Partagez | 
 

 L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

MessageSujet: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Mar 4 Avr - 10:01

Rappel du premier message :

Cela faisait déjà plusieurs jours qu'Hikke n'avait pas donné signe de vie. Je m'interrogeai aussi sur le rapport entre la présence de Chihiro et la disparition du grand dragon, sachant que ces deux évènements avaient eu lieu à quelques heures d'intervalle.

Je me demandai ce qui se passait à la surface. J'espérai que Satsushiki ne fut pas arrivé aux portes de Kiri et que le village ne soit pas en danger. Hikke m'avait dit qu'il me renverrait là bas le moment venu, et bien que je lui fasse confiance, je n'oubliai pas les paroles de Shinobu.

L'ancien Mizukage m'avait mis en garde contre son "ami". Même si le dragon protégeait Kiri, il était de nature vicieuse et empli de rancoeur. Malgré ce, je n'avais pas d'autre choix que d'attendre.

Alors que Chihiro et moi étions en train de nous entraîner encore et encore, la voix d'Hikke vint nous tirer hors de notre occupation.


*Mizukage, Enfant, il est temps... Le Kazekage s'est mis en marche ; le moment est venu pour vous de découvrir la vérité...*

La kunoichi et moi nous regardâmes, interdits, pendant quelques instants. Dans ses yeux, je pouvais lire un mélange de crainte et de peine, à contrario elle put voir dans les miens un sentiment d'impatience mélé à de l'excitation.

"Shihan... Que va-t-il se passer ?"

"Je ne sais pas exactement, mais je pense que je tiens enfin le moyen de vaincre le Kazekage, et cela me suffit. Hikke, dis m'en plus."

*Je ne le peux, Zabuza... Ce n'est pas à moi de le faire, mais tu trouveras les réponses de toi même. Si tu survis à ce qui t'attend, tu pourras me regarder dans les yeux sans trembler. Si tu échoues, l'Enfant mourra. Et si elle périssait avant que tu ne réussisses, tu ne pourrais revenir dans ton monde...*

"Je ne compte pas échouer. Envoie nous là où nous devons aller, il n'y a plus de temps à perdre."

*Si tel est ton choix...*

Nous ne pouvions toujours pas voir le grand dragon, tout laissait à penser qu'il n'était pas physiquement là, mais son esprit, par contre, ne nous avait surement jamais quitté.

Un tourbillon se forma au milieu de l'eau du lac et s'éleva dans les airs pour finalement prendre une forme circulaire semblable à un grand miroir. En regardant dans la masse aqueuse, nous pûmes apercevoir un passage de l'autre côté.


*Ma mission s'arrête ici, je ne peux rien de plus pour vous... Nous nous reverrons à la sortie, si vous revenez...*

"Bien, viens Chihiro, nous partons."

*Une dernière chose, Mizukage... Celle qui t'apportera la vérité se trouve de l'autre côté du portail, mais fais bien attention, ce que vous allez voir risque de vous changer radicalement...*

"Celle..? Que veux-tu dire ?"

Mais Hikke n'était déjà plus là. J'avançai en direction du portail, sans trembler ; Chihiro par contre, n'était pas rassurée, quelque chose lui glaçait le sang et elle n'aurait pas su dire quoi. Au moment où nous traversâmes la porte, elle se saisit de ma manche et ne la lacha pas tant que nous ne fûmes pas arrivés de l'autre côté.

Nous étions à présent dans un tunnel rocheux. La seule source de lumière en ce lieu se trouvait loin devant nous, ainsi nous nous dirgeâmes dans sa direction.

Quelque chose me troublait. Je savais que nous n'étions pas seuls, Hikke me l'avait dit, mais la présence que je ressentai était identique à la sienne, en plus maléfique...

Alors que nous avancions vers la lumière, un rire d'enfant retentit brièvement. A quelques mètres devant nous apparut une petite fille, vêtue d'un hakama rouge et d'un kimono blanc, arborant un masque de renard.


"Qui es-tu ?"

Chihiro resta figée d'effroi. Des images qu'elle avait oubliées lui revinrent en tête. Elle se vit accrochée à un rondin de bois, dérivant sur la mer, et la petite fille à ses côtés. Une larme roula le long de la joue de la kunoichi alors que l'inconnue disparaissait...


Dernière édition par le Mar 11 Avr - 9:52, édité 1 fois

AuteurMessage

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Jeu 13 Juil - 13:18

Je savais ce qui allait arriver, j'avais déjà tellement revu cette scène dans mes cauchemars pendant des années. Un instant je fut tenté de suivre Yuhi, mais je me ressaisis ; j'étais dans les souvenirs de Chihiro, et ce n'était certainement pas pour rien.

Marchant sur l'eau, je fut témoin du nauffrage de l'embarcation de fortune sur laquelle nous avions laissé la jeune fille. Emportée par le courant, elle luttait de toutes ses forces pour ne pas se noyer ; Oni quant à lui se cramponnait comme il pouvait parfois au tronc, parfois aux vêtements de sa maîtresse.

Et moi, je ne pouvais rien faire. J'aurais voulu user de mon pouvoir, commander aux vagues et leur ordonner le calme, comme mon statut me le permettait, mais je n'étais qu'un spectateur...

Une fois la nuit tombée, une forme familière apparut aux côtés de Chihiro. Ce masque, ce kimono... elle était une nouvelle fois là... Sorincha...


"Sorincha... ?"

La petite fille me regarda et se leva, puis se rapprocha de moi, flottant au dessus de l'eau.

"Que fais-tu ici ...?"

"L'héritage... il n'y pas que le Forgeron qui soit revenu à cette époque..."

"Héritage ? Forgeron ? De quoi parles-tu ?"

Sorincha pointa Kubikiri Houcho du doigt, me regardant de ses yeux jaunes sans expression.

"Tu as pris sa place... Elle, elle me vole la mienne... Te rappelles-tu ta promesse, Démon ?"

Les yeux de la petite fille se mirent à luire derrière son masque et son regard sembla transpercer jusqu'à mon âme. Un souvenir que j'avais jusque là oublié me revint.

Je me revis dans la grotte, saisissant mon Grand Sabre pour la première fois. Sorincha avait plongé sa main dans mon coeur et moi dans le sien. Elle m'avait parlé dans ma tête.


"Tu vois, moi aussi je suis comme toi. Il n'y a plus que la rancœur et la détresse qui me font vivre et autant l'un que l'autre, nous avons déjà versé toutes les larmes de notre corps."

"Tu m'as abandonné, Kiri... Tu m'as laissé en ce monde et tu es parti ? Pourquoi ?"

"Je ne suis pas Kiri, je ne suis pas le fondateur du village de la Brume, je suis Zabuza Momochi..."

A ce moment là, mes yeux virèrent au rouge, comme lorsque le Démon de Kiri prenait contrôle de moi, mais on aurait dit que cette fois, il réagissait à la rancoeur de Sorincha.

"Je comprends mieux... Tu as hérité de son fardeau alors..."

"???"

"Et toi ? Me laisseras-tu derrière, seule dans cette prison qui est la mienne ?"

"Non, je reviendrai te chercher. Je ne peux pas dire pourquoi, mais je sais que je dois le faire. Je serai là."

"J'ai envie de te croire, il y a quelque chose dans ton regard identique à ce qu'il y avait dans le sien. Je t'attendrai, mais si jamais tu ne tiens pas ta promesse, tu regretteras amèrement...

En attendant, tu te dois de m'oublier jusqu'à ce jour et accomplir ton destin, mais saches que moi, je n'oublieria rien."


"Promis, nous nous reverrons un jour, et comme tu le souhaites, j'oublierai tout jusqu'à ce moment."

Je revins à la réalité. Ce souvenir... je ne m'en étais jamais rappelé avant aujourd'hui... Pourquoi ? La lueur dans les yeux de Sorincha s'était estompée et nous étions toujours sur l'eau, dans les souvenirs de Chihiro.

"Maintenant qu'Hikke m'a privé du droit qui était le mien et que Chihiro m'a pris ma place, que vas-tu faire ?"

"Tenir ma promesse. Je t'ai donné ma parole, je m'y tiendrai."

"Sache que si tu viens me délivrer, tu modifieras incontestablement le destin et sèmeras le désordre dans la cosmogonie de Kiri. Sachant cela, viendras-tu ?"

"Je suis Zabuza Momochi, je suis le Mizukage. Personne ne m'empêchera de régner en maître sur Kiri no Kuni, pas plus les Orochi que les Grands Dragons que le Kazekage.

Je veux pouvoir croire que je forge mon destin moi même. J'ai été leur pion trop longtemps, à présent je ne me laisserai plus manipuler."


"Qu'il en soit ainsi... Je t'attendrai donc très bientôt..."

La brume se leva à nouveau, et avant de disparaître je pus assister à la fin de la scène. Chihiro se réveilla, regardant Sorincha, puis retomba à l'eau et fut emportée jusqu'au bord de l'eau, Oni nageant derrière elle.

Sorincha me lança un dernier regard...



[Chihiro, Zabuza : +8 EXP RP]

[Fin de la deuxième partie.]

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Dim 16 Juil - 12:10

[J'anticipe sur ton post afin de faire avancer la mission. Tu me laisseras quelque chose sur le village comme je te l'ai indiqué.]

Le brouillard avait fini par se dissipe et je me retrouvais à mon point de départ, de l'autre côté de l'éboulis. J'avais l'impression que cela faisait des siècles que je n'étais pas revenu ici, pourtant qui sait combien de temps cela avait duré.

Je ressentis un Chakra familier faire son apparition de l'autre côté du tas de gravat, un Chakra que j'aurais pu reconnaître entre mille...


"Chihiro !"

"Shihan !"

Nous étions enfin réunis, et cette fois dans le monde physique et non celui des souvenirs, ce qui voulait dire que nous avions réussi à surmonter les épreuves qui nous attendaient. Il ne me restait plus qu'à la rejoindre et continuer notre route à travers le tunnel.

"Chihiro, recule et colle toi au mur !"

"Bien, Shihan !"

Je me mit à concentrer mon Chakra et à composer des sceaux à toute vitesse. L'eau qui recouvrait le sol du couloir s'éleva et vint tourbillonner tout autour de moi, de plus en plus vite, gagnant à chaque instant en force centrifuge.

"Suiton ! Daibaku no Jutsu !!!"

La masse aqueuse cessa de m'entourer et se reforma devant moi en une boule gigantesque, puis partit en rayon sur la paroi et entama la roche, la vrillant et la fendant. Au bout de quelques secondes, un trou béant fut formé en son milieu, m'autorisant le passage.

Chihiro se rapprocha de moi et se jetta dans mes bras, telle une enfant qui n'aurait pas vu son père depuis des années.


"Shihan ! Vous êtes revenu !"

"Je n'allais pas te laisser ici, et de plus, nous avons quelque chose à accomplir en ce lieu."

Alors que Chihiro était toujours collé contre moi, une autre présence familière apparut au loin dans le tunnel. Sorincha était là elle aussi et nous regardait, ses yeux jaunes ne trahissant aucune émotion.

*Sorincha... Qu'essayes-tu de me dire ? Souhaites-tu me guider ou me leurrer ?*

"Bien, nous avons encore à faire, mettons nous en route."

"Oui, Shihan..."

Même si elle ne fit aucune réflexion, Chihiro sentit quelque chose de changé en moi. Etais-je troublé ou bien est-ce que ce que j'avais vu m'avait rendu plus froid, elle n'aurait su le dire, cependant, elle eut une impression de solitude qui ne la quitta pas pendant quelques minutes.

Alors que nous continuâmes notre avancée, la brume se leva une fois de plus, nous transportant dans un nouveau lieu. Nous nous trouvions à présent près d'une falaise. Au lieu six hommes se trouvaient assis sur leurs genoux, en position rituelle. Chacun d'entre eux avait déposé un Grand Sabre devant lui. Un septième homme leur faisait face, Kubikiri Houcho dans le dos.


"Shihan... Où sommes-nous...?"

"Nous sommes à Kiri. Cette falaise est celle-là même où je t'ai donné ton titre de Genin. Par contre, je ne saurais te dire à quelle époque..."

Personne ne semblait avoir remarqué notre présence, ainsi ma disciple et moi nous approchâmes de la scène afin d'entendre ce qui se disait.

[Porteur de Kubikiri Houcho]
"Mes amis, je suis désolé d'en arriver là, mais afin de préserver la paix, nous devons faire disparaître les Sept Grands Sabres de Kiri. J'espère ne jamais devoir les faire réapparaître...

[Homme n°1]
"Kiri-sama, ne parlez pas ainsi. Vous avez forgé ces armes et nous les avons porté pour protéger ce monde. Bien plus que ces armes de guerre, ce sont des symboles d'espoir et de liberté !"

[Homme n°2]
"Hoshigaki a raison, Kiri-sama. Nous nous sommes battus à vos côtés car nous savions votre cause noble, et aujourd'hui, offrons tous notre vie sans le moindre regret. Ces armes sont puissantes et doivent être cachées au yeux du monde. Et nous, nous emporterons votre secret dans la tombe."

[Kiri]
"Mes enfants... Votre dévotion et votre honneur, je ne les oublierai jamais. J'espère vous revoir par delà la tombe..."

Dans un silence respectueux et rituel, les six hommes prirent leur kunai et se portèrent un coup au coeur, arborant chacun un sourire. Kiri était à présent seul sur la falaise, contemplant l'archipel d'îles à l'horizon.

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Lun 17 Juil - 13:13

Chihiro se releva, étourdie par son arrivée brutale dans le tunnel. Elle secoua la tête et passa une main sur son crâne avec un gémissement.

[Chihiro] * Ca promet une belle bosse…* pensa-t-elle en regardant autour d’elle.

Elle était revenue dans le couloir de pierre où elle avait été séparée de son maître. Cela signifiait que tous deux avaient réussi leurs épreuves, mais la suite n’allait certainement pas être plus simple.

[Zabuza] « Chihiro ! »
[Chihiro] « Shihan ! » répondit l’interpellée avec soulagement : elle n’était pas seule ici.

Alors qu’elle se demandait de quelle manière ils allaient venir à bout du mur d’éboulis qui les séparait, le Mizukage lui demanda de reculer. Elle se plaça contre le mur, soufflée par l’énorme quantité de chakra que son maître manipulait. Quelques secondes plus tard, une énorme masse d’eau explosa la paroi instable, et l’air déplaçé fit voler la chevelure noire de la jeune fille, obstruant momentanément sa vision. Le vacarme avait été assourdissant, toutefois la genin n’avait pas été touchée par les éclats projetés. Une fois le silence revenu, elle ouvrit les yeux et contempla avec stupeur le gigantesque trou causé par le Suiton. La kunoichi leva le regard vers son maître et se précipita vers lui, réconfortée par sa présence.
Quand elle fut assurée qu’il était véritablement devant elle, et qu’il ne la quitterait pas, ils se remirent en route. Nul doute que l’on allait pas les laisser cheminer tranquillement, et qu’une autre vision ne tarderait pas à les surprendre.
En effet, l’attente fut brève. Mons d’une cinquantaine de mètres plus loin, la brume les entoura, les emportant vers une scène d’un autre temps. Sept hommes armés de grands sabres, dont Kubikiri Houcho, s’étaient assis en seiza, les jambes repliées, le dos droit, les mains posées bien à plat sur leurs cuisses, dégageant une telle impression de sérénité que même le cœur troublée de la jeune fille s’apaisa. Les sabres étaient posés avec précaution devant eux. Le porteur du sabre dont s’était emparé Zabuza était debout, et s’adressa au groupe.
Le maître et sa disciple se rapprochèrent sans bruit, bien qu’il fut impossible qu’on les remarque.
Chihiro ne comprenait pas très bien de quoi il était question. Faire disparaître les grands sabres ? Mais pour quelle raison ? Qu’avaient-ils causé ?
Les hommes parlaient d’un ton serein, sans élever la voix, comme s’ils avaient atteint un niveau de plénitude tel qu’ils étaient au-dessus des autres hommes, si impulsifs.
Chihiro attentdit la suite de leur conversation, quand Kiri fit une déclaration qui ressemblait à un adieu.
Juste après, les hommes se suicidérent sans la moindre hésitation, le visage éclairé par un sourire énigmatique.
Choquée, Chihiro s’empara de la manche de Zabuza pour attirer son attention et s’écria :


[Chihiro] « Shihan ! Pourquoi ont-ils fait cela ? Pourquoi ils se sont suicidés ? »

Elle observait avec fureur à celui qui était appelé Kiri-sama.

[Chihiro] « Pourquoi ils l’ont écouté ? »


Je suis une vilaine

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Lun 17 Juil - 13:45

"Parce qu'il le fallait pour l'avenir..."

Chihiro ne comprit pas le sens des paroles de son maître. Comment pouvait-on demander à ses élèves de se donner la mort ? Et pourquoi faire disparaître les Grands Sabres, symboles d'espoir et de puissance pour Kiri ?

"Shihan, je ne comprends pas..."

"Ces hommes sont morts comme ton père est mort : dans l'honneur des guerriers. Nous ne somme pas ici comme à Konoha ou Kumo ; nous sommes une nation de fiers et courageux combattants. Le sacrifice rituel de ces six hommes est la preuve de leur amour pour Kiri no Kuni et leur maître.

Les Grands Sabres sont dangereux, Chihiro. Ce sont des armes qui ont une conscience. Seul Kiri, le Forgeron avait l'art d'en produire de telles, mais il ne les a pas créés pour faire la guerre, son but était de protéger la paix, et en tant de paix, nul homme n'a besoin d'armes."


Comment savais-je tout ça ? Cette partie de l'histoire n'avait jamais été écrite dans aucun livre, mais pourtant je le savais. Le Forgeron... quel était le lien avec moi ? Kubikiri Houcho m'apporterait-elle vraiment des réponses ?

"Shihan... où sommes-nous vraiment ?"

"Il y a cent ans de cela..."

Le silence régna en maître, rompu uniquement par le bruit du vent, et le brouillard se leva, nous emportant à nouveau vers un autre pan de l'histoire du village de la Brume.

Nous étions cette fois sur une île rocheuse perdue au milieu de l'océan. Kiri était assis en tailleur sur la plage de galets, méditant. Un peu plus loin, une petite fille jouait au bord de l'eau, pieds nus. Son kimono sembla familier à Chihiro.


*L'île du Diable, hein ? Tamafune ne m'a pas attiré ici pour rien lors de notre première rencontre....*

"Shihan ! Cet accoutrement... c'est Sorincha !"

"Oui, je le sais... et je sais à présent qui nous a attiré ici..."

La mer se mit subitement à gronder et une gigantesque vague s'abattit sur la petite fille, l'emportant au large. Kiri se leva pour lui porter secours, mais une masse d'ombre informe se dressa sur sa route.

*Tu n'iras pas Kiri... Tu vas payer le prix de ta trahison...*

"Ecarte-toi ! Je t'ai déjà dit que ne te servirai plus jamais !"

*Nul ne peux rompre un pacte avec l'Abysse, sache-le... A présent contemple ton destin...*

Les vagues recrachèrent le corps sans vie de Sorincha sur la plage. Kiri s'approcha d'elle et la serra dans ses bras une dernière fois. Levant la tête, il poussa un terrifiant cri de rage qui fit trembler le ciel. Ses yeux étaient à présent rouges, un rouge que Chihiro connaissait bien pour l'avoir déjà vu dans le regard de son maître...

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Lun 17 Juil - 15:48

L’explication de Zabuza ne calma pas le sentiment d’incompréhension et de révolte que ressentait la jeune fille. Qu’ils veulent faire disparaître les sabres était une chose, mais en quoi ce suicide collectif avait-il servi leurs intérêts ?

[Chihiro] « Sacrifice rituel… Comme si la mort pouvait contribuer à quelque chose. Il y a d’autres moyens de montrer sa dévotion envers un chef ou un village, qui sont bien plus utiles que se tuer. Ce n’est que mon avis, car je ne parviens pas à comprendre le sens de cette cérémonie. » souffla la kunoichi, les yeux brillants. « Je ne saisis pas la portée de leur geste, ce que cela a apporté à Kiri-sama, et surtout en quoi cela a aidé à la disparition des ces armes. »

Après quelques secondes de silence, elle demanda d’un ton moins amer où ils se trouvaient. La réponse de son maître ne lui donna pas satisfaction, mais elle n’eut pas le temps de demander des précisions. Déjà la brume se levait pour les emporter ailleurs.
L’île sur laquelle ils arrivèrent semblait être un lieu de quiétude. Une légère brise jouait avec les cheveux de Kiri, immobile. Chihiro réussit difficilement à détacher ses yeux de l’homme pour reporter son attention sur la seconde présence.
A sa grande surprise, celle-ci était Sorincha ! Elle en fit part à son maître qui ne paraissait absolument pas étonné.
Le Mizukage devait voir une logique à l’enchaînement d’évènements que la jeune fille ne percevait pas. Elle serait libre de demander des explications plus tard, à moins que les réponses viennent d’elles-mêmes par la suite. Le puzzle était difficile a reconstitué, et Chihiro doutait que ce soit son rôle. Pour sa part, elle se contenterait d’assister son maître comme elle l’avait toujours fait. Il n’était pas bon de se poser trop de questions.
La kunoichi surveillait d’un œil attendri les jeux de la fillette, qui cherchait à éviter que l’eau ne frôle ses pieds nus.
Subitement, une énorme vague la submergea, l’emportant loin de la rive. Chihiro poussa un cri de détresse, cachant son visage dans ses mains. Elle ne pouvait rien faire, elle n’avait aucune consistance dans l’illusion…
Kiri se leva et s’élança vers l’étendue mouvementée, jusqu’à ce qu’une ombre le contraigne à assister au drame sans pouvoir intervenir. Le dialogue qui suivit intrigua la genin, si bien qu’elle se tourna vers Zabuza et l’interrogea d’une voix blanche :


[Chihiro] « Ce n’est pas la première fois que j’entends parler de l’Abysse ici… Tous les kage y sont-ils liés ? »

Cependant, elle n’attendit pas que son maître prenne la parole, absorbée par la vision de Kiri qui serrait le corps inerte de Sorincha. Les larmes menacèrent de noyer les yeux de Chihiro quand elle tempêta :

[Chihiro] « C’est injuste ! Sorincha n’était pour rien dans tout ça ! Pourquoi l’avoir sacrifiée ? Parce qu’elle était la plus importante pour Kiri ? Parce que c’était la seule punition valable pour lui reprocher d’avoir quitté l’Abysse ? C’était une enfant ! »

La kunoichi aperçut la lueur rouge dans le regard de l’homme. Son cœur battit plus vite, tandis qu’une hypothèse qu’elle repoussait de toutes ses forces se formait dans son esprit.

[Chihiro] « Shihan, ne me dites pas que vous êtes lié à cette ombre, vous aussi ? »


Je suis une vilaine

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Lun 17 Juil - 17:44

"C’est injuste ! Sorincha n’était pour rien dans tout ça ! Pourquoi l’avoir sacrifiée ? Parce qu’elle était la plus importante pour Kiri ? Parce que c’était la seule punition valable pour lui reprocher d’avoir quitté l’Abysse ? C’était une enfant !"

"C'est exactement ça. C'est une méthode comme une autre pour briser un homme... Ne le tue pas et détruis les gens proches de lui, ainsi il deviendra faible et manipulable... Voilà ce qu'a fait l'Abysse...

Si tu restes près de moi, c'est ce qu'il peut arriver un jour. Tu seras la cible d'attaques de la part de mes détracteurs ; tu pourrais te faire tuer ou pire encore..."


Fou de rage et de douleur, Kiri se mit à hurler comme un dément et succomba au Démon, tout comme moi lorsque je n'arrivais plus à me maîtriser.

"Alors voilà le véritable rôle de l'Enfant... Tout commence à devenir clair..."

Chihiro était révoltée par ce qu'elle venait de voir, mais plus que la colère, c'était l'inquiétude qui la dominait à présent.

"Shihan, ne me dites pas que vous êtes lié à cette ombre, vous aussi ?"

"Je n'en sais rien, mais il y a de fortes chance que oui... Le Kazekage y est lié lui aussi, ça j'en suis sûr, mais les autres..."

Le temps sembla s'accélérer autour de Chihiro et moi. Le corps de Sorincha disparut et fut remplacé par son apparence actuelle, celle avec le masque et les yeux jaunes, inhumaine et impassible. Elle se tenait à présent face à un Kiri fatigué et qui semblait porter sur ses épaules tout le poids du monde.

"Je suis désolé, Sorincha. Par ma faute, ton âme est privée du repos éternel et tu erres sur Terre..."

"Père..."

"Je ne peux pas te laisser ainsi. Vois-tu je vais partir... quitter ce monde pour lequel je suis une menace, mais toi tu dois rester..."

"Je ne veux pas ! Pourquoi devrais-je rester toute seule ici ? Je ne veux pas que tu m'abandonnes !"

"Sorincha... J'ai besoin de toi, tu vas garder Kubikiri Houcho en attendant la venue de mon successeur. Tu ne peux pas rester en ce monde, c'est trop dangereux pour toi et pour les autres, je vais devoir t'enfermer... Je le regrette, mais mon héritier viendra et te libérera..."

"Non !!! Je ne veux pas !!!"

Kiri s'entailla les veines, et un sang bleuté et cristallin s'en écoula, se répandant sur le sol. Le maître de la Brume réalisa quelques sceaux avec ses mains et Kubikiri Houchu apparut au côté de Sorincha. Son sang continua de couler et former une sphère autour de la petite fille, puis commença à disparaître à travers les dimensions.

"Non !!! Tu me le paieras, père ! Tu paieras de m'avoir abandonné !"

Sorincha et sa prison disparurent, laissant Kiri seul sur la plage de galets.

"Je suis désolé, ma fille. Je n'ai pas le choix..."

La brume se leva à nouveau, nous ramenant dans le tunnel de pierre au bout duquel Sorincha nous attendait...


[Chihiro, Zabuza : +5 EXP RP]

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Lun 17 Juil - 19:35

La kunoichi avait la sensation de s’éveiller d’un mauvais rêve. Un rêve, cela ne pouvait être qu’un rêve, un monde peuplé par des êtres aux sang bleuté et par des fantômes qui ne parviennent pas à trouver le repos.

[Chihiro] *Qu’il est facile de fermer les yeux…*

Elle savait que tout ce qu’elle voyait était, ou avait été réel. Elle avait vu tant de choses étranges depuis son arrivée à Kiri… Surtout depuis que Zabuza avait pris le pouvoir.
C’était donc de cette manière que Sorincha était devenue la haineuse gardienne de Kubikiri Houcho. Son propre père l’avait scellée au sabre, ne pouvant attendre son descendant à cause de ses remords, et… d’autre chose, mais Chihiro n’aurait su dire quoi. Kiri disait être une menace pour son monde, mais dans quelle mesure ? L’Abysse s’était-elle emparée d’elle totalement ? Allait-elle lui prendre son maître, à elle aussi ?
La jeune fille commençait à avoir peur de l’ombre qu’elle avait aperçu. Une entité jouait avec eux, pactisant avec les plus forts pour mieux les briser. Quel était son but ? Qu’était-ce exactement que l’Abysse ? La genin ne le savait pas, et ne parvenait pas à le deviner. Dans tous les cas, elle craignait que le scénario subi par Kiri et Sorincha ne se reproduise, la séparant à jamais du seul être qui comptait véritablement pour elle.
Elle secoua la tête doucement, puis repoussa les longues mèches noires qui encadraient son visage, consentant enfin à relever les yeux. En face d’elle se trouvait la fillette au masque, plus effrayante que jamais par son silence et son impassibilité.
Cependant, la kunoichi n’eut aucune réaction. Oui, elle était alarmée par tout ce qui se passait et qu’elle ne comprenait pas. Oui, elle éprouvait de l’effroi à l’idée que quelque chose qui lui était supérieur puisse décider de couper le fil de sa vie sans autre raison que le goût du jeu et de la vengeance. Néanmoins, jamais elle ne repousserait Sorincha, bien qu’elle ne sache pas de quoi la petite fille était capable. Elle éprouvait de la compassion pour celle-ci, qui avait du tant souffrir, qui avait été une victime innocente. Son seul crime était d’avoir été aimé de Kiri.
La jeune fille se sentait proche d’elle comme d’une sœur, sachant que leur situation était similaire. Toutefois, cela ne devait pas se reproduire. Chihiro ne voulait pas mourir emportée par la haine de cette ombre.
Elle aurait voulu faire partager ses sentiments à Sorincha, mais n’osa dire un mot. La fillette masquée restait intimidante pour elle, et elle ne voulait pas se montrer indiscrète. Ainsi, elle demeura muette, fixant Sorincha avec intérêt.
Elle entendait bien sa réaction : pour une petite fille, ce qu’avait fait Kiri semblait être non seulement un abandon, mais aussi une trahison. Il l’avait condamnée à la solitude, à veiller sur une arme dont elle n’avait cure. Même si c’était essentiel, le fait que ce soit une enfant qui en fasse les frais, non seulement en mourant mais en étant destinée à ne jamais trouvé le repos serrait le cœur de la kunoichi.
Ignorant toujours son rôle, elle patienta jusqu’à ce que Sorincha ou Zabuza prenne la parole, impatiente de découvrir ce qui allait se passer malgrè son appréhension.


Je suis une vilaine

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Lun 17 Juil - 21:52

"Viens, le chemin est encore long..."

Chihiro se sentit plus que jamais perdue. Elle ne comprenait plus rien à la situation, et son maître, lui, semblé mû par des choses qu'elle pensait irréelles. Comment pouvait-il savoir ou comprendre ce que Sorincha montrait ? Ses énigmes n'avaient ni queue ni tête, et pourtant le Mizukage lisait entre les lignes...

"Shihan, seuls quelques mètres nous séparent d'elle..."

La kunoichi avait prononcé ces mot pour se rassurer et pour tenter d'obtenir un indice de la part de son maître. Que voyait-il par delà le tunnel et en Sorincha ? Seul lui semblait le savoir...

"Il y a encore beaucoup de douleurs qui nous attendent sur ce chemin... Encore beaucoup d'énigmes à résoudre et de combats à mener pour sortir d'ici. Depuis le début nous sommes dans la prison de Sorincha, celle que Kiri même a créé avec son sang. Nous ne pourrons la quitter que lorsque nous l'aurons délivrée ou que nous mourrons..."

Je repris mon avancée dans le tunnel, Chihiro sur les talons, lorsque la brume nous enveloppa à nouveau. Cette fois-ci nous n'étions plus dans une scène du passé, mais dans une sphère noire, sans lumière, hormis des filets de cristal bleu solides. Sorincha était là elle aussi ; les trois protagonistes principaux de cette quête était enfin réunis.

"Enfin..."

"Je te l'avais promis, je suis venu."

"Mais tu es venu avec elle... Elle qui m'a volé ma place..."

"Volé... ta place ?"

"Chihiro n'y est pour rien, ce sont les manigances d'Hikke qui nous ont menés ici. Même si tu n'es plus l'Enfant, tu peux sortir d'ici et vivre libre, à Kiri no Kuni."

"Il n'y a pas de place pour elle et moi... Seuls deux d'entre nous pourront ressortir de cette prison, pas les trois. Tu dois faire ton choix entre elle et moi..."

"J'ai promis de toujours protéger Chihiro, et toi je t'ai promis de te sortir de là, je ne briserai aucun de mes deux serments. Nous sortirons d'ici tous les trois."

"Tu ne me laisse pas le choix alors..."

La brume se leva à nouveau et nous entoura Chihiro et moi. Lorsqu'elle fut dissipée, la kunoichi se retrouva dans un endroit qu'elle reconnut aussitôt.

*La fosse... c'est ici que Shihan a...*

En effet, des cadavres de jeunes Kiréens jonchaient le sol et l'enfant qu'avait été Zabuza finit d'égorger le dernier d'entre eux, kunai en main. Il se tourna alors vers Chihiro, prêt à en découdre avec elle.

*On dirait qu'il ne me reconnait pas...*


[Suite : Arène de Kiri]

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Jeu 20 Juil - 13:32

[Précédent : Arène de Kiri]

Hikke avait complétement été pris au dépourvu par ma dernière attaque. Se tortillant sur le sol tel un serpent blessé, le grand dragon sifflait des menaces à mon encontre.

*Zabuza, chien ! Comment-oses tu ? Comment as-tu su que j'étais là ?*

"Pauvre idiot... Crois-tu vraiment que je n'avais pas compris ton petit jeu depuis le début ? Shinobu m'avait mis en garde contre toi... et Sorincha aussi !"

*Quoi ? Que dis-tu ?*

"Lorsque je t'ai pris une écaille, alors que tu vaquais entre deux dimensions, Shinobu est venu me voir et m'a dit qui tu étais vraiment... ce qui tu as fait aux maîtres de l'eau... Mais moi vivant tu n'auras pas le jeune Hiyori !"

*Ce traître de Shinobu... J'aurais dû me douter qu'il ne t'avait pas envoyé ici pour rien... Mais pour Sorincha ... ? Je la surveille depuis des années, comment est-ce possible... ?*

Ma première réponse fut de sortir Kubikiri Houcho et la pointer en direction d'Hikke. La deuxième ne tarda pas à venir.

"Le jour où j'ai reçu ceci... Elle et moi avons communiqué. J'ai vu dans son coeur et elle a vu dans le mien. J'ai alors compris la raison de tes actes...

Tu l'as déchu de son rôle pour qu'elle ne puisse pas me protéger, et tu as fait venir Chihiro dans mon passé pour qu'elle modifie le cours du temps, parce que tu savais que Chihiro peut mourir et pas Sorincha !

Je connais ta véritable identité, Hikke le gardien des miroirs du temps !"


*J'ai été berné depuis le début... Mais tu n'aurais pas dû pouvoir sortir de mon Genjutsu... comment-as tu fait ...?*

"Le rôle de l'Enfant est de protéger le Forgeron. Tu pouvais empêcher Chihiro de me sauver, mais tu as oublié l'autre..."

*Sorincha... C'est impossible, elle ...*

"Je suis l'héritier de Kiri ! Le maître incontesté de toutes les créatures vivantes au pays de la Brume ! Moi seul décide de la vie, de la mort, ou du rôle de chacun !

Tu ne pouvais pas me vaincre, Hikke ! En te terassant, j'ai levé la malédiction posée sur Sorincha, et je vais t'empêcher de réaliser ton marché avec l'Abysse ! Vous n'aurez pas Satsushiki !"


*Alors tu es au courant de tout... Mais tu ne le sauveras pas pour autant, crois moi...*

Hikke se dressa sur son corps et commença à se fondre dans l'obscurité, mais quelque chose le retint : ma main placée autour de sa gorge.

*Que fais-tu...?! Lâche-moi...!*

"Allons, allons... On a peur ? Rassures-toi, je ne te tuerai pas, je préfère te savoir ruiné auprès de l'Abysse. Il y a juste quelque chose que je veux... On dit que les écailles de dragon ont le pouvoir de régéner les blessures et l'énergie des gens, raison pour laquelle vous êtes immortels. Tu vas juste m'en donner quelques unes..."

Sans vraiment lui demander son avis, je frappai Hikke de la lame de mon Grand Sabre. Trois de ses écailles tombèrent au sol, alors qu'il poussait un cri de douleur. Je le lâchai, lui permettant de fuir et d'affonter son destin.

*Tu me le paieras... Zabuza...*

Je ramassai alors les écailles de la créature en tendis une à Chihiro.

"Mange ça. Ca devrait te remettre sur pieds."


[Chihiro, remets toi à full de HP et MP]


[Zabuza : +6 EXP pour cette narration et la précédente]

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Ven 21 Juil - 14:37

Chihiro prit l’écaille entre ses doigts tremblants. Elle l’observa quelques secondes. Elle avait perdu son éclat depuis qu’elle avait été détachée du corps de son propriétaire, et paraissait ternie. Mais en y regardant de plus près, la kunoichi s’aperçut qu’elle était parcourue de nervures aux couleurs chatoyantes, extrêmement fines.

[Chihiro] * C’est réellement comestible ? *

Dans l’état de faiblesse où elle se trouvait, elle n’avait de toute façon pas le choix. La technique qui lui permettait de tenir bon ne tarderait pas à cesser de faire effet, et elle s’évanouirait. Elle ouvrit la bouche et posa l’écaille sur sa langue avec appréhension.

[Chihiro] * Dois-je la sucer, la laisser fondre ou la croquer ? *

Après un instant de réflexion, elle jugea que cela importait peu. Si le met original avait une consistance gélatineuse, elle ne lui trouvait aucun goût particulier. Elle n’osait pas le mordre, mais l’écaille n’avait pas l’air de vouloir fondre, et la garder dans sa bouche la répugnait un peu, car, après tout, c’était une partie de Hikke. Elle ferma les yeux et déglutit, avalant d’un coup. Elle craignait que le morceau reste coincé dans sa gorge, mais il n’en fut rien.
Presque immédiatement, la jeune fille sentit une douce chaleur envahir l’intégralité de ses membres, et sa fatigue se dissipa quelque peu. Elle tendit un bras, surprise par le léger tiraillement qu’elle ressentait, et se rendit compte que ses blessures étaient en train de cicatriser. Mieux que cela, les marques disparurent, ainsi que celles, bien plus anciennes, qui lui avaient été infligées par son combat contre Tomohiko. L’énergie affluait en elle, et la genin fut vite capable de se relever et de se tenir debout sans ressentir de vertiges. Elle eut un sourire et son regard se fixa dans la direction prise par Hikke pour fuir.
Encore une fois, elle n’avait pas entièrement compris ce qui s’était passé.
L’attaque qu’elle aurait du recevoir avait frappé le dragon. Sorincha avait extirpé Zabuza de l’influence de l’entité, jouant le rôle qu’elle tenait auparavant envers Kiri. Rôle que Chihiro avait été incapable de remplir… Le Mizukage avait ensuite mis le dragon en déroute, et délivré Sorincha.
Cela signifiait que leur mission ici était terminée ?
Chihiro soupçonnait qu’ils ne possédaient pas encore toutes les clés de l’énigme, et que l’entraînement risquait de durer encore un peu…


Je suis une vilaine

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Ven 21 Juil - 15:33

Hikke avait disparu, mais il y avait fort à parier que je le reverrai bientôt... Chihiro, elle, semblait aller mieux, la légende disait donc vrai. Rengainant Kubikiri Houcho, je l'aidait à se relever, faisant fi de ma jambe que j'avais entaillée par trois fois pour sortir des illusions de la kunoichi.

"Viens, nous avons encore à faire."

La jeune fille saisit ma main et se remit sur ses pieds. Puis nous nous retournèrent en direction de Sorincha. Elle était sans expression, comme figée dans le temps, et son masque ne permettait pas de dire quelle était la nature de ses émotions.

"Tu m'as sauvé..."

"Je ne l'ai pas fait pour toi... Je voulais juste avoir ma revanche sur Hikke... Tu m'as bien servi..."

"As-tu fait ton choix ? Viendras-tu avec nous ? Ou préfères-tu rester ici ?"

"Tu n'as toujours pas compris... Seules deux personnes pourront ressortir d'ici... Il n'y a de place que pour un seul Enfant... Et tu n'es pas encore prêt, héritier du Forgeron... Il reste en toi une faiblesse que tu dois anéantir afin de libérer ton vrai pouvoir et prendre ta place... Seulement à ce moment là tu pourras faire ton choix..."

"Une faiblesse ...?"

"Je vais te montrer... si tu ne fais pas le bon choix, tu repartiras de là où tu viens pour rien..."

A nouveau les brumes nous emportèrent. Cette fois, nous étions au milieu d'une vallée enneigée. Une forme se rapprocha de nous ; son visage, Chihiro et moi le reconnûmes immédiatement...

"Maman..."

La jeune fille se jeta dans les bras de sa mère. Cela faisait tant d'années qu'elle ne l'avait pas revu... Elle était comme dans sa mémoire, souriante et belle. Yuhi passa les bras autour des épaules de sa fille.

"Tu as bien grandi, Chihiro. Tu es devenue une belle jeune fille. Je suis contente."

Lâchant Chihiro, elle s'approcha de moi. Je passai doucement le dos de ma main sur sa joue et réduisit la distance entre elle et moi.

"Tu m'as manqué depuis tout ce temps..."

"Zabuza... Je n'ai jamais été vraiment loin de toi..."

"Tu as été dans mes pensées, chaque jour. Ton souvenir m'a donné la force de vivre, encore et encore..."

Je me rapprochai à nouveau et serrai Yuhi dans mes bras, caressant ses cheveux de ma main gauche. Elle posa la tête sur mon épaule.

"C'est fini... Je suis là à présent..."

"Oui... c'est fini..."

Les mains de Yuhi se crispèrent autour de mes épaules et elle s'affaissa dans mes bras. A nos pieds, la neige avait pris une teinte rouge vif. Je dégageai ma main droite et la laissai pendre sur le côté, le kunai ensanglanté pointe vers le sol.

"Pourquoi...?"

"Maman !"

"Parce que même si tu m'as donné la force de vivre pendant toutes ces années, tu as aussi été ma plus grande faiblesse... Je n'ai jamais cessé de penser à toi ni de te voir en rêve... Et ma conscience, mes remords n'ont jamais cessé de me torturer...

Aujourd'hui, j'ai besoin d'être fort pour affronter Satsushiki. Si je me permets un instant de faiblesse, tout Kiri périra. Et ça, je ne peux le laisser arriver. Je ne peux vivre que pour moi même.

En tuant ton souvenir, je détruis tout ce qu'il reste dans mon coeur et qui fait de moi un homme. Aujourd'hui, je redeviens un shinobi, une arme."


Mais Yuhi était déjà morte. Son corps disparut comme il était venu, ne laissant sur mes mains que de la neige. A l'endroit où elle s'était tenu ne restait qu'une petite fleur aux reflets bleutés.

*La fleur polaire de Kiri... Si on en croit les légendes, la Fleur Polaire de Kiri ne pousse que lors des hivers glacés et au plus profond de nos bois. Celui qui arriverait à la cueillir deviendrait invincible et sans peur, car la Fleur lui donne ce pouvoir. Cependant, il y a une contrepartie à ça. Comme toutes les fleurs, elle se fane et meurt avec le temps, emportant avec elle le bienheureux... Alors c'était donc ça, Shihan...*

"Tu as fait le bon choix, Forgeron..."

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Lun 24 Juil - 12:02

Le souffle de la kunoichi se stoppa quelques secondes. Elle avait raison, ce n’était pas fini, loin de là. Sorincha comptait annihiler les faiblesses de Zabuza, et Chihiro ne savait pas exactement ce qu’elle entendait par là. Ce qui était certain, c’est qu’ils ressortiraient de cet entraînement transformés, tous les deux. Apparemment, Sorincha refusait toujours que Chihiro et elle accompagnent le Mizukage. Un choix devait être fait, et cela n’était pas pour rassurer la genin. Si le maître de Kiri avait toute sa confiance, elle redoutait une ruse de la par de la fillette.
La brume, une fois évanouie, dévoila des contrées enneigées. Toutefois, la jeune fille n’y faisait pas attention, le regard attiré par la silhouette qu’elle connaissait si bien, et une sensation étrange l’envahit. Subitement, elle eut horriblement mal à la tête, comme si une forte migraine l’avait frappé. Seulement, la douleur s’arrêta d’un seul coup, et Chihiro eut l’impression de voir plus clair : elle savait exactement qui était face à elle. Des milliers de souvenirs la traversaient, l’obligeant à fermer les yeux.


[Chihiro] * Comment ai-je pu oublier… Comment ai-je pu t’oublier, toi, la femme qui fut toujours à mes côtés, celle qui me donna la vie, celle qui a fait de moi ce que je suis… Je suis désolée, Maman… *

Toute leur relation se renouait en quelques secondes, ravivée par les souvenirs de Chihiro. Il restait des zones d’ombres, par rapport à son père par exemple, néanmoins tous les instants de complicité partagés avec Yuhi avaient réintégrés leur place légitime. La kunoichi s’émerveillait de ce passé si heureux, malgré les difficultés, et de se rappeler le sentiment profond de sécurité et d’amour qu’elle ressentait en présence de sa mère. Ses yeux s’embuèrent, et sa voix trahissait son émotion.

[Chihiro] « Maman… »

Elle était persuadée qu’elle ne reverrait jamais Yuhi… Et là… Incapable de se retenir plus longtemps, Chihiro étreignit sa génitrice, secouée par une onde de bonheur et d’incrédulité. Cependant, elle éprouva une certaine jalousie quand Yuhi la repoussa gentiment pour s’adresser à Zabuza. Elle n’ouvrit pas la bouche, pourtant, toute à la joie de ces retrouvailles. Elle observa avec tendresse son maître et sa mère, quand elle remarqua que du sang tachait la neige immaculée. Elle vit le kunai du Mizukage, stupéfaite, refusant d’admettre qu’il avait tué une seconde fois Yuhi. Les yeux écarquillés, elle assista à le métamorphose du corps sans vie en une magnifique fleur. Chihiro s’agenouilla juste à côté, ses larmes coulant librement sur ses joues rougies par le froid. Elle saisissait enfin le sens du conte que son maître lui avait récité tantôt, il y avait si longtemps…
Au fond d’elle-même, Chihiro avait su que le retour de sa mère était illusoire. Elle y avait cru parce qu’elle voulait tellement que ce fusse réel. Ses larmes coulaient à flots, sans qu’elle ne puisse les retenir, et elle murmura d’une voix un peu étranglée :


[Chihiro] « Ne t’inquiète de rien, Maman... Je t’ai perdu une seconde fois, mais je sais maintenant que je pourrai te faire revivre chaque fois que je le souhaiterai. Il suffit que je me remémore les moments que l’on a passé ensemble, maintenant que je les ai à ma disposition. Je les garderai précieusement, et je n’oublierai plus jamais. »

La voix de Sorincha indiqua que Zabuza avait réussi l’épreuve. Chihiro se releva doucement, embrassant une dernière fois du regard la petite fleur si rare et si précieuse.


Je suis une vilaine

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Lun 24 Juil - 12:35

La brume nous ramena une nouvelle fois dans la prison temporelle de Sorincha. Je me doutais que cette épreuve n'avait été qu'illusoire, mais en regardant mon kunai maculé de sang, j'eut un léger doute. Etait-ce le mien ou véritablement celui de Yuhi ? La réponse, je ne la connaîtrais jamais, mais à présent j'étais libéré de cette faiblesse que l'on nomme remords.

"Il me reste encore une chose à faire, hein Sorincha ?"

"Je ne te dirai rien... Tu es a présent le maître incontesté du pays de la Brume... Tes choix t'appartiennent..."

"Alors je sais ce que je dois faire..."

Dégaînant Kubikiri Houcho, je la pointai en direction de Sorincha. Chihiro s'interposa entre elle et moi, désemparée.

"Pourquoi Shihan ? Vous disiez que vous alliez la sauver ! Pourquoi la menacer à présent ? Vous avez déjà tué Maman à sa demande, ne rentrez plus dans son jeu !"

"Je fais ça pour nous sortir d'ici. Elle te l'a dit, il n'y a pas de place pour deux Enfants en ce monde. Je vais la libérer de son fardeau. Ecarte-toi."

"Shihan ! Pourquoi devez-vous toujours tuer les gens proches de vous ? Pourquoi le destin s'acharne-t-il tant sur vous ?"

Une larme roula le long de la joue de Chihiro alors que je continuai à avancer vers Sorincha. Ma disciple tomba à genoux, ne sachant plus quoi faire ni que dire, quant à la jeune fille au masque, elle approcha dans ma direction, prête à accomplir son destin.

"Cesse de pleurer, et surtout pas pour moi. Je te l'ai déjà dit, ma destinée ne m'appartient pas, tout comme Kiri. Sorincha et moi sommes revenus de la tombe un fois, nous ne craignons pas d'y retourner ni ce qu'il y a après la mort.

Ma route est parsemée de souvenirs douloureux, partout où je vais je sème la mort et la désolation, et pourtant il y a toujours des gens prêts à se battre à mes côtés... Pendant des années, j'ai fui mon destin, vivant loin de tous, pour conjurer le sort, mais aujourd'hui je ne peux plus reculer...

Si je ne vais pas jusqu'au bout, je ne pourrai pas sauver Kiri et Satsushiki. Les bons moment que nous avons passé en paix toi et moi son terminés Chihiro... Des épreuves nous attendent encore, plus que jamais, et en tant qu'Enfant j'aurais besoin de toi à mes côtés."


*Alors, il redevenu comme avant... le Démon de Kiri... froid et prêt à tout... Shihan, pourquoi vous sacrifiez-vous toujours pour nous sans jamais hésiter ?*

"Tu es prête, Sorincha ?"

"Viens quand tu veux... Zabuza..."

Je plongeai la pointe de Kubikiri Houcho dans le torse de la petite fille. Chihiro détrourna le regard et s'aventura à jeter un oeil lorsqu'elle se rendit compte qu'aucun cri ne résonnait.

La lame du Grand Sabre avait traversé de part en part la fille de Kiri, mais elle y semblait insensible. Un liquide bleuté et cristallin coulait à présent le long de mon arme, en changeant la structure. Elle n'avait plus à présent l'apparence d'une grande plaque de métal, mais plutôt d'un morceau de turquoise des plus purs.


"Qu'est-ce que... ?"

"Tu es libre à présent..."

Pour toute réponse, la prison se mit à trembler...


[Chihiro, Zabuza : +4 EXP RP]

[Zabuza : Kubikiri Houcho devient MQ, et comme il faut pas abuser, je m'enlève 100£]

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Mar 25 Juil - 12:22

[Chihiro] « Shihan, nous devons partir ! Maintenant que vous avez libéré Sorincha, cette prison ne tiendra plus longtemps ! »

Oui, la fillette masquée avait été libérée. Pas de la façon dont Chihiro avait espéré, car cette hypothèse n’avait même pas été envisageable pour elle, mais la libération s’était faite, la promesse avait été tenue. La petite fille n’avait pas parue étonnée, comme si elle s’attendait depuis le début à un tel dénouement. La kunoichi essuya les larmes qui coulaient encore de ses yeux. Assez de morts, elle était lassée de ce spectacle macabre. Au fond de son cœur, elle priait pour que Sorincha retrouve Kiri et qu’elle lui pardonne sa faiblesse.
Kubikiri Houcho s’était transformé. Le sabre était bien plus beau à présent, bien plus effrayant aussi. Etait-ce le dernier présent de l’âme en peine, avant qu’elle ne trouve le repos ?
Son maître avait changé, lui aussi. La genin avait l’impression que le Démon de Kiri, qui s’était tu ces derniers temps, avait fait sa réapparition, et ce n’était pas pour son plaisir. Chihiro craignait l’emprise que l’entité exerçait sur le Mizukage, mais peut-être que faire appel à lui était le seul moyen de vaincre le Kazekage.
Cet entraînement était-il fini ? Elle ne le savait pas, mais sentait que le temps pressait. L’attaque de Suna ne se ferait sans doute pas attendre longtemps, et elle souhaitait qu’elle n’ait pas déjà débuté.


[Chihiro] « Ca va aller… Shinzo-san est là-bas, et les shinobi de Kiri sont tous très compétents. Quoi qu’il se passe, ils sauront se débrouiller… »

Bizarrement, malgré ses craintes, la jeune fille se sentait apaisée. Peu à peu, sa mémoire lui revenait, le genjutsu ayant été brisé. Elle n’avait pas encore deviné comment, mais le fait était là. Elle se souvenait des jeux qu’elle partageait avec son père, et de son admiration pour celui qu’elle appelait Oni-chan. Certains passages demeuraient flous encore, mais en laissant faire le temps, elle serait bientôt en pleine possession de son passé.
Toutes ces épreuves les avaient réellement changés, tous les deux, sans qu’elle ne puisse dire en quoi exactement. Elle se demandait toujours ce qu’avait été l’épreuve de Zabuza, alors qu’elle était retournée à Kiri, et hésitait à lui poser la question. Et puis non, finalement. S’il voulait lui en parler un jour, il le ferait de lui-même.
Elle attrapa la manche de l’homme, comme à son habitude quand elle réclamait son attention, et déclara d’un ton grave :


[Chihiro] « Je remplirai mon rôle, Shihan, jusqu’au bout. Je resterai à vos côtés pour vous protéger, quoi qu’il arrive. »


Je suis une vilaine

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Mar 25 Juil - 16:25

"Malheuresement, Chihiro, tout ne va pas être aussi simple... La première chose que je veux que tu fasses, c'est retourner à Kiri seule. J'ai encore quelque chose à accomplir ici."

"Shihan ! Non ! Je ne veux pas vous laisser !"

"Ne discute pas mes ordres s'il te plait. A l'heure où je te parle, je ne m'adresse pas à toi en tant que Zabuza. Je te parle en tant que Mizukage. Tu dois aller porter secours à tes camarades qui se battent dans Kiri même. Je vais te renvoyer dans notre monde, une fois que j'aurais libéré le véritable pouvoir de Kubikiri Houcho."

Brandissant le Grand Sabre, j'entaillais l'air en direction de chaque fil de cristal qui composait la prison de Sorincha. Un liquide bleuté s'en écoula, tombant sur moi et sur l'arme du Forgeron. Nous recouvrant, puis disparaissant.

Je tombai à genoux, croulant sous cette nouvelle puissance qui m'envahissait. La tête me tournait, ma vision se brouillait, s'altérait. Mes perceptions n'étaient à présent plus les mêmes. J'entendais d'ici battre le coeur de Chihiro, son sang couler dans ses veines.


"Shihan ! Que se passe-t-il !"

"Recule ! C'est dangereux !"

"Il vient d'accéder à la vraie puissance qui est la sienne... Il est à présent le seul et unique détenteur de la puissance de Kiri..."

Me relevant, je concentrai mon Chakra et le faisait bruler à vide. Il n'était plus bleu comme avant, c'était à présent un mélange de brume et de glace.

"Alors c'est donc ça..."

Passant le pouce sur la lame de Kubikiri Houcho, j'entaillais ma chair. Mon sang n'était plus rouge, il était de la même couleur que celui de Kiri. Chihiro eut mouvement de recul. Je balayai l'air de ma main en sa direction, jetant une goutte de liquide bleuté. Cette dernière toucha ses vêtements qui se mirent à briller.

Toutes les entailles causées par notre précédent combat disparurent, et sa tenue de combat changea d'apparence. Elle portait à présent un gilet renforcé par dessus ses vêtements, comme les shinobi de plus haut grade.


"Chuunin Chihiro Sanada, je vais te faire retourner à Kiri de ce pas. Tu as brillament réussi ton examen. Va porter secours à tes camarades, et dis leur que je reviendrai bientôt."

"Chuunin... Alors, Shihan, notre affrontement de tout à l'heure..."

"Oui, c'était une mise à l'épreuve. Maintenant, ne perdons plus de temps."

Kubikiri Houcho avait encore changé d'apparence. L'intérieur de la lame de cristal semblait être remplie de brume. Fendant l'air, un passage se déchira dans les ténèbres, laissant filtrer de la lumière.

"Voilà le véritable pouvoir de Kubikiri Houcho : trancher à travers les dimensions. A présent je vais appeler celui qui te ramènera.

Kuchiyose no Jutsu : Tamafune !"


Le grand orochi se matérialisa depuis l'ombre et entoura Chihiro de son corps, l'immobilisant.

"Qu'est-ce que... ? Shihan !"

"Je sais que si je te demande de partir de toi même tu refuseras, préférant rester avec moi. Alors je ne te laisse pas le choix. Tu vas rentrer à Kiri de force. Ce qui m'attend ici est trop dangereux pour toi.

C'est peut-être la dernière fois que nous nous voyons. Je ne sais pas si je survivrai au combat contre Satsushiki, mais je penserai à toi. Sois forte, ma fille."


"Non ! Nous n'avons pas fait tout ça pour rien... Je veux vous protéger ! Shihan, je... Je vous..."

"Je sais... Mais ce n'est pas possible. Si je te rendais les sentiments que tu me portes, tu ne serais plus ma force mais ma faiblesse."

Chihiro resta interdite. Ainsi, elle savait à quoi s'attendre. Son regard se porta vers son maître, puis vers Sorincha, mais ce fut Tamafune qui brisa le silence.

*Zabuza... Si tu veux rentrer à Kiri, dépêche-toi, nous avons peu de temps avant que le passage ne se referme...*

"Je ne viens pas avec toi, mon ami. Sorincha l'a dit, seuls deux de nous trois peuvent sortir d'ici. Je veux que Chihiro et elle puisse quitter ce lieu. Moi, j'ai Kubikiri Houcho, je trouverai forcément mon chemin."

*Tu sais que si je disparais dans ce passage, tu ne pourras pas m'appeler avant le mois prochain... Je ne pourrais donc pas t'aider contre le Kazekage...*

"Je le sais bien. Je trouverai un autre moyen de le vaincre."

*Bien... Nous nous reverrons alors...*

Tamafune se glissa dans le passage, emmenant Chihiro à travers les dimensions. Je me tournai à présent vers Sorincha.

"Tu as le choix à présent. Suis-là dans ce passage et tu pourras me hanter tant que tu voudras. Reste ici et tu disparaîtras avec ta prison. Que choisis-tu ?"


[Chihiro : +4 EXP RP]

[Zabuza : +6 EXP RP]

[Chihiro, Zabuza : +40 EXP Fin de scénario]

[Chihiro : Vêtements d'aspirants => Veste ninja soit -350£ sur mon compte]

[Zabuza : Kubikiri Houcho => HQ soit -300 sur mon compte]

[La suite pour toi : Grande Fontaine de Kiri]

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Mar 25 Juil - 21:23

[Zabuza]
"Tu as le choix à présent. Suis-là dans ce passage et tu pourras me hanter tant que tu voudras. Reste ici et tu disparaîtras avec ta prison. Que choisis-tu ?"

Sorincha resta face au Mizukage sans prononcer un mot. Puis elle épousseta sa tunique blanche et rouge d’une main et sortit de sa manche trois grelots reliés par une ficelle qu’elle attacha à sa ceinture de sorte à ce qu'ils tintent au moindre de ses mouvements. Zabuza eut tout le temps de détailler son apparence durant ces curieux préparatifs, et nota pour la première fois que son masque de kitsune n’était tenu par rien, aucune ficelle, aucun ruban, comme s’il lui était véritablement greffé à la place du visage. Puis elle releva la tête et le fixa de ses yeux jaunes de démon qui semblaient animés d’une nouvelle lueur.

"Tu m’offres la liberté, et tu me proposes ensuite de disparaître… ?"

Elle n’acheva pas sa phrase, mais la réponse n’en était pas moins claire. De sa voix lointaine qui ressemblait à un souffle, elle ajouta encore une recommandation.

"Si tu veux me retrouver, suis le son des clochettes. Bonne chance, Démon de Kiri…"

Sur ces paroles, la fillette disparut, mais le Mizukage savait très bien qu’elle avait choisi d’emprunter le passage à sa façon et de regagner à la suite de Chihiro le monde réel dont il était toujours coupé.

Ce qu’elle y ferait ensuite, restait un total mystère.

MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   Mar 25 Juil - 22:56

[Fin du scénario]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)   

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» L'héritage du Forgeron (Chihiro, Zabuza)
» Flosi, le forgeron nain
» Que fera Préval pour protéger son héritage politique ?
» Aaron Steiner, le Forgeron Onirique[Pas fini]
» William Turner, le Forgeron [Need a second validation]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-