Partagez | 
 

 Du sang sur les mains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Du sang sur les mains   Jeu 7 Juil - 13:13

Partie 3: Rédemption
Chapitre 2 : Le retour du ninja


La forêt de Konoha était paisible, on y entendait seulement le bruit du vent et des oiseaux, c'était là que la plupart des ninjas peaufinaient leurs techniques et s'entraînaient au combat. Kabashi avait l'habitude de s'y rendre seul afin de méditer, il ne l'avait pas fait depuis son retour. Il s'assit, dos à un vieux chêne, et ferma lentement les yeux, il se plongea dans ses pensées, à la recherche de réponses. Il désirait se venger, cela ne faisait aucun doute, mais il ne procéderait plus de la même manière, les NukeNins sont des traîtres, de plus la plupart d'entre eux sont ou deviennent des assassins, lui même en était devenu un, l'un de ses hommes sans honneur qui passe leur vie entière à fuir les autorités et à détruire des innocents. Moralement, Kabashi ne pouvait pas le supporter, c'était son dédoublement de personnalité qui lui avait permis de passer cette étape. En y réfléchissant, aujourd'hui il avait davantage envie de protéger les siens et de servir le pays du Feu, tout comme l'on fait les Mirate depuis leurs débuts. Chuiko lui avait dit qu'en tant que Mirate il devait s'atteler à défendre le peuple de la guerre et des massacres, avant de penser aux intérêts du village et du Hokage. Il ne s'était jamais penché sur l'implication politique des siens, Akikazu derrière son rôle de chef faisait son possible pour que le village reste un protecteur et non pas une simple organisation de tueurs à louer, et les Mirate étaient persuadés que l'essence du Pays du Feu était son peuple et pas ses dirigeants; fermiers, commerçants, pêcheurs, mineurs, scientifiques, tous représentent la force du pays, et les shinobis doivent les protéger.

Kabashi pensait à la vision minimaliste qu'il avait donné de Konoha lors de l'intégration à sa première équipe, il l'avait décrit comme une fourmilière ne cherchant que davantage de pouvoir, mais il comprenait maintenant que ce n'était pas si simple, il n'avait pas encore les mots pour l'expliquer, mais cette nouvelle vision lui donnait l'impression d'avoir plus de sens que la précédente.

[Chuiko]"Tu vas rester là longtemps ?"

Il avait toujours les yeux fermés, la voix de la jeune femme résonna dans ses oreilles, il ne l'avait pas sentit s'approcher.

[Kabashi]"Je méditais."


Ses paupières se soulevèrent doucement, il découvrit la jeune femme debout face à lui, une cigarette aux lèvres, ses cheveux oranges en batailles et ses magnifiques yeux bleus comme un océan sans fin. Elle l'était l'un des futurs piliers de la famille, aujourd'hui son niveau dépassait déjà celui des plus expérimentés, seul le vieux Kanashi ou encore Akikazu devait la surpasser. Elle avait déjà quelques missions de rang A à son actif, à son âge c'était un exploit, Kabashi se sentait si faible quand il y pensait. Ses talents en genjutsu étaient incontestables, elle maîtrisait un panel impressionnant de techniques, les entraînements étaient difficile à ses côtés, Kabashi l'avait appris à ses dépends.

[Chuiko]"Et tu médites à quoi ?"

[Kabashi]"Je pense à ce que j'ai fais, et à ce que je pourrai faire."

[Chuiko]"Tu penses encore à te venger ?"


[Kabashi]"Évidemment."


La réponse lui était apparu comme évidente, il ne pourrait pas s'empêcher de continuer dans cette direction, cependant il ne marchait plus sur le même sentier, en tout cas pas sur celui qu'il avait parcouru avec Zul Yuurei.

[Kabashi]"A la différence que je ne compte pas trahir le village de nouveau. La proximité de la mort ramène souvent à la réalité, j'ai compris que je n'étais pas aussi seul que je le pensais."

[Chuiko]"Tu pourras compter sur l'appui de ta famille, mais tu dois bien comprendre que nous avons besoin de pouvoir te faire confiance."


Le genin resta silencieux, il était plutôt distant mais les évènements récents avaient démontrés le contraire, finalement il pouvait lui aussi éprouver des sentiments. Gagner la confiance des Mirate ne serait pas aisé, mais il comprenait ce qu'on attendait de lui, simplement qu'il respecte les principes familiaux et dévoue sa force à défendre le village. Son passé lui laissait toujours une cicatrice importante, mais moins gênante, cependant restait toujours cette perte de contrôle, son passager noir, celui qui lui faisait penser aux pires atrocités. Il ne pouvait s'en débarrasser pour le moment, mais il comptait bien sur le temps pour s'en charger, à l'usure il finirait bien par disparaître définitivement. La dernière fois qu'il s'était manifesté violemment fut lors de sa désertion, qui conduisit à la mort d'un pauvre passant innocent, il pensait encore souvent à cet homme, bien que depuis sa fuite se soit écoulée près de huit mois

La jeune femme s'approcha de lui et posa une main sur son épaule, elle le regardait fixement, à la recherche du moindre signe sur son visage quasi inexpressif.

[Chuiko]"Donnes-toi les moyens de devenir plus fort et tu réussiras."

[Kabashi]"Comptes sur moi"

[Chuiko]"Le terrain d'entraînement est prêt, nous allons commencer."

Il suivit la jeune femme dans une petite clairière au milieu des arbres, elle avait disposé plusieurs mannequins en bois, des cibles dans les arbres et un étrange appareil au milieu du terrain.

[Chuiko]"Nous allons commencer avec ceci, c'est un lanceur de Kunai."


Elle actionna le mécanisme, des Kunais étaient tirés à intervalles irréguliers, la machine tournait sur un axe, permettant de déverser une pluie de lames à 360°.

[Chuiko]"Ton objectif sera de tourner autour et d'éviter tous les kunais, tu dois aiguiser tes réflexes tout d'abord."

Kabashi s'exécuta, la cadence de tir était variable ainsi que la vitesse de rotation rendant l'exercice plus délicat. Il n'avait pas trop de mal à manœuvrer autour de l'engin, les kunais le frôlaient mais il les évitaient grâce à sa vitesse. La kunoichi descendit un levier, l'appareil augmenta alors en vitesse, tournant plus vite et lançant deux fois plus de lames, le genin était repoussé dans ses limites physiques, après plusieurs minutes à éviter les tirs la machine stoppa, à court de munitions. Kabashi était essoufflé, malgré la faible durée de l'exercice celui-ci avait été très intense pour son corps.

[Chuiko]"Très bien, maintenant j'aimerai que tu exécutes des permutations afin d'économiser tes forces, la technique est très simple, mais demande une bonne concentration pour être exécutée au bon moment. Mais j’imagine que tu connais déjà son principe."

Après avoir rechargé la machine, il se mit de nouveau à courir autour, l'engin était à pleine vitesse, il aperçu une petite souche à sa droite, très rapidement il utilisa son chakra afin de permuter avec l'objet, les kunais se plantèrent alors dans le morceau de bois, Kabashi continuait toujours sa course autour de l'appareil, cette fois, Chuiko descendit le levier à son maximum, le genin devait enchaîner esquives et permutations à une vitesse folle. De nouveau le lanceur s'arrêta, Kabashi était éreinté, la cadence était infernale, mais il avait réussi à esquiver tous les kunais.

[Chuiko]"Pas mal du tout, tu maîtrises maintenant la permutation. Je te laisses un peu de repos, après nous verrons ta maîtrise des clones."


Dernière édition par Kabashi Uzukame le Ven 15 Juil - 1:17, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Du sang sur les mains   Dim 10 Juil - 16:10

Inutile de dire que l'entraînement l'avait épuisé, il était sur les rotules, ses réserves de chakra étaient encore hautes, mais l'intensité avec laquelle il avait du utiliser tous ses nerfs et ses muscles l'avaient vidée de toute son énergie. Il se sentait faible, il était persuadé que Chuiko ferait cet exercice sans aucune difficulté, elle imposait une telle fougue et une telle puissance, il se sentait comme un petit ver face à un gigantesque rongeur. Cependant, malgré tout le temps passé avec elle, jamais il ne l'avait vu combattre, il ne connaissait pas ses techniques de prédilection et encore moins ses points faibles, même s'il semblait qu'elle n'en ait pas. Il se releva, et partit s'asseoir contre un arbre non loin de là, le moindre mouvement était douloureux pour son corps, mais il ne voulait pas le montrer, ses mollets étaient durs comme du bambou, les nombreux sauts d'esquives et permutations en étaient la cause. Il se posa contre l'arbre en se laissant quasiment tomber, les heures passées à s'entraîner étaient tellement importantes, elles rendaient le corps plus fort et amélioraient les réflexes, cependant Kabashi restait terriblement rachitique, on apercevait quelques muscles abdominaux mais ses bras et ses jambes étaient fins comme des aiguilles. Les heures passées à courir inlassablement, chaque jour, une dizaine de kilomètres pour garder le rythme, par tous les temps, qu'il vente, qu'il pleuve, qu'il neige, il ne s'arrêtait pas, son corps était bâtit pour la course, mais si faible pour le combat de près.

Chuiko préparait le terrain pour l'exercice suivant, installant un véritable parcours du combattant, Kabashi pensait que l'objectif serait sans doute de combiner ses déplacements avec ceux de son clone, pour abattre les mannequins et passer les obstacles. Il n'avait jamais utilisé de clones en combat, il connaissait seulement leur principe de matérialisation. Les shinobi en avaient souvent l'utilité pour se dissimuler ou créer une diversion, mais ils pouvaient aussi servir de protection afin de bloquer une technique ou une arme. Bien que basique cette technique proposait une bonne solution pour tromper son adversaire, elle était encore assez souvent utilisée, même si son évolution, les clones d'ombre, était beaucoup plus utile et efficace en combat, mais utilisant plus de chakra et plus difficile à maîtriser totalement.

[Chuiko]"C'est prêt, tu vas devoir franchir ces obstacles et toucher les cibles à l'aide de tes kunais, attention les mannequins projettent des shurikens, à toi d'utiliser efficacement tes clones."

Kabashi se mit sur le point de départ, au top de la juunin il démarra alors sa progression, pour éviter de perdre du temps plus tard il créa instantanément un clone. Il avançait rapidement mais restait attentif à ce qui l'entourait, face à lui deux mannequins, il envoya son clone en avant et jeta ses kunais sur les deux cibles situées sur les mannequins de bois, son clone reçu un shuriken et disparu, ses deux kunais firent mouche et il esquiva le deuxième shuriken. Le parcours n'était qu'une succession de situations similaires, les mannequins étaient placés dans des angles différents, Kabashi devait utiliser efficacement ses clones afin de les atteindre, chaque fois qu'il touchait sa cible l'appareil cessait d'envoyer des shurikens et il pouvait avancer. Au dernier obstacle, il fut de nouveau confronté à la machine infernale de tout à l'heure, mais il y avait deux mannequins qui bloquaient l'arrivée. Il du combiner la permutation et la technique des clones, il pu neutraliser les deux mannequins, mais l'un des shurikens lui entailla profondément la main, il ne put le contrer qu'à l'aide de ses bras. Le sang coulait en un flot continu sur sa main, cependant il n'éprouvait pas son sentiment habituel, sur le moment il était trop épuisé pour y penser, mais après que Chuiko lui ait fait un bandage, il se rendit compte que son passager noir ne se manifestait pas, cela n'avait pas non plus été le cas lors de sa précédente mission.

[Kabashi]"Bizarre, je ne perds plus le contrôle comme d'habitude."

[Chuiko]"Cela dois simplement signifier que tu as finis par encaisser ce qui t'es arrivé. Mais ne te réjouis pas trop vite, ce type de mal psychique peut ressurgir n'importe quand."

Kabashi se reposait, il se rafraichit avec l'eau que contenait sa gourde, le liquide pourtant si banal était une bénédiction après un tel entraînement, la journée avançait petit à petit et Kabashi enchaîna les exercices créés par Chuiko, il maîtrisait désormais parfaitement les clones et la permutation. Il était à bout de force, heureusement pour lui la fraicheur du soir s'installa progressivement, calmant ses muscles, il allait bien dormir. Il dégusta le bento que Chuiko avait préparé, quelques légumes, un morceau de viande dans un sandwich et une pomme, cette dernière lui fit le plus grand bien, il se délecta de son jus jusqu'au plus près du trognon.

[Chuiko]"Demain, nous aurons un invité, c'est mon petit frère, il a onze ans, son nom est Makoto."

[Kabashi]"Hum, non, laisses tomber, je verrais ça demain."


Le jeune homme se laissa alors tomber dans un sommeil lourd, malgré ses cauchemars à répétitions, la nuit se déroula mieux que prévu. Il se réveilla à l'aube, alors que les premiers rayons du Soleil passaient au travers des arbres il pensa à ce que lui avait dit Chuiko la veille. Que viendrait faire un gamin aussi jeune avec eux ? En réalité peu lui importait, mais il aurait préféré que la Juunin le prévienne un peu plus tôt, cela signifiait probablement que l'entraînement perdrait un peu en intensité, il n'en avait pas besoin.

[Chuiko]"Déjà debout, tu es matinal comme moi, ça tombe bien je voulais te parler de quelque chose. Makoto est encore aspirant, et j'aimerai l'aider dans sa formation, j'ai donc décidé qu'il ferait équipe avec toi, pour qu'il puisse suivre le même entraînement. De toute façon tu n'as pas le choix, inutile de se creuser la tête."

[Kabashi]"Il est doué ?"


[Chuiko]"Pas autant que toi, mais il est encore jeune et il a beaucoup de choses à apprendre."


Kabashi entreprit de faire un petit tour des environs, afin de détendre ses muscles de la veille et aussi pour découvrir un bout du paysage. Il se rappelait de son séjour à Suigara, la ville empestait la mort, seul le quartier marchand était propre, mais il n'avait pas vraiment eu le temps de l'explorer. Son voyage avait été stoppé par un Oi-Nin, il n'avait pas eu peur, mais il s'était trouvé complètement stupide d'avoir ainsi gâcher un temps si précieux à déserter, au moins à Konoha il était entouré de personnes talentueuses et il n'était pas poursuivi à chaque instant. Il se rapprocha du campement, le jeune garçon était là il s'entretenait avec Chuiko.

[Chuiko]"Tiens, quand on parle du loup. Voici ton nouveau coéquipier Makoto."

[Makoto]"Bonjour sempai, ravi de faire votre connaissance. Ma grande sœur m'a beaucoup parlé de vous."

Il semblait plein d'énergie tout comme sa sœur, sa voix d'enfant vint irriter les tympans de Kabashi, il n'était pas très enclin à avoir le gamin à ces côtés, mais il n'avait pas le choix. C'était la première fois qu'on l'appelait sempai, il ne se sentait pas d'en être un, lui qui n'affectionnait pas trop l'autorité.

[Kabashi]"Je ne suis pas ton sempai."


Il n'avait rien d'autre à ajouter, la fougue du garçon ne lui plaisait pas, il se voyait lui-même enfant, non il ne voulait pas supporter ce gamin, il préférait encore s'entraîner seul, mais le regard que lui porta Chuiko lui fit comprendre qu'il faisait fausse route, ce n'était pas de son ressort que de choisir s'il s'entendrait ou non avec lui, il n'avait pas le choix.

[Kabashi]"J'ai pas envie de faire le babysitteur de ce gamin."

[Chuiko]"Fermes-la. Il est ton cousin tout comme moi, alors sois gentil avec lui, tu verras il est attendrissant."

Elle en profita pour ébouriffer les cheveux de son petit frère.

[Chuiko]"Il est talentueux, plus que tu ne le crois, tu pourras l'emmener faire quelques missions de rang D, c'est un manipulateur d'armes et il s'est spécialisé dans le taijutsu, vous serez complémentaire. Mais ce n'est pas important pour le moment, j'aimerai vous apprendre une technique. Kabashi, j'ai remarqué que tu ne maîtrisais pas parfaitement tes techniques de feu, tu ne connais pas le cœur ardent ?"


[Kabashi]"Non, je me suis surtout concentré sur le genjutsu."

[Chuiko]"Bien, cette technique te permettra d'être plus efficace avec ton katon, c'est assez simple, pas besoin de beaucoup d'entraînement pour toi. Vous allez faire apparaître une flamme dans vos mains, le but sera de rendre cette flamme parfaite, elle ne devra avoir aucun défaut. Allez-y."

Kabashi créa une flamme dans sa main, celle-ci s'agitait légèrement, il se concentra davantage pour obtenir une flamme parfaite, l'exercice était facile, il avait déjà manipulé ses flammes un bon nombre de fois, cependant le petit Makoto n'arrivait pas à conserver une flamme propre, il y avait toujours quelques mouvements imparfaits, il avait encore du mal à maîtriser son chakra élémentaire.

[Chuiko]"Bien, maintenant fais moi cramer ce mannequin avec un Katon, garde à l'esprit ce que nous venons de voir"

Il utilisa sa technique habituel en y ajoutant ce qu'il venait de voir, il matérialisait un chakra plus pure, plus puissant, la flamme s'envola sur le mannequin qui fut complètement calciné.

[Chuiko]"Bien, ce sera tout pour le moment, tu vas aider Makoto, il n'est pas encore prêt."


MessageSujet: Re: Du sang sur les mains   Ven 26 Aoû - 18:04

Le jeune aspirant avait encore du mal à maîtriser complètement son chakra du feu, il essaya plusieurs fois d'utiliser le coeur ardent, mais il n'arrivait alors plus à contrôler le flux des flammes et à le diriger correctement sur le mannequin.

[Kabashi]"Tu devrais faire plus attention à ton flux de chakra, concentres-toi davantage, imagines les flammes bruler à l'intérieur de ton torse, puis dans ta bouche et enfin crache ta katon en ne pensant qu'à ta cible."

Makoto écouta attentivement les conseils de son aîné, il reprit son souffle et se concentra sur le malaxage du chakra, il bomba le torse pour y concentrer ses flammes, il cracha son feu sur le mannequin avec précision, et ses flammes étaient plus intenses grâce au cœur ardent.

[Chuiko]"Pas mal du tout. Tu n'es pas un mauvais professeur, tu lui as donné de bons conseils."


[Kabashi]"Les compliments ne sont pas nécessaires, la technique est facile, il aurait très bien réussi sans moi. Il aura encore besoin d'un peu d'entraînement avant de pouvoir l'utiliser correctement "


Kabashi s'isola, il fuyait les sentiments qui lui venaient à l'esprit, il se souvenait des mots de son père, il lui avait apprit tant de choses, il avait toujours été un bon professeur. Le genin ressemblait à son père, il ne pouvait pas y échapper, ses émotions le trahissaient, il était fier d'avoir aidé son petit cousin, lui qui pourtant c'était voué à ne jamais se rapprocher des autres, il n'y arrivait plus. Après des années à avoir enfoncé ses sentiments au plus profond de son esprit, ces derniers ressortaient de plus en plus, laissant libre cours à sa rage il frappa violemment un arbre avec son poing, du sang coulait le long de l'écorce et sur sa main. Des larmes de tristesse commencèrent à couler sous ses yeux, une sensation qu'il n'avait pas éprouvé depuis l'enfance, depuis la mort de sa mère. Il acceptait enfin la réalité, rien au monde ne pourrait ramener Massashi, sa vengeance était veine, elle ne lui apporterait rien.

[Chuiko]"Tu pleures d'être humain ?"

Il ne l'avait pas entendu arrivé, elle était maintenant devant lui, ses mots avaient été finement choisis, il n'éprouvait plus de sentiments face à la mort, mais il avait changé, sa famille l'avait changé. Elle le saisit par le menton et releva sa tête, elle souriait,

[In Progress]

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Du sang sur les mains   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Du sang sur les mains, de l'alcool dans les veines...
» Du sang sur les mains
» L'usine aux cadavres et du sang sur mes mains [Rang B vs Rakurai]
» Du sang sur nos mains [Pv: ShuiLong Zhang]
» Du sang sur nos mains... Et de l'alcool aussi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Forêt de Konoha-