Partagez | 
 

 Entre les Murs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Entre les Murs   Mar 1 Fév - 0:00

[ ? ] – S’il te plait Kenji…

Le jeune garçon observait, las, la directrice de l’académie. Elle était venue spécialement dans le quartier Uchiha, où elle était appréciée, pour rencontrer le chuunin. Sa chevelure mauve entourait un visage angélique qui rayonnait de sympathie en ce début de journée. Elle se tenait sur le pas de la porte de la demeure de Takeshi Uchiha. Quelques tics nerveux de précipitation jonchaient son corps. Elle souhaitait terminée rapidement cette conversation. Kenji lui faisait face, les bras croisés, il réfléchissait à ce que lui demandait celle qui avait été son enseignante durant de longues années. Elle lui avait rendu de véritable service et n’était jamais avare de conseil pour l’aider à progresser. Il savait qu’il lui devait beaucoup c’est pour cela qu’il hocha la tête avec affirmation tout en décroisant les bras.

[Kenji] – Bien.

Un large sourire se dessina sur le visage de Reiko. Une longue rangée de dent blanche apparue tandis qu’elle se sentait moins tendue, comme plus légère. Elle continua sur un ton suave.

[Reiko] – Il faut que tu oublies tes méthodes d’enseignements habituelles.

Kenji fronça les sourcils.

[Reiko] – Si tu crois que je ne sais pas comment tu gères tes équipes, tu te trompes. Tu vas avoir affaire à des jeunes aspirants. Ils sont influençables et croiront tes paroles comme de saintes écritures. Il faut que tu restes impartial et surtout que tu n’oublies pas que la plus part n’ont pas encore quatorze ans.

Kenji rétorqua assez froidement.

[Kenji] – Mon système de formation a fait ses preuves, Azumi en est l’exemple parfait. Je ne cherche qu’à faire en sorte qu’ils vivent le plus longtemps possible.

Reiko se mit à rigoler.

[Reiko] – Quel discours sérieux. Je dois y aller, essayes de faire en sorte qu’il « reste en vie » jusqu’à demain.

La directrice de l’académie quitta le perron de la villa du cygne avec souplesse. Tel un chat elle parti vers l’horizon jusqu’à ne devenir qu’un point parmi tant d’autres. Kenji soupira tout en se passant une main dans sa chevelure sombre. Il venait d’accepter de remplacer l’enseignante pour un cours.

***

Il connaissait l’académie sur le bout des doigts. Après des années d’une formation qu’il pouvait dire aujourd’hui réussit, il était devenu chuunin. Cela signifiait qu’il était un guide. Le terme était un peu prétentieux. Alors on parlait plutôt de chuunin instructeur. La démarche sûre il passa sous la grande arche qui ornait l’entrée du bâtiment. Les murs tachetés de fenêtre lui firent fassent quelques secondes avant que les portes coulissantes ne le laissent pénétrer dans l’antre des cauchemars pour les aspirants. La réceptionniste lui lança un bonjour moribond par lequel Kenji répondit avec un hochement de tête. Après quelques tours dans les couloirs, il fit une rencontre surprenante. Takeshi Uchiha lui faisait face à quelques mètres. Son visage était sombre et la colère explosait comme une bombe dans ses pupilles noires. Kenji se sentit alors bien petit face à la grandeur et l’animosité qui jaillissait de l’aura du patriarche. La rencontre se fit tandis que l’ancien ne donna même pas un regard à son élève. Le jeune garçon le salua tout de même.

[Kenji] – Maître Takeshi.

Aucune réponse. Les yeux du chef du clan Uchiha se posèrent tout de même sur son élève. Mais son esprit était ailleurs, prit dans le feu de la hargne. C’était la première fois que Kenji le voyait dans cet état. Il préféra alors ne pas s’attarder et prit rapidement la direction de la salle des professeurs. Le cœur encore sous tension il poussa la porte de la salle. Un rayon de lumière vint l’éblouir quelques instant. Il se passa deux doigts sur les yeux tandis qu’une voix gracieuse l’interloqua.

[ ? ] – Des problèmes de vues Uchiha ?

Kenji se redressa légèrement tout en plissant les yeux. Il savait que cette phrase était dite avec ironie. Cette voix, il la connaissait parce qu’elle venait de chez lui. Il esquissa alors un petit sourire tout en se tournant en direction de Sayuri Uchiha qui était assise face à un livre tout juste débuté.

[Kenji] – Pas encore.

L’enseignante en genjutsu hocha la tête avec simplicité avant de retourner à sa lecture. Kenji balaya rapidement la pièce et aperçu dans un coin Asana et Minato qui discutaient. Même s’il n’entendait pas ceux que se disaient ces deux instructeurs en taijutsu, il voyait une conversation vivante et gestuelle se développer. Kenji prit alors place devant le tableau d’organisation des cours pour la semaine. Promptement il observa le planning de Reiko et vit le cours qu’il devait assurer. Il allait débuter dans une quinzaine de minute et avait pour but l’apprentissage d’une technique de ninjutsu.

[ ? ] – Tu deviens enseignant Kenji ?

L’Uchiha n’avait pas sentit cette présence féminine s’immiscer à ses côtés. Il reconnu tout de suite la voix cristalline d’une jeune eisei qui était plus probable de rencontre à l’hôpital de Konoha qu’entre les murs de l’académie. La chevelure rose claire de Saya Nabara étincelait sous une plus de soleil. Elle souriait timidement au jeune garçon qui l’observait avec intensité.

[Kenji] – Tout comme toi on dirait.

Il esquissa un petit sourire.

[Kenji] – Il est plus simple de te rencontrer à l’hôpital qu’ici.

La jeune fille rigola avant de reprendre.

[Saya] – Mon devoir me rappelle à l’ordre. Que fais-tu ici ?

Le sourire de Kenji s’estompa. Son regard se brouilla. Il aimait l’enseignement sinon il n’aurait pas eu d’équipe à sa charge par le passé. Mais il n’aimait pas le fait de devoir faire cours à des jeunes aspirants. Il voulait le meilleur pour en faire l’excellence. Enfin, il souhaitait surtout des ninjas qui connaissaient les bases de leur métier. Prendre toute une formation en compte, la bâtir pour façonner un individu n’était pas ce qu’il y avait de plus plaisant. L’Uchiha s’en serait bien passé. D’un autre côté, c’était Reiko qui le lui avait demandé. Il savait qu’il lui devait beaucoup et avait donc accepté malgré ces quelques principes stupides qui l’habitaient.

[Kenji] – Reiko m’a demandé de la remplacer aujourd’hui. Elle a dût partir pour le Senjagosan rencontrer les parents d’un élève.

Saya posa doucement une main sur l’épaule du jeune garçon.

[Saya] – Un dur moment qui passera assez vite.

Elle souriait malicieusement en disant cela.

[Saya] – Tu vas voir, ils sont adorables ces jeunes.

***

La cloche venait tout juste de sonner. L’amphithéâtre se remplit à une vitesse folle. Les élèves chahutaient entre eux tout en allant s’assoir sur les bancs. Il devait être une bonne centaine pour ce cours magistral ouvert à tous. Quelques minutes après le son strident de l’entrée en cours, Kenji pénétra dans la salle. Il n’y eu pas le silence qui s’impose normalement à l’arrivée d’un instituteur. Kenji s’en agaça quelque peu, mais il leur pardonna car personne ne le connaissait. Tous ces élèves ne pouvaient savoir qu’il allait être leur professeur aujourd’hui. Il prit la direction du grand bureau qui faisait face aux élèves. Mais il ne prit pas la peine de s’assoir, préférant balayer ses adversaires de la matinée d’un regard noir et profond. Il patienta quelques instants, et le silence vint finalement avec naturel. Kenji croisa les bras, il n’avait que quelques années de plus que tous ces aspirants et pourtant il allait leur faire la leçon aujourd’hui. Il prit un timbre de voix neutre avec un visage impassible pour s’adresser à eux la première fois.

[Kenji] – Je me présente : Kenji Uchiha. Je remplace Reiko Kairi aujourd’hui.

A peine sa phrase terminée qu’une élève au premier rang lui coupa la parole. Elle ne devait pas avoir plus de douze ans. Sa chevelure blonde entourait un regard azure. Sa voix fut pourtant pleine de remontrance malgré ses airs de gentille fille.

[ ? ] – Pourquoi ?

Kenji n’appréciait pas cela. Tout d’abord, elle lui répondait comme s’il était un simple élève sans importance. Qui plus est elle lui avait coupée la parole. Il jeta alors un regard froid et sévère dans sa direction tout en avançant de quelques pas. La jeune fille rabaissa légèrement les épaules.

[Kenji] – Cela ne vous regarde pas.

Le « vous » calma légèrement la situation montrant qu’il ne s’adressait pas spécialement à cette petite blondinette. Son visage se détendit. L’Uchiha prit alors place devant le bureau. Il s’y posa doucement avant de croiser à nouveau les bras tout en observant l’assemblée.

[Kenji] – Qui peut me définir le ninjutsu et comment nous pouvons l’utiliser face au genjutsu ?

Le silence.


Dernière édition par Uchiha Kenji le Mer 16 Fév - 16:25, édité 1 fois
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Entre les Murs   Mer 2 Fév - 18:47

[Sasaku] - C'est bien, il y a du progrès. Tu peux y aller, on se voit demain.

C'était encore une fois exténué que j'avais finis ce cours avec Sasaku. Il avait beau dire que je m'améliorais après chaque cours, il avait plus de force dans l'ongle de son index que moi dans tout mon corps. Tous les matins c'était le même rituel : se faire botter le train et suer comme un damné avant d'entamer les cours. "Un esprit saint dans un corps saint". Une bien belle rengaine... Mais après tout, si Sasaku voulait le faire progresser comme ça, il avait certainement raison. Après tout c'était lui le professeur.

Sans oublier les salutations d'usage, j'ai rapidement quitté la petite salle qui servait à l'entrainement matinal. À la sortie, Tôki et Yûki m'attendaient déjà. Tous les deux commençaient les cours seulement maintenant et, plutôt de rejoindre directement l'amphithéâtre de ninjutsu, ils préféraient discuter au calme à l'extérieur avant que je ne vienne les rejoindre. Ils avaient tous les deux l'air bien plus frais que moi.

[Tôki] - Alors, on ne tiens déjà plus la longueur?

Fronçant les sourcils, je lui ai sèchement répondu.

[Akito] - Roh, ferme-la. On a pas tous troqué un cerveau pour des muscles sur-développés!

[Yûki] - J'donne raison au doc'...

J'étais trop fatigué pour être aimable, mais tous les deux n'en tenaient pas rigueur. L'habitude de se parler toujours aussi directement. Et puis les amis étaient aussi là pour être charriés et charrier en retour. Sans plus attendre, nous avons tous pris la direction des salles de ninjutsu. Aujourd'hui c'était Reiko qui faisait cours. Une salle pleine à craquer en perspective. Cette prof' avait l'art et la manière d'attirer les foules à ses cours. C'était vrai que les rares cours que j'avais suivis avec elle étaient souvent plutôt agréable. Elle était toujours là à pousser ses élèves vers le haut, sans jamais perdre patience...

Ceci ne pouvait annoncer qu'un cours reposant.


***


Ce cours ne dérogea pas à la règle, l'amphithéâtre était plein à craquer. Pendant les quelques secondes qui avaient suivis la sonnerie de la cloche, une ruée d'élève avait prit d'assaut les bancs cherchant les places les plus confortable, si possible au plus près de ses amis. Yûki, Tôki et moi n'avons pas eu trop de mal à trouver une place, il suffisait de chercher tout au fond, là où la vue était exécrable. Quelques minutes défilèrent avant de voir arriver quelqu'un qui avait la dégaine d'un vrai ninja, pas comme nous autres gamins qui arpentions jours après jours les couloirs de l'académie. Grand, cheveux noirs, yeux sombre vide d'émotions, il n'inspiraient pas vraiment la joie de vivre. Dans la salle le brouhaha étudiant continuait malgré l'entrée de ce garçon. Les abrutis à la langue pendue attendaient tous Reiko, ils n'allaient pas se gêner pour continuer de papoter en attendant qu'elle arrive.

[Tôki] - Encore un mec qui pète plus haut que son cul.

[Yûki] - Au moins lui il a de bonnes raisons de le faire... Tu sais pas ce que c'est toi hein?

Le silence prit un peu de temps avant de s'imposer dans la salle, et permit enfin à l'inconnu de prononcer ses premiers mots dans le calme. Il se présenta comme Kenji Uchiha, remplaçant de Reiko pour aujourd'hui. Il n'était pas beaucoup plus vieux que nous, trois ans, cinq peut-être, mais il inspirait le respect par son calme et sa tenue assurée. Bien évidemment mes pensées se sont tournées vers Yûki, qui logeait aussi dans les quartiers Uchiha. Hormis les yeux et les cheveux, leurs traits ne se ressemblaient pas vraiment, mais ils adoptaient tous les deux souvent ce même air impassible et serein.

[???] - Pourquoi?

Il fallait bien qu'un imbécile pose la question. A quoi bon demander pourquoi Reijo n'était-pas là? Elle n'était pas là, c'était tout. Kenji s'approcha d'elle pour lui jeter un regard glacial. Le ton qu'avait employée l'élève était plutôt condescendant, et malgré son apparence et ses airs et filles modèles, elle n'avait pas hésité à lui couper la parole. Elle n'avait pas démérité la réponse froide et sévère que lui adressa l'Uchiha.

[Kenji] - Cela ne vous regarde pas.

Ce dernier prit place avant de lancer une question à note destination.

[Kenji] - Qui peut me définir le ninjutsu et comment nous pouvons l’utiliser face au genjutsu ?[/justify]

La première question était plutôt simple et large. Le ninjutsu est par définition "l'art martial du ninja", c'était tout du moins ce qu'indiquaient les livres sur le sujet. Mais le ninjutsu, c'était surtout un mode de vie, un catalogue de technique qui devaient permettre au ninja de survivre pour accomplir sa mission. C'était comme ça qu'Akikaze parlait des ninjas. Des hommes qui doivent tracer leur propre voie dans l'immensité de chemin qu'offrait la maîtrise du ninjutsu. Personne n'avait encore levé la main dans l'amphithéâtre. Les uns ne savaient pas, les autres s'en fichaient - ils n'avaient pas eu leur dose quotidienne de Reiko - et les derniers n'osaient pas dire de bêtises de peur de se faire rembarrer comme la fille d'il y a quelques minutes. Sans réfléchir, j'ai levé la main pour faire part de mon avis, brisant le silence pesant qui s'était installé. D'un regard puis d'un geste de la tête, le jeune professeur m'incita à prendre la parole. Je me suis donc levé pour que ma voix porte dans toute la salle - plutôt vaste d'ailleurs - puis quitter des yeux Kenji, j'ai commencé à répondre du mieux que je le pensais.

[Akito] - Les livres désignent le ninjutsu comme un art martial que pratique le ninja. Enfin ça, c'est le papier, la théorie, le ninjutsu c'est quelque chose de plutôt vaste. Toutes les applications qui sont faites du ninjutsu n'ont pas d'applications spécialement prévues pour le combat... Quant à la seconde question...

Quelques secondes de silences interrompirent ma réponse. Aussi court qu'il fut, ce silence fut particulièrement pesant.

[Akito] - Le ninjutsu regorge de techniques, plus ou moins utile. Des techniques offensives comme défensives. Je suppose qu'il doit bien en exister qui servent à améliorer les effets d'un Genjutsu comme il doit en exister qui les contrent.

Sans attendre de réponse je me suis rassis sur mon siège. Les yeux noir de jais de l'Uchiha me fixaient toujours... Le silence.


Dernière édition par Hokufû Akito le Mer 16 Fév - 17:13, édité 1 fois
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Entre les Murs   Ven 11 Fév - 22:12

Et si je passais chuunin? C'est maintenant que la fatalité me rattrapait. La probabilité que je sois promu n'est pas nulle, et comparée à d'autres, plutôt importante. Si je le deviens, beaucoup de choses de mon quotidien seront perturbés. Ce sera la scission définitive avec l'académie. Il y encore beaucoup de choses à apprendre, pourtant. Trop de choses.

[Jin'] – Maman, je vais à l'académie.

Derrière la porte se refermant, je l'entendais me dire que j'étais genin, et qu'il serait peut-être temps que j'arrête d'y aller, et que je vois un peu plus loin.
Chuunin. C'est aussi plus de responsabilités, plus de missions. Or on ne peut pas dire que je sois un des meilleurs éléments de Konoha, donc les missions, je ne vais pas en avoir des masses. L'instruction... Ah! Tout, sauf ça. L'expérience en tant que professeur m'a suffi, et c'en est déjà trop. Pourtant, je ne vois pas trop d'autre endroit où Konoha pourrait ma placer. L'argument de mon jeune âge posera tout de même problème : un prof de 14 (bientôt 15), c'est pas très bon au niveau de l'autorité. À côté de ça, l'idée de passer quelques années à cultiver la vigne au temple du Châtaigner est une idée plutôt alléchante. Temple rime souvent avec bibliothèque, et c'en est d'autant plus attrayant.

Je pousse les lourdes portes. Ma présence ici est préméditée, depuis que non content d'avoir perverti mon cerveau, Azumi l'a aussi fait avec mon estomac. Il faut que je me munisse contre le genjutsu, en général. Seulement vomir devant un amphithéâtre n'aurait pas arranger l'image que doit avoir le clan de ma petite personne.
Le fait récent que je puisse parvenir au grade supérieur a plus ou moins changé la donne. « Le nouveau, chuunin, celui qui vomissait en amphi », c'est déjà un peu moins dégradant. Sur le tableau, à l'entré, sont affichés les cours auxquels peuvent assister les genins. Je cherche patiemment... trouvé : ninjutsu contre genjutsu. Dans une demi-heure. Je suis en avance, tant pis, j'ai emmené de la lecture.

Je m'installe au milieu de l'amphithéâtre vide. Le milieu, c'est toujours une bonne alternative. Les gens croient que je suis social, pas un génie ou une grosse tête, ni un chahuteur qui vont respectivement devant et derrière. Je me plonge donc dans mon livre, ne levant même pas la tête quand les premiers élèves commencent à arriver, ce qui à l'avantage de ne pas leur montrer mes yeux. Sans armoiries, sans pouvoir voir mes yeux, les autres élèves n'auront aucun moyen de savoir qui je suis, et c'est bien l'effet escompté.
Une fois que la salle est plutôt bien remplie, je dirais, à la moitié de sa capacité, c'est au tour du professeur d'entrer. Kenji-senseï en personne, à se demander s'il n'y a pas un monde qui gravite autour de moi et qui me rattrape de temps en temps, de préférence quand je m'y attends le moins. Il y avait marqué ce serait Reiko-senseï pourtant, à croire qu'elle passe son temps à déléguer. D'abord moi, puis Kenji-senseï.

Il la remplace, pour ma part, j'avais deviner. Il y en a un qui pose la question du pourquoi, et Kenji l'envoie se faire voir, dans les limites de la politesse, bien entendu. Moins violemment que ma lame d'énergie.

[Kenji] - Qui peut me définir le ninjutsu et comment nous pouvons l’utiliser face au genjutsu

On combat le mal par le mal, avec du chakra : il y a plusieurs techniques pour cela, qu'on appelle techniques de rupture. Si je suis ici, ce n'est pas pour la théorie, c'est pour la pratique. Mais aujourd'hui, je suis dans les rangs du milieu, je ne répondrai pas, et n'exposerai pas moins point de vue non plus. Il doit y en avoir un autre, qui si ce n'est pas pour se gargariser d'une quelconque reconnaissance (complexe paternel mal vécu?), sera content de poser sa brique dans ce qui est le mur de l'enseignement d'aujourd'hui. Plus tard, l'enseignement devient une bâtisses, plus ou moins grande selon les qualités de l'individu.
Et évidemment, ça ne manque pas. C'est ce qu'espérait le professeur. Il y a surement quelqu'un qui a écrit quelque part que faire participer les élèves à un cours devait les faire s'impliquer et augmenter leur taux d'attention. Si c'est valable pour les autres, il s'est un peu planté pour moi. Dans un cours, la moitié est à zapper, à cause des répétitions, des métaphores infantiles, ce genre de choses. Ceci explique cela, j'avais des résultats moyens. Je n'étais pas le meilleur, mais je m'en approchai. Et je ne sais pas si c'est du à ma thèse, ou mon taux d'absentéisme assez inhabituel.

Le répondant définit le ninjutsu comme un art martial. Je ne suis pas sure que les samouraïs soient du même avis. Eux pratiquait un art martial, et se sont retrouvés en face d'un nouveau genre qui avait trouver une alternative à l'art martial. L'art martial, à proprement parler, est un art de guerre, qui sert à tuer. Un art d'attaque, et ensuite, seulement, de défense. Quand on voit le panel de trucs qu'on peut faire avec du ninjutsu, ça sort de la catégorie. Le taïjutsu est à ce jour, et à mon sens, ce qui se rapprocherait le plus du kido, qui est un art du combat, dans le sens d'art martial. Tiens... le ninjutsu est également un art du combat, mais lui, pas dans le sens d'art martial. C'est un plus, qui, élevé à son paroxysme, change pour ne plus être qu'une alternative, mais une combinaison au taïjutsu. Mais on commence à parler de maître en la matière, et c'est trop présomptueux.

L'élève doit s'être rendu compte de sa méprise, car il admet qu'on peut faire pas mal de choses avec du ninjutsu, et que dans ces choses doivent se trouver quelques techniques de lutte contre le genjutsu. Raisonnement logique, donc louable.


MessageSujet: Re: Entre les Murs   Mer 16 Fév - 16:26

Kenji écouta avec attention l’élève qui avait prit la parole discourir sur ce qu’était le ninjutsu. Son explication était confuse. Il n’y avait pas cette touche de simplicité que cherchait l’Uchiha au travers de la définition. Le professeur ne laissa rien transparaître. Il ne voulait pas démotiver un élève et surtout il ne voulait pas se mettre tout un amphithéâtre en total autarcie derrière une peur de s’exprimer. Alors que le jeune garçon terminait sur un son de cloche plus concret, Kenji se passait une main dans les cheveux. Après quelques instants, il opina de la tête tout en se redressant. Il se dirigea rapidement vers le grand tableau vert tout en attrapant une craie qui traînée sur le bureau. Il prit la parole avant d’écrire.

[Kenji] – Je vous demande de voir les choses avec plus de simplicité. Le ninjutsu est l’une des trois grandes branches de formation du shinobi. Le ninjutsu est une arme, le ninjutsu est une voix, mais c’est aussi une manière de voir la vie.

Kenji esquissa rapidement le corps d’un individu lambda au tableau. Puis il prit soin d’y ajouter le circuit du chakra à travers le ninja. Il écrivit à côté, en colonne, les mots suivants : « Ninjutsu, Chakra, Genjutsu. »

[Kenji] – Tout d’abord, nous allons oublier le taijutsu aujourd’hui. Il est très loin de ce que je veux vous faire comprendre. Cette spécialisation reste en marge des deux autres. Elle fait bien moins appelle au contrôle du chakra que le ninjutsu et le genjutsu. Ensuite, je veux que vous fassiez bien la différence entre le ninjutsu et votre nindô. D’après ce que j’ai entendu, je ne suis pas sûr que la frontière soit bien marquée. Si le ninjutsu est le choix d’une voix pour devenir shinobi. Le nindô reste personnel à chacun et n’est qu’une source de motivation. C’est ce qui peut vous bâtir et créer votre avenir, comme cela peut être ce qui vous conduira à une mort certaine.

Kenji marqua une pause, voyant le regard perplexe de certains élèves.

[Kenji] – Avoir un nindô n’est pas une obligation. Vous pouvez très bien vous épanouir dans la vie et réussir une carrière militaire correcte sans. Mais si vous réfléchissez bien, tout le monde à un nindô. Qu’il soit simpliste comme aimer les siens, ou plus fou comme la vengeance. Le plus important est de savoir pourquoi vous êtes ici, assis sur ces bancs, face à moi.

Kenji s’arrêta un instant. Il avait un peu trop divagué sur un sujet qui lui semblait assez simple. Mais cette précision était primordiale. Après la réponse de l’élève assis au fond de l’amphithéâtre il n’était pas sûr que chaque enfant connaisse la différence. Il n’y avait rien de vint dans ses explications et chacun pouvait les assimiler comme il l’entendait. Après tout, lui-même avait eut du mal à trouver sa voix en temps que shinobi. Même si défendre le clan était ce qu’il désirait le plus au monde. Elever les Uchiha au rang d’incontournable. Il secoua légèrement la tête, ce n’était pas le moment de penser à tout cela. Il balaya les bancs qui lui faisaient face le regard neutre. La plus part de ces petites têtes étaient enfoncées dans leur cahier reprenant le schéma au tableau. Si seulement ils avaient écouté un tiers de ce qu’il venait de leur dire. Il changea le ton de sa voix pour captiver à nouveau son auditorat.

[Kenji] – Bien. Le ninjutsu utilise le chakra. Il faut contrôler cette énergie spirituelle pour faire des techniques. C’est un constat simple mais qui demande de longues heures de travails. Il existe des jutsu qui sont des liens entres les branches du shinobi. Principalement entre le ninjutsu et le genjutsu. Ces deux armes sont très proches dans la théorie. Les deux demandent une haute précision dans l’utilisation du chakra.

Kenji marqua une pause.

[Kenji] - L’art de se protéger des illusions ou appelé communément le kai. C’est la technique que je vais vous enseigner aujourd’hui. Je vois que des Hyuûga sont présents dans la salle. Je vais demander à ces derniers de bien observer ce que je vais faire, et l’un de vous expliquera la technique à l’amphithéâtre.

Quelques têtes sans pupilles se redressèrent dans la masse informe d’élève. Certes une petite rivalité existait entre le clan Uchiha et le clan Hyuûga mais cela faisait bien longtemps que Kenji l’avait dépassé. Maître à contribution une partie de ceux à qui il enseignait permettait de mettre en place une sorte d’interaction entre les élèves. Qui plus est, il n’allait pas simplement apprendre une technique aujourd’hui. Ils allaient tous voir l’un des plus grands dons du village caché de la feuille, l’un des plus nobles. Kenji vit quelques regards se crisper tandis qu’il esquissait un petit sourire. Sans genjutsu à combattre la technique qu’il allait mettre en application allait paraître grossière. Il fit alors quelques pas en avant pour être le centre de tous les regards. Ses mains enchainèrent trois formes presque indescriptibles tandis qu’une vague d’énergie spirituelle le quittait. Une bourrasque dont l’épicentre n’était autre que son corps. Les jeunes étudiants du premier rang durent se protéger le visage avec leur main. Cela ne dura que quelques secondes, avant que tout ne revienne finalement à la normale. Faire une démonstration d’une technique avait toujours un certain effet sur des aspirants. Ils étaient tout de suite charmé par une esbroufe grossière. Kenji reprit place en se posant doucement sur le bureau, tout en laissant quelques instants de flottement dans l’assemblée.

[Kenji] – Votre explication devra faire le lien entre les trois notions écrites au tableau. N’oubliez pas que vos camarades n’ont pas vu la même chose que vous.

Kenji surfa entre les différentes expressions qui s’offraient face à lui. Quelques génies aux yeux blancs semblaient ne pas comprendre qu’il respectait l’institution Hyuûga et qu’il offrait là une occasion au jeune de ce clan de propagander un peu l’image qu’ils pouvaient véhiculer. Il attendit alors que l’un d’entre eux se lève pour parler, se lève pour enseigner.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Entre les Murs   Dim 20 Fév - 14:26

    Le silence qui s'était installé dans la salle à la suite de ma réponse ne dura pas. Kenji s'était saisit d'une craie et commença un cours plus banal. Il expliquait, on copiait. A l'écouter je n'avais visiblement pas été très clair. Il me semblait pourtant qu'il ne faisait que répéter ce que j'avais dis, il le faisait plus clairement, c'était tout. Remarque faite, il est vrai que tout le monde n'est pas forcément en mesure de comprendre les discours désordonnés que je tiens bien souvent. Rapidement le monologue de Kenji dériva sur la différence fondamentale entre nindô et ninjutsu.

    [Kenji] - D’après ce que j’ai entendu, je ne suis pas sûr que la frontière soit bien marquée. Si le ninjutsu est le choix d’une voix pour devenir shinobi. Le nindô reste personnel à chacun et n’est qu’une source de motivation. C’est ce qui peut vous bâtir et créer votre avenir, comme cela peut être ce qui vous conduira à une mort certaine.

    L'Uchiha prit une pose pour reprendre son souffle et laisser les élèves assimiler ses paroles avant de continuer.

    [Kenji] - Avoir un nindô n’est pas une obligation. Vous pouvez très bien vous épanouir dans la vie et réussir une carrière militaire correcte sans. Mais si vous réfléchissez bien, tout le monde à un nindô. Qu’il soit simpliste comme aimer les siens, ou plus fou comme la vengeance. Le plus important est de savoir pourquoi vous êtes ici, assis sur ces bancs, face à moi.

    J'avais l'impression d'entendre Akikaze. Le nindô et le ninjutsu comme les deux grands choix qui déterminent le futur d'un jeune shinobi. C'était quoi mon nindô, moi? Je ne recherche pas de vengeance, j'aime les miens mais je pense qu'il y a bien assez de ninja pour protéger le village, alors quel était-il? Dans le fond, ça n'importait que peu. J'étais là, c'était tout. Le jour où ma volonté m'abandonnerais, je songerais alors à ce qui m'a porté à devenir ce que je suis. En attendant je n'étais que Hokufû Akito, numéro 23 de la liste des premières années. C'était déjà largement suffisant.

    La plupart des élèves prenaient maintenant des notes, ou plutôt recopiaient bêtement les indications qui étaient inscrites au tableau. C'était un simple corps avec les mots ninjutsu, genjutsu et taijutsu griffonné à côté. Qu'ils ouvrent tous les manuels de ninjutsu et ils y verront les mêmes indications... Il m'est difficile de croire que c'est moi qui incite les autres élèves à se lancer dans la lecture d'ouvrage aussi peu intéressant que les manuels scolaires. Il n'y a pas un mois, j'aurais plutôt enfoncé ma tête dans mes bras pour me laisser tomber de sommeil pendant les cours. La médecine avait de bien drôles d'influences sur moi.

    [Kenji] - L’art de se protéger des illusions ou appelé communément le kai. C’est la technique que je vais vous enseigner aujourd’hui.

    Nous y voilà enfin. La technique basique de contre du genjutsu, le Kai. Le cours allait devenir plus vivant, les élèves allaient peut-être enfin pouvoir se réveiller pour apprendre.

    [Kenji] - Je vois que des Hyuûga sont présents dans la salle. Je vais demander à ces derniers de bien observer ce que je vais faire, et l’un de vous expliquera la technique à l’amphithéâtre.

    Dans amphithéâtres quelques têtes quittèrent leurs cahiers des yeux pour fixer Kenji. A dire vrai je ne connaissais pas énormément de chose sur les Hyuuga. Uniquement le fait qu'ils font partis d'une certaine élite dans le village, suffisamment pour se permettre d'inculquer eux-même la plus grande partie des bases du ninjutsu dans l'enceinte même du domaine Hyuuga. Parmi les têtes levées presque toutes m'étaient familières, parce qu'ils étaient des élèves réguliers du cours, ou simplement parce que j'avais déjà croisé leur regard auparavant. C'était le cas d'un individu à cheveux aussi blanc que ses yeux. Shinjin Hyuuga, un genin qui avait fait cours quelques jours plus tôt à la place de Reiko lui aussi. Il me semblait pourtant qu'il était genin. A croire que même les aspirants n'avaient pas encore acquis toutes les bases du ninjutsu alors qu'ils obtenaient déjà leurs diplômes. Rien d'étonnant à ça, après tout il y a tant de choses à apprendre qu'il faut faire un choix de ce qui est indispensable et de ce qui ne l'est pas pour accorder l'obtention du bandeau frontal.

    Pendant que je m'étais perdus dans mes pensées Kenji avait composé quelques signes et, faisant une démonstration peu impressionnante vue d'ici, avait décoiffé plus plupart des élèves des premiers rangs. Pour ma part, je n'avais rien vu d'autre qu'une simple décharge de chakra. Rien d'exaltant donc...

    [Kenji] - Votre explication devra faire le lien entre les trois notions écrites au tableau. N’oubliez pas que vos camarades n’ont pas vu la même chose que vous.

    Ils allaient certainement pouvoir nous éclairer sur ce qu'il c'était passé.
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Entre les Murs   Mer 23 Fév - 22:33

Kenji-seneï n'a pas beaucoup changé, et sa démonstration et tout aussi extravagantes que quand il m'avait montré la lame d'énergie pour la première fois. Il demande ensuite, non à tous les élèves, mais aux Hyuugas présents dans la salle de commenter son action. C'était le Kaï, et même si je n'ai pas pu en voir autant que ceux qui s'y sont intéressés de plus près avec le Byakugan, je sais comment cette technique fonctionne. Quelque chose vient à vitesse moyenne en direction de ma tête, et par derrière. J'esquive vite, et je vois une boule de papier qui tombe sur ma table. En me retournant, je vois un Hyuuga, comme moi, mais de la lignée secondaire. Ou plutôt deux, assis l'un à côté de l'autre. Je déplie le morceau de papier, et je fais bien, car il y a un message, plutôt antipathique, d'ailleurs.

Citation :
T'as pas du en voir grand chose, vu que tu n'arrive pas à maîtriser la base du clan. Tu devrais p'tet inventer une lignée tertiaire.

Le problème avec ce grand débat interne sur les deux lignées, c'est un peu ce qui vient de m'arriver. Comme on trouve des conservateurs dans les deux camps, on trouve des révolutionnaires, et ce sont généralement eux qui crient le plus fort. Ce qui entraîne ce genre de petit incident, ils sortent de leur bien séance, et là, pour le coup, je me dois de leur rappeler ce qu'est la majesté. Car les années qui se sont écoulées, avec les choses telles qu'elles étaient, on formé le lignée principale à la majesté (et la classe) et la lignée secondaire à être au second plan. Des choses qui vont devoir changer, et pourtant... même moi j'ai du mal. Je vais réagir à ce mot, non pas en ayant observé, mais en devinant ce qui peut se passer dans le corps du Uchiha.
Je me lève, et me tourne vers le Hyuuga. Mon visage n'exprime rien, pour la bonne raison que sur le coup, il n'y a aucune émotion. C'est juste que ce doit être fait, pour remettre les choses à la place qu'elles ont.

[Jin'] – Vous avez concentré votre chakra (à un vitesse très rapide) dans certaines parties de votre corps, capable de supporter le surplus, puis il a été relâché d'un coup, inondant tout, y compris les vaisseaux qui n'y sont pas habitués. Pour donner une image, c'est comme si on versait un seau d'eau sur quelqu'un en train de dormir. L'eau réveil, là, le chakra à le même effet et stimule le corps, mais eu lieu de le réveiller, peut le faire sortir d'un genjutsu.

Je me rassied. Les gens se sont tus, j'étais au centre de l'attention. Et j'y suis toujours, alors que je ne parle plus. Puis les gens attendent une réponse de Kenji. Pour ma part, j'envisage de m'être trompé, mais d'un autre côté, ce que j'ai dit me semble assez juste, à tel point que je l'expérimente. La zone actuelle de mon corps qui peut recevoir le plus de chakra, c'est mon torse, entre mes poumons et mon cœur. Seulement pour être sur que tout mon corps soit bien inondé (bien que je pense qu'un genjutsu vise principalement le cerveau de la victime), j'en concentrerai, en quantité moins importante dans mes poignets et mes chevilles. Tout se déroule bien. Mais ça ne suffit peut-être pas. Aussi je passe à des endroits plus sensibles : les genoux, et les creux du coude, ainsi que mon estomac. La pratique du Waza m'a beaucoup aidé, j'arrive à faire circuler mes différents flux de chakra assez efficacement. Tout est concentré, je relâche ma concentration d'un coup, et ça fait un bien fou. C'est d'abord agréable, puis choquant, stimulant, comme une bouffé d'air frais.

Par contre, ce chakra sort de mon corps, sensation mise à part, à tel point que les feuilles de notes devant moi s'envole comme prises dans une bourrasque. J'en rattrape quelques unes en vole
, arrive à en rabattre d'autres sur la tables, mais une arrive à tomber de l'autre côté, et comme nous sommes dans un amphi, il faut que je contourne toute la rangée, ou que je demande de l'aide à celui qui est devant.

[Jin'] – Excuse moi, est-ce que tu pourrais ramasser ma feuille?

MessageSujet: Re: Entre les Murs   Jeu 10 Mar - 2:46

Kenji n’eut pas à attendre très longtemps avant de voir le premier Hyuûga se lever. Ils étaient nobles mais tout aussi fier que les Uchiha. Aucuns d’entre eux ne pouvaient manquer une occasion de se montrer. Ce chauvinisme si particulier qui prenait racine dans n’importe quel clan se situant dans un village quelconque, était vu comme une tare par certains. Les plus philanthropes voyaient la situation avec humour. Kenji se souvint qu’il n’y avait pas plus arrogant et déterminer à faire valoir les droits de son clan que lui. Il était une vraie tête à claque pour tout ce qui n’était pas Uchiha, et même chez ces derniers quelques individus auraient bien appréciés de lui offrir un magnifique poing en cadeau d’anniversaire. Un petit sourire se glissa au coin de ses lèvres avant de s’effacer rapidement. C’était un temps révolu et au vu de l’attitude de Takeshi, quelques minutes plutôt, quelque chose d’immense se préparait ou s’était tenu. De nombreuses questions venaient dans l’esprit de l’Uchiha qui lui tardait de faire taire. Il maudit Reiko de lui avoir ainsi bloqué sa matinée.

Le visage du Hyuûga qui s’était levé par-dessus l’assemblée lui changea complètement les idées. Toutes pensées envers le clan le quittèrent pour laisser place à des souvenirs bien différents. Shinjin lui faisait face comme n’importe quel élève aurait pût faire de même. Mais ce n’était pas n’importe qui. Il avait fait parti de l’équipe neuf de Konoha avec Azumi et Ying… Un léger pincement vint serrer le cœur d’un garçon si froid habituellement. Son regard noir, sa chevelure sombre et ses pensées obscures semblait bien loin, comme inexistants. Il avait échoué avec ses élèves, ces élèves… Lui qui n’admettait que l’excellence et ne voulait jamais rester sur un échec. Il les avait abandonnés comme un général trouillard face à une fatalité et une compagnie de soldat à diriger. Il n’était qu’un traitre et un menteur pour ces trois shinobis qu’il n’avait pas amené à une entière formation. Toutes ses paroles n’avaient été que de l’esbroufe. C’était une vision dure et cruelle qu’il s’imposait. Mais c’était un passage obligatoire vers une émancipation. Il fallait qu’il appuie avec force sur ses faiblesses pour réussir à les assimiler et en faire des atouts. Son passé lui appartenait et en tirer les conclusions était essentiel à sa vie future.

Le regard inhabituellement vide s’estompa rapidement tandis que Shinjin prenait l’initiative des explications demandées. Kenji écouta avec attention tout en fixant les yeux blancs de son élève. Il opina du chef à la fin de la tirade. Redressant légèrement le menton, il balaya l’assemblée.

[Kenji] – Assimiler le Kai dans la théorie est une des choses les plus simples. La métaphore du sceau d’eau réveillant quelqu’un d’endormit est parfaite. Vous êtes des ninjas et vous maîtrisez votre chakra, alors prouvez le ! Ce fluide qui coule dans vos veines ne doit avoir aucun secret pour vous. Chaque méridien, chaque zone, chaque porte… Vous devez, j’insiste bien sur le fait que c’est absolument primordial. Vous devez connaître chaque aspect liant votre corps à cette énergie spirituelle dont vous n’allez pas arrêter de vous servir une seule seconde tout au long de votre existence.

Kenji marqua une pause pour bien faire comprendre à ces élèves que ses paroles étaient cruciales. Il prit alors une voix grave et profonde pour perforer les esprits de ses étudiants.

[Kenji] – Pour faire simple, un ninja est mort tant qu’il ne maîtrise pas son chakra.

Même dans les moments les plus sérieux, il faut toujours quelqu’un pour braver l’interdit et poser une question. Cette dernière peu paraître pertinente durant les premières secondes de son allocution, mais rapidement on s’aperçoit que ce n’est qu’un détail. Un jeune garçon, le regard aussi noir que celui de Kenji. Des yeux arrogants qui tentaient de percer celui de son professeur. On notait une prétention sans limite au creux de ses pupilles. Tout cela était agrémenté d’un sourire narquois. Il voulait être celui qui allait se payer le remplaçant de Reiko, celui qui allait faire perdre tous ses moyens au jeune instituteur. L’esprit de Kenji sentait déjà toute la bêtise de ce garçon qui puait la l’idiotie à des kilomètres.

[ ? ] – Je maîtrise mon chakra, mais si je vous combattais, je mourrais.

Alors que tous les regards de l’amphithéâtre se baladaient entre le jeune garçon téméraire et le professeur Uchiha, Kenji se passa une main dans sa chevelure noire jet. Il secoua la tête négativement. Plusieurs choix s’offraient face à lui, rembarrer méchamment cette jeune star du rock un peu trash. Expliquer avec morosité l’erreur qu’il venait de dire dans une sensation de vérité générale ou tenter de réveiller le peu d’intelligence qui sommeillait en lui. Kenji raya mentalement le deuxième choix de son esprit. Il n’en était pas capable.

[Kenji] – Je n’accepte en général que les questions pertinentes mais je vais faire une exception pour toi.

Kenji s’avança de quelques pas en sa direction, le regard glacé.

[Kenji] – Tu vas voir la réponse va venir d’elle-même dans ta tête.

D’un geste de la main il coupa court à toute répartie de l’étudiant. Le professeur se retourna vers l’assemblée dont la curiosité avait été attisée par les paroles de l’insolant. Kenji soupira et répondit simplement.

[Kenji] – Croyez-vous réellement que des aspirants, même des jeunes genins, vont être envoyés au front.

Les regards s’échangèrent dans l’assemblée alors que les paroles de Kenji faisaient échos dans leur esprit. Intérieurement, Kenji était dépité par la réaction de certains. Il ne laissa rien transparaître et croisa les bras. La cloche se mit à retentir. Il fallut bien moins de temps à l’amphithéâtre pour se vider qu’il ne lui en avait fallut pour se remplir. Alors que les élèves sortaient, l’Uchiha prit la direction du tableau et l’effaça rapidement. Il se retourna, la salle était vie. Il souffla longuement, sa peine était purgée. L’enseignement de masse n’était pas du tout fait pour lui. Et si cela avait été le cas, la dernière question lui avait définitivement supprimée toutes volontés d’engagement dans le corps académique.

Une petite silhouette se dessina dans l’encadrement de la porte. Kenji la reconnu du premier coup d’œil et lui lança un petit sourire presque charmeur. Saya Nabara s’approcha doucement du garçon quelques livres plaqués contre la poitrine. Elle se balança malicieusement sur la pointe des pieds alors que l’Uchiha restait silencieux.

[Saya] – Monsieur Uchiha Kenji, professeur de ninjutsu à l’académie de Konoha.

Kenji la fixa malicieusement. Il était si rare de voir Saya d’humeur taquine.

[Kenji] – Jamais.

Ils quittèrent tous les deux l’amphithéâtre pour se perdre dans les couloirs de l’académie.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Entre les Murs   Mer 16 Mar - 15:32

Citation :
Demande de validation : Kaï, merci :-)

Celui qui apporta l'explication que l'Uchiha avait demandé était Shinjin Hyuuga. De mon point de vue, c'était comme si un professeur répondait à la question d'un autre, aussi jeune soit-il. L'explication de ce dernier était claire et suffisait très largement à la plus grande partie de la classe, d'autant que les plus idiots d'entre-eux arrivaient tout de même à comprendre la métaphore du seau d'eau. Son intervention avait clos toutes les bouches et attirés tous les regards vers lui, des regards qui pour certains étaient remplis de jalousie et d'autre plein d'admiration.

J'étais assez admiratif de l'aura de respect et de supériorité qu'il avait dégagé en seulement quelques mots. Il lui avait suffit d'ouvrir la bouche pour que tous se taisent, et ils n'attendaient que la confirmation de Kenji quant-à la justesse des propos du jeune Hyuuga. C'était le genre d'aura que dégageait Sasaku à chaque fois qu'il passait la porte de l'amphithéâtre de médecine pour donner cours. Cette impression que le moindre mot avait été parfaitement choisit, et que si un élève avait le malheur de l'ouvrir, il ne ferait que passer pour un idiot arrogeant.

A son tour Kenji prit la parole et marmonna quelques paroles qui auraient pu être assimilées à des félicitation pour la clarté des propos de Shinjin. Tout le long de sa réponse, l'Uchiha abordait un regard différent d'auparavant. Un regard moins hautain, un regard qui exprimait pour la première fois des sentiments et non plus la neutralité qu'il affichait depuis son entrée dans la salle.

Alors qu'il expliquait la nécessite pour un ninja de savoir contrôler son chakra, ce qui devait sembler évident pour la plupart d'entre nous, une bourrasque de vent emporta des feuilles sur mon banc, le même genre de bourrasque surprenante que celle du Kaï que Kenji avait effectué.

[Jin'] - Excuse moi, est-ce que tu pourrais ramasser ma feuille?

L'élève qui me demanda de récupérer sa feuille n'était autre que Shinjin. Il devait très certainement avoir essayé le fameux Kaï et ses feuilles avaient du s'envoler sous le coup du vent qu'il avait dégagé.

[Akito] - Ah! Shinjin-sempai! Euh oui... Voilà!

J'ai ramassé rapidement la feuille qui était tombée sur ma table pour la tendre à Shinjin qui la récupéra, essayant de remettre de l'ordre dans ses papiers. Le temps que ses feuilles soient remisent en place, la sonnerie avait retentis et les élèves s'étaient empressé de quitté d'amphithéâtre. Yûki et Tôki se levèrent, adressèrent un salut de la main à Shinjin et prirent la direction de la sortie

[Tôki] - Tu viens?

[Akito] - Je vous rejoins dehors, donnez moi deux minutes!

Sans attendre une seconde de plus tous deux quittèrent l'amphithéâtre, laissant l'amphithéâtre presque vide. Il ne restait plus que Kenji, Shinjin et quelques autres élèves en plus de moi. Une question me trottait dans la tête depuis son intervention durant le cours.

[Akito] - Euh... J'peux vous poser une question? J'me demandais, pourquoi suivez-vous encore des cours à l'académie? Il est rare de croiser des genin dans le bâtiment qui font autre chose que du remplacement. C'est pas un peu paradoxal d'avoir son bandeau mais de ne pas avoir suivit la totalité des cours basique de l'académie?

Après coup je me rendais compte que ma question était un peu crue, et qu'elle pouvait être offensante alors que ça n'était absolument pas le but recherché.

...

J'ai quitté l'amphithéâtre peu après, et j'ai rejoins Tôki et Yûki à l'extérieur qui discutaient tous les deux de la technique que nous étions sensé avoir appris aujourd'hui même. L'étudiant en Taijutsu m'expliqua que Yûki avait réussit sans mal à produire le même résultat que Kenji, mais qui lui n'arrivait pas à faire quelque chose d'aussi bien. A mon tour j'ai voulus faire une démonstration de ce que j'avais retenus du cours. Les explications données étaient suffisamment claires, il suffisait de concentrer son chakra comme nous l'avions appris lors des premiers ninjutsu, puis de le relâcher abruptement pour qu'il inonde notre corps.

D'après mes lectures, aussi peu avancées soient-elles, j'avais cru comprendre que le corps humain est capable de stocker un important réservoir de chakra dans le torse et le ventre, particulièrement au niveau des poumons et du coeur, particulièrement bien irrigué en chakra par les méridiens. Aussi, c'était ici que je décider de stocker un maximum de chakra. Mes réserves étaient faibles et rapidement j'ai pus stocker la quasi-totalité de mon chakra dans mon torse, avant de relâcher la pression et de le laisser se rependre partout. Une véritable libération tant la sensation de concentration de chakra dans le torse était désagréable, comme si nos poumons et notre coeur étaient soumis à des pressions plus élevées que d'habitude...

Le relâchement provoque une légère bourrasque, à peine de quoi me décoiffer, mais le suppose que le résultat était là.

[Yûki] - C'est pas difficile tu vois!

[Tôki] - C'est parce que c'est devenu un intello depuis qu'il est entré en médecine!

D'un geste rapide j'ai tapé le haut du crâne de Tôki, qui se plaigna sur le coup mais qui aurait très bien pu l'esquiver avec ses réflexes.

[Akito] - Bon, il est midi, ton père nous invite à boustifailler j'espère!
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Entre les Murs   Mar 5 Avr - 20:33

Kenji-senseï souligne ma comparaison du seau d'eau. Un compliment? Allez-savoir! Je suis en train de comprendre une des plus grandes particularités de Kenji-senseï, que je peux généraliser à tout le clan : ils sont mystérieux, parfois majestueux, mais cachent toujours leur jeux. On rencontre là des similitudes avec les Hyuuga, mais nous sommes différents tout en étant pareil. J'écris vite fait sur le papier : « la différence, comment l'interpréter? »... puis, plus loin « Une richesse à cultiver ou à consumer? ». C'est drôle, on peut se poser la même question pour les matières premières de l'alcool.
La garçon assis devant moi se retourne, et me rend ma feuille. Je le remercie vite fait bien fait, et range le fouillis déclenché par ce qui semble être mon premier kaï.

[Akito] - Ah! Shinjin-sempai! Euh oui... Voilà!

Sempaï? C'est qui? Je le regarde attentivement, et non, je ne le reconnais pas. Mais je déduis qu'il a du assister au cours que j'ai donné il y a quelques jours, sinon il ne m'appellerai pas sempaï. Et il n'a pas la tête du fan des clans prestigieux de Konoha. Va pour ce cours, mais je reste quand même sceptique. Il se retourne, et je me replonge dans le cours.
C'est plus un cours pratique, quand je vois mes notes, elles ne sont pas très nombreuses, et l'Uchiha continue de parler, sans que ce soit spécialement intéressant. Le chakra et son importance dans la vie d'un ninja, etc. Le genre de choses qu'on m'a appris petit, et qu'on a du également du lui apprendre, car nos deux clans sont très bien placés pour savoir que sans chakra, peu de choses marchent. Et une question... le combat. Le vrai. C'est vrai que nous n'y serons jamais confronté. Je suis genin, et à part une petite escarmouche estomacale avec Azumi, je n'y ai jamais été confronté. Personnellement, je ne suis pas pressé. Je ne suis pas prêt, et ne suis pas le seul à l'avoir remarqué dans mon clan.

Un peu à près sa phrase, la cloche retentit. Ça fait longtemps que je ne l'avais pas entendu, et elle me fait toujours le même effet : à savoir aucun. Je commence à ranger mes affaire dans mon sac et quitte ma place en scrutant la salle. Il n'y a plus grand monde. Visiblement, les gens sont plus enclin à sortir de cette pièce qu'à y entrer. Il y a des choses qui ne changeront sans doute jamais. Au moment où je sort de ma rangée, pour aller monter l'escalier qui me mènera, moi aussi, dehors, l'aspirant qui m'a rendu ma feuille (vierge) vient à ma rencontre, pleins de questions. C'est rare, que je parle aux autres élèves... et même qu'ils viennent me parler, surtout quand ce n'est ni Kanzaki, ni Fen.

[Akito] - Euh... J'peux vous poser une question? J'me demandais, pourquoi suivez-vous encore des cours à l'académie? Il est rare de croiser des genins dans le bâtiment qui font autre chose que du remplacement. C'est pas un peu paradoxal d'avoir son bandeau mais de ne pas avoir suivi la totalité des cours basiques de l'académie?

C'est une question légitime. Pas très utile, mais légitime pour une esprit curieux. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir lui répondre? Une petite latence, durant laquelle je ma gratte la nuque de la main droite... ma main gauche tient mon sac sur l'épaule.

[Jin'] – Hé bien... je dirais que ça ne fait de mal à personne de revoir les bases. Et les genins ne savent pas tout.

Je n'aurais peut-être pas du dire ça... s'il le prend au pied de la lettre, ils ne risque plus de travailler énormément.

[Jin'] – Et quelqu'un a dit qu'on n'a jamais assez appris de sa vie.

Voilà quelque chose qui devrait le faire méditer. Je l'ai lu dans une introduction à des Haïku, de Saizen Tijo. Page 3.
Je le contourne en la saluant de la tête. J'ai quelques petites choses à faire maintenant, et en particulier trouver quelqu'un qui peut m'entraîner au kaï. Il me faut quelqu'un pour tester mon kaï, et je pense que Kabashi pourra faire l'affaire, si j'arrive à mettre la main dessus. Je sors de l'amphithéâtre, puis de l'académie. Direction ma maison, j'ai la dalle, et les ingrédients pour faire un ramen citronné. Et faut aussi que je vérifie quelque chose... j'ai lu un truc de chimie, et si c'est vrai, alors le citron devrait faire blanchir le blanc d'œuf, ce qui, du coup, permet de ne pas le cuir. Je me demande si je peux faire cela sur tout l'œuf, sans contaminer le jaune. C'est dans le ton du plat, œuf citronné dans ramen citronné. Si Shizaké est là, elle va se régaler... sauf si c'est pas aussi bon que je l'espère.

Demande de validation : kaï - rupture

MessageSujet: Re: Entre les Murs   Jeu 7 Avr - 16:38

Hokufû Akito : +17xp (0% de bonus)
Jin' : +20xp (20% de bonus inclus)
Uchiha Kenji : +39xp (50% bonus inclus)

Technique validée.

Une session sympa. Dommage qu'il n'y ai pas eut plus d'interactions entre vos personnages.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entre les Murs   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Installation pour Slack sur murs de clôture
» Entre les Murs
» Entre quatre murs [Hypermusic, Pyro & Magneto]
» Si le doute résonne dans nos esprits, nos voix elles, résonnent toujours entre les murs [Mia Enily / Ashleigh Lunacy]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-