Partagez | 
 

 Histoire d'un fou ( Xenetha Zul)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Histoire d'un fou ( Xenetha Zul)   Mar 17 Nov - 20:23

Les signes avant coureurs…


Xenetha se tenait assis depuis quelques jours en haut d’une petite colline, surplombant légèrement le village de Kiri, assis sur une branche, scrutant le village et son fourmillement quotidien. Il semblait absent, aussi immobile que les branches dont il semblait avoir intégré l’attitude, ses cheveux bougeant comme des feuilles au gré du vent, lui vacillant de temps à autre de sa position lors d’une rafale. Le jeune Ninja n’était pas sociable, c’était le moins que l’on puisse en dire. Xenetha ne possédait ni amis, ni parents dignes de ce nom, ses seules attaches étaient ses pensées et il se forgeait seul sa personnalité depuis sa tendre enfance.
C’est sur cette même branche de ce même arbre qu’il allait vivre ce qui allait marquer le tournant de sa vie, et le début de son errance de Nuke-Nin…

Xenetha, qui portait à l’époque encore son nom de famille, Kaethei, observait les déplacements des Ninjas qui faisaient la fierté de Kiri. Du haut de son perchoir, cela avait l’air d’une danse dont chacun s’échangeait les rôles. Les différents gardiens du village guettaient, changeaient de poste à toute allure, chacun dans ce même mouvement circulaire et précis, comme en train de suivre la trotteuse d’une horloge. A l’évidence, le village était en alerte. Pour quelle raison ? Xenetha n’en savait rien. A vrai dire cela ne le préoccupait même pas. Seul l’analyse et l’observation de ces Ninjas l’intéressait.

Six jours qu’il était là, qu’il prenait la pluie, comme les chaleurs du soleil. Du matin au soir, ne quittant pas son noisetier. Il sembla qu’une partie du village attirait particulièrement son attention le matin ainsi qu’en fin d’après-midi, l’Académie Ninja de Kiri. Tous ces rires, tous ces pleurs stupides, toutes ces histoires qu’il avait fuit quelques années auparavant déjà. Car Xenetha n’était plus élève Ninja, non. Habitué depuis à s’entraîner seul, il n’avait aucune idée que ces exercices étaient mauvais. Habitué à regarder les Juunin qui s’exerçaient et se perfectionnaient en se combattant, il lui avait paru normal et naturel d’exercer son talent à lui sur autrui…

Depuis qu’il avait quitté l’Académie, le jeune homme s’était aperçu de son don. Il parvenait lorsqu’il le voulait à comprendre ce que ses camarades pensaient en classe, à leur faire peur en leur infligeant quelques visions cauchemardesques, mais rien de très grave. Cependant, cette possibilité de s’épanouir, d’exploiter cette possibilité que la nature lui avait offerte, et au final de devenir un être peut-être un jour reconnu de ses semblables le poussa à quitter l’enseignement classique, et à exercer par lui-même son Genjutsu. Se promenant le soir, il prenait des victimes, souvent jeunes pour les hypnotiser, leur faire peur. Oui, la peur d’une victime était le signe qu’il avait réussi ce qu’il avait souhaité réussir, qu’il était parvenu à maîtriser un petit peu plus son don. Ainsi, Xenetha devenait un adepte prometteur en Genjutsu, sans que personne ne le sache. Il avait fuit l’Académie parce qu’au fond de lui, il trouvait trop lente la voie du Ninja traditionnelle, et lui haïssait plus que tout la perte de temps. A seize ans, Xenetha possédait sans le savoir de nombreuses connaissances en Genjutsu. Il aurait pu rivaliser avec ce que l’on nommait un Chuunin, un Ninja de classe moyenne. Et c’était la seule fierté du jeune homme, parvenir par le travail à réussir quelque chose, à maîtriser son talent, à développer l’art de la manipulation de l’esprit.
En parallèle, le jeune homme marginal se rendit vite compte que la clé de l’évolution de son don passait aussi par l’éloquence. Parler à l’intérieur de l’esprit des autres et leur insuffler le désespoir sans qu’ils puissent s’en protéger nécessitait un vocabulaire, une façon de parler propre, des techniques purement verbales qu’il n’avait alors pas apprises à l’école. De la même façon, il se procura des livres et entama un apprentissage solitaire. De toute façon il n’avait que cela à faire de ses journées, apprendre et s’instruire le jour, et s’entraîner en pratique le soir.
Ses victimes semblaient de plus en plus effrayées au fur et à mesure que ses capacités intellectuelles s’accroissaient. Xenetha avait ce don incroyable et commun cependant à d’autres d’assimiler avec une rapidité déconcertante certaines notions.

C’est à dix-sept ans qu’un événement vint marquer à jamais son destin. Un événement si banal qu’il ne serait probablement jamais relié avec ce qu’il est devenu aujourd’hui, car jamais personne ne pourrait penser qu’un phénomène si dérisoire ait pu prendre une pareille ampleur… Ancré dans l’idée que la maîtrise du Genjutsu permettrait à Xenetha de gagner le respect des autres, persuadé qu’il pourrait paraître et être ressenti moins étrange et différent par les gens, il continuait à martyriser sans le savoir ses victimes, sans cesse différentes, chaque soir. Dans sa grande folie il n’imaginait pas qu’il faisait du mal. Prenant alors la peur de son Genjutsu pour de la fascination pour son art, il n’était que réjouis des réactions des personnes qu’il torturait mentalement. Un soir comme un autre, il fut surpris pour la première fois dans cet acte de torture gratuite et démente. Un homme effrayée de la situation d’hypnose dans laquelle il retrouva la fillette vint stopper le jeune garçon dans sa folie… Et ce qu’il entendit alors scella à jamais le sentiment d’incompréhension qui l’habitait depuis toujours.

« Tu n’es qu’un monstre ! Pourquoi fais-tu cela espèce de malade ?! Va t’en tu m’entends ?! Dégage espèce de fou ! »

Perdu dans les méandres de ses pensées, il se figea, pendant que le vieux emmenait la fille loin de cette sombre ruelle. Le regard vide et mort, Xenetha fixait le néant. Il avait cru que le Genjutsu le rendrait justement moins monstrueux, moins fou aux yeux des autres. Il voyait le bout de ce labyrinthe dont il pensait se sortir par la maîtrise de son don. Ce labyrinthe si complexe qu’il avait presque achevé, et qui s’était refermé devant ses yeux à deux pas d’en sortir. Alors il ne serait jamais bon à être reconnu par personne. Des années de travail acharné pour rien… Xenetha ne comprenait plus. Imprimant en lui le visage de cet homme et de cette fillette, il partit en courant sur le haut d’une colline, la même colline où il se trouvait alors à cet instant. Son esprit sombrait dans la folie, il oscillait entre mort mentale et folie meurtrière. Un duel interne s’opéra en lui. C’est la vengeance qui l’emporta sur le renoncement. Enfermé à jamais dans sa démence, il ne compterait plus jamais que sur lui-même. Il choisît la voie de la torture éternelle contre celle de la mort. Xenetha avait tiré un trait sur Kiri, ses habitants et sur ce monde qui l’entourait, qui ne le comprenait pas. Pourquoi personne n’avait été fasciné par son Genjutsu ? La peur qu’il avait tant appréciée n’était donc pas de l’admiration pour lui ? Qu’avait-il de différent des autres ? Quelle était cette barrière qu’il semblait ne jamais parvenir à franchir entre lui et les gens de son village ?
Qu’importe aujourd’hui. Il ne vivrait désormais que pour lui-même, se satisfaisant personnellement de ses progrès. Effaçant alors l’existence qu’il avait vécue de sa conscience, s’imposant l’oubli, il ne trouva pour seul admirateur que lui-même. Il serait le seul pour qui il importerait de progresser dans son talent. Et il possédait une nouvelle motivation, se venger d’une vie qui l’avait condamné à ne pas pouvoir escalader la montagne qui le séparait des autres, ces autres qui ne l’avaient jamais admiré et qui le reniaient.

Alors l’irréparable de produisit, en proie à un de ces accès de folie, il ressentit le besoin de torturer par son Genjutsu, et de tuer… A défaut d’avoir pu croire en la vie, il croirait en la mort pour s’accomplir. Et du haut de sa branche, il se dressa sur ses jambes et sauta, courant vers le village avec un besoin de supprimer une vie par l’étreinte mentale…


Dernière édition par Xenetha Zul le Lun 23 Nov - 0:33, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Histoire d'un fou ( Xenetha Zul)   Mar 17 Nov - 20:24

Être de Vengeance


Le jeune homme était devenu un prédateur doté d’une intelligence formidable. Il savait où trouver sa victime et ce qu’il allait en faire. Il détalait dans les rues, rasait les murs à toute vitesse en se focalisant sur ce qu’il allait accomplir, sur sa vengeance qui aurait ce goût si bon, et si libérateur pour lui. Il arriva bientôt en face de la fillette sur qui il s’était entraîné quelques jours auparavant, le jour où il avait subis son humiliation et où son psychisme avait basculé à jamais dans l’irréparable. C’était l’heure de la sortie des classes, et la jeune Académicienne sur qui reposait alors tant de haine était accompagnée d’un Ninja, d’un Gennin, tout récemment élu, et qui ne connaissait rien aux arts Ninjas hormis son pauvre bandeau frontal qu’il arborait fièrement sans en en posséder le centième de la valeur véritable.
Xenetha leur fit face. Son visage marquait sa colère, pire que ça, sa monstrueuse envie de nourrir son esprit d’une vengeance sans pareil. Il ne perdit pas son temps.


« Hahaha ! Toi là, et toi aussi, bandes de cons, dit-il sur un ton hilare de dément. Vous allez… Mourir ! Hahaha »

S’emparant alors de leurs esprits, le jeune Nuke-Nin subtilisa le bandeau frontal du jeune Gennin. Leur dictant leurs moindres faits et gestes dans une hypnose parfaite, il devait cependant se dépêcher car sa réserve de Chakra s’épuiserait vite à contrôler deux êtres à la fois. Se faisant passer pour une bande de jeunes du village rejoignant la ferme d’un de leur père à l’extérieur, tous trois sortirent aisément de l’enceinte de Kiri. Après tout, qui irait se soucier de trois gamins ayant pour habitude de partir à l’extérieur… Le soleil était assez lumineux ce jour là, et tout le monde semblait de bonne humeur dans le pays de l’Eau.

Xenetha emmena ses deux victimes à bonne portée du village Ninja, et tua d’emblée le Gennin par la Morsure de l’Âme. Il brisa le contrôle hypnotique, et entama la discussion avec la jeune fille, qui hurla en voyant son jeune compagnon gisant raide mort, le visage figé dans l’effroi…


« Hehe. Alors. Je vais t’expliquer comment on va procéder abrutie. Je vais d’abord te torturer d’une telle façon que tu n’auras jamais plus à subir cela, car tu vas ensuite… crever !Hahahaha… dit-il d’un ton réjouis. Je prendrai soin de laisser vos pauvres corps aux animaux, et je les déposerai quelque part par la suite. J’aime tellement ça Hahaha, c’est extraordinaire ce sentiment n’est-ce pas ? hahaha »

Le jeune homme cessa soudainement de rire, ce qui plongea la scène dans un silence de mort.

« Qu’il est bon. Oui… de se VENGER. »

A ces mots, Xenetha effectua une seconde Morsure de l’Âme. La victime agonisante se débattait, hurlait en se tenant la tête si fort qu’elle compressait son crâne de ses petites mains frêles. Les veines ressortaient sur son cou et son front, et ses yeux s’exorbitaient. Tous ses muscles devenaient saillants et la fillette était en proie à d’intenses convulsions qui contrastaient abominablement avec sa petite carrure et son air innocent.
Le jeune fou, lui, semblait ravi, illuminé même. Il riait devant ce spectacle terrifiant, et paraissait renaître à nouveau. Bientôt la torture fut finie, et Xenetha se pencha sur le corps inanimé de la fillette…


« Hum… T’es mignonne quand t’es morte tu sais, dit-il en ricanant. »

Xenetha ne semblait plus subir le joug d’une phase mentale psychopathe, mais même en état psychique naturel, il était réellement atteint et dérangé… C’était un tueur, sans scrupules, qui se délectait de la torture et des souffrances.

« Je pense que tu vas plaire à nos petits amis les animaux ? Non ? Continua-t-il en se rapprochant lentement du visage de sa victime meurtrie. Mais que dira ta maman hein ? La pauvre ! Hahaha. Allez. Crève la gueule ouverte... dit-il en lui tirant violemment la mâchoire, un petit filet de sang coulant sur le côté de sa joue depuis sa bouche. »

Xenetha se percha en haut d’un arbre et observa les animaux dévorer les deux cadavres dans la nuit. Il semblait s’amuser comme un fou devant ce spectacle. Aux premières lueurs du matin il embarqua les morceaux rapiécés de ce qui restait de la fillette et du Gennin apprenti, et les déposa sur la route qui menait directement à Kiri.
Là, il se tourna dans le sens inverse de la direction du village Ninja, et cracha sur les corps avant de repartir dans la forêt.
Xenetha était devenu un Nuke-Nin, un déserteur du village caché de Kiri, et ce par le meurtre, et un meurtre des plus abominables...



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Histoire d'un fou ( Xenetha Zul)   Mer 18 Nov - 0:48

Nuke-Nin


Xenetha était une ombre à Kiri. Personne ne se souciait de lui, et de ce fait on ne remarqua pas sa disparition. Les deux cadavres retrouvés sur la route furent mis sur le compte d'Asahi, et on oublia rapidement l'incident, dérisoire dans la lutte contre les horreurs des Ninjas désireux de détruire les villages des grands Pays.
Le jeune Nuke-Nin se rebaptisa Xenetha Zul, car son dédoublement de personnalité l'avait pousser à donner un nom à son penchant mental meurtrier. Oui, il avait appelé Zul le Xenetha assoiffé de souffrances...
Il prit l'habitude de vivre dans les bois, tuant des bêtes qu'il trouvait en abondance pour survivre, et n'ayant qu'à se servir dans les rivières pour boire. De temps à autres, il se rendait au Marché Noir pour y dépenser ses Ryos, après avoir passé quelques semaines à rassembler de l'argent en détroussant des passants sur la route... Il se satisfaisait de sa vie, et continuait de progresser dans l'art du Genjutsu. Il utilisait en effet ses sorts de contrôle de l'esprit chaque fois qu'il détroussait une nouvelle victime, rendant un peu plus fort son talent semaines après semaines...

Zul prit aussi soin d'arborer son statut. Il savait qu'il n'était pas le seul déserteur, et ne le cacherait pas. Ayant rayé le symbole du village caché du Brouillard inscrit sur le bandeau frontal du Gennin qu'il avait massacré, il l'accrocha à sa ceinture. Pour mieux se dissimuler, il se procura aussi une longue robe à capuche noire au Marché Illégal, ce qui le rendait presque indétectable du haut de ses arbres, en embuscade, caché dans l'ombre des feuilles et dans le flou de la brume du pays des Eaux.

L'état mental de Xenetha ne s'améliora pas. Deux ans passèrent à subsister dans la forêt, et il était toujours en proie à des accès de folie meurtrières, qu'il assouvissait rapidement en tuant la moindre personne qui passait sur la route... Xenetha n'avait pas d'ambitions, sa vie de bandit des chemins lui convenait bien, et il n'avait aucune raison de changer.

Toutefois il lui restait à tuer l'homme qui l'avait insulté, renié son talent avec tant d'entrain. Cet audacieux était là, il avait tenté de le tuer quelques secondes auparavant, avec un simple Kunai. Xenetha le tenait contrôlé, son esprit était nu, à sa merci. Alors qu'il commençait à le torturer par un Fléau, deux Ninjas passèrent non loin, ce qui força le jeune Nuke-Nin à lâcher son emprise et à fuir en se cachant dans la cime d'un arbre touffu. Le déserteur était sur ses gardes, caché il se tenait prêt à combattre. Le vieil homme fatigué, tomba lui au sol, et entama l'écriture d'un journal. Xenetha regardait ce vieillard, ne cherchant même pas à fuir car n'en ayant plus la force, se sachant déjà mort, et avec pour seul témoin de son trépas ce pauvre journal dont les pages sèches s'effritaient de temps à autre. Pourquoi Après une journée des plus longues, Xenetha redescendit de son perchoir, et se présenta à nouveau devant l'homme avachi le dos contre le tronc d'un arbre, plus concentré que jamais sur son petit carnet. Comme il avait été délicieux pour Zul de regarder ce vieil homme durant toute une journée ne plus pouvoir se mouvoir, agoniser, écrire ces quelques mots désespérés dans son carnet toute la nuit durant. Malgré qu'il ait remarqué l'arrivée du Nuke-Nin, le vieux Kiréen ne détacha pas son regard de sa page, comme s'il fallait coûte que coûte qu'il termine de rédiger ses dernières lignes.


"Eh, Papy, c'est ton tour maintenant. Va crever ! Dit-il, toujours ce ton hilare aux lèvres"

Zul s'élança vers lui, le rouant de coups féroces et le massacrant avec le Kunai qui devait servir à lui ôter sa propre vie. Laissant son cadavre, il jeta le journal dans un cours d'eau, et repartit à d'autres occupations, sans se soucier de son acte.

La leçon à tirer de ce Nuke-Nin est qu'un incident moindre peut entraîner une réaction démesurée. C'était tout le danger de Zul. Il était instable, jamais on ne pourrait le maîtriser car il avait le besoin mentalement vital de détruire pour se conserver en vie. Et dans la routine du Pays des Eaux, l'adepte du Genjutsu grandissait et devenait plus fort, dans le secret le plus total...


=- Fin -=



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Dernière édition par Xenetha Zul le Lun 23 Nov - 0:33, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Histoire d'un fou ( Xenetha Zul)   Lun 23 Nov - 0:32

La confection d'un masque


Il était encore tôt ce matin quand Xenetha, perdu dans ses folles pensées, décida d’orienter sa journée vers une création improbable… Oui il avait besoin de trouver un arbre dur, dont le bois résisterait à sa vie de Déserteur, et il savait dors et déjà où aller le chercher et comment il allait procéder.

A l’aube d’être un jour découvert, il fallait que le jeune Nuke-Nin ne se fasse pas reconnaître lorsqu’il agissait. Il savait que le village de Kiri ne tarderait pas à retrouver sa trace, au fur et à mesure que les témoignages des passants qu’il détroussait chaque jour le décrivaient de la même façon. Habitué à la forêt, vivant en son cœur depuis deux ans, il partit à la recherche d’un arbre des plus solides, cet arbre qu’il appréciait particulièrement, le noisetier.

Il avait longtemps vu ces Ninjas prestigieux aux masques blanc-craie, qui inspiraient la crainte et le respect, se déplacer dans le village, chacun aurait parié qu’ils savaient voler, planer dans les airs. Non, ils savaient se mouvoir à la perfection, avec légèreté et rapidité, avec vélocité et fugacité. On les appelait les Oi-Nin, les chasseurs de Déserteurs.
Ces masques étaient ancrés dans la mémoire de Xenetha, il en voulait un lui aussi, il appréciait l’idée de ne pouvoir être reconnu par personne, de n’avoir pour seul visage qu’une façade de couleur terne.

Xenetha s’arrêta soudain.


« Hahaha Huhuhu ! Génial ! J’ai trouvéééé Hahaha. » Pris d’un rire bruyant il s’avança vers le jeune noisetier robuste et solide.

Le Nuke-Nin sortit un couteau émoussé qu’il avait subtilisé à une victime, et entama un long travail de coupe… Des heures passèrent où il sciait une grosse partie du haut du tronc de l’arbre avec sa petite lame… Celle-ci commençait à perdre de sa coupe, et c’est avec ses bras qu’il termina de rompre le bois très rigide qui lui servirait à confectionner son masque.

Le Déserteur repartit en haut d’un autre arbre gigantesque, percé d’un énorme trou dans son tronc, dans lequel il se réfugiait régulièrement pour passer la nuit. Parvenant tant bien que mal à tirer son gros morceau de bois rigide et lourd jusque dans sa cachette végétale, il profita des lueurs de la matinée s’éveillant pour entamer sa tâche.

Xenetha commença à tailler les contours, retirant d’abord la fine écorce marron-verte, il découpa un morceau rond dans la buche, frotta et écorcha le bois de sa petite lame fragile. Il obtint au bout de quatre heures de travail soigné une boule de bois dénudé de sa chair, claire, de la taille de son visage, dans laquelle il allait pouvoir créer son masque.

Il commença à dessiner les yeux, à creuser deux orbites ovales et fines, ornementées de petites coupures fines pour embellir les contours. Le travail des yeux fut pénible, et il y passa la fin de sa journée…


Une bonne nuit de sommeil le remit d’aplomb, et le jeune Déserteur fou reprit son œuvre dès les premières lueurs du lendemain. On aurait dit qu’il était un être tout à fait normal, lorsqu’il travaillait. Le soin qu’il appliquait à la confection de son nouveau visage, la concentration dans laquelle il était plongé, et surtout la beauté du masque qu’il était en train de réaliser était stupéfiants.
Xenetha qui n’était qu’un fou avait donc bien un talent autre que la torture mentale, il aimait créer de ses mains, prendre le temps de tailler le bloc pour parvenir à la finesse…


Après avoir taillé les yeux, il s’attela à poncer et rendre brillant son masque de noisetier.
Il semblait que Xenetha ne souhaitait pas tailler autre chose que deux yeux ornementés de belles taillades dans le bois.


« Merde. Nooon. Non. Non. Il est pas assez magnifique, hahaha. Il faut qu’il soit sublime, envoûtant, comme moi ! Huhuhu ».

Le jeune Nuke-Nin sortit de la cachette dans son arbre, et dénicha une branche à la fois fine, malléable et solide. Il traça de son petit couteau de magnifiques entrelacs sur le masque en bois blanc. Puis, à l’aide de sa branche souple, il passa à l’intérieur des ornements, en frottant soigneusement et rapidement dans un sens et dans l’autre, ce qui brûla doucement le bois, et eu pour effet de rendre bien plus foncé et sombre les dessins gravés dessus.

« Oui Hahaha Ouii ! »

Le Nuke-Nin tenait son masque fermement entre ses deux mains, riant aux éclats comme un enfant devant son jeu. Sa création finale était achevée, Xenetha contemplait son magnifique masque blanc ocre, dont les gravures d’un noir brûlé ornaient les contours des yeux et le reste de ce nouveau visage sans bouche. Il posa son masque sur son visage, et rît d’une voix étouffée par le bois qui le cachait. Arrachant deux tiges solides de son arbre, il perça deux trous sur chacun des côtés de son masque, les y fit passer à l’intérieur, et les attacha solidement autour de son crâne. Son masque était le fruit de la nature, entièrement fait par celle-ci, mais aussi la réalisation d’une créativité ignorée chez le Déserteur.

Abaissant sa capuche, il contemplait l’épaisseur de la forêt qui l’entourait, derrière son visage masqué.

« Allons TUER des SALOPARDS ! Hahaha ! »

=- Fin -=



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Histoire d'un fou ( Xenetha Zul)   Dim 29 Nov - 17:02

Zul : +24xp
Vive les méchants qui rit en continue ? x]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Histoire d'un fou ( Xenetha Zul)   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-