Partagez | 
 

 [Kusa] CK001 - Promise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Kusa] CK001 - Promise   Lun 11 Jan - 2:07

¤,.°o°O Spécial : Mission rang C O°o°.,¤
1


L'aube commençait tout juste à poindre le bout de son nez quand Sho Nagoshi se présenta aux portes de Kumo. L'heure était bientôt venu pour lui de partir pour Sano, un petit village du Pays de l'Herbe. Il y était invité pour régler une affaire particulièrement étonnante : un mariage arrangé qui ne semblait pas ravir l'un des deux partis engagés. Les autorités du village avaient élevés cette mission au rang C. A défaut de se lancer dans quelque chose de plus dangereux – et sans doute de plus palpitant – l'eisei-nin avait accepté de conduire la mission à la seule condition d'emmener avec lui un genin choisi par ses propres soins. L'affaire avait rapidement été conclu et Sho reçut l'autorisation d'emmener avec lui le genin de son choix.

En des conditions normales, il serait parti avec les membres de son équipe. Malheureusement, Takeshi semblait avoir disparu de la circulation et Seika n'était pas encore tout à fait prête à reprendre le rythme de missions après l'affrontement qui les avait opposé sur le toit de son appartement. Sho avait donc porté son choix sur un genin qui lui était totalement méconnu. Pour dire la vérité, il ne l'avait pas réellement choisi. Une heure après avoir pris en charge sa nouvelle mission de rang C, Sho s'était rendu à l'académie pour y rencontrer Yoigoshi Ibaru – juunin de renom et professeur de médecine. Il lui avait simplement demandé de lui désigner l'un des genin les plus prometteurs de la nouvelle promotion, et elle lui avait indiqué un jeune homme du nom de Shinji Kagami. Sho lui avait finalement demandé de prévenir le concerné que dans deux jours, à l'aube, il l'attendrait aux portes du village pour partir en mission de rang C. Yoigoshi Ibaru transmis le message comme convenu et maintenant que le délais était écoulé, Sho n'attendait plus que l'arrivée de son invité.

Pour passer le temps, il se présenta aux gardes en poste devant les grandes portes et leur demanda de bien vouloir noter sur le registre l'heure exacte de son départ. Les deux hommes acquiescèrent et entamèrent une courte conversation où on entendit parler de Konoha, d'organisation secrète, et des rumeurs qui voulaient que la caverne bleue soit hantée par des esprits. A terme, Sho alla s'assoire sur une pierre lisse et plate large d'un bon mètre pour quarante centimètres de hauteur qui se trouvait sur le bord de la place.

Avec lui, il avait bien évidemment emmené le nécessaire. Sac, vivres, cartes des Pays de la Neige, des Marais, du Feu et de l'Herbe, son katana, et son nodachi. Sho n'avait besoin de rien d'autre. Ses deux armes tranchantes pendaient à sa ceinture ; une belle ceinture de lin noir dissimulé sous un dôme de vêtements, alors que son sac en bandoulière se tenait dans son dos. Sho portait un haori de couleur beige aux manches si larges qu'on ne distinguait ses bras et ses mains que lorsqu'il se décidait à retrousser ses manches. Par-dessus son haori, il avait opté pour une sorte de longue veste marron sans manches qui lui retombait en dessous des genoux. Pantalon s'arrêtant à ses tibias et sandales montantes venaient parfaire sa tenue.

L'eisei-nin était parfaitement calme et en pleine possession de ses moyens. Il savait bien sûr pertinemment que la mission dans laquelle il s'était engagé ne demanderait, en théorie, pas de compétences physiques et techniques particulières. Mais cela ne l'importait que peu. Après tout, un shinobi n'était pas seulement destiné à combattre même si cela restait sa fonction première. A un rang de mission aussi bas, il était tout à fait possible de trouver des missions axées vers des domaines plus spirituelles comme la diplomatie ou la négociation. A un rang de mission plus haut, il devenait tout de suite plus rare de rencontrer pareil cas de figure, à quelques exceptions près. Sho était en tout cas impatient pour une toute autre raison. Une raison qui le poussait à croire que cette mission lui ferait le plus grand bien.

Il allait de nouveau voyager.

Depuis son retour de l'examen chuunin de Konoha, il n'avait plus quitté le Pays de la Foudre. D'abord occupé à monter et à gérer une équipe digne de ce nom, il avait enchaîné quelques missions qui s'étaient toutes déroulées dans les régions situées aux alentours de Kumo. Autant dire que le dépaysement n'avait pas été au rendez-vous. Hors le voyage qui les attendait lui et son invité, allait non seulement le conduire hors du pays mais leur faire traverser pas moins de quatre nations différentes – dont trois lui étaient déjà connus. A coup sûr, ce Shinji se souviendrait de ce voyage même si rien ne pouvait le comparer à la découverte du village caché de la feuille.

Et alors qu'un sourire naissait sur le visage de Sho à cette idée, une silhouette se détacha de la route principale.

Son invité avait répondu à l'appel.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤


Dernière édition par Sho Nagoshi le Mer 10 Mar - 15:24, édité 2 fois

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mar 12 Jan - 13:55

~_/ Promise \_~
- Nouvelle épreuve -


Le soleil commençait tous juste à ce lever en cette matinée fraiche. Seul le vent venait troublé le calme de la vallée. Malgré la fraicheur qu'elle apportait, les montagnes de Kumo étaient suffisamment élevé pour en diminuer les effets. C'était dans ces conditions que note jeune Genin c'était endormi, exténué. Il était venu la veille pour s'entrainer et c'était effondré de fatigue, dans l'herbe fraiche. La violence du vent ne réussissait pas à le réveiller, servant uniquement à étouffer le bruit de sa respiration lente et récupératrice. Les côtés positifs se voyait directe sur son visage fin d'adolescent, l'entrainement lui avait fait un bien fous, surtout pour les raisons qui l'avait poussé à le faire. Personne dans son entourage, ni même lui n'aurait pu imaginer la nouvelle qu'on lui apporterait. Sho Nagoshi, le ninja en Eise que Shinji appréciait le plus. Lui qui avait pour objectif de devenir le plus grand des ninja spécialisé en Eise, c'était une occasion.

C'était la veille très tôt que le Jouunin Yoigoshi Ibaru, célèbre professeur de médecine qui l'avait prévenu pour cette mission. On lui confiait une mission de rang C pour la première fois de sa vie, il devait faire bonne impression, et plus que tout restait lui même. Car jouer au paon pour brider du galon était une attitude indigne d'un ninja, car un vrai ninja devait se battre et faire des efforts pour le mériter. Seul sa détermination pouvait le mener à monter des galons. Et pour le moment il le savait parfaitement, il était encore trop immature pour passer Chuunin. Il en restait pas moins par contre, que la nouvelle l'avait mit dans un tel état qu'il n'avait pu résister à un petit entrainement dans les montagnes. Il avait voulu être au top pour cette mission, qui plus est il était aveugle donc il devait lui montrer sa détermination. D'ailleurs il c'était demandait comment réagirait le Chuunin quand il saura pour son infirmité. Et puis de toute façon il s'en foutait, car il ferai tout pour lui montrer que c'était pas un handicap pour lui.

Les cheveux voletant à cause du vent, Shinji bougea un peu dans son sommeil, assaillit par cette bonne nouvelle. Depuis hier elle refusait de sortir de sa tête, le mettant dans une situation de stresse peut commune. Heureusement pour lui une pierre vola est alla s'écraser contre sa tempe, le réveillant instantanément. Un peu dans le vague, il se releva difficilement et tâtonna par terre pour enfin se rappeler qu'il s'était endormi dans les montagnes. Une fois debout, il épousseta ses vêtements et se décontracta pour respirer l'odeur de l'herbe, qui voletait autour de lui. Après de bref étirement il redescendit en direction du village. Il se sentait tellement bien se matin, et sa bonne humeur était bien encré. Un soupir de plaisir traversa sa gorge en sentant la fraicheur des lieux, qui caressait son visage. Un sourire aux lèvres, il atteignit finalement le bas des montagne. La chaleur du soleil remplaça le froid qui venait des montagnes, la sensation sur ça peau était très agréable.

Arrivé en ville, il retrouva de nouveau le bruit si familier de la foule. Elle grouillait déjà beaucoup, alors que le soleil était à peine levé. Mais pour le moment il n'y faisait pas attention, son esprit était concentré sur une chose : La mission. La Juunin ne lui avait quasiment rien dit dessus, donc il ignorait presque tout de ce qu'ils devraient faire. Il rassembla mentalement les informations qu'il connaissait. D'après la Juunin, Sho Nagoshi voulait l'emmener en Mission de rang C et que le lieu de rendez vous était ce matin à l'aube, au porte du village. Curieux de nature, Shinji se demandait vraiment qu'elle genre de mission ils feraient. Déjà il pouvait s'imaginer qu'ils sortiraient du village pour la faire la mission. Il n'avait plus quitté le village depuis qu'il avait prit ses fonctions de Genin, ça lui ferait tout drôle. Et puis peut être iraient ils dans un lieu ou un autre village, au delà de chez lui.

Au bout d'un moment, il repris sa concentration car il risquait de perdre son chemin et d'être en retard. Pour atteindre les portes du village, il devait se concentrer et ouvrir tout ses sens. D'ailleurs il n'y était pas loin. Car de moins en moins de monde marchaient autour de lui, et la rue c'était considérablement agrandi.

Au bout de cinq minutes il fini par l'atteindre, il sentait l'aura imposante des longues portes, en face de lui. Maintenant fallait qu'il trouve Sho, un nouveau défi pour lui. Pour ce faire il se planta et ne bougea plus, les yeux fermés. Il essaya de repérer chaque mouvement autour de lui, et de voir si il ne sortait pas du lot. Finalement, il repéra une aura pas loin, qui selon lui ne pouvait appartenir qu'à un ninja. Il n'avait pas trop le choix, donc il s'approcha de la personne concerné et avec un ton poli, lui demanda si c'était lui.

« Shinji – Est-ce vous... Euh... Nagoshi...-sama ?

Il avait hésité, il ne savait pas comment il devait l'appeler donc il avait opté pour -sama. Maintenant il attendait de voir si il ne c'était pas trompé.

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Sam 16 Jan - 17:46

¤,.°o°O Spécial : Mission rang C O°o°.,¤
2

Les yeux légèrement plissés, l'eisei-nin détailla l'individu de la tête au pied. Il était de taille moyenne et d'assez bonne constitution. Il avait des cheveux blancs comme neige qui venaient s'opposer au teint mât de sa peau ; un visage jeune – Sho lui donnait quatre ou cinq ans de moins que lui – et des yeux rougeoyant. Quand il se trouva assez près de lui, il nota que son regard était fixe et morne. Aucune émotion ne semblait le traverser. Sho ne se posa pas plus de questions, comprenant qu'il faisait face à un aveugle.

Shinji – Est-ce vous... Euh... Nagoshi...-sama ?

Un léger sourire étira ses lèvres.

Dans un froissement d'étoffes, il se leva pour ne pas paraître impoli.

Sho – Tout dépend ce que tu cherches. Mais si tu es Shinji Kagami, alors oui je suis cette personne.

Shinji était selon les dires d'Yoigoshi l'un des tous meilleurs élèves de l'académie dans la branche Eisei. Il ne s'était jamais vraiment illustré en mission et n'avait jamais croisé le fer avec qui que ce soit. Il semblait toutefois avoir de bonnes prédispositions en médecine et quelques facilités en ninjutsu de combat. Il lui manquait un peu de pratique et surtout de mise en situation réelle pour parfaire son art. Voilà le rapport que Sho avait eu de lui. Il n'avait pas cherché à en savoir davantage. La vie passée du jeune homme qui lui faisait face n'avait aucune forme d'intérêt à ses yeux.

Il leva ses yeux vers le ciel. Le bleu encre de la voûte céleste commençait à s'éclaircir significativement.

Sho – Je crois que nous devrions nous mettre en route dès maintenant, je t'expliquerai le but de notre mission sur le chemin.

Sur ces mots, il tira sur la lanière de son sac pour le replacer correctement dans son dos puis il se mit en marche. Malgré la cécité de son jeune compagnon de voyage, il ne se faisait aucun souci pour lui. S'il avait réussi à obtenir son bandeau de genin c'est qu'il avait aisément répondu aux attentes de ses instructeurs. Il pouvait donc suivre le bruit de ses pas sans aucun problème.

Marchant lentement vers les portes, Sho adressa une brève salutation aux gardes qui s'empressèrent aussitôt de noter l'heure et la date de son départ. Précieuse information qui pourrait à long terme attiser l'intérêt des autorités si jamais leur voyage s'éternisait sans raisons. Il s'engagea ensuite sur la route principale qui quittait Kumo en direction du sud.

Côte à côte, les deux kuméens suivirent le chemin tracé bien des années avant leur naissance. Ce chemin devait les mener jusqu'à la frontière commune avec le Pays de la Neige où Sho avait dans l'idée de s'arrêter. Yuki était une zone sans danger d'après les derniers rapports. Kumo entretenait des relations courtoises avec ce territoire il n'y avait donc rien à craindre de la part du Daimyo. Ils n'étaient bien évidemment pas à l'abris d'une mauvaise rencontre, mais c'était un risque à prendre lorsqu'on quittait la zone d'influence du Pays de la Foudre.

Nullement inquiété par ce risque, Sho marchait la tête haute.

Après quelques centaines de mètres parcourues, il jeta un regard en biais à Shinji.

Sho – Yoigoshi-sama dit que tu te débrouilles plutôt bien en cours. C'est une bonne chose.

Il reporta ses yeux droit devant lui.

Sho – Cette mission te permettra de gagner en pratique, même si rien ne semble indiquer que nous devrons nous battre pour arriver à nos fins.

Le centre de missions s'était montré on ne peut plus clair sur l'objectif. Il fallait trouver un moyen de raisonner Kazumi Seigen pour qu'elle accepte le mariage avec le noble Masaki Moe. Seulement plus il réfléchissait à cette affaire, plus Sho commençait à tourner le problème différemment. Peut-être que Kazumi n'était pas la clé du problème ? Peut-être fallait-il voir les choses sous un autre angle ?

Il verrait ça une fois sur place.

Sho – En attendant, voilà ce qui nous attend. Nous nous rendons au Pays de l'Herbe, dans un petit village du nom de Sano. Là-bas, nous rencontrerons la famille Seigen, dont l'aînée, Kazumi, a été choisie par le fils de la famille Moe. Le mariage est prévu pour le premier jour de l'été mais Kazumi ne semble pas vouloir s'y présenter. Son père nous a contacté pour résoudre le problème. Il a beau eu la menacer de la déshériter, Kazumi ne veut rien entendre. Intéressant n'est-ce pas ?

Il reporta son regard sur Shinji avec un sourire plus affirmé.

Sho – Sachant cela, que devrions-nous faire d'après toi ? Je sais que cela fait très peu d'éléments à prendre en compte, mais rien qu'avec ça, qu'est-ce que tu ferais si tu étais seul à décider ?

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Dim 17 Jan - 19:02

~_/ Promise \_~
- Test -



Sa y est, on pouvait déjà sentir le stresse monter chez notre jeune homme. On va dire aussi que depuis qu’il était parti, il avait était tellement occuper à réfléchir à cette mission que le stresse ne c’était pas manifester. Mais maintenant qu’il était face à, il espérait, le Chuunin Sho Nagoshi, il commençait vraiment à redouter tout ça. Surtout qu’on lui avait raconté beaucoup de chose sur lui. Et en dehors du Jouunin Instructeur, il faisait parti de ceux qu’il admirait le plus. Etrange n’est ce pas, le changement qui s’opère en nous des qu’on est en présence d’un personnage qu’on prend pour modèle. A ce moment la, une seule chose reste dans notre petit cerveau, une seule : Le besoin de faire ses preuves, de montrer qu’on est digne de lui. Grave erreur bien sûr ! Ce forcer à être une personne qu’on n’est pas n’à jamais était la bonne solution. Le seul véritable moyen, selon Shinji, était de rester soit même, naturel. Mais du moment qu’on se force à être soit même, en connaissance de cause, somme nous toujours nous même ? Avec tout ça Shinji ne devait plus savoir ou mettre la tête. Mais bon, à son âge on n’en demandait pas autant…

Dans tout les cas il se trouvait maintenant face à un Chuunin spécialisé dans la même voie que lui. Médecine, la seule possible pour Shinji, celle qui lui permettra de soigner son frère. Qui plus est cette mission lui permettra sûrement d’apprendre plus en médecine. Enfin il espérait que Sho accepterai de lui donner deux ou trois conseil pour devenir un médecin de qualité. Enfin, dans tout les cas, ce n’était pas le moment. Il avait posé une question au Chuunin, et il espérait une réponse positive. Qui d’ailleurs ne tarda pas.

Sho – Tout dépend ce que tu cherches. Mais si tu es Shinji Kagami, alors oui je suis cette personne.

Un sourire fleuri malgré lui, sur ses lèvres. Il ne s’était pas trompé, il avait bien affaire au Chuunin Sho Nagoshi. Même si en son for intérieur il était certain de pas cette trompé, une petite flamme d’un doute avait naquit en lui. Mais maintenant plus rien n’avait d’importance, car seule la mission et ce qui en découlera apportait. Que ce soit concernant ses interrogations ou tout simplement le résultat de la mission. En tout cas, étrangement son stresse venait de disparaître, seul la détermination rester.

Sho – Je crois que nous devrions nous mettre en route dès maintenant, je t'expliquerai le but de notre mission sur le chemin.

« Shinji – Oui ! »

C’est donc avait un large sourire qu’il accueillit la tirade de Sho. Maintenant l’heure de la parlotte devra être remise à plus tard, car ils devaient se dépêcher. Donc il renferma ses questions au fond de son cerveau et essaya de se concentrer sur la route et sur les bruits de pas du Chuunin. Pour se faire il se calqua sur les pas de celui-ci. La technique était assez simple, surtout quand on l’utilisait depuis ses premiers pas comme Shinji. Donc, alors que la brise matinale lui rafraîchissait le visage, il laissa ses pensées vagabonder au rythme de leurs pas. L’odeur des pins, et de toutes les variétés d’arbres monta à ses narines, signe qu’ils avaient quitté le village et qu’ils attaquaient l’une des quatre routes principales.

Au bout d’un moment il ne fit même plus attention à ce qui ce trouvait autour de lui, ses cinq sens relégué par le sixième. Il ne faisait même plus attention à rien, comme ci le calme qui émergeait de cette matinée l’emportait vers un autre monde. Il semblait tellement loin qu’il ne réalisa pas tout de suite que Sho lui parlait.

Sho – Yoigoshi-sama dit que tu te débrouilles plutôt bien en cours. C'est une bonne chose.

Il cligna des yeux et resta interloqué un petit moment. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre ce qu’il venait de lui dire. C’est quand ses joues rosirent qu’il comprit enfin le sens des paroles de Sho. Mal à l’aise il détourna le regard et bégaya.

« Shinji – Euh… Mer… ci… Nag… Nagoshi-Sama... »

Sho – Cette mission te permettra de gagner en pratique, même si rien ne semble indiquer que nous devrons nous battre pour arriver à nos fins.

Cette fois ci par contre, il ouvrit de grands yeux. Il avait complètement raison, il allait forcement obtenir plus d’expérience. Donc il pourra saisir certaine chose avec plus d’efficacité. Et même s’ils ne se battaient pas, ce n’était pas important, tant que ça lui apportait. Shinji resta encore quelques temps ainsi, les yeux dans le vague. Enfin dans le vague c’est vite dit, étant aveugle jamais il n’eut des yeux vivant. Mais ce que venait de dire le Chuunin était vrai, même si Shinji le savait, il ne l’avait vraiment comprit que maintenant. Il reporta son attention sur Sho car il ouvrit à nouveau la bouche.

Sho – En attendant, voilà ce qui nous attend. Nous nous rendons au Pays de l'Herbe, dans un petit village du nom de Sano. Là-bas, nous rencontrerons la famille Seigen, dont l'aînée, Kazumi, a été choisie par le fils de la famille Moe. Le mariage est prévu pour le premier jour de l'été mais Kazumi ne semble pas vouloir s'y présenter. Son père nous a contacté pour résoudre le problème. Il a beau eu la menacer de la déshériter, Kazumi ne veut rien entendre. Intéressant n'est-ce pas ?

Les yeux sérieux, il soupesa déjà les informations qu’il venait de lui donner. Convaincre une fille pour un mariage, effectivement c’était original. Mais pourquoi appeler des ninjas pour seulement convaincre quelqu’un ? Un ninja est la pour se battre et non pour ce genre de chose. Il ne comprenait pas pour une fois.

« Shinji – Effectivement… Original... »

Sho – Sachant cela, que devrions-nous faire d'après toi ? Je sais que cela fait très peu d'éléments à prendre en compte, mais rien qu'avec ça, qu'est-ce que tu ferais si tu étais seul à décider ?

Shinji haussa un sourcil, dans sa phrase il venait de sentir une pointe d’excitation. Mais il l’oublia bien vite, car on venait de lui demander son avis. Un peu désorienté et n’ayant pas l’habitude il se renferma sur lui-même et du se replonger dans ses pensées. Au bout d’un moment finalement il sourit, timidement, mais il sourit quand même. Avant de lever ses yeux d’aveugle vers la présence du chuunin.

« Shinji – Hum… Difficile à dire… N’ayant déjà aucune expérience je doute que ça soit efficace. Un mariage arrangé n’à jamais était bon, que ce soit pour l’une ou l’autre partie. Je pense que dans cette situation, la fille préférera presque être déshéritée plutôt que de se marier avec quelqu’un qu’elle ne connaît pas assez. Et je doute que des ninjas change la donne. En prenant en compte tout ça, la meilleure solution serait d’essayer de trouver un terrain d’entente. Car généralement les mariages arrangés son plus pour accomplir des alliances politiques que autre chose. Sinon, j’ai aucune idée comment on pourrait faire… »

Shinji se gratta un peu le derrière du crâne et détourna un peu les yeux, gêné.

« Shinji – Désolé… Nagoshi-sama »

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Ven 22 Jan - 0:58

¤,.°o°O Spécial : Mission rang C O°o°.,¤
3

Le duo abordait une pente douce au pied de laquelle s'ouvrait une large plaine. La route y disparaissait par des détours sinueux. Fort heureusement, Sho connaissait bien assez la région pour ne pas avoir à s'y perdre. Le chemin qui devait les conduire aux frontières du Pays de la Neige était trop ancien, beaucoup plus ancien que la route principale qui descendait à une vingtaine de kilomètres de leur position. Ce chemin, Sho l'avait choisi pour sa discrétion. Peu de gens le connaissaient. Lui l'avait parcouru en compagnie du vieux Hondô qui par une journée d'hiver l'avait conduit dans la plus basse région du pays pour y cueillir quelques herbes aromatiques.

Aussi bifurqua-t-il soudainement vers le sud-ouest, s'enfonçant vers des terrains boueux où l'herbe luisait d'une belle couleur verte. Shinji était toujours près de lui, silencieux ou trop occupé à réfléchir à ce qu'il devait dire. Sho adressait de temps à autre un regard dans sa direction pour s'assurer qu'il était toujours là et que tout allait globalement pour le mieux.

Son sourire se fit plus franc quand il l'entendit répondre à sa question éthique. Tirées par une force invisible, ses paupières se clorent.

Ce garçon était plutôt perspicace. Il voyait clairement l'objectif. Un mariage arrangé ne pouvait qu'engendré des problèmes à plus ou moins long terme. Shinji avait compris qu'une raison politique, voir peut-être même économique, se cachait derrière ce mariage. Il était sur la bonne voie. Les Moe étaient des nobles influents d'après le rapport et les Seigen, une famille sur le déclin dont les économies laissaient vaguement à désirer. Le père de Kazumi voulait certainement redorer le blason de sa famille en autorisant un tel mariage. Il n'y avait donc aucune surprise à savoir son aînée réfractaire à l'idée d'épouser un parfait inconnu. D'autant que la menace d'être déshériter ne semblait pas vraiment en être une au vu des économies de la famille.

Sho distinguait plusieurs pistes à suivre mais il ne se déciderait à n'en suivre qu'une lorsqu'il se serait entretenu avec Kazumi. Pas avant.

Sho – Tu es sur la bonne voie.

Il rouvrit les yeux pour regarder au loin.

Sho – Ne brusques jamais les choses, attends d'avoir toutes les cartes en main avant d'établir un plan viable.

Sans rien ajouter de plus, il suivit un chemin de terre séparant plusieurs hectares de rizières. Talonné par Shinji, il grimpa ensuite au sommet d'une toute petite colline où il put contempler le panorama. Les terres du sud étaient si peu vallonnées qu'on pouvait apercevoir d'épais nuages stagnant au-dessus du Pays de la Neige alors que les frontières de ce dernier se trouvaient à plusieurs centaine de kilomètres. La suite du voyage se déroula dans un calme relatif. Sho posait de temps à autres des questions à son compagnon de route pour en apprendre un peu plus sur lui et sa manière de raisonner. Ce dernier lui rendait la pareille dès qu'il s'en sentait le courage. Ainsi continuèrent-ils leur périple vers le sud, direction Yuki.

¤¤¤

Sho se tenait sur le balcon de sa chambre d'hôtel. Lui et Shinji étaient arrivés à Yuki aux premières heures du crépuscule et s'étaient tout de suite réfugiés dans une auberge d'assez bonne facture où ils avaient loués deux chambres pour la nuit. Dans le regard de l'eisei-nin se dessinait l'horizon du village caché de la neige – dont le nom n'aurait pu être mieux choisi. Jusqu'à perte de vu, une fine pellicule de neige recouvrait toits et chaussées, rendant le panorama presque festif. On pouvait également entendre le bruit de l'eau tombant goutte à goutte dans la ruelle en contrebas. Quelques villageois allaient et venaient sous son nez, n'apportant aucune attention à l'étranger qu'il était. Mais au dessus de lui, à quelques pas de distance, deux ombres se tenaient bien droites à l'abri de ses yeux. Sho se doutait qu'une équipe locale avait du être affecté à leur surveillance mais celle-ci était bien assez entraînée pour échapper à son regard perçant. Par les temps qui courent, mieux valait prendre ses précautions.

Tout semblait si calme.

Sho revint s'asseoir à l'intérieur. La chambre qu'il avait prise était assez sommaire. Un lit, un fauteuil, une commode et une lampe sur pied qui projetait une lumière légèrement jaunâtre sur les murs. Le confort était relatif mais Sho ne s'attardait pas à ce genre de détail. Il était très probable qu'il ne ferme pas l'oeil de la nuit de toute façon. Que le matelas du lit soit confortable ou pas, que la chambre soit chaleureuse ou pas, ça n'avait aucune importance. Un toit sous lequel passer la nuit suffisait amplement.

La solitude pouvait le suivre partout où il allait, en chef d'équipe avisé, il avait néanmoins une pensée pour son compagnon de route.

Première mission de rang C et premiers pas à l'étranger, il y avait certainement de quoi être impressionné. Shinji avait pourtant fait preuve d’un sang-froid remarquable. Calme, discret, attentif, il s'était montré réservé et presque inexpressif. Ce qui en soit convenait tout à fait à Sho. Malgré ça, Shinji avait encore tout à prouver. Cette mission n'était qu'une entrave diplomatique, rien qui ne puisse vraiment le mettre en danger. Sho espérait bien le voir en action un jour. Peut-être le sentirait-il trembler, douter ; peut-être verrait-il la peur s'insinuer dans ses yeux ? Peut-être.

Il se leva et se servit un verre d'eau qu'il avala d'une seule traite. Il regarda un instant par la fenêtre, sans raison, puis il quitta discrètement sa chambre pour aller frapper à la porte située juste en face de la sienne. Deux coups suffirent. Des bruits de pas s'appuyant sur un parquet grinçant se firent entendre puis un visage mât couvert de cheveux blancs se présenta dans l'ouverture de la porte.

Sho – Que dirais-tu d'apprendre une nouvelle technique ?

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mer 27 Jan - 16:30

~_/ Promise \_~
- Première nuit-


Sho – Tu es sur la bonne voie.

Shinji fut surpris qu'on le complimente ainsi. Surtout qu'il avait répondu sans vraiment réfléchir, disant simplement ce qu'il pensait ou ce qu'il croyait savoir. Sans comprendre pourquoi il était vraiment content de faire cette mission avec Sho, une petite voie en lui, lui disait que quelque chose de bénéfique ce passerait avec lui.

Sho – Ne brusques jamais les choses, attends d'avoir toutes les cartes en main avant d'établir un plan viable.

« Shinji – Merci, je ferai de mon mieux Nagoshi-sama, dit il alors que la rougeur lui montait aux joues. »

Après ça, mystérieusement il ne parla plus du tout, trop occupé à réfléchir sur ce qu'il venait de dire. Au bout d'un moment il senti l 'air frais l'assaillir, ce qu'il voulait dire que le soir tombait. Ça faisait maintenant plusieurs heures qu'ils marchaient, essoufflant plus vite encore notre jeune genin. Mais il ne se lassa pas démonté par ça, et resta derrière le Chuunin. Fallait dire aussi qu'il n'avait pas l'habitude de voyager, étant restant tout le temps dans le pays de la foudre. Mais il était heureux de pouvoir sortir ainsi du pays, même si à cause de sa cécité il pouvait pas profiter des merveilles, voyageait restait quelque chose de bénéfique pour lui. Pendant le trajet il fut assaillit de question, essayant d'y répondre du mieux qu'il pouvait. Et quand il en avait l'occasion il prenait un certain plaisir à en connaître plus sur le chuunin. Étrangement, malgré la différence de grade, et le fait qu'il se connaissait que depuis peu, il aimait bien la compagnie de Sho. Il était constamment poli et calme en sa présence. Honnêtement ça changeait de Amaya et de son tempérament de feu.

Il faisait maintenant nuit, allongé dans son lit dans une auberge de Yuki. Notre jeune Genin était encore entrain de réfléchir à ce que lui avait dit Chuunin au début du voyage. Le but de la mission l'intriguait au plus au point. Car leurs devoir de ninja était d'obéir aux ordres, c'est à dire qu'il devait faire en sorte que Kazuma épouse l'héritier de la famille Moe, famille influente. Mais était ce une mission pour eux ? Surtout que lui Shinji il n'était pas du genre à forcer qui que ce soit à agir contre sa volonté. Et Kazuma était un être humain et ressentait des émotions comme tous le monde. Mais le devoir passait avant tout et il suivrait les ordre à la lettre, même si ça ne lui plaisait pas. Il connaissait les conséquences, quand il est devenu ninja.

Au fur et à mesure que le temps passait, il laissa ses pensées vagabonder en repensant au trajet qu'il avait parcouru avec le Chuunin. Malgré sa cécité il avait put sentir de nouvelle odeur, appartenant à de nouvelle plante. Ces nombreuses senteur avait était quelque chose de unique pour lui. Et la tranquillité du voyage changeait de beaucoup avec son quotidien, si « dévastateur ». Amaya savait mettre du piquant dans ses journées, et il était content qu'elle soit la pour lui, mais à force ça devenait une vrai routine. Changer d'air de temps en temps ça faisait du bien, et le mieux c'était quand ça lui apportait quelque chose au final. Et puis Sho était très chaleureux et très poli avec lui, il appréciait les moments de discussion en sa compagnie. Il avait déjà appris plein de choses sur les villages et pays environnant. Par exemple Le pays de la neige ou il était, même si c'était pas un pays avec des villages ninja, il possédait quand même leur propre milice.

Au même moment des bruits de pas montèrent à ses oreilles, il était légers et lents. Le rythme, compris t-il immédiatement, appartenait au Chuunin. Il approchait de sa chambre. Avec un sourire notre jeune Genin se leva et se prépara à se lever pour lui ouvrir la porte. Au moment ou deux toc retenti il se redressa pour s'avancer jusqu'à l'entrée, se servant de ses mains pour pas rencontrer d'obstacle. Quand il ouvrit, un lourd silence s'installa au début avant que le Chuunin ouvre la bouche.

Sho – Que dirais-tu d'apprendre une nouvelle technique ?

Le jeune Kagami resta quelques instant incrédule, les yeux grand ouvert. Malgré sa cécité, pour une fois une drôle de lueur brillait dans ses yeux terne. Il prit bien le temps de digérer ce qu'il venait d'assimiler. On venait de lui proposer d'apprendre une technique. Le Chuunin était venu de lui même pour lui proposer ça. Finalement un sourire fleuri sur ses lèvres et une nouvelle lueur apparu dans ses yeux vide, plus dans le domaine de la détermination cette fois ci. Il s'inclina respectueusement devant lui et annonça sa réponse.

« Shinji – J'en serais ravi, Nagoshi-sama ! »

Il se redressa puis avec un sourire, il essaya de rester calme, alors qu'une excitation le prenait. Il avait du mal à rester en place. Il voulu lui poser mille question sur la technique et tout ce qui la concernait, mais il préférait attendre que ça soit lui qui lui en parle. Au final il allait le savoir, donc il oublia ça et se laissa envahir par sa curiosité et lui posa la question :

« Shinji – Qu'elle genre de technique vous allez m'apprendre, Nagoshi-sama ? »

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Jeu 28 Jan - 19:33

¤,.°o°O Spécial : Mission rang C O°o°.,¤
4

Un silence presque dénué de sens s’interposa entre les deux kuméens. Tous deux se regardaient sans réellement se voir. Par sa hauteur, Sho observait la réaction de Shinji avec un certain recul. Quant au Genin, la vision de cet instant n’était que pur ténèbre. Aucun signe, aucun contact, juste le silence pour maître de cérémonie. La relation de sensei à élève avait cette facilité d’écoute et d’observation qui rendait leurs relations si simples par moment et si complexes par d’autres. L’élève hésitant toujours à répondre au sensei et le sensei ne rechignant jamais à poser une question à l’élève. La règle était restée inchangée depuis plusieurs siècles. Son efficacité n’était plus à démontrer.

Sho releva avec un certain amusement l’expression qui illuminait le visage de Shinji. La règle était restée inchangée. Le sensei offrait son savoir à l’élève parfois en échange de sa reconnaissance. Dans le cas présent, Sho ne cherchait pas à avoir la reconnaissance de son élève. Il voulait simplement l’élever à un meilleur niveau pour son bien comme pour celui du village. Mieux les nouvelles générations seraient préparées aux défis, mieux elles affronteraient l’avenir. C’était en quelque sorte dans l’ordre des choses. Lui aussi était passé par là. Arrivé les mains presque vides à Kumo, il avait gravi les échelons un à un, patiemment. On lui avait appris ce qu’il y avait à apprendre dans l’espoir qu’il survivrait aux défis du futur. Aujourd’hui encore, il apprenait et survivait aux défis de son temps. Mais parce qu’il avait reçu l’héritage de Kumo, il se devait de transmettre cet héritage aux jeunes générations pour qu’à leur tour elles puissent le transmettre à d’autres.

C’était indéniablement dans l’ordre des choses.

L’eisei-nin sourit au moment où Shinji s’inclina poliment. Le Genin avait des fourmis dans les jambes à la seule idée d’apprendre une technique. C’était un bon début. La motivation restait une clé indispensable à la réussite de n’importe quel apprentissage. La curiosité était également un facteur important. Un facteur dont Shinji semblait coutumier. Nullement surpris par sa question, Sho plongea son regard perçant dans le sien – bien qu’il savait pertinemment que Shinji ne pouvait pas le croiser à proprement parler. La voix détachée mais ferme, il lui répondit ceci :

[Sho] – Un médecin utile est un médecin vivant.

[Sho] – Je vais t’apprendre une technique qui te permettra de rester en vie pour peu que tu saches gérer correctement tes réserves de chakra.

Sur ces mots, Sho entra dans la chambre. Comme il l’avait imaginé, elle était à peu de choses près identique à la sienne. Seule la disposition du mobilier différait quelque peu. Silencieux, il se dirigea vers le fauteuil situé dans un coin de la pièce. Une fois installé, il accompagna du regard les déplacements de Shinji jusqu’à ce qu’il se soit assis.

Apprendre une technique demandait une grande concentration. Il allait également falloir de la vigilance car ils n’étaient pas en territoire kuméen. Si, comme le pensait Sho, les forces de Yuki les guettaient, il y avait fort à croire que la moindre émanation trop importante de chakra piquerait à vif leur curiosité. Ils n’étaient que de passage pour une nuit. Leur route était encore longue. Sho voulait à tout pris éviter l’incident diplomatique. C’est pourquoi son choix s’était porté vers une technique tout de même assez basique du répertoire défensif mais dont l’efficacité pouvait s’avérer un allié de choix au rang de Shinji. Avec l’expérience, la technique prenait un peu plus d’ampleur mais Sho savait qu’elle trouvait rapidement ses limites pour un Chuunin expérimenté par exemple. Mais qu’importe, le moment voulu, Shinji découvrirait d’autres techniques plus efficaces. Pour l’heure, celle qui avait été choisi pour lui faisait l’affaire.

[Sho] – Nous l’appelons Saisei. La régénération.

Son regard se fit plus vague.

[Sho] – En l’utilisant, on augmente la production de protéines dans l’organisme. Ce qui accroît la guérison et la cicatrisation des plaies. Correctement utilisée, cette technique pourrait très bien surprendre tes ennemis par son efficacité. A peine serais-tu touché par le tranchant d’un katana par exemple, que la régénération refermerait aussitôt la plaie sous le nez de ton adversaire.

[Sho] – De quoi rendre fou n’importe qui.

Sho se souvint en particulier d’un entraînement qu’il avait suivi alors qu’il n’était encore qu’un jeune Genin. Dans les plis des montagnes, il avait affronté son amie Setsuko au gré de la lame de son katana. Les coups étaient tombés comme des éclats d’argent sur la terre mais jamais ils n’avaient blessés, jamais. La faute à la puissante technique de régénération. Les coups étaient bel et bien tombés mais la médecine s’était montrée plus rapide, rendant inefficace le moindre contact physique. Ce jour là, Sho avait eu une esquisse de la toute puissance des eisei-nin. Ce jour là, il avait réalisé que l’Eisei était réellement capable de « sauver » n’importe qui des pires situations.

Les mains entrelacées, il eut à peine le réflexe d’enchaîner deux signes que ses yeux rencontrèrent ceux de Shinji. Le déclic se fit sans plus tarder. Ses mains se séparèrent. Shinji était aveugle. Il lui était donc impossible de voir la série de signes qu’il s’apprêtait à lui présenter. Un sourire aux lèvres, Sho ramena ses bras contre son corps et se contenta d’expliquer oralement la marche à suivre.

[Sho] – Serpent, cheval, coq, chien et buffle, composent la série de signes incantatoires. Au moment d’exécuter le dernier signe, relâches une petite quantité de chakra. Elle servira de dose témoin. Tant que tu n’en décideras pas autrement cette dose continuera de panser tes blessures à intervalle de temps régulier.

Il s’enfonça un peu plus dans le fauteuil, guettant attentivement les mouvements de Shinji.

[Sho] – Vas-y. Essayes.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mer 10 Fév - 14:01

[Sho] – Un médecin utile est un médecin vivant.

[Sho] –
Je vais t’apprendre une technique qui te permettra de rester en vie pour peu que tu saches gérer correctement tes réserves de chakra.

Shinji du s’y reprendre à plusieurs fois pour assimiler ce que venait de dire le Chuunin. Les yeux agrandi par la surprise, drôle de mélange quand on savait que cela n’exprimait rien, pas même un sentiment. Toutefois, il n’aurait jamais pensé qu’il apprendrait si tôt une technique de médecine. Au début il avait plus pensé à une technique de base dans le genre de la permutation ou s’en approchant. Enfin bien sur c’était un exemple, car la permutation il la maîtrisait depuis longtemps maintenant.

Sinon fallait avouer qu’il était très curieux de connaître le nom et en quoi consistait exactement la technique. Car rester en vie était quelque chose de très vaste, beaucoup de technique le permettait. Mais son instinct lui disait que celle-ci serait vraiment spéciale, et plutôt basé Défensif. Le problème qui allait se poser c’est qu’il n’était pas très bon pour gérer son chakra, les seules techniques qu’il maîtrisait ne lui demandait pas une très grande maîtrise. Cependant ce n’était pas le moment de s’y intéresser car Sho ne lui avait encore rien expliqué.

Dans le même temps il senti un froissement d’étoffe à côté de lui, et de léger pas qui se diriger dans sa chambre. Le Chuunin venait de rentrer, donc sans attendre Shinji le suivit. Le bruit que fit le canapé lui annonça qu’il venait de s’y asseoir. Notre Genin se posa donc en face de son senpai. Les yeux dans le vide il attendait qu’il continue son explication, le corps frémissant de tout savoir. Au bout d’un moment qui pour lui aurait pu être une éternité, il commença.

[Sho] – Nous l’appelons Saisei. La régénération. Une petite pose suivit cette déclaration, Shinji sentait la pression montait. En l’utilisant, on augmente la production de protéines dans l’organisme. Ce qui accroît la guérison et la cicatrisation des plaies. Correctement utilisée, cette technique pourrait très bien surprendre tes ennemis par son efficacité. A peine serais-tu touché par le tranchant d’un katana par exemple, que la régénération refermerait aussitôt la plaie sous le nez de ton adversaire. De quoi rendre fou n’importe qui.

Ses yeux s’agrandirent de nouveau. Décidément, aujourd’hui il aurait pu facilement passer pour un homme globuleux à toujours avoir ses yeux ronds comme des soucoupes. Donc c’était un sort de guérison… Honnêtement Shinji n’aurait jamais pensé à un simple sort comme ça. Mais il y voyait une normalité dans le choix du Chuunin. Etant donné que c’était une technique très utile quand il s’agissait de combattre. Par contre elle devait coûter cher en chakra car pour refermer ses plaies après chaque attaque, fallait soit maintenir son chakra comme pour marcher sur l’eau, soit il ne savait pas… Dans tout les cas elle sera facile à maîtriser et Shinji le réaliser.

Maintenant il n’attendait plus que les instructions de Sho, la marche à suivre pour réussir la technique. Et honnêtement il redoutait de la louper, de montrer une piètre image de lui devant l’un des plus grands Ninjas médecin du village. Quand Sho ouvrit la bouche pour donner les noms des signes à exécuter, il senti un frisson le parcourir.

[Sho] – Serpent, cheval, coq, chien et buffle, composent la série de signes incantatoires. Au moment d’exécuter le dernier signe, relâches une petite quantité de chakra. Elle servira de dose témoin. Tant que tu n’en décideras pas autrement cette dose continuera de panser tes blessures à intervalle de temps régulier.

Etant donné qu’il ne répétera pas il prit bien soin de mémoriser chaque signe, ainsi que la marche à suivre. Il ne voulait pas le forcer à recommencer. Heureusement il put les retenir assez facilement. Et avec ce qu’il venait de dire il comprenait bien mieux la marche à suivre. Il voyait le chakra comme un onguent qu’on appliquait sur les plaies… mais de l’intérieur. Quand il disait de relâcher une dose de chakra il voulait certainement dire qu’il devait le laisser circuler dans son corps. Pour la suite après, vraisemblablement, on utiliser la même méthode que celle pour grimper aux arbres. Libérer une dose fixe de chakra pour la technique, seulement la on devait la libérer dans tout le corps et non dans uniquement la plante des pieds. En clair ça représentait un exercice beaucoup plus dur.

[Sho] – Vas-y. Essayes.

De nouveau déterminé, le regard résolu, il inclina sa tête et lui répondit :

« Shinji – Oui ! »

Sans attendre il joignit ses deux mains et effectua les signes qu’il avait mémorisés plus tôt. Serpent, cheval, coq, chien et en finissant par buffle il tenta de lâcher une petite quantité de chakra dans tout son corps. Mais au même moment une idée lui vient à l’esprit, c’était bien beau de faire comme il avait dit. Mais il n’avait aucun moyen de savoir si ça marchait ou pas. Fallait donc qu’il se coupe ou qu’on le coupe, car seul une blessure pouvait servir de preuve actuellement. Il fit par donc de son raisonnement au Chuunin.

« Shinji – Nagoshi-sama… Je viens de penser à un truc… On ne pourra pas vérifier si ça à marché ou pas ! Sans une blessure visible sur mon corps, on à aucune preuve visible. »

Le temps que Sho réponde à sa question il tâtonna dans sa sacoche pour sortir un kunai, car il allait devoir se blesser, il en était presque sûr. Une fois brandi devant lui il releva la tête est attendit que le Chuunin prenne sa décision, son bras tendu devant lui.

« Shinji – Si vous le voulez, je suis prêt. »

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Lun 15 Fév - 19:59

Attentif, bien que silencieux, Sho observa minutieusement la gestuelle de Shinji. La vitesse d'exécution des signes, leur synchronicité, le dosage de chakra, son relâchement, il analysa absolument tout dans les moindres détails. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que Shinji s'en sortit plutôt bien malgré un léger recul en fin d'exécution. Fronçant légèrement les sourcils, Sho leva ses yeux vers le visage du Genin. Rien de particulier ne s'y reflétait. Pourtant, il était bel et bien persuadé que quelque chose avait retenu Shinji en fin d'exercice.

Comme s'il avait lu dans ses pensées, ce dernier lui fit remarquer un détail qui avait toute son importance mais que Sho avait délibérément laisser de côté. Shinji n'était pas blessé. Selon lui, il lui était impossible de savoir si la technique fonctionnait ou non sans avoir de vu sur une blessure bien nette. Sho n'était bien évidemment pas de cet avis. Il le laissa néanmoins poursuivre son raisonnement jusqu'au bout. Shinji sortit un kunai affûté comme la lame d'un rasoir et tendit son bras vers l'avant, se montrant prêt à taillader sa peau dès qu'il lui en donnerait l'ordre. Amusé, Sho se leva de son fauteuil et marcha jusqu'à projeter la totalité de son ombre sur Shinji. Il se pencha et l'attrapa par le poignet, l'obligeant à desserrer l'étreinte qu'il exerçait sur le kunai. L'arme partiellement libérée, il s'en saisit et la rangea dans la poche de son pantalon.

On n'entendit ensuite que le bruit de ses pas s'éloignant vers la porte. Arrivé devant elle, il s'arrêta et l'ouvrit dans un léger grincement. Le pied à peine poser sur le palier, il tourna légèrement sa tête vers son épaule gauche.

[Sho] – Profite de cette nuit pour te reposer. Demain, je te réserve un entraînement que tu n'es pas prêt d'oublier. Nous verrons à ce moment là combien de temps tu peux supporter la régénération.

La porte se referma dans un faible claquement sonore, laissant Shinji seul.

***
Le frottement métallique était toujours le même, suivi par un léger sifflement. La boucle du kunai tournoyait autour de son index à une vitesse vertigineuse. Parfois, il arrêtait brusquement sa course, abaissait ses yeux sur la lame, puis il lui redonnait assez d'impulsion pour tourner de nouveau comme si de rien n'était.

Adossé contre un mur dans la ruelle vide qui bordait l'auberge, Sho regardait avec une certaine impassibilité le soleil se lever à l'est, entre les deux pics qui s'offraient à sa vue. L'astre du jour n'était encore qu'une bille orange qui se transformait progressivement en une bulle d'un ton plus clair. Les ruelles de Yuki no Kuni étaient encore plongées dans une légère pénombre, attendant patiemment l'heure de leur illumination. Le silence, lui, régnait encore en maître sur le petit village caché. Sho aurait put entendre n'importe qui respirer dans un rayon de trente mètres mais c'est un bruit de pas qu'on pose sur une tuile qui l'alerta. A peine eut-il levé le nez en l'air qu'une silhouette sauta du toit qui le surplombait et atterrit face à lui. Il s'agissait d'un garçon d'une vingtaine d'année à vu d'oeil, aux cheveux bruns ébouriffés. Son visage se voulait ferme, comme si jamais aucun sourire ne s'y était dessiné, alors que ses petits yeux verts brillaient par leur malice et leur détermination. Sho s'attarda un instant sur le bandeau qui pendait à son cou. Quatre points, dont trois étaient alignés en diagonal. Nul doute, il avait affaire à un ninja de Yuki.

En passant respectueux, il lui sourit et inclina la tête pour lui présenter ses salutations. Mais le ninja de Yuki ne le lui rendit pas. Beaucoup de ninja aurait certainement prit ce silence pour un affront, mais il n'en fût pas ainsi pour Sho. Il était ici en territoire étranger. Bien que les relations entre Yuki et Kumo se portaient, selon les dires, au mieux, il n'avait aucun devoir à tenir ici. Il s'était déjà montré bien poli en saluant l'inconnu. Il n'était pas dans ses cordes d'engager une conversation, d'autant plus qu'il ne l'avait aucunement cherché.

Sans ses préoccuper des yeux qui le fixaient, Sho reporta son regard vers l'est et son horizon rouge orangé.

[?] – Que font deux kuméens à Yuki ?

[Sho] – Ils prenaient une nuit de repos avant de reprendre leur route.

[?] – Où es le ninja qui vous accompagne ?

Sho désigna une fenêtre au deuxième étage de l'auberge, son regard malgré tout dirigé vers l'est.

[Sho] – Dans sa chambre. Il doit encore probablement dormir à poings fermés.

[?] – Beaucoup de ninja venus des quatre coins du monde passent par ici ces temps-ci. Et je ne parle ici que de ceux que nous arrivons à repérer. Car depuis l'attaque d'Asahi, beaucoup de gens se sont sentis pousser des ailes, des gens peu fréquentables. Mais vous autres kuméens n'êtes pas de cet acabit, tout du moins l'espérons-nous.

Sho ferma les yeux.

[Sho] – L'extrême vigilance de Yuki me surprend. Ou serait-ce de la méfiance ?

Un trait apparut sur le front de l'inconnu, comme s'il était contrarié.

[?] – Yuki et Kumo nourrissent une amitié enracinée depuis de nombreuses années. Je fais simplement mon travail en m'assurant que les étrangers entrant sur notre territoire ne représentent pas un danger. N'avez-vous pas les même manières à Kumo ... Sho-san ?

L'eisei-nin rouvrit ses yeux, surpris d'entendre son nom dans la bouche de ce parfait inconnu.

[?] – Vous ne vous souvenez probablement pas de moi, mais moi je me souviens très bien de vous.

Sho était d'autant plus surpris qu'il ne trouvait aucune trace de ce garçon dans sa mémoire. Qui pouvait-il être pour le connaître ? Peut-être un haut gradé du village qui avait accès à des informations confidentielles ? Non, peu probable. Sa manière de procéder ressemblait à celle d'un Chuunin employé à la sécurité interne. Ou alors ...

[Sho] – J'avoue ne pas vous reconnaître. Néanmoins, si je devais choisir le seul lieu probable de notre rencontre, je parierai sur le dernier Examen Chuunin, à Konoha.

Le ninja de Yuki laissa un sourire fendre son visage. Ce qui lui donna un air particulièrement malsain.

[?] – C'est exact. Je faisais parti du groupe des poursuivants qui est passé juste avant le vôtre. J'étais également assis dans l'arène quand vous vous êtes battus contre cette kiréenne spécialisée dans le Genjutsu. C'est là que j'ai appris votre nom.

[Sho] – Vous savez dans ce cas que je ne suis pas un danger pour votre village.

[?] – Nous ne sommes pas en guerre, alors je suppose que non.

Une femme se matérialisa soudainement derrière lui. Elle avait de longs cheveux roux attachés dans son dos, de beaux yeux bleus, une taille de guêpe, et portait des vêtements qui comprimaient son opulente poitrine.

[?] – Chiba ! Le daimyo nous attend ! Qu'est-ce que tu fou ici ?

[Chiba] – Rien Ryoko-sensei ... Répondit-il avec un calme olympien sans quitter Sho des yeux. ... rien ...

[Ryoko] – Alors grouille-toi ! Et plus vite que ça !

La rousse lança un regard à Sho et disparut dans un nuage de poussière. Chiba le fixa et finalement courba sa nuque.

[Chiba] – Bonne route.

Il se volatilisa à son tour.

Au même moment, la fenêtre du second étage s'ouvrit, attirant le regard de Sho. Il vit la petite tête de Shinji se glisser dehors et le regarder avec des petits yeux.

[Sho] – Il était temps ! Dépêche-toi de descendre, le Pays du Feu n'attend plus que nous.
_____________________________________
☆ Post 5 ☆
HS ^ Mission C : Promise

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Jeu 18 Fév - 1:48

Quand Shinji entendit le fauteuil grincer et des pas léger bouger sur le sol, il ne put s’empêcher d’ouvrir de grands yeux. Pour une raison inconnu, Nagoshi-sama venait de se lever, car oui c’était lui. Aux dernières nouvelles ils étaient que tout les deux dans la chambre. Puis il entendit les pas s’approcher de plus en plus de lui, sentant une légère impression d’étouffement le saisir. Il comprit tout de suite que Sho c’était avancé vers lui, et avant de saisir ses intentions, il lui saisit le kunai pour le lui retirer de la main. L’étonnement de notre jeune genin était vraiment à son paroxysme, mais bon s’il ne voulait pas qu’il s’entaille il aurait put lui dire directement. Maintenant sont cerveau fourmillait de question. Alors que le Chuunin s’éloignait de lui, alors que la porte grinçait il l’entendit s’arrêter. Puis il lui dit :

[Sho] – Profite de cette nuit pour te reposer. Demain, je te réserve un entraînement que tu n'es pas prêt d'oublier. Nous verrons à ce moment là combien de temps tu peux supporter la régénération.

Puis un claquement de porte lui indiqua qu’il était parti. Notre pauvre genin resta encore plusieurs minutes assis, essayant de faire le tri dans son cerveau. La seule chose qu’il arrivait à voir c’est qu’il avait sciemment refusé qu’il s’entaille pour qu’il puisse se reposer et être en forme demain. Donc il pouvait en déduire que le chuunin lui réservait un entraînement des plus éprouvant, sinon il l’aurait sûrement laissé faire. Au bout d’un moment il en eu marre de réfléchir, alors il se leva et rejoignit son lit, ou trop fatigué il s’endormit dessus encore habillé…

¤¤¤

C’est en sursaut qu’il se réveilla, le front en sueur. Il lui fallut quelques temps pour rependre son souffle, alors qu’il secouait son haut, collé contre son torse humide. Encore… Il venait encore de revivre ce fameux jour… Depuis quelques temps il le refaisait tellement souvent. En tâtant sur les draps, il eu du mal à rejoindre le bord du lit pour si asseoir. Alors qu’il jetait en arrière ses cheveux collants, il se leva. Une fois fait il alla prendre une douche pour retirer toute cette sueur. L’eau lui fit un bien fou, permettant à ses pensées de se remettre en place. Alors qu’il sortait torse nue, s’essuyant il eu un choc, la pièce empestait et la chaleur était insoutenable.

Sans attendre il se dirigea vers la fenêtre, en chemin, alors que le calme se faisait sentir, il en tendit des voix monter de la ruelle derrière la fenêtre. Le sons était trop étouffer pour qu’il puisse comprendre quoi que se soit. Mais curieux comme il est il s’arrêta et essayer d’écouter, malheureusement il n’entendait pas les mots correctement, malgré son ouie développé. Par contre il put comprendre que l’une des voix appartenait à Sho. Sa curiosité piqué au vis, plus l’envie d’aérer cette pièce il se précipita à la fenêtre. Faisant fit de la moindre discrétion il l’ouvrit d’un coup, se payant par la même occasion les affreux grincement. Au même moment une voix s’éleva d’en bas, qu’il reconnu tout de suite comme étant celle de Sho.

[Sho] – Il était temps ! Dépêche-toi de descendre, le Pays du Feu n'attend plus que nous.

Un sourire aux lèvres il hocha de la tête pour acquiescer. Puis il rentra en trombe dans la chambre pour renfiler ses vêtements. Une fois fait il monta ses sacs, l’un sur le dos et l’autre à sa taille. Pour finir il attacha son wakizashi à dans son dos. Une fois prêt il s’approcha de la fenêtre et bondi par-dessus bord. Atterrissant souplement sur le sol, le bruit des graviers sous ses pieds l’agressa un peu, mais il se retient de faire une grimace. Il se tourna vers Sho et lui offrit un grand sourire avant d’annoncer fièrement.

« Shinji – Je suis prêt Nagoshi-sama ! »

Puis il se renfrogna d’un coup, car une pensée lui revint, l’évènement de la nuit dernière le tracassait trop, il fallait qu’il en fasse part à son maître. Mais il n’osait pas… Finalement au bout d’une bataille acharné qui dura pas plus d’une minute, il se jeta à l’eau.

« Shinji – Nagoshi-sama… Hier soir, si vous m’avez bloqué c’est parce que vous aviez prévu de m’entraîner à cette technique en condition réel non… ? ça veut dire qu’on va se battre… ? »

Même si il était excité à cette idée la, une peur montait de plus en plus en lui. Il avait affaire a un chuunin très connu, et l’un des meilleurs ninjas médecin du village.

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mer 10 Mar - 18:28

[Shinji] – Nagoshi-sama… Hier soir, si vous m’avez bloqué c’est parce que vous aviez prévu de m’entraîner à cette technique en condition réel non… ? ça veut dire qu’on va se battre… ?

Son sourire s'étira. En lui ôtant son kunai la veille, Sho avait soulevé bon nombre d'interrogations auxquels Shinji voulait désormais obtenir des réponses. Visiblement, l'affrontement direct était la pensée dominante qui était probablement ressortie de sa longue réflexion. Rien de bien surprenant donc pour un Genin. Mais Sho voyait beaucoup plus loin que ça. D'après lui, un médecin devait en premier lieu apprendre à supporter la douleur de sorte qu'elle n'entrave pas ses décisions sur le champ de bataille. Ce n'est qu'après ce travail d'endurance qu'il pouvait chercher à parfaire son art en apprenant des techniques plus puissantes et plus variées. Dans cette optique, il avait établi un programme d'entraînement assez simple pour voir comment Shinji réagirait à la douleur et comment il ferait usage de la régénération pour se soigner.

[Sho] – Reprend ton kunai, dit-il en plaçant l'arme dans le creux de sa main.

Plongeant ses mains dans les poches de sa longue veste noire, Sho se mit en marche.

[Sho] – Nous n'allons pas nous battre... tu vas te blesser.

Il bifurqua dans une grande rue où quelques artisans s'afféraient au nettoyage de leur vitrine. Suivi de près par Shinji, ils marchèrent jusqu'aux portes du village.

[Sho] – A partir de maintenant et jusqu'à la tombée de la nuit, tu te tailladeras le bras toutes les dix minutes. Je ne te dirai rien, je ne t'aiderai pas. Tu décideras en ton âme et conscience quand est-ce que tu activeras la régénération. L'objectif étant de savoir combien de temps tu peux soutenir l'utilisation de cette technique et surtout de connaître tes réactions en rapport à la douleur.

Les deux shinobis de Kumo quittèrent le nid de Yuki au petit matin, s'enfonçant plus loin vers le sud et le Pays des Marais.

Une après-midi nuageuse glissait au-dessus de leur tête quand Sho fit signe à Shinji de s'arrêter. Ils étaient au beau milieu d'une grande plaine où poussait une herbe sèche ressemblant étrangement au blé. Une odeur nauséabonde leur parvenait parfois de l'ouest sans qu'ils puissent s'en prémunir. Le Pays des Marais était presque trois fois plus grand que celui de la Neige. Comme le laissait entendre son nom, il n'était pas rare d'y croiser des zones marécageuses où l'air était si lourd et si humide qu'il semblait stagner dans ces lieux depuis des millénaires. C'est cette odeur de renfermée qui leur parvenait.

Sho indiqua à Shinji un sol sec où s'asseoir puis il s'installa à son tour. Cela faisait maintenant presque sept heures qu'ils enchaînaient course rapide et marche. Ils avaient mérités un peu de repos. Sho sortit de son sac de voyage un petit paquet soigneusement enroulé dans un torchon. A l'intérieur, une boîte conservait quelques portions de riz aux légumes et quelques bouts de viande grillée préalablement baignés dans un peu de sauce. L'eisei-nin s'empara de ses baguettes et souhaitant un bon appétit à Shinji, entama son repas par une petite bouchée de riz.

Pendant qu'il mangeait, son regard scrutait les alentours autant pour contempler le panorama que pour s'assurer que rien ne viendrait les surprendre.

Il ne connaissait pas bien l'histoire de ce pays mais il savait que le village caché des Marais existait, quelque part, et qu'un Kage se tenait à sa tête. Même si la puissance armée de ce territoire en faisait un pays mineur, il devait se méfier. Lui et Shinji n'étaient pas à l'abri d'une mauvaise rencontre, fut-elle originaire de Sawagakure comme d'un autre village éloigné. Comme l'avait montré leur passage à Yuki, tous les pays avaient renforcés leurs contrôles depuis l'attaque d'Asahi sur Konoha. Même s'ils n'étaient que des shinobis lancés sur une mission de moindre importance, les temps étaient bien à la vigilance et non à la sûreté.

Sho et Shinji restèrent pas moins d'une heure sur place. Ils échangèrent quelques mots sans importance, évoquèrent le dernier examen chuunin, et survolèrent la renommée des célèbres Immortels. Après son repas, Sho resta une bonne demi-heure allongée sur le sol à fixer le ciel. Il en profita pour jeter quelques coups d'oeil dérobés aux entailles de Shinji en se remémorant celles qu'il s'était lui-même faîte quelques années plus tôt. Comme il l'avait mentionné en partant de Yuki, il ne lui fit aucune remarque sur ses blessures et ne l'aida pas même s'il commençait à montrer quelques légers signes de faiblesse.

Shinji devait impérativement apprendre à gérer ses réserves de chakra seul. Aucun médecin digne de ce nom ne pouvait être utile sur un champ de bataille sans une maîtrise parfaite de ses forces, et cela plus que dans n'importe quelle autre voie.

Leur heure écoulée, les deux kuméens remontèrent leur sac sur les épaules et s'en allèrent. Ils parcourent de nombreux kilomètres dans une plaine interminable, passèrent entre deux marécages boueux à souhait, avant de trouver une antique route qui les mena à la frontière nord du Pays du Feu au beau milieu de l'après-midi.

Le Pays du Feu était ce qu'il était, on le reconnaissait facilement à ses grandes étendues boisées et à ses plaines verdoyantes quasiment hiver comme été. Sho y mettait les pieds pour la deuxième fois de son existence. La première avait été mené par l'Intendant en personne et son cortège de Juunin et d'Anbu. La délégation kuméenne était descendue bien loin dans le sud jusqu'à Konoha... lui et Shinji se dirigeaient vers l'ouest du pays. L'heure où le Genin découvrirait la grandeur de ce village n'était pas encore venue, peut-être même qu'elle ne viendrait jamais. Mais au moins pourrait-il se vanter d'avoir foulé la terre du Pays du Feu quand bon nombre de Chuunin de Kumo n'avaient jamais franchis la frontière sud de leur pays.

Au crépuscule, Sho mit fin au supplice de Shinji. Ce dernier ne s'en était pas trop mal sorti malgré des réserves épuisées et des blessures mal soignées. Sho lui promulgua les soins nécessaires à la bonne cicatrisation de ses plaies. Le duo s'arrêta dans une clairière entourée d'arbres très espacés. Ils campèrent toute la nuit dans cet endroit puis ils repartirent au petit matin, l'exercice de Shinji reprenant de plus bel après la bonne nuit de sommeil qu'il avait essuyé.

Au troisième jour, alors que l'après-midi ensoleillée tendait peu à peu vers sa fin, le duo franchit les frontières du Pays de l'Herbe. Au crépuscule, ils atteignaient Sano, le petit village où la famille Seigen demeurait d'après les détails de leur mission.

Sho aurait pu choisir de rencontrer le patriarche dès leur arrivée, mais il préféra trouver une auberge pour la nuit. Selon lui, mieux valait aborder les discussions en étant parfaitement reposé. La diplomatie ne leur serait de toute façon d'aucun secours à cette heure de la journée. Ainsi, le duo loua deux chambres pour la nuit.

Sur le pas de la porte, Sho soignait une nouvelle fois Shinji après une dure journée d'exercice.

[Sho] – Tu développes une bonne résistance à la douleur. En revanche, tu puises trop dans tes réserves de chakra. Du coup, tu te retrouves très vite impuissant, vidé de ton énergie. Demain, tu n'auras pas besoin de renouveler cet exercice mais quand nous en aurons terminés avec cette mission, tu t'entraîneras de nouveau. Cette fois-ci sans te blesser, simplement en laissant ton chakra se dissiper progressivement dans l'air.

Ses soins terminés, Sho enroula un bandage autour du bras de Shinji avant de lui sourire.

[Sho] – Demain, ce sont nos mots qu'il faudra minutieusement choisir. Repose-toi. Quelque chose me dit que nous rentrerons peut-être plus épuisés par cette seule journée que par nos trois jours de voyage.

_____________________________________
☆ Post 6 ☆
HS ^ Mission C : Promise

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Ven 12 Mar - 1:19

C’était vraiment frustrant ce genre de situation, être ainsi malmené par des interrogations qui normalement auraient était trop farfelue. Depuis la vieille le geste de Sho le taraudait, et honnêtement ça faisait longtemps que quelque chose ne l’avait pas titillé autant. A un point qu’il en avait mal dormi, c’était quelque chose de vraiment bizarre. Mais bon, ce matin il avait eu le courage de lui demander, quelque chose que dans un cas normal il n’aurait pas osé. Il aurait préférer chercher seul pour qu’au final laisser tomber. D’ailleurs c’était étrange de le voir réagir comme ça, mais dans d’un autre côté, ça montré qu’il changeait, qu’il évoluait au gré du temps. Certain de ses défauts disparaissaient alors que d’autre s’installaient. Pour le moment on pouvait dire que simplement qu’il venait de perdre son manque de courage en présence d’inconnu ou de personne qu’il ne connaissait pas beaucoup. C’était déjà un pas en avant et il le savait bien.

Ce fut quand le sourire de sho s’étira, que finalement un de ses vieux tic repris le dessus. Inconsciemment il se mit à rougir, gêné d’avoir posé cette question. Il se sentait maintenant mal à l’aise, et il redoutait de se faire gronder pour avoir dit une chose qui ne fallait pas. Malgré tout ça il n’en gardait pas moins une trace de fierté au fond de lui, preuve que malgré tout il ne regrettait pas de l’avoir posé. En tout cas c’était bizarre de le voir réagir ainsi, surtout que Sho devait l’avoir déjà remarqué. En tout cas, il ne put s’empêcher de se figer quand il posa son arme dans sa main, lui demandant simplement de le reprendre. Il n’osa rien dire, mais son cerveau recommencer à se questionner, mais cette fois ci il ne savait vraiment plus quoi faire. Alors qu’il refermait instinctivement ses doigts autour de son kunai pour le reprendre, il le senti se mettre en marche, tout en parlant doucement.

Sho - Nous n'allons pas nous battre... tu vas te blesser. Tout en l’écoutant, Shinji le suivait tranquillement au travers de la ville, sa curiosité qui enfin se calmait doucement. A partir de maintenant et jusqu'à la tombée de la nuit, tu te tailladeras le bras toutes les dix minutes. Je ne te dirai rien, je ne t'aiderai pas. Tu décideras en ton âme et conscience quand est-ce que tu activeras la régénération. L'objectif étant de savoir combien de temps tu peux soutenir l'utilisation de cette technique et surtout de connaître tes réactions en rapport à la douleur.

Tout d’abord Shinji n’en cru pas ses oreilles, s’arrêtant d’un coup au milieu du chemin, ses pensées recommençait à tourbillonnait. Maintenant d’autre question venaient le titiller, comme par exemple, pourquoi il ne l’avait pas laissé faire hier soir ? C’était vraiment bizarre… Et puis toute façon Sho savait ce qu’il faisait, donc il ne devait pas y pensait, et puis il aimait ce genre de méthode. La seul chose c’est qu’il n’avait jamais du se blesser volontairement, et aussi violement… Mais d’un côté, comme le disait Sho, il pourrait également connaître ses limites, donc ça lui servirait indirectement pour savoir combien de temps il pouvait tenir pendant un combat.

Finalement content, notre jeune Genin se remit en route derrière le Chuunin. Il ne savait pas s’il devait le faire maintenant, donc il préféra attendre un peu avant de le faire, et puis Sho avait était clair, il ne lui dira rien. Et puis pour la première fois il pouvait choisir lui-même quand il serait prêt.

Shinji – Bon allé !

C’était décidé il allait le faire maintenant… C’est ainsi que d’un coup sec et rapide il se taillada pour la première fois l’avant bras. Il ne put se retenir de grimacer quand la lame pénétra sa chair, le brulant d’un coup. Au début il du retenir un cri car la douleur avait était fulgurante. Au final elle diminua pour stagner pendant quelques temps, le forçant malgré tout à serrer le point pour ne pas gémir. Mais au final il était plutôt content de lui, il ne pensait pas qu’il pourrait se retenir pour une première fois… C’est ainsi quand quittant Yuki il commençait réellement son entrainement.
¤¤¤¤¤¤


Les jours passaient doucement, l’entrainement de Shinji arrivait maintenant dans un drôle de tournant. Il venait d’atteindre le pays des Marais, un endroit qui pour Shinji était vraiment ignoble. Déjà la surface sur laquelle ils marchaient depuis maintenant quelques heures était toute visqueuse, malgré les rares plantes, c’était horrible pour lui. Les marécages étaient quelque chose qu’il ne supportait pas. Mais le pire n’en restait pas moins l’odeur, surtout pour lui qui son odora était beaucoup plus développé qu’un homme normal. A cause de ça il avait vraiment beaucoup de mal à se concentré sur la technique pour se soigner. Déjà que depuis qu’il avait commencé il mettait un certain avant de pouvoir se soigner correctement et encore c’était toujours limite. Puis la douleur qu’il ressentait était de plus en plus intenable, pourtant il faisait tout son possible pour montrer sa valeur à Sho. Il n’était pas question qu’il abandonne, surtout s’il voulait connaître ses limites.

Au final Sho décréta une pause, au plus grand plaisir de Shinji qui était exténué. Se taillader pouvait encore aller, mais quand on devait en plus courir comme un dératé, c’était le pire. Heureusement qu’ils avaient put trouver un sol dur et sec ou s’arrêter. Profitant de ce moment de répits, notre jeune genin sorti de son sac, le mangé qu’il c’était prit avant le départ. Rien de bien consistant mais bon, il n’avait pas le choix. En tout cas il put se rassasier une bonne fois. Alors qu’il laissait tranquillement ses pensées vagabonder librement. Le silence qui s’installait entre eux était vraiment agréable, et il put profiter enfin du calme que ça apportait, surtout qu’il appréciait ses moments là. Puis étrangement un sourire apparu sur ses lèvres car une pensée anodine monta, il se demandait se que pouvait bien faire Amaya actuellement. Comme toujours elle devait roder dans le village, cherchant un moyen de se faire remarquer. A cette pensée un petit rire s’échappa de ses lèvres. Il avait hâte de la revoir pour lui raconter ce qu’il avait vécu avec Sho. Il était sur qu’elle en serait jalouse.

Le temps passa ainsi tranquillement, pendant lequel, au final ils parlèrent un peu de plusieurs choses anodines. Mais au final pas grand-chose. Au bout d’une heure ils finirent par ranger leurs bardas pour se remettre en route. C’est donc avec un soupir las qu’il se releva, car pour lui sa signifiait le retour de son calvaire. Surtout que Sho, comme promis ne lui faisait vraiment aucun cadeau. C’est ainsi qu’ils se remirent en route pour atteindre le pays du feu.

Ils l’atteignirent finalement après quelques kilomètres parcourus au travers de marécage ainsi que par une route qui fit un bien fou à Shinji. C’était ici que se trouvait Konoha, le village de la feuille, un endroit que Shinji rêvait de voir. Malheureusement pour lui il ne pourrait pas rentrer dedans, ils devaient simplement traverser le Pays du Feu. Mais bon il était certain qui jour il pourrait s’y rendre vraiment et visiter Konoha l’un des cinq plus grands villages Ninja avec Kumo…
¤¤¤¤¤

Malgré le fait qu’il soit dans le Pays du Feu, un goût amer lui remontait dans la bouche. Il était dans un endroit merveilleux, ou de nombreux homme aurait tué pour être à sa place. Mais pour lui ça ne lui servait à rien s’il ne pouvait pas voir… On pouvait lui décrire ok... Mais c’était tout, il aurait tellement aimé pouvoir admirer ses si beau paysage. Et la douleur dans son bras le rendait de plus en plus mélancolique, comme s’il était complètement vidé, las.

Heureusement pour lui Sho lui fit une faveur et consenti à le soigner comme il fallait, mettant fin à la douleur dans son bras. Il lui en fut très reconnaissant, surtout que maintenant il arriverait peut être à dormir, maintenant que la douleur ne le gênait plus… C’est donc dans une clairière comme la dit Sho, qu’ils dormirent cette nuit, et au plus grand plaisir de Shinji, le matin était venu incroyablement vite, submergeant cette fatigue qui c’était encré en lui comme les chewing-gums qu’on peut trouver chez les marchants. Enfin ce qui était sur c’est que maintenant une nouvelle journée commençait et même si son exercice recommençait il se sentait bien mieux, plus frais et plus léger.

Puis trois jours plus tard ils finirent par atteindre le village, Sano. Le soulagement pouvait clairement se lire sur le visage de Shinji quand ils traversèrent la porte principale. A la demande de Sho ils allèrent passer la nuit à l’auberge, qui pour Shinji était une très bonne chose, il se voyait mal rencontrer le patriarche dans cette état. Il ne voulait pas passer pour quelqu’un qu’il n’était pas. Et puis fallait faire bonne figure, il représentait Kumo dans cette mission. Une fois arrivé au pas de la porte, Sho commença à soigner de nouveau les blessures de Shinji avant de déclarer doucement.

[Sho] – Tu développes une bonne résistance à la douleur. En revanche, tu puises trop dans tes réserves de chakra. Du coup, tu te retrouves très vite impuissant, vidé de ton énergie. Demain, tu n'auras pas besoin de renouveler cet exercice mais quand nous en aurons terminés avec cette mission, tu t'entraîneras de nouveau. Cette fois-ci sans te blesser, simplement en laissant ton chakra se dissiper progressivement dans l'air.

Dans le même temps il le senti saisir son bras pour lui faire un bandage. Comme c’était à prévoir il s’empourpra. Aussi tout ça c’était à cause de son père bien sur…

[Sho] – Demain, ce sont nos mots qu'il faudra minutieusement choisir. Repose-toi. Quelque chose me dit que nous rentrerons peut-être plus épuisés par cette seule journée que par nos trois jours de voyage.

D’un geste de la tête il acquiesça, avant de se détourner pour aller vers sa chambre, cependant la dernière phrase de Sho ne voulait pas le quitter… En quoi essayer de régler un simple mariage les fatiguerai… ? ça ne lui plaisait pas. Bizarrement une colère sourde monta en lui, le pire c’est qu’il avait du mal à la contrôler, se calmer. Mais dans un sens il y avait une bonne raison, toute ses interrogation sur cette foutu mission l’harcelait maintenant depuis trop longtemps, et sans qu’il puisse sans empêchait les mots sortir tout seul de sa bouche.

Shinji – Nagoshi-sama… En quoi un mariage arrangé concerne t-il les ninjas… ? C’est ridicule ! C’est honteux pour un ninja… ! On devrait s’occuper de chose plus utile à la société… Et ce… ce…

Il fit une pause car il se sentait débordé par ses émotions, il ne devait pas craquer. Il serrer son poing avec une force, qu’il du se retenir pour pas gémir de douleur sous ses ongles. Mais pour pas craquer ça l’aider pas mal…

Shinji – Ce mariage arrangé… ce n’est qu’une querelle de famille… Ils n’ont pas le droit de nous demander ça… Surtout qu’on sera hais par un des deux partis… Et puis en quoi des ninjas feraient changer d’avis une jeune fille, on a aucun droit sur elle ! C’est tout simplement n’importe quoi ! Et son libre arbitre dans tout ça…

Malheureusement pour lui, plus il parlait et plus sa colère montait, au final il la sentait le submergeait. Il devait vite se calmer. Mais comment… ?

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Ven 12 Mar - 14:09

Après avoir souhaité une bonne nuit à Shinji, Sho ouvrit la porte de sa chambre avant de s'arrêter brusquement en entendant sa question. Il resta figé, sa main droite posée sur la poignée de la porte et le regard tourné vers l'intérieur de la pièce. En quoi un mariage arrangé pouvait-il concerné des ninjas ? En rien... en tout cas sur le papier. Dans la réalité, la question en dissimulait une autre, plus subtile, sur laquelle reposait les fondements même de l'économie des villages cachés. Si à ce jour, ils pouvaient tous deux jouir d'une paye convenable c'est parce que Kumo remplissait un certain nombre de missions proposées aussi bien par des seigneurs que par des particuliers. Il n'était pas du ressort des ninjas de décidés de la nature de leur mission. Kumo devait remplir les contrats qui lui étaient proposés, point final. Aucune mission ne pouvait être ignorée, aussi simplette soit-elle. Tout simplement parce que refuser une mission revenait à tourner un investisseur vers un autre pays. Hors, un village caché comme Kumo avait besoin d'investisseurs pour vivre et continuer à se développer mais ça Shinji ne le comprenait pas encore.

Sho le laissa exprimer le fond de sa pensée. Comme il l'avait compris en écoutant sa première réplique, Shinji voyait presque cette mission comme un déshonneur. Sûrement croyait-il que la vie de ninjas se résumait à un jeu sordide : tuer ou être tuer. La réalité était pourtant tout autre. Il existait nombre d'aspects qui n'apparaissaient pas clairement dans l'esprit de Shinji ; la diplomatie par exemple. Un ninja n'était pas qu'une arme. Il n'était pas qu'un pion placé par la main des Puissants sur un immense échiquier. Non, un ninja représentait aussi les valeurs de son village. Des valeurs qui, par exemple, pouvaient l'aider à dénouer les fils tortueux d'un mariage arrangé. Des valeurs qui pouvaient lui permettre de résoudre une situation critique mieux que quiconque. Tout cela, Shinji finirait bien par le comprendre un jour.

Sho pivota légèrement sur ses talons de sorte à pouvoir apercevoir Shinji dans son champ de vision en regardant par-dessus son épaule. Sa voix s'éleva, douce et impénétrable à la fois.

[Sho] – Un ninja n'est pas seulement formé au combat. Il doit être en mesure de régler n'importe quelle situation de crise aussi bien par la diplomatie que par la force.

Il détourna son regard dans le vide.

[Sho] – Tu dois comprendre que Kumo répond à un nombre incalculable de missions pour vivre et se développer. Notre rôle est de les remplir. Qu'on soit amené à nettoyer les rues ou à assassiner une cible, notre seul objectif est de remplir la mission. La survie d'un village caché repose à elle seule sur sa capacité à répondre efficacement et rapidement aux ordres de missions qui lui sont proposées. Si Kumo avait refusé d'exécuter la mission que nous sommes sensés remplir tous les deux, alors soit sûr qu'elle serait déjà sur la table d'un autre village caché comme Konoha ou Kiri. Est-ce là ce que tu aurais voulu ?

L'eisei-nin n'attendait aucune réponse de sa part. Il ne lui demandait pas de comprendre mais simplement de respecter son engagement.

[Sho] – Tu as raison en disant que nous n'avons aucun droit sur Kazumi Seigen. En revanche tu aurais tort de croire que la situation ne puisse se régler sans provoquer la colère d'un des deux parties.

Il fit un pas de plus vers l'intérieur de sa chambre avant de se tourner complètement vers Shinji en s'appuyant contre la porte.

[Sho] – Il te reste beaucoup de chose à apprendre. Notamment qu'à un seul problème répondent toujours plusieurs solutions.

[Sho] – Bonne nuit.

Il claqua la porte puis il s'enfonça dans l'obscurité pesante de sa chambre. Un seul carré de lumière descendait de la seule fenêtre de la pièce pour s'étendre sur le lit.

Abandonnant son sac de voyage et son manteau au pied du lit, Sho s'allongea sur le dos, les bras le long du corps. Il demeura dans cette position toute la nuit. Il ferma l'oeil peu après minuit mais se réveilla une demi-heure plus tard. Il occupa le restant de sa nuit à réfléchir à sa mission et aux paroles de Shinji. Les jeunes pousses ne se rendaient pas bien compte des difficultés auxquels eux, leur village, ou même leur pays, pouvaient être confrontés. Le monde était sans pitié. Ils n'étaient peut-être que des pions mais des pions capables de changer le cours de l'Histoire. Ils ne travaillaient pas que pour leur seul enrichissement personnel – quoi que nombre d'hommes et de femmes choisissaient cette facilité – mais pour quelque chose de plus grand. Ils travaillaient tous dans un seul but plus ou moins bien dessiné dans l'esprit de chacun... permettre à l'âme de leur village de brûler toujours plus haut et avec toujours plus de conviction.

Le lendemain, Sho réveilla Shinji sur les coups de huit heures. Tous deux descendirent dans les rues de Sano et s'arrêtèrent dans un petit restaurant familial où ils prirent un petit-déjeuner copieux. Ils partirent ensuite pour la demeure des Seigen qui se voulait implantée dans le quartier le plus au nord du petit village. En arrivant sur place, le duo découvrit une très haute et très ancienne bâtisse – peut-être la plus haute du village – dont les ornements laissaient croire qu'une famille très riche avait habité ici autrefois.

Intrigué par ce détail, Sho s'avança tout de même jusqu'à la porte d'entrée en jetant quelques coups d'oeil autour de lui. Au premier coup qu'il donna, la porte s'ouvrit sur une jeune femme d'une vingtaine d'années aux cheveux foncés et au regard fuyant. Légèrement surpris, Sho entrouvrit à peine la bouche que déjà la jeune femme les invitait à entrer.

[?] – Entrez, mon père vous attend.

Était-ce Kazumi ? Une petite voix lui répondit que non. Cette fille ne répondait pas vraiment à la brève description qu'il avait reçue de Kazumi Seigen. Cette dernière avait vraisemblablement un caractère très prononcé, hors la fille qui les accueillait peinait à croiser leur regard comme si elle était en quelque sorte intimidée. La description disait que Kazumi était l'aînée de la famille Seigen, Sho pariait donc sur la cadette ou en tout cas l'une des plus jeunes de la famille. Répondant poliment par un hochement de la tête à son invitation, Sho se déchaussa et entra, suivi de près par Shinji.

La jeune femme referma la porte derrière eux et les conduisit à travers un long couloir où les portes étaient quasiment toutes fermées. Une seule était ouverte, la dernière sur leur droite, Sho eut à peine le temps d'y jeter un oeil que la grande porte coulissante face à lui s'ouvrit. Une légère fumée grise se détacha de la pièce nouvellement ouverte quand le regard de Sho s'arrêta sur la seule silhouette en présence. Il s'agissait d'un vieil homme assit devant deux grandes fenêtres, une pipe à la main. Malgré ses traits ridés, Sho lui reconnaissait un certain charisme à travers les reliques d'une mâchoire puissante et d'un visage autoritaire. Ses cheveux gris soigneusement peignés vers l'arrière avaient beau le rendre plus vieux qu'il ne l'était vraiment, cet homme dégageait un véritable sentiment de puissance. Sho lui prêtait sans hésitation une vie difficile, bien qu'heureuse ; une vie de gloire peut-être même.

Par respect, il s'inclina.

L'homme le toisa du regard en serrant sa pipe entre ses dents. Il laissa échapper un nuage de fumée et sourit.

[Gyukudo] – Soyez les bienvenues dans ma demeure. Je suis Gyukudo Seigen. Je suis soulagé de vous voir... la situation ne cesse d'empirer ici. Voilà que ma fille ne m'adresse plus la parole maintenant... sa voix paressait particulièrement songeuse, voir épuisée. Mais je vous en prie asseyez-vous.

Sho le remercia et s'agenouilla devant lui, il invita Shinji à en faire de même à ses côtés.

[Gyukudo] – Voulez-vous que je fasse apporter un peu de thé ?

[Sho] – Oui, avec plaisir.

Sho savait par expérience que toute invitation était bonne à prendre. D'une certaine manière, cela détendait l'atmosphère et mettait l'hôte en confiance. C'est exactement ce que Sho voulait. S'il voulait en apprendre un peu plus sur cette famille et le conflit qui l'habitait, il devait mettre le patriarche en confiance.

[Gyukudo] – Namisa ! Des pas résonnèrent dans le couloir et la porte coulissante s'ouvrit de nouveau sur la jeune fille qui les avait accueilli. Prépare-nous un peu de thé s'il te plait.

La fille acquiesça avant de disparaître. Sho sourit.

[Sho] – Kazumi est-elle ici ?

Gyukudo acquiesça, l'air songeur. Il leva finalement sa main gauche, l'index pointé vers le plafond.

[Gyukudo] – Elle est dans sa chambre à l'étage du dessus. Voulez-vous que je la fasse descendre ?

[Sho] – Oh non, je ne pense pas que ce soit la meilleure solution. Si vous le lui permettez, mon camarade ici présent se ferait un plaisir de monter l'interroger ?

Gyukudo dirigea son regard sur Shinji. Quelque chose dans ses yeux laissait croire qu'il semblait dubitatif quant à ses chances de réussite. Mais finalement, il se résigna à accepter, haussant les épaules d'un air découragé.

[Gyukudo] – Espérons que vous savez ce que vous faîtes mon garçon.

Le sourire de Sho s'étira. La première étape pouvait réellement commencer. Tandis qu'il resterait ici à démêler l'histoire des Seigen, Shinji irait interroger Kazumi. En éloignant le père de la fille, Sho espérait recueillir des témoignages plus authentiques. Des témoignages qu'il recouperait ensuite pour définir un plan de réconciliation. Il n'y avait plus qu'à espérer que Shinji s'en sorte.

Il tourna la tête vers lui pour lui faire comprendre que sa mission débutait maintenant et donc qu'il pouvait s'en aller.

Le coulissement de la porte se fit entendre une nouvelle fois. Namisa s'agenouilla à côté de Gyukudo – Sho leur trouva un trait de ressemblance à travers leur regard – et commença à servir le thé.

[Gyukudo] – Laisse, je vais m'en occuper. Conduit donc ce jeune homme à ta soeur. Il doit lui parler.

Namisa osa à peine regarder son père. Elle se redressa et attendit que Shinji se lève pour le conduire à l'étage.

Resté seul en compagnie du chef de famille, Sho observa longuement sa manière de servir le thé. Dans sa vallée natale, on racontait que la manière de servir le thé était le meilleur moyen de comprendre un individu. A travers sa gestuelle, on pouvait reconnaître tous ses traits de caractère. Sho voyait dans les manières de Gyukudo que le poids des années l'avait rendu amer. Il avait conservé sa force d'antan mais le mental n'avait pas suivi la même pente. Il était affaibli psychiquement bien qu'il n'aspirait qu'à faire renaître la flamme qui brûlait autrefois en lui.

[Sho] – Votre demeure est somptueuse. Vous devez être un homme très influent.

Gyukudo prit une profonde inspiration. Il posa la théière entre eux avant de lui tendre sa tasse.

[Gyukudo] – ... j'étais un homme très influent.

_____________________________________
☆ Post 7 ☆
HS ^ Mission C : Promise

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mar 16 Mar - 21:37

[Sho] – Un ninja n'est pas seulement formé au combat. Il doit être en mesure de régler n'importe quelle situation de crise aussi bien par la diplomatie que par la force. Tu dois comprendre que Kumo répond à un nombre incalculable de missions pour vivre et se développer. Notre rôle est de les remplir. Qu'on soit amené à nettoyer les rues ou à assassiner une cible, notre seul objectif est de remplir la mission. La survie d'un village caché repose à elle seule sur sa capacité à répondre efficacement et rapidement aux ordres de missions qui lui sont proposées. Si Kumo avait refusé d'exécuter la mission que nous sommes sensés remplir tous les deux, alors soit sûr qu'elle serait déjà sur la table d'un autre village caché comme Konoha ou Kiri. Est-ce là ce que tu aurais voulu ? Shinji voulu répondre, mais Sho l’empêcha en enchaînant. Tu as raison en disant que nous
n'avons aucun droit sur Kazumi Seigen. En revanche tu aurais tort de croire que la situation ne puisse se régler sans provoquer la colère d'un des deux parties. Il te reste beaucoup de chose à apprendre. Notamment qu'à un seul problème répondent toujours plusieurs solutions. Bonne nuit.


Puis quand la porte de la chambre de Sho claqua, il comprit que la discussion était close. Il resta cependant un long moment sur le pas de sa porte, le regard dans le vague. Les paroles de son maître tournaient sans cesse dans sa tête, et il savait plus quoi penser. Une envie de hurler sa déception le tenailler à un point qu’il devait se mordre la langue. C’est au bout d’une bonne dizaine de minutes qu’il consenti à laisser tomber pour rentrer, surtout que la fatigue commençait vraiment à le submerger.

Le lendemain matin il fut réveillé à l’aurore, étrangement Sho semblait avoir oublié l’évènement d’hier soir. Et d’un côté ce n’était pas plus mal, Shinji n’avait vraiment pas la tête à ça. Au final ils s’arrêtèrent juste pour manger un petit quelque chose dans un restaurant pas loin. Puis une fois repus ils se rendirent donc à la demeure des Seigen.

¤¤¤

[ ?] - Entrez, mon père vous attend.

C’était une jeune fille qui les accueillit chez eux. Rien qu’au timbre de voix il sut qu’elle était mal à l’aise, et une tension, secouait son corps.

Quelques minutes plus tard ils se retrouvèrent devant, d’après sa voix, face au chef de famille. Rien que l’entendre parler on sentait qu’il accusait les longues années vécus, et le poids de sa famille, menaçait de le submerger. Sho et lui échangèrent quelques civilités, puis du thé fut apporté par, apparemment, l’une des cadettes de la famille. Une fois apporté, Sho rentra donc dans le vif du sujet.

[Sho] – Kazumi est-elle ici ?

[Gyukudo] – Elle est dans sa chambre à l'étage du dessus. Voulez-vous que je la fasse descendre ?

[Sho] – Oh non, je ne pense pas que ce soit la meilleure solution. Si vous le lui permettez, mon camarade ici présent se ferait un plaisir de monter l'interroger ?

A la mention de son nom, Shinji se senti tout tendu. A quoi jouait son maître… Il n’avait jamais était question de ça ! Shinji pouvait sentir la pression et l’inquiétude poindre en lui. Comment voulait-il qu’il fasse. Tout du moins il ne laissa pas paraître son inquiétude, surtout devant le père de la fille.

[Gyukudo] – Espérons que vous savez ce que vous faîtes mon garçon.

Shinji acquiesça d’un hochement de tête, plus pour se rassurer lui-même que pour rassurer le père. Puis Sho lui intima d’y aller.

¤¤¤

Alors que la sœur cadette frappait à la porte, une voix douce et féminine retenti à l’intérieur, puis il rentra, un peu mal à l’aise. De léger bruit vers le fond, lui indiqua qu’elle devait être entrain de peindre. Doucement il s’avança au milieu de la chambre avant de s’incliner poliment devant elle.

Shinji – Bonjour Mademoiselle. Je m’appelle Shinji Kagami, et je suis l’un des deux ninjas que votre père à recruter pour régler le problème actuel entre vous deux. J’espère vraiment qu’on réussira à arranger tout ça, pour que vous soyer tout les deux content.

Il marqua une pause, avant d’enchaîner.

Shinji - désolé de vous imposez ça... Mais... Je dois accomplir mon devoir... Donc réussir cette mission. Pouvez-vous me résumer la situation actuelle ? Sans ça je ne pourrais pas aider l'un ou l'autre parti...

Les bruits de pinceau cessèrent. Il put sentir un court instant le regard de Kazumi posé sur lui, le mettant un peu plus encore, mal à l’aise.

[Kazumi] – Je croyais que les ninjas savaient lire leur ordre de mission. Elle marque une pause et il senti une deuxième fois sont regard. Oui, je sais que vous avez reçu un ordre de mission émanant de mon père. Mais si vous croyez que vous allez me forcer à faire quoi que ce soit, vous vous trompez.

Shinji senti la colère monter en lui, alors qu'il s'empourprait. Mais il la ravala pour déclarer avec le ton le plus calme possible :

Shinji - Désolé si je vous manque de respect... Mais on n'y peut rien. Et déjà est je seulement dis qu'on aller vous forcer...?

Il prononça avec plus de force les deux derniers mots.

Shinji - On est venu pour écouter les deux partis et ainsi prendre une décision qui arrangera tout le monde. Enfin pour moi c'est ce qui devrait être fait... Après je ne sais pas ce qu'a prévu Nagoshi-sama...

[Kazumi] – Vous savez tout ce qu'il faut savoir. Mon père a décidé de m'offrir à une riche famille du pays. Ce Masaki n'est pas un homme mauvais mais je n'ai aucun sentiment pour lui... je n'en aurai jamais. Comment réagiriez-vous si on vous traitait comme une vulgaire marchandise ? Mon père a perdu la tête... il ne veut rien savoir de ce que je ressens.

Sous l'effet de ses paroles il se senti bête.

Shinji - Désolé... Mais je crois comprendre... il avait maintenant, malgré sa cécité, les yeux dans le vague. Moi mon père ma toujours trop collé, choyer et j'en passe... Je l'ai détesté pour ça... A cause de ça j'ai...

Il se tut d'un coup avant de s'empourprer, il avait faillit dire quelque chose qu'il n'aurait pas du.

Shinji - Mais vous savez... Je suis sur qu'il vous aime... Même s'il ne le montre pas j'en suis sur. Vous savez, même s'il ne fait ça que pour la réputation de votre famille, il le fait pour vous tous... Laissez-lui un peu de temps, avec un peu de chance il remarquera son erreur. Et puis sinon comme vous l'avez dit, Masaki à l'air d'être gentil. Peut être que vous ne ressentez rien pour lui maintenant, mais qui c'est dans un an ou deux, après
avoir appris à le connaître...?


De nouveau il put sentir le regard de la jeune femme sur lui, mais cette fois il ne s’empourpra pas, attendant ce qu’elle voulait dire.

[Kazumi] – Vous ne comprenez rien. Mon père court après une gloire perdue. Il est comme ça, il n'y peut rien. Je ne ressentirai jamais rien pour
cet homme...

[Kazumi] – ... parce que j'en aime un autre.

Il la suivit de la tête, grâce au son de ses pas, authentiquement déçu. Et puis ce qu'elle venait de lui dire le laissait avec un goût amer dans la bouche. C’était donc perdu d'avance, cette mission était mal foutue et il le savait.

Shinji - Je suis désolé de dire ça... Mais Nagoshi-sama lui parle actuellement... J'espère pour vous qu'il réussira... Pour le moment je n’ai pas reçu d'instruction comme quoi vous forcez ou autre chose de désagréable... Mais si on m'en donne l'ordre je n'aurais pas le choix... Même si je déteste ça...

Il marqua une pause, se triturant les doigts à cause du stresse et de la peur qui commençait à poindre en lui.

Shinji- dite moi... Si on nous ordonne de vous forcez malgré tout... Vous comptez faire quoi...? Je pari que vous n'allez pas nous faciliter la tâche...

[Kazumi] – Quel genre d'homme est votre supérieur ?

Il retomba dans un silence sourd. Qu'elle genre d'homme était Sho...? Il ne le connaissait que depuis quelques jours... Et encore...

Shinji - Nagoshi-sama est... Je ne pourrais pas vous le dire... Je le connais que depuis quelques jours... avants ça je connais que ce qu'on disait de lui... Des rumeurs... Sinon je pense que c'est un bon chef, il fera ce qui faudra pour que tout ce passe bien... J'en suis sur!

[Kazumi] – Forcez-moi et je fuirai... retrouvez-moi et je mettrai fin à mes jours.

Ses yeux s'agrandirent quand il entendit ce qu'elle venait de dire. Paniqué il se mit à balbutier.

Shinji - Mademoiselle...! Comp... Comprenait-nous! On n’a pas le choix... Il baissa ses yeux. C'est ma toute première mission aussi importante... Je ne pourrais pas supporter un échec ou même d'avoir une mort sur la conscience... Surtout la votre... Surtout après avoir discuté avec vous...

Il serra inconsciemment les poings.

Shinji - Croyait en Nagoshi-sama...

Il se détourna frustré et en arrivant devant la porte il murmura presque pour lui même, même si c'était destiné à la jeune femme.

Shinji - Mettre fin à vos jour pour ça... Le jeune homme que vous aimez il a vraiment de la chance...

Il se retourna car il venait de réaliser un truc.

Shinji - Je suis sur qu'à l'heure actuelle s'il était à ma place il vous empêchera de vous tuez. Il préférera cent fois vous voir avec Masaki plutôt que de vous voir morte... Serez vos prête à le faire souffrir comme ça...? De votre propre volonté!

Il avait dit les derniers mots un peu trop durement à son goût, alors il se pressa à s'excuser.

Shinji - Je suis désolé... Je ne voulais pas dire ça...

Il l’entendit finir son tableau, puis le bruit des mouvements lui indiqua qu’elle regardait avec attention avant que le bruit quand elle le posa lui indiqua qu’elle allait parler.

[Kazumi] – Ne vous excusez pas. Vous ne le connaissez pas, il ne souffrirait pas... il me rejoindrait tout simplement dans le séjour des morts plutôt que de passer un seul jour sans moi dans ce monde.

Son regard ce posa à nouveau sur Shinji.

[Kazumi] – Je comprends votre position alors comprenez la mienne. Chaque femme et chaque homme de ce monde a une conscience à défendre, la vôtre vous demande de ne pas rater votre mission, la mienne de ne pas abandonner l'homme que j'aime au profit d'un autre plus riche.

Il sourit doucement, malgré cette chose qui lui resserrait le cœur, il ne pourrait pas supporter une mort pour sa première mission...

Shinji - Je comprends...

[Kazumi] – Je n'ai que peu d'espoir alors espérons tous deux que votre supérieur sait ce qu'il fait.

Quand il la senti s'approcher de lui, puis parler, il ne put s'empêcher de s'empourprer, un sentiment de défaite lui bloquait la gorge. Lui aussi il espérait vraiment que son maître réussirait son coup, c'était vital. Et puis il ne voulait pas user de la force sur elle, il en serait incapable.

Shinji - J'espère aussi... Encore désolé de vous avoir dérangé mademoiselle!

Il s'inclina poliment devant elle. Kazumi s'inclina à son tour devant lui.

[Kazumi] – Encore une fois, ne vous excusez pas. Vous avez fait ce que votre conscience vous demandait de faire.

[Kazumi] – Au revoir

Sans attendre il se détourna et sorti de la chambre. Au début il resta planté derrière la porte, un goût de bile monta dans gorge. Finalement il avait échoué. Il ne lui restait plus qu’à espérer que Sho avait réussi de son côté et qu’il avait un plan. En tout cas quand la tension fut partie, il commença à prendre le chemin du retour et rejoignit Sho. En silence et sans déranger il s’assit à côté de son maître, le regard baissé et déçu.

Il espérait vraiment que la mission réussirai…

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Ven 19 Mar - 18:34

Shinji conduit à l'étage, Sho put se consacrer pleinement à sa tâche. Tâche qui se résumait à entendre l'histoire des Seigen de la bouche du chef de famille. La première perche avait été tendue en le complimentant sur sa demeure. Gyukudo l'avait aussitôt saisit, allant jusqu'à offrir une ouverture quasi inespérée à son invité. L'eisei-nin ne manqua pas de saisir cette vibrante occasion de percer les mystères d'une ancienne et puissante famille du Pays de l'Herbe.

Portant sa tasse de thé à ses lèvres, il avala une gorgée du doux liquide en fixant Gyukudo. Il posa ensuite sa tasse sur le plateau mit à sa disposition et tout en souriant légèrement, il le questionna d'une voix neutre.

[Sho] – Je ne comprends pas. A moins que je ne me trompe, votre famille doit être à la tête d'une grande fortune pour habiter une telle bâtisse ?

Avalant, lui aussi, une gorgée de thé, Gyukudo baissa le menton pour fixer le plateau qui le séparait de son invité. Au lieu de reposer sa tasse, il la conserva entre ses mains pour y noyer son regard. Ce n'est qu'après une poignée de secondes qu'il se décida à répondre.

[Gyukudo] – Vous vous trompez. Ma famille n'est plus que le reflet de ce qu'elle était autrefois. La fortune qui était la nôtre s'est égrainée avec les années. Aujourd'hui, je suis contraint d'abandonner nos terres à de nouveaux investisseurs pour tenter de nous garder à flot. Mais les temps sont durs et plus rien ne fonctionne vraiment comme avant.

Le ton de sa voix était solennel comme s'il portait à lui seul le poids de cet échec.

[Sho] – Pardonnez-moi de faire ressurgir de si mauvais souvenirs.

[Gyukudo] – Ne vous excusez pas, ce n'est rien.

Sho comprenait désormais l'enjeu maquillé derrière le mariage de Kazumi. Gyukudo voulait clairement allier sa famille aux Moe pour des raisons purement financières. Pour cela, il était prêt à mettre l'une de ses filles sur la table en échange, certainement, de quelques arrangements économiques qui permettraient à la famille Seigen de regagner un peu de son prestige perdu. N'importe qui aurait vu la folie d'un homme orgueilleux derrière cette machination, mais Sho, qui avait été élevé dans une famille paysanne, se doutait bien que passer du statut de famille riche à famille en difficulté étant sans doute ce qui pouvait arriver de pire à un homme de la trempe de Gyukudo.

Il avait probablement hérité des ses aïeux une richesse colossale qu'il avait presque entièrement perdu aujourd'hui. Comme il le disait si bien lui-même : sa famille n'était plus que le reflet de ce qu'elle était autrefois. Lui, Gyukudo Seigen, n'était plus que le reflet de ce qu'il avait été autrefois. C'est sans doute pourquoi Sho avait tout de suite perçu l'amertume de ce personnage ; pourquoi il avait peiné à comprendre les raisons du mariage forcé dont Kazumi Seigen était irrémédiablement la victime.

L'affaire devenait beaucoup plus complexe. Forcer Kazumi à épouser Masaki Moe était le but premier de sa mission, mais Sho doutait plus que jamais du bien fondé de cette action. S'il ne remettait pas en cause le principe du mariage forcé parce qu'il existait depuis la nuit des temps et qu'il ne pourrait à son échelle rien y changer, il émettait quelques réserves sur le résultat final. Shinji confirmerait ou non l'image qu'il s'était faite de Kazumi mais il avait la nette impression qu'elle n'était pas du genre à se laisser faire même sous la menace – en tout cas celles de son père s’étaient soldés par de cuisants échecs. Kazumi s'était braquée et Sho ne voyait pas cette fille s'adoucir au fil des évènements. D'un autre côté, l'avenir de la famille Seigen ne reposait plus que sur ce mariage et ce point n'était nullement à négliger.

[Gyukudo] – Je sais ce que vous pensez. Vous vous dîtes que je suis un père indigne parce que je préfère offrir ma fille à un homme riche au lieu de chercher d’autres solutions aux problèmes que ma famille et moi rencontrons.

Sho abaissa son regard sur sa tasse encore légèrement fumante. Il croisa ses bras sur ses cuisses et prit un air pensif. Finalement, il replongea ses yeux dans ceux de Gyukudo et s'exprima d'une voix toujours aussi légère.

[Sho] – Je ne suis pas ici pour vous juger vous ou votre famille. Encore moins pour m'attaquer à la moralité de votre histoire.

Un léger sourire fendit ses lèvres. Un de ces sourires courtois n'entrant pas dans l'excès pour éviter d'être compatissant.

[Sho] – Vous avez vos raisons. Bonnes ou mauvaises, cela je ne peux le dire et n'essayerai même pas de trancher, car le point de vu différera toujours selon le contexte abordé.

Il goûta une nouvelle fois au succulent thé préparé par la fille cadette de Gyukudo, huma l'agréable parfum qui s'en échappait, puis il se risqua à aborder l'autre moitié de l'histoire : les Moe.

[Sho] – Que pouvez-vous me dire sur Masaki Moe ?

Le ton était parfaitement naturel comme si la question s'imposait d'elle-même.

Gyukudo vida le restant de sa tasse d'une seule traite avant de saisir sa pipe qui ne dégageait plus qu'une très fine fumée grise. Il ouvrit une petite boîte posée à portée de main et en sortit quelques feuilles bien vertes qu'il tassa dans le fourneau de sa pipe. Il y mit ensuite le feu et coinça l'objet entre ses dents tout en croisant ses bras sur sa poitrine. Pendant un moment, il resta songeur, son regard fixant un point imaginaire entre lui et son invité. Quelques nuages de fumée plus tard, il reprit sa pipe en main et répondit sans quitter le vide des yeux.

[Gyukudo] – C'est un brave garçon, digne de sa famille. Il ressemble beaucoup à son père, avec qui j'ai presque grandi. Il est loyal et respecte les gens d'où qu'ils viennent et quel que soit leur rang. Il rendrait heureuse n'importe quelle femme et je ne dis pas ça à cause de sa richesse mais bien parce que je connais ses valeurs morales. Les Moe ont toujours mis un point d'honneur à respecter une ligne de conduite reconnue dans tout le pays.

[Sho] – Il semble être l'homme idéal bien que cela ne semble pas affecter votre fille.

Gyukudo soupira.

[Gyukudo] – Kazumi a toujours été différente. Depuis qu'elle est toute petite, elle vogue à contre courant. En cela et en bon nombre d'autres points elle ressemble énormément à sa mère.

Le sourire de Sho s'étira très sensiblement. Il commençait à distinguer une faille dans laquelle il ne manquerait pas de se glisser si le rapport de Shinji venait à confirmer ses doutes. D'après ce qu'il en comprenait, les familles Seigen et Moe étaient liées. Si les Seigen avaient perdus de leur puissance et de leur influence, les Moe, eux, avaient réussis à conserver leur statut dans le pays. Gyukudo disait avoir quasiment grandi avec leur chef de famille. Sho pensait donc les deux familles en très bon terme, ajouté à cela, le lien définitif qui les lierait l'une à l'autre si jamais Kazumi acceptait d'épouser Masaki.

Si les Seigen étaient bien vus de la part des Moe, Sho espérait bien résoudre cette histoire d'une manière peut-être inattendue.

[Sho] – Croyez-vous que Masaki Moe accepterait de nous recevoir mon camarade et moi ?

[Gyukudo] – Bien sûr. Il réside actuellement dans sa demeure secondaire. Elle se trouve à une demi-heure d'ici. Je pourrai vous y conduire si vous le souhaitez.

Cette fois-ci, Sho adressa un sourire ravi à son hôte.

[Sho] – Ce serait avec grand plaisir.

Il s'inclina respectueusement et se redressa quand la porte coulissante s'ouvrit sur la silhouette de Shinji. Le Genin reprit sa place à ses côtés dans un silence qui en disait long sur l'expérience qu'il venait de vivre. Sho lui adressa un regard en coin et lui sourit avant de reporter son attention sur Gyukudo.

[Sho] – Si vous me permettez cette remarque, je crois qu'il serait bon de nous mettre en route dès à présent.

[Gyukudo] – Oui, je le crois aussi. Je ne sais pas ce que vous comptez obtenir auprès de Masaki mais le plus vite sera le mieux.

Sho acquiesça.

[Gyukudo] – Attendez-moi dehors, je vous rejoins dans quelques minutes.

L'eisei-nin courba une nouvelle fois l'échine puis se leva. Lui et Shinji furent raccompagnés jusqu'à la porte par la cadette des Seigen. Une fois dehors, à l'abri des oreilles indiscrètes, Sho fit volte-face et interrogea Shinji.

[Sho] – Je crois avoir trouvé une manière de régler la mésentente entre Kazumi et son père tout en préservant les intérêts du père dans cette histoire. Mais pour cela, j'ai besoin de savoir comment c'est passé ton entrevu avec la fille et ce que tu as appris sur son compte ?

_____________________________________
☆ Post 8 ☆
HS ^ Mission C : Promise

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Ven 9 Avr - 20:51

[Sho] – Si vous me permettez cette remarque, je crois qu'il serait bon de nous mettre en route dès à présent.

Shinji releva les yeux, toujours bousculer par ce qu'il venait d'entendre de la bouche de la jeune femme, il avait du mal à se concentrer sûr le sujet présent, c'est-à-dire suivre la conversation entre son maître et le chef des lieux. D'ailleurs la phrase de son maître représentait un mystère pour lui. Où pouvaient-ils allaient à ce moment-là ?
Il attendit tout de même que le maître des lieux parle, peut être qu'ainsi il aurait la réponse à certaine de ses interrogations. Mais cependant, ce qu'il voulait le plus savoir, c'était le résultat de la discussion entre eux deux. Savoir si son maître avait bien réussit.
Un sourire fendit ses lèvres, à sa plus grande surprise.
la peur de rater la mission c'était envolé d'un coup, une étrange émotion le prenait, il avait confiance en Sho, au fond de lui il se disait que Sho ne pouvait qu'avoir un plan.

[Gyukudo] – Oui, je le crois aussi. Je ne sais pas ce que vous comptez obtenir auprès de Masaki mais le plus vite sera le mieux.

Voilà ce n'était pas bien compliqué au final, Gyukudo lui avait fourni des réponses dont il espérait connaître. Mais autre chose venait le tarabiscoter. Pourquoi aller voir Masaki ? Le but de la mission était de délier le problème qui pesait sur la famille Siegen et non celle du futur mari. Toute façon il verrait bien sûr place. Pour le moment il devait faire confiance à Sho et suivre toutes ses directives. Etre patient...
En clair il devait le suivre à l'aveuglette et il n'aimait pas ça.
Surtout qu'il sentait bien que l'atmosphère était pesante. Il ne savait pas ce qu'ils s'étaient dit et il ne voulait pas le savoir, malgré sa curiosité naissante.

[Gyukudo] – Attendez-moi dehors, je vous rejoins dans quelques minutes.

Le frottement de vêtement à côté de lui, lui annonça que son maître venait de s'incliner, qu'il s'empressa de faire pareil, avant de se lever. Il suivit tranquillement le bruit des pas de Sho, son esprit bourdonnant de question, ne sachant pas surtout comment lui annoncer son echec. Donc toujours aussi mal, il préféra garder les yeux baisser plutôt que de prendre sa démarche habituel, la jugeant trop optimiste. Au bout d'un moment il s'arrêta, le coeur du jeune Shinji commençait à battre plus fort.
Le silence ce faisait autour d'eux... Un endroit parfait pour parler... Il en était sûr, Sho aller lui demander son résultat.

[Sho] – Je crois avoir trouvé une manière de régler la mésentente entre Kazumi et son père tout en préservant les intérêts du père dans cette histoire. Mais pour cela, j'ai besoin de savoir comment c'est passé ton entrevu avec la fille et ce que tu as appris sur son compte ?

Un frisson le parcouru et une bouffé de fierté monta en lui. Il le savait, il avait toujours su qu'il avait un plan. Et l'entendre le dire à vif voix le rassuré comme pas possible. Par contre, il gardait quand même le noeud dans son estomac, il devait lui expliquer son échec avec Kazumi.
Avec un effort surhumain il releva la tête vers lui, le rouge un peu aux lèvres.
Il cherchait ses mots avec difficulté.
Pour le début il hésitait à dire que c'était raté, ou s'il devait d'abord relater les fait les un après les autres. Après un temps de réflection il se jeta à l'eau.

Shinji - Déjà sachiez qu'elle est vraiment bornée... J'ai bien sûr put rassembler des informations sur leurs relations, mais ce qui m'a le plus choqué c'est qu'elle... Qu'elle est prête à tout pour ne pas se marier. Selon elle, son père cours après une gloire perdue, elle pense qu'il ne se soucie plus d'elle... Puis elle m'a révélé que l'une des raisons était qu'elle aimait également quelqu'un d'autre. Elle m'a dit que si on la forçait elle fuirait... Et si on la poursuit elle mettra fin à ses jours...

Il baissa de nouveau les yeux, essayant de cacher la tristesse dans ses yeux. Ses poings étaient serrés. Il espérait vraiment que Sho ai un plan. Il releva sa tête vers lui et demanda avec une voix presque suppliante.

Shinji - Vous avez un plan pour que tout rentre dans l'ordre n'est-ce pas... ? ! Vous pouvez résoudre tous ses problèmes sans... Sans qu'elle ne doit se tuer !

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Sam 17 Avr - 20:58


Sho décela comme une forme d'hésitation dans l'attitude de Shinji. Sachant pertinemment qu'il apprendrait tôt ou tard la vérité, il continua de soutenir son regard jusqu'à ce que la langue du genin se délie. Celui-ci lui narra comment Kazumi s'était montrée particulièrement bornée durant leur court entretient. Ce qui en soit n'avait rien d'étonnant aux yeux de Sho. Kazumi était prête à tout pour ne pas avoir à se marier avec Masaki Moe. La raison d'un tel acharnement était simple... son coeur appartenait à un autre. Sho s'y était attendu. Kazumi était prête à mourir pour son histoire d'amour. Elle était prête à tout abandonner pour cela. Mais un détail intrigua Sho. Un détail qui avait toute son importance. Le père de Kazumi n'était apparemment pas au courant de cette relation. Pourquoi ? Sho tourna la question dans sa tête pendant une poignée de secondes avant de comprendre. Kazumi était amoureuse d'un homme beaucoup moins riche qu'elle. Un homme qu'elle ne pouvait se permettre de présenter à son père de peur qu'il le compare à Masaki Moe.

» Vous avez un plan pour que tout rentre dans l'ordre n'est-ce pas... ? L'interrogea Shinji. Vous pouvez résoudre tous ses problèmes sans... Sans qu'elle ne doit se tuer !

Le sourcil droit de Sho se dressa. Un léger sourire fendit ses lèvres. Apparemment, Shinji s'était attaché à la cause de Kazumi. Il ne pouvait pas lui en vouloir.

» Si tout se passe comme je l'entends, alors oui, Kazumi vivra.

» Prêt ? S'écria Gyukudo qui venait de réapparaître dans le décor.

Sho acquiesça et adressa un clin d'oeil à Shinji.

Les deux kuméens suivirent le patriarche de la famille Seigen à travers Sano. Au bout d'une demi-heure de marche, comme l'avait prévu Gyukudo, le trio arriva devant une imposante demeure qui laissait clairement entendre à ses façades richement décorées qu'une famille puissante habitait les lieux. Sur le palier de la porte une imposante silhouette les accueillit. Gyukudo lui serra amicalement la main et lui expliqua la raison de leur présence. L'homme tourna son regard vers Sho et Shinji.

» Soyez les bienvenus au domaine Moe. Je vais voir si mon maître peut vous recevoir.

» Merci, répliqua Sho.

Après une dizaine de minutes, l'homme réapparut dans l'embrasure de la porte.

» Suivez-moi.

Les quatre hommes suivirent un long hall qui déboucha sur un grand salon. Assis dans un coin de la pièce, Masaki semblait plongé dans une profonde méditation. Il faisait face à un petit autel sur lequel était posé la photo d'une femme d'une trentaine d'années aux longs cheveux châtains. Son imposant major d'homme baissa la tête et ferma les yeux comme pour se recueillir lui aussi. Sho en profita pour jeter un regard circulaire autour de lui.

» Gyukudo-san, quel plaisir de vous voir.

Masaki s'était levé.

» Un plaisir amplement partagé, répondit l'intéressé.

» Que me vaut l'honneur d'accueillir deux shinobis de Kumo sous mon toit ? Demanda Masaki en regardant à tour de rôle Sho et Shinji.

Masaki était un homme impérieux mais son regard exprimait à lui seul toute la sagesse d'une noble et très ancienne lignée. Sho se plia pour le saluer.

» Nous vous remercions tout d'abord de nous avoir ouvert les portes de votre somptueuse demeure, fit-il sur le ton de la politesse. Si vous nous le permettez, nous aimerions discuter de tout ça en privée.

Une lueur glissa dans les yeux de Masaki. Il garda le silence pendant quelques secondes puis il adressa un regard à son major d'homme puis à Gyukudo. Les deux hommes s'éloignèrent sans dire un mot, laissant Sho et Shinji seuls avec l'héritier de la famille Moe. Ce dernier leur fit signe de bien vouloir s'asseoir autour de la table basse qui semblait servir de support d'écriture à Masaki à en juger les nombreux parchemins ouverts et la dizaine de bouteilles d’encre qui la parsemaient.

» Je suppose que vous êtes ici pour régler le chaos qui règne autour de Kazumi Seigen ?

» En effet, répondit Sho. Que savez-vous d'elle ?

Masaki posa ses mains sur ses genoux.

» Tout ce qu'il y a à savoir sur elle. C'est une jeune femme au tempérament de feu. Une jeune femme qui connaît pourtant la douceur et la tendresse pour ses proches. Elle n'en donne peut-être pas l'impression mais elle se fait beaucoup de souci pour sa famille. De manière générale, elle se fait toujours plus de souci pour les autres que pour elle-même.

» L'aimez-vous ?

» Il est difficile d'aimer quelqu'un qui n'a pas un seul regard pour vous, répondit Masaki d'une voix parfaitement calme et assurée. Mais c'est une très belle femme. La plus belle qu'il m'est été donné de rencontrer. L'amour peut parfois se cultiver avec le temps et la patience.

Sho regarda Shinji de biais.

» Permettez que mon ami ici présent vous éclaire sur la personnalité de Kazumi Seigen et les raisons pour lesquelles elle refuse de se lier à vous.

Cette fois-ci, il tourna totalement sa tête vers son jeune élève. Les sourcils légèrement froncés, Masaki fixa Sho avant d'enfoncer son regard dans celui de Shinji.

Sho l'invita à évoquer librement son entrevu avec Kazumi.
_____________________________________
☆ Post 9 ☆
HS ^ Mission C : Promise


MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mer 21 Avr - 16:54

Sho - Si tout se passe comme je l'entends, alors oui, Kazumi vivra.

Jusqu'à présent, malgré sa confiance absolu envers Sho, et malgré sa certitude sur le résultat positif de la mission, fallait avouer que pendant de rare moment le doute s'était épris de lui. Mais des qu'il entendait son maître le rassurer ainsi, il sentait son cœur faire un bond et une impression de liberté le prenait. Dans ce genre de moment il se disait que rien ne pouvait les empêcher de réussir la mission. Et pourtant des que ce moment passait, ses doutes revenaient toujours à la charge, même au fond de lui il le ressentait.

Gyukudo - Prêt ?

Il sursauta en entendant le maître des lieux crier. Il ne l'avait pas senti approcher, tellement il était perdu dans ses pensées. Il devait vraiment faire quelque chose, car ça pouvait être dangereux si ça se reproduisait dans un endroit ou le risque d'attaque et d'embuscade était forte. Heureusement qu'il se détacha vite de ses obscures pensées.
Il suivit tranquillement Gyukudo qui s'était mis en marche à travers le village. Au lieu de réfléchir à cette mission, il préféra laisser ses pensées dérivés librement vers ses vieux jours d'innocence en compagnie d'Amaya.
Un sourire flotta quelques temps sur ses lèvres, heureux.
Mais quand le chef de famille s'arrêta, il retourna à la réalité, son sourire s'effaça aussi vite qu'il était venu. Ce n'est que quand sa voix s'éleva qu'il remarqua la présence d'une personne devant eux.

Majordome - Soyez les bienvenus au domaine Moe. Je vais voir si mon maître peut vous recevoir.

Donc il venait d'arriver au domaine. Shinji était tellement dispersé qu'il n'avait rien vu venir. Fallait vraiment qu'il se concentre sur la mission. Pendant qu'il faisait tout ce qu'il pouvait pour vider sa tête de pioche, le serviteur revint pour leurs annoncer qu'il pouvait avancer.

Majordome - Suivez-moi.

Shinji pour ça part il attendit que son maître et Gyukudo avance, pour pouvoir se calquer sur le bruit de leurs pas. Ça leurs prirent pas beaucoup de temps pour atteindre le lieu ou Masaki se trouvait, selon ce qu'il comprenait à la situation. Cette fois ci par contre il sentait la présence de Masaki devant lui, étrangement pour lui, il émanait de lui de la puissance et de la sagesse. D'ailleurs quelque chose le percuta, il se rappelait de la sensation éprouvé lors de sa rencontre avec Gyukudo. Selon lui, lui aussi devait dégager de cette puissance par le passer.
Un soupir traversa sa gorge.
Rien n'y personne ne pouvait contrer les effets du temps...
Mais chez ce Masaki, quelque chose montrait que rien ne pourrait entamer cette puissance.

Masaki - Gyukudo-san, quel plaisir de vous voir.

Quand il entendit sa voix, il ne put s'empêcher de frissonner...
Il ne s'était pas trompé, tout chez lui représentait le pouvoir des nobles. Pour notre jeune genin, entendre la voix de quelqu'un était comme entendre la personne se décrire elle même. Que ça soit le timbre de sa voix, la force qu'il donne à sa voix, sa façon de tourner les phrases. Tout ça lui permettait de connaître la personnalité de la personne en face. Et la quand il l'avait entendu parlé, une seule chose en était ressorti pour lui. C'était quelqu'un qui possédait cette fierté de noble, mais il avait quelque chose en plus que Shinji n'arrivait pas à voir.

Gyukudo - Un plaisir amplement partagé.

Masaki - Que me vaut l'honneur d'accueillir deux shinobis de Kumo sous mon toit ?

Il fut arraché à ses pensées, car Masaki venait de s'adresser à eux. C'est donc poliment qu'il s'inclina, un peu bancal fallait l'avouer, mais c'était un salut traditionnel malgré tout.

Sho - Nous vous remercions tout d'abord de nous avoir ouvert les portes de votre somptueuse demeure. Si vous nous le permettez, nous aimerions discuter de tout ça en privée.

Un silence quelque peu oppressant s'installa d'un cou, mettant notre jeune genin mal à l'aise. Puis des bruissements d'étoffes lui indiqua que les deux autres personnes sortaient de la salle pour les laisser en priver.

Masaki - Je suppose que vous êtes ici pour régler le chaos qui règne autour de Kazumi Seigen ?

Un frisson le parcouru encore une fois. Masaki était vraiment quelqu'un de perspicace. Shinji se sentait vraiment mal à l'aise en sa présence, même devant Gyukudo il c'était senti plus détendu. Peut être que c'était parce qu'il avait beaucoup parlé avec Kazumi, et qu'il comprenait un peu plus la relation et le rôle que jouer le noble. En tout cas, pour le moment il aurait préféré être ailleurs plutôt qu'ici.

Sho - En effet. Que savez-vous d'elle ?

Masaki - Tout ce qu'il y a à savoir sur elle. C'est une jeune femme au tempérament de feu. Une jeune femme qui connaît pourtant la douceur et la tendresse pour ses proches. Elle n'en donne peut-être pas l'impression mais elle se fait beaucoup de souci pour sa famille. De manière générale, elle se fait toujours plus de souci pour les autres que pour elle-même.

Sho - L'aimez-vous ?

Masaki - Il est difficile d'aimer quelqu'un qui n'a pas un seul regard pour vous. Mais c'est une très belle femme. La plus belle qu'il m'est été donné de rencontrer. L'amour peut parfois se cultiver avec le temps et la patience.

Sho - Permettez que mon ami ici présent vous éclaire sur la personnalité de Kazumi Seigen et les raisons pour lesquelles elle refuse de se lier à vous.

Il sursauta. C'était une plaisanterie ? Déjà qu'il avait du mal à se détendre, fallait maintenant qu'il explique à Masaki pourquoi elle refusait de l'épouser. Maintenant la peur commençait à le prendre, il n'avait aucune envie d'énerver ou même de rendre triste Masaki. Malgré le fait qu'il le mettait mal à l'aise, l'entendre parler de Kazumi lui serrer le cœur. C'est après quelques minutes qu'ils se décida de lui parler, de lâcher tout ce qu'elle lui avait dit.

Shinji – Avant toute chose, faut que vous sachiez qu'elle vous trouve pas déplaisant ni rien. Mais la raison est tout autre... Elle ne supporte pas d'être prise pour une marchandise, et honnêtement moi aussi je pense que son père la prend un peu comme ça... Selon elle, il court après une gloire perdu... Mais la vrai raison pour laquelle elle refuse de s'unir à vous et qu'elle aime un autre homme...

Il détourna les yeux un moment, ne voulant pas dévoiler le reste, mais pourtant se sentant terriblement attiré par l'idée de le lui dire.
Au final sa langue lui échappa...

Shinji – Elle nous menace de se suicider si on la force ou si on la poursuit...

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Lun 26 Avr - 13:48


Les premières notes d’un discours sont toujours les mêmes : douces et mielleuses à la fois ; comme pour mettre en confiance celui ou celle qui les reçoit. Lorsque Sho tendit l’oreille pour écouter Shinji, la première impression que lui laissa son récit était exactement la même ; doux et mielleux sur le début, plus dur et tortueux sur la fin. C’était un style comme un autre. Une manière, aussi, de mieux faire passer une pilule de taille : la menace de suicide avancée par Kazumi si rien n’était fait pour arranger sa situation.

Au premier regard, Sho remarqua un changement de nuances dans les yeux de Masaki. Le marron noisette de ses pupilles sembla presque s’obscurcir quand Shinji évoqua la détermination folle mais justifiée de celle qu’il s’apprêtait à épouser. Fait d’autant plus étrange qu’il n’avait pas réagi à la précédente information d’après laquelle Kazumi était amoureuse d’un autre homme. Pendant un bref instant, Masaki soutint le regard de Shinji comme s’il espérait lui en soutirer davantage. Puis, dans un mouvement empli de légèreté et de lassitude, il détourna la tête vers la fenêtre la plus proche tout en caressant l’étoffe de soie qui recouvrait son bras gauche. Il n’était pas nécessaire d’être un grand observateur pour comprendre le débat intérieur qui venait soudainement de s’éveiller en lui.

Désireux de ne pas interrompre ce processus — sur lequel il reposait d’ailleurs toute son entreprise — Sho se contenta de baisser les yeux vers la table basse. Bouteilles d’encre et autres parchemins se muèrent en formes flouées dans le vide abyssal qu’il rencontra. Pendant un temps très long, le trio communia dans un silence absolu. Celui qui tendait l’oreille pouvait parfois entendre le bois d’une armoire craqué, un courant d’air frapper une vitre, ou plus simplement le bruissement de la soie sous les caresses de Masaki. Sho, lui, n’entendait rien de tout cela. La perception de ses sens semblait avoir décru comme s’il s’était lui-même enfermé dans une bulle hermétique. A l’intérieur de cette bulle, il ne pensait à rien ou tout du moins était-ce l’impression qu’il en avait. Son esprit avait assimilé tant de questions qu’il avait fini par se terrer dans le silence.

Heureusement ou malheureusement, la voix de Masaki brisa la fine pellicule qui l’entourait, le ramenant à la réalité avec une brutalité qui le laissa un instant distrait.

» Ma mère avait le même caractère, rude et déterminé… tout autant qu’il était doux et tendre, raconta Masaki. Elle adorait sa famille, ses proches, la vie qu’elle menait… mais elle ne manquait jamais une occasion de défendre une cause juste. Dans ces moments, elle en oubliait son rôle d’épouse et de mère… tout du moins c’est ainsi que je le percevais. En réalité, elle ne faisait jamais un pas sans penser à nous. Elle voulait rendre le monde plus juste autour d’elle pour que sa famille et ses proches s’épanouissent dans un environnement purgé du malheur des autres… Kazumi a toujours fait de même. Elle ne le montre peut-être pas mais je sais qu’elle ne pourrait pas faire un seul pas sans penser aux siens. Même dans la situation qui est la sienne aujourd’hui, elle pense à eux…

Les contours des bouteilles d’encre et des parchemins retrouvèrent leur netteté aux yeux de Sho. Son esprit continua cependant de vagabonder, voguant au gré des éclats de voix que son cerveau avait imprimé. Le récit décousu de Masaki se reconstitua progressivement dans une tête qu’il sentait de plus en plus lourde.

» Tout va bien ? Lui demanda Masaki.

» Oui oui très bien, répondit-il en relevant brusquement la tête. Excusez-moi, continuez.

Le silence retomba entre les trois hommes. Masaki fixa Sho. Sho fixait Masaki. Une mèche de cheveux glissa sur le front de Sho, s’arrêtant devant son œil droit.

» Croyez bien que je ne lui veux aucun mal.

» Nous le savons, fit Sho en ramenant la mèche derrière son oreille.

Masaki releva sensiblement le menton et plissa les yeux comme s’il venait de discerner quelque chose dans le regard de son interlocuteur. Sho réalisa que l’héritier des Moe était beaucoup plus perspicace qu’il ne l’avait imaginé en entrant.

» Vous écoutez et parlez comme quelqu’un qui aurait grandi dans une grande famille, comme si vous connaissiez les usages de cet univers, alors que votre regard me dit clairement que vous ne changeriez pour rien au monde votre place contre la mienne. J’en conclus que vous connaissez déjà ma position et le fil de mon raisonnement… comme je conclus que vous avez déjà réfléchi à un plan pour remédier à l’impasse devant laquelle nous nous trouvons… n’est-ce pas ?

Aucune émotion ne filtra sur le visage de Sho. Il se contenta de plier courtoisement sa nuque avant de replonger son regard d’or dans celui de Masaki.

» Votre aisance à manipuler le silence et à ne jamais m’interrompre m’a suffi à le comprendre.

Sho concéda un sourire à son interlocuteur. Perspicace n’était peut-être pas le bon adjectif pour qualifier Masaki Moe, pensa-t-il. Avisé et clairvoyant étaient sans doute des adjectifs beaucoup plus appropriés. Sentant que le moment était enfin venu d’exprimer le fond de sa pensée, il en oublia presque la présence de Shinji pour concentrer exclusivement son attention sur Masaki.

» Il y a beaucoup plus qu’un mariage en jeu, commença-t-il en faisant osciller son regard entre la table basse et son interlocuteur. Je l’ai compris en discutant avec Gyukudo-san. L’image de votre famille en pâtirait si ce mariage aboutissait à un scandale comme le suicide de votre future femme. De même, si vous décidiez d’abandonner ce mariage. Comme toutes les familles influentes, la vôtre base une partie de son influence sur la manière qu’elle a de répondre aux difficultés qu’elle rencontre. Toujours d’après Gyukudo-san, votre famille possède une ligne de conduite vieille de plusieurs décennies. Une ligne de conduite qui a fait votre réputation dans le pays tout entier et que votre mère a nourrit à sa façon à vous entendre. Aujourd’hui, peut-être est-il temps pour vous d’apporter votre pierre à l’édifice.

» Comment ? Demanda Masaki dont la curiosité semblait piqué à vif.

» Soyons clairs, Kazumi ne vous épousera jamais. Son cœur est déjà la propriété d’un autre. D’un autre côté, la famille Seigen ne peut passer à côté de ce mariage ou pour être plus précis, de votre fortune. Quant à vous, vous ne pouvez vous permettre d’entacher une réputation pour laquelle vos aïeux ont batillés corps et âme pendant des années. Je ne vois donc qu’une solution pour contenter les trois parties — Masaki cessa de caresser son bras gauche — n’épousez pas Kazumi.

Sho accentua son sourire en voyant Masaki froncer les sourcils, l’air perplexe.

» C’est tout ? C’est ça votre plan ?

» Vous vous doutez bien que non, répondit Sho en tournant brièvement sa tête vers Shinji. Kazumi refuse de vous épouser alors abandonnez cette idée. Un homme de votre qualité n’éprouvera aucune difficulté à trouver une femme qui l’aimera réellement et qui sera heureuse de porter votre nom. La survie de la famille Seigen dépend de cette union ou plutôt de l’argent qui s’ouvrirait à elle en mariant l’une de leur fille à un riche partie, alors décidez de la soutenir financièrement, la réputation des Moe n’en serait que renforcée sachant l’amitié qui lie vos deux familles. Kazumi vivrait heureuse. Vous, vous feriez honneur à la réputation de votre famille en aidant cette lignée sur le déclin. Bien sûr, vous perdriez l’occasion de vous marier prochainement mais encore une fois, je ne crois pas que cela soit un véritable problème pour un homme comme vous.

Pendant un temps anormalement long, Masaki fixa la table basse sans dire un mot. Sho nourrit le silence en portant son regard vers la fenêtre. Quelques nuages blancs se peaufinaient dans l’horizon.

» J’ai besoin de temps pour réfléchir à votre proposition.

» Prenez le temps qu’il vous faudra.

Leurs regards se croisèrent et cela leur suffit à se comprendre.

» Si vous nous le permettez, nous allons nous retirer à présent.
_____________________________________
☆ Post 10 ☆
HS ^ Mission C : Promise


MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Lun 26 Avr - 18:38

Depuis qu'il avait commencé à parlé, Shinji avait pu sentir un changement radical dans l'atmosphère de la pièce. Comme ci tout devenait lourd autour de lui, l'oppressant. Mais ce qui lui donnait le plus cette sensation bizarre était sans nul doute le silence si tendu entre chaque phrase qu'il prononçait. S'entendre parler le mettait vraiment mal à l'aise, surtout qu'il n'avait pas l'habitude de s'expliquer comme ça. Et pendant tout son discours il avait espéré, de tout son cœur, qu'on le coupe dans ses explications. Mais bien sur et comme il l'avait deviné, les nobles étaient toujours comme ça, toujours à respecter une ligne de conduite bien précise. Et surtout leurs politesses et leurs manières étaient légendaires.
Pour Sho par contre il savait des le début qu’il n’interviendra pas, c'était lui qui avait proposé de résumer la situation.
Et puis il se doutait bien que le plan sera lié à la révélation qu'il apportait.

Par contre le silence qui s'installa après était vraiment lourd. Shinji n'aimait pas ça. Le pire c'était surtout qu'il venait de révéler à un homme que la femme qu'il devait épousait aimait un autre. Pour tout homme c'était une chose dure à entendre.
Comme il le faisait si souvent, il se replongea dans ses pensées, se remémorant les moments passé avec Amaya. Sont cœur se serra et le doute l'assaillit. Aimait-il Amaya ? Ce qu'il était sur c'est qu'il éprouvait des sentiments pour son amie d'enfance mais quel sentiment... Mais il fut interrompu car Masaki ouvrit finalement la bouche pour parler.

[Masaki] Ma mère avait le même caractère, rude et déterminé… tout autant qu’il était
doux et tendre
Elle adorait sa famille, ses proches, la vie qu’elle menait… mais elle ne manquait jamais une occasion de défendre une cause juste. Dans ces moments, elle en oubliait son rôle d’épouse et de mère… tout du moins c’est ainsi que je le percevais. En réalité, elle ne faisait jamais un pas sans penser à nous. Elle voulait rendre le monde plus juste autour d’elle pour que sa famille et ses proches s’épanouissent dans un environnement purgé du malheur des autres… Kazumi a toujours fait de même. Elle ne le montre peut-être pas mais je sais qu’elle ne pourrait pas faire un seul pas sans penser aux siens. Même dans la situation qui est la sienne aujourd’hui, elle pense à eux…


Un sourire tendre flotta sur les lèvres de notre cher Genin. D'un côté il le comprenait, c'est parent avait également était comme ça... Enfin avant cette tragédie...

[Masaki] Tout va bien ?

[Sho] Oui oui très bien. Excusez-moi, continuez.

[Masaki] Croyez bien que je ne lui veux aucun mal.

[Sho] Nous le savons

Tout le long de leur discours, Shinji resta stoïque, perdu dans ses pensées. Honnêtement il ne prêtait même plus attention aux paroles des deux jeunes gens avec lui. Il était las pour tout dire, lassé de réaliser certaine chose qu’il n’aurait jamais su en restant cloitré dans son village. La loi de la vie dehors avait vraiment l’air dur, et pas que pour les pauvres…
Imperceptiblement il senti ses poings se serrer inconsciemment.
Les doutes l’assaillaient de plus en plus. Il se demandait ce qu’il apprendrait d’autre en tant que ninja. Mais une chose était sur, la chose qu’il redoutait le plus finirai par arriver…
Tuer…
C’était le quotidien d’un ninja, mais il avait peur…

Il secoua la tête pour chasser ses mauvaises pensées. C’était ni le lieu ni l’endroit pour penser à ça, pour le moment il avait une mission à finir.

[Masaki] Vous écoutez et parlez comme quelqu’un qui aurait grandi dans une grande famille, comme si vous connaissiez les usages de cet univers, alors que votre regard me dit clairement que vous ne changeriez pour rien au monde votre place contre la mienne. J’en conclus que vous connaissez déjà ma position et le fil de mon raisonnement… comme je conclus que vous avez déjà réfléchi à un plan pour remédier à l’impasse devant laquelle nous nous trouvons… n’est-ce pas ?


[Masaki] Votre aisance à manipuler le silence et à ne jamais m’interrompre m’a suffi à le comprendre.

Shinji se retourna dans la direction de la présence de son maître. Incrédule il avait du mal à réaliser ce qu’il venait de dire. Que des gens modeste deviennent ninja il n’y avait rien d’incroyable, mais qu’un bourgeois le deviennent ça cacher surement autre chose que l’envie de jouer au soldat. C’était malin, maintenant il sentait sa curiosité piqué au vif, mais il ne pouvait rien faire. Il se concentra sur la conversation actuelle pour penser à autre chose, qui tournait maintenant autour du plan de Sho.
Il sourit.
Son maître était décidément incroyable, car il avait déjà trouvait la parade à ce problème.
Et de se qui comprenait, il sauvera à la fois l’amour de Kazumi et la fierté de la famille Moé.

[Masaki] J’ai besoin de temps pour réfléchir à votre proposition.

[Sho] Prenez le temps qu’il vous faudra. Si vous nous le permettez, nous allons nous retirer à présent.


Il se tourna vers son maître, inquiet. Il voulait dire un truc mais il ne trouvait rien. Surtout que depuis les révélations qu’il avait dit il n’avait plus ouvert la bouche. Il hésita pendant un bon bout de temps mais il se leva d’un coup et s’avança vers Masaki et s’inclina.

Shinji – Merci monsieur ! J’espère que vous prendrez la bonne décision. Bon courage à vous, et sachez que je suis de tout cœur avec vous ! Au revoir.

Il s’inclina à nouveau et avança vers son maître.

Shinji – On y va Nagoshi-sama ?


Sans attendre son maître il commença a avancer vers la sorti, alors que étrangement un sentiment de malaise. Il avait peur que tout rate, que quelque chose n’aille pas comme il fallait. Il s’adossa contre le mur de la pièce à côté de la porte. Il ferma les yeux…
Il était exténué.

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mer 5 Mai - 15:43


Masaki abaissa la tête en guise d’approbation. Par politesse, Sho en fit de même pour le remercier. Après quoi tous les deux se levèrent dans un silence que seul leurs étoffes semblaient perturber.

» Merci monsieur ! S’exclama Shinji en se levant lui aussi. J’espère que vous prendrez la bonne décision. Bon courage à vous, et sachez que je suis de tout cœur avec vous ! Au revoir.

Sho le regarda s’incliner puis s’éclipser avec un sourire non dissimulé. Finalement, il était plutôt satisfait de ce que Shinji avait accompli jusqu’ici. Il n’était peut-être pas encore un modèle de franche réussite mais il n’était pas non plus un de ces gamins turbulents qui s’octroyaient toujours tout et n’importe quoi. Il avait su garder la place qui était la sienne tout le long de leur séjour à Sano et Sho lui en était reconnaissant, car les choses auraient pu être bien pires s’il avait eu à maîtriser un perturbateur de trop.

A son tour, il s’inclina devant Masaki qui répondit aussitôt par un mouvement quasi identique quoiqu’en réalité un peu moins prononcé. Masaki allait pour appeler son serviteur mais Sho lui fit comprendre d’un signe de la main qu’il saurait retrouver la sortie tout seul. Un dernier sourire, un dernier regard, et il s’en alla sur les traces de Shinji qu’il retrouva adossé contre le mur, visiblement extenué.

» Tu vois, je te l’avais dis que cette seule journée nous fatiguerait plus que nos trois jours de voyage.

Son sourire atypique pendu à ses lèvres, Sho lui fit signe de le suivre et tous deux quittèrent le domaine des Moe pour la place centrale de Sano où ils profitèrent de la chaude fin de journée, d’un bon repas, et de l’éloignement d’une affaire qui leur avait presque entièrement pompé leur force mentale. Quand la nuit s’abattit sur le village, ils retrouvèrent leur chambre mais pas le sommeil en ce qui concerne Sho.

La tasse de thé encore fumante se reflétait nettement dans ses pupilles dorées. Assit dans son fauteuil, il réfléchissait, accompagné par le tintement régulier de l’horloge accroché au mur. La petite pièce était à moitié plongée dans la pénombre quand l’autre faisait face aux premiers rayons de la journée. Sho pouvait les sentir contre sa nuque au même titre que la légère brise matinale qui s’engouffrait par les portes coulissantes du balcon. Calme, silencieux, patient, il réfléchissait encore et encore…

Il savait que tout se jouerait aujourd’hui, que d’une manière ou d’une autre sa mission prendrait fin aujourd’hui, et qu’il ne pourrait plus rien contre ce qui serait décidé. La veille, il avait abattu toutes ses cartes ; aussi bien auprès de Gyukudo Seigen que de Masaki Moe. Il n’y avait plus rien à leur soutirer, pas plus qu’il n’y avait à espérer un changement d’opinion de la part de Kazumi Seigen. Il était donc condamné à attendre que la situation se décide à prendre son tournant final en espérant que son plan soit retenu par chacun des partis concernés. S’il n’avait aucun doute sur Kazumi et son père, il n’était pas certain d’avoir totalement convaincu Masaki. Mais ce dernier n’était pas homme à montrer facilement ses émotions alors peut-être y avait-il encore un espoir que les choses s’arrangent comme prévu… ou peut-être pas…

Sho attrapa la tasse de thé et la porta à ses lèvres. Il en but une petite gorgée et s’imprégna de chaque arôme en fermant ses paupières comme s’il s’était soudainement mis à voyager aux quatre coins du monde. Il se vit errer quelque part aux alentours de Konoha, dans ces forêts denses où tout n’est que pénombre. Puis il longea une interminable plage de graviers qui ressemblent à celles qu’on trouve à l’est du Pays de la Foudre, là même où les montagnes semblent se jeter dans la mer. Avant finalement de se retrouver à Kumo, sur le plus haut toit du village, là où le monde semble si grand et si petit à la fois, si fort et si fragile…

… Trois coups retentirent contre la porte de la chambre. Sho rouvrit les yeux et attendit en se demandant s’il n’avait pas rêvé. Quelques secondes plus tard, deux nouveaux coups étaient donnés. Sho reposa la tasse de thé sur la table basse et se leva. Dans le petit couloir menant à l’entrée, il attrapa le haut de son ensemble et le vêtit alors que deux autres coups étaient apportés au décompte. Quand Sho se décida enfin à ouvrir la porte, il dut lever le menton pour croiser le regard du major d’homme de Masaki Moe. Celui-ci inclina poliment la tête pour le saluer.

» Mon maître souhaiterait vous parler, s’exclama-t-il, un léger sourire en coins.

Pris au dépourvu, Sho retourna une dizaine de fois la phrase dans sa tête.

» Maintenant ? Finit-il par demander, les sourcils froncés.

» Maintenant, répondit le colosse.

Sho se demandait ce qui avait bien pu rendre Masaki Moe aussi pressé. Cela ne lui ressemblait pas vraiment. Malgré tout, si Masaki l’attendait, il valait mieux ne pas le faire attendre. Sans trop se soucier ni de son apparence ni de sa mine, Sho referma la porte de sa chambre derrière lui et suivit l’envoyé de Masaki. Ce qu’il trouva ensuite à la sortie de l’auberge le laissa un moment sans voix. Masaki Moe l’accueillit avec un grand sourire et une révérence beaucoup plus remarquée que celle qu’il lui avait offerte la veille. En retrait de Masaki, Gyukudo Seigen bomba fièrement le torse quand Sho croisa son regard. A côté de lui se tenait la plus jeune de ses filles, celle qui les avait accueilli lui et Shinji quand ils étaient arrivés chez les Seigen. A chacune de ces personnes, Sho offrit un sourire courtois qui ne trahissait en rien l’étonnement qui se lisait dans son regard.

» Tout est arrangé, s’exclama Masaki en s’approchant de lui.

» Tout est arrangé ? Reprit Sho, le regard toujours fixé sur Gyukudo.

» Oui, tout.

Le regard de Sho suivit la provenance de cette deuxième voix et s’arrêta sur le visage rayonnant de Kazumi Seigen qui tenait le bras d’un homme aux longs cheveux bruns. Sho n’avait encore eu la chance de rencontrer Kazumi, il ne savait donc pas à qui il avait à faire malgré l’idée confortablement installée dans sa tête.

» Votre plan semble avoir fait des heureux, murmura Masaki en souriant comme un homme satisfait de son propre travail.

Le silence étant ce qu’il était, Sho y resta terré pendant un long moment. Il essaya tant bien que mal de reconstruire le déroulement des évènements, en vain. C’était comme si une partie de son cerveau refusait de comprendre ce qui était entrain de se dérouler sous ses yeux.

C’est Kazumi, la première, qui la sortit de cette léthargie.

» Merci pour tout ce que vous avez fait.

Elle regarda par-dessus l’épaule de Sho et vers l’entrée de l’auberge comme si elle s’attendait à voir quelqu’un apparaître d‘un moment à l‘autre.

» Où est votre coéquipier ? Lui demanda-t-elle après s’être rapprochée. J’aimerai le remercier lui aussi.

Sho la regarda puis lança un regard interrogateur vers Masaki qui éclata de rire.

» On dirait que nous ne somme pas les seuls pour qui lui nuit a été courte, finit-il par dire après s’être arrêté de rire. Hier, après votre départ, j’ai réfléchi à votre proposition. Je pourrai même dire que je l’ai étudié sous toutes ses coutures — ce qui ne surprit pas Sho. J’en suis arrivé à la conclusion que c’était le seul moyen de faire souffrir le moins de monde possible. Alors je me suis rendu chez Gyukudo-san à qui j’ai exposé votre idée. Nous avons longuement discutés jusque tard dans la nuit et nous nous sommes mis d’accord. Il n’y aura pas de mariage, en tout cas pas un dans lequel je sois impliqué.

Le regard de Masaki s’arrêta sur Kazumi puis sur l’homme qui l’accompagnait.

» Ces deux-là vivront heureux grâce à vous ; la famille Seigen également. Quant à moi… je n’ai plus qu’à espérer que peut-être un jour la femme de ma vie se présentera ici.

» Je suis certaine que ça arrivera très vite, dit Kazumi en souriant.

Le soulagement de Sho l’amena à retrouver l’usage de la parole. La mission s’était bien terminée et son plan avait fonctionné, que demander de plus ? A tour de rôle, il discuta un instant avec chacun des intervenants de sorte à connaître toute l’histoire de cette réconciliation dans les moindre détails. Il accompagna ensuite Kazumi à l’étage de l’auberge où il lui présenta la porte de la chambre de Shinji. Kazumi y donna deux coups et se tourna vers Sho qui se tournait vers sa propre chambre.

» Vous ne restez pas ? Lui demanda Kazumi.

» Non, j’ai mon sac à préparer.

Sho lui sourit une dernière fois et s’engouffra dans sa chambre en fermant la porte derrière lui. Il s’appuya contre elle et leva les yeux au plafond, satisfait. A même pas deux mètres de là, une porte s’ouvrait et une femme s’inclinait devant un garçon aveugle pour le remercier de lui avoir sauvé la vie.
_____________________________________
☆ Post 11 ☆
HS ^ Mission C : Promise


MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mer 5 Mai - 17:01

Sho - Tu vois, je te l’avais dis que cette seule journée nous fatiguerait plus que nos trois jours de voyage.

Au même moment, Shinji ouvrit les yeux et tourna la tête dans sa direction, ses yeux vide et inexpressif ce fixé sur le néant qui pour lui ce tenait à la place de Sho. Il ne dit rien, ce contenant de le regarder...
Quand Sho poursuivit son chemin pour sortir, il se redressa pour le suivre tranquillement, le pied posé, sur le rythme de Sho. Il ne se retourna même pas, pensant que maintenant toutes les cartes étaient dans les mains de Masaki. Il devait croire en lui, maintenant que son maître avait agit. Et malgré ses doutes il étaient sur que le plan marcherait, il ne pouvait que réussir.
Quand ils mirent pieds dehors, le soleil, chaud, raviva instantanément l'humeur de notre jeune Genin. Ça faisait vraiment du bien, et comme c'était parti, il allait pouvoir profiter du soleil.
D'ailleurs il suivit Sho jusqu'à la place du village pour s'y reposer.
Ce fut le moment le plus plaisant et le plus tranquille qu'il passa depuis le début de la mission. Mais fallait ce l'avouer, même si tout les évènements de la vieille avait était dur psychologiquement parlant pour Shinji, il se souviendra encore longtemps de cette expérience.

Quand le soir tomba, ils décidèrent de rentrer pour manger, c'est ainsi que Shinji suivit son maître jusqu'à l'auberge, profitant une dernière fois de ce qu'il ressentait de positif autour de lui, tout ce que ses sens lui apportait. L'odeur des plantes flottant par le vent autour de lui, ou le grattement de la poussière par terre, sous ses chaussures, il voulait tout garder, ne rien oublier. Car pour le moment c'était sa meilleur expérience.
L'heure d'après ils c'étaient tout les deux quitté pour leurs chambres, après un bon repas, qui pour Shinji l'avait rassasié au delà du raisonnable. Maintenant il se trouvait allongé dans son lit, alors que la nuit commençait à s'avancer. Malheureusement pour lui le sommeil ne vint pas, malgré son état évident.

¤¤¤

Pendant un temps indéchiffrable pour le Genin, il resta allongé sur le lit, les yeux grand ouvert, l'esprit distrait par de nombreuses questions et nombreux souvenirs. Comme par exemple, la conclusion qu'aurait la mission, ce que ferai Kazumi ou même Gyukudo ainsi que Masaki. Tout ça lui trottait dans la tête. Masaki accepterai t-il de renoncer à Masaki? Gyukudo voudra t-il qu'elle épouse un homme qui n'est même pas noble. Et plein d'autre encore...
Mais dans tout ce charabia, des souvenir de son passé de gamin revenait le hanter. C'est dans c'est moment là qu'il se disait qu'il avait vraiment plus rien avoir avec celui qu'il était avant. L'enfant qui criait tout le temps sur Amaya n'existait plus. Il était sur que s'il pouvait voir, aujourd'hui il ne verrait plus un gamin dans le miroir mais un jeune homme, calme et réfléchi.

Au même moment des voix s'élevèrent de la chambre d'à côté. Il se releva curieux, car ça venait de la chambre de Sho. Silencieusement il s'approcha du mur pour écouter, ça devait surement être une personne au courant de l'affaire Kazumi, ou tout simplement Masaki. Les voix diminuerent au dur et à mesure. Puis de nouvelle voix montèrent à la fenêtre, rapidement il gagna sa fenêtre et put écouter la suite. La première chose qu'il entendit clairement ce fut :

??? - Merci pour tout ce que vous avez fait.

Il fut surpris d'ailleurs, d'entendre la voix de Kazumi, alors elle était venu de sa propre volonté pour voie Sho. Mais tout de suite après ce fit la voix de Masaki qui monta d'en bas. En tout cas d'après la longue réplique de Masaki, ils avaient réussit. Il se repassa encore une fois en tête ce qu'il venait de dire :

« On dirait que nous ne somme pas les seuls pour qui lui nuit a été courte.Hier, après votre départ, j’ai réfléchi à votre proposition. Je pourrai même dire que je l’ai étudié sous toutes ses coutures. J’en suis arrivé à la conclusion que c’était le seul moyen de faire souffrir le moins de monde possible. Alors je me suis rendu chez Gyukudo-san à qui j’ai exposé votre idée. Nous avons longuement discutés jusque tard dans la nuit et nous nous sommes mis d’accord. Il n’y aura pas de mariage, en tout cas pas un dans
lequel je sois impliqué.
Ces deux-là vivront heureux grâce à vous ; la famille Seigen également. Quant à moi… je n’ai plus qu’à espérer que peut-être un jour la femme de ma vie se présentera ici. »

De ce qu'il comprenait, Kazumi était là avec le garçon qu'elle aimait, ainsi que Masaki. Pendant près d'une bonne dizaine de minutes il écouta tout les détails, malgré la difficulté il pouvait saisir le sujet principal. Puis il les entendit rentrer dans l'auberge.
Alors que les pas s'entendaient dans les escaliers, il se dépêcha de s'allonger sur son lit, il ne voulait qu'ils sachent qu'il avait tout écouter. Il eu tout juste le temps de s'allonger que deux coups résonnèrent à la porte. C'est donc d'une démarche qui laissait croire qu'il dormait, qu'il s'approcha de la porte pour l'ouvrir. Quand il l'ouvrit, un petit courant d'air se forma, dedans il senti le parfum si caractéristique de kazumi. Il s'empourpra. Puis la voix de Kazumi s'éleva.

Kazumi – Je tenais juste à te remercier. C'est en partie grâce à toi si je vais pouvoir épouser celui que j'aime.

C'est un sourire sur les lèvres qu'il posa une main sur l'épaule de Kazumi, puis il la força à se redresser. Avant de s'incliner à son tour.

Shinji – De rien ma Dame. Mais vous ne me devez rien, c'est surtout grâce à vos convictions de ne pas abandonner votre homme. Et le mérite revient également à Nagoshi-sama, ce plan vient de lui.

Il baissa la tête plus bas.

Shinji – Bonne chance à vous deux ma Dame et que vous viviez heureux. Maintenant je vais devoir vous laissez, je suppose que mon maître voudra qu'on parte. J'ai mes affaires à préparer.

Kazumi - Je vous en prie. Bon retour à vous deux.

Puis il l'entendit se détourner de lui pour descendre les escaliers. Le sourire toujours sur ses lèvres il se retourna et regagna sa chambre pour préparer ses affaires. Il avait hâte de rentrer et de raconter tout ça à Amaya. Et surtout il voulait remercier Sho pour l'aventure qu'il lui avait permit de vivre.

MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   Mar 11 Mai - 19:03

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Mission de rang C : Promise - SUCCES

Une bonne mission menée avec brio par votre duo, avec une "masterisation" sympathique. Le problème était épineux, la solution apportée est simple et cohérente.

Si le style de Sho est brillant, il reste quelques efforts à faire, Shinji.
Reprendre les paroles des autres dans ses posts peut être intéressant pour souligner un fait, une réaction, donner une réplique importante etc.
Reprendre tous les dialogues, surtout lorsque l'on y participe pas soit même me semble par contre obsolète, cela nuit à la qualité de ton RP.

De plus, je trouve quelques fautes "marquantes" comme "comprenait moi" au lieu de "comprenez moi".

Enfin, malgré mes quelques remarques, c'est une très bonne mission.

Kumo :

+ 3 Prestige
+ 150 £

Sho :

+ 181 XP (bonus chuunin et succès mission rang C inclus)
+ 2 Réputation

Shinji :

+ 111 XP (bonus genin et succès mission rang C inclus)
+ 2 Réputation
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Kusa] CK001 - Promise   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Kusa] CK001 - Promise
» Kusa no Kuni
» I made a promise for a change, a revolution in the night. | Joy
» La rhétorique de la peur ( Libre )
» Promise à mort certaine...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-