autres idées. Il définit en pensée le parcours qu’il devrait effectuer dans la ville pour faire les achats qu’il lui serait nécessaire avant de commencer les cours prévu par l’académie. Il passa alors en esprit les différents ustensiles de chimie dont il aurait besoin par la suite : bécher, erlenmmeyer, ballon à fond plat et autres récipients tel que les tubes à essais ou une ampoule à décanter. Peut-être aussi des pipettes graduée ou jaugée, une éprouvette et une fiole jaugée.
Néanmoins il aurait nécessairement d’un réfrigérant pour extraire les huiles essentielles qui constitue la base de ses poisons.

Quand Auron émergea de ses pensées, il s’aperçut qu’il s’était encore égaré dans Kumo. Il rechercha le plan qu’il avait emporté de sa nouvelle maison et remarqua qu’il l’avait perdu. Décidément, il lui faudrait du temps avant de pouvoir s’orienté dans le dédalle de rues qui constituait Kumo.

Il aperçu alors un garçon d’a peu près son âge. Son aspect extérieur n’avait rien d’extraordinaire : ses cheveux était d’un brun noirs et il portait un vêtement de la même couleur. Il possédait lui aussi un bandeau de Kumo qui l’identifiait comme ninja.
Il marchait devant lui à faible vitesse comme s’il n’avait rien à faire de son temps.
Auron n’avait rien à perdre ; il l’aborda donc pour lui demander le chemin vers la boutique d’alchimie.


« Excusez-moi, je suis nouveau dans le village et j’ai encore du mal à me repérer. Serais-ce trop vous demander de m’indiquer le chemin le plus court vers la boutique d’alchimie ? »

Auron profita de la vision de face du garçon pour l’examiner de plus près : ses trais était tirés comme s’il avait subie une grande fatigue récemment. Son bras gauche portait un étrange tatouage qu’il n’identifia pas. Il était légèrement plus petit que lui, ce qui gênait quelque peu Auron.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Jeu 28 Sep - 21:35

Itori était en train de réfléchir sur un banc... Il songeait aux conséquence de son précédent comportement, et aux changement qu'il allait devoir appliquer à celui-ci. En effet, plus d'une fois, on lui avait fait remarquer son manque de sèrieux et son attitude désinvolte, et il allait sans doute devoir changer du tout au tout. Il poussa un grand soupir en songeant aux difficulté supplémentaire que ca allait lui apporter, mais après tout, vut le nombre changement qu'avait connus sa vie en si peu de temps, il se dit qu'un de plus, un de moins, ca n'allait pas le tuer... Contrairement au reste.

Alors qu'il était plonger dans ses reflexion, un voix masculine vint l'en sortir, et il tomba en arrière sous l'effet de la surprise, tombant ainsi nez à nez avec un homme arborant le bandeau de konoha. Le ninja l'examinais sans paraitre se soucier de ce qui venait de se passer, et pour réparer sa bétise, Itori se redressa rapidement pour faire face à son interlocuteur. Il remarqua alors que celui-ci étiat plus grand que lui, mais n'y préta pas trop attention.


Qu'est ce qui vous amène ici, monsieur... ?

N'ayant apparament pas remarquer le ton interrogatif de la phrase d'Itori, le ninja enchaina d'une traite :

« Excusez-moi, je suis nouveau dans le village et j’ai encore du mal à me repérer. Serais-ce trop vous demander de m’indiquer le chemin le plus court vers la boutique d’alchimie ? »

Itori fut surpris par cette question. En effet, pour lui il était plus qu'étonnant qu'un ninja cherche à se fournir du matèriel de chimie, mais il était près a répondre, ne serais-ce que parce qu'il était en quête de nouvelle connaissances. Il réfléchit un instant et se remémora avoir vu une boutique d'alchimie non loin de la forge.

Hum... Je croit que si vous prenez directement au sud en coupant par les toit, vous pourrez y arriver sans encombre. Vous devriez la remarquer sur le champs...

Itori arréta la sa phrase, mais voyant l'homme prêt à partir, il ajouta précipitamment.

Tient, apparament, vous êtes un nouveau non ? Je ne vous avez jamais vut auparavent. Si vous n'êtes pas trop pressé, nous pourrions discuter, et peut être aurais-je des choses à vous apprendre, ou sinon, nous pourrions parler en chemin. Cependant, si cela vous dérange, dite le moi.

Voyant que son interlocuteur restait interdit, attendant que Itori continu, il continua donc.

Alors, d'ou venez vous, quels est votre but en tant que ninja et surtout, comment vous appeler vous ?


HP:138/138-Mp:72/72 Niveau 7
For:14-Agi:15-Vit:18-Dex:1-Int:1-Sag:1
Tai:15-Gen:1-Nin:1-Med:16
EXP:43/70-Pts de Stats:0
Armes:rien
Argent:100£

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Ven 29 Sep - 18:16

« Hum... Je crois que si vous prenez directement au sud en coupant par les toits, vous pourrez y arriver sans encombre. Vous devriez la remarquer sur les champs... »

Le garçon avait l’air légèrement défoncé et donc parlait avec une certaine lenteur. Auron s’apprêtait à partir dans la direction indiquée quand il entendit le shinobi qui continuait de parler comme s’il n’avait jamais eut l’intention de s’arrêter.

« Tient, apparemment, vous êtes un nouveau non ? Je ne vous ai jamais vu auparavant. Si vous n'êtes pas trop pressé, nous pourrions discuter, et peut être aurais-je des choses à vous apprendre, ou sinon, nous pourrions parler en chemin. Cependant, si cela vous dérange, dite le moi. »

Auron ne répondit rien tant il était étonné par l’attitude du ninja. Jamais il n’avait vu une personne qui parlait avec autant de tranquillité.D’ailleurs ses paroles confirmait l’impression de lenteur qui se dégageait du ninja. Il avait sûrement attrapé en route le cours de ses paroles. Voyant qu’il ne répondait pas, le ninja continua donc sur sa lancé :


« Alors, d'ou venez vous, quels est votre but en tant que ninja et surtout, comment vous appeler vous ? »

Auron décida de modérer ses réponses et d’attendre d’en savoir un peu plus sur cet étrange personnage pour lui révéler la vérité sur lui. La leçon que lui avait donnée Rakurai était encore chaude dans son esprit. Il décida donc de répondre avec imprécision pour gagner du temps. Ils commencèrent à marcher en direction qu’avait indiqué Itori et Auron prit la parole :

« Effectivement je suis nouveau mais je vous l’ai déjà dit, je crois. Néanmoins un peu de compagnie ne me ferais pas de mal. Je vais donc commencer à répondre à votre interrogatoire.
Je n’ai pas vraiment eu de lieu d’attache dans mon passé. J’ai surtout voyagé à travers le monde.
Mon but ? C’est une bonne question que celle-ci. A vrai dire, je ne crois pas m’en avoir fixé.
Quand à mon identité, je m’appelle Auron. »


Auron fit une pause pour regarder la réaction de son homologue ninja et s’aperçu qu’il n’avait pas l’air d’écouté : son regard fixait la forêt et il semblait perdu dans ses pensés. Il sourit alors en posant à son tour les questions élémentaires qui constituent la base de toutes discussions avec une personne inconnue :

« Et vous ? Tout ce que je sais, c’est que vous êtes un ninja. Quel est votre nom ? Et quel est votre nindo ? J’avouerai aussi être curieux de connaître votre grade. »

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Ven 29 Sep - 22:17

Itori regardait dans le vague. En effet, les drogue qu'on lui donnait à l'hopital n'avait pas encore tout à fait disparut, et il avait du mal à se concentrer sur ce que disais son interlocuteur. Cependant, en entendant la question qu'il lui posait, il fut asser surpris. En effet, il n'avait pas l'habitude des discution, et il prit très à coeur, bien que ce soit sans doute par courtoisie, le fait que le ninja lui retourna sa question. Dans la précipitation du moment, il répondit impulsivement et avec la plus grande franchise :

Pour tout vous dire, je ne suis qu'un simple étudiant, mais mon expèrience et néanmoins asser grande, et je pense que mon statu ne devrait pas tarder à évoluer. Mon nom est Itori Sandeos, et mon nindo...

Itori était embarrassé par la question, mais le garcon lui parraissait des plus simpatique et des plus sincère, aussi décida-t-il de répondre franchement. Il reprit, mais sa voix tremblait quelque peu sous l'émotion.

Si je doit vous dire mon nindo, il va falloir que je vous raconte une partie de ma vie, mais la route est longue, et nous devrions avoir le temps, si cela ne vous ennuie pas, bien sur.

Il attendit de voir la réaction de son interlocuteur avant de continuer. Celui-ci ne parraissant pas défavorable à la conversation, il continua.

En réalité, je ne vient pas de kumo. Je vient de Iwa, le village cacher du pay de la roche. Cependant, si vous ne le saviez pas encore, après la mort de notre kage, le village fut déchiré par une lutte pour le pouvoir, et les plus faible se sont vut contraint de partir, pour éviter d'être prit dans des conflit sans intérêt. Je ne sais pas ce qu'il est arrivé au village, mais peu avant mon départ, un groupe de ninja dont je ne connais pas le nom s'en est prit à mes parent. Sans doute un assassina perpétré par des gens convoitant Iwa.

Quoi qu'il en soit, malgré mon egarement, j'ai du quitter Iwa, et kumo m'a acceuillit. J'en suis reconnaissant à mon nouveau kage, mais si je suis venu ici, c'est parce que la piste des assassin de mes parent m'a conduit jusqu'ici. Depuis, malgré de graves blessure et quelque problème... Personnels, j'ai poursuivit mon entrainement dans le but d'être un jour asser fort pour vaincre mes ennemis.


Il venait de dévoiler beaucoup d'information en peu de temps, aussi préférait il attendre de voir la réaction de son compagnon avant de continuer.


HP:138/138-Mp:72/72 Niveau 7
For:14-Agi:15-Vit:18-Dex:1-Int:1-Sag:1
Tai:15-Gen:1-Nin:1-Med:16
EXP:43/70-Pts de Stats:0
Armes:rien
Argent:100£

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Sam 30 Sep - 13:17

Auron écouta l’histoire d’Itori avec attention. Chaque morceau d’information qu’il pouvait recueillir serait précieux pour construire le profil psychologique du garçon. Celui-ci débitait ses pensés à la vitesse de l’éclair, ne s’arrêtant que pour reprendre son souffle. Auron adopta alors une attitude qui lui inspira confiance pour en savoir le plus possible sur ce ninja.

Quand il eut fini d’exposer les causes de son arrivé à Kumo, Auron sourit quasi-imperceptiblement. Les assassins devenait bien trop connus ces derniers temps. Il décida donc de ne pas révéler son ancien métier car le jeune homme l’aurait pris sûrement mal. Il attendit donc qu’Itori finissent son monologue pour émettre une remarque. Seule l’idée de vengeance l’avait déranger car, connaissant bien la mentalité humaine, il savait que la haine attire la haine et qu’un cercle se forme. Itori semblait avoir plonger dans cette mare de violence avec un poids attaché au cheville. Auron décida donc d’essayer de le sortir de ses pensés vengeresse.


« Vous n’êtes pas plus vieux que moi et vous cherchez déjà à entrer dans les cercles vicieux que constituent la haine et la vengeance. Pourquoi souhaitez-vous absolument tuer le meurtrier de vos parents ? N’est-il pas plus intelligent de profité de votre vie ? Je pense qu’il se sont sacrifié pour que vous puissiez quittez Iwa et vous les remercier en courrant après une chimère que vous ne trouverez peut-être jamais et qui est sûrement beaucoup plus forte que vous. »

Auron stoppa alors son discours pour laisser au garçon le temps de s’imbiber de ses paroles. Décidément, il tombait toujours sur des personnes étranges qui pensait que la mort d’autrui ressoudait tout les problèmes quels qu’ils soient. C’est de ce mode de pensé dont il tentait lui-même de sortir. Il poursuit donc son discours, autant pour Itori que pour lui.
« D’ailleurs, vous dites que vous avez eut de grave blessures et des problèmes. N’est-ce pas là la preuve que vous voulez vous frottez à trop fort pour vous ? Vous devriez regardez le futur au lieu de vous attardez sur le passé. Je pense que vous êtes aveuglé par la mort de vos parents et que vous ne faites pas attention à ce qui vous entoure. Vous dites remercier le Raikage de vous avoir accueillit dans son village et bien montrer-le. Devenez plus fort que vous l’êtes et servez le comme vous servez vos parents. »

Auron avait dit tout ce qu’il avait à dire, s’arrêta donc de parler et tourna la tête vers Itori pour essayer de capter une réaction de sa part mais encore une fois son esprit semblait ailleurs. Il décida donc d’attendre pour connaître son point de vue. Puis, alors qu’il tournait au coin d’un rue, il aperçu la boutique d’alchimie au loin, perdu dans les champs, comme l’avait dit Itori.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Sam 30 Sep - 20:20

Itori serrait les dent tandis qu'Auron parlait. Des larme de rage mal contenue perlait le long de ses joue, et il avait tourner la tête légèrement de côté pour que le ninja ne les remarqua pas. Une fois que celui-ci eut finit de parler, il dit, non sans émotion.

Vous avez... Tout à fait raison... Mais je suis si faible... Durant toute ma vie, je n’ais jamais été capable de régler mes problème sans passer par la force physique. Et j’ai bien peur que ce ne soit pas près de changer…

Changer… Ce seul mot heurta sa conscience. En effet, il se remémora alors les penser qu’il avait eu peu avant. Il allait devoir changer pour être accepté. Est ce que Auron avait mit en évidence une des lacune d’Itori ? La réflexion d’Itori se faisait de plus en plus confuse. Les drogue n’aidaient vraiment pas à la réflexion, et il était plutôt fatigué par son séjour à l ‘hôpital. Il reprit, alors que toute trace d’émotion avait disparut de sa voix.

Non, je pense que je peu changer, et que effectivement, la haine n’est pas la bonne voie. Maintenant, mon premier but devrait être d’honoré la dette que j’ai contracter envers kumo. Merci, je pense que grâce à cette discutions, vous m’avez permit de me remettre sur le droit chemin.

Il s’arrêta un instant, arborant un grand sourire malicieux.

Enfin, je ne devrais pas être si reconnaissant, car à cause de vous, j’ai contracter une deuxième dette bien plus grande !

Il remarque alors qu’ils était arriver au laboratoire d’alchimie.

Et bien, je crois que vous n’avez plus besoin de moi, mais s’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour vous, n’hésitez pas à me demander. Et encore une fois, sachez que je vous suis très reconnaissant.

Il attendit alors que son interlocuteur parle pour prendre congé.


HP:138/138-Mp:72/72 Niveau 7
For:14-Agi:15-Vit:18-Dex:1-Int:1-Sag:1
Tai:15-Gen:1-Nin:1-Med:16
EXP:43/70-Pts de Stats:0
Armes:rien
Argent:100£

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Sam 30 Sep - 22:40

Auron écouta Itori avec grande attention. Son attitude était noble et courageuse mais il savait que de tel changement ne pouvait s’effectuer en si peu de temps. Il décida donc de surveiller les différentes évolutions qui pourraient s’effectuer chez le garçon. Alors quand il demanda s’il pouvait quelque chose pour lui, Auron sauta sur l’occasion.

« Effectivement, j’ai besoin d’une certaine chose et je pense que vous pouvez me la procurer. Je me suis toujours mieux entraîné avec quelqu’un autre alors que pensez-vous de devenir mon frère d’arme ? Nous avons tous deux besoin d’une remise en forme je pense. »

Puis sans attendre qu’Itori ne donne une réponse, il se tourna vers la boutique d’alchimie et poussa la porte mais n’entra pas.

« Je pense que nous nous retrouverons sur le terrain d’entraînement. »

Et il entra dans la boutique

[ Suite dans la boutique d’alchimie ]

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Dim 1 Oct - 11:17

[Auron et Itori: +7 EXP RP]

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Dim 22 Oct - 23:26

Toujours en se massant le front, mais avec l'esprit plus clair qu'à sa sortie de la banque, Rakurai sortit du parc, enfin il essayât de sortir du parc et comme il ne savait déjà pas comment il y était entré cela laissait auguré du meilleur pour tenter de trouver la sortie. Finalement il opta pour un choix mixte, il allait se balader dans le parc jusqu'à rencontrer une famille ou une personne qui se dirige vers la sortie. Manque de bol pour lui, aucune famille ne semblait décidé à partir pour le moment, il était vrai qu'il n'était que dix heures, donc encore loin du déjeuner. Coup de bol par contre, il parvint à trouver une sortie un peu au hasard, sortie qui conduisait au grand boulevard de Kumo, parfait, si il pouvait trouver le bureau de poste c'était bien en allant dans le grand boulevard.

Le grand boulevard était, comme à son habitude, bourré de monde, parfait, c'était exactement les endroits que Rakurai apprécié le plus, enfin bref, inutile de commencer à faire venir d'autres souvenirs sur la foule, il n'avait pas exactement le temps et puis surtout il souhaitait rapidement envoyer cette lettre pour revoir, avec un peu de chance, sa soeur et son grand père, si c'était Sion ce serait tout aussi bien remarquez, mais moins amusant qu'avec les deux autres.

Il marchait depuis près d'une heure dans le boulevard sans voir un seul bureau de poste quand il se décida enfin à interpeller quelqu'un, il s'agissait d'un vieil homme à l'âge indéterminé mais ayant dépassé la cinquantaine (au moins, vu le nombre de rides) ce dernier était assit dur un ban en pierre regardant les badauds se pressaient dans le boulevard.


¤Rakurai¤
"Pardonnez moi monsieur, pourriez vous m'indiquez ou se trouve le bureau de poste s'il vous plait?"

Le vieillard levât un oeil vitreux vers Rakurai avant de lui parler avec le débit de quelqu'un de sénile.

¤Vieillard¤
"Vous voulez un os? Quel drôle d'idée vraiment, mais aller voir le boucher, c'est trois rues plus bas, pouvez pas le rater."

¤Rakurai¤
"Non, pas un os, la poste, je voudrais savoir ou l'on peut trouver leurs bureau."

¤Vieillard¤
"De l'eau maintenant? Mais vous me déranger mon garçon, allez à la fontaine du village ou boire à la rivière je ne sais pas moi."

Rakurai était maintenant énervé et lorsqu'il reprit la parole ce fut presque en hurlant.

¤Rakurai¤
"Je ne vous demande pas à boire, espèce de vieux fou, je vous demande ou se trouve LA POSTE !!"

Le vieillard, et parallèlement la moitié des gens se trouvant dans le boulevard à ce moment là, furent surpris par le cri de Rakurai, ce dernier apeuré et énervé répondit de fort mauvaise humeur.

¤Vieillard¤
"La poste se trouve en bas du boulevard troisième ruelles à droite, voilà, c'était vraiment pas la peine de hurler vous savez?"

Remerciant d'un simple signe de tête le vieux schnok tout en se demandant si il n'aurait pas mieux fallut errer encore dans les rues au lieu de s'énerver inutilement contre ce vieillard sénile, enfin bref, il avait l'information qu'il voulait c'était ça l'essentiel, il descendit donc rapidement le boulevard et il tournât à la troisième rue à droite qu'il trouvât et il vit le bâtiment.

C'était un bâtiment tout ce qu'il y avait de discret, pierre grise, porte grise, bref ça aurait presque put passer pour une impasse si il n'y avait pas écrit en lettre capitale jaune POSTE sur la façade. Rakurai s'avançât et tout en faisant attention à respecter une marge de sécurité avec la porte (l'accident à la banque lui avait appris à se méfier des portes fermées) il ouvrit délicatement la porte avant de s'engouffrer dans le bâtiment.

Si il y avait bien un bâtiment en totale contraste avec celui de la banque c'était bien celui là, il y avait un bruit infernal tant venant des clients que des facteurs qui semblaient décider à ne pas se laisser faire, il ignorait d'ailleurs ce qui se passait et il s'en moquait il s'engouffrât rapidement dans un guichet libre avant d'être accueillis par le plus grand homme qu'il eut jamais vu, Kempachi compris.


¤Facteur¤
"Qu'est ce que vous voulez?"

¤Rakurai¤
"Bonjour, j'aurais une lettre à poster, mais j'ignore vos moyens de poste, vous servez vous d'aigle ou bien utiliser vous des condors des montagnes?"

¤Facteur¤
"Aigle? Condor? Tu te croit ici petit? Au temple du dieu oiseaux? On amène manuellement les lettres, cela met entre quelques jours et quelques mois selon l'endroit ou se trouve la personne à qui tu veux envoyer la lettre."

Génial, cela n'augurait rien de bon, Rakurai avait mis un mois, mais en donnant l'adresse, celui qui sera chargé de la lettre devrait mettre une semaine, peut être deux grand maximum, mais cela retarderait de beaucoup sa réponse mais il n'avait pas le choix, il se penchât afin de donner l'adresse puis il lui confia sa précieuse lettre avant de sortir du bâtiment en sourire en coin lorsqu'il découvrit pourquoi on faisait tant de bruit, c'était pour un paquet de gâteaux sec.

MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   Ven 27 Oct - 22:52

[Rakurai: +4EXP RP]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Boulevard of Broken Dreams »   

Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» « Boulevard of Broken Dreams »
» narcisse sauvage || boulevard of broken dreams. [21/10]
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» Boulevard of Broken Dreams [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-