Partagez | 
 

 Voyage Vers Suna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Voyage Vers Suna   Sam 17 Juin - 14:10

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Chemin menant à Suna: 1 journée de marche est équivalente à 2 points rouges

Le chemin indiqué sur cette carte est le chemin diplomatique. C'est celui sur lequel, vous ne pouvez être attaqué si vous présenter une autorisation de votre chef de village. C'est aussi une route de commerce utilisée par les civiles et qui grantit leur sécurité.

Pays du Feu:
La route qui amène au pays du vent est l'une des plus difficile, il faut compter environ 10 jours de marche pour atteindre le village caché du sable : Suna. Lorsque vous quittez Konoha, vous passez par la forêt extérieure Ouest. Ici, aucun vrai danger, la route est calme, même si la densité de la végétation la rend difficilement praticable. Certains animaux peuvent être dangereux, et attaquer par surprise. Une bonne connaissance des abords de votre village, vous aidera à franchir les différents pièges naturels imposés par la géographie du pays du feu.

Zone neutre:
Arrivé à la frontière est, les choses se corsent. Les points d'eau deviennent plus rare, et la végétation n'occulte plus la vue de l'horizon. Quelques grands animaux vivant en troupeau peuplent cette zone. De grandes étendues d'herbe et quelques rares arbres épineux hatitent ce térritoire. Pendant 2 à 3 jours de marche vers l'ouest, le paysage se transforme petit à petit, la chaleur devient de plus en plus oppressante. Toutefois, de nombreux petits villages continuent de peupler le trajet, et vous serez toujours bien accueillit.

Pays du Vent:
Lorsque vous verrez les premières dunes de sable, vous aurez mis les pieds en territoire hostile. Sables mouvants, mirages, absence d'eau, végétation rare et inhospitalière, soleil de plomb, petits reptiles venimeux... voici ce qu'il vous attend si vous vous engagez plus profondément vers l'ouest. A ce stade du voyage, vous aurez à peine effectué la moitié du parcours. Il est conseillé de ne pas franchir cette zone sans une préparation physique préalable. Atteindre Suna n'est pas une mince affaire, et votre sens de l'orientation sera mis à rude épreuve, car vos seuls points de repère seront le soleil et les étoiles.

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Dim 1 Avr - 11:54

[Ookami] - Vous êtes déjà aller à Suna ?

[Akogare] - Non. Et ça ne me manque pas, crois-moi.

Akogare se tût, faussement pensif. Il n'avait jamais réellement voulu quitter Konoha. Ce n'était pas un quelconque attachement sentimental qui le liait au village, non, plus un sentiment de confort. C'était ironique. D'une part parce que pour séduire, il fallait accepter de mettre en jeu ce confort, et d'autre part parce que le passé du jeune homme n'était pas tout à fait confortable.

Mais l'ironie l'amusait toujours férocement, excitant considérablement son esprit.

Du coin de l'oeil, il dévisageait son compagnon de route. Peut-être se demandait-il pourquoi il était là. Il ne se sentait pas soumis à un devoir écrasant d'escorter cet enfant - qui n'était pas beaucoup plus jeune que lui, voire même plus vieux, mais le monde d'Akogare était peuplé d'enfants - vers son passé.

Lui, son passé, il l'avait eu pendant toute sa jeunesse sous les yeux. C'était presque morbide, cette célébration de l'ancien et ce sacrifice du neuf. Mais à ce moment-là de sa vie, Akogare n'était pas prêt à prendre les armes contre quelque chose d'aussi figé, d'aussi admis et d'aussi proche de lui. Aujourd'hui, avec le recul, il regardait tout cela avec un oeil qui se rapprochait de la compassion.


[Akogare] - Mais, je suis curieux. Et ce qu'on lit ou ce qu'on voit dans les livres ne me suffit pas alors autant me faire un avis. Après, je pourrais dire légitimement que c'est un pays tout pourri.

Il sourit et retira ses lunettes. Presque à regret, il les rangea dans sa poche.

[Akogare] - Le monde est trop gris avec, c'est effrayant.

Akogare se demandait si lui il irait à la recherche de son passé, accompagné d'un presque inconnu. Sans doute que oui. Parce que sans lui, il ne serait pas ce qu'il était devenu aujourd'hui. Il serait autre chose et pour le moment, le jeune homme ne voulait pas être autre chose.

[Akogare] - Et toi ? Tu y as vécu ?

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Lun 2 Avr - 20:42

Le jeune homme laissa parler son supérieur, se déplaçant à ses côtés en écoutant ce que celui-ci lui disait. A vrai dire Akogare était une excellente compagnie, il était aussi charismatique que sympathique. Pas comme certaines personnes de l’Académie. Etonnant la facilité des gens qu’on traite comme étant supérieur aux autres à se croire supérieurs. Le premier de la classe, ce n’était pas vraiment Ookami et à vrai dire, il préférait être moins puissant tant que ça le laisser plus humble. Quelqu’un qui ne se refuse rien peut-il vraiment servir autre que lui ? Non, et oui. Non, il ne peut pas faire don de soit dans un acte désintéressé qui vise à glorifier l’ensemble. Oui, il peut aider mais dans le but certain d’être aider à son tour ou admirer du moins.

Akogare n’était pas vraiment des plus humbles, mais ça n’était pas un prétentieux qui considérait toute autre personne que lui comme étant sans le moindre intérêt. Non, il était mieux que ça, lui était quelqu’un qui apprécier vivre et n’était pas enclin à ce laisser faire. Il avait l’air parfois hautain, mais c’était la plupart du temps dans son intérêt. Tout du moins, c’est ce qui apparaissait à Ookami. Pour ce qu’il en était de la vérité, peut-être était-elle ailleurs !


"J’ai de nombreuses raisons de penser que j’y ai vécu mes premières années, peut-être même n’était-ce que des mois… A vrai dire, je ne "

Oui, en effet, l’adolescent soupçonnant fortement sa mère d’être originaire de Suna. Non, il avait compris qu’elle était venue de là-bas et qu’elle l’avait emmené avec elle. Il était donc des plus probables que ses parents biologiques se trouvent là-bas. C’est ce pourquoi il lui fallait rejoindre l’endroit et trouver un moyen de découvrir son passé. Ce qui avait motivé une femme qui ne l’avait pas fait naître à devenir sa mère, et pourquoi personne ne l’en avait empêché.

Mais il y avait un problème non négligeable : Cette mission n’avait pas pour cible le village de Suna, loin de là même. Ils étaient partis pour aider une bourgade qui était en froid avec le village du Sable, ce qui expliquer pourquoi elle les avait appelés eux plutôt que les ninjas les plus proches ! Mais Kodoku ne désespérait pas, il savait que de toute manière il arriverait à aller là-bas, avec ou sans l’aide de son supérieur avec qui il voyageait.

L’étudiant était toujours aussi reconnaissant envers le père de Lys qui avait permit à cette mission de se faire avec lui. Il était vraiment aussi aimable qu’influent… Quoi que, c’était peut-être bien la volonté inébranlable de Lys et son caractère de feu qui avait poussé cet homme à agir ainsi en la faveur d’un jeune inconnu. Mais il était quand même respectable de par ces faits, tenant la promesse qu’il lui avait fait extrêmement rapidement.

Leur voyage allait être long, mais peu importe, ils iraient jusqu’au bout, ils étaient des shinobi du village de la feuille, pas des froussards à qui on avait dit d’aller combattre un fauve. A ce sujet, quel était l’objet du déplacement déjà ? Ookami n’en savait trop rien, on lui avait donné si peu de détails que c’était presque risible que de dire qu’on l’avait briefé. Des phrases pour parler, pas grand-chose de plus. Mais ce n’était pas bien grave après tout, il n’avait pas grand-chose à perdre et tout à gagner !

Car apprendre plus de choses sur son passé était crucial pour ce jeune homme ! En effet, Ookami avait un rêve, un rêve beau et fort… Une idée qu’il ne réaliserait sans doute jamais mais qu’il avait la volonté de voir apparaître : créer un clan. Façonner l’avenir en inculquant à sa descendance toute entière des principes qu’il jugeait bon. Ces mêmes enfants viendraient alors propager cette idéologie et ainsi, peu à peu, changer la face du monde. Quelle belle utopie que de croire qu’on pouvait aussi aisément rendre la vie meilleure sur terre. Non, il ne pensait pas que tout se passerait bien, mais il ferait de son mieux quand même. Quoi qu’il en soit, pour avant de penser à influer l’avenir, il valait mieux bien connaître son passé.

Suna était un village hostile au leur. Comment faire alors pour entrer ? Le jeune homme ne savait pas encore, quoi qu’il en soit il était accompagné d’une pièce importante à cet accès : le bandeau de sa mère. Oui, elle avait été ninja là-bas. C’était une clef comme un indice et c’est une des raisons pour lesquels il avait bien fait attention à prendre cet objet lors de son départ. Quant au pendentif qu’il avait autour du coup, c’était quelque chose d’important aussi pour en apprendre plus sur sa mère. Car elle y était fort attachée. Elle ne l’avait quitté qu’au jour de sa mort, et ce pour le cacher afin que seul son fils puisse le retrouver. Peut-être même avait-elle prévu qu’il le porterait, qui sait ? Que peut-on savoir des intentions d’une femme qui possède la faculté de voir l’avenir ? Si peu de choses, nous qui n’avons pas ce don.

Le jeune homme gardait toujours l’allure de l’homme qu’il accompagnait dans sa mission, ils n’arriveraient pas aujourd’hui au pays du vent ! Et il faudrait encore un petit moment avant qu’Ookami n’entre à Suna… Il fallait même prévoir le temps que son acolyte soit d’accord pour l’accompagner ou au moins pour le laisser y aller. Puis le temps d’entrer. Et après ça il fallait encore prévoir la durée de "l’enquête". Courage petit Ookami !

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Mer 4 Avr - 16:03

Akogare se contenta de hocher la tête distraitement. Il se tourna, Konoha commençait à disparaître derrière les frondaisons. Cela lui faisait bizarre de partir pour Suna. Mais il ne souhaitait pas en parler avec l'étudiant qu'il accompagnait. Il l'observait, à la dérobée, et se disait qu'il devait revenir en vie. Il n'y avait pas de raisons pour qu'il en aille autrement.

Le Chuunin soupira.


[Akogare] - Hum, on va accélérer. Il faudrait qu'on soit à la frontière ce soir, pour dormir tranquillement.

Il savait que tranquillement n'était qu'une idée, cependant, cela ne lui posait pas de problèmes : malgré son amour pour l'oreiller, il avait le sommeil très léger. Sans doute l'habitude qu'il avait de se réveiller à la suite des coups de coude nocturnes de San. Quand cela lui arrivait, il observait la jeune fille pendant plusieurs minutes, tentant, en vain, de la surprendre en train de simuler le repos.

[Akogare] - Quand tu veux une pause, dis le, mais je préférerais que le voyage aller dure le moins de temps possible.

C'était surtout pour ne pas se retrouver dans des situations délicates une fois arrivé au pays du vent. Ils n'avaient pas énormément d'eau, et surtout, ni lui ni Ookami ne connaissaient avec précision le chemin à suivre. Et si Akogare bénéficiait d'une bonne mémoire visuelle et d'un sens de l'orientation raisonnable, il était dubitatif quant à ses capacités sur des étdendues planes, changeantes et tout à fait nouvelles pour lui.

Il bondit sur le côté, s'enfonçant dans la forêt, suivi par l'étudiant.


[Akogare] - Heureusement qu'on ne va pas à Suna même, hein. Beaucoup d'efforts pour rien, je suis sûr que le village est terriblement ennuyant.

Il réfléchit un instant, puis murmura.

[Akogare] - Quoique, il doit y avoir quelques jeunes femmes aux charmes appréciables.

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Ven 15 Juin - 19:25

Ookami : +6 XP RP.

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Mar 24 Juil - 22:19

[Je poste le début des aventures d'Ookami avant son retour à Konoha ^^]

Une nuit comme celles qui avaient précédé ? Sans doute, pour son compagnon tout du moins, Ookami n’était pas vraiment certain de ce qu’il allait faire exactement, quoi qu’il en soit, il savait comment il allait s’y prendre… Cependant, il savait que cette nuit là, dans le désert, le Chuunin ne le suivrait plus dans son voyage. Un petit signe de tête en guise de salut et il allait se coucher.

La lune était en train de monter dans les cieux, l’air devenait étonnement plus frais… Il fallait dire que malgré la chaleur qui régnait la journée, les nuits dans un environnement comme celui-ci étaient des plus froides. Même le jeune homme qui avait pour habitude de ne jamais craindre le froid ne put réprimer un petit frisson sans doute plus du à la surprise qu’à autre chose.


"Bonne nuit, Akogare. Demain on va bien s’amuser à voyager là-dessous."
"Au moins la mission est finie."

Le jeune homme hocha tranquillement la tête pour indiquer au Hyuuga qu’il était bien d’accord avec lui, le fait qu’ils n’aient plus à aller aider qui que ce soit dans ce désert chaotique était des plus réconfortants. Même s’il n’avait eût pour seul travail que celui d’observer son supérieur, l’étudiant avait sut profiter du voyage.

Une heure avait passé et son camarade de voyage devait déjà dormir depuis un certain temps. Kodoku prit alors tranquillement son sac et déposa près de cet homme qui lui avait sans le vouloir permit d’atteindre le pays du vent comme il en avait envie un papier qui lui était destiné. Sur celui-ci on pouvait lire quelques mots : "J’ai décidé de rejoindre le pays du feu durant la nuit, je dormirai mieux de jour dans une forêt."


*


"Jeff…"
"Tais-toi, il ne faut pas qu’on se fasse repérer…"

La voix de Jeff était des plus tendues, son arme était cachée par une étoffe noir afin d’éviter que la lune ne se reflète sur celle-ci et ne dévoile leur position. En contre bas, les ennemis étaient en train de s’agiter… Quelque chose n’allait pas, il le sentait.

"On suit les ordres, c’est tout."

*


Ookami arriva bientôt aux abords d’un petit village des sables… Il s’agissait là d’un endroit assez pauvre, l’architecture de la ville était basé sur un édifice central à l’aspect ancien, une sorte de colonne de sable haute de deux mètres. Au dessus d’elle, quelque chose reflétait le soleil, scintillant tel un joyau. Il dut laisser ses paupières battre quelques instants pour retrouver la vue après avoir était éblouit par cet éclat, ce après quoi il regarda tranquillement autour de lui les divers bâtiments qui l’entourait.

Le jeune homme avait autour de la tête un bandeau de ninja, non à l’insigne de Konoha mais à celui de Suna. Un objet qui appartenait à sa défunte mère… La carte l’avait mené jusqu’ici, de toute évidence c’était un endroit où elle avait fait halte lors de sa fuite jusqu’au pays du feu. Il utilisa discrètement un Henge No Jutsu pour modifié son accent et approcha tranquillement d’un passant.


"Bonjour, je souhaiterai trouver..."

L’adolescent remarqua alors que son interlocuteur fixé quelque chose au dessus de ses yeux, il crut un instant qu’il s’agissait de son bandeau mais après un court instant il comprit qu’il s’agissait de sa coiffure. Rare ici étaient ceux qui portaient une si longue chevelure, le climat ne s’y prêtait pas, pas plus que les cheveux de couleur clair. L’albinos faisait vraiment étrange impression à un village uniformément peuplé de bruns.

"…Un coiffeur."

*


Il quitta tranquillement les lieux, incroyablement changé. Il avait troqué son uniforme de ninja avec une armure de même qualité mais à l’aspect plus saillant avec l’environnement désertique. Ses cheveux aussi s’étaient métamorphosés, à présent courts et d’un noir profondément sombre. Ses yeux étaient à présent protégés par de grosses lunettes de soleil afin d’éviter les effets dévastateurs du ciel brûlant sur le sens visuel de l’étudiant ninja.

Il faisait chaud, comme toujours dans ce désert, c’était d’ailleurs là la caractéristique principale du pays des vents. L’absence de pluie et donc de fraîcheur durant la journée. Il n’y avait presque aucuns végétaux, seules quelques espèces arrivant à survivre dans un pays si hostile à la vie. Il ne fallait pas s’étonner de la hardiesse des ninjas du village du sable lorsqu’on voyait à quel point il devait être difficile de survivre dans pareilles conditions. Un bref coup d’œil sur sa carte, la prochaine fois qu’il s’arrêterait, il serait face à un Oasis.

Tout du moins c’est ce qu’il pensait.


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 22:21, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Mar 24 Juil - 22:19

"Maintenant !"

Six silhouettes enroulaient dans des vêtements légers d’un blanc immaculé cachant leurs cheveux et le bas de leur visage ainsi que le reste de leur corps apparurent soudainement en haut d’une colline. Ils se lancèrent rapidement en direction d’Ookami qui marchait tranquillement dans le désert. Celui-ci était en train d’observer la carte et la boussole qu’il avait, bien décidé à rejoindre cet oasis avant d’être à court d’eau.

Il lâcha subitement ce qu’il avait dans les mains et attrapa dans son dos un petit shuriken qu’il lança rapidement en direction de l’un de ses assaillants. Celui-ci disparut soudain sous la forme d’un nuage de fumée… Des ninjas. Ses muscles se bandèrent sous l’effet du danger qui croissait avec l’arrivée de ses adversaires. Ses mains enchaînèrent alors rapidement une suite de sceaux et bientôt il crachait un torrent de feu sur le plus proche des cinq assaillants restant.

La cible des flammes s’affala au sol dans un grand cri de douleur… Surprenant encore une fois le jeune homme qui s’attendait à voir une preuve de volonté et de résistance à la souffrance. A la place de ça il se retrouvait face à un hurlement incontrôlé qui dénoté un franc manque de professionnalisme. Que devait-il faire ? Achevé celui-ci avant de s’attaquer aux autres ? Ca ne serait peut-être pas nécessaire. Seuls trois des autres avaient continués à avancer dans sa direction, un autre s’étant alors arrêté pour regarder son camarade au sol, touché par les flammes.

Comme il l’avait deviné, Ookami découvrit des clones à chacun de ses coups sur les trois attaquants… Il n’avait été attaqué que par deux personnes, qui, habillées de la même manière et faisant à peu près la même taille avait réussit grâce à un simple Bunshin No Jutsu à se faire passé pour six personnes. Les deux personnes réelles étaient à présent proche l’une de l’autre, l’une d’elle voyait la majorité du tissu blanc qui la couvrait réduit à l’état de cendres. C’était un garçon apparemment plus âgé que lui.

La personne qui n’avait pas subit l’attaque se retourna soudainement vers l’ancien albinos alors que celui-ci se retrouvait soudainement dépourvu d’attaquant. Elle commença alors à faire quelques signes avec ses mains, préparant de toute évidence une retraite ou quelque chose de ce genre. Cependant, le chakra qu’il préparait refusa bientôt de se propager alors que sa concentration s’évaporait, la lame d’un Fuuma Shuriken venant de s’enfonçait profondément dans son épaule.

Il tomba lui aussi au sol sous l’effet de la douleur, manquant de pleurer alors qu’il enfonçait sa main dans le sol en essayant désespérément d’échapper à cette horrible sensation qu’est la souffrance.


*


Ookami observa un instant la situation… Un homme et une femme, d’une vingtaine d’année chacun… Le plus étonnant n’était pas vraiment qu’ils agissent ainsi face à leurs blessures. C’était la technique qu’ils avaient employé en arrivant. Bunshin No Jutsu. Il s’agissait bien là d’une technique assez simple, mais d’une technique de ninja tout de même. Et, lui, qui était étudiant, avait appris lors de ses cours à refouler la douleur pour ne pas se laisser submerger. Si ces deux là étaient de Suna alors leur entraînement avait du être plus difficile encore, ce pourquoi il doutait qu’ils soient à ce point affectés par ses assauts. Ils bluffaient. Ce ne pouvait être que ça !

Il ne pouvait pas les laisser agir dans son dos, il fallait qu’il les tue… Oui, c’était son devoir, c’était même plus que ça, plus important encore que s’il s’agissait simplement d’une règle. C’était une garantie de survie. S’il les laissait là et leur tourner le dos alors il risquait d’être abattu par ces deux là. Il s’élança alors avec élégance en avant, rejoignant d’un bond l’adversaire à moitié calciné, tentant de lui assénait un coup de pied sur le front. Son coup fut paraît d’un geste des plus simples.

Un bref mouvement de retraite et le jeune homme se retrouver hors de portée d’une quelconque contre attaque au corps à corps. Ookami fut alors surpris par les actions de la jeune fille qui retira de son corps l’épais projectile qu’il lui avait lancé un peu plus tôt pour ensuite soigner sa blessure d’une simple apposition des mains. Ils étaient, de toutes évidences, plus puissants qu’ils ne l’avaient paru au début.

Le Fuuma Shuriken lui fut renvoyer avec une précision des plus médiocres, le jeune homme, pourtant loin d’être des plus agiles, arrivant sans peine à se tirait de la trajectoire de l’objet avant de le prendre en main d’un coup sur. C’était étrange, il avait bien l’impression que l’autre avait tenté de le blessé, son attaque avait cependant était des plus pathétiques…


"Vous deux…"

Le jeune homme marqua une courte pose et d’un petit mouvement du poignet referma le Fuuma avant de le mettre dans son dos, à l’intérieur de son sac… Il venait de comprendre la situation et savait à présent ce pourquoi la situation avait tourné de cette manière.

"… Vous n’avez plus ou pas de Sensei."

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Mar 24 Juil - 22:20


Comment est-ce qu’il avait fait pour deviner ça ? La jeune fille aux cheveux bruns était totalement paralysée. Elle avait entendu des rumeurs, certains ninjas, lorsqu’ils avaient atteint un niveau assez élevé pouvait lire dans l’esprit de leurs adversaires du fait de la différence de niveau. Les lunettes noires de son adversaire l’empêcher de savoir s’il la regardait dans les yeux ou non, de plus, il semblait avoir prévu son attaque au Fuuma Shuriken.

Elle se mit a tremblé de manière incontrôlée. La peur venait de la prendre à la gorge de manière fulgurante. Comment était-ce possible ? Ce gars n’avait pas de bandeau du village caché des feuilles pourtant il voyageait jusque là avec un type qu’elle avait vu pratiqué un Taijutsu incroyablement efficace. L’autre devait bien être au moins Chuunin et ils avaient prit celui-ci pour un simple étudiant. Mais qu’en était-il vraiment ?

Sans trop regarder, elle porta une main jusqu’au corps de son frère, marqué de brûlures et le soulagea de ses blessures à l’aide d’une technique médicinale assez efficace. La douleur dans son épaule c’était tarie lorsqu’elle avait commencé à se soigner elle-même et à présent elle ne ressentait plus aucune souffrance. Se serait bientôt pareil pour lui.

Jeff se releva enfin, soupirant d’aise en sentant les brûlures s’estompait sous l’effet du chakra curatif de sa sœur, celle-ci était toujours d’un secours étonnant lors des combats. Le Ninjutsu était une pratique des plus efficaces contre lui. Il l’avait toujours remarqué. Bientôt de nouveau sur pied, il observa leur adversaire qui venait de ranger son arme et de leur faire part d’une information qu’ils avaient déjà.


"En effet…"

La kunoichi tourna brusquement la tête vers son frère, quittant des yeux l’étranger durant un petit instant afin de savoir ce qui pouvait bien passer par la tête de Jeff… Pourquoi agissait-il ainsi ? Le regard de ce dernier fut des plus explicites : "nous ne sommes pas des ninjas, nous ne pouvons le vaincre et nous avons été abandonnés"… L’étudiant voulait de toute évidence que sa sœur et lui s’allient à cet inconnu pour survivre dans le désert. Après une courte réflexion elle lui offrit un signe de tête approbateur. Ok.

*


Si tant est que le jeune homme eût été plus orgueilleux, il aurait du se retenir de laisser éclater un rire triomphant face à l’aveu de son adversaire. Comme il l’avait deviné, ces deux là avaient pour spécialité la défense et non l’attaque. Jamais un sensei ne leur aurait indiqué de passer à l’attaque, ils étaient incapable de blesser qui que ce soit. La fille était spécialisée dans la médecine et l’autre dans le Taijutsu défensif. Une telle équipe était inefficace face au plus faible des opposants s’il s’agissait de le tuer… Mais pour arriver à les vaincre il fallait être d’un tout autre niveau que le leur. Si tant est qu’ils aient fait parti autrefois d’une équipe, le troisième membre devait être un Ninjutsuka. Le temps des incantations devait être couvert par le barrage qu’offrait le Taijutsuka secondé d’une kunoichi spécialiste de la médecine.

Il comprenait maintenant… Ils étaient tombés de douleur face à ses assauts pour une raison simple, la plupart de leurs adversaires n’avaient jamais dut leur donner beaucoup de mal. Sans doute n’avaient-ils jamais eu affaire à un cracheur de feu. Le garçon devait être habitué à esquiver et à parer les coups tandis que la fille elle était généralement en retrait, détachée du danger direct. Entraînés dans cet optique, ils n’avaient jamais étés formés à la douleur afin de privilégié un seul axe d’entraînement.


*


Ils étaient à présent en train de marcher dans le désert en direction de l’oasis qu’ils atteindraient avant la tombée de la nuit… Ils pourraient s’y reposer durant quelques heures avant de reprendre la route.

Ookami était à présent au courant de l’histoire des deux jeunes gens qui l’accompagnaient. Jeff et Hira. Les deux jeunes gens faisaient partis d’une future division de Genin du village de Suna, partis dans le désert pour tester si oui ou non ils étaient dignes d’être des ninjas du village du sable ils avaient étés attaqués par un inconnu. Celui-ci portait un bandeau de leur village et était, de toute évidence, plus puissant que le Juunin qui devait tester leurs compétences. Un petit génie du Ninjutsu c’était cru assez doué pour tenter d’aider leur supérieur et il était mort, lui aussi.

En fuite, dépourvu de tout ordre et de toute dignité. Ils ne pouvaient rejoindre leur village natal avec de telles nouvelles. La couardise était bien mal vue à Suna et risquait de leur apporter beaucoup d’ennuis, des ennuis trop graves pour être supportés en tant que simple conséquences de leurs actes. Ils avaient alors pensé à trouver un moyen de contrebalancer cette mauvaise nouvelle par une meilleure. Lorsqu’ils étaient tombés par hasard sur lui et Akogare dans un petit village du pays du vent qui était en froid avec les ninjas nationaux, ils avaient trouvés là un bon moyen de se rattrapé : en apprendre le plus sur eux avant de tout rapporter à leurs supérieurs.

Lorsque Kodoku s’était éloigné du camp, ils n’avaient pas cru à leur chance et en voyant qu’il ne se décidait pas à revenir auprès de son supérieur, ils avaient clairement prit la décision d’en faire leur otage pour pouvoir livrer un membre du village caché des feuilles aux Sensei de l’Académie.

Il leur avait alors expliqué qu’un chef ne leur aurait jamais dit d’attaquer ainsi. Le fait de vouloir attaquer à six contre un dans le but d’avoir un adversaire facile à abattre car en train de fuir était une bonne idée. Cependant, ils s’attaquaient à un apprenti ninja du pays du feu… Qui possédait comme la plupart des élèves de l’Académie la Volonté de Feu, une particularité qui leur offrait un courage émérite. Ca n’allait pas jusqu’à la témérité, mais il s’agissait tout de même d’une fierté nationale qui empêcher nombre de ses possesseurs de fuir ou d’abandonner un duel avant d’être sur et certain de n’avoir aucune chance. De plus, s’il avait été attaqué par de simple bandits sans grande formation, à lui tout seul il aurait put tuer chacun de ses adversaires. Son entraînement au pays du feu avait été tout de même assez bien ficelé.


*


Le feu s’était tu depuis peu lorsque les paupières d’Ookami daignèrent enfin se clore pour la nuit. Le sommeil venait enfin de venir, difficilement, certes, après tout il était en compagnie de deux inconnus qui semblaient… Comme qui dirait… Hostile au premier abord. Et le fait qu’ils lui aient raconté une histoire ne voulait pas forcément dire qu’il savait la vérité. Qui sait s’ils ne s’étaient pas contentés de l’amadouer pour ensuite l’avoir dans son sommeil ?

Malgré ça, il s’était efforcé de leur offrir sa confiance. Après tout il était dans un pays qui n’était pas le sien, dans un désert qu’il ne connaissait pas, il était bien loin de son milieu naturel. Ils l’avaient aidés à trouver l’Oasis et sans eux il aurait sans doute du continuer à chercher durant la nuit. Ils l’avaient aidé aussi avait-il choisi de les croire.

Un bruit lui fit craindre un mauvais choix, quelqu’un venait d’arriver près de lui. Peut-être que l’un d’eux avait soif ? Il eût à peine le temps d’ouvrir un œil, des mains se portaient sur lui pour l’empêcher soudain de bouger à l’aide de clefs fort bien effectuées. On inséra bientôt une aiguille dans son cou, le jeune homme ne vit rien et ne sentit rien… La seule chose qu’il arriva à percevoir fut la fuite de sa force… Il avait été neutralisé en quelques secondes. Les exclamations étouffés de Jeff et Hira lui indiquèrent qu’ils étaient tous trois des victimes, un maigre réconfort avant qu’il ne soit plongé dans l’inconscience.

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Sam 28 Juil - 15:25

Attaché à une sorte de conduit d’eau dans un milieu clos, Ookami ouvrit petit à petit des yeux brûlés par la soudaine clarté qui les assaillait. L’éclairage se faisait à l’aide de torches placées sur les murs. La salle était nue, dépourvue du moindre meuble. Derrière lui, ce qu’il avait prit pour un tuyau était en fait une barre de métal qu’on avait placé là dans le but de maintenir les prisonniers à leur place. Pieds et poings liés par des chaines, le jeune homme était dans l’incapacité de faire de grands mouvements.

Est-ce qu’il y avait quelqu’un aux alentours ? Non, pas pour le moment. Le jeune homme tira un instant sur ses liens mais se résigna bien vite, ça maigre force ne lui permettrait en aucun cas d’arriver à se libérer. Il fallait qu’il emploie le Ninjutsu pour ça ! Il tourna la tête vers la barre et fronça les sourcils, il ne pouvait espérer se libérer sans prendre feu par la même occasion. La ligne de mire était loin d’être dégagé. Les sourcils alors froncé, le jeune homme se mit à réfléchir.

Il tenta à nouveau de forcer ses liens en employant un peu de son chakra, le laissant influé sur ses muscles afin de les rendre plus efficace pour bientôt se rendre à l’évidence : ça ne servait à rien. Il ne pouvait les briser… Mais qui sait s’il ne pouvait pas les faire fondre ? Il ferma tranquillement les yeux et commença à malaxer son chakra tranquillement, laissant celui-ci afflué en direction de ses mains toujours bloquées dans son dos.

Le jeune homme visualisé une flamme, un feu de forêt, la chaleur intense, vive et dangereuse qui en résulter. La destruction. Le chaos dans lequel était plongée la faune tandis que la flore se retrouvait pulvérisée. Ses mains commencèrent alors à s’emplir d’une douce et agréable chaleur. Là où son chakra s’engouffrait. Il fallait qu’il arrive à faire brûler ses liens. Et pour ça il devait accumuler plus de chakra. Les yeux toujours clos, il sentit l’énergie se dirigé tranquillement dans la direction qu’il lui indiquait.

Bientôt le cœur du jeune homme loupa un battement alors qu’il était surpris par une brusque chut de son énergie… Le chakra semblait disparaître, qu’est-ce qu’il lui arriver ? Où allait son énergie ? Il sentit ses forces décroître à mesure qu’il perdait le contrôle du flux de sa propre puissance. Ses yeux clos l’attiraient vers un sommeil certain, l’inconscience peut-être… Quelque chose semblait accaparait ses forces, aspirant petit à petit son énergie.

Le feu, une chose qui fascine facilement les hommes, qui effraie parfois les animaux et qui attire les insectes. Beaucoup ont souvent fait le rapprochement entre le feu et le pouvoir. Certains vont même jusqu’à dire que c’est le feu qui permit aux primates d’évoluer jusqu’à l’homme. En des temps qui précèdent toute histoire, le feu fut la raison qui permit à une espèce de dominer les autres. Toujours cette assimilation du feu et du pouvoir.

La chaleur pendant l’hiver, la lumière pendant la nuit, la destruction de la flore, la terreur de la faune, la stérilisation des aliments et… La beauté d’une flamme. Le feu est quelque chose de dangereux, cependant beaucoup sont fascinés par son aspect. Il s’agit d’une chose qu’on ne peut toucher mais qui peut vous brûler, vous tuer même. Le pays du feu, c’est de là qu’il vient… Konoha, le village caché des feuilles, là où il a apprit tant de choses. Il sera ninja, il offrira à ce pays la gloire qui lui est dut au Chuunin Exam.

Oui ! Il le fallait, il fallait qu’il soit puissant pour pouvoir montrer aux seigneurs qui viendraient au tournoi que c’était chez eux que les meilleurs Ninja se trouvaient ! Ainsi il contribuerait à la prospérité financière du village. Il fallait bien que sa vie serve à quelque chose. Et le jeune homme avait déjà choisi à quoi elle servirait, mais surtout à qui elle profiterait : Konoha. Il avait une autre ambition, plus égoïste cette fois, fondé un clan. Et là encore il lui faudrait le savoir et la puissance.

Une douce et délicate sensation se fit sentir sur le bout des doigts du jeune homme qui ouvrit légèrement les yeux… Ses mains tremblaient légèrement sous la puissance qu’elles avaient accumulée. Il avait crut qu’on lui volait son Chakra alors qu’en réalité celui-ci n’avait fait qu’accélérer le rythme de transfert. Il y avait à présent dans ses mains plus de puissance qu’il n’en fallait pour lancer un Katon. Mais que faire à présent ? Le jeune homme n’en savait trop rien, il resta une seconde dans le flou total puis bientôt il sentit ses doigts entrer en contact avec la barre située derrière lui.

Quelqu’un ouvrit alors la porte… Le jeune homme sursauta de surprise, ses doigts se serrèrent alors brusquement contre la barre puis il sentit l’énergie qui était dans ses mains s’échappaient brusquement.

L’explosion le surprit tout autant que l’entrée soudaine.


*

Encore une saleté d’interrogatoire… Ca devenait vraiment chiant comme pratiques. Ils prenaient des voyageurs au hasard dans le désert, les ramener dans cet avant post et les interroger sur ce pourquoi ils étaient là… Celui qu’il allait voir avait été prit avec des armes, des armes de Shinobi et un bandeau de Suna. Le village était tout de même assez grand, on ne se connaissait pas tous, pourtant, les précédents interrogatoires avaient poussés le Genin à être méfiant.

Une mission de rang D, interroger un gars qui n’avait pas été assez doué pour se défendre efficacement. Il ne risquait absolument rien, son interlocuteur était tout au plus Genin lui aussi vu son allure. Et s’il était lui aussi du village caché du sable alors il n’y aurait aucuns problèmes. S’étirant doucement, l’adolescent soupira du fait d’avoir encore à travailler après déjà cinq heures d’interrogatoire d’affiler. Son art du Genjutsu lui permettait de faire avouer bien des gens sans même les torturer physiquement.

Il arriva bientôt devant la porte. Le ninja se frotta tranquillement les yeux puis tranquillement approcha pour écouter paisiblement si le gars essayer de se débattre ou non contre ses liens. Il n’y avait pas grand-chose, à vrai dire il n’y avait pas un bruit. Peut-être ne s’était-il tout simplement pas encore réveillé. L’adolescent fronça les sourcils, une corvée de plus, il devrait réveiller cet empoté qui s’était fait avoir comme un bleu alors qu’il dormait.

Sa main se posa sur la poignée et bientôt la porte s’ouvrit, lorsque soudain…


*


"Bunshin No Jutsu !"

Ookami s’élança sur le côté tandis que l’un de ses clones partait de l’autre côté et que le second se diriger rapidement vers son adversaire. Celui-ci effectuer alors de rapide signes incantatoire puis jura en voyant que sa cible n’était pas immobilisé par son Genjutsu. Le Fuuma Shuriken lui entailla la gorge, l’obligeant alors à plaquer sa main sur son épiderme blessé afin d’éviter le plus gros du saignement. Les deux Bunshin explosèrent alors sous la volonté de leur créateur.

Il restait encore du Chakra au jeune homme qui en profita pour accroître sa force et délogé le blessé de l’entré après avoir reprit rapidement toutes ses affaires qu’on avait étendu sur le sol comme pour les observer. Sa fuite commença alors dans un couloir éclairé par des torches lui aussi, et c’est avant qu’il eût quitté le couloir qu’elle prit fin. Affalé au sol, il se retourna pour se mettre sur le dos et appuya le plus fort possible ses doigts contre ses jambes alors que ses yeux s’agrandissaient de peur.

Le jeune homme commença à hurler, pleurant à moitié alors qu’il tentait désespérément de retirer ses jambes de la gueule des chiens infernaux qui l’avaient poursuivi. Il fronça les sourcils et tenta de les frapper de toutes ses forces mais rien n’y fit, ils ne cessaient de ronger ses mollets et ses cuisses de leurs crocs jaunâtres pendant que l’écarlate de leurs yeux se plonger dans les siens. Il se sentit alors totalement paralysé, comme si leur morsure était empoisonnée. Ses hurlements cessèrent immédiatement et il hoqueta de surprise face au mutisme dont il était infligé.

Ookami ne comprit que trop tard que tout ceci n’était qu’illusion, et même s’il en était conscient il n’avait aucun moyen d’y remédier. Ses membres restaient immobiles et la douleur dans ses jambes était tout aussi réelle que sa propre personne. Les dents serraient, il tenta d’échapper à la panique qui lui avait noué les entrailles. Mais sa pauvre volonté n’y fit rien, sa respiration ne voulait pas cesser de s’accélérer et son cœur commença à battre tellement vite qu’il eût peur de le sentir s’arrêter brusquement.

Allait-il mourir ici ? Ainsi ? Mourir de peur tout en étant conscient qu’on est menacé que part une illusion. Ses dents se serrèrent. Non, ça n’allait pas se passer comme ça. Il ferma alors les yeux et patienta… Les effets ne pourraient pas être permanents. A un moment, il arriverait de nouveau à bouger et ça n’allait pas être dans trop longtemps. Le temps lui donna alors raison, trois minutes suffirent. Et le Genjutsuka qui était à l’origine de cette attaque n’était pas dans le meilleur des états. La main toujours plaqué contre la plaie qu’il avait à la gorge, il était assis sur le sol, le dos contre l’encadrement de la porte de la cellule qu’occupait un peu plus tôt Kodoku. Le teint pâle, il était évident qu’il luttait contre l’inconscience. Et Ookami n’avait pas besoin de se demander bien longtemps s’il avait eu le temps d’appeler du renfort : il n’y avait personne et il semblait incapable de se mettre à crier. L’étudiant prit alors le Fuuma Shuriken qu’il avait lancé et le plaça dans son sac à dos, puis il enfila son armure, posa ses lunettes sur son nez et rangea son seul shuriken dans la poche dédiée à cet effet. Ce après quoi, lui et ses quelques armes se dirigèrent vers le bout du couloir. Pas un regard pour le blessé, celui-ci semblait de toute évidence ne pas avoir eu la chance de pouvoir le stopper et appeler des renforts… Mais une question se poser maintenant : pourquoi l’explosion n’avait-elle alerter personne ? La réponse la plus optimiste voulait que le Genjutsuka fût le seul geôlier. En pensant à l’explosion, le jeune homme regarda ses mains. Il n’y avait aucune marque de brûlure ou autre contusion. Etrangement, il n’arrivait pas à se réjouir de sa fortune. Il ne comprenait pas comment il avait fait et ça gâcher son plaisir.

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Sam 28 Juil - 15:25

Tremblant, le jeune homme sortit enfin à l’air libre, il était dans un village… Un instant, son cœur s’arrêta, l’obligeant à posait sa main contre sa poitrine de peur que cette impression fut justifier. La peur venait de ressurgir d’un seul coup : se trouvait-il à l’intérieur de Suna ? Dans ce cas, comment allait-il survivre ? Il tenta d’inspirer calmement mais sa respiration s’emballa avant même qu’il s’en soit rendu compte et bientôt il fit quelques pas chancelant afin d’arriver jusque derrière un petit muret où il vomit la dernière ration de nourriture de survie qu’il avait ingurgité.

Sa main s’enfonça dans sa poche à Shuriken, ses doigts se refermant sur un petit shuriken, seul projectile de taille modeste dont il disposait… Puis il regarda aux alentours tout en crachant une dernière fois sur le sol souillé par son dernier repas. Il était peut-être en milieu activement hostile, aussi lui fallait-il se préparer à une attaque. Il fronça doucement les sourcils et observa la rue dans laquelle il se trouvait. Les personnes qui y étaient. Chacun des habitants du village qui se trouvaient là étaient extrêmement maigres et avaient l’air bien malheureux.

Le jeune homme parcourut les immeubles des yeux, ceux-ci étaient trop peu nombreux et trop modestes pour qu’il s’agisse d’un village Ninja, même s’il était dans un désert Suna ne pouvait être que plus grand. Non, il devait être dans une sorte d’avant-poste ou bien un autre village où un bâtiment était dédié aux ninjas. De plus, l’endroit était assez pauvre et le jeune homme ne pouvait que se demandait si ce n’était pas du à une sorte de vampirisme de la part des militaires du pays du vent.

Quoi qu’il en soit, ce n’était pas ici qu’il voulait aller, mais à Suna, là où il trouverait des réponses au sujet de sa mère. Problème étant qu’à présent, sa carte ne lui servirait plus à rien, il ne savait pas du tout où il se trouvait. Perdu dans le désert, dans un hameau perdu en territoire hostile. Il se regarda un instant, assez bien entretenu, il ne risquait pas de passer pour un habitant de l’endroit.

L’immobilité ne lui servirait à rien, de toute manière il n’était même pas caché alors pourquoi ne pas se mettre à marcher. Le jeune homme se mit donc à déambuler dans les rues de l’endroit, observant les gens en leur adressant parfois un signe de la tête qui voyait des réactions toutes différentes se mettre en place. Certains lui souriaient, d’autres se contenter d’un hochement du chef et d’autres faisait comme s’ils n’avaient rien vu – à moins qu’ils n’aient réellement rien vu. Il n’y eût aucune véritable position négative face à son salut et il commença à se demander si, au final, les gens ici n’étaient pas habitués à bien s’entendre entre eux… Sans doute l’un des avantages de la pauvreté commune : on se serre les coudes parce qu’on n’est pas plus ou moins riche qu’un autre. Lorsque tout le monde est dans la même misère alors il faut bien s’efforcer de s’entraider, surtout avec un pareil climat. Oui, il ne devait pas sembler si en forme que ça, après tout il n’avait rien de la carrure d’un combattant au corps à corps et sa récente inconscience ainsi que ses problèmes digestives avaient dut lui donner un faciès maladif. Il avait plutôt bronzé depuis le début de son voyage, à vrai dire ça avait commencé avec les coups de soleil mais il était alors avec Akogare et ça n’avait pas engendré grandes complications. Maintenant il avait le teint un peu plus sombre, ce qui pouvait le faire passé pour un habitant du pays du vent qui aurait été doté d’une peau un peu plus pâle que la moyenne.

Bientôt, quelqu’un vint lui adresser la parole, une petite fille d’environ sept ans aux cheveux plus sombres encore que le charbon et aux yeux tout aussi noirs. Son sourire, à l’inverse, était d’un blanc éclatant et respirait toute la joie de vivre qui incombe à pareille jeunesse. Elle était toute mignonne, véritable portrait de l’enfance ignorante qui laisse libre cours à sa joie en toute circonstance tant qu’on ne la vexe pas. Attirant son attention d’un "monsieur" qui vieillit particulièrement le jeune homme, elle le salua rapidement avant de lui indiquer l’objet de sa venue :


"Dis, monsieur, tu sais te battre ?"

Il la regarda un instant sans trop comprendre, puis devant son regard plein de cet optimisme enfantin, il se sentit bientôt mal à l’aise. Il n’était pas à ça place, il ne devrait pas être ici, il aurait dut rester à Konoha, il connaissait quelqu’un là-bas au moins… Il était en sécurité là-bas et il n’était pas perdu. Pourquoi avait-il fallut qu’il parte ? Le jeune homme trembla légèrement, le désespoir d’être dans un lieu hostile le prit soudain, le rendant presque paranoïaque sur le moment. Qui sait si cette petite fille n’était pas en réalité un ninja sous Henge ? Il sentit sa main se rapprocher de sa poche à projectile… Qu’est-ce qu’il devait faire ? La tuer ? Ses yeux s’écarquillèrent soudain devant la pensée qu’il venait d’avoir. Quelle odieuse idée ! Mais qui était-il devenu pour penser un seul instant à tuer une si jolie petite fille ? Un Ninja. Oui, être toujours aux aguets, toujours prêté attention à son environnement. Mais ne pas sombrer dans la paranoïa. Il était là pour satisfaire à une mission qu’il s’était lui-même donnée : en apprendre le plus possible sur ses parents biologiques et sa mère adoptive.

L’aspirant soupira doucement puis ferma un court instant, lorsqu’il les rouvrit se fut pour voir avec amusement sur le visage de la jeune fille une expression interrogative exclusivement enfantine. Mais qu’est-ce qui se passe ? C’était bien là la question qu’elle devait se poser. Spontanément, le jeune homme eût un petit sourire. Il avait profité de son voyage avec Akogare pour réparer son problème qui consistait à ne pas avoir des expressions qui refléter les sentiments qu’il avait de la même manière que la plupart des gens. Maintenant il pouvait laisser apparaître son sourire.


"Oui, je sais me battre, mais pas très bien."

Elle s’agita soudain sous l’emprise d’une joie évidente, puis s’obligea à se calmer d’une manière assez mignonne, un peu comme si on venait de la réprimandé et qu’elle se mettait à bouder. Ses bras arrêtèrent bientôt de bouger ainsi que ses jambes et elle prit alors l’air le plus adorable possible… Apparemment cette petite avait l’habitude de s’offrir la pitié des inconnus et l’amour de sa mère. Une vraie petite manipulatrice, serait-elle Ninja un jour ?

"Tu veux bien aider mon frère à s’entraîner ?"
"Pourquoi ton frère s’entraîne-t-il à combattre ?"
"Pour combattre le monstre !"

Ookami fronça doucement les sourcils, de nombreuses questions venant soudainement à l’esprit du jeune homme. Etait-ce une légende qui poussait un enfant à tenter de savoir se battre ? Un véritable monstre ? Espèce qui poussait les gens de se village à ne pouvoir que survivre, ce qui expliquerait leur pauvreté du fait de l’absence de paix. Si tel était le cas, pourquoi les Ninja de Suna présents ici ne faisaient-ils rien ? La question resta un instant en suspens, mais bientôt il la formula, même si ça devait dévoiler sa non-appartenance à la région mieux valait savoir :

"Quelle sorte de monstre ?"
"On dit que c’est une sorte de puma géant à deux têtes."
"Et les Ninja ne font rien ?"
"Suna a envoyé une équipe, mais ils ne sont pas revenus à leur avant-poste aujourd’hui."

*


"Hiro !"
"Ecartes-toi imbécile !"

Le Ninja appuya de toute sa force sur la mâchoire supérieure du monstre, tentant de le faire lâcher prise alors que celui-ci tenait dans sa gueule la moitié de son thorax… L’autre tête avait tout d’abord tenté d’attraper son coéquipier qui s’était porté dans sa direction pour l’aider, mais elle s’était loupé après que Hiro et demander à son ami et compagnon d’infortune de se pousser. Le médecin commençait à faire s’entrouvrir la gueule du monstre pour se séparer de lui lorsque soudain ses yeux s’écarquillèrent de peur… La dernière chose qu’il vit fut le palais de la seconde tête du félidé. Juste avant que ses crocs ne viennent déchiqueter sa gorge… La bête n’eût que peu de peine à séparer la chair du métal dans sa bouche et lorsqu’elle recracha enfin le morceau gênant, le bandeau de Suna était à peine reconnaissable.

*


Ookami para sans peine la maigre attaque qu’on venait de tenter de lui asséner. Ses mouvements étaient ceux d’un professionnel tandis que ceux de son adversaire étaient dignes d’un enfant. Bien qu’il eût trois ans de plus que lui, Akate était loin d’avoir son niveau, même au niveau du Taijutsu… Le jeune homme était Ninjutsuka, cependant il ne pouvait se permettre de lancer une attaque de ce type vu ses techniques qui reflétaient ses origines. Il ne pouvait non plus lancer de Jutsu de clonage ou utiliser ses armes de distance sans indiquer clairement qu’il était aspirant Ninja. Pour le moment, il se contentait de combattre, s’aidant tout de même de son Chakra pour frapper assez fort son adversaire. Il ne voulait pas le blesser aussi se gardait-il bien de lui briser un os ou de s’attaquer à ses organes. Il voulait simplement lui faire mal. Pourquoi ? Parce que si une équipe de Ninja du village des sables ne pouvaient vaincre alors lui serait tué avant même de s’en apercevoir. Kodoku refusait d’enlever un frère à une fille aussi jeune et, qui plus est, restait joyeuse malgré sa pauvreté.

"Dis-moi, Akate, pourquoi veux-tu combattre se monstre ?"

Il s’approcha de son adversaire et lui tendit la main pour l’aider à se relever après que celui-ci soit tombé après avoir fait un joli vol plané. L’adolescent accepta l’aide sans trop s’en vanter, glissant un remerciement dans le geste qui lui permit de se tenir à nouveau sur ses pieds. Il répondit aussi à la question :

"Nous avons étés obligés d’arrêter l’élevage qui faisait toute notre gloire à cause de ce fauve."

Ookami vit immédiatement une idée lui venir en tête en écoutant cette simple phrase… La bestiole se nourrissait de leur élevage, ça veut dire qu’elle n’avait plus de zone de chasse, que quelque chose l’avait fait sorti de son territoire. Le jeune homme avait beaucoup apprit des animaux au contact de sa mère et il savait que lorsqu’un loup attaquer un élevage c’était que les pâtures se trouvaient dans son territoire. Quelqu’un ou quelque chose l’avait donc emmener ici ou bien l’avait expulsé de son habitat habituel. La nature faisait rarement des prédateurs trop gourmands pour ne pas laisser à leur proies le temps de se reproduire, il était donc probable que son départ soit d’origine humaine. Ils n’avaient pas put s’installer sur le territoire de cet animal puisque leur élevage était célèbre, si la bête avait été là depuis le début alors ils n’auraient pas eût le loisir de faire de l’élevage. Rester encore à savoir si le départ de la bête avait été orchestré ou s’il s’agissait juste d’un concours de circonstances. Quoi qu’il en soit, il y avait peut-être un moyen pour être débarrasser de ce monstre sans le combattre…

Mais Kodoku avait-il seulement le pouvoir de les aider ?

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Lun 30 Juil - 20:12

Ookami : +20 XP RP.

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Mar 4 Mar - 22:13

La traque s’était révélée plus dense que prévue. Ils auraient dû la piéger à Hamako, mais elle avait déjoué leur tentative. Elle était forte, vraiment. Une criminelle de rang B. Elle avait tué plusieurs personnages haut placés dans un incendie, somme toute, politique. Parfois Akogare l’apercevait, entre les branchages. Cela ne servait plus à rien de courir. Ils étaient plus frais qu’elle d’au moins deux jours. Ils étaient deux contre une et surtout, ils étaient les prédateurs.

Ten ne tarderait pas à passer à l’action, puis ce serait son tour. Les lignes s’écrivaient les unes après les autres, naturellement, comme si elles avaient toujours étaient écrites. Pas de pourparlers, pas de dialogues. Ils étaient les Oi-Nin de Konoha.

Akogare n’aurait jamais pensé se retrouver là. Chasser les déserteurs… alors que lui-même déserterait un jour ! C’était délicieusement ironique.

À cette distance, très précisément, il aurait pu rattraper la fuyarde. Un coup dans le dos, bref et puissant. Elle ne serait peut-être pas morte tout de suite, elle serait d’abord tombé et aurait rampé sur deux mètres avant de reprendre quelque puissance pour contre-attaquer. Mais Ten l’aurait saisie à cet instant.

Mais Akogare ne bougea pas. Il voyait à présent le dos de la jeune femme. Les branches n’étaient plus assez grosses pour la dissimuler. La traque approchait de sa fin.

Le Hyuuga jeta un coup d’œil sur sa droite. Le masque de Ten, parfaitement blanc, le fit frissonner. Ils étaient des espèces d’anges massacreurs. Quand ils passaient dans un village, la tension augmentait, comme si d’un coup tout le monde était un déserteur potentiel – une cible inquiète.

[Ten] – Attaque. Maintenant.

Il n’obéit pas. À peine accéléra-t-il. Il sentait l’essoufflement de la femme comme si ses propres poumons souffraient. Et ses muscles endoloris, brusquement, après combien ? un mois, deux peut-être, de fuites et de meurtres ? Akogare était juste derrière elle. Si elle se retournait, elle avait encore une chance. Elle pouvait, pour peu qu’elle soit douée, le tuer en un coup et en économisant ses forces. Il ne lui resterait plus que Ten, un partie plus rude encore. Celle-ci, d’ailleurs, ne tarderait pas à attaquer.

Bien. C’était fini désormais.

Il frappa l’épaule de toute sa force, ses pupilles pleinement dilatées. La femme laissa un cri bref lui échapper et d’un habile saut se mit hors de portée. Elle faisait face à ses adversaires désormais, la feuille de Konoha fièrement rayée. Elle était jolie, avec ses longues mèches brunes qui lui traversaient le visage. Ses lèvres en colère, prêtes à cracher sur les joues blanches de porcelaine.

[Ten] – Keira Jinshi, nous sommes venus prendre votre tête.

Élégant, pensa Akogare. Keira commença une série de signes. Bien, elle ne prenait pas la peine de répondre. Le Hyuuga fit un mouvement en avant, mais fronça les sourcils. Keira ne faisait pas de Genjutsu. Et pourtant, le monde autour de lui fondait ? Il ne pouvait plus bouger. Fâcheux, d’autant que la jeune femme ne tarderait pas à achever sa série de signes et, la connaissant, ce ne serait pas une technique de diversion.

[Akogare] – Raunen, c’est la merde.

Il ne put éviter la technique enflammée. Elle plongea dans son abdomen et l’envoya à une dizaine de mètre s’écraser contre un arbre. Il entendit le cri de Ten, quelque part en haut, et il s’aperçut qu’il tombait au sol. Quelle habitude ridicule que de se battre dans de telle hauteur.
Le shinobi se rattrapa à une branche plus épaisse, qui trembla sans se rompre. Ten se battait plus haut, et visiblement, la Nuke-Nin n’était plus seule.

Il leva les yeux en l’air et ne tarda pas à les repérer, trois formes floues et sombres qui se rencontraient en de brefs éclairs blancs. Akogare secoua sa tête et se redressa de toute sa taille. Il exécuta les signes correspondants et laissa sa main sur le côté, tendue. Celle-ci ne tarda pas à se charger d’électricité et le bruit, insupportable, du Chidori lui vrilla son esprit embrumé. Il s’élança. Il fallait frapper la Nuke-Nin. Un coup, comme prévu. Ten était plus forte que lui, il ne se faisait pas de souci. La femme se retourna, ses yeux sombres traversèrent les fentes du masque du Hyuuga et elle pouvait apercevoir, dans l’éclat électrique, l’attaque qui allait la terrasser.

[Ten] – … trois !

Trois ou toi ? S’il se retournait, il n’aurait aucun espoir de toucher la Nuke-Nin. S’il ne se retournait pas et qu’un nouvel adversaire se présentait à lui, eh bien, il mourrait. Akogare se retourna. D’un même mouvement il envoya son bras en avant. L’odeur de la chair brûlée lui agressa les narines. Sa main s’enfonça mollement dans le corps à jamais raidi de son adversaire. Il était plus jeune que la femme. Dix-sept, dix huit ans. C’était lui, le Genjutsu. Il le savait parce qu’un prédateur attaque toujours sa proie jusqu’à ce qu’elle meure. Ten gagna en mobilité après ce premier décès, hors d’atteinte de l’adolescent. La Nuke-Nin cria quelque chose et Akogare la sentit se propulser contre lui. Il retira son bras et amorça un geste pour se retourner, mais la main ferme de la shinobi s’était déjà refermée sur son poignet.

Elle l’attira dans sa chute. Une explosion rageuse les unit, sortit des doigts effilés de la jeune femme. Mais c’était fini pour elle ; Akogare la frappa deux fois au ventre et une dernière, d’un coup de coude maladroit sous le nez. Sa lèvre déjà rouge éclata, et la Nuke-Nin tomba contre un arbre. Elle évita un nouveau coup grâce à une permutation heureuse mais la main d’Akogare lui attrapa la cheville. Trop téméraire, trop téméraire. Elle était en colère et cela lui faisait prendre des initiatives infortunées. Debout sur une branche, le Hyuuga envoya son ennemie contre le tronc puissant. Elle cria, au moins l’une de ses côtes venait de se briser. Écrasée sur la branche, elle ne pouvait plus bouger. Akogare la saisit à la nuque, son genou enfoncée dans sa colonne vertébrale. Elle gémissait faiblement.

[Akogare] – Désolé pour ton enfant.

Les doigts d’Akogare se refermèrent sur le manche de son arme et, sans prendre beaucoup plus de recul, il trancha leur trophée. L’homme, en haut, venait de succomber également. Une famille de réunie.

Ten s’agenouilla à ses côtés et retira son masque de porcelaine. Elle secoua la tête et chercha le regard de son coéquipier.

[Ten] – On le fait disparaître ici ?

[Akogare] – Oui. Les deux autres aussi.

Ten acquiesça faiblement.

[Ten] – Bien, je les assemble en bas.

Moins de deux heures plus tard, il ne restait plus rien. Akogare avait ôté son masque lui aussi. Ce n’était pas très réglementaire, mais le contact de la porcelaine le dérangeait.

[Ten] - Tu pourrais faire ce que tu fais sans lui ?

Akogare sourit.

[Akogare] – J’avais une amie qui portait toujours un masque. Elle l’a retiré quand il lui était devenu insupportable. Je ferai pareil.

Il aimerait être aussi fort que Tael. Parfois. Mais il n’avait pas les épaules suffisamment larges pour supporter le fardeau de la puissance. Même Tael avait dû s’incliner. Il avait eu les détails depuis. Il avait vu Hasu. Elle était venue à lui, alors qu’il était assis à la terrasse d’un café. Tout le monde regardait l’étrangère blonde aux yeux bleus, l’étrangère qui avait infiltré Konoha par les portes principales sans être inquiétée. Elle aussi était forte, presque autant que Tael. Ils avaient discutés longtemps, Akogare l’avait ramené chez lui.

Elle revient de temps en temps, avec des amis à elle.

[Ten] – On y va ?

Il hocha la tête. Leur devoir était achevé. Les Oi-Nin de Konoha. Ils n’étaient qu’un maillon qui étranglait les déserteurs. Konoha devait protéger son patrimoine. Akogare Hyuuga était une partie de ce patrimoine. Il arrivait qu’il le regrette parce que cela signifiait que jamais, jamais il ne pourrait quitter en paix son village. Prisonnier d’une belle cage. Ils se mirent en mouvement, recouverts de leurs masques.

Konoha attendait.


Dernière édition par Akogare Hyuuga le Jeu 5 Fév - 21:22, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   Ven 31 Oct - 23:58

Akogare : +29 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Voyage Vers Suna   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le voyage vers une nouvelle vie.
» Le voyage vers l'ailleurs (quête dragon)
» Voyage vers Dol Amroth, l'héritage d'une lignée
» « Toute la vie n'est qu'un voyage vers la mort. » - Gian.
» Voyage vers Opertale !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-