Partagez | 
 

 Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Dim 12 Juil - 22:51

Lorsqu' Etsuko se leva ce matin là, elle n'avait aucun projet en tête... Tout au plus celui de passer une bonne journée, mais n'est-ce pas déjà un objectif honorable et pas des plus faciles à remplir ?
Elle n'avait pas accompli de mission depuis un moment, en réalité, et cela ne l'ennuyait pas particulièrement. Il faut avouer que de son point de vue, ce qu'on lui demandait d'accomplir avait toujours un aspect quelque peu rébarbatif. Non pas qu'elle soit contre apporter de l'aide aux autres, loin de là, mais elle était convaincue qu'il se posaient eux-mêmes leurs propres problèmes et que, le plus souvent, leurs requêtes n'avaient pas lieu d'être... Par exemple, quelques semaines auparavant, elle avait du poursuivre le voleur d'un sac, arraché à une femme de la haute société de Kumo. Franchement, quel était l'intérêt de ce sac pour cette brave dame ? Pourquoi y tenait-elle tant ? Si ça se trouve, le sac n'était pas bien heureux avec elle, y avait-elle pensé ? Ce genre de souci dépassait son entendement, mais Etsuko s'était pourtant acquittée de la tâche avec brio.

Mais revenons à ce beau début de journée. La demoiselle n'avait absolument rien prévu, donc, mais par souci de faire au moins semblant de bien faire son travail, elle allait probablement passer à l'académie des ninjas, puis à l'ordre des missions. Histoire qu'on l'y voit, et que l'on puisse, plus tard, témoigner que oui, elle est un shinobi des plus actifs. Pourquoi se souciait-elle donc de problèmes aussi terre à terre ? Et bien, pour une raison simple, en fait : si par hasard on ne la jugeait pas suffisamment efficace, elle risquait d'être confinée aux bureaux, ou elle aurait un emploi des plus stables... Mais des plus ennuyeux. Et, en plus, Etsuko était dotée d'une certaine aversion pour les bureaux. Ce n'était pas vraiment dirigé contre eux, hein... Non, c'était juste qu'elle avait peur de s'abrutir en restant perpétuellement en la compagnie des blocs notes et des plumes. Non pas qu'elle ai quelque chose contre eux, encore une fois : c'est juste que, encore plus que les êtres vivants, les objets avaient pour désagréable habitude de ne jamais répondre à ses questions. Habitude fort ennuyeuse pour quelqu'un qui en à la pelle, des questions.

Il était donc nécessaire d'aller se balader dans les couloirs de l'académie pour démontrer son attachement à son rôle de chuunin et à sa voie. Sur le chemin, la jeune femme prenait son temps, admirant le soleil, les volets des maisons ou les cailloux par terre (savez-vous, d'ailleurs, que tout comme les humains, il n'existe pas deux cailloux totalement identiques ?). Parfois, elle abordait un passant pour lui demander pourquoi sa tunique était de couleur claire, ou encore pour connaître son avis sur les moeurs des papillons, mais on lui répondait rarement... Tout au plus si on lui accordait un regard. Ah, quoi que l'on puisse dire, être shinobi ne change finalement pas grand chose à sa vie...

Il faut dire qu'on ne voyait pas son bandeau, elle n'avait jamais pris l'habitude de le porter. Beurk, pour être assimilée à ses individus sans cervelle qui s'envoient des lames sans réfléchir au sens de leur vie ? Et puis, elle ne se considérait pas vraiment comme un shinobi. Non, elle était une artiste, et c'était tout. Et elle n'avait pas de temps à perdre à expliquer aux gens en quoi elle était différente de tous ceux qui portaient le même bandeau qu'elle (alors que ce temps pouvait être utilisé plus lucrativement, par exemple en leur demandant s'ils préféraient les groseilles aux framboises !).

De part son trajet, Etsuko devait passer par le centre ville. Oh, cela ne l'ennuyait pas, pas au contraire, elle aimait l'agitation qui y régnait, et qui lui permettait d'observer le genre humain à volonté... De plus, elle qui prenait rarement l'initiative de manger avant de partir de chez elle, elle passait devant un maraîcher réputé pour ses excellents fruits. C'est ainsi que, comme presque tous les matins, la demoiselle s'arrêta devant les étals à peine remplis.

Cette fois-ci, deux aliments étaient mis à l'honneur : les pommes et les poires. Bien que la jeune femme eu une grande préférence pour les myrtilles, elle aimait aussi ces fruits nourrissants et juteux, et pris une pomme dans sa main, l'œil critique. Pourquoi les pommes étaient-elles rondes ? Le fruit était doté d'une jolie couleur rouge, sa peau était lisse, mais quelque chose en lui ne lui plaisait pas. Ah, les pommes, c'est comme les humains, il arrive que leur aura ne nous convienne pas ! C'est donc pour cela qu'elle reposa le fruit et partit à la recherche d'un qui lui aille davantage, sous l'œil amusé du maraîcher. Il faut dire qu'il avait l'habitude de ses étranges lubies, elle lui achetait des victuailles tous les matins...

Quelques secondes plus tard, Etsuko extirpa du tas une autre pomme, verte cette fois. Elle l'observait sous tous les angles lorsque son regard fut attiré par la caisse d'à côté, contenant une trentaine de belles poires, parfaitement mûres. Et, détail troublant, elles aussi étaient vertes !

« Comment veulent-ils que l'on différencie les poires des pommes si elles ont la même couleur ? », maugréa-t-elle.

Le maraicher ne répondit pas, occupé à servir un autre client. Habituée à devoir trouver seule les réponses, la jeune femme se dit que bien évidemment, on différenciait les deux par leur forme. Ça allait de soi, en effet, sinon elle n'aurait pas pu dire au premier coup d'œil que la caisse de poires contenait des poires. Mais qui sait, et si les poires étaient en fait une autre variété de pommes ? Ou l'inverse ? Ne se sentiraient-elles pas frustrées du fait que personne ne se rende compte de ce 'détail' et que l'on leur usurpe ainsi une partie de leur identité ?

Après une réflexion de quelques autres secondes, pendant lequel son esprit la mena un peu plus loin, et notamment au fait que le mystère devait absolument être résolu, la demoiselle interpella le maraicher d'une voix soucieuse :

« Dites-moi... Pourquoi les poires ne sont-elles pas rondes ? »

Lui devait savoir, forcément. Des poires, il en voyait toute la journée.

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Mar 14 Juil - 6:30

.:: Pourquoi les pommes sont-elles rondes? ::.
Chapitre 2 : Parce que?
-Prologue-


J'étais là, assis sur mon lit comme à mon habitude. Cela faisait plusieurs jours que je ne faisais rien de ma peau. Si je devais décrire en trois mots mon existence. Ils seraient probablement les suivants : "Manger, dormir et vivre." Palpitant n'est-il pas? Ma vie était, comment dire... Abominable, affreuse, atroce, déplorable, désastreuse, épouvantable, exécrable, horrible, infect, insipide, lamentable, médiocre, minable, navrant, nul et raté. Tous des synonymes des plus véridiques. Pour faire simple, j'étais sur mon lit à me lamanter sur mon sort -pour ne pas faire changement-. J'avais emprunté une voie dans l'art shinobi des plus compliquées, mais je passais mes journées à manger, dormir et, etc. Pitoyable non? Je devais faire quelque chose de mon corps ou j'allais finir par fusionner avec les draps. Quoi exactement? La journée est nouvellement commencée. À part regarder les petits oiseaux batifoler dans les airs, faire caca sur la terre se laver dans la mer, il n'y avait rien n'a faire. Je pouvais... Je pouvais... Je ne sais pas ce que je pouvais faire. Je pouvais aller prendre une marche, je pouvais aller regarder les oiseaux faire ce que j'ai déjà dit, je pouvais aller voir les gens dans un parc s'échanger du CO2 ou je pouvais aller manger. Manger... Plein de "Mium mium" dans mon estomac... En voilà une bonne idée. Sur ce, je m'exécutai et je partis en direction d'une place où la nourriture se faisait zieuter ou palper.

Toujours et constamment armé de mon violon, je pris l'archet et je jouai. Qu'est-ce que je jouai... Pas grand chose. Ce qui me passait par la tête. Un peu de : "Bonhomme, bonhomme sais-tu jouer?" voir même de mes compositions. J'avais un plaisir fou à créer des sons. Le seul problème c'est que l'endroit que je convoitais était... Assez loin. J'allais devoir jouer pendant je ne sais trop combien de temps. Enfin, c'est assez vite dit un problème. J'étais totalement déconnecté de la réalité. Le violon à la main et les souliers dans les pieds, je perdais la notion du temps lors de mes moments de créations sonores. Pour ne pas faire changement, c'était le cas. Étrangement, lorsque je jouai du violon, j'arrivais toujours à éviter les gens. Ou c'est peut-être seulement eux qui m'évitaient. Là n'était pas le sujet.


[Kallo] - * Bonhomme, bonhomme sais-tu jouer.*

C'était définitif, j'avais cette chançon dans la tête. Elle s'était incrustée tel un vulgaire parasite. Je venais tout juste d'arriver au lieu que je pouvais apercevoir une ruée de gens qui palpaient et zieutaient les fruits et les légumes. Coïncidence? Clairvoyance? Ou simplement prévoyance? Rien de cela... C'était une évidence. Une simple évidence. Je jouais toujours du violon. Quelques personnes me regardaient, d'autres m'ignoraient. Je finis tout simplement par arrêter de jouer. J'étais arrivé et je n'étais pas une bête de cirque après tout? Non? Je décidai donc de m'asseoyoir dans un coin et décider ce que j'allais manger avant de commencer la palpation a mon tour. Pour ne pas oublier la "zieutation" aussi. C'est fort amusant. Sarcastiquement parlant... Bien sûr


J'avais décidé de changer mon "look". Je m'étais donc vêtu de mon nouvel habit. J'avais fait simple cette fois. Un chandail rayé noir et gris. Pourquoi? Parce que c'est amusant. Un par dessus foncé qui m'arrive aux genoux. Des pantalons noirs pour agencer le tout et des tabis parce que c'est confortable. Habillé de la sorte, je ne pouvais que passer inaperçu. Oui oui.


[Etsuko] - Comment veulent-ils que l'on différencie les poires des pommes si elles ont la même couleur

Une petite voix piqua ma curiosité. Elle émanait d'une jolie jeune dame à la chevelure rousse. Elle est d'allure fragile... J'étais qui moi pour dire cela? Je suis probablement l'une des plus grosses chochottes mal conçues pour la vocation de ninja que Kumo a déjà eue et j'étais quand même un Chuunin. De mon allure grisâtre, avec mes cheveux fraichement coupés, je m'avançai vers elle. J'étais curieux de connaître la suite de la conversation.

[Etsuko] - Dites-moi... Pourquoi les poires ne sont-elles pas rondes ?

Décidément, cette jolie jeune dame m'amusait de plus en plus. C'est une question des plus étrange, mais assez intéressante, je devais l'avouer. J'étais curieux de connaître la réponse.


Dernière édition par Kallo Hone le Mar 14 Juil - 23:17, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Mar 14 Juil - 23:00

Malheureusement, le maraicher ne semblait pas en mesure de répondre à sa question. Il la considéra d'un œil ironique durant quelques secondes, haussa les épaules, avant de lui tourner le dos, répondant aux questions plus terre-à-terre d'une autre cliente. Légèrement renfrognée, la jeune fille haussa à son tour les épaules. Elle lui reposerait la question plus tard, quand il aurait l'esprit plus disponible et plus apte à réfléchir aux questions essentielles de la vie.

Elle garda le fruit en main, et prit une poire dans l'autre. Pourquoi l'une était-elle ronde et pas l'autre ? Et pourquoi la pomme l'était, déjà, hein ? Tout un tas de questions complexes qu'elle ne parviendrait à résoudre seule. Légèrement angoissée, la jeune fille fit un tour sur elle même, à la recherche d'un individu en état de lui apporter son aide.

Et justement, il y avait un jeune homme non loin derrière elle. Cheveux un peu argentés (original, tiens... Il faudrait qu'elle lui demande pourquoi il avait eu l'idée de naître avec une couleur aussi bizarre...), habillé tout en noir. Comme s'il avait peur d'avoir trop froid, parce que c'est connu, on a bien plus chaud quand on est habillé dans des couleurs sombres. Encore un détail étrange. Bon. En tout cas, il allait l'aider...

Elle fit un pas vers lui. Il pourrait être intéressant à étudier, tiens. Pas de tic apparent, peut être des doigts qui se contractaient trop souvent, mais elle avait souvent vu ça. Pas chez des civils. Bon, elle éluderait cette question plus tard, ça n'était pas la plus vitale sur l'instant. Non, la plus vitale, c'était celle qui concernait les fruits qu'elle tenait dans les mains. Mains qu'elle leva à la hauteur des yeux du jeune homme :

« Tu sais faire la différence entre une pomme et une poire, non ? »

Pause silencieuse. Elle voulait être certaine que son interlocuteur l'avait bien comprise. Oui, apparemment.

« Et pourtant, ne sont-elles pas de la même couleur ? Alors comment tu les différencie ? Par la forme ! »

Elle voulait amener cet étranger à la même conclusion qu'elle, afin qu'il comprenne où était la douloureuse problématique qui la tracassait. Après avoir pris une profonde respiration, et parlant comme si elle expliquait à un enfant comment fonctionne la reproduction humaine (sujet passionnant, au passage, mais pas vraiment inscrit dans l'ordre du jour...), elle enchaîna d'une voix claire :

« Mais et si les pommes étaient des poires, ou les poires des pommes ? Pourquoi les poires ne seraient-elles alors pas rondes ? Franchement, tu as vu la forme complexe qu'elles ont ? Une sphère, c'est bien plus facile à créer... Tu t'es déjà amusé à tailler un caillou en forme de poire ? »

Oui, elle tutoyait les gens. Toujours, après tout elle espérait qu'ils soient partis pour une très longue conversation, à moins que sa réponse ne lui paraisse satisfaisante au premier coup... Mais dans ce cas, elle enchaînerait sur d'autres sujets. La demoiselle continua avec enthousiasme :

« As-tu une idée sur la question ? J'y ai réfléchi, mais non, vraiment, je ne trouve pas... »

Presque inquiète de la tournure presque dramatique (vous rendez-vous seulement compte de l'ampleur de la problématique ?) que prenait la conversation, Etsuko croqua dans la poire. Elle était sucrée et juteuse, comme si elle s'y attendait. Mais elle n'avait pas le même goût qu'une pomme.

Le maraîcher lui jeta un regard navré, mais il savait qu'elle règlerait tout plus tard, il avait l'habitude . La demoiselle fixa sérieusement son interlocuteur. Elle était certaine qu'il avait un avis intéressant sur les poires. En effet, il ne s'agit pas d'un sujet des plus accessibles (puisque le maraîcher lui même s'était révélé incapable de lui répondre...), mais s'il était capable de sortir dans la rue avec des cheveux aussi clairs accordés à des vêtements foncés, il devait avoir une personnalité intéressante.

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Mar 21 Juil - 4:50

.:: Pourquoi les pommes sont-elles rondes? ::.
Chapitre 2 : Parce que?
-Énigma-



J'étais en train de sourire. Ce n'était pas un sourire des plus communs. Je la regardai dans les yeux avec un regard légèrement... perdu? Non pas que la question était trop difficile pour mon cerveau. Tout simplement parce que c'était rare des gens qui m'abordaient. Généralement, c'était moi qui rencontrai les gens d'une façon des plus "kalloique". Je leur rentre dedans... Littéralement. Après tout, c'était comme cela que j'avais rencontré Kojin. En plus de mes yeux, j'avais un petit sourire bête. Pas bête qui voulait dire « Je suis stupide », mais bien « j'ai un petit air con ». En plus de cela, je clignai des yeux. Oui, tout d'abord une fois, puis deux, puis trois et pour finir douze fois. D'un regard extérieur, cela devait être affreusement drôle à voir. Je ne bougeai pas, je la fixai.


[Kallo] – Des pommes et des poires? Hum


Ma voix avait un léger ton d'incompréhension. Avant elle, je n'avais jamais vraiment réfléchi à cela. Pourquoi les pommes sont rondes? Tout d'abord, c'était quoi quelque chose de rond? J'étais de plus en plus intéressé par mon interlocutrice. Elle savait poser les bonnes questions et j'adorai ce genre d'énigme. J'avais arrêté de la « dévisager ». Bref, là n'était pas le vif du sujet. Dans cette foule, nous étions tous deux invisibles. Les gens passaient sans se préoccuper de notre existence. La seule chose qu'ils faisaient à notre égard, c'était -lorsqu'ils étaient trop près- de se retirer du chemin pour ne pas nous heurter.

Je fermai les yeux. Un sourire qui pourrait être décris de « sadique » se dessina sur mon visage. Plus je pensai à cette question, plus elle m'amusait. Une conversation avec cette dame pourrait être des plus enrichissante -bien que le sujet lui-même n'est pas des plus communs-. Je mis ma main droite sur son épaule.


[Kallo] – Tu sais que tu m'amuses? Tu es la première personne à venir me voir. En plus, tu me poses une question des plus... inhabituelle... J'adore cela.

Après ce petit discourt -qui n'était pas vraiment un discourt- je retirai ma main de sur son épaule. J'avais tendance à m'inviter dans l'intimité des gens.

[Kallo] – C'est une bonne question sur laquelle nous pourrions débattre


Sur ces dires, j'élevai la main, le pouce en direction opposée à mes yeux. Je pointai derrière moi. Qu'est-ce que je désignai ainsi? Une table... Rien de plus, une table avec deux chaises. L'une pour moi, l'autre pour elle. Il y avait dans cette place un air de repos. C'est justement là que j'invitai mon interlocutrice. La table n'était pas magnifique, mais elle était propre. Qu'est-ce qu'on pouvait bien demander de plus à une table d'un lieu public? Les chaises étaient inconfortables, mais ils faillaient biens s'assoir.


[Kallo] – Tout d'abord, comment peux-tu définir une pomme comme étant ronde? Par définition, un objet rond, c'est un objet plus ou moins sphérique, non? Je le concède, la pomme est plus ou moins sphérique. Et la poire dans tout ça? Tu m'as demandé si je les différenciai par la forme. Es-tu d'accord avec moi pour dire que la poire a elle aussi les propriétés plus ou moins sphériques? Non, c'est simple, regarde la base de la poire, ce n'est pas sphérique ça?

C'est vrai, la base de la poire est comme la pomme. C'est un rond. Certes oui, le dessus est plus étirer, mais pourquoi? Voilà une autre question.


[Kallo] – Oui, c'est vrai, j'acquiesce. Je différencie la pomme et la poire par leur forme. Enfin, leur forme et leur peau. Pourquoi? Palpe la pomme, ça peau est lise et dure. La poire quant à elle, n'est-elle pas plus fragile? Bref là n'est pas ce que je voulais dire. Serait-il logique de penser que la poire n'est pas sphérique parce qu'ayant une peau plus fragile, lorsqu'elle est dans l'arbre, la gravité la ramène vers le sol et crée ainsi le dessus plus élevé et plus... Cylindrique? Enfin, bien que cette réponse est acceptable, je la trouve trop facile. Trop évidente? Ce ne doit pas être ça

J'avais la nette impression que ma réponse aurait suffi à plusieurs personnes, mais probablement pas à elle. Pourquoi? Parce que le simple fait d'être venu me voir prouve qu'elle pousse ses réflexions plus loin que la normale. Essayons voir


[Kallo] – Étant homme de science, je répondrai ceci : « Ce doit être la faute des gènes qui constituent la pomme et la poire ».

Je pris un léger temps de pause. Trois secondes toutes ou plus.


[Kallo] – Enfin, l'utilisation du mot « gène » est métaphorique bien sûr. Je t'explique

Sur ce, je levai la main de ma même façon que la dernière fois. Lorsque j'avais pointé la table. Cette fois, une famille se désignait. Un père brun aux yeux noisette, une mère blonde aux yeux bleus et une fille blonde aux yeux bleus elle aussi.

[Kallo] – Pourquoi est-ce que le père est brun et la fille blonde. Sachant que le gène blond est un gène récessif et brun dominant? C'est-à-dire que : « Si la jeune fille portait le gène brun, elle aurait OBLIGATOIREMENT les cheveux bruns. En passant, désolé si je passe du coq à l'âne. Bref, pour faire une fille blonde, le père devait porter de le gène blond et le transmettre. C'est à peu près... Une chance sur quatre... Tout cela pour dire que, bien que nous soyons pareilles sur certains points, nous sommes différents de millions de façons dans nos gènes. Alors pourquoi pas la pomme et la poire?

Je repris un autre temps de pause.

[Kallo] – Ne fais pas attention à ce que j'ai dit. Ça n'a aucun rapport avec le sujet, je me suis égaré, pardonne-moi.

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Mar 21 Juil - 16:09

Oh oui, apparemment il ferait un sujet d'étude intéressant. L'individu qui lui faisait face avait commencé par avoir l'air un peu déstabilisé. Non, pas effrayé comme la majorité des gens qu'elle rencontrait (comme si elle était folle. Ce qui était absurde parce qu'eux même devaient avoir un certain grain de folie pour s'intéresser aussi peu au sens de leur vie...). Lui, il avait plutôt l'air... Amusé et troublé. Elle le regarda esquisser un sourire bizarre, comme celui de son frère quand, plus jeune, il lui arrivait de rentrer à la maison après avoir festoyé avec des amis dans un des bars miteux du quartier pauvre.

Puis il cligna des yeux. L'expérience avait appris à Etsuko (elle avait, une fois, essayé de se forcer à garder les yeux ouverts) que les gens font cela lorsque leurs yeux ne contiennent plus assez d'humidité. Seulement lui, il cligna des yeux une bonne dizaine de fois à la suite, un peu plus peut être, et à un rythme élevé. Voulait-il la provoquer en duel de clignements d'yeux ? Nul doute qu'il gagnerait, puisqu'il avait l'air bien plus entraîné qu'elle. Ou alors il y avait une autre raison. Par exemple, ses yeux manquaient horriblement d'humidité. Donc où il venait de passer vingt jours dans le désert et il n'avait pas bu les trois derniers jours, ou il n'avait jamais de larmes.
Or, comme il n'y a pas vraiment de désert autour du pays des nuages, la jeune fille en conclut que son interlocuteur ne pleurait pas. Il n'était donc ni triste ni joyeux, et ne devait pas rire beaucoup. Elle avait, par conséquent, affaire à quelqu'un qui était où modéré dans tout ce qu'il faisait (mais ça c'était peu probable, parce qu'il s'habillait en noir !), ou alors à une personne émotionnellement bloquée. Logique implacable. Non ?

Il répéta un morceau de sa question et ferma les yeux, ce qui est en général une preuve de réflexion. La personne qu'elle avait en face d'elle n'était donc pas une marionnette (oui, elle avait envisagé cette éventualité, aussi. Ceux qui clignent trop ou pas assez souvent des yeux sont parfois des marionnettes.), mais bien un être humain. Enfin, sait-on jamais, de drôles de créatures se cachent parfois au cœur des honnêtes gens.
Il avait quand même l'air intéressé. Un nouveau sourire se dessina sur le visage du jeune homme, quelque peu différent du précédent. Celui-ci ressemblait plutôt à celui que le boucher avait juste avant de mettre à mort une chèvre, elle l'avait observé bien des fois lorsqu'elle s'en occupait. Elle n'aimait pas ce boucher, parce qu'il semblait prendre plaisir à planter son couteau dans la gorge de ces petites bêtes au caractère si amusant. Et, comme on est jamais assez prudent, la jeune femme leva une main à sa gorge, histoire que ce bonhomme ne puisse pas lui enfoncer son couteau dans la gorge.

Il la toucha. Mais pas à la gorge. Non, à l'épaule. C'était aussi bien, on ne lui avait jamais mis de couteau dans les cordes vocales et elle n'avait pas envie d'essayer. Elle regarda sa main posée sur son épaule, se demandant ce que ça voulait dire. En général, lorsque les hommes faisaient ça à une femme, c'était dans le but d'une tentative d'approche. Elle avait pu en observer les conséquences (positives ou désastreuses) lorsqu'elle courrait les bars à la recherche de son frère, ou tout simplement lorsqu'elle s'y arrêtait boire un jus de myrtilles. On observait aussi très souvent ce comportement chez les gardiens de chèvres, mais elle même s'était toujours tenue à l'écart de tout cet étrange manège dont elle ne comprenait pas vraiment le sens.

Puis le jeune homme parla encore, d'une voix assez joyeuse. Il avait l'air content, vraiment, qu'elle lui ai posé cette question, et elle s'en réjouit intérieurement. Enfin quelqu'un allait pouvoir l'aider à chercher ! Il enleva la main de son épaule pour lui montrer un endroit où s'asseoir, et s'y dirigea. Interloquée, la jeune fille se demanda un instant si elle était sensée le suivre, mais apparemment oui, parce qu'il parlait. Elle jeta donc une pièce au maraicher pour lui payer les deux fruits qu'elle portait encore et le suivit. Lorsqu'il s'assit sur une chaise, elle esquissa une grimace, elle aimait bien utiliser toutes les possibilités du sol, mais puisqu'on l'invitait, autant se comporter du mieux possible. Etsuko s'assit donc sur l'autre chaise et entreprit d'écouter les paroles de son interlocuteur.

Ce qu'il disait était loin d'être idiot. Certes, la forme différencie bien les fruits au premier abord, mais il y a d'autres choses qui entrent en compte, comme la texture de la peau, le goût (elle continuait de manger la poire, et se doutait qu'elle apprécierait le changement quand elle passerait à sa pomme...), et probablement une foule d'autres paramètres.

Il lui montra le gros morceau de poire qui lui restait et lui fit comprendre que la forme de la poire n'était pas si éloignée que cela de la pomme. Oui, bon, certes, mais celui qui l'avait fabriquée avait bien du s'amuser... Ou alors il avait bu beaucoup de saké avant. Non, ça ne lui allait pas, cette histoire...

Apparemment, le jeune homme se rendit compte qu'elle n'était pas satisfaite et partit sur une autre piste. Il parla de gênes, de couleur de cheveux (d'ailleurs, elle trouvait que les cheveux bruns de l'homme qu'il lui désignait étaient sales.), mais arriva finalement à sa conclusion. Les humains sont de la même espèce, pourtant ils sont différents, de part leurs gênes (elle s'imagina de minuscules bonshommes portant des étiquettes autour du cou, telles que « yeux violets » ou « pieds de travers ». Elle vit celui portant le panneau « cheveux bruns » deux fois plus grand que les autres et asservissant sous sa coupe tous les autres gênes des cheveux. Oui, c'était intéressant.). Donc, si les poires et les pommes ne se ressemblaient pas, ça ne les empêchait pas forcément d'être de la même espèce !

Il s'excusa ensuite, pendant qu'elle parvenait à cette fantastique conclusion. Etsuko leva ses yeux vers les siens, arborant une expression des plus sérieuses :

« Ce n'est pas grave, cette histoire de gêne est très intéressante. Je ne vois pas encore en quoi il est plus gênant d'avoir les cheveux blonds, mais j'étudierai surement tout ça après être passée souhaiter une bonne nuit aux papillons du parc, ce soir. »

La jeune femme observa l'expression du visage de son interlocuteur, avant de redescendre son regard le long de son bras. Ses doigts étaient encore parcourus de légères crispations. Infimes, mais elle était habituée à remarquer ce genre de détail. Pourtant, son visage n'était en rien tendu, au contraire. Elle décida donc qu'il était digne de confiance, et enchaîna, sur le ton de la confidence :

« Tu penses donc que les pommes et les poires appartiennent à la même espèce ? Mais alors, si les poires étaient en fait des pommes, elles n'existeraient pas et le mot 'poire' n'aurait plus de sens ! Tu me suis ? »


Elle n'était pas sûre qu'il arrive au bout de son raisonnement, mais le cas échéant, elle lui expliquerait. Presque excitée par la révélation, elle continua :

« Ou alors c'est le contraire... Qu'est-ce qui n'existe pas, les poires ou les pommes ? »


L'expression a des frontières, la pensée n'en a pas. (V. Hugo)

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Mar 21 Juil - 17:30

.:: Pourquoi les pommes sont-elles rondes? ::.
Chapitre 2 : Parce que?
-Peut-être que...-


[Kallo] – Et si...


Voilà, c'était lancé. Je l'avais dit. Ce « Et si » désignai le début d'une longue conversation avec mon interlocutrice. Elle savait poser les bonnes questions. Les questions qui sont à la fois amusantes et sérieuses. Ce n'était pas le temps à la stupidité. J'adorai cela. Je devais l'avouer mon interlocutrice m'intéressait vraiment. Non pas parce qu'elle me posait des questions étranges, mais parce qu'elle savait où aller chercher ses questions. Dans les plus petites infinités du monde. Une simple pomme pouvait soulever autant de questionnement. Mon regard était perdu. Mes pupilles regardaient vers le bas de mes yeux. Vers la gauche plus précisément. Selon la cynergologie. Ça voulait dire que je cherchai une réponse dans ma mémoire. Si c'était à droite. Ce serai le côté de l'imagination, du mensonge. Pourquoi est-ce que je regardai du côté gauche? Je cherchai une réponse logique. Voilà pourquoi. Je cherchai une réponse démontrable par des faits. J'étais un homme de science après tout.


[Kallo] – Et si, c'était plus près de nous que ce que je croyais


J'étais un médecin. C'était logique de chercher une réponse dans la science et les connaissances. J'étais un toubib qui avait toujours voulu se spécialiser dans l'homme et son évolution plus précisément. Parallèlement à mes études, je m'étais renseigné sur notre passé. Dans mon savoir. Je n'y trouvais que deux seules explications.

[Kallo] – Et si... Et si c'était comme nous? Je t'explique. Nous sommes de l'espèce humaine. Et si on dit qu'eux, ils sont de l'espèce « Qui pousse dans les arbres ». Nous sommes du genre « Homo » dans la famille Sapiens. Comme je l'ai dit plus tôt. Nous sommes pareilles et différentes à la fois. Je t'explique...

Je pris une pause.


[Kallo] – Ce que je vais dire c'est pour l'espèce humaine. Je vais essayer de modifier et l'adapter aux fruits. Chose normalement pas possible. C'est simplement pour te faire venir à ma conclusion. Personnellement, j'ai compris ce que tu voulais dire. Ou presque. Enfin bon, ce que je vais dire, c'est très théorique


Je pris un grand respire. Ce que j'allais dire était long.

[Kallo] – Décorticons l'espèce humaine. Nous sommes du règne animalia. Ce qui veut dire que nous faisons partie du règne animal. Nous faisons aussi partie du sous-règne eu...Eumétazoa. J'ai oublié c'était quoi exactement, je me souviens du nom parce qu'il est bizarre, c'est tout. Dans cela s'ajoute un sous-embranchement qui est je ne sais plus trop quoi. En plus du sous-embranchement, il y a l'embranchement Chordata. Nous avons un système nerveux quoi. Suite à cela, il y a un autre sous-embranchement des Chordata, les vertèbras. Pas besoin d'expliquer, le nom le dit. Nous faisons aussi partie de la classe mamamilia, de la sous-classe j'ai oublié c'est quoi.

J'arrêtai mon explication pour réfléchir un peu.


[Kallo] – Jusqu'ici, c'est des mots bien compliqués. Je crois que... je vais faire un résumé. Encore une fois je m'excuse, je pars souvent dans des... Divagations de la sorte. Tout ça pour dire qu'il suffit qu'une seule classification change pour que nous changions. Dans le sous-règne, si nous avions été des métazoaire. Nous serions différents. Tout cela pour dire que, malgré nos ressemblances. Nous faisons partie de la même espèce. Pourquoi pas la pomme et la poire. Je m'explique de façons plus simples. Nous sommes des Homo sapiens, mais avant nous il y avait les Autralopitecus Robustus, qui sont aujourd'hui disparus, mais et si la pomme c'était un homo sapiens et la poire l'autralo truc. Ou inversement. Il serait alors possible qu'ils soient tous les deux de la même espèce tout en existant.

C'était vraiment compliqué ce que j'avais dit. Qu'elle comprenne ou pas n'était pas grave vu la complexité de ce que je venais de dire. Tout ce que je voulais c'était l'amener à réaliser que c'était possible d'avoir deux membres d'une même espèce, mais qui sont différents et qui existe eux aussi.

[Kallo] – En gros, les deux existent, mais peuvent être de la même espèce. Tout ce qui change c'est quelques traits et pouf, le goût change, la forme change, la pelure change et tout ce tralala la... Pour un seul truc. Je trouve ça très beau l'évolution.




Dernière édition par Kallo Hone le Sam 25 Juil - 19:32, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Ven 24 Juil - 22:06

Son interlocuteur venait de lui sortir un immense discours, parlant d'un ton docte et d'une voix rapide, lui laissant à peine le temps de comprendre ce qu'il disait. Etsuko laissa son regard rêveur se poser sur deux enfants qui jouaient, quelques mètres derrière eux. Elle pensait à sa mère quand elle lui expliquait comment on épluchait les pommes de terre... Oui, elle utilisait le même ton. Pensive, la jeune femme demanda :

« Tu aimes les pommes de terre sautées ? »

Elle, elle adorait ça. Mais elle n'aimait pas éplucher les pommes de terre, elle avait l'impression de les dénuder et ça la gênait horriblement. Tiens, d'ailleurs, en parlant de gênes, le bonhomme assis en face d'elle avait continué à lui sortir des mots compliqués, pour l'impressionner probablement. Il devait surement avoir un complexe d'infériorité ou quelque chose comme ça... Oui, ça collait au profil, ceux qui n'ont pas confiance en eux parlent beaucoup.
En tout cas, elle était d'accord avec lui, l'Évolution, c'était très beau. Et les pommes aussi. Elle venait justement de finir la poire et s'attaquait au deuxième fruit, remarquant au passage qu'il laissait couler moins de jus et que son goût était un peu plus amer, moins sucré. La demoiselle lança le trognon de la poire à un chien qui passait non loin de là et regarda son interlocuteur dans les yeux, cherchant à savoir s'il avait réellement un complexe d'infériorité ou si tout ça masquait autre chose. Très concentrée, donc d'une voix un peu étrange, elle lui demanda :

« Donc nous sommes des Sapiens ? »

Là, elle ne faisait que répéter quelque chose qu'il avait dit auparavant. Alertée et intriguée, elle enchaîna dans un murmure :

« Mais je n'ai pas d'aiguille... »

Passablement perturbée, la rouquine secoua la tête. Elle penserait à ça plus tard, à tête reposée, ou alors il lui expliquerait. Réalisant soudain qu'elle avait oublié quelque chose, la jeune femme s'enflamma soudain :

« Oh, au fait ! Je m'appelle Etsuko, je vis là bas (elle fit un geste évasif vers le côté de la rue d'où elle venait), j'aime les papillons, les myrtilles, les illusions et les chèvres. Et toi ? »

Oui, elle se souvenait qu'il était commun, quand on rencontrait quelqu'un, de se présenter et de s'intéresser à sa vie. Mais en fait, elle n'apprendrait que peu de choses de ce qu'il allait dire. Il n'avait pas confiance en lui et était émotionellement bloqué, elle en était certaine. Quoique, elle avait hâte de savoir s'il aimait les framboises, par exemple, ou s'il avait peur du soleil.

Attendant patiemment qu'il réponde, la jeune femme reporta son attention sur autre chose. En effet, ils étaient assis non loin d'un petit bosquet de pensées et deux abeilles venaient d'arriver, apparemment dans le but de récolter leurs pollen. Etsuko aimait bien les pensées, surtout pour leurs belles couleurs, et elle se plaisait à croire que ces fragiles petites fleurs communiquaient entre elles et mettaient toute leur énergie dans la création de leurs couleurs, sachant bien là que c'était le meilleur moyen d'attirer les abeilles, donc de pouvoir se reproduire, et ainsi perpétuer l'espèce... Tout ceci dans l'objectif non avoué de faire progresser leurs couleurs de jour en jour !

Les abeilles, donc. Jolis petits insectes tous rayés, qu'elle aimait bien malgré leur bourdonnement incessant et agaçant. Lorsqu'elle eu observé leur ballet aérien quelques secondes, elle se retourna vers son interlocuteur :

« Tu sais que la trajectoire de leur vol et les figures qu'elles font dans l'air sont en fait leur moyen de communication ? »

Savait-il de quoi elle parlait, au moins ? Hum, il est vrai qu'elle n'avait pas été bien claire...


L'expression a des frontières, la pensée n'en a pas. (V. Hugo)

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Mer 29 Juil - 4:39

.:: Pourquoi les pommes sont-elles rondes? ::.
Chapitre 2 : Parce que?
-Qu'est-ce...-




Elle avait le regard perdu. Je ne savais pas trop où elle était, mais elle n'avait pas écouté mon explication. C'était quelque peu impoli, mais d'un sens, je comprenais que ce que je venais de dire était tout simplement inutile et incompréhensible. Il existait dans ce village une poignée de gens capable de comprendre ce que je venais d'affirmer. L'espèce humaine était un sujet des plus fascinent, mais pas pour tout le monde. Ce qui semblait ne pas l'être pour mon interlocutrice. Selon ce qu'elle venait de me dire, elle aimait les pommes de terres. Enfin, ce n'était là que les extrapolations incongrues d'un musicien. J'étais loin d'être un expert.


[Kallo] – Je ne sais pas, je dois avouer que je n'ai jamais mangé de pomme de terre sautée.


Le reste de mon délire, elle sembla plus intéressée. Elle avait même répété un terme que j'avais dit souvent. En ce qui a trait à la suite de ses dires, je n'y avais même pas prêté attention. Je l'avais entendu, mais ce n'était ni constructif, ni intéressant, voire même intelligent. C'était une phrase que je qualifierai de : « Faire parler ». Des aiguilles? Où avait-elle bien plus allez chercher cela. Si j'avais mentionné le mot aiguille dans mon explication, je ne m'en souvenais plus. Bref, c'était inutile.


Par contre, elle me fit remarquer quelque chose d'intéressant. Nous avions oublié nous présenter. C'est quelque chose d'important lorsqu'il nous arrivait de rencontrer quelqu'un. Par contre. « La simple présentation d'une personne peut nous en apprendre long. » C'était une des phrases préférées de ma mère. Selon ce que j'avais remarqué, elle était du genre qui aime parler de tout et n'importe quoi. Avoir un but dans une conversation ne devait pas exister pour elle. Elle avait des questions et elle cherchait des réponses. Dans sa présentation, un seul mot piqua mon attention. Illusion. C'était à ce moment-là que je me rappelai que nous étions dans un village caché. Bien oui, l'espace d'un instant, j'avais oublié mon origine. Si elle aimait les illusions c'est sois qu'elle est quelqu'un qui aimerait bien faire sa vie dans la prestidigitation ou que c'est une Kunoichi qui voulait ce spécialisé dans les genjutsus. Vu les dires de ma mère, je préférai en dire plus que pas assez. Je n'étais pas stupide -enfin, juste un peu-. Même si elle avait posé des questions dénuées de sens. J'avais tout de même remarqué son regard observateur. Je disais cela, mais je l'avais remarquer il y à de cela quelques minutes à peine.


[Kallo] – Je m'appelle Kallo Hone. Je vie dans un petit trou que je me plaie à appeler mon « chez-moi ». J'affectionne tout particulièrement le travail, le calme, le go, le violon, la poésie et le corps humain. Dans ma famille, nous sommes des médecins de génération en génération. J'adore faire des expériences, même si elle m'explose à la figure et je suis quelqu'un de direct. Je dis ce que je pense, peu importe la situation.

Elle était de plus en plus intéressante. Oui, elle disait n'importe quoi, mais pour elle ce n'était pas n'importe quoi. Tout avait un sens et un travail à effectuer. Elle aima les papillons, les myrtilles et les chèvres. Je ne comprenais pas pourquoi, pour elle ça voulait dire quelque chose. Je respectai cela. Probablement que 90% des gens ici l'aurai fuit comme la peste, mais pas moi. Pourquoi? Je ne le savais pas trop. Peut-être parce qu'elle méritait que quelqu'un porte attention à ce qu'elle disait.

[Kallo] – Etsuko, c'est cela? Je n'oublierai pas ce nom. Enchanté de faire ta connaissance.

C'était seulement de la politesse. On m'avait élevé, à être poli, c'est la seule raison, pourquoi est-ce que j'avais dit la dernière phrase. Suite à cela, elle se mit à dire quelque chose que je ne compris pas trop, mais bon, nous sommes deux dans cette conversation. Peut-être pouvait-elle me l'expliquer.

[Kallo] – Excuse-moi, je n'ai pas suivi ce que tu as dit. Tu parlais de?

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Dim 2 Aoû - 23:44

Ciel. Il n'avait jamais mangé de pommes de terre sautées. Le sacrilège. Un instant, la jeune fille s'apprêta à lui proposer de venir déjeuner avec elle le midi, mais elle doutait que sa mère soit d'accord pour qu'elle invite encore un inconnu (quoique, elle le connaissait, maintenant !) à se joindre à eux. La dernière fois qu'elle avait fait ça, ses parents avaient eu le même air ravi que son frère quand on lui annonçait le début de ses congés, et ils avaient cru qu'elle avait l'intention de se marier. Non mais vraiment, quel était le rapport entre inviter quelqu'un à partager des pommes de terre et une cérémonie bizarre pendant laquelle tout le monde pleurait ?

Puis il se présenta, pour faire comme elle, apparemment. Chose qui lui apporta beaucoup de satisfaction parce que ça lui prouvait qu'elle avait réussi à intégrer les mœurs de la plupart des gens. Et oui, puisqu'elle arrivait à obtenir le nom d'un jeune homme qu'elle ne connaissait pas une demi-heure auparavant... Elle écouta attentivement ses paroles, sensible au moindre changement dans sa voix, mais il garda un ton remarquablement égal. Il savait se maîtriser. Chose assez normal chez les personnes émotionnellement bloquées, en fait...

Bon, sinon, il vivait dans un trou. Se prenait-il pour une marmotte, un lapin ? Elle promena un regard suspicieux sur lui pendant quelques secondes, puis revint au reste de ses paroles. C'était un artiste (forcément moins qu'elle, la musique et la poésie touchaient tellement moins les sens que le genjustu...), et quelqu'un de calme. Bien. Son portrait était plutôt cohérent avec ce qu'elle avait observé, en fait... Il aimait le corps humain. Goût étrange. Elle n'avait aucune affection particulière pour le corps, elle le trouvait étrangement proportionné, en fait, en comparaison à une fleur, ou à un papillon. Déjà, le corps humain avait des protubérances là où il ne fallait pas. Un exemple ? Les genoux. Qu'est-ce que les genoux venaient faire sur les lignes qu'étaient les jambes, vraiment ? Elle avait d'autre parties du corps en tête, comme le nez (franchement, un nez, c'est affreux, non ?), mais elle ne fit pas de commentaire, accusant la suite du discours de Kallo (parce que c'était ainsi que se nommait son interlocuteur).

C'était un médecin. Un guérisseur. Un de ceux qui soignent. De génération en génération ? Tiens, et pourquoi ça ? Elle contient la question dans sa bouche mais n'y parvint pas, et elle finit par demander avec intérêt :

« Mais... Dans ta famille, vous avez un gêne qui vous oblige à faire de la médecine ? » Comme quoi, elle retenait quand même ce qu'on lui disait. « Ou une loi bizarre ? » Les lois étaient toujours étranges, de toute façon. « Et si tu avais préféré passer ta vie à compter les brins d'herbe, par exemple ? »

Question innocente et pleine de curiosité. La fin de la tirade du jeune homme l'avait alertée, aussi. Il aimait les expériences. Lorsqu'elle comprit tout ce que cela impliquait, l'enthousiasme la prit et elle enchaîna avec vivacité :

« Oh, je pourrais regarder les explosions, un jour ? »

On aime apprendre des choses ou on aime pas... Etsuko n'avait jamais bien réussi à faire exploser ce qu'elle voulait, mais lorsque ses condisciples shinobi s'y essayaient, elle avait toujours trouvé l'odeur et le bruit amusants. L'effet visuel n'était pas mauvais non plus, mais elle regrettait qu'il fut trop bref, et cherchait quelqu'un capable de le faire s'étirer en longueur. Et puis, de toute façon, elle avait commencé, il y a peu, à essayer d'intégrer une ou deux explosions dans ses illusions et, pour qu'elles soient plus précises et plus réalistes, elle se devait de pouvoir en observer davantage.

Il avait fini en précisant qu'il disait toujours ce qu'il pensait. Elle, non. Les pensées allaient bien trop vite pour que sa langue puisse en suivre le rythme, elle avait déjà essayé et personne n'avait réussi à comprendre les balbutiements qui étaient sortis de sa bouche. Peut être que Kallo avait un débit de pensées moins important, ou une langue plus experte (mais elle en doutait, parce qu'il n'avait pas parlé si vite que ça ces dernières minutes) ... Il avait donc moins de pensées (que cela devait être ennuyeux !), ou pensait moins vite. Les deux cas étaient différents mais proches.

Il termina par déclarer qu'il était enchanté de l'avoir rencontrée. Ah oui, mince, elle avait omis ce détail ! Il devait être plus expérimenté qu'elle dans l'art de faire des rencontres qu'elle, mais tant pis, elle s'améliorerait la prochaine fois. Lui jetant un regard sérieux, elle chercha à analyser le fait qu'il n'ai pas entendu la fin de ses paroles à elle. Hum, non, sur l'instant, ça ne coïncidait pas avec tout ce qu'elle avait pu trouver d'autre, elle s'abstient donc de toute remarque, mais répéta en montrant de la main les insectes rayés tournant encore autour des pensées :

« Tu vois les abeilles, là ? Enfin, je pense que tu les vois, parce que je ne crois pas qu'elles soient le produit de mon imagination. Je sais faire la différence entre une illusion et la réalité, même si peu de personnes en sont capables. Enfin, je suis certaine que tu vois les abeilles. Tu les entends parler ? »

Elle attendit une réponse, qui ne vint pas tout de suite. Probablement Kallo écoutait-il les abeilles pour savoir si elles discutaient entre elles.

« Ce n'est pas parce qu'elles sont timides qu'elles ne parlent pas. C'est parce qu'elles ont un meilleur moyen de communication. Les enchaînements de figures et de mouvements qu'elles décrivent dans l'air... »

La voix rêveuse, la chuunin s'arrêta là. Elle aussi aurait bien aimé pouvoir voler autour de ces jolies fleurs colorées...


L'expression a des frontières, la pensée n'en a pas. (V. Hugo)

MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   Ven 28 Aoû - 15:12

Etsuko : +44 XP
Kallo : +33 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les femmes sont elles plus attirantes que les hommes
» Pourquoi les femmes sont elles absentes à ce forum?
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre-Ville de Kumo-