Partagez | 
 

 Aburame Umi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Aburame Umi   Mar 30 Aoû - 20:38

Nom : Aburame

Prénom : Umi

Âge : 16 ans

Village : Konoha

Affinité : Raiton

Grade Envisagé : Genin

Kekkai Genkai Souhaitée : Aburame


Dernière édition par Aburame Umi le Jeu 1 Sep - 16:41, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Aburame Umi   Mer 31 Aoû - 10:57

Histoire :

- Salut, moi c'est Aburame Umi, même si vous pouvez m'appeler Umi tout court, c'est plus classe. J'ai seize ans, j'aime les pommes, et si je suis ici, c'est parce qu'il paraît que j'ai des problèmes avec l'alcool. Même si moi je dis que c'est pas vrai et que c'est juste l'imagination déééébordante de mes proches. Vous en pensez quoi ?

Un silence lourd de sens accompagna ma réplique. Mais quel était ce sens, lourd tel une plume ou une masse d'hydrate de carbone que t'en voudrais jamais au petit déjeuner ? Mystère et boule de chewing-gum goût cassis. La salle dans laquelle je me trouvais était assez vaste, et meublée de nombreuses chaises. Pour ce qui est de la décoration, pas grand chose sur les murs nus, à part ici et là une fenêtre. Pas plus de quatre comptais-je, histoire de passer le temps. Et pour ce qui est du peuple m'entourant ? Des profils hétéroclites, même si il y a quand même une dominante du genre masculin. Le temps s'écoulait sans que rien ne vienne dissiper cette atmosphère digne d'un bois hanté. Et finalement, je me décidais d'intervenir, afin de sauver les meubles. En l'occurence les chaises dans le cas présent.

- Ça vous dit une partie de cartes ?

_________________________

- Alors, alors, alors ?!

Je lissais négligemment les volants de ma jupe, alors que je grattais ma nuque. En cet été particulièrement chaud, étouffant à vous enserrer la gorge, les démangeaisons étaient monnaie courante. Et les piqûres d'insectes aussi. Une petite rougeur était née, unique, contrastant avec ma blanche peau. Puis, arrêtant de m'y intéresser, je recentrais mon attention sur ma compagne de fortune, la rousse Mana. Ah, Mana ! Quelle longue histoire ... Je n'ai pas le temps de m'y attarder, mais si je le pouvais, je vous conterai toutes les péripéties que nous avions traversées ! Bref, elle avait l'air particulièrement excitée, et je la comprenais ! Je revenais d'un endroit somme toute intrigant, pour ne pas dire carrément mystérieux ! Et j'en étais ressortie vivante, et oui ! Si bien que, avec l'air suffisant que possède ces gens qui sont au-dessus du commun des mortels, je me contentais de répliquer, avec une certaine satisfaction.

- Si tu savais ! J'ai fait un véritable ca-ar-ton ! Je suis arrivée, j'ai vue, j'ai vaincue ! 'faut pas croire, j'ai un énorme talent, et même que j'ai pourfendu le dragon qui ...

- Heu ... On parle bien du même truc ? Parce que bon, là, tout de suite, je pensais plus à l'autre endroit chelou s'tu vois ce que je veux dire !

- Ah, ça. Deux secondes de silence, histoire de trouver mes mots. Bah, on m'a jetée dehors en calant un pas très gentil *Qu'on te revoit plus, sale gosse de douze ans*.

- Ah ouais, ça craint ... Surtout que t'as treize ans quoi ! J'acquiesçais de vive tête, avant qu'elle ne continue sur sa lancée. Nan mais sérieux, j'ai l'impression d'demander un truc pas possible là ... Comment c'est possible que personne veuille nous en montrer ! 'fin j'me comprends ... Sinan, y'aurait pas Setsu qui pourrait nous filer un coup de main ? Elle a toujours été cool (et space, mais ça c'est ton clan).

Je secouais doucement la tête, mes boucles au dégradé violet dansant devant mon visage. Plusieurs envies me tiraillaient, la plus pressante étant principalement de prendre une douche. Mais cette perspective là, celle de rester sur un échec, ne me plaisait guère. Pour ne pas dire qu'elle m'exaspérait au point d'en érafler un mur de granit. Mais que faire, et où le faire ? Nous avions tentés tant d'endroits ! J'étais véritablement décontenancée. Ce trésor sur lequel nous essayions de mettre la main depuis quelques semaines semblait chimère. On en parlait souvent, mais personne ne le voyait. Enfin si, moi je l'ai vu, mais une fraction de seconde. Pis, je l'ai plus senti que vu, avouons-le nous. Si bien que, peut-être, ce n'était que ma folle imagination ...

- Bon bah, le café, ça sera pas pour aujourd'hui ... Marmonnais-je à regret.

Et comme en réaction à mes pensées, un minuscule insecte sortit le bout de son nez de sous ma manche, et vint graviter autour de ma main. La clé était-elle là, tout compte fait ?!

= -^_~0 - 0~_^- =


- Dis, c'était comment la première fois ?

La voix s'éleva au moment où je m'y attendais le moins. Allongée sur mon lit, feuilletant un bouquin pris à l'arrache à la bibliothèque (histoire de faire genre que je travaille), je tournais mon visage vers ma compagne. Il me fallut un moment pour écarter le rideau de boucles mauves de devant mes mauves yeux (et non, pour ceux qui se le demandent, le mauve n'est pas ma couleur préférée) et pouvoir la contempler distinctement. Un air sérieux s'affichait sur le visage de Mana, et je me disais que ça devait être sérieux. Enfin, Mana était toujours sérieuse, ou presque ! Mais bon, je m'autorisais un temps de réflexion, histoire de pouvoir lui apporter la tant escomptée réponse. On recentre les bribes de souvenirs, et on finit par lâcher, une petite moue aux lèvres.

- Un peu humide si tu veux tout savoir !

Elle cligna des yeux. Deux fois, si je comptais bien. L'expression de son visage changea quelque peu, exprimant tout d'abord le doute, puis la perplexité. Et finalement, elle me demanda, d'un air suspicieux. Celui-là même qu'elle prend à chaque fois que je suis à coté de la plaque.

- Je parlais de tes trucs là ...

Mes trucs là. Et bah, comme indication j'avais rarement vue mieux ! Je haussais un sourcil parfaitement droit, histoire de montrer à quel point elle était imprécise. Et finalement, elle fit un petit signe de la tête, en direction de l'étagère. Je levais donc le visage, pour ne rien constater. Enfin, rien constater sortant de l'ordinaire. Mes trucs, cela pouvait bien être mes bouquins ? Mais une première fois avec des bouquins, genre la première fois que j'ai réussie à lire un amas de lettres assemblé ? C'était vraiment bizarre comme question. J'hésitais presque à répliquer que c'était la space ici et pas ma famille (et toc) qu'elle exhala un soupir. Qu'elle passe une main sur son visage. Et que je me comprenne finalement de quoi elle voulait parler. Un de mes innombrables compagnons faisait sa vie, glissant le long d'une de mes mèches avant de retourner à son foyer. En l'occurrence mon corps, trash nan ?

- Je t'avoue que j'sais pas ... Je devais avoir même pas trois ans quand on a m'a amenée au Bois, puis j'ai oublié. 'paraît que c'est douloureux, donc vaut mieux le faire le plus tôt possible et tout et tout. Mais voilà ... Je me souviens pas d'un moment de ma vie où y'avait pas d'insectes en moi. J'ai toujours eu des chatouilles quand ils se glissaient au niveau de mon dos, j'ai toujours eue l'habitude d'en voir certains se noyer quand je prenais la douche ... Enfin, ça me dérange pas perso', j'ai toujours vécue avec ! Et toute la famille aussi ! Enfin, à part pour le grésillement la nuit, parfois c'est clairement abusé comment ça t'empêche de dormir ... Mais voilà !

Mon regard était plongé dans celui de Mana, dont j'avais captivée l'attention. Elle s'était souvent intéressée à ma condition, à ce qu'elle représentait, comment je la vivais, et tout et tout. Parfois elle était lourde, mais je savais qu'elle était sincère. Que j'avais une vraie place dans sa vie. Qu'elle était ma meilleure amie quoi ! Alors j'avais toujours fait l'effort, aussi fatiguée que je puisse être, de lui donner des explications parlantes, même si parfois imprécises.

- Pis, quand même, t'es un peu Yamanaka à la base, nan ? Pourquoi tu lis pas dans mes pensées ?

La concernée eut un petit rire. D'ailleurs, je ne pouvais m'empêcher de la trouver différente de toutes les autres de son clan. Enfin, j'étais bien placée pour dire ça, au sein de mon clan austère j'étais un peu la tagada sur le gâteau. Mais voilà ... C'était peut-être une impression, mais je les trouvais tous volages, superficiels. Et blonds, même si ça c'était un fait avéré. Et Mana, je la trouvais quand même assez sérieuse, même si souvent on se tape des délires. Bref, j'sais pas comment l'expliquer ... Elle est mature ? Peut-être, en tout cas ses boucles carmins ne m'ont pas échappées. Et quand elle m'a dit appartenir au clan, et bah c'était l'incrédulité ! Mais elle m'a prouvée maintes fois que son nom n'est pas usurpé, oh ça non. Sa voix, mélodieuse, s'exprima alors, empreinte d'une certaine moquerie.

- T'es bête ! Bien sûr qu'on peut lire dans les pensées, mais c'est plus compliqué que ça ... L'esprit humain c'est pas un bouquin, on l'ouvre pas et on lit dedans comme ça, genre zou ! Nan, c'est plus dur ... Et y'en a pas beaucoup dans le clan qui en sont capables, en plus ... Ca demande de l'entraînement, de la maîtrise, de l'expérience ... Quand on touche aux gens, ça devient n'importe quoi en général ! Tu vois où je veux en venir ?

- Ah.

La rouquine se contenta de hausser les épaules, et décida de s'intéresser à nouveau au bouquin posé à ses cotés. Je me mordais la lèvre inférieure, pas vraiment satisfaite de sa réponse. Je lui faisais confiance, hein ! Je savais qu'elle n'était pas du genre à mentir, ou à déformer la réalité. En fait, j'étais un peu déçue, voilà. J'aurais aimée avoir un lien plus privilégié. Un quelque chose sortant de l'ordinaire, un quelque chose d'unique. A la hauteur de l'importance que je plaçais en elle. Vous savez, ma vie elle est agréable et tout, mais être gorgée d'insectes ça attire pas forcément les gens. Pour pas dire que ça dégoute, carrément. Bon, c'est sûr, ça dégoute que des gens pas très intéressants, donc je le regrette pas ! Mais le premier contact est toujours pareil. Un mouvement de recul, un frémissement, une moue voir une grimace. Je ne laissais pas indifférente, et pas dans le bon sens. Alors quand quelqu'un vous voit comme la personne que vous êtes, et non comme une Aburame torturée-psychotique à tendance suicidaire, je peux vous assurer que vous pouvez lui exprimer une reconnaissance sans bornes.

Elle est spéciale pour moi, Mana. Elle est la toute première à faire le pas vers moi, à l'amphithéâtre de médecine. Et le truc, c'est qu'elle suit même pas ces cours ! Alors, la chose la plus naturelle s'exprime. Je me sens obligée de dire, l'air de rien.

- Mais t'es pas très douée en fait.

La réplique s'exprima sous la forme d'un ... coussin. Glapissement de surprise en sentant le tact du tissu, puis dans un petit moment d'affolement, issu de l'inconnu, je retire à toute vitesse le projectile. Et voilà que sous le regard pétillant de ma meilleure amie, je ne peux empêcher un fou rire de me prendre. Bientôt rejoins par le sien, et part un nouveau coussin décrivant une valse dans les airs.

= -^_~0 - 0~_^- =


Aujourd'hui j'ai quinze ans. La classe quoi.
Enfin, ça fait deux mois que je les ai, mais je peux pas m'empêcher d'être plus que convaincue que quinze ans, c'est quand même l'âge classe. Je suis sûre que si mes tiques (ou Mushidama, mais c'est plus long) pouvaient s'exprimer elles diraient de même. Mais comme c'est pas le cas, je me le répète inlassablement. Et ça agace pas mal Mana, qui elle n'en a que quatorze, même si je trouve qu'elle les fait trop pas. Donc je vais dire que quatorze c'est aussi un âge classe, histoire qu'elle soit pas jalouse. Dooonc, on commence la journée avec l'habituel rituel matinal, à savoir se lever en toute hâte (vu que je suis ce genre de fille à ne se réveiller que dix minutes avant le début des cours, et oui), prendre une longue douche chaude (qui me met encore plus en retard), pour finalement brosser ma longue chevelure cascadant jusqu'à mes reins ... Et partir en cours ! Enfin, quoi que ... Ouais, j'ai dû griller une ou deux étapes dans le tas. Dont, entre autres, s'habiller et prendre le petit déj', juste ça. Pas le temps de me brosser les dents ou autre truc superflu dans le genre !

Donc, direction rez-de-chaussé ! J'hésite à marteler la porte de grande sœur Setsu, elle risquerait de maugréer et de me traiter de fille adoptée ... Donc bon ! Je descend en toute cabale les escaliers, et là ! Moment critique ! La porte de la cuisine. Je m'arrête devant, m'assure que mes vêtements ne sont pas trop froissés et que ma coiffure est correcte, et je m'avance au devant. Poussant d'un geste limpide et délicat le battant. Donc, à l'intérieur ? Père prenant son café, Mère beurrant un toast, et désormais moi me tenant entre les deux pièces, un petit sourire en coin.
M'inclinant légèrement, en guise de salut, je me laissais tomber sur une chaise après avoir parcouru les quelques mètres me séparant de la grande table en bois massif. Et là, constat de tous les jours : Je me sens un peu hors de propos. Dans le comportement déjà, mais aussi dans l'habillement. Vêtements épais, lunettes de soleil ... Moi je me baladais en jupe et chemise à manches courtes, sans compter ma blouse.
J'avais du mal à m'identifier à ma propre soeur, donc voilà ... Je me sentais un peu comme une paria. Oui, oui, même à mon âge on peut se rendre compte de ce genre de trucs. Le clan, il est composé de gens austères et appréciant beaucoup d'étouffer de chaleur, c'est un fait ! On y rit pas souvent, on dit rarement un mot plus haut qu'un autre, c'est limite si c'est pas les funérailles tous les jours. Mais ça n'en reste pas moins mon clan. Les insectes parcourent mon corps entier, et mes parents m'ont même assurée que je n'étais pas adoptée !

Puis, ils sont adorables et tout. Je les aime, car ils me comprennent et m'acceptent comme celle que je suis.

Et faut dire aussi que de voir des tiques voletaient autour d'eux, ça avait un quelque chose de rassurant ! On se sentait moins monstrueuse (et oui, regards de travers et tout, on est pas si populaires qu'on veut nous le faire croire), et on pouvait même se laisser aller à un humour que seul nous pouvions comprendre. Ils étaient une ancre, voilà. Comme chaque Aburame, même si on en appréciait plus certains que d'autres (le vieux Gatto je l'aime pas par contre, il m'a tirée les oreilles parce que je lui avais pris une pomme de son verger, saleté). Puis, me sentant obligée d'engager la conversation, je me contente d'une banalité, ouvrant aucune et beaucoup de perspectives.

- Vous faites quoi aujourd'hui ?

J'avais prévenue, il fallait pas trop m'en demander le matin ! Mais en tout cas, la réponse tardait à venir. Comme si un toast ou une tasse avait plus d'intérêt que mes maigres mots ... Enfin, je pouvais le comprendre si il y avait un détail particulier ou un truc sortant de l'ordinaire ! Genre des marcs qui écrivent ou dessinent un truc particulièrement joli, genre une tortue ou un nénuphar ! Ah ça, ça m'est jamais arrivé, mais je suis vraiment curieuse. Curieuse du genre que ça me plairait bien de le voir de mes propres yeux. Et c'est à cet instant précis que Père, austère, se contente de répondre avec la sincérité dont il a toujours fait preuve.

- Nous partons en reconnaissance, Umi. De nombreux incendies ont parsémés Yuki no Kuni ces dernières semaines, et ils semblent tous êtres provoqués par une même main. Senjago Azami a de toute évidence perdue la raison ...

Sei soupira longuement, la mine renfrognée. Je ne connaissais de rien cette Azami, mais je connaissais bien son clan. Une petit bande d'excités et de voyous si vous voulez mon avis. Bref, j'en ai rencontrée un, un jour ... Et bah quel jour ! Je m'en souviens comme si c'était hier, ou presque. Mais pour résumer, j'avais sentie le roussi de trop près, bien trop près ... Je secouais doucement mon visage, m'intéressant plus précisément au visage de mes géniteurs. Ils n'exprimaient pas grand-chose, comme d'habitude en fait. Mais pour quelqu'un d'avisé (un peu comme moi), on pouvait sentir la tension. Surtout Père, ça l'a toujours mis mal à l'aise, la confrontation face à des nuke-nin de Konoha. Avec son âge, à défaut de les connaître, il les avait plus ou moins fréquentés. Et ça devait être un poids, même si j'arrivais pas trop à le concevoir. Une tique vint voleter autour de sa tasse, pour finalement se poser sur une de mes mèches. Un petit sourire naquit, alors que je commençais à me servir ici et là des divers ingrédients composant mon futur repas. Il me fallut moins de dix minutes pour achever tout cela, et être prête au départ. Lissant mes vêtements, puis mes cheveux d'un geste négligeant de la main, je me levais pour me contentais de demander, avec ce ton que l'on prend lorsqu'il est question de routine.

- Bon bah, à dans une-deux semaines ?

Kuroe acquiesça, sans ajouter un quelconque mot. J'hésitais à la prendre dans mes bras, même si je savais que ce n'était pas très convenu, ou agréable. Après tout, une fois, j'avais sautée dans ses bras et j'ai entendu un drôle de craquement ... Bref, je m'approchais d'elle, déposant un baiser sur sa joue, me retournais vers Père pour m'incliner face à lui, et finalement je me dirigeais vers la sortie qu'une voix m'interpella.

- Dis moi, sais-tu ce que dit un corbeau à un bureau ?

Je haussais un sourcil, tournant la tête où une expression intriguée trônait. Mais que pouvais-je en savoir, moi ! Je n'avais pas souvent eu l'occasion de fréquenter des corbeaux, moi ! Même si je ne doute pas que ce serait gratifiant d'avoir un camarade à plumes. Ah ça, il pourrait me parler des cieux et des nuages, des pays connus et inconnus ! Mais aussi des cadavres et des moineaux, des sujets m'intéressant quand même beaucoup moins. Cela dit, ça ne m'avançait pas à grand-chose tout cela. Je n'avais aucun semblant de réponse à proposer, si bien que je haussais les épaules, montrant par là mon ignorance sur le sujet.

- Non ?

- Et bien moi non plus.

La réponse arriva naturellement, comme si aucune autre n'avait été possible. J'avais même cru déceler une once d'humour dans son ton, si bien qu'après la première surprise passait, un sourire enjoué se dessinait sur mes lèvres, puis le rire naquit, inondant la cuisine, partagé avec ceux plus discrets de mes familiers. Je la prenais bien en note, histoire de la refaire à Mana, je suis sûre qu'elle appréciera autant que moi, et c'est sous la douce voix de Mère que je quittais le foyer, me dirigeant au pas de course vers une Académie plus que familière.

- D'ailleurs chéri, connais-tu celle de la migale, la souris et ..?

= -^_~0 - 0~_^- =


Vous savez, j'ai un problème avec le fait de payer cinq ryôs pour un soda à la cerise qui a goût de flotte. Alors si en plus, y'a quelqu'un qui vous pousse malencontreusement dans les escaliers, et vous le fait renverser sur votre nouveau chemisier, là, ça donne le ton pour le reste de la journée. Donc, où j'me trouve en ce moment même ? A l'académie, naturellement. Celle là même que je fréquente depuis maintenant huit, neuf ans ? Voilà. Croyez moi si vous le voulez, mais les débuts ont été plus que laborieux ! Je n'avais pas trouvée ma voie, je ne savais pas où était ma place. J'aurais dû rejoindre les cours de Ninjutsu, mais eu égard à mon affinité principale ... Les enseignements donnés ne m'étaient adaptés. D'ailleurs, Mana m'avait glissée un mot là dessus. Comme quoi les affinités déterminaient notre façon d'être et d'évoluer dans le monde. Elle a même avancée que le clan Aburame devait avoir une principale composante Doton eu égard à leurs attitudes imperturbables. Moi j'étais pas trop emballée par l'explication, mais ça pourrait expliquer nos convergences ... A méditer. Quoi qu'il en soit, j'avais tentée sans grand succès de voir comment ça se passer du coté du Genjutsu ou du Taijutsu ... Mais dirons-nous, l'un est trop mystique pour moi (pour pas dire que c'est un truc de psychopathe, désolée Mana !) et l'autre trop primaire (cro-magnon, toussah !).

Bref, j'étais un peu au point mort. Jusqu'à ce que je découvre la voie de l'Eisei-nin.

Compliquée à souhait, presque autant que celle des illusions.

Mais épanouissant, même si pourtant mon rêve dans la vie n'a jamais été de sauver des vies. Et oui, j'suis pas assez mature pour ça, mais y'a quand même une grande satisfaction en voyant la souffrance s'envoler et les plaies se refermer.

J'avais rejoins l'amphithéâtre à la hâte, histoire de me mettre à l'abri d'un quelconque accident. A mon habitude, je rejoignais les rangs intermédiaires. Histoire de pas être trop près et qu'on me prenne pour une tête d'ampoule, pas trop loin histoire de pas être cataloguée dans les flemmardes. Le fait est que j'en suis une ne m'empêche pas d'avoir une certaine satisfaction nan mais oh ! Petit soupir qui s'exhale, d'agacement. Une tique essaye de sortir de sous mon vêtement, mais mes pensées orageuses semblent l'en dissuader. Et je me surprends finalement à fermer les yeux. Pas pour dormir, pour reposer mes prunelles. La journée promettait d'être longue, et le fait est que j'ai zappée le premier cours de la matinée n'avait rien à voir avec le sujet présent. Mana avait-elle cours aujourd'hui, et plus précisément dans les heures qui allaient suivre ? Ce serait tellement parfait si elle pouvait me tenir compagnie ... Elle comprenait plus vite que moi, elle pourrait m'expliquer, elle !

- Mais que voilà ...

La voix me sortir de mes rêveries. Et presque par instinct, je me sentis ... menacée. Je tournais rapidement la tête vers la source du son, me faisant grimacer de douleur. Aïe, j'suis un peu fragile des vertèbres ... D'une main je massais la zone endolorie, alors que je détaillais mon interlocuteur à la voix sucrée. Sa tête ne me disait vraiment rien. Et le sourire qu'il affichait, en coin, avait un quelque chose de faux. Ou de terriblement goguenard, comme si il savait un truc sur moi que j'ignorais ... Je décrétais ne pas l'apprécier, sans plus. La confrontation des regards dura quelques instants. Il avait des prunelles sombres, une chevelure corbeau, un visage jeune ... Enfin, façon de parler, il devait facilement avoir plus de la vingtaine. Il m'inspirait de la défiance, si bien que je me refusais à lui adresser la parole. Mais ça en devenait assez indécent, là. Il a du s'en rendre compte, vu qu'il s'exprime à nouveau, comme pour dissiper une tension qui n'avait lieu d'être.

- Le chaton semble courroucé, charmant. Pas d'inquiétudes, j'étais juste curieux. Je connais bien votre clan, et il est rare de voir l'un de ses membres se perdre ici ...

Un nouveau silence l'accueillit, froid. Un peu boudeur, limite. Ce n'était pas la première fois qu'on me faisait la remarque, c'est sûr. Mais là, il y avait un quelque chose de malsain. Enfin, voilà ! Je m'imagine peut-être des trucs et tout, mais j'ai l'impression d'être une souris attrapée par un chat ... Et c'est clairement pas agréable comme sensation. A tel point que je sens mes tiques s'activer, conscientes de mon malaise. Bon, première étape, on se calme, et on utilise les trucs anti-stress que Mère nous a enseignée. On respire profondément, de un. Puis, on choppe un truc, n'importe quel truc, un stylo dans ce cas là, et on le serre dans sa main. Pas à la vue de tous, ça ferait bizarre. Ceci fait, aillant décompressée un peu, je me permets de passer à la seconde étape. Lui répondre de façon polie, tout en lui montrant qu'on souhaitait être tranquille. Et seule.

Moment critique. On cherche les mots, on bafouille un peu au début, et on se lance !

- Heu ouais ... Le cours commence bientôt vous savez ...


Bon, j'ai déjà fait mieux. Pour ne pas dire souvent ! Mais j'avais une bonne excuse ! Sa tête ne me revenait pas ! Un éclat de rire résonna en guise de réponse. Bon, je n'avais pas eu l'effet escompté ... Un frisson ma parcourut, alors qu'il effleurait du bout de ses doigts mes boucles. Un insecte pointa le bout de son nez de sous ma manche, en guise d'avertissement. Ce genre de signal qui vous dit *si tu la touches à nouveau on te bouffe avec du céleris*. Et il s'exprima à nouveau, avec ce même ton, ce même visage, et ce même sourire.

- Je comprends, la jeunesse doit s'instruire, c'est essentiel. Petite Aburame, je te souhaite la plus belle des journées dont tu puisses profiter. Et, par la même occasion, j'aimerai que tu laisses un message à l'un de tes pairs, Suzaku : Aoh du Domaine du Merle te conseille de regarder les cercles dans l'eau.

Heu ? Ca veut dire quelque chose ça ? Clignement des yeux.
Et avant même que je ne puisse répliquer, le voilà déjà remontant les escaliers et disparaissant à travers le double battant. Regarder les cercles dans l'eau ? Quel intérêt ça pouvait bien avoir ? Sûrement un de ces trucs de mystico-tarés, à n'en pas douter. Moi je vous le dis, cet homme il m'inspire pas confiance, et j'ai le flair pour les repérer ces malandrins de mauvais augure. Le fait qu'il connaisse Suzaku était néanmoins intrigant. Suzaku était quelqu'un de discret, ce qui ne changeait pas de la norme. Pas très bavard, même si il a toujours eu un bonbon pour moi. Je crois qu'il est cousin au troisième ou quatrième degré ...

Bizarre, très bizarre.

Mais un regret me prend.

Aoh du Domaine du Merle, j'suis sûre qu'il doit savoir ce que dit un corbeau à un bureau ! Après tout, c'est cousin ces bêtes là ! Oui, oui, oui !


Dernière édition par Aburame Umi le Jeu 1 Sep - 22:28, édité 4 fois

MessageSujet: Re: Aburame Umi   Jeu 1 Sep - 16:41

Voilà, pour dire que c'était fini !

Je me suis arrangée avec Setsu pour ce qui est du lien familial.

Et désolée si c'est un peu chaotique comme présentation. ^^'

MessageSujet: Re: Aburame Umi   Ven 2 Sep - 9:30

Bienvenue parmi nous Umi,

Pour être chaotique, ça l'est. Le style déjà, a quelque chose de chaotique qui nous entraine dans les pensées pas bien organisées de ton personnage ^^ j'ai trouvé ça intéressant, parce que ça change de ce que j'ai l'habitude de lire. J'aime bien les réflexions que le personnage se fait sur sa condition d'Aburame ( si si, être Aburame c'est une vraie condition pour moi ^^ ) et l'histoire est assez légère pour ne pas engendrer d'intrigue trop complexe qui mêlerait la moitié du village à tes petites affaires.

Bref, je te valide donc au rang de Genin à Konoha ! Je te souhaite de bien t'amuser ! n'hésite pas à contacter les autres konohéens pour tes premiers RP.

Umi: +28 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Aburame Umi   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un régime efficace !? [ Mission C / Aburame Kaïdô ]
» Un festival sous haute tension (Hyô Misory, Kenko Amaru, Aburame Kaidô)
» Clan Aburame (Konoha)
» Aburame Kishomaru ou l'art de l'indécision ultime (terminée)
» Aburame Miwako [Terminer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-