Partagez | 
 

 [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...   Jeu 19 Mai - 16:10

-Apprentissage Henge no Jutsu-

Un silence de cathédrale régnait dans cet amphithéatre aux proportions minuscules Seul flottait dans l'air l'expression des crins des pinceaux sur le papier. Le petit groupe de shinobis présents avait la tête baissée, cadenassés sur les réponses à retranscrire. Tous? Non, car deux demoiselles discutaient, certes avec un volume limité qui ne rompait en rien les harmonies actuelles, mais avec une attitude disons un peu trop repérable. Toutes deux complètement avachies sur la table, cachant intelligemment leur visage, elles ne semblaient absolument pas concernées par ce travail qui occupaient leurs collègues. Le professeur, de son champs de vision, avait une vue imprenable sur ces deux cancres. Il délaissa alors son délicieux en-cas et se dirigea sans soulever le moindre son dans son sillage vers ces coquines aux longs cheveux. Il passa sa langue fine sur ses lèvres pour y extraire la moindre miette, tout en grimpant un à un les marches. Puis, une fois arrivé à bonne hauteur, il s'inclina légèrement et fixa de ses yeux coquins les perturbatrices, qui sursautèrent de surprise.

[Shayou] -'Vous parlez de quoi? De chakra? De ninjutsu?'

Les deux adolescentes secouèrent la tête en signe de négation, l'une d'elle semblant même posséder au fond de ses prunelles une bonne dose d'arrogance. Un sillon se creusait très légèrement au coin de la bouche de la blonde, ce qui augurait un sourire. Le professeur fit mine de ne rien voir, et posa l'index sur son menton tout en levant les yeux au plafond. Puis, il claqua des doigts. reprenant son air malicieux.

[Shayou] -'Je sais! Vous parlez de moi!', sussura-t-il.

Il posa les mains sur la table, ce qui causa un basculement du dos à 45°. Son intervention pourtant pleine de légèreté, doublé de son sourire espiègle ne rassurèrent pas pour autant les demoiselles, qui se sentirent acculées. Il fallait bien avouer que Shayou Tasogare n'avait aucunement besoin d'élever la voix pour se faire respecter. Il savait se faire doux et plaisantin tout en faisant passer un message ayant une tout autre signification. La demoiselle aux cheveux d'or qui paraissait faire fi de l'autorité de son professeur sentit un frisson s'emparer de son échine. Intérieurement, elle semblait toujours aussi altière et peu encline au respect du pouvoir en place. Néanmoins, son esprit, plutôt rationnel, l'incitait à l'être beaucoup moins. Elles secouèrent la tête une nouvelle fois de droite à gauche, ce qui, avouons-le, ne surprenait pas le jeune homme. Il fit toutefois une moue qui se voulait faussement déçue. Son front se plissa et ses sourcils remontèrent.

[Shayou] -'Mince! Il y en a un plus beau que moi, visiblement...'. Il esquissa un sourire aux deux pipelettes, avant de tourner les talons et de redescendre vers son bureau. 'On ne parle pas d'autres mecs que moi dans ma classe, ou bien on le fait en toute discrétion. Vous êtes des ninjas, alors tâchez de mieux utiliser vos compétences.'

Sa voix était beaucoup plus lumineuse pour le coup, ce qui ne manqua pas de susciter un fou rire général de la part de toute la classe qui se moquait des deux adolescentes. Pourtant, ni l'une ni l'autre ne paraissaient en retirer la moindre honte. Au contraire, une expression de satisfaction se figea sur leur joli minoi, ce même si cette crainte précedemment ressentie n'avait pas complètement disparue de leur regard. D'ailleurs, elles tremblaient légèrement. La main de la blondinette frissonnait encore lorsqu'elle enfonça ses doigts dans sa chevelure, non sans une sensualité quasi-naturelle. Il était fort dommage de voir une attitude si peu féminine habiter ce

corps savoureux à regarder et aux manières délicieusement sybarite.

Vous l'aurez certainement compris, l'une de ces filles était Izumi Togakame.

L'autre? C'est Miku. Miku Neko. C'est ma partenaire en toute circonstance, autant en cours qu'à l'extérieur de l'académie. Dès notre première rencontre, j'ai su qu'on serait super complices. Elle a le même âge que moi et elle est comme moi. On a toutes les deux un caractère de cochon, ce qui fait qu'on s'est disputée un nombre incalculable de fois. Il n'empêche qu'on s'entend comme larrons en foire. Ca reste autre chose par rapport à ce que j'ai connu avec Haya.

Miku est une meilleure genin que moi. Je n'arrive toujours pas à m'y faire, et pourtant, c'est bien le cas. Il faut dire qu'elle apprend le ninjutsu depuis ses huit ans, d'après ce que je sais. Si physiquement je dois approcher son niveau, je suis à des années-lumières de posséder son savoir. Pourtant, avant qu'on se rencontre, sa vie se cantonnait à l'académie. On a coutume de dire qu'un Ninja ne possède pratiquement plus de vie privée, ce qui est une vérité acquise, quoique subjective. Miku n'en possédait vraiment aucune, elle. Je l'ai donc initié aux plaisirs de la vie. On essaie régulièrement de se faire une virée après les cours, histoire de faire du lèche-vitrine, boire un coup ou tout simplement de faire la fête le soir. On rencontre des gens, on se dépense, on célèbre la vie, quoi. C'est certainement ce rapport d'échange équivalent qui fait qu'on nous surnomme les 'inséparables princesses'. Elle m'aide à combler mon retard, et je l'aide à sortir de son carcan.

Je pense souvent à Haya. Je m'efforce de lui envoyer des nouvelles chaque semaine, mais être une kunoichi, c'est très prenant. Pourtant, avec Miku, je me sens bien, si bien que je commence à me sentir coupable. Je commence à me noyer dans le travail ou les sorties en groupe m'occupent l'esprit suffisamment fort pour ne plus éprouver cette honte. Je me demande si c'est normal. Ça doit être la vie, ça aussi, alors j'essaie de vivre avec. C'est comme ces...ce...Non, laissez tomber.


***

Nous retrouvons les deux adolescentes sur la place du marché, assise la terrasse d'un bar. Le soleil se cachait au fil des minutes dans la cime des montagnes environnantes, tant et si bien que les lampions du village, disséminés un peu partout, prirent le relais. Il y avait bien quelques éclairs qui déchiraient le lointain, mais sa lumilère était bien trop brève et discrète pour aider à y voir quelque chose. Toujours était-il que sous une légère brise d'automne, les deux kunoichis discutaient de choses et d'autres. En règle général, cela avait toujours attrait à la journée qui venait de se terminer. Cela pouvait être le maquillage d'untel qui ne lui allait pas, les fringues d'untel qui lui donnaient une allure de clown, sa propre coiffure, les hommes sur qui on mettrait bien le grappin dessus, ou même des cours en eux-même. Il ne fallait absolument pas tomber dans le piège : Izumi et Miku étaient incroyablement nombrilistes, elles avaient la critique facile, elles se prennaient pour les reines de Kumo, mais attention, elles n'étaient aucunement démunies d'un cerveau en état de marche. Il y a fort à parier qu'elles se sont parées de ce type de comportement pour se protéger du monde extérieur et pour attirer le regard de leurs pairs.

Quoi qu'il en fut, cigarette entre des lèvres charnues, elles se remémoraient de l'incident de ce matin-là, lorsque Shayou-sensei les a surpris en pleine discussion. Toutes deux tombèrent d'accord: Il y avait un message caché dans ses propos. Il y en avait presque toujours, de toute façon. Seulement voilà, question discrétion, Izumi avait peut-être du potentiel, mais elle n'avait indubitablement pas les outils d'un shinobi chevronné. Devant son verre de saké, la blondinette pestait contre cet état de fait. Mais très rapidement, elle demanda l'aide de son amie aux grands yeux bleus, qui accepta immédiatement. Elle lui devait une faveur, depuis que la petite adolescente coiffée de très longs cheveux azurés avait demandé à sa compère de parler à ce garçon si appétissant qui jouait du shamisen.

[Miku] -'D'accord, mais on est quitte.', fit-elle d'une voix doucereuse, tout en évacuant la fumée de son corps.
[Izumi] -'Vendu!'

La blonde aux formes devenues plus féminines qu'elle-même dégomma son verre d'alcool d'un trait, lui soutirant une grimace. Puis, toutes les deux partirent en direction de l'académie, un endroit parfaitement adapté où rien ne manque. Et, sur le chemin, alors qu'Izumi et Miku s'avançaient dans la pénombre, elles firent une rencontre incongrue, celle de Shayou en train de sortir de la boulangerie, un gros sac à la main et une grosse chocolatine fourrée dans sa bouche. Il haussa les sourcils, cette fois-ci sans surprise feinte.

[Shayou] -'Hmpff...Hmmpfffpp mmhfffppmm! Mpfffhh!'

Les deux filles se regardèrent instinctivement. Définitivement amusée par ce professeur, elle se retinrent d'exploser de rire. Cela ne demandait qu'à sortir, remarquez...L'homme conserva son assurance, passant outre sur ce qui aurait pu le rendre dégoûtant aux yeux des deux genins. Il saisit sa viennoiserie d'une main ferme et croqua la partie enfouie dans sa bouche. Après quoi, il engloutit avec voracité le morceau, attendant d'avoir avalé la dernière miette avant de s'exprimer. Miku et Izumi n'attendirent pas cet instant pour engager la discussion.

[Miku] -'Vous êtes toujours en train de manger, on dirait...'
[Izumi] -'J'ai lu quelque part que ce genre de truc était plein de cholestérol, et que vous risquez l'obésité et l'arrêt cardiaque si vous en mangez trop. Faites attention Shayou-sensei.', acquiessa-t-elle.

Le professeur manqua de s'étouffer doublement en entendant ces propos. D'une part, il n'appréciait pas ces marques de respect qui lui donnait dix ou vingt ans de plus. Et puis, il était surpris de constater ce genre de connaissance de la part d'une élève plutôt située dans la moyenne. Agréablement surpris, bien sûr. Il ne s'était pas trompé sur son compte, après tout. Il avait bien eu quelques doutes, mais il savait raisonnablement qu'une fille présente à ses cours ne pouvait pas être si...nulle. Toujours fut-il qu'il intervint, résigné mais amusé.

[Shayou] -'A tous les coups, c'est Akai qui t'a mis ça en tête. Elle est aussi flippante que ses serpents, celle-là...Enfin bref! Vous allez à l'academie?'
[Miku] -'Izumi veut travailler le Henge.', fit-elle dans un franc sourire, d'où s'échappait une légère touche de moquerie.
[Shayou] -'Alors je viens avec mes deux élèves préférés. L'éthique m'interdit de vous laisser livrées à vous-même! Et puis, la galanterie...'

L'éthique ne lui avait jamais dicté ce genre de comportement, pas plus qu'Izumi et Miku ne fussent ses élèves préférés. Shayou mentait effrontément, mais sans montrer le moindre indice qui pourrait le corroborer. Mais ces deux jeunes femmes étaient très jolies. Non pas qu'il eusse envie d'en avoir une pour lui, mais le professeur aux cheveux orangés était un séducteur patenté. Il ne pouvait pas s'empêcher de charmer la moindre demoiselle ayant de l'allure qui croisait son chemin. Par ailleurs, étant ses élèves, il voulait faire en sorte d'établir une sorte de lien, très professionnel mais très proche à la fois.

Les demoiselles aquiessèrent, pensant que l'aide d'un professeur tel que Shayou serait une aide indéniable. Elles étaient folles de laisser passer une occasion pareille. Aussi se mirent-ils en route vers l'académie de Kumogakure no Sato. Et quelques minutes plus tard...

[Miku/Izumi] -'Je peux avoir un pain au chocolat? Steuplééééééééééééééééé!', déclamèrent-elles, en coeur, tout en usant des charmes mis à leurs dispositions.

Miku est très belle. Elle l'est presque autant que moi, d'ailleurs. Quand je l'ai rencontré, elle ne l'était pas autant. Elle ne prenait pas vraiment soin d'elle. Mais elle avait ce potentiel, déjà. Cela étant, je dois bien avouer que si elle en est là, c'est en bonne partie grâce à moi.

Enfin, toujours était-il que c'est comme ça que Shayou-sensei s'est mis en quatre pour m'apprendre ce jutsu. Cela m'a pris...je sais pas, moi...deux bons mois, il me semble. Le problème, c'était que mon contrôle du chakra était beaucoup trop fluctuant. Il parait que le mien n'est pas commun. Il m'a dit que je suis d'affinité Suiton, ce qui nécessite une appréhension différente d'une affinité Raiton comme celle de Miku ou Shayou. Je devais certainement avoir l'air d'une idiote bonne à rien. Je n'ai appris que plus tard que deux mois, ce n'est vraiment pas si mauvais que ça...

MessageSujet: Re: [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...   Ven 20 Mai - 17:56

Durant plusieurs semaines, Izumi travaillait sans relâche sur la maîtrise du Henge. Tout cela passait immanquablement par la maestria du chakra, et il fallait bien reconnaître que la blondinette manquait de repères dans ce domaine. En effet, le parcours inhabituel de notre amie posa bien plus de problèmes que prévu. Son profil était digne d'intérêt au vue de son potentiel, mais pénétrer aussi tardivement dans les rangs était risqué. Cela éprouvait les capacités de la belle Togakame bien plus qu'il le fallait, et tandis que l'on demandait aux autres d'être à 110 pourcent, elle devait donner 220 pourcent. Ainsi, mental d'acier et labeur acharné devaient être son pain quotidien, ses maîtres mots, ses seuls amis pour ainsi dire. C'était la raison pour laquelle les hautes instances lui avaient assignés deux ou trois jours par semaine à l'académie, à suivre et intégrer les cours des premières années dans un délai quasi-surnaturel. Pourtant, jusque là, elle était parvenue à ingérer les monstres de connaissances.

Jusque là...L'apprentissage n'était pas toujours basé sur une connaissance profonde et théorique, elle le savait parfaitement. En fait, son principal défi était de se remettre à niveau sur le plan pratique, ce qui était loin d'être une partie de plaisir. Izumi le savait et se faisait même une joie de relever ce challenge. Néanmoins, elle était bien loin de ce qu'elle imaginait. Là, vraiment, elle mesurait ce psychisme et cette envie qu'il lui fallait pour enfin honorer ce bandeau. Pourtant, en dépit des difficultés, elle se savait possédant les facultés requises, et cela n'avait rien à voir avec un excès de confiance.

En revanche, dans le feu de l'action, elle avait bien du mal à assurer cette puissance qu'on lui prêtait. Sur les tempes surgissaient quelques goutelettes au goût salé, qui perlaient tout doucement le long de son visage, épousant chaque volume avec une infinie lenteur. Assise en tailleur au milieu d'une grande salle circulaire, les bras croisés et les paupières closes, l'adolescente aux courbes pleines de rondeurs essayait de contrôler ses tenketsus sous l'oeil attentif de son sensei. Sans grande réussite, à vrai dire. Plusieurs minutes durant, Izumi cherchait à visualiser cette énergie qui regorgeait dans les méridiens. Pourtant, elle rouvrit ses yeux, fronçant les sourcils et respirant lourdement. Elle décroisa alors ses jambes et s'effondra sur le sol de pierre. Sa nervosité se répandait autour d'elle comme le ferait l'odeur de tabac, malsaine et odorante. Elle frappa de la main le relief plusieurs fois, maudissant ce nouvel échec. Shayou s'approcha de son élève, la survolant alors de sa tête. Tel une poutre qui soutiendrait une toiture, il conservait calme et sourire, de sorte à perpétuer une certaine motivation à travailler. Mais la jeune Togakame ne l'entendait plus trop de cette oreille.

[Shayou] -'Essaie encore.'
[Izumi] -'J'ai plus envie! C'est chiant et ça fait six heures d'affilé que je suis dessus! Allons plutôt faire les magasins...'

Elle n'avait pas plus de remords que ça. Son sourire réapparaissait et ses ravissants yeux verts pétillaient d'ailleurs immédiatement après l'évocation de cette soudaine envie. Et même si c'était à son professeur qu'elle s'adressait, elle n'avait pas plus de remords que ça. Encore pantelante, elle n'hésitait absolument pas à exploiter les failles de chacuns. Et de cela, elle n'en éprouvait pas plus de remords que ça. De l'audace, elle n'en manquait absolument pas, et c'est peut-être ce qui plaisait tant aux chefs. C'était un trait de caractère relativement peu fréquent dans un monde régit par la prudence et le calcul.

[Shayou] -'Stop les caprices de princesse, miss. Allez, hop! Tu veux revenir au niveau de tes camarades, oui ou non?'
[Izumi] -'Mais j'en peux plus, moi!', lacha-t-elle, entre deux soupirs.

Shayou observait la fille à bout de force. Puis, après une courte analyse de la situation, il prit place à côté de son élève, pliant un genou et posant une main au sol, de façon à ne pas trop forcer sur les muscles abdominaux et dorsaux. Après quoi, il regarda son vis-à-vis sans réel but précis. La demoiselle à la longue crinière dorée se perdait dans la toiture de la salle, parfaitement sphérique et richement sculptée. De l'eau semblait d'ailleurs suinter des parrois avec un silence mystérieux. Les jeux de lumière des torches enflammées dans les contours de la pièce instillait un doute raisonnable quant à l'existence ou pas d'une veine aquatique qui chatouillerait la pierre.

[Shayou] -'Alors prends le temps de souffler.'
[Izumi] -'Shayou-sensei...On est où exactement? On dirait qu'on est...à l'intérieur d'une montagne...'

Shayou continuait de cribler de regard le mur qui lui faisait face.

[Shayou] -'Il parait que Sakae Samura, créatrice de Kumo, l'a elle-même construit d'un seul éclair. D'ailleurs, si tu regarde bien...'. Il pointa de sa main libre tous ces corps taillés dans les murs, qui semblaient à la fois prisonniers de la pierre tout en voulant en sortir. '...si tu pars de là et que tu tournes de gauche à droite, tu pourras y lire l'histoire de Kumo.'

Curieuse, Izumi força sur les muscles qui constituaient sa ceinture abdominale et se releva. Sa souplesse et sa force était telle qu'elle n'eût aucun besoin de lever ne serait-ce que d'un millimètre ses jambes, qui restèrent clouées au sol. Elle passa ses doigts dans ses cheveux lisses, puis se frotta le cou. Elle s'aida alors des mains pour se mettre en position verticale. Une certaine grâce mêlée à de la maladresse s'en dégagea. Puis, elle s'approcha des murs. Ses mains délicates frolèrent la parroi. Il y avait de la fascination dans ces yeux qui observaient et analysaient l'ouvrage.

Don ou pas, Izumi avait cette capacité à regarder les oeuvres d'arts en s'imaginant comment elles furent réalisées au préalable. C'était valable pour les sculptures, les tableaux, mais aussi pour les parchemins ou les livres. Elle se figurait dès son premier regard comment untel ou untel avait bien pu découvrir ce jutsu ou comment l'invention de la roue était-elle survenue. Elle se surprenait par l'imagination qu'elle déployait pour élucubrer que le ninja qui avait inventé le Suimen Hokouno Waza s'en servait pour regarder discrètement les scènes coquines d'un couple. Là, en l'occurence, elle était tout simplement émerveillée par la qualité du travail et les prodiges de l'époque. Kumo n'était pas si vieux, mais en arriver là avec si peu d'outils...Elle souriait, tandis que Shayou se releva. Il apposa une main sur l'épaule de son élève après l'avoir rejoint, elle qui restait rivée sur le mur, comme fascinée.

[Shayou] -'Ca t'inspire?'. Son interlocutrice hocha la tête sans prononcer le moindre mot. 'Alors vas-y...'

Izumi eut du mal à quitter des yeux cette fresque aux dimensions titanesques, mais elle se sentait effectivement surchargée d'une énergie nouvelle. C'était inédit, et tellement surprenant. Shayou avait trouvé certes un condensé de mots mais au pouvoir immense. Jamais on ne lui avait fait la remarque, et elle put mettre d'autres perspectives en place. A l'arrogance et le caprice succéda l'envie de mieux faire et de se surpasser encore et encore. L'adolescente se repositionna au centre de la pièce, là où convergerait toutes les ondes créatrices. Elle tomba volontairement sur ses fesses, en maitrisant sa chute. Après quoi elle entrecroisa ses jambes, puis fermait les paupières une nouvelle fois, tandis que le professeur observait silencieusement le déroulement des évènements.

Son chakra n'était pas comme celui de Shayou ou Miku. Ca, elle pouvait s'en rendre compte de par le discours qu'ils tenaient, tous les deux. Soit disant était-il lumineux et fougueux, inconstant et insaisissable. C'était tout le contraire qu'elle ressentait au fond d'elle. Izumi visualisait ses méridiens. Ses notes l'aidait indéniablement dans cette tache. Pourtant, elle éprouvait de la chaleur et un bien-être, comme si un manteau de tranquilité recouvrait son être. Et pourtant, il y avait comme une part de noirceur qui semblait dormir et attendre son heure. A cela, Izumi était perplexe. Elle mit cette curiosité sur le compte d'un exercice mal réalisé, voire d'une sorte d'effet secondaire.

Quoi qu'il en fut, la belle Togakame sentit cette énergie spirituelle transpirer de chaque poils, chaque bulbe, chaque fragment de peau. C'était léger, comme si le chakra empruntait une fine rigole, alors que cela ne demandait qu'à traverser une rivière, un fleuve, une mer. Le potentiel était infini, mais pour l'heure, la maitrise des flux de chakra ne demandait qu'à se concrétiser. Pour l'heure, son but était de maximiser la circulation énergétique, laquelle irait se mélanger à sa vitalité grace à une savante utilisation des méridiens et des tenketsus agissant tel un réseau de voies ferrés. Sa respiration se fit plus insistante, ses poumons emmagasinant toujours un peu plus d'air saturé en oxyde de carbone. Ses yeux se mouvaient dans leurs écrins, alors que son visage demeurait imperturbable. Et puis, l'espace d'un instant, alors que son système nerveux faisait parvenir informations sur informations, Izumi changea de figure dans un air chargé en particules blanchâtres. C'était peu, beaucoup trop peu pour un genin. Le rideau de fumée commençait à peine à disparaître qu'elle reprit déjà son physique ravissant.

Shayou n'avait peut-être pas vu la scène, de même qu'il faudra infiniment plus d'entraînement, mais Izumi y était parvenu. Pour ce que cela vaut...

Demande de validation
Henge no Jutsu : Métamorphose

MessageSujet: Re: [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...   Ven 20 Mai - 19:13

    Izumi ( Niveau 2 )
    : +0% Bonus Inclus
    : +27 XP - Technique validée

    : C'est une très bonne première session que tu nous offres à lire =) j'ai apprécié ton humour subtile et la manière dont tu as interprété Shayou. C'est très réussis et tout à fait " assez " pour valider ta technique. Continue comme ça !

MessageSujet: Re: [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...   Mar 24 Mai - 13:02

-Entrainement Bunshin no Jutsu-

[Izumi] -'Shayou-sensei! Shayou-sensei!'

L'adolescente fonçait à toute allure à coup de grandes enjambées. Ses cheveux voguaient au gré de chaque mouvement musculaire. Il était vraiment intéressant de constater à quel point la petite blonde dégageait une grâce féminine plutôt limitée. C'était une constante, et même s'il n'est pas nécessaire de le rappeler à la moindre occasion, il fallait bien reconnaitre que son attitude tout en puissance était en parfaite rupture par rapport à son corps voluptueux. Pourtant, Izumi avait fait énormément d'effort pour dégager sensualité et douceur, et elle en faisait encore. Mais force était de reconnaître que le naturel revenait à la moindre occasion.

Toujours était-il que la kunoichi arriva à hauteur d'un Shayou tranquille à l'appétit décidément toujours aussi aiguisé. Si sa bouche n'était pas occupée à mâcher encore et encore, il y aurait eu fort à parier qu'il fusse au contraire pressé, pressé de quitter l'académie pour aller acheter des pâtisseries, incorrigible qu'il était. En tout cas, Izumi posa ses mains sur ses cuisses et courba l'échine de façon à pouvoir reprendre son souffle. A la suite de quoi, au milieu des quelques élèves circulant encore dans les couloirs, elle fit d'une voix délicieusement aigüe et empreinté de stress. Ou bien était-ce de la peur...

[Izumi] -'Shayou-sensei! Vous devez absolument m'aider!'

L'homme paré tel Arlequin ce jour-là avec sa cape et son pantalon aux motifs de losange semblait tirer un réel plaisir à l'écoute de cette supplication. En réalité, cela ressemblait plus à un ordre en bonne et due forme, mais le professeur en retirait quand même un certain plaisir. Son sourire venait d'ailleurs déformer son visage. Il avait appris à connaître son élève, et même s'il savait qu'il devrait se formaliser, il n'en fit rien. Les deux grandes émeraudes d'Izumi étaient irrésistibles, et pour tout dire, cette dernière possédait bien plus de charme qu'à l'accoutumée lorsqu'elle faisait les gros yeux. Non pas qu'elle était énervée, elle était plutôt vexée. Elle n'avait jamais pu cacher quoi que ce soit, la faute à un visage et à un corps beaucoup trop expressif. D'une voix doucereuse, il entra dans le jeu la demoiselle.

[Shayou] -'Quoi? Tu veux des chocolatines?', fit-il, amusé.

Il tendit le sac qui contenait les friandises qui crépita légèrement en se froissant. Le visage d'Izumi se crispa plus encore qu'il ne l'était. L'impatience se lisait sur le regard de la demoiselle, de même qu'un peu de colère, certainement provoqué par ladite impatience. Elle n'aimait pas qu'on joue avec ses nerfs, et Shayou jouait sur cette corde.

[Shayou] -'Je sais que tu meurs d'impatience de m'avoir à tes côtés, mais c'est pas la peine de prendre cette expression-là.'

Très calme, un autre sourire vint s'échouer sur la bouche de Shayou. Curieusement, il adorait provoquer Izumi. C'était bien en dehors de ses prérogatives de professeur, mais il fallait reconnaître que les réactions excessives de la genin suscitaient énormément de comportements différentes. Si beaucoup s'en exaspéraient, d'autres comme Shayou ou Miku aimaient s'en amuser. En tout cas, personne ne restait indifférent bien longtemps face à une boule capricieuse et égocentrique telle que la kunoichi. Miku, justement. C'était le sujet de son inquiétude.

Izumi maîtrisait de mieux en mieux son chakra. Ses métamorphoses étaient de plus en plus précises, et son égo grandissait au même rythme. Miku, qui n'était pas en reste, faisait en sorte d'être un niveau au dessus. Dans les faits, cette dernière restait toujours la plus expérimentée des deux. Dans les esprits, en revanche, la question était loin d'être tranchée. Aussi, après une dispute un peu plus virulente que d'habitude, elles convinrent toutes les deux d'une sorte de compétition arbitrée par Shayou au cours de laquelle la perdante serait au service de l'autre pendant une courte semaine. Ne vous y trompez pas, ce serait une véritable punition que Miku comme Izumi aurait du mal à avaler.

C'est faux! Complètement faux! On ne se disputait pas, on avait juste une discussion un peu soutenue...Je lui disais juste que j'étais tout près d'être plus forte qu'elle, et elle me disait que je pouvait toujours m'acharner, il me faudrait un bon moment avant d'avoir son niveau. Et comme on arrivait pas à se départager, on a convenu d'une compet'.

Question mauvaise foi, Izumi n'était pas en reste...

Toujours était-il que Shayou écoutait son élève, amusé par sa façon de raconter. Il ne doutait pas des différences qu'il pourrait trouver si d'aventure il écoutait Miku. Pourtant, cela ne s'arrêtait pas à une simple question d'arbitrage. Il pouvait le sentir venir depuis le départ, à la manière dont la jeune Togakame amenait les choses et au ton qu'elle employait. Même dans sa gestuelle, n'importe qui pourrait déceler cet indice qui vous dirait qu'il y a anguille sous roche. Toujours en train de dévorer son repas, il écoutait son élève, avant de l'interrompre en plein milieu de sa plaidoirie.

[Shayou] -'...Et donc, en plus d'arbitrer votre crépage de chignons, il faut que je t'entraine...C'est ça?'
[Izumi] -'Exactement. Le thème de la compétition, c'est Bunshin. Le problème, c'est que...'
[Shayou] -'...le problème, c'est que tu ne connais pas ce jutsu.'

Izumi reprit son air colérique. Elle manqua d'être condescendante, visiblement frustrée d'être interrompue. Le fond du problème, c'était qu'elle savait pertinement qu'elle endossait la peau d'outsider à l'heure actuelle, et qu'elle avait été bien trop orgueilleuse pour accepter un pari pareil. Dès lors, elle avait un besoin quasi-vital d'un cours de rattrapage éclair, afin qu'elle soit prête en une semaine. Encore heureux qu'elles eurent négociées ce laps de temps. Il y avait fort à parier que Miku ne se sentait pas non plus en confiance.

Dans le dédale, Shayou réfléchissait à la proposition. Faussement. Son travail était, de toute façon, de transmettre son savoir à tous les ninjas de Kumo no Sato. Mais il était tellement bon de faire mijoter l'élève qui pêchait par son arrogance continuelle. Et puis, en bon séducteur, il fallait savoir se faire languir. Il ajusta le bandeau qui ornait son front, puis tappa sur l'épaule d'Izumi. Il continua dans la lancée du faux.

[Shayou] -'Je suis vraiment trop faible. Comment je pourrais bien résister à tes yeux...Rejoins-moi d'ici une heure et demi dans le grand hall de l'académie.'

Non pas qu'il n'aimait pas ses yeux. Mais franchement...En tant que shinobi surentrainé, il était assuré -ou presque- de ne pas tomber dans le gouffre exhaltant des atours féminins. En fait, le schéma était des plus simples: Séduire avant d'être séduit. C'était là le lot de chaque charmeur, et Shayou ne semblait pas prêt de craquer. Si c'était le cas, il serait déjà avec une de ces minettes qui peuplent ses classes.

Izumi souriait. Elle évita toute explosion de joie, bel et bien consciente qu'elle serait mal placée tant qu'elle n'aurait pas gagné le défi qui l'attendait...Ainsi se séparèrent-ils. Et tandis que le professeur aux cheveux oranges disparut dans l'angle d'un des nombreux couloirs de l'académie, la demoiselle passa ses doigts dans son épaisse chevelure. Machinalement, elle observait autour d'elle, probablement nerveuse à l'idée de passer une semaine à être la boniche de Miku.

Shayou réapparut à peine quelques secondes plus tard, celui-ci semblant avoir oublié quelque chose. Ses pas étaient légers et lents, silencieux et énergiques. Le professeur avait la tête baissé, un doigt posé sur un menton finement dessiné. Son attitude était sans équivoque, et Izumi se doutait profondément de ce qui allait se produire, à savoir une remontrance dans les règles.

[Shayou] -'Une dernière chose...'

L'intonation de sa voix était devenue beaucoup plus lourde. Malgré un visage qui n'inspirait pas la crainte, il savait passer un message, même le plus sérieux du monde. Cette faculté était franchement impressionnante, et Izumi en eut le coeur tout retourné. Son rachis fut secoué en l'espace de quelques instants. La demoiselle, au contraire de ce qu'elle pensait, n'avait jamais eu le moindre pouvoir, ni même le dessus, ne serait-ce pour une seconde. Ses tempes frémissaient, surprise qu'elle fut de la réaction de l'homme. Ce dernier n'aimait pas particulièrement ça, mais c'était un mal nécessaire...tant que cela l'était qu'une fois tous les trente-six du mois.

[Shayou] -'...je suis pas à ton service. Alors modère tes paroles la prochaine fois. Cette fois-ci, je te préviens. Si ça doit se reproduire, tu ne sauras pas d'où ça vient, mais tu comprendras le message...'

MessageSujet: Re: [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...   Ven 27 Mai - 19:50

Spoiler:
 

Je ne saurais dire ce qui a bien pu m'inquiéter à ce point. Sur le coup, je me suis dit que voir Shayou-sensei aussi sérieux avait dû me déstabiliser. C'est vrai, je l'ai toujours considéré un peu comme un bon copain particulièrement doué dans les arcanes du ninjutsu. J'avais vraiment toujours eu du mal à lui donner cette étiquette de professeur. Non pas qu'il n'en avait pas la stature, au contraire. Mais de l'avis de tous les élèves à qui j'ai pu parler jusqu'alors, il ne semblait pas vouloir adopter une quelconque position de force avec nous, du moins pendant ses heures de travail. On ne s'en est jamais plaint, tous autant que nous étions. C'était, et ça l'est toujours d'ailleurs, un exemple à lui seul. On pourrait certainement dire un exemple parmis tant d'autres, parce qu'après tout, sa façon d'enseigner n'était peut-être pas la meilleure, pas plus qu'elle n'était la pire. Dans les faits, il n'y a jamais eu de méthodes meilleures qu'une autre, c'était un jugement bien trop subjectif. C'est l'étudiante en médecine qui parle, mais aussi la genin observatrice.

Toujours fut-il que ce fut un choc de le voir si sérieux. Remarquez, avec moi en tant qu'élève, ça ne devait pas être facile tous les jours, je le reconnais bien volontiers. D'ailleurs, avec le recul, il fallait au moins une fois une intervention de cette sorte, autrement je l'aurais mangé tout cru. Il n'empêche qu'il me donna la chair de poule. Et ce n'était que bien plus tard que j'ai compris que ce n'était pas simplement dû à la différence d'expression qu'il avait affiché ce jour-là. Il y avait quelque chose de bien plus profond dans ce mal-être, quelque chose d'indéchiffrable et de terrifiant. Mettre le doigt dessus me prendra des années et des années, alors je vous passerai les détails pour l'instant. Revenons plutôt quelques minutes après que j'eus essuyé les quelques reproches de Shayou-sensei.

Il était reparti avec une extrême légèreté, comme si rien ne s'était passé. C'en était déconcertant, mais pas si étonnant en y regardant plus près. Après tout, il n'y avait pas de quoi casser trois pattes à un canard. Tout ça n'était guère plus qu'une mise au point entre élève et professeur, et probablement aussi entre deux personnes qui s'appréciaient. Car je l'appréciais, ce vilain petit gourmand. Et je sais qu'il m'appréciait, lui aussi. Oui, je suis obséquieuse par moment. Oui, je suis véritablement orgueuilleuse et incroyablement vaniteuse. Et ça gêne beaucoup de gens, à commencer par lui et Miku, très certainement. Mais eux-même, ainsi que beaucoup d'autres m'avouaient déceler chez moi un je-ne-sais-quoi qu'ils ne trouvaient chez personne d'autre. Et Shayou m'avait fait part d'un détail chez moi pendant cette semaine particulière qui le troublait. Cela relevait certes de l'intuition plus que de l'observation, de sa propre confession, ou plutôt des deux à la fois. Lui-même n'était pas le mieux placé pour affirmer quoi que ce soit. Ceci étant, le flair demeurait le flair, et s'il est là, c'est qu'il y a matière à renifler...


Izumi avait profité de l'heure et demi de répit pour faire un court détour chez elle, afin de se changer. Au fil des mois qui l'ont vu perfectionner peu à peu son art, elle s'est découvert une propention plus ou moins dérangeante à la superstition. Ainsi, à chacun de ses entraînements au ninjutsu, elle s'était aperçu qu'elle était nettement plus performante vêtue d'un yukata. Elle, femme de science, savait pertinemment que ce type de croyance relevait plus de la naïveté ou de la crédulité que d'une vérité scientifique. Pourtant, c'était bien parce qu'il y avait des conséquences vérifiables et quantifiables que la superstition était aussi répandue. La science se basait par ailleurs sur une réalité commune, elle-même basée sur une foule d'observations et de facteurs. Aussi, si son coefficient de réussite était plus élevé avec ses habits fétiches que sans, fallait-il en conclure que ses habits étaient à l'origine de ce coefficient? Rien n'était moins sûr. En tout état de cause, il fallait bien qu'elle envisage ce cas de figure. Elle l'envisageat, et même plus encore, elle vécut avec.

Son frère était là, comme d'habitude. Il passait tout son temps dans la maison familiale à sculpter dans sa chambre. C'était pour ainsi dire son métier. Sauf qu'en l'occurence, à peine Izumi eut-elle fait coulisser la porte faite de bois et de papier après avoir parcourut les deux kilomètres qui séparait l'académie de son domicile à toute allure sous un déluge de tous les diables, qu'elle reçut sur un long morceau d'étoffe plutôt épais sur le visage, sans le moindre avertissement. Yûhi avait entendu pester sa jeune soeur depuis la fenêtre de sa chambre, et par ailleurs, cette dernière n'était pas quelqu'un de discret dès lors qu'il s'agissait de rentrer chez soi. Elle était surprise -qui ne le serait pas-, et retira la serviette de sa tête la seconde qui suivit. Elle applaudissait, ironique, tandis que l'eau gouttait le long du corps de l'adolescente, suivant chaque courbe et s'échappant allègrement de sa longue crinière dorée par des pointes plaquées sur le dos, notamment. Son regard et ses lèvres, encore humide, assuraient le spectacle en empruntant un air faussement méprisant. Cela pouvait s'apparenter à de l'amusement, mais cela n'était pas tout à fait le cas. Cela y ressemblait, néanmoins...

[Yûhi] -'Ca t'évitera peut-être de tout salir pour la énième fois. Je te rappelle que c'est pas toi qui nettoie...'

Elle dénoua rapidement les lanières de ses chaussures sans même bomber le tronc, puis les ota. Quelques perles transparentes s'écrasèrent sur le parquet, tandis que la demoiselle se rua lourdement vers les marches en bois qui l'amenait à l'étage où se trouvait sa chambre. Elle ne manqua pas de laisser des petites flaques incrustées de terre dans son sillage, au grand dam de son frère. La voix aiguë et trouble de la kunoichi trahissait une certaine fatigue, comme de l'essoufflement.

[Izumi] -'Désolé, mais j'ai pas le temps, je suis attendue dans une heure!'
[Yûhi] -'Tu dis toujours ça! Tu m'agaces!', hurla-t-il depuis un salon extrêmement épuré.

Leur relation avait toujours été plutôt conflictuelle. Cela était le cas depuis qu'Izumi était en âge de parler, et c'était toujours le cas. Tout était prétexte à dispute, sur n'importe quel sujet ou n'importe quel décision. Pourtant, ces deux-là s'entendaient excessivement bien. Ces temps-ci, le principal casus belli des deux frères étaient le ménage. Avant même qu'elle n'ait l'idée de devenir une shinobi, l'adolescente affichait énormément de réticence à nettoyer la maison. Or, depuis, c'était encore pire, et l'ironie dans l'histoire, c'était que ses excuses étaient toujours justifiées. Plus ou moins, en tout cas. Yûhi faisait avec de toute façon, et la frangine le savait pertinemment.

Le grand frère, avec ses courts cheveux blonds, agenouillé au bord d'une table basse, aspira mécaniquement une bouffée de nicotine, avant de reprendre du bout des doigts la cigarette par le filtre. Il souffla la seconde suivante une longue volute de fumée. Il posa en alors un grand morceau de papier sur la table qui lui faisait face, un sourire légèrement crispé en marge de ses fines lèvres. Il ramena ses lunettes teintées sur le haut de l'arête de son majeur, puis s'esclama de nouveau avec le volume approprié pour ne pas manquer de se faire entendre.

[Yûhi] -'Au fait! Père arrive dans deux mois!'

La jeune genin sortit bruyamment de sa chambre encore finement vêtue. Elle s'arrêta net peu avant la plus haute marche et lança la tête passer l'ouverture qui donnait sur le salon. Ses yeux ne cherchaient pas nécessairement son frère. Cela ressemblait plus à un réflexe, certainement pour que sa voix ait plus ampleur.

[Izumi] -'Deux mois? Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir lui dire au sujet de Shin?'
[Yûhi] -'Ne me le demande pas, c'est lui qui a pris sa décision, je vois pas pourquoi on aurait à souffrir de ça.'
[Izumi] -'Mais...', chuchottait-elle.

On pouvait percevoir de l'inquiétude sur les traits de la cadette. Plus encore, on sentait que quelque chose voulait sortir de sa gorge, sans le moindre résultat. Les mots restaient silencieusement enfouis dans les poumons d'Izumi. Le contenu concernait très certainement au sujet de ce Shin, son deuxième frère. Ce dernier, buté comme il était, avait décidé de partir du domaine familiale pour vivre une vie de bohème dans le monde. C'était dangereux, mais ni Yûhi, ni Izumi ne purent le convaincre d'attendre. Il avait 15 ce jour-là...

Izumi retourna s'habiller dans une certaine apathie. Elle se demandait encore ce qu'elle pourra bien dire à son père pour justifier son incompétence à veiller sur son petit frère. Mais rapidement, son entrainement en vue du concours prit le pas sur toutes ses autres pensées. Elle se couvrit d'un large Yukata blanc, uni et de très bonne facture à en juger au tissage et aux coutures. Elle rangea sa longue chevelure dorée sur sa poitrine, puis redescendit d'un pas très soutenu. Machinalement, elle sortit par le balcon pour vérifier si la colère divine s'était tut. Après quoi, elle retourna à l'intérieur, posa ses lèvres sur la joue de son frère, et s'en alla à l'entrée pour ôter ses chaussons et mettre les sandales qui allaient avec ses habits.

[Izumi] -'J'ai mis un peu le foutoir dans la salle de bain, tu pourras la nettoyer?'
[Yûhi] -'J'en étais sûr! Espèce de...'

Et tandis que Yûhi crachait mot après mot, Izumi s'en alla sous une petite averse vraiment très fine. Le ciel grisâtre couvrait la tête de Kumo, et plus encore. Il devait pleuvoir jusqu'à perte de vue. Elle était décidément bien trop éprise de ces mesquineries entre frères.

***

[Shayou] -'Voilà. Tu devrais être prête, maintenant. Fais-moi encore un essai pour le fun, et tu pourras t'en aller.'

Izumi hocha la tête, toute en sueur et essoufflée qu'elle était. Elle ne rechignait pourtant pas à recommencer. Au contraire, il y aurait eu fort à parier que même sans la demande de son sensei, elle serait retournée au combat. La raison? Elle se sentait bien dans l'effort. Elle sentait qu'à chaque coup de pédale, elle avançait d'autant dans la maîtrise de la technique. Même si ses jambes flageolaient à en jouer un air plutôt amusant, même si son cerveau faiblissait de minute en minutes, même si elle sentait son énergie se dissiper dans les airs, elle ressentait le besoin d'aller encore plus loin. Au-delà de cette sensation vraiment curieuse, il y avait probablement aussi cette envie de s'expérimenter
soi-même, de savoir de quoi étions-nous fait, jusqu'où pouvait-on aller, quelles pouvaient être les conséquences d'un excès d'utilisation du chakra. Shayou sentait probablement cette limite pratiquement atteinte, d'ailleurs...

Izumi s'exécuta, malaxant autant que possible les énergies qui lui restait. Ses paupières fermées, elle s'efforça de diriger hors de son corps tout en en conservant un contrôle suffisant, afin de lui donner la forme voulue. De temps à autres, on pouvait constater quelques mouvements occulaires, comme si la jeune kunoichi rêvât. Ses doigts fins s'entremêlèrent de sorte à effectuer une série de taos. Péniblement mais sûrement, les énergies ainsi mélangées coulaient et s'écoulaient le long du corps de la kunoichi telle l'eau d'une source qui frôlait doucement les corps immobiles sur son passage. Et alors, dans la grande pièce taillée dans la pierre, un écran de fumée se forma de nulle part, les cheveux d'Izumi s'élevant brutalement, elle-même disparaissant dans les volutes de vapeur. Quelques secondes plus tard, lorsque le condensat se dissipa, elle réapparut prostrée sur le sol, éreintée. Il y avait fort à parier qu'elle s'écroulât bien avant d'avoir aperçue un éventuel clone.

Le sourire de Shayou ne laissait pas transparaître le moindre indice, mais il ne faisait aucun doute qu'il affichait une franche satisfaction vis-à-vis de son élève. Mieux, il semblait avoir trouvé quelque chose digne de curiosité, comme l'ombre d'un trésor. Il était loin de posséder un regard intéressé, mais il lui était évident qu'un tel potentiel ne devait pas être utilisé à la légère. Sa vie toute entière était vouée à l'enseignement, et ce n'était pas une élève au-dessus du lot qui allait changer cet état de fait. Néanmoins, il sentait de sa responsabilité de lui parler de ses états d'âme.

[Shayou] -'Ton chakra est d'une grande pureté. Mais tu sais ce qu'on dit...Même le diamant le plus pur doit être taillé par le meilleur outil pour rayonner.'

Izumi paraissait interloquée, ce que très vite elle corrigea avec un sourire plein d'assurance et d'insolence, mêlé à une fatigue handicapante. Shayou, lui, semblait montrer quelques réticences à lui faire part de tout cela. Ce n'était jamais bon de donner du grain à moudre aux jeunes genins trop arrogants, et pire encore à une adolescente dont ce mot est à peu près partout dans son vocable.

[Shayou] -'Ce n'est pas parce que nous avons du talent que nous sommes assuré de réussir. Beaucoup avaient ton potentiel, tout comme d'autre ne l'avaient pas, et n'ont pas pu percer dans le milieu. Et vice versa.'

Les mains dans les poches, l'homme se dirigea vers Izumi, lui tendant une main charitable pour se lever. La belle Togakame la repoussa dans un premier temps, cherchant à se relever à l'aide de ses bras. Une douleur lancinante l'empêcha de faire montre de dédain. Elle eut bien l'idée d'une sorte de pirouette verbale, histoire de conserver un semblant de crédibilité. Cela dit, elle prit rapidement sur elle dès que Shayou l'invita à manger une gourmandise. Ce n'était pas qu'elle était proche de ses sous, mais elle avait appris à ne pas refuser de rendez-vous, surtout quand ce n'était pas elle qui payait.

Le lendemain, elle devait affronter Miko dans un combat qui n'avait rien d'une lutte à mort, mais qui déterminerait probablement qui d'elles étaient la plus douée. L'issue de la compétition ne souffrait d'aucun doute, mais personne ne sait réellement jusqu'où il irait par pur fierté...

Demande de validation
Bunshin no Jutsu : Clonage inconsistant

MessageSujet: Re: [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...   Lun 30 Mai - 13:30

    Izumi ( Niveau 3 )
    : +0% Bonus Inclus
    : +28 XP - Technique validée

    : Shayou est sensationnel, c'est à en redemander ^^ tu continues sur ta très bonne lancée et c'est toujours un grand plaisir de lire l'univers comique d'Izumi. Même si le sérieux n'est jamais trop loin, enfin avec Shayou pas loin c'est difficile, mais possible. Continue sur ta très bonne lancée =)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...
» Sous le Feu de l'Entrainement [Takias]
» Demande d'entrainement pour Benjamin Millerand
» Saber Milena [Terminé] (excusez moi pour la longueur --')
» Un entrainement pour les Cheerios ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Kumo-