Partagez | 
 

 Hopital de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

MessageSujet: Hopital de Konoha   Ven 18 Mar - 21:20

Hopital de Konoha


Un bâtiment long et plat se situait dans les quartiers Nord du Village de la Feuille tout près de la Tour des Hokage. Il n’inspirait pas vraiment le respect mais plutôt une certaine tranquillité. En pénétrant dans la grande cours par une petite arche, sur laquelle un écriteau rouge serti de noir annonçait le lieu, on se sentait serein et protégé. Ici tous les maux des shinobis s’apaisaient. C’était un peu comme un lieu de renaissance où l’on retrouvait la vie comme une mère perdue.

L’air, qui était pourtant le même dans tout le village, semblait empli d'une vie renouvelée dans ce jardin. Un petit chemin, délimité par de jolies fleurs de toutes les couleurs durant le printemps et de petits cailloux l’hiver, menait dans ce lieu envoûtant. Les ninjas y rentraient la plupart du temps sans vraiment se rendre compte de la beauté architecturale, de la minutie apportée aux détails de chaque pan de mur. Mais ce n’était qu’une chose normale car on n’aimait rarement se rendre en cet endroit malgré son charme atypique. On y allait par obligation et on n’en sortait par envie.
Une porte à double entrée grise permettait aux hommes d’y pénétrer. L’air prenait alors une tout autre odeur, légèrement mixée entre l’effet d’une drogue douce et d'une pilule revigorante. On faisait alors face au comptoir où une charmante infirmière, portant une blouse blanche seyante, nous attendait avec un sourire qui se voulait rassurant.
Elle vous invitait du regard à la rejoindre pour connaître votre destination et vous guider dans le labyrinthe qu’était l’hôpital…

A l’Est du bâtiment, les couloirs se perdaient vers des salles plus complexes. Chaque porte était ornée d’une icône rouge indiquant l’importance des lieux. On pouvait sentir la tension des médecins confirmés s’y diriger ainsi que la relaxation de ceux qui en sortaient. Une pancarte simple nous annonçait que c’était la salle des opérations et des maladies complexes.

Mais de manière générale l’infirmière vous guidez du côté Ouest où une petite salle d’attente avait été mise en place. Des bancs bleu clair assez basiques permettaient de soulager nos maux dans un certain confort, même rudimentaire.

Une fois l’attente terminée les salles de repos nous étaient ouvertes. Spacieuses, elles accueillaient souvent plusieurs shinobis à la fois. L’intimité était moindre mais la plupart dormaient. Des rideaux blancs séparaient les petits lits en fer. Les matelas étaient plus petits que la moyenne mais répondait au nécessaire pour un bon rétablissement de la part des ninjas.

Un petit chariot voguait dans les couloirs d’un blanc toujours aussi éclatant et inspirant une propreté certaine des lieux. On pouvait y voir tout type de potions et autres remèdes dessus. Un mariage de couleur et d’odeur qui aurait pu exciter malencontreusement les narines les plus sensibles. Il se dirigeait calmement vers un bloc opératoire.

Une petite porte verte s’ouvrit doucement. La stérilité de l’air rendait le lieu assez solennel. Des lavabos propres étaient disposé le long du mur. La table d’opération prenait une grande place au centre de la pièce. Plate et froide elle inspirait une maîtrise respectueuse de l’art de la médecine.
Depuis des temps anciens les Eisei étaient respectés pour leur talent. Ils possédaient un droit de vie et de mort sur les patients qui avaient entièrement confiance en eux. Même si la plupart du temps il n’avait pas le choix. La profession de médecin était très importante.

L’hôpital était leur lieu de travail mais à travers cela on pouvait voir un endroit où les miracles naissaient.

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Dim 23 Oct - 16:51

[ Provenance: Bibliothèque de Konoha. ]
[ Quelques temps après son arrivée à l'hoptial. ]

Mamoru avait reçu des soins particuliers pour évacuer toutes cette fatigue accumulée... Tout ce stress.
En si peu de temps, il s'était donné au maximum et son corps commençait à ressentir les contrecoups de cette explosion d'énergie.

Depuis quelques jours, Mamoru sentait la fatigue le traquer jusque son sommeil. Ne le lachant qu'après de longues heures de sommeil.

Ce n'était rien de bien grave et le Médecin ne le retint pas plus longtemps.
Il lui conseilla de prendre du repos et une chambre avait été mise à sa disposition.

Mamoru ne se fit pas attendre et se rendit immédiatement à cette fameuse chambre, ne souhaitant que trouver un peu de repos et de calme afin qu'il puisse étudier tranquillement le livre qu'il avait apporté avec lui.

La nouvelle que lui avait aussi annoncé Armo le laissait songeur.


*Moi Genin...? Bientôt.*
*Je ne pensais pas franchir cette étape si rapidement...*
*Mère sera fière de moi lorsque je lui apprendrais la nouvelle.*

*Papa... Regarde moi de là où tu es.*
*Chaque jour me rapproche de mon objectif.*


Ouvrant son livre, Mamoru s'apprétait à commencer son étude...

[ Suite après... ]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Dim 23 Oct - 16:52

[ Suite... ]

"Ninjutsu non Elémentaire."

"Le Ninjutsu non Elémentaire regroupe l'ensemble des techniques Ninja accessible à toutes les branches du Shinobi."
"En effet, vous y trouverez toutes les techniques dites standard allant des simples clonages aux techniques complexes et avancées telles que l'explosion de Chakra."

"Notez bien que quelquesoit votre domaine de spécialisation, vous avez accès à ces Jutsus."

"Pour commencer, nous allons vous présenter les techniques accessibles aux Ninja de rang Etudiant pour ensuite passer à celles pour les Genin et finir par les Chunin."


"Clonage non Consistant."
"Le Clonage non Consistant permet de créer une copie conforme de vous même."
"Sa principale particularité et dieu sait qu'elle est importante, c'est qu'il sera totalement incapable de porter le moindre coup... ou du moins réaliser le moindre dommage."
"Il pourra bien entendu simuler des attaques mais ces dernières ne réaliseront aucun dégats."
"La quantité de Chakra demandée par son utilisation est minime, ce qui explique le peu de possibilité offerte par le Clone."
"Cependant, ses fonctions lors de missions sont multiples et diverses."
"Leurrer l'ennemi, appater et bien d'autres choses vous seront possible."


"Clonage Consistant."
"Le Clonage Consistant est en tout point identique au Clonage non Consistant."
"Seule différence est que ce Clone là est capable de porter de vrai coups et donc réaliser des dommages."
"Cependant, le nombre de Clone invoquable est limité par votre rang. Veillez à bien faire attention à cela au risque de vous surprendre en plein milieu d'un combat."
"Pour ce qui est de son cout en Chakra, il est bien plus élevé que le Clonage non Consistant étant donné qu'il vous faut donner de la consistance à ce Clone là."


"Permutation."
"Cette technique vous offre la possibilité d'échapper à une quelconque attaque, de quelque nature que ce soit, à distance."
"En effet, si votre agilité va au délà de la capacité à mener à bien sa technique, de l'adversaire, vous pourrez donc vous substituer avec un objet de votre choix."
"Bien entendu, vous êtes capable, durant un moment donné, de faire durer l'artifice, faisant croire à l'ennemi qu'il a touché la bonne personne."
"Attention toutefois, le cout en Chakra de ce Jutsu dépend fortement de la puissance de la technique utilisée ou de l'attaque réalisée à votre encontre."
"A vous donc, de bien jauger ces dernières et ne pas faire de dépenses inutiles."


"Transformation Projectile."
"Cette technique vous offre la possibilité de vous changer en Projectile et donc permet à vos clones de vous utiliser pour réaliser des dommages."
"Attention, une fois l'attaque passée, vous reprendrez votre apparence normale."
"Les utilisations sont multiples."
"Attaquer donc à distance ET engager immédiatement le corps à corps."
"Utiliser le lancer du projectile en question pour quitter une situation de corps à corps sans trop de soucis."
"Bien sûr, des applications particulières comme lors de missions vous sont possibles."
"Transformés en arme vous permettre de passer plus facilement certaines défenses voir vous infiltrer."
"A vous de faire jouer votre imagination."


"Métamorphose."
"La Métamorphose est un Jutsu permettant de prendre l'apparence d'une personne de votre choix."
"Bien entendu, il est préférable que vous connaissiez ladite personne afin de prendre correctement son apparence. Bien sûr, cette condition est obligatoire lors de missions d'infiltration, d'espionnage ou d'assassinat qui vous meneront à prendre des apparences de sentinelles, de gardes, ou de dirigeant."
"C'est bien pour cela que mieux vous connaitrez la personne dont vous allez habiller l'apparence, plus l'artifice paraitra réel."
"Son cout en Chakra est négligeable quoiqu'en abusant pourrait réduire rapidement vos réserves en Chakra, prenez donc garde."


Mamoru commençait à somnuler à mesure qu'il lisait ce bouquin.
Il se faisait tard, la nuit était tombée depuis un bon moment.
Le tout allié à sa fatigue, il n'allait pas résister bien longtemps.

Il posa le libre sur la table de chevet et remonta sa couverture.


*Allez hop dodo ce soir.*
*Je reprendrais ça demain.*

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Dim 23 Oct - 17:02

[ Je sais pas comment, je me suis arrangé pour te mettre l'xp à la biblio Neutral ]
[ +2 xp ]


HP:108/108 - MP:162/162
FOR:7~AGI:11~VIT:9~DEX:13~INT:17~SAG:12
TAI:9~MED:8~NIN:15~GEN:18
Pts stats : 0

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Dim 23 Oct - 17:48

[ Au petit matin... ]

Les rayons du soleil parvenaient jusqu'au visage du jeune Uchiha malgré les rideaux.
Baigné par cette lumière, Mamoru ne put résister bien longtemps au réveil.
Ouvrant timidement les yeux, il regarda autour de lui pour se rendre compte qu'il était toujours àl'hopital.
Son étude lui avait fait complètement oublier qu'il y était.
La lecture avait été longue et son sommeil tranquille.
Ses courbatures et douleurs dorsales avaient quasiment disparu, il ne lui restait plus que quelques temps et tout reviendrait dans l'ordre.

Il se leva, tira les rideaux et regarda par dessus sa fenêtre le paysage que lui offrait sa chambre.
Il y voyait presque l'ensemble du village.
Toutes ces habitations lui faisaient rendre compte que Konoha comptait énormement de citoyens contrairement à ce qu'il pouvait penser.

Les visages des Hokage veillaient toujours sur les habitants et les grands édifices tels que la Bibliothèque et l'Académie depassaient de haut les autres constructions.
Comme si s'élevant au dessus de tout, elles souhaitaient attirer le regard vers elle.

Un plateau avait été déposé sur sa table de chevet... Son petit déjeuner.
Le bol de lait était encore fumant. L'infirmière avait pris soin de ne point le réveiller apparement.

Mamoru prit donc son petit déjeuner tranquillement installé sur son lit, profitant de ces instants de relaxation dont il n'avait pu profiter depuis son arrivée à Konoha.

Son livre était à côté de lui, le marque page indiquant l'endroit où son étude s'était arreté. Il s'en rappelait.


*Les techniques Genin...*

Et c'est ainsi que la matinée démarra.

[ Suite après... ]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Dim 23 Oct - 20:43

[ +4 xp, bonus de ta super étude ]


HP:108/108 - MP:162/162
FOR:7~AGI:11~VIT:9~DEX:13~INT:17~SAG:12
TAI:9~MED:8~NIN:15~GEN:18
Pts stats : 0

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Lun 24 Oct - 16:24

[ Suite... ]

Mamoru ouvra donc son livre là où il s'était arreté hier.
Il en était aux Techniques Genin, les Jutsu non Elémentaire accessible aux Ninja de rang Genin.

Il pouvait enfin continuer son étude tranquillement, loin de tout et de tous.


"Clone de Combat"
"Le Clone de Combat est un clone consistant particulier."
"En effet, il dispose de plus de consistance qu'un clone consistant. De quelle manière vous nous demanderez, et bien parce qu'en plus d'y investir du Chakra, une partie de votre énergie lui est transférée."
"Et de ce fait, ce Clone dispose d'une résistance supérieure. Il possédera une partie de votre niveau de santé, lui permettant d'encaisser des chocs et ne pas disparaitre au moindre dommage réalisé."
"Le Clone de Combat porte bien son nom, Clone voué à engager des corps à corps, à tenir le coup et maintenir la pression sur son ennemi."
"Si vous êtes habile au corps à corps, cela sera une arme redoutable à exploiter et terrible pour votre adversaire."
"Si vous ne l'etes pas, ce sera un moyen pour vous de contenir momentanement l'ennemi et vous donner le temps de mettre en place la stratégie que vous avez élaboré."
"De part sa difficulté à créer, le Clone de Combat n'est pas créable à l'infini... Lié à votre rang, vous ne serez pas capable d'en créer plus que la limitation qui est naturellement imposée. Attention donc."
"Son cout en Chakra est naturellement supérieur à celui du Clone Consistant et nous ne vous dirons pas pourquoi, vous le savez déjà."

"Clone Invocateur."
"Tout comme son cousin, le Clone de Combat, celui ci vous offre la possibilité de tirer partie de votre éventail de Jutsu disponible et l'offrir à ce Clone qui aurait les dispositions pour réaliser une partie de ceux ci."
"En effet il disposera d'une partie de vos réserves en Chakra, qu'il exploitera dans l'utilisation de certains répertoires de techniques."
"Pour cela, il vous faudra transférer non pas votre énergie physique mais une partie de votre énergie spirituelle afin de lui offrir la possibilité de réaliser des Jutsu."
"Contrairement au Clone de Combat qui est prévu pour ce genre de situation, le Clone Invocateur disparaitra au moindre dégats subit. Attention donc à prendre bien soin de ce dernier, c'est une arme fragile."

"Invocation de Projectile."
"Ce Jutsu assez spécial vous permet d'invoquer toutes sortes de Shuriken possible et existant."
"Leur nombre variant selon leur niveau d'attaque et de puissance."
"En effet, par la réalisation de certains signes, vous allez pouvoir créer des projectile à utilisation unique."
"Ce sont en quelque sorte des clones de projectiles."
"Plus votre rang vous le permettra, plus le nombre de projectile invoquable ira en grandissant."
"Attention aussi, si vous n'utilisez pas assez rapidement les projectiles crées, ils disparaitront d'eux mêmes car ils ne disposent par de la consistance d'un clone."
"Son cout en Chakra est négligeable à côté des effets offerts."

"Concentration de Chakra."
"Tout les Ninja sont capables d'investir une partie de leur Chakra et de la transférer le long de vos poings ou pieds et ce, afin d'augmenter votre puissance offensive et donc réaliser des dommages supplémantaires à l'ennemi."
"Jusque là, tout est bien mais il vous était impossible de réaliser ce genre de prestation dans le cas d'attaque à distance et c'est là que la Concentration de Chakra intervient."
"C'est une technique qui vous offre la possibilité de réaliser la même chose mais cette fois ci durant un lancer."
"Disposant des mêmes caractéristiques et conditions que l'investissement de Chakra au corps à corps, la Concentration de Chakra vous permettra donc d'enveloppant vos projectiles de Chakra afin d'augmenter vos dommages."
"Attention, la Concentration de Chakra n'est utilisable que sur des armes de types projectiles."


En pleine forme en ce début d'après midi, Mamoru ferma le livre, prenant soin de marquer l'endroit où il s'était arreté.
Il prit ses affaires et commença à se rhabiller.
Il avait recouvert l'essentiel de ses forces, son mal de dos avait disparu et ses courbatures dissipées.
Emportant le livre avec lui avec lequel il avait l'intention de finir l'étude chez lui, Mamoru quitta donc l'Hopital... en pleine forme.


*Genin... bientôt. La route est encore longue...*

[ Direction: Demeure de Mamoru. ]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Lun 24 Oct - 17:33

[ +2 xp études ]


HP:108/108 - MP:162/162
FOR:7~AGI:11~VIT:9~DEX:13~INT:17~SAG:12
TAI:9~MED:8~NIN:15~GEN:18
Pts stats : 0
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Lun 31 Oct - 21:54

CHAPITRE II : La défaite dans la victoire

[ Après la "victoire" contre Armo ]

Une infirmière vint alors chercher Jiraiya, elle l'amena dans la salle pré-opératoire. Doufi voullu suivre Jiraiya pour l'accompagner, mais l'infirmière lui indiqua de revenir plus tard. Doufi repartit un peu déçut, en se promettant d'être là pour le retour de Jiraiya. Trois médecin spécialiste prirent en charge le jeune garçon avant l'opération.

Les trois médecins allongèrent Jiraiya au milieu d’un sceau dessiné sur le sol d’une salle d’hospitalisation. Ce sceau représentait un cercle à l’intérieur duquel il y avait un gros triangle. Ce triangle était constitué de plusieurs symboles qui s’entrelaçaient au centre de celui-ci.

Les trois médecins se disposèrent chacun à une extrémité du triangle en posant leurs mains sur le sol pour qu’elles touchent le sceau. Jiraiya semblait à moitié conscient, ses plaies ouvertes laissaient s’échapper du sang, et imbibait le bandage qui lui avait été fait.


[Urimaru]"Armo n’y a pas été de main morte avec son étudiant. Ca me fatigue d’avoir à guérir des jeune ninja avant même qu’ils n’aient vraiment pu faire une mission. "
[Zasura]"Je préfère autant qu’ils se battent dans nos arènes… au moins nous les avons sous la main pour intervenir rapidement."
[Ichito]"Et puis il faut bien qu’ils apprennent à se battre avant qu’Hokage sama ne les envois en mission. "
[Urimaru]"Oui, mais il y a des limites, regardez dans quel état ils se sont mis… Armo n’est pas en meilleure forme non plus. "
[Ichito]"Ils ont dû se tester mutuellement, voilà ce qui arrive quand on veut dépasser ses propres limites. "
[Zasura]"Ils devraient s’en remettre assez vite, les blessures sont importantes, mais le seul problème est qu’ils ont perdu beaucoup de sang. Heureusement, ses points vitaux ne sont pas touchés."
[Urimaru]"J’ai du refaire deux fois le bandage du petit avant qu’on l’amène ici…. Pourquoi ont t’ils besoin d’aller aussi loin ! "
[Ichito]"Je ne comprends pas Armo… c’est la première fois que je le vois nous mettre un genin dans cet état là. "
[Zasura]"Retenez l’hémorragie, Sachimi, enlevez lui ses bandages.
La jeune infirmière entra dans le cercle sans mettre les pieds dans le triangle. Elle retira un à un, les bandages du petit garçon qui gisait les yeux à moitié ouverts.
[Urimaru]"Commençons maintenant, nous devons réparer ses blessures au plus vite. "

Les trois médecins accolèrent leurs mains, et commencèrent leurs incantations. Le cercle commença à scintiller d’une lumière verte, puis les trois hommes placèrent leurs mains sur le sol. Le triangle s’illumina, et le sceaux se mis à briller dans sa totalité.

Après une demie heure d’intervention, les médecins ressortirent de la pièce, l’infirmière se dirigea vers Jiraiya, et lui reposa des bandages propres. Deux brancardiers arrivèrent, et amenèrent le blesser dans une chambre.

Le jeune garçon, qui venait d’arriver dans sa chambre d’hôpital, rouvrit les yeux. Il était allongé dans un lit. Il essaya de se lever, et tomba lourdement par terre faisant tomber la carafe d’eau qui était posée sur la petite table à côté de son lit. Les médecins avaient réussit à faire cicatriser ses blessures, et lui avaient administré quelques remèdes à base de plantes pour calmer sa douleur.

*Cette douleur… *

Le petit garçon essaya de se hisser dans son lit, mais il était à bout de force. L’infirmière arriva en courrant.
[Sachimi]"Que se passe t’il ici ?! Vous êtes réveillé… oh mais pourquoi avez vous tenté de vous lever !? "
"Je… Je voulais aller aux toilettes…"
[Sachimi]"Il fallait m’appeler, je serais venu vous aider…"

L’infirmière s’accroupit alors à côté de Jiraiya, et le souleva pour l’aider à arriver aux toilettes. Après s’être soulagé, le petit garçon remercia timidement l’infirmière qui le ramena dans son lit.
[Sachimi]"Essayez de rester calme, et appelez moi si vous avez besoin de quelque chose. Je repasserai plus tard pour vous apporter votre repas. "
"Oui, merci."

Le jeune fille repartie en faisant un peu clin d’œil en direction de Jiraiya. Celui restait assis dans son lit, songeur.
*Sensei a voulu me tester, mais pourquoi a t’il été aussi violent ?! Si je suis bloqué dans cet hôpital je ne pourrai pas m’entraîner. Il a fait tout ce pour me laisser gagner… pourquoi ?*

Le petit garçon continuait de errer dans ses songes, en se remémorant le combat qu’il avait livré face à son sensei. Petit à petit, un mal de tête apparu, ceci le faisait souffrir, tant et si bien qu’il n’arrivait plus à penser à autre chose que cette douleur qui le martelait de l’intérieur. Au bout d’une demi heure, il s’allongea et plongea dans un profond sommeil.

[Inconnu] "Comment as tu perdre contre ce type ? Crois tu que tu seras prêt dans un mois ?! "
Jiraiya se leva en sursaut, et cria :
"Qui est là ?"

Il tourna la tête vers la droite et tomba nez à nez avec l’homme vêtu de noir. Son visage était dans l’ombre de sa capuche. Le petit garçon sursauta et tomba de son lit. L’homme marcha dans sa direction, Jiraiya était tétanisé de peur, ses douleurs le faisaient souffrir, et il n’arrivait plus à bouger. Les mots de tête de l’enfant s’amplifiaient à chaque pas que faisait l’homme.
[Inconnu]"Tu as encore fait preuve d’une grande faiblesse, j’ai vu ton combat… il était pathétique.”
"Pourquoi? Pourquoi es tu là ?"
[Inconnu]"Je voulais t’encourager… car tu ne seras jamais prêt à temps à ce rythme."
"Et si je ne venais pas ?"

Juste après avoir posé sa question, Jiraiya se plia en deux au sol. La douleur dans sa tête devenait de plus en plus atroce, il convulsa et déglutit de la bille sur le carrelage de sa chambre. Il ne pouvait plus parler, ses paupières étaient totalement dilatées, la bave s’écoulait le long de sa bouche.
[Inconnu]"Tu n’as pas vraiment le choix… regarde dans quel état tu es. Tu n’es même pas capable de créer tes propres Jutsu… pathétique !"

Le petit garçon suffoquait, tout son corps tremblait, il arriva à peine à distinguer la voie de l’homme qui lança :
[Inconnu]"Je dois repartir, ça devient trop dangereux."

Il disparu spontanément de la chambre, l’infirmière arriva en courrant et parla au petit garçon agonisant.
[Sachimi]"Jiraiya ! Jiraiya !"

Elle le tapota sur les joues, pour qu’il reprenne conscience. Mais rien à faire, il était dans un état second. L’infirmière repartit en courrant dans le couloir.
[Sachimi]"Urimaru-sama !!!! "

Une minute plus tard, elle revint accompagnée d’un des médecins.
[Sachimi]"Il est ici…"
[Urimaru]"Les symptômes que vous m’avez décris semble identiques à ceux d’un empoisonnement, amenons le en salle de désintoxication."

Ils soulevèrent Jiraiya et s’assirent dans un fauteuil roulant. Le petit garçon regardait dans le vide, en tremblant de toute part. Ils arrivèrent enfin dans la fameuse salle réservée à l’extraction de poison.
[Urimaru]"Qui aurait pu empoisonner ce genin ? Ca ne tient pas debout… vite allongez le sur le sceaux central, je vais essayez d’y voir plus clair."

L’infirmière s’exécuta, et déposa Jiraiya au milieu de la pièce. Pendant ce temps, le médecin consultait le livre des poisons.
[Urimaru]"Bon, on va déjà essayer d’identifier le contenu ce poison."

Le médecin se dirigea vers le sceaux.
[Urimaru]"Il va falloir que vous m’aidiez un petit peu."
[Sachimi]"Que dois-je faire ?"
[Urimaru]"Placez vos mains sur le symbole en forme d’étoile."
[Sachimi]"Mais je ne suis pas médecin…"
[Urimaru]"Ne vous en faites pas, vous avez du apprendre à insuffler votre shakra pour réanimer des gens, faites la même chose sur le sceaux. J’ai besoin de mes mains pour chercher la source du poison."

La jeune infirmière mit alors ses mains sur le sol à l’endroit indiqué par le médecin. Pendant ce temps, celui-ci parcourrait le corps de Jiraiya avec sa main droite.
[Urimaru]"Le poison n’apparaît pas… envoyer plus de shakra dans le sceau, je ne vois rien !"
[Sachimi]"Oui"

L’homme fronçait les sourcils, il n’arrivait pas à trouver une quelconque trace de poison dans le corps du petit garçon.
[Urimaru]"Mais c’est pas possible ! Vous n’envoyez pas de shakra ou quoi ?"
[Sachimi]"Je fais de mon mieux Urimaru-sama."
[Urimaru]"Qu’est ce que vous avez appris en école d’infirmerie… l’extraction de poison est une base ! Vous êtes nulle ou quoi ?! "

L’homme continua son analyse en cherchant d’où pouvaient venir les convulsions du jeune garçon. Soudain la jeune infirmière s’écroula par terre…
[Urimaru]"Qu’est ce que c’est que ça encore…"

L’homme se leva et partit en courrant pour chercher un médecin pour l’assister. Il rencontra Ichito.
[Urimaru]"Viens avec moi, vite…"
[Ichito]"J’allais aux toilettes là…"
[Urimaru]"Tes préoccupation intestinales attendront, viens vite !"

Les deux médecins arrivèrent alors dans la salle de désintoxication.
[Ichito]"Que se passe t’il ?"
[Urimaru]"La gamine a perdu connaissance, mais nous avons un autre problème, aide moi à identifier le poison."

Ichito pris la place de la jeune fille, et envoya son shakra dans le sceaux en forme d’étoile. Urimaru s’acharnait pour trouver une quelconque trace d’empoisonnement. Entre temps, Jiraiya avait cessé de trembler.
[Urimaru]"Je ne vois toujours rien…"
[Ichito]"C’est peut être parce qu’il n’y a rien à voir…"
[Urimaru]"Avant de partir se gosse convulsait, d’après l’infirmière il a rendu dans sa chambre."

Ichito regarde Jiraiya avec une plus grande attention, et répondit :
[Ichito]"Peux être a t’il eu une réaction au médicament ?"
[Urimaru]"Ca serait bien la première fois que je vois ça !"

La jeune fille repris conscience, et demanda timidement :
[Sachimi]"Désolé Urimaru-sama, je n’ai pas été à la hauteur…"
[Urimaru]"C’est à moi de m’excuser, ce garçon n’a pas été intoxiqué."
[Sachimi]"Ah… je suis tellement heureuse."
[Ichito]"Laissons le se reposer… pourriez vous le ramener dans sa chambre ?"
[Sachimi]"Oui, j’y vais tout de suite."

L’infirmière titubait légèrement, elle avait utilisé tout son shakra pour aider le médecin à identifier le poison. Les 2 médecins sortirent en discutant des causes possibles de la réaction du petit garçon. Pendant ce temps, Sachimi releva Jiraiya, qui avait retrouvé une partie de ses esprits, celui-ci tourna les yeux vers l’infirmière.
"Alors il est partit…."
[Sachimi]"Euh… oui, il vient de quitter la salle avec Ichito-sama."

Jiraiya ne répondit pas, et se laissa amener à sa chambre. L’infirmière l’allongea dans son lit, et quitta la pièce. Une heure plus tard doufi entra dans la chambre de Jiraiya.


Dernière édition par le Mer 2 Nov - 15:00, édité 6 fois
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Mer 2 Nov - 17:04

[ 2 jours à l'hosto : +80HP et +120MP ]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Mer 2 Nov - 22:54

[+2 XP RP sup'...C'est pas que je contetse ce que tu fais, GM, mais comme j'ia décidé de donner plus d'XP RP pour être plus juste et moins léser, tes dons font bas Wink ]

Armo restait à l'hopital, attendant de s'être suffisamment remis pour aller chercher Jiraiya et Mamoru, puis les conduire dans les zones extérieures au village pour les mener à la rencontre des Tigres généralement choisis comme animaux d'invocation. Le choix de Jiriaya était normal, puisque celui-ci devenait tout excité dès qu'on parlait, au choix, du Dragon du Népal ou du Kuchiyose. Cette misison ferait partie de son apprentissage, en prévision de l'accession au rang de Chunin. Même si ses performances étaient inégales et son caractère peu adapté à ce qu'on attendait d'un ninja, il montrait un certain potentiel au cobmat, et on pouvait toujours espérer qu'il changerait en vieillisant.

*Tous les gosses de cet âge sont comme ça, d'un autre côté...Je me demande ce qui se serait passé si j'étais entré à l'Académie 9 ans plus tôt ?*

L'autre perosnne qu'il avait choisie pour l'accompagner était Mamoru. Il en voulait aux Uchiha, Armo en était certain, même s'il ne s'en rendait apparemment pas compte. Pour le Jounin, Mamoru nourrissait une sorte de jalousie inavouable pour les Uchiha "bien-nés", qui n'avaient pas eu à faire leurs preuves, ni à cacher leur don par peur de représailles. Il pensait sans doute, malgré lui, que ceux-ci étaient nés dans un cocon doré, et qu'ils n'avaient pas à souffrir comme lui.
Armo soupira. Mamoru ignorait certainement aussi que les Uchiha naissaient avec un don, et une malédiciton pour certains. Tout membre de cette famille était considéré comme prédestiné à servir de fort talentueuse manière le village de Konoha, en tant qu'excellents shinobis, et cobmattants redoutables. Mais ceux qui n'aspiraient qu'à une vie civile ? Ceux qui à qui répugnaient le combat, et l'action de tuer, avaient-ils le choix ? Ils étaient envoyés à l'Académie dès leur plus jeune âge, et on les pousait à révéler leur Sharingan pour pouvoir l'exploiter dès que possible, afin de l'améliorer. Pour Armo,c 'était de l'endoctrinement. Protéger Konoha, la forêt de Konoha, et son foyer, était sa priorité, mais il avait fait ce choix lui-même, rien ni perosnne ne l'avait forcé. L'éducation reçue de Hiro était stricte, mais jamais tyrannique ; non pas celle reçue par les Uhciha le fut, mais elle était plus forcée, et le but avoué était de faire des enfants de bons shinobis.
Ce n'était pas tout. Ils n'avaient pas choisi de cobmattre pourle village, mais n'avaient rien fait non plus pour se mettre toutes ces perosnne sà dos. Tentatives d'enlèvements, d'assassinats, ou "simplement" de leur arracher les yeux...Il avait entendu nombre de ces histoires, et cela ne lui plaisait pas. Le Jounin espérait que Mamoru serait capable de se rendre compte par lui-même qu'être le fruit d'une union réprouvée ne valait pas forcément mieux que de vivre dans un milieu aussi dur sans l'avoir choisi, et sans pouvoir y changer quoi que ce soit. La pression sur les épaules de son élève, il se l'était partiellement imposée lui-même, en se jurant de montrer que l'union de son père n'était pas si insensée que cela. C'était très louable en soi, mais pour se l'être imposé autant par lui-même que par le biais des sentiments de sa mère, il ne pouvait pas autant se plaindre autant que les fils et filles de Uchiha qui apprenaient tous plus d'une fois dans leur prime jeunesse qu'un proche avait été assassiné, qu'un frère, qu'une cousine avait été enlevé par des ninjas non-identifiés, et qu'ils allaient servir konoha du mieux qu'ils pouvaient jusqu'à la mort, ou une retraite peu probable...
Il ne fallait pas que ce ressentiment se transforme en rancoeur, et pour cela, mieux valait qu'il reste derrière lui, à surveiller son évolution, du mieux qu'il pouvait, en tant qu'humble Jounin peut-être un peu trop idéaliste...Le laisser développer un sentiment de rivalité avec Jiraiya n'était pas forcément une mauvaise chose, si cela pouvait le détourner des Uchiha, mais à ce qu'il en savait, ou pensait pouvoir déduire, leur relation tenait plus du mépris cordial que de la saine émulation de la rivalité. Les forcer à coopérer et à agir comme un seul leur ferait certainement du bien, et c'était une juste contrepartie à la faveur qu'il faisait à Jiraiya.

Armo en était toujours à réfléchir sur la condition de shinobi et sur la façon dont il devait appréhender son travail de Jounin lorsque le médecin qui s'était occupé de son élève rentra dans la chambre, oùù il trouva Armo droit, els bras croisés sur les draps, assis dans son lit.


"Je dois m'entretenir avec vous, au sujet de Jiraiya..."

[Suite plus tard, là ils vont couper Internet :?
Armo : +3 XP RP]
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Jeu 3 Nov - 20:17

[ 3ième jour : +40HP +60MP ]

[ Voilà je suis full HP/MP, par contre j'aurai aimé faire un petit RP et avec ton perso qui squatte ca me bloque.... PS : Compte que Jiraiya à fais sa première rencontre avec le type il y a 2 semaines. ]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Jeu 3 Nov - 20:30

[P***** de b***** de n** de d*** de p***** de b***** de M**** ! S******** de PC de l'IUT qui me vire 2 pages de Word en buggant ! Mais p***** quoi !]

Lorsqu'Urimaru rentra dans la pièce, il vit le Jounin assis dans son lit, qui semblait réfléchir. Il se dit à lui-même qu'il ferait mieux de se reposer, mais il était depuis le temps habitué à voir les ninjas ne pas être capables de rester en place tranquillement. De plus, il n'était pas venu pour faire de l'humour sur leur hyper-activité, mais plutôt parler d'un sujet qui le préoccupait.

"Je dois m'entretenir avec vous, au sujet de Jiraiya..."

"Aucun problème, je vous écoute."

"J'aurai aimé savoir ce que vous lui avez fait."

"Une faveur."

"...Je suis sérieux. Comme je vous l'ai dit, je suis ici pour parler de Jiriaya, alors dites-moi ce que vous lui avez fait."

"Je suis on ne peut plus sérieux. En tant que médecin, vous avez une sacrée masse de travail, n'est-ce pas ? Toute la tracasserie administrative, en plus des tâches que nous devons accomplir via notre travail...Entre la paperasserie et les cours à dispenser à mes élèves, trouver le temps de faire un combat d'exercice avec lui, c'était vraiment lui faire une faveur, d'autant plus que je savais qu'au moins l'un de nous deux allait finir à l'hôpital, provoquant une perte de temps..."

"Drôle d'exercice s'il consiste en envoyer à coup sûr l'un de vos étudiants dans nos services...Mais même si je peux très bien examiner ses blessures moi-même, il y a quelques points que je trouve suspects, et c'est pourquoi j'iamerais assez savoir précisément ce que vous lui avez fait lors de ce combat."

"Oh, ses blessures ? Si j'ai bonne mémoire, trois coups d'un bo d'excellente qualité, cinq entailles directes dues à autant de Fuma shurikens au tranchant bien aiguisé, et une pupille de peur au début du combat. C'est à peu près tout."

"C'est tout ? J'ai découvert des traces de brûlures en le soignant, et auparavant j'ai été contraint de refaire deux fois ses bandages au cours du transport pour bloquer l'hémorragie dont il souffrait. Ce ne sont pas vos projectiles ou une pupille de Peur qui lui feront subir ça."

Le Jounin décroisa alors les bras, et en plaça un sous son mnton pour le soutenir, pendant qu'il tentait visiblement de se rappeler quelque chose. Cela dura quelques instants puis, au moment où Urimaru commençait à perdre patience, Armo se mit à se frotter le menton du bout des doigt en marmonnant.

"Oui...C'est pour cela que nous nous sommes battus...il voulait devenir plus fort à cause de l'autre homme...Rang Chunin, mais sûrement supérieur...il égale au moins mes capacités actuelles, et l'a agressé il y a une semaine environ...C'est ce qu'il m'a dit. Il a voulu que l'on s'affronte pour devenir plus fort, car cet homme a dit qu'il le reverrait. Je suppose que ses plaies étaient bégnines, et qu'elles ont rapidement cicatrisé, mais que le cobmat les a rouvertes et aggravées...C'est une thèse plausible."

"COMMENT ?! Votre élève vous apprend qu'il s'est fait aggresser, et au lieu de le conduire immédiatement ici, vous vous battez avec lui ?! Nous ne l'avons pas vu depuis plus d'une semaine, et vous ne vous êtes même pas douté qu'il était possible qu'il ne soit pas allé se faire soigner ?! Mais vous n'êtes pas bien ! Et si cet homme revient effectivement, qu'est-ce que vous avez l'intention de faire ? Le regarder battre le petit Jiriaya, à mort ?"

"Ca, c'est plus du ressort des Anbu que du votre, surtout considérant le niveau de l'agresseur. Il faut d'ailleurs que je les prévienne dès que possible."

"Ne vous inquiétez pas pour ça, ce sera fait ! Dès que j'en ai fini avec vous et que Jiraiya va mieux, je les prévient, sans oublier de préciser de quel comportement irresponsable vous avez fait preuve !"

"Non, ça ira, ça ira, je peux le faire moi-même...Comme j'avais de toutes façons autre chose de prévu, nous ferons d'une pierre deux coups."

Armo se raidit, et grimaçant légèrement, il malaxa une certaine quantité de chakra. Sous les yeux médusés d'Urimaru, il réalisa d'abord els sceaux du clone invocateur, faisant apparaître une copie parfaite de lui-même, puis ceux du lcone de combat, donnant un compagnon à son premier avatar. Il s'adressa alors au deuxième :

"Armo de combat, je te charge d'escorter l'Armo invocateur jusqu'au bureau des Anbu, où vous leur ferez un rapport complet sur ce que m'a révélé Jiriaya, avec mes conclusions concernant mes capacités de cet homme, ainsi que ce que j'ai l'intention de faire. Ensuite, toujours en escortant ton collègue, tu te rendras à l'Académie, où vous ferez cours à mes élèves et à ceux de Hokage-sama pendant mon absence.
Armo invocateur, tu leur montreras le malaxage du chakra, la précision et la dextérité dans l'exécution des sceaux incantatoires, et éventuellement tu leur feras des démonstrations concernant les techniques élémentaires. Quant à toi, Armo de combat, je te charge de t'occuper des élèves récalcitrants quivoudraient échapper aux cours, que ce soit en prenant leurs jambes à leur cou ou en essayant de disisper Armo invocateur pour mettre fin à la leçon. Vous avez compris ?
Bien, vous pouvez disposer alors. Au bureau des Anbu !"


Les clones partirent aussi rapidement et silencieusement que possible, sous le regard exorbité d'Urimaru, dont les membres étaient agités d'un irrépressible tremblement. Tout ausis irrépressible était son envie d'exprimer sa colère au Jounin Aburame, pour l'irresponsabilité notoire dont il faisait preuve en acceptant de combattre un élève qui venait de lui apprendre qu'un homme au-dessus de la moyenne des Chunins l'avait agressé, pour le culot monstrueux qu'il avait d'employer des techniques et de malaxer une bonne dose de chakra sous le nez d'un médecin alors que s'il venait à l'hôpital et prenait une chambre, c'était pour se reposer, et pour l'attitude agaçante qu'il prenait, voulant sembler sérieux alors qu'il prouvait l'étendue de son immaturité et de son irresponsabilité.
Il avait entendu dire que les ninjas voués à combattre mûrissaient plus vite en raison de leur enseignement et des épreuves auxquelles ils étaient amenés à se confronter, mais même s'il avait parfois ou constater cela au corus de sa carrière de médecin, voyant de surprenant adolescents défiler sur la table d'opération - ou plutôt sur les sceaux de régénération -, il avait aussi vu de nombreuses personnes le considérer d'un air dédaigneux, comme si l'art de la médecine n'était pas digne de recevoir le concours de l'art ninja, comme s'ils étaient les parias du ninjutsu, et cela avait le don de l'agacer au plus haut point, lui dont la profession nécessitait un grand sens des responsabilités car il n'était pas là pour éteindre mais plutôt pour sauver des vies.
Cette envie de crier finit par prendre le dessus, et oubliant que les murs n'étaient pas insonorisés, il rel^cha sa colère sur ce Jounin imbécile :


"NON MAIS VOUS SAVEZ OU VOUS ÊTES ?! VOUS SAVEZ QU'UN HÔPITAL EST UN LIEU DE REPOS, ET PAS UNE ARENE DE CIRQUE ?!
Je vous parle très sérieusement des blessures du petit Jiraiya et d'un homme qui apparemment lui en veut, et vous, au lieu de m'écouter en vous reposant et de m'aider, vous faites semblant d'agir tranquillement, comme s'il suffisait de flegme pour s'occuper du problème, et au lieu de m'écouter vous divaguez, et vous employez des techniques ninjutsus au lieu de vous reposer ! Non mais vous vous payez ma tête ?-"


"Comment va Jiriaya ?"

"Mal ! A cause de vous et de votre irresponsabilité !"

"C'est à mon tour de vous demander des précisions."

Urimaru fulminait. Le ton calme qu'affectait le gamin en face de lui, et sa façon de s'adresser à lui comme s'il ne voulait que critiquer sa conduite du médecin, tout cela le mettait hors de lui.

"Arrêtez tout de suite de vous moquer de moi, je suis très sérieux ! Reposez-vous et écouter !"

"Quel est l'état de Jiraiya, et de quoi souffre-t-il depuis son admission ? En tant que chef d'équipe et Jounin, j'ai le droit de savoir comment est l'état de santé de mes élèves."

Le ton se motnrait plus ferme, voire même impérieux, et bien que cela lui déplaise, le médecin dut répondre car il savait que l'effronté avec qui il tentait de dialoguer était pour une fois dans le vrai.

"Il...Il s'était bien remis, après nos soins, et nous 'lavons transporté dans une chambre. Des cris ont attiré une infirmière, un peu plus tard, et quand elle est entrée, elle a vu Jiraiya au sol, tout tremblant, et il avait vomi par terre.
Nous l'avons à nouveau transporté pour soins, et j'ai cherché moi-même toute traces de poisons dans son organisme. Je n'ai rien trouvé, mais j'ia put noter l'état de choc dans lequel était Jiraiya, et le fait qu'il a été pris de convulsions."


Le Jounin ne semblait plus écouter. Pendant qu'Urimaru parlait, un insecte était entré dans la pièce par la fenêtre, et était directement venu se poser sur la main d'Armo, qui en ce moment était en train de le regarder se balader sur sa main, la tournant et la retournant parfois pour toujours le garder dans son champ de vision. Le médein était indigné, mais losqu'il oouvrit la bouche pour protester contre le fait qu'Armo ne l'éooute pas alors qu'il avait lui-même demandé des précisions, ce dernier pris la parole.

"Aucune trace de poison ? Alors, je ne vais pas vous être d'un grand secours..."

"Bien entendu, puisque vous n'êtes pas médecin...Hé, mais...Attendez, vous n'êtes tout de même pas...-"

"Un membre du clan Aburame ?" acheva Armo, tandis qu'Urimaru se saisissait du dossier médical pour vérifier. "Si, c'est effectivement le cas. Pour ma part, je pense que convulsions et état de choc sont plutôt la marque du Genjutsu, ce qui voudrait dire qu'il a été attaqué pendant qu'il était seul dans sa chambre...Mais comme vous avez dit, je ne suis pas médecin."

"Et ça ne risque pas ! Les Aburame n'auraient rien à faire dans un tel domaine. L'homéopathie à des bienfaits reconnus, mais de là à exposer els malades à des insectes pour les purger du poison...Ces méthodes me répugnent."

"Je ne vous ai jamais demandé d'entériner un programme de développement de contre-poisons insectoïdes, monsieur...Et puis, ce n'est pas parce que nos insectes font l'un des meilleurs contre-poison qui soient lorsque nous les contrôlons que toute la semaine devrait se calquer là-dessus."

"Mais même ! Votre famille...Ce sont vos traditions, ce genre de choses vous poursuivra toute votre vie ! Un Aburame ne peut pas devenir médecin, se servir ainsi d'insectes pour se soigner...C'est indigne de l'art de la médecine !"

"Ah ? Pourtant, j'ia bien crû croiser un Aburame avec une blouse d'interne tout à l'heure, dans le couloir, quand je suis entré... Wink "

"Sûrement une erreur. Vous seriez bien trop remplis de préjugés sur l'art de soigner pour parvenir à faire de bons médecins."

Armo regarda alors au dehors, tournant le dos au médecin pour offrir sa face au soleil qui poursuivait sa course vers l'Ouest. Le visage d'Urimaru s'empourpra à nouveau. Le manque de tact et de politesse du Jounin commençait à vraiment lui courir sur le haricot, et il espéra secrètement que Jiraiya ne deviendrait pas aussi effronté et imbu de lui-même, alors qu'il était d'habitude si aimable avec le personnel de l'hôpital.

"Déjà..." Sans se retourner pour lui adresser directement la parole, le Jounin pivota d'un quart de tour et commença à repousser ses draps, parlant sans regarder son interlocuteur : "Mon esprit n'est pas aussi étroit que le votre, monsieur, du moins en matière de médecine, alors si vous vouliez m'accompagner pour voir quelle médecine universelle je pratique, je vous en prie."

Il acheva de se relever, se dirigea vers ses affaires et enfila son imperméable et ses sandales, mais Urimaru le fit stopper en lui parlant au moment où i lallait sortir :

"Vous devriez rester vous reposer ! C'est inutile d'aller voir Jiriaya, vous ne parviendrez pas à améliorer son état avec vos piètres connaissances !"

"Tous les shinobis ont un côté GM en eux, monsieur. Jiraiya aussi...et ça tombe bien, je sais comment le trouver."

Armo avait répondu sans se retourner, et sitôt le dernier mot pronocné il partit dans le couloir, saluant le personnel hospitalier au passage, et demandant à une infirmière prenant sa pause dans quel chambre il pouvait trouver Jiraiya. Quelques instants plus tard, il était devant la porte, Urimaru tournant à l'angle du couloir et tentant vainement de rattrapper ses grandes enjambées. Il poussa la poignée, et d'un pas vif s'engouffra dans la chambre, s'arrêtant juste au-dessus de Jiriaya alité.

"La force passe par le mental, et tu ne risques pas de progresser si tu restes ainsi prostré pour une pécadille. Fais ce que tu veux, mais que tu risques de rater l'occasion de voir comment on pactise, ça n'est pas mon problème."

Il se retourna aussi brusquement, et ressortit du même pas vif, prenant la tangente dans le couloir et laissant au médecin qui l'avait rejoint le soin de refermer la porte de la chambre, avant de sortir de l'hôpital en direction de la forêt. Ses cloens avaient leurs isntructions, restait à savoir si Mamoru suivrait.

[+6 XP pour décision de renouer avec le "RP Armo" Razz
Sachant que la discussion a duré un certain temps, tu as le temps de RP avec un petit "pendant ce temsp-là" Wink ]
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Jeu 3 Nov - 21:49

Pendant que Armo discutait avec le médecin, Jiraiya était assis dans son lit, il avait le regard fixe, les sourcils froncés.
*Créer mes propres Jutsu, pour faire quoi ? Comment faire… suis-je capable d’une telle chose ? Suis-je si faible que ça ? J’ai pourtant travaillé dur et fait d’énormes progrès. Que faut t’il que je fasse de plus ? Qu’est t’il important que je sache pour être aussi fort qu’il le dit ? Quel est cet adversaire qui m’attend ? Comment le vaincre ?*

Il se prit la tête dans ses mains, et continuait de penser. Des images lui apparaissaient alors dans la tête, des flashes rapides de scènes violentes, de cris et de larmes. Ce même souvenir flou qu’il avait déjà ressentit sans se rappeler des visages, ni même des voies, était-ce un souvenir, ou son imagination ?

Armo arriva dans la chambre et lanca :

« La force passe par le mental, et tu ne risques pas de progresser si tu restes ainsi prostré pour une peccadille. Fais ce que tu veux, mais que tu risques de rater l'occasion de voir comment on pactise, ça n'est pas mon problème. »
Jiraiya resta dans son lit, plongé au plus profond de ses songes. Il ne tourna pas la tête lorsqu’Armo lui adressa la parole.
*Force mentale… Peccadille…. Pactiser… Est-ce ce qu’il y a d’important ? Qu’est ce qui est important ? Pourquoi faire tous ces efforts si ils sont si inutiles ?*

Le petit garçon regardait dans le vide, il était happé par le flot de questions qui le tourmentaient. Après un petit instant, sont regard redevint normal.
*Je ne me laisserai pas vaincre encore une fois par lui. Il peut me dire comment me rappeler de mon passé si je deviens plus fort, je le forcerai à le faire ! Je ferai comme il a dit, j’inventerai mes propres jutsus et ainsi, je serai vraiment plus fort !*
Puis, il secoua la tête réalisant qu’Armo était à côté de lui. Il tourna son visage vers lui et le regarda dans les yeux.
« Je viens avec vous sensei, je me sens complètement remis sur pied ! »

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Mer 23 Nov - 19:47

Doufi qui commencer deja a s'ennuyer s'assis a côté de la fenetre et regarda le ciel qui etait d'ailleur tre jolie se soir la mais tout a coup il entendit une voix dans sa tete et il se rendit compte que se n'etait qu'un reve et que s'etait l'infirmiere qui etait venu le reveiller pour aller manger car s'etait deja l'heure et quand il arriva dans le refectoire il vit tout les malades qui etait ici manger avec bon coeur et joix,mais lui n'avais pas l'air dans sont assiete malgre tout se qu'il avait accomplie durant sa journee il n'avait pas l'air convaincu d'avoir fait tout se qu'il voulait............

A la fin du repas il retourna dans sa chambre et s'assis cette reelement devant la fenetre mais dans la realite le ciel ne parraissait pas si beau et meme plutot sombre et mystérieux,comme ses pensee d'ailleur mais maintenant qu'il y avait repanssee pourquoi devrai t'il continuer a etre ninja vu que sont nindo etait accomplit et que sont frere etait ressusiter.......

Doufi continua d'y repansser et se rappela de l'une des paroles de sont frere "j'ai du faire tant de sacrifice pour pouvoir en arriver la",mais en y repanssant lui aussi avait du faire pas mal de sacrifice...........

Doufi se rendit compte qu'en fait sont veritable nindo etait de trouver des vrai amis et de pouvoir les proteger mais en y repanssant ces eux qui les sauver a chaque Jiraiya (le chat) et Tom l'avait sauver contre Tobirusa et Jiraiya (son ami)le sauvais en l'emenent a l'hopital a chaque foit qu'il perdait un combat ou autre chose mais maintenant ce que voulait Doufi s'etait perdre la tete haute face a Jiraya est Doufi a force de pensee a toute sorte de chose s'endormi est se reposa


24 points de stats de rab

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Dim 22 Jan - 20:10

[Après le cours à l'Académie, durant l'après-midi du RP du Mercredi 4 Janvier, dans la Demeure Hyuuga]

Akogare et San étaient dans la rue. Il avait fait plusieurs fois le tour du village, s'arrêtant de temps à autres pour se désaltérer, ou simplement pour se reposer.
San avait bien conscience que le jeune garçon avait du mal à se mouvoir, elle le soutenait donc discrètement, prenant garde à ne pas appuyer par mégarde sur l'un de ses bleus.

Le couple passa devant l'Hôpital, et Akogare s'arrêta, regardant l'établissement, dubitatif. San suivit son regard, avant de se tourner vers son ami.


[San]"Tu veux qu'on y fasse un saut ?"

Le Hyuuga se mordit la lèvre inférieure distraitement. Il ne savait pas vraiment si il voulait y aller. Finalement, il se tourna vers l'adolescente, un petit sourire affiché.

[Akogare]"Oui, pas longtemps."

San lui retourna son sourire, et ils reprirent leur route, toujours d'un pas calme.
La jeune fille poussa la porte, et laissa Akogare entrer en premier. Immédiatement, le blanc de l'Hôpital frappa le couple.
Des murs blancs, des bureaux blancs, des uniformes blancs.
Et des yeux blancs, qui observait cela.

La jeune fille poussa tendrement le Hyuuga a avancer vers l'accueil. Une jolie jeune femme les accueillit, en souriant largement. Elle tapotait machinalement sur une feuille qu'elle était en train de remplir.


[Accueil]"Bonjour les enfants !"

Le couple atteint le bureau. Akogare s'appuya dessus, de façon à soulager un peu San.
Cette dernière sourit à l'infirmière.


[San]"Bonjour. Mon ami aurait besoin de quelques soins."

[Accueil]"Pas de problème. Par contre, je ne pense pas que vous serez pris tout de suite. C'est important ?"

[San]"Oh, pas trop. Juste des bleus et des os qui se déplacent."

L'infirmière opina, avant de leur indiquer la salle d'attente. Elle leur proposa de l'aide, mais Akogare secoua négativement la tête, rassurant la femme sur son état.
San ouvrit la porte de la salle d'attente, et s'y engouffra suivie de près par le Hyuuga. Seule trois personnes attendaient également.

Les amis s'assirent côte à côte, sur un banc laissé libre, après avoir salué les autres patients.
Ils gardèrent ensuite le silence pendant quelques minutes.
Avant qu'il ne le voie venir, San avait levé son doigt vers les lèvres du garçon, dessinant les contours de la blessure. Ce dernier tourna une tête interrogative vers elle.
San souriait timidement.
Son doigt continua sa route, et effleura le bleu qu'il avait à la joue droite. Elle avait la main froide, mais incroyablement douce, contrastant avec la peau éraflée d'Akogare.


[San]"Tu t'entraînes dur."

[Akogare]"Oui. Moins qu'avant cependant."

San haussa les sourcils, un sourire facétieux aux lèvres.

[San]"Ah ? C'est à cause de moi ?"

Elle ria doucement, innocemment. Akogare souriait aussi, le regard toujours fixé sur elle.

[Akogare]"C'est exactement cela."

Son ton était parfaitement sérieux. La jeune fille se tut, dévisageant le Hyuuga. Le silence s'installa entre les deux amis, alors que San analysait les paroles d'Akogare.
L'un des patients se leva, et suivit le médecin qui était entré.
Le garçon reporta son regard sur l'adolescente, il sentait qu'elle allait parler.


[San]"Qu'est-ce que tu veux dire ?" elle bredouillait plus qu'elle ne parlait, ne sachant quelle conduite adopter.

[Akogare]"Rien de plus."

Sa réponse était laconique, mais il souriait toujours. Le trouble de San était facilement visible dans ses yeux ambrés, ceux ci agités par d'innombrables questions.
Akogare posa sa main sur le bras de la jeune fille, qui sursauta presque au contact inattendu.


[Akogare]"Je m'entraînais jusqu'à ce que mon corps ne suive plus, persuadé que mon esprit était le seul intérêt véritable." Il tourna ses yeux vers l'un des patients. C'était un garçon plus jeune que lui, qui tenait son bras, une vilaine balafre dessus. Il tenait courageusement un tissu dessus, sa mère lui serrant tendrement la main. "Mais tu m'as prouvé que j'avais tord, en m'offrant ton bras."

Le jeune garçon que fixait Akogare pivota vers lui, sachant qu'il était observé. Il haussa les sourcils en voyant le regard blanc du Hyuuga. Ce dernier sourit aimablement, lisant de l'admiration dans ces yeux enfantins.
Puis il se retourna. San tentait de suivre son raisonnement.


[Akogare]"C'était la première fois que l'on me donnait de l'aide."

Cette phrase fit l'effet d'un coup de marteau pour la jeune fille. Lorsqu'elle avait proposé son aide à Akogare, c'était avant tout parce que voir quelqu'un dans cet état lui faisait mal au coeur. Et lorsqu'elle a vu que personnes n'osaient s'approcher de lui, elle s'était sentie chargé de cette tâche.
Jamais elle n'aurait cru que leur relation se développerait suite à ça, tout comme jamais elle n'avait pensé que ce geste était si important pour le Hyuuga.
Sur le moment, et jusqu'à présent, elle avait cru qu'il lui était simplement reconnaissant de l'avoir ramené chez lui. Mais cela était beaucoup plus gigantesque. Beaucoup plus important.
Prendre brusquement connaissance de cela lui coupait le souffle.

Akogare retomba dans le silence. Aucuns médecins n'étaient passés, depuis le précédent. San assimilait peu à peu les données que lui avait transmis le Hyuuga.
Brusquement, elle le serra dans ses bras, le faisant étouffer un grognement. Elle avait sa main posée sur son épaule douloureuse, et la lui broyait proprement. Malgré tout, il parvint à lever les bras pour l'enlacer à son tour.
C'était leur premier contact réellement physique, depuis.. hier.

Mais celui ci était passionné, sensuel. Akogare sentait les larmes de la jeune fille couler dans son cou, alors que ses épaules étaient secouées de sanglots.

Les regards s'étaient tournés vers la scène. Akogare n'en avait rien à faire. Pas plus qu'il ne se préoccupait de son épaule qui menaçait de se déboîter.
Seule comptait San à cet instant. Et pour le reste de sa vie.

L'enfant qui dévisageait avec circonspection la scène fut amené par sa mère vers le médecin, qui venait d'arriver.
Il n’y avait désormais plus que les amis, et une autre personne.
C'était une vieille dame, en la voyant Akogare aurait été incapable de dire de quoi elle souffrait. Cette dernière surprit le regard du Hyuuga, et lui adressa un aimable sourire, alors qu'il caressait le dos de San, la rassurant et la calmant.

Lentement, San se dégagea. Elle avait les joues ruisselantes de larmes, et leur goût salé se perdit sur les lèvres sèches d'Akogare. Il allait prendre la parole, mais le Hyuuga fut plus rapide, et lui plaqua son index dessus.
Elle sourit, et laissa tomber sa main le long de la taille de son ami, réveillant chacune de ses douleurs.
Lui aussi sourit à se moment, en se souvenant de la phrase que lui avait dites Jujuko : "La douleur fait partie de l'apprentissage, accepte la !"

Il se regardait, aucun d'eux n'osant briser le merveilleux lien qui les unissait à présent. La porte s'ouvrit une nouvelle fois, et la voix du médecin appela la vieille femme. Cependant, la réponse de celle ci fit hausser les sourcils d'Akogare.


[Vieille Dame]"Ce n'est pas urgent. Juste mon dos, encore. Prenez plutôt ses jeunes gens. La journée est encore belle, il serait dommage qu'ils la passent ici."

San se tourna, ayant elle aussi fait attention aux paroles prononcées. Le regard de la jeune fille rencontra celui de la vieille femme. Elle souriait toujours, invitant les jeunes à y aller. Le médecin se gratta la tête, et se tourna vers eux.

[Médecin]"Ah, très bien Madame. Alors, venez vous deux."

Lentement, Akogare se leva, tenant la main de San. Il se mit en marche, mais s'arrêta devant la vieille dame. Respectueusement, il inclina la tête, et le haut de son buste.

[Akogare]"Merci."

Il avait la voix grave, même si légèrement sifflante de par sa fatigue. La femme rit, et le poussa aimablement vers la porte.

[Vieille Dame]"Ce n'est rien. L'après-midi vous tend les bras. A mon âge, on a tout notre temps."

Akogare sourit faiblement, avant de rentre dans la pièce où attendait déjà le médecin. Il avait toujours la main de San dans la sienne.
La porte se ferma derrière eux, et ils allèrent s'asseoir au bureau.
Le médecin consultait des feuilles, et Akogare se demanda si ce n'était pas pour se donner un genre. Finalement, il consentit à lever les yeux de ses papiers, et adressa un mince sourire à son patient.


[Médecin]"Comme mademoiselle est rayonnante -bien qu'elle ait les yeux rouges, conjonctivite peut-être- je suppose que c'est vous qui avez besoin de soins."

*Quel débit..*

[Akogare]"Oui, c'est bien pour moi. Quelques os de déplacés, et un certains nombre de bleus."

Le médecin griffonnait à toute vitesse des indications illisibles sur un papier. Il releva les yeux.

[Médecin]"Bien. Ca ne devrait pas poser de gros problèmes. Venez dans la salle à côté."

Tout en parlant, le médecin s'était levé, et se dirigeait à présent vers une salle annexe. Il ouvrit la porte, et attendit le couple. Akogare laissa ses yeux errer dans la pièce, où il avisa une jeune femme et plusieurs armoires, ainsi qu'un large fauteuil.
L'infirmière se dirigea vers l'une d'elle, suite à un signe du médecin.


[Médecin]"Enlevez votre veste. Nous allons soigner vos blessures, puis vous refaire vos bandages."

Akogare lâcha la main de San, et enleva son gilet. Il avait déjà vu l'état de son corps, pendant sa douche, et lui même avait trouvé cela assez impressionnant.
Il était plus bleu que blanc. Et encore, là le sang séché avait été nettoyé. Le médecin observa cela d'un oeil critique, alors que l'infirmière revenait avec les bandages et les pommades.
Elle ne savait pas trop par où commencer.

Le médecin continuait de noter frénétiquement des choses. Il indiqua du doigt les parties à soigner en premier. Vu la surface des chose, et afin de gagner du temps, San se mit aussi à la tâche.
Le contact de la pommade glaciale fit frissonner le Hyuuga à peut près autant que la douleur lancinante qui assaillait ses côtés.
L'infirmière évitait soigneusement les coupures.

Elle défit également les bandages arrachés des bras d'Akogare, et grimaça en voyant l'état du poignet. Ils avaient absorbé beaucoup de coup, et en se pressant contre la peau ils avaient fait de nouveaux bleus.


[Infirmière]"Dis moi... Tu arrives à bouger ton poignet normalement ?"

Akogare les fit tourner sur eux même, sans difficultés apparentes. Elle haussa les sourcils, en passant ses doigts dessus.
L'infirmière saisit ensuite les bandages, et commença le long travail d'enrubannement, en commençant par le torse.

Les minutes furent longues à passer, alors que ses jambes étaient également sujette à des soins.
Pour l'épaule, le médecin utilisa un peu de son chakra. Elle était légèrement fracturée, et il valait mieux éviter de la laisser s'aggraver.
Akogare se rhabilla, et se regarda dans un miroir. Il était presque pareil, si l'on excepte la pommade sous son oeil.
Il se tourna vers San, et haussa les épaules.


[Médecin]"Vous voilà remis sur pieds. Faîtes attention cependant, à ne pas trop forcer sur votre corps. Certains blessures risquent de prendre du temps à cicatriser."

[Akogare]"Compris."

Le tout avait pris un peu plus de temps que prévu. Mais, au moins, maintenant, Akogare pouvait se mouvoir sans trop peser sur la jeune fille. Ils rejoignirent le bureau du médecin, qui leur donna plusieurs papiers que le Hyuuga rangeait machinalement dans ses poches.
Il tendit également un pot de pommade.


[Médecin]"Vous en aurez besoin pendant au moins deux jours je pense."

Akogare le remercia, et tourna les talons en direction de la porte. Il sentait la main de San frôler la sienne, et la lui saisit au passage, arrachant à la jeune fille un sourire. Ils repassèrent devant la vieille dame, qu'ils remercièrent à nouveau. Celle ci ria encore une fois, et s'enchanta de la mine du Hyuuga.
Le couple sortit du bâtiment blanc, et déboucha dans la rue.

San avait essuyé les sillons que ses larmes avaient creusé, et ses yeux avaient repris leur couleur d'origine.


[Akogare]"Ta conjonctivite a disparue."

San rit, en serrant les doigts du garçon.

[San]"Il semblerait que oui !"

Le soleil était toujours bien placé dans le ciel. La journée n'était pas finie. Tant mieux, les jeunes amis avaient encore de nombreuses choses à faire.

Mais, ils avaient tout leur temps.
Ils avaient toute une vie.
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Dim 22 Jan - 20:20

[ Akogare: +12XP RP - Faudra penser à faire un combat dans l'arène d'ici peut. ^^ ]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Dim 22 Jan - 20:24

[C'est prévu, contre Doufi Smile]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Mer 1 Fév - 20:29

[Début dans ma maison]

Tinuviel arriva à l'hopital assez mal en point; bien qu'elle aie refermé ses plaie, une chute du troisième étage ne fait pas du bien. Elle était à peine consciente et son clone, qui la soutenait, ne tarda pas à disparaître. Elle fût prise en charge par un médecin qui l'amena jusque dans une chambre.

Elle se réveilla le lendemain matin, complètement remise de sa chute, elle était tout de même frustrée de ne pas avoir vu qui l'a soigné et comment, ce qui est tout à fait normal pour un futur ninja médecin. Elle attendit patiemment que quelqu'un entre. Une personne arriva après un quart d'heure, il tenait le sac de la jeune fille avec son ours, qu'elle s'empressa de lui enlever des mains.

-Je vois que tu vas mieux, nous aimerions tout de même savoir comment tu t'es fait si mal, d'où est tu tombée?

-D'un toit, j'était occupée à réparer un toit et je suis tombée en redescendant.

-Je vois, tu es surement la jeune fille qui habite chez Marjut, j'ai entendu parler de toi, on dit qu'elle t'oblige à remettre sa maison en état, que sinon elle te mettrai dehors et surtout qu'elle te demande de faire une décoration très spéciale, qui reflète sa folie.

Tinuviel ne pût s'empêcher de pouffer, elle savait que son hote était peu appréciée, mais au point de la prendre pour une folle l'obligeant à travailler allait au delà de son entendement.

-Vous pensez vraiment qu'une folle demanderait à quelqu'un de faire une « qui reflète sa folie »? Vous avouerez que c'est abhérant. Personne ne m'a rien demandé, tout ce que j'ai fait, c'est par moi même. J'imagine que bientôt je vais entendre partout que je suis folle. « En fait ce n'est pas la vieille, elle va très bien, c'est son invitée qui n'a plus toute sa tête, tu as vu comment elle a taillé la haie, il paraitrait même qu'elle frappe son hote »...

Tinuviel éclata d'un rire franc, mais se ravisa bien vite en voyant le visage de son interlocuteur, il semblait croire à tout ce qu'elle venait de dire, elle s'empressa donc de donner une explication :

-Comme je le disais c'est moi qui ai travaillé de mon propre chef, et si j'ai mis quelques fantaisies c'est parce que je m'ennuyais, il n'y a aucune folie la dedans. J'imagine que je peux sortir de l'hopital quand bon me semble?

-Oui, c'est le cas, tu es en parfaite santé, tu t'es bien remise, si tu n'avais pas procédé à un soin sur toi même tu serais peut être plus mal en point, mais tu as bien réagis. Une dernière chose que j'aimerais savoir. On dit que la vieille femme a quitté le village, est-ce que c'est vrai?

-Vous avez beau l'avoir entendu, ce n'est pas forcément vrai, il circule plein de rumeur non fondées dans le village. *Même si celle ci l'est.* Maintenant, je dois partir, nous auons peut être l'occasion de nous revoir, d'cici là cessez de croire tous les « On dit ».

Elle sortit précipitament, lançant un au revoir.

*Ouf, j'ai réussi à garder secret que Marjut est partie, ou au moins pour un temps, j'espère qu'elle reviendra vite, que je n'aie pas à raconter n'importe quoi, ça finirait par être dangeureux.*
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Mer 1 Fév - 21:07

[ Tinuviel: +2XP RP ]
Uchiwa H
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Mar 7 Fév - 15:00

[suite des ruelles]

Auroe avait accompagné Kenta jusqu'aux portes de l’hôpital. Le trajet avait été assez dur, et l’enfant se demandait ce qu’il aurait été si la fille ne l’avait pas aidé. Il la remercia et la libéra. Il ne comprenait pas pourquoi elle avait tenu à l’accompagner mais c’était ainsi. Avant qu’elle ne le quitte, l’étudiant adressa un grand sourire qui masquait difficilement le mal être du jeune garçon. Il lui fit au revoir de la main puis entra dans le bâtiment.

Kenta se souvint le jour où il était passé par ici après son entraînement à la technique de permutation. Ca le fit sourire de voir que c’était cette même infirmière qui attendait à l’accueil. Le pas lourd, l’enfant s’approcha du comptoir et s’appuya sur celui-ci.


« Bonjour, que puis-je pour vous ? »

« Euh… Je viens de faire une chute et j’ai mal ici. Ca s’est passé il y a une quinzaine de minutes. »

« Bien, quelles genre de douleur avez-vous ? Et y’a t-il autre chose à signaler ? »

« Euh bah… ça lance… Ca fait super mal c’est tout ce que je peux dire. Sinon j’ai craché un peu de sang… Je crois que c’est tout ? »

« Du sang ? Vous avez fait une chute de combien de mètres ?! »

« Je sais pas moi. Trois étages peut être, mais bien amortie… »

« Brancard ! Brancard ! »

La femme fit signe à deux hommes qui passaient dans le couloir avec l’objet en question. Ceux-ci accoururent et le posèrent à terre. Ils firent signes à Kenta de s’allonger dessus qui s’exécuta l’instant suivant. Les deux hommes soulevèrent simultanément.

« Allez en salle 25 ! Le docteur l’auscultera. Dites lui de faire vite. »

Les deux hommes se mirent en route vers la dite salle. Il entrèrent, et déposèrent Kenta dans son lit.

« Attendez la, on va venir vous voir. »

L’enfant ne put que regarder les brancardiers sortir. Il tourna la tête vers la fenêtre. Une fois de plus il avait de la chance. La vue donnait directement sur la falaise et les quatre visages qui y étaient sculptés. Sans tarder un médecin entra dans la salle et le coupa dans sa rêverie.

« Alors c’est toi qui est tombé du troisième ? »

« Euh… oui madame, mais ça va la chute était comme celle du second peut-être… même moins… »

« Tu as mal au côtes ? »

Kenta répondit par un bref signe qui montrait l’endroit de sa blessure. La femme s’approcha et lui dit de retirer son haut. L’enfant se mit en besogne, il retira d’abord sa veste puis son t-shirt. Le médecin commença l’auscultation. Les point de pression qu’elle faisait provoquaient des douleurs différentes. Différentes dans leur intensité. Apres quelques minutes la femme annonça :

« Bien ce n’est pas grand-chose, tu t’es simplement fragilisé deux côtes. Peut-être même fêlées. Mais ça m’étonnerait car il parait que tu es arrivé ici à pieds. Je vais de donner un corset et des bandages. Ca maintiendra ta cage thoracique en place le temps que tout ça se répare. Ca devrait prendre une ou deux semaines. »

« Deux semaines ?! Impossible ! Je dois continuer l’entraînement ! On n’a pas un autre moyen de guérir ça ? S’il vous plaît, sinon je ne serai jamais prêt à temps… »

Le docteur réfléchit un moment puis croisant le regard de Kenta, elle se résigna.

« Bon d’accord je fais appel à un médecin ninja pour qu’il de remette tout ça en ordre. Mais tu devras quand même y aller doucement, et porter ton corset. Désolée, mais c’est inévitable. »

L’étudiant fit une petite moue mais finit par sourire. Il semblait d’accord, de toutes façons il n’avait pas le choix, c’était trois jours tranquilles ou deux semaine de convalescence. Le médecin sortit de la salle et laissa Kenta seul avec ses pensées. Celui-ci était partagé entre plusieurs sentiments. La culpabilité, le soulagement et la contrariété étaient prédominants. Mais il se fit à l’idée qu’il avait perdu une filature pour réparer une erreur grave, et c’était plus important que tout le reste.

Plus tard, une fois que le soleil avait entamé sa descente, on revint dans sa chambre. Un ninja médecin fit son apparition. Il ne parlait pas beaucoup. Il passa en coup d’éclair presque, le temps de rentrer, saluer, soigner et de repartir.


*Pas cool ce type… Remarque je lui fais peut-être perdre son temps.*

La dame qui s’était occupée de l’étudiant repassa à son tour. Elle lui avait apporté tout le nécessaire. Une fois qu’il se fut habillé sous la surveillance de celle-ci elle lui dit :

« Bon tu peux y aller, mais rappelle toi. Tu restes tranquille demain et après demain. »

« Oui m’dame, je serai sage ! »

Kenta se leva et emporté par son enthousiasme il se mit à courir. Il s’arrêta net quand il se rappela qu’on le regardait toujours. L’enfant e retourna, sourit et parti. Il ne repris sa cadence folle qu’une fois sorti de l’hôpital.

« Maintenant, direction la maison… Chemin ?..... Les toits sa ira »

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Mar 7 Fév - 18:41

[ Kenta et Tinuviel : +2 XP RP ]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Mer 15 Fév - 20:07

Felins revait. Il ne savait pas ou il était. La seule chose qui l'interressait était son rêve. la taupe enflammé de Konoha rêvait d'une vie parfaite. Avec sa Minua, son futur enfant et Hioke... Sans oublié son frère, Fayrto...
Felinx ne s'était pas éveillé depuis au moins trois jours. Il était tant qu'il se lève...


Felinx se leva. Il regarda autour de lui. Personne. Il était a l'hopital. Il venait sans doute de perdre un combat; Ou peut être venait il de le perdre depuis bien longtemps... Il n'en savait rien. Il ne se souvenait plus... Un medecin rentra alors dans sa chambre...

[Medecin] Ah, vous vous êtes reveillé d'un sommeil bien profond.

[Felinx] D'un sommeil bien profond??? Qu'est ce qui s'est passé...

[Medecin] Un jounin de konoha vous a amenez ici. Il nous a fait part de ce qui vous étiez arrivez. Apparemment, vous avez mené un combat ardu...

Felinx se souvenait maintenant... Il avait combattu contre un certain Naoki. Celui là, c'était un phenomène. Felinx était quand même heureux d'avoir perdu. Cet adversaire lui avait donné du fil a retordre. Et c'était sans nul doute le meilleur combat que Felinx avait mené. maintenant, il fallait qu'il se lève et qu'il se ressaisisse... Felinx se leva donc...

[Medecin] Vous partez???

[Felinx] Oui, merci de m'avoir soigné. Ce n'est pas la première fois et a mon avis ce n'est pas la dernière...Au revoir...
Puis Felinx s'en alla a la banque pour aller retirer son argent...

[+90HP/+135MP]
[Suite a la banque]

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Ven 17 Fév - 18:54

Doufi avait était emener ici par Uryuu qui lui avait sans doute sauvait la vie.
Il était encore bien en colére mais compter quand même reconsciller Kenta et Felinx et ce même par la force.
Il se leva de son lit,posa sa main sur son coeur et se soigna ses derniere blessures.


[Medecin]"Eh oh atendez vous pouvez pas partir comme..."
"Foutait moi la paix je suis medecin."
[Medecin]"ça va,ça va pas la peine de s'énerver!"
"Je suis déjà enerver et pousser vous de mon chemin."

Le medecin se decala laissant passer Doufi qui se diriger vers sa salle de classe.
Il descendit tout les étages et se retrouva nez a nez avec Tom en bas de l'hopital!


"Tom je suis désolé mais la j'ai pas le temps et qu'est ce que tu viens foutre ici?"

[Tom]"Pas grave mais en fait et bien euh je viens car euh et bien voila,Jiraiya et tomber du toit de la maison et il c'est casser une patte."
"D'accord alors prend en bien soin et surtout dit lui de se remettre vite de ma part!"

Tom avait l'air surpris Doufi avait était bien sympa cet fois,Tom pensser qu'il aller se faire engueler mais non tout aller bien!

Doufi sortit de l'hopital et se dirigea vers sa salle de classe...


24 points de stats de rab

MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   Sam 18 Mar - 17:00

[le rp précédant se passe dans les ruelles]

Auroe ouvrit les yeux, elle tomba sur le plafond blanc de la chambre d'hopital. Elle ne comprit pas tout de suite ou elle était et pourquoi elle y était, le voile de brume sur les évènements passés se leva peu à peu.
Elle jura intérieurement, bien sur ceux qui l'avaient emmené ici n'avaient rien compris... Elle n'avait pas la force de bouger, elle resta à regarder le plafond durant quelques minutes puis laissa basculer sa tête sur le côté. Elle avait un voisin, des bandages recouvraient son visage, probablement était il brulé...
Des cris de souffrances résonnaient dans les couloirs. Auroe écoutaient, frissonnant parfois en s'imaginant ce qu'ils pouvaient enduré. Puis une idée lui vint... Plutôt une envie, celle de savoir pourquoi tout ces gens étaient ici, les évènements qui c'étaient passé. Il était simple de le faire et ça l'occuperait, elle prit soin de laisser le côté morale de la chose pour un autre moment...

Elle laissa glisser son esprit hors de son corps pour aller tout d'abord vers son voisin. Il souffrait beaucoup, elle pouvait le ressentir bien qu'elle ne s'aventura pas à connaitre ce qu'il ressentait exactement. La douleur était omni présente, impossible que les évènements ayant amené cette douleur soit très profondément enfouit dans son esprit. Sur ce point elle ne se trompait pas, elle finit par les trouver.
C'était un homme d'affaire, il marchait dans la rue tranquillement, ce n'était pas à Konoha, une ville plus grande, beaucoup plus grande... Il était légèrement angoissé. Il avait engagé du monde pour se débarrasser de quelques gêneurs pour ses affaires, il espérait que tout se soit bien passé.
Auroe sentit une pointe de colère se profiler au fond de son coeur... Même si cet homme n'était pas un meurtrier directement il n'était pas mieux... Elle se calma, elle ne devait pas juger, elle ne conaissait rien de cet homme.
Il était suivit, la peur s'insinuait en lui, il accélera son pas. Quelqun lui barrait la route devant, il avanca, peut être n'était ce qu'un passant... Lorsqu'il arriva à la hauteur de l'homme il reçut un coup de poing dans le ventre qui le fit se plier en deux. Les hommes l'encerclaient, ceux la même qu'il avait payé quelque jours auparavant... Tout se passa très vite, il fut recouvert d'huile et se retrouva à courir dans les rues en hurlant sous la douleur des brulures. On l'aida à éteindre les flammes, il partit ensuite vers Konoha, son village natale, pour y trouver l'aide des ninjas médecins et préparer sa vengeance...

La fillette sortit rapidement de l'esprit de cet homme, son coeur tappait furieusement contre sa poitrine. Ce cycle de violence... Cette vengeance engendrant la vengeance d'un autre, et ceci infiniment. Pourquoi les hommes se vautrait il dans ce principe? Elle même l'avait fait, mais elle le regrettait, bien sur rien ne pourrait racheter sa faute mais elle ne recommencerait pas.
Elle rassembla ses forces pour se lever et s'approcher de l'homme à côté d'elle.


[Auroe] Monsieurs?

La seule réponse qu'elle obtint fut un grondement, peut être ne pouvait il pas parler mais il ouvrit les yeux et les posa sur la personne qui l'interpellait.
Auroe hésita, elle ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait, elle suivait son instinct... Elle avait l'envie profonde de prévenir cet homme, pour sauver des vies, n'était ce pas ça qu'elle voulait en devenant ninja? Elle prit une profonde inspiration.


[Auroe] Pourquoi voulez vous vous venger? Qu'est ce que cet acte vous apportera? Si vous arrivez à tuer l'homme qui vous a fait... Ses proches voudront le venger et vous mourrez, peut être vos proches feront il la même chose pour vous... Et ceci indéfiniment... Croyez vous que c'est la bonne solution?

Le regard de l'homme passa de la surprise à la colère. Il leva le bras et empoigna la chevelure d'Auroe pour la ramener à lui. La fillette retint un cri puis se laissa guider, elle n'avait dautre choix de toute manière. Ce n'était pas la réaction qu'elle attendait... L'inconnu commenca à lui parler, d'une voix faible dut à son état mais ou percait la colère.

[???] Je ne sais pas comment tu as eu vent de tous les évènements qui m'ont conduit ici ni de mes projets mais mêle toi de ce qui te regarde... Ne vient pas me sermoner avec tes rêves de gamine idiote. Si ils n'arrivent pas à me tuer avant que je sorte d'ici alors ils mourront... Quelque soit le prix que je devrais payer ensuite. Ces hommes ne méritent pas de vivre...

L'homme relacha Auroe, elle recula les yeux toujours fixés sur ceux de son interlocuteur. Elle conaissait ce regard, elle l'avait vu trop de fois... Elle détourna les yeux, elle était déçut, horriblement déçu... Et révolté, c'était cette homme qui ne méritait pas de vivre... La colère flamboya un instant dans le regard de la fillette.
Elle revint vers son lit et s'allongea, elle avait commencé quelque chose, elle voulait croire que cet homme n'était qu'un cas particulier .A nouveau elle lanca son esprit à la recherche d'autres personnes avec d'autres pensées, meilleures peut être...
Les patients étaient là pour diverses raisons, parfois simplement un accident... Et pourtant même les gens ayant été victime d'un accident étaient en colère... Contre eux même si aucune autre personne n'était impliqué. C'était absurde...
Il y avait beaucoup de ninjas qui revenaient des missions, blessés par leurs adversaire... Qu'ils avaient finit par "neutraliser"... Les tuer...
Partout le même shéma se répétait : le doute, la crainte d'être doublé ou trahit, la peur de l'autre... La colère puis la haine... Etait ce cela la nature de l'Homme? Etait ce cela les adultes qu'elle avait toujours admiré pour leur sagesse et leurs conseils modérés?
Trop vite, elle grandissait trop vite... Personne pour la consoler, plus d'adultes...
Auroe cessa ses investigations, elle cacha son visage avec ses mains... Qu'ils accomplissent ou non ce qu'ils pensent tous avaient de la peur et de la colère au fond d'eux... Les actes physiques ne sont qu'une petite partie de ce qu'envisagent les Hommes. Elle, elle voyait vraiment leur nature, cet égoïsme, cette peur d'affronter les conséquences de leurs actes...
Un sentiment de révolte faisait se contracter ses muscles, elle se redressa et se mit en boule, les genoux contre la poitrine. A nouveau les questions tournaient dans sa tête... Eternelles, sans réponses...
Comment en arrive t'on là? Plus ils souffraient par la faute des autres, plus ils étaient malheureux, poussés dans leurs ultimes retranchements... Plus ils étaient cruels, détruisant tout sur leur passage... Voici ce dont esst capable l'homme lorsqu'il est poussé à bout...
Les "indésirables" dont le village se débarrasse, c'était des gens comme elle... Comme tout le monde, capable du pire et du meilleur, jugés pour les pires actes qu'ils aient fait... Comment pourrait elle jugé quelqun avec ce qu'elle avait fait? Comment tout ces ninjas osent ils juger après avoir eux même tuer... Enlevé la vie...
Deux larmes roulèrent sur les joues de la fillette, elle ne voulait pas être comme eux... Mais elle l'était déjà, elle avait tué, elle avait jugé et haït...
Elle regrettait, elle ne voulait plus de ça... Elle pensait être un monstre, être une des seules capable de faire une chose pareille de sang froid... Mais l'illusion s'effacait... Tous pareil... Elle n'était qu'un animal parmis tant d'autres semblables et répugnant comme elle. Se donnant le droit de tuer leur semblable par d'obscures raisons.
Comment en est on arrivé là? Pourquoi faut il toujours des affrontements? Des vols, des guerres, des tueries? Pour de simples divergeances d'opinions, pour de l'argent, des biens matériels... Mais qu'est ce que c'est que tout cela?
Elle s'effondra en larme, c'était absurde, l'homme était absurde et elle en était un...
Elle n'entendit pas l'infirmière entrer dans la chambre. Cette dernière s'approcha de la fillette et posa la main sur son épaule.


[Infirmière] Ca va petite?
[Auroe] Ne me touchez pas!

Aux paroles de l'infirmière Auroe avait relevé les yeux, emplit de terreur et de dégout. Elle avait hurler sa réponse avant de partir en courant dans le couloir. La jeune femme qui avait simplement voulut l'aidé avait fait un bond en arrière et regardait maintenant sa patiente d'un air totalement ahuri disparaitre derrière l'angle du mur.
Les larmes s'étalaient sur les joues d'Auroe avec le souffle crée par sa course. Elle avait à nouveau réagit de façon impulsive, elle savait bien que l'infirmière ne lui voulait rien de mal...
Tout se mélangeait... Ces gens qui voulaient l'aider, Shikaro... Ino... Ils pouvaient tuer de sang froid, par peur, par colère... Pourquoi?
Elle courrait maintenant à travers les couloirs, cherchant la sortie. Elle se souciait peu des personnes qu'elle bousculait.
Pourtant juste devant la sortie quelqun l'arrêta, ses épaules se retrouvèrent emprisonnées. La fillette se débattit mais la poigne de celui qui la retenait était trop forte.
Elle leva les yeux et découvrit Ino, elle l'avait l'air grave, un peu surprise aussi. Elle attira la fillette contre elle. Auroe se laissa faire et vint sangloter dans les vêtements de sa cousine.
Elle avait un peu attiré l'attention dans les couloirs de l'hopital, plusieurs infirmière et médecins s'approchèrent. Ils expliquèrent à Ino ce qu'ils avaient vu : la fillette avait courrut depuis sa chambre jusqu'ici en bousculant à peu prêt tout ce qui se trouvait sur son passage. Ino fronca les sourcils, elle s'excusa auprès du personel pour la gêne occasionné et tourna les talons en entrainant la fillette à sa suite.
Heureusement Auroe n'avait pas fait bousculé de patient pour qui cela aurait été fatale...


[Retour à la maison d'Auroe]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hopital de Konoha   

Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Hopital de Konoha
» Cimetière de Konoha
» Chartre de l hopital militaire de l'ost Artésien
» Les ruelles de Konoha
» Operations de protection du Morne l'Hopital

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Hôpital-