Partagez | 
 

 [Event][Tori] - Kamiko Wada

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Mer 9 Mar - 19:57

Alors que la voix de Kamiko, doucement, s’éteignait, l’atmosphère sembla s’alourdir subrepticement. Un vent subtil, chargé d’un relent d’inquiétude, s’insinuait dans la salle. La jeune femme n’en pris réellement conscience qu’au moment où un garde s’approcha pour glisser discrètement quelques mots au ninja avec lequel elle discutait.

Elle n’entendit rien des mots qu’il prononça, et plutôt que de s’évertuer à saisir quelques bribes disparates d’une conversation, son regard balaya la salle d’un air inquisiteur. Une nervosité contenue dans les premiers rangs avait visiblement provoquée une envolée de pigeons messagers. Avides de transmettre le sujet de leurs préoccupations aux oiseaux majestueux, dont les plumes d’un rouge vif égayaient l’assemblée, ils se répandaient dans la salle en une discrète nuée.

Et dans leur sillage, les hommes et les femmes de rubis disparaissaient, mystérieusement attirés vers un autre lieu. Avant même qu’il n’ouvre la bouche pour lui fausser compagnie, Kamiko avait compris où il se rendait. Elle le salua poliment, avant de fixer son regard sur le dos qui s’éloignait. Irrésistiblement, un sourire détendit son visage, sans qu’elle puisse l’en empêcher.

Voilà qu’il se passe quelque chose d’intrigant… Il serait dommage de ne pas essayer d’en apprendre davantage.

Tout naturellement, comme si elle aussi avait été conviée, elle se dirigea vers la salle majoritairement occupée par des invités rougeoyants. Son œil observateur avait remarqué qu’heureusement, les shinobis n’étaient pas les seuls à faire partie de cette petite fête privée. Ici et là, le violet et le vert, bien que plus rares, nuançaient la lave bouillonnante d’impatience. Chacun s’interrogeait, sur le pourquoi de cette réunion à la discrétion mitigée.

La jeune femme repéra rapidement le ninja dont les motivations lui paraissaient tant paradoxales, et s’appliqua à rester hors de sa vue, se rencognant dans un coin sombre de la salle. Elle n’avait pas envie qu’il lui demande les raisons de sa présence ici. Jiman Namaiki apparut soudain face à eux, et leur présenta à tous une requête qu’il comptait visiblement rémunérer à sa manière.

Peut-être cela me donnera-t-il l’occasion d’obtenir ce que je suis venue chercher ici ?

Elle soupira.

Shinbou Oyama… Que lui est-il arrivé ? Et pourquoi ?

Appuyée contre le mur, elle abaissa les paupières pour mieux se laisser aller à la réflexion, durant quelques secondes. Finalement, elle sourit.

Bien, c’est ce qu’il me faut découvrir, à présent.

Son rictus devint moqueur et son regard s’attarda sur la place vide occupée quelques instants plus tôt.

En honorant votre image, bien entendu, Namaiki-sama…


Kamiko Wada
Sayuri Sugai
Kaname Sumeragi

MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Mer 25 Mai - 23:51

Le comportement de Jiman Namaiki avait à la fois intrigué et inquiété la jeune femme, parée de sa robe dorée. À ses yeux, le simple fait que Jiman ait demandé de l’aide aux ninjas des autres villages révélait l’existence d’un danger qu’il n’espérait pas maîtriser. Un danger probablement lié aux arts ninjas, à en juger la disparition mystérieuse. Et un danger sur lequel il en savait peut-être davantage qu’il n’avait bien voulu le dévoiler… Elle décida d’agir avec la prudence que cela impliquait, sachant toutefois qu’il lui sera probablement difficile de résister à son tempérament joueur, qui l’entrainait parfois au-delà de ses limites.

Elle aurait souhaité en premier lieu interroger tous ceux qui auraient été témoins de ce malheureux évènement. Cependant, elle n’était certainement pas la seule à désirer ce genre d’informations, et si une foule aux plumes principalement rouges se massait en posant toutes sortes de questions sur le disparu, l’assemblée d’invités risquait de s’en inquiéter, ce qui serait contraire aux exigences de Namaiki. Elle soupira.

Il ne me facilite pas les choses celui-là, à vouloir sauver les apparences par-dessus tout auprès des Grands de ce monde…. J’imagine qu’il y aura bien quelqu’un pour s’aventurer là-bas, et si tel n’est pas le cas, le coin devrait être suffisamment tranquille pour que je me permette une petite incursion.

Le regard de la jeune femme se riva en direction de la place occupée une poignée de minutes plutôt par Oyama, décidée à surveiller ce qu’il s’y passait. En attendant, la jeune femme s’approcha d’un pas léger, le sourire accroché au bout des lèvres. Ici, les invités réunis étaient de grandes marques, avec leurs sièges réservés et une garde plus étoffée. Parmi les gardes, elle reconnut quelques uns de ceux qu’elle avait brièvement aperçus dans la salle où Jiman exposa sa requête spéciale. Elle supposa que tous ceux postés ici étaient parfaitement au courant de l’affaire en cours, afin de redoubler leur vigilance à tout mouvement suspect.

Sans quitter du coin de son œil attentif le siège vide du pauvre Shinbou, la jeune femme s’approcha d’un des gardes en balançant doucement ses hanches.

« Une fête particulièrement réussie, n’est-ce pas, lui glissa-t-elle en passant, dommage qu’il y ait eu cet… incident », ajouta-t-elle en pinçant ses lèvres.

« Ma Dame, je ne vois pas de quoi vous voulez parler, et vous feriez bien mieux de tenir votre langue si vous ne voulez pas avoir d’ennuis à répandre des calomnies. », répondit-il d’un ton sec.

« Je ne suis pas une Dame, vous savez, comme l’atteste la plume verte qui orne mon masque. »

« Ici, vous êtes une invitée… »

« Pourquoi pas. Ne pensez toutefois pas, que je ne sais pas de quoi je parle. »

Elle sourit.

Je ne me suis pas adressée à toi par hasard non plus. La trentaine, tu seras probablement particulièrement flatté si je te fais du charme, plus qu’un jeune homme de vingt ans. De plus, tu as sans doute de l’expérience et une bonne connaissance du domaine de Namaiki après une dizaine voire une quinzaine d’années au service de cet homme. Sans compter ton grade visible sur l'uniforme, un peu léger pour ton âge : tu n’es probablement pas trop à cheval sur le règlement, ou alors tu aurais gravi davantage d’échelons…

Avant qu’il ne prenne la parole pour l’envoyer paître à nouveau, elle se pencha près de lui.

« Vous savez, lui susurra-t-elle, je suis l’une de ces invités spéciaux que Namaiki-sama a convié à une petite réunion privée, pour lui prêter main forte dans sa recherche. »

Elle se redressa alors. Le regard de l’homme s’était troublé. À cause du doute ou de la proximité de la jeune femme ? Elle n’aurait su le dire, mais profita de ce moment de flottement pour se positionner aux côtés de l’homme et reprendre la surveillance de la place du disparu.

« Pourquoi me dites-vous cela ?! Et d’abord, pour quelles raisons le seigneur vous confierait-il une telle mission ? Je ne suis pas au courant. », marmonna-t-il d’un air grincheux.

« Je suis douée pour trouver les informations, et il se trouve que votre seigneur est à la recherche de quelqu’un, n’est-ce pas ? Je comptais simplement sur votre aide pour m’apporter quelques renseignements. »

« Vous êtes douée ? Alors débrouillez-vous sans moi. Je suis occupé à surveiller le bon déroulement des festivités. »

« Oui, je suis douée. Mais pour trouver des informations, l’art n’est pas d’inventer les réponses, mais de poser les bonnes questions aux bonnes personnes pour les obtenir. Et quelque chose me dit que vous êtes l’une de ces personnes. Et ce quelque chose me dit également que retrouver le seigneur Shinbou Oyama est impératif. », chuchota-t-elle en se penchant à nouveau pour faire poindre le malaise chez le garde.

« Je… Je ne sais rien qui puisse vous aider, sinon j’aurai déjà tout transmis à mes supérieurs. »

« Attendez donc de savoir quelles questions je veux vous poser, avant d’en juger. »

« Bon, très bien, que voulez-vous savoir ? », finit-il par dire.

Spoiler:
 


Kamiko Wada
Sayuri Sugai
Kaname Sumeragi

MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Jeu 26 Mai - 17:18

Spoiler:
 

Perdue dans ses pensées, les yeux bleus de Kamiko balayaient la salle machinalement. Ils posaient sur les invités qui passaient à sa portée un regard étrangement transparent.

Il me faudrait encore davantage d’informations, comment les obtenir ?

« On dirait que cette conversation vous a donné du grain à moudre », dit brusquement le garde en souriant.

Comme interloquée, la jeune femme tourna la tête vers l’homme d’âge mûr dont elle n’avait pas encore pris congé et qui l’avait dérangée dans sa réflexion. Elle prit néanmoins sur elle pour lui répondre d’un ton chaleureux. Après tout, grâce à leur petite discussion, elle avait bien avancé, même si l’apport de l’homme avait été limité.

« En effet. Merci pour tout. Je m’en vais reprendre mon enquête », fit-elle en s’éloignant.

« Bon courage. », lança-t-il avec un clin d’œil.

Maintenant qu’il m’a aidée, il espère quelque chose de ma part ou quoi ?!

Soudain, comme frappée d’une idée, elle s’immobilisa. Elle revint lentement sur ses pas, un léger sourire aux lèvres.

« Juste une dernière petite chose : savez-vous où se trouvent les appartements de Shinbou Oyama ? Ou dans le cas contraire, l’intendant qui se serait chargé de placer les invités et qui pourrait me renseigner ? », interrogea-t-elle.

Sa réponse obtenue, elle s’éloigna à nouveau du garde et préféra dans un premier temps s’intéresser à la place laissée vide par Shinbou Oyama. Elle l’avait surveillée par intermittence, tout au long de la discussion précédente, sans avoir rien noté de particulier. À moins que… ? Qu’y avait-il, là-bas, par terre ?

Elle saisit un verre à la volée, sur le plateau d’un serveur qui passait par là, et en versa furtivement le contenu à demi dans la superbe poterie qui tenait lieu de pot à une plante décorative.

Les gardes de Jiman doivent être quelque peu sur les nerfs. S’ils me repèrent et décident d'intervenir, mieux vaut passer pour une femme du peuple totalement éméchée et ayant oublié où se trouve sa place, plutôt que de passer les heures suivantes à se faire interroger, suspectée d’avoir participé à la disparition du seigneur Oyama pour m'être aventurée dans cette zone réservée aux plus aisés.

Rassurée par le prétexte mis en œuvre, elle s’autorisa une approche qu’elle voulait à la fois discrète et naturelle de l’objet au sol. Arrivée à sa hauteur, elle se mit à fouiller sa pochette qui lui échappa malencontreusement, et lui permit de se pencher pour faire glisser sa trouvaille à l’intérieur.

C’est bien ce que je pensais…

Quiconque l’aurait vu agir n’y aurait vu qu’une jeune femme maladroite, peut-être légèrement ivre avec l’avancement de la fête. Des précautions qui pouvaient sembler exagérées, mais considérant le contexte, elles lui semblaient amplement nécessaires. Son enquête n’avait rien de légitime, aussi Jiman et ses hommes étaient des ennemis à duper. Les responsables de la disparition d’Oyama ne seraient probablement pas ravis de la surprendre en train de progresser dans sa recherche. De plus, Jiman avait promis une récompense en bout de couse, ainsi donc, les autres ninjas ou civils sur l’affaire pouvaient également décider de l’ennuyer.

Elle sourit intérieurement, parfaitement sereine, et se remit à fouiller sa pochette qui avait un peu plus de mal à fermer désormais, pour examiner l’objet en sa possession. Elle fit passer son pouce sur les contours de l’objet, pensive, avant d’observer les alentours, et plus particulièrement le petit escalier et la salle à laquelle il mène…

Elle inspira profondément et s'accorda une petite gorgée de son verre. Cela donne toujours un peu de coeur au ventre.

Hum, Cuba Libre, très bon. Bon, tentons. J’espère que je ne me ferai pas jeter dehors en provoquant un scandale…

Spoiler:
 


Kamiko Wada
Sayuri Sugai
Kaname Sumeragi


Dernière édition par Kamiko Wada le Lun 12 Sep - 9:45, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Sam 28 Mai - 3:26

Spoiler:
 
La petite volée de marches la conduisit à l’abri des regards des invités, absorbés dans la contemplation du spectacle, dans l’alcool ou les discussions animées par les perfidies sous-jacentes. À choisir, dans l’hypothèse où elle eut été l’une de ces nobles dames, Kamiko aurait préféré sombrer dans la griserie que provoque l’abus de cocktails bien forts. Non, pas ceux qui vous liquéfient la cervelle et vous retournent l’estomac, mais ceux dont les déflagrations provoqueraient une panique réjouissante. Ce genre d’actes terroristes pourrait égayer ces réceptions où l’hypocrisie règne, bien que ce soit un peu extrême.

Mais la jeune femme n’était pas une terroriste – ou du moins pas encore – et elle se contenta de découvrir, en haut des marches, toutes sortes d’objets qui s’accumulaient, depuis une garde robe complète jusqu’à des shamisen en comprenant un magnifique service à thé en porcelaine. Mais personne pour remarquer la présence non désirée de Kamiko dans cet antre réservé à ceux qui donnent vie à l’art.

Avançant sur la pointe des pieds, elle observa d’un œil circonspect le couloir qui, dans le prolongement de la pièce, s’enfonçait dans une obscurité. Parfois, de minces raies de lumières s’agitant sous les pas de portes brisaient ces ténèbres, en offrant un champ de vision plus profond à la jeune femme pensive.

Se pourrait-il qu’Oyama soit retenu par ici ? Ces pièces individuelles ne me paraissent guère surveillées, bien qu’il doive y avoir de nombreux va-et-vient au cours de la soirée… Si l’un d’entre eux est complice, il serait aisé de garder quelqu’un dans ces salles privées. Mais pu probable d’après ce que l’on m’a dit…

Un parchemin posé là attira soudain son œil avisé. Ses doigts fins le déroulèrent avec la délicatesse exigée par sa manie de discrétion, et elle en observa longuement le contenu. N’étant pas familière de cet environnement, il lui fallut de longues secondes avant de déchiffrer ce qu’il indiquait et d’en comprendre l’intérêt. Elle le rangea brusquement dans sa pochette qui commençait à être rudement bien rebondie.

C’est un peu inaccoutumé de trouver cela ici, et en même temps, pas tout à fait, en tenant compte du nombre important d’étrangers. En tous les cas, si je ne trouve rien ici, je pourrai m’en servir pour poursuivre mes investigations à l’extérieur. Mais rien n’indique qu’il soit sorti, alors que ce que j’ai ramassé tout à l’heure…

Une fois de plus, l’étincelle bleutée de son regard se porta sur le couloir, vers lequel elle dirigea ses pas. Sous la première porte, aucune lueur ne filtrait. Elle y colla doucement son oreille, mais pas le moindre son ne lui parvenait. Sa main se posa alors fermement sur la poignée de la porte.

Spoiler:
 


Kamiko Wada
Sayuri Sugai
Kaname Sumeragi


Dernière édition par Kamiko Wada le Lun 12 Sep - 9:46, édité 2 fois

MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Mer 1 Juin - 13:57

La porte laissée légèrement entrouverte dispensait une faible lueur dans la petite pièce plongée dans la pénombre. Les yeux de la jeune femme s’étaient rapidement adaptés à l’obscurité qui régnait pour distinguer les formes grisâtres qui encombraient la salle. Elle s’approcha à petits pas d’une commode dont elle examina le maigre contenu des tiroirs d’un bref coup d’œil avant d’inspecter brièvement les objets présents ici et là : des jeux de cartes, des dés pipés, un caisson et des sabres fichés dedans, et d’autres encore.

Quelqu’un bougea silencieusement dans son dos, mais son ombre projetée signala sa présence à Kamiko qui s’immobilisa, pensive sur la conduite à tenir. Une main se posa sur son épaule pour la forcer à sa retourner, alors qu’une voix masculine s’élevait.

« Qui êtes-vous, que faites-vous dans ma loge ?! »

Voici donc le faiseur de tours de passe-passe qui s’est installé dans cette pièce. Il ne semble pas très aisé… Tant mieux pour moi, il est moins prompt à appeler un garde...

Un sourire naïf et jovial s’étala sur la seule partie visible du visage de la jeune femme, et ses yeux semblèrent s’éteindre pour mieux dissimuler son regard inquisiteur. Ses iris de glace fondaient grâce au ciel ensoleillé qui chassait le froid hivernal.

« Ha, désolée. Je cherchais simplement les toilettes et… Oups ! », lâcha-t-elle alors que d’un revers de la main elle renversait un jeu de cartes qui s’éparpilla sur le sol.

Elle se baissa maladroitement pour tenter de ramasser de sa main libre quelques unes des cartes, l’autre tenant toujours son verre à moitié plein qui penchait dangereusement. Le regard soupçonneux de l’homme erra des gestes hésitants de Kamiko à son verre et se dirigea vers le plafond en l’entendant glousser stupidement, lorsqu’elle laissa échapper les cartes qu’elle venait tout juste de récupérer. Il lui arracha son verre des mains et l’obligea à se redresser.

« Laissez tomber, vous ne trouverez pas de toilettes ici, allez, venez. », dit-il en la tirant hors de sa loge.

« Mais ! Et mon verre ?! »

Il resta silencieux à sa faible protestation et l’emmena fermement à l’entrée par laquelle elle était venue.

« Allez, descendez cet escalier et cherchez vos toilettes ailleurs. Et prenez l’air aussi, sans toucher un verre d’alcool de préférence. Vous devriez vraiment cesser de boire pour aujourd’hui…. »

Sa voix était sévère et accompagna la descente malaisée de Kamiko qui se retourna vers l’homme, une fois bien arrivée en bas.

« Merci, vraiment. Vous m’avez bien aidée, je vais aller dehors, et… Je ne boirai plus, c’est promis. », déclara-t-elle d’un air profondément sérieux qui ne saurait convaincre personne.

Il la regarda un instant s’éloigner en direction de la sortie, puis retourna dans sa loge en pestant contre la maudite femme qui était venue mettre le bazar, comme par hasard dans sa loge à lui.

Le pas de Kamiko reprit de l’assurance dès qu’elle fut hors de la vue du magicien, et elle continua de marcher pour sortir du bâtiment et se retrouver éblouie par la beauté du parc du seigneur Namaiki. Elle visualisa mentalement le contenu du parchemin dont elle avait mémorisé une section.

Je n’ai plus vraiment d’idées où chercher… Mais si Shinbou Oyama est sorti, de son plein gré ou non, accompagné, ou non, pour franchir cet obstacle il aura eu besoin de passer par là. Je trouverai peut-être un indice là-bas…

Et, telle une jeune femme en quête de douceurs florales après les effusions festives, elle reprit sa route tranquillement.

Spoiler:
 


Kamiko Wada
Sayuri Sugai
Kaname Sumeragi

MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Sam 4 Juin - 2:59

Spoiler:
 
Une brise venait caresser en douceur la plume verte que portait le masque de Kamiko qu’elle réajusta. La beauté de ces terres, possédées par Jiman Namaiki et entretenues avec sa fortune, aurait pu la charmer, si seulement elle n’avançait pas à petits pas pressés, l’œil vif et les oreilles aux aguets de tout ce qui pourrait la mettre sur la voie du seigneur malencontreusement volatilisé. Une fête dont il se souviendra longtemps, pour sûr. À condition qu’il sorte de cette aventure vivant.

Quelques minutes de marche plus tard, le chant de l’écoulement d’une rivière s’éleva et vint résonner au creux de son oreille. Elle approchait enfin du pont repéré plus tôt sur la carte, la destination qu’elle s’était choisie comme prochaine étape de son enquête. Le bois grinça lorsqu’elle posa le pied sur la première planche qui le constituait. Son regard balaya tristement l’horizon avant de retomber vers le nœud d’une corde fixée à l’un des pieds de la rambarde bordant le pont. Curieuse, la jeune femme s’en approcha et se pencha au-dessus de l’eau après avoir constaté que la corde était tendue.

Woh ! C’est quoi ça…

Le corps d’un homme se balançait d’un air sinistre. Il était visiblement ligoté avec solidité, et ses pieds immergés semblaient vouloir entraîner le reste de son corps dans un voyage dans les profondeurs de la rivière jusqu’à l’océan le plus proche.

Saisie de surprise, elle recula d’un pas, le cœur battant. Méfiante, elle s’offrit un nouveau tour d’horizon. Rien, personne. Rassurée, elle se pencha à nouveau.

« ...Heu… Monsieur ? Vous êtes vivant ? », demanda-t-elle en parlant bien fort.

Qu’est-ce qu’on peut se sentir stupide dans ce genre de situation…

En guise de réponse, le saucisson humain remua vigoureusement en grognant et provoquant des éclaboussures furieuses.

« C’est bon, j’ai bien vu ! Vous pouvez arrêter de bouger comme cela ! Je vais allez chercher… », la voix de la jeune femme s’éteignit en constatant que la corde s’effilochait dangereusement.

On dirait que ça va céder, je ne sais pas si j’aurai le temps de retourner au château, de convaincre les gardes de remuer leur derrière et de revenir… Je pourrai me déplacer sur l’eau, mais seuls les ninjas sont censés posséder ce genre d’aptitudes, et je ne veux pas avoir de questions gênantes…

Ce n’était certainement pas digne d’une jeune femme présente à la fête d’un grand seigneur, mais à situation exceptionnelle, comportement exceptionnel. Elle dégagea ses jambes de sa robe heureusement largement fendue afin de gagner en liberté de mouvement, et cracha copieusement dans ses deux mains qui agrippèrent fermement la corde.

« Vous… Vous devriez faire un régime », laissa échapper Kamiko, les dents serrés à la hauteur des efforts qu’elle déployait pour hisser la victime légèrement corpulente.

Elle avait les mains en sang lorsque l’homme se retrouva allongé sur le pont, les jambes encore dans le vide entre les deux soutiens de la rambarde. Elle arracha le bâillon dont elle se servit pour essuyer ses mains douloureuses pendant que l’inconnu, bien que toujours ligoté, se confondait en remerciements.

« Qui êtes-vous ? », le coupa-t-elle durement, en utilisant le bout de tissu pour bander sa main droite, la plus abîmée.

Il correspondait à la description donnée un peu plus tôt par Jiman, mais elle voulait en avoir le cœur net. Et puis, rudoyer un seigneur, même un tout petit peu, ce n’est pas tous les jours qu’elle en a l’occasion.

« Shinbou Oyama. », répondit péniblement le seigneur.

Elle lui sourit et entreprit de dénouer ses liens.

« Ha, bien, je vous ai cherché, sire Oyama. Le seigneur Namaiki et votre servante, Akuro, se faisaient beaucoup de soucis, à votre sujet. Ça va ? Vous pouvez marcher jusqu’au château ? »

Libéré, il se dressa sur ses jambes encore flageolantes, et confirma d’un hochement de tête. Son visage était tout pâle d’avoir échappé à un triste sort. Cette rivière d’apparence calme abritait des courants à ne pas négliger, surtout lorsqu’on est dans l’impossibilité d’user de ses bras pour se maintenir à flot. À coup sûr, si la corde avait cédé sans que quiconque ne lui vienne en aide, il serait mort noyé.

Ils se mirent alors en chemin, en direction de l’imposante silhouette du château de Jiman Namaiki. Kamiko brûlait d'envie de presser de questions l'homme, mais celui-ci semblait encore sous le choc, perdu dans ses pensées...


Kamiko Wada
Sayuri Sugai
Kaname Sumeragi


Dernière édition par Kamiko Wada le Lun 12 Sep - 9:48, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Lun 6 Juin - 19:06

Succès !

Récompenses :
    + 26 XP
    + 500£ de la part de Jiman
    + Un bien de la part de Shinbou (Voir conclusion)
    +3 Réputation


Félicitations Kamiko pour ta rapidité et ta logique, les shinobi ont intérêt de se méfier à présent ! Très bonne session, agréable et bien rodée, qui t'a rapidement mené à terme de l'enquête !

La conclusion de l'event va bientôt arriver pour conclure tout cela Wink


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] - 25 ans - Saltimbanque - Contactable par chance pour tous contrats
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Mar 7 Juin - 22:14

Shinbou Oyama était un grand homme, de for belle stature malgré que le temps – et quelques litres de bière – eut passablement changé son ventre en bedaine naissante. Sa barbe de deux jours assortis à la couleur de ses cheveux lui donnait l’allure d’un vieux guerrier. Et cela bien malgré le fait qu’il ne portât ni ne tirât jamais le fer de toute son existence.

Shinbou possédait des talents d’une toute autre nature, des talents de chapardeurs comme aimaient à le dire certains de ses plus proches amis. Comprenez qu’il était au courant d’à peu près tout en ce bas monde. Des richesses, il n’avait pas besoin d’en dérober d’avantage, étant le propriétaire de plusieurs compagnies à Ame, à Mori, comme à Tori. Non, il leur préférait de loin la transparence des informations monnayables. Manipuler pour mieux savoir, et donc mieux prospérer, tel était l’arme de Shinbou. Une arme, qui à sa plus grande surprise, avait failli face à plus fort que lui.

Enlevé et pendu comme un vulgaire jambon, il avait échappé de peu à la mort grâce aux bons secours d’une dame. Oui, une dame, il n’en revenait pas lui-même. A cela, comme à son enlèvement, il n’avait aucune explication à donner ; et rien ne pouvait plus l’insupporter que le fait de ne pas savoir.

– Je vous offrirai une belle récompense une fois rentré chez moi, souffla-t-il à sa sauveuse, marchant deux ou trois pas derrière elle, la main appuyée sur sa jambe droite pour rendre sa démarche moins douloureuse. Quant à ce crétin de Namaiki, il n’aura pas assez de deux oreilles pour m’entendre, croyez-le bien !

En effet, on devinait à ses traits tirés toute la colère qui menaçait de jaillir de lui d’un instant à l’autre. Shinbou tenait Jiman responsable de son enlèvement et était bien décidé à lui faire entendre sa colère. Et plus le palais de Jiman approchait, plus cette colère se changeait en rage.

– Laissez-nous passer bande d’imbéciles ! Aboya-t-il aux gardes de la porte qui, le voyant réapparaître de nul part, s’étaient aussitôt précipités vers lui pour s’assurer qu’il allait bien.

Les laissant plantés là comme des malpropres, Shinbou hâta le pas, les traits encore plus tirés par la douleur que lui procurait sa jambe droite. Son irruption dans la salle de réception engendra plus de chuchotements et de bavardages que le spectacle proposé par Jiman en avait suscité.

L’assemblée d’invités crut à un spectre revenu de l’au-delà, le reste à un déchet social que la garde n’avait pas réussi à intercepter. Mais pour celles et ceux qui se trouvaient au plus proches de là scène, ceux-là comprirent que l’homme était quelqu’un d’important à la manière que Jiman eut d’écarquiller les yeux en le voyant surgir de la foule.

– Vous êtes sain…

Le gros poing de Shinbou coupa net le sifflet du maître des lieux.

Jiman s’écroula au sol, la main appuyée sur son nez en sang.

– Vous avez perdu la tête !

– Je rêverais de faire sauter la vôtre, Jiman, s’écria un Shinbou, rouge de rage, que seuls trois gardes finirent par maîtriser.

– Qu’est-ce qui vous prend ?! Répliqua Jiman.

– Était-ce donc là votre plan, m’inviter à votre foire pour me faire enlever et pendre comme un vulgaire bout de viande à quelques mètres de votre palais ?

– Vous êtes fou, s’écria Jiman en se redressant avec l’aide de ses gardes. Que gagnerais-je à vous tuer ?

– Un rival de moins ?

Une gène apparente habita le visage de Jiman pendant un bref instant, gène qu’il balaya d’un regard plus sombre qu’il ne l’avait été jusqu’à maintenant.

– Je ne suis pour rien dans ce qui vous est arrivé, je vous le jure.

– Votre parole ne vaut rien, pas plus que l’honneur de vos convives, s’exclama Shinbou. Tout un parterre de shinobi venus des quatre coins du monde et aucun d’eux n’a été capable de ressentir le moindre danger. Et que dire de votre pitoyable garde..

La réalité avait ceci de douloureux qu’elle tombait toujours sur la tête des puissants. Jiman ne put qu’avouer sa faiblesse, son regard flamboyant destiné à son chef de garde qui ne tiendrait plus son poste que quelques minutes, quelques heures tout au plus.

– Je comprends votre colère. Je reconnais ma responsabilité dans la tenue d’une sécurité plus que médiocre. Permettez que nous nous retirions dans un autre endroit, plus discret, pour convenir d’un dédommagement.

– Je n’ai pas besoin de votre argent Jiman. Versez-le plutôt à cette dame, dit-il en désignant sa mystérieuse sauveuse. C’est grâce à elle que je ne gis pas comme un poisson mort dans la rivière.

Sur ces mots, Shinbou ordonna à Akuro de préparer sa suite à partir. De son côté, Jiman fit apporté un coffret d’or à l’intention de Kamiko. Cinq cent ryos, la somme était rondelette, mais il savait qu’elle ne représenterait rien en comparaison de ce que Shinbou offrirait.

– Merci d’avoir retrouvé mon invité, et de l’avoir sauvé, confia Jiman à Kamiko. Je vous en suis reconnaissant.

Shinbou n’accorda aucune attention à ce qu’il considérait comme des jérémiades. Il se contenta de glisser un feuillet dans les mains déjà bien remplies de sa sauveuse et de lui murmurer à l’oreille :

– Je possède une grande armurerie « l’ombre écarlate » sur l’artère principale d’Ame no Sato, venez m’y rendre visite quand vous aurez un moment et j’honorerais ma dette mieux que quiconque. Je sais des choses Kamiko-san, ou devrais-je plutôt vous appeler Sayuri Sugai ? Allez savoir..

Et il quitta les lieux sans demander son reste, jurant qu’on ne le reprendrait plus jamais dans aucune réception et encore moins aux côtés de Jiman Namaiki.


MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Lun 12 Sep - 10:57

Lorsque le poing de Shinbou jaillit avec violence pour écraser le nez de Jiman, Kamiko ne s’y attendait absolument pas et elle dut se forcer à chasser l’expression de sa stupéfaction de son visage. Il n’y avait rien de tel que des yeux écarquillés et une bouche bée pour avoir l’air d’une idiote, et ce relâchement fugitif disparut avant que les spectateurs de la scène se soient détournés des protagonistes de l’action. Les dames présentes arrondirent leur bouche d’un air outrée, et certaines se cachèrent derrière leurs éventails qui s’agitèrent frénétiquement tandis que leurs murmures couraient. Nul doute que l’ensemble des invités présents ici sauraient très bientôt qu’un des nobles invités par Jiman avait frappé leur hôte, et de surcroît en l’accusant de tentative de meurtre. La fête du seigneur de ces lieux était donc définitivement gâchée.

Kamiko observa avec plus d’attention Shinbou. Elle avait bien mal jugé la victime de cet étrange enlèvement, et il s’était mieux remis qu’elle ne le pensait de son séjour ligoté au-dessus des flots. Mais tout de même, quel enlèvement bien étrange. Sous le nez de shinobi du monde entier, pas de demande de rançon et une tentative d’assassinat peu convaincante, même si que trop réelle aux yeux de celui qui avait failli périr. En tout cas, elle avait réussi à le retrouver à la barbe de ces ninja, et elle n’en était pas peu fière.

Se gardant bien d’afficher une mine radieuse en ces sombres circonstances, elle tentait de suivre la conversation avec attention, sans toutefois cesser de penser aux quelques mots que lui avaient lancés Shinbou avant d’entrer en conflit avec Jiman. À quelle sorte de récompense pensait-il ? Cela l’intriguait. Néanmoins, elle ne pouvait repousser une vague suspicion à son propos : tiendrait-il parole ? Les nobles et les riches avaient facilement tendance à oublier ce genre de promesses faites à la lie de la population.

Face aux remerciements de Jiman, elle afficha un air humble et soumis en s’inclinant de façon volontairement maladroite. Elle retint légèrement sa respiration et fit monter le sang à ses joues. Une expression digne d’une pauvre femme dont l’éducation ne comportait pas la manière de se comporter en présent de nobles personnages.

Cinq cents ryos… Je n’ai jamais eu autant d’argent de ma vie… Et je ne suis même pas sûre d’en avoir déjà vu autant…

« Je… Je vous remercie de votre générosité, seigneur… », déclara-t-elle d’une voix légèrement tremblotante et que son manque de souffle rendait faible, avant de se reculer en dehors du centre de l’attention.

Elle ne voulait pas que les gens se souviennent d’elle, elle tenait à sa parfaite insignifiance qui était capable de lui ouvrir bien des portes. Et cela fonctionna relativement bien : les puissants se désintéressèrent d’elle, sans doute persuadés que seul le hasard l’avait mise sur le chemin de Shinbou. Pour les shinobi, elle en était moins certaine. Ces gens étaient fourbes et retors, et ils pouvaient posséder des pouvoirs pour l’observer sans avoir à poser les yeux sur elle. Elle se méfiait grandement des capacités de ces hommes et ces femmes. Parfois, cela dépassait son imagination. La population se partageait généralement entre fascination et mépris, entre admiration et peur. La jeune femme se situait en terrain neutre. Les shinobi ne lui inspiraient qu’une prudence redoublée.

Machinalement, elle saisit le feuillet qu’on lui tendait, avant de se rendre compte que Shinbou en personne le tenait. Il se pencha alors vers elle pour lui confier quelques phrases.

« Je possède une grande armurerie « l’ombre écarlate » sur l’artère principale d’Ame no Sato, venez m’y rendre visite quand vous aurez un moment et j’honorerais ma dette mieux que quiconque. Je sais des choses Kamiko-san, ou devrais-je plutôt vous appeler Sayuri Sugai ? Allez savoir... »

Parfois, on dit qu’appeler les choses par leur véritable nom a un pouvoir. Dans le cas de Kamiko, cela fonctionna plutôt bien. Voilà bien dix ans que personne ne l’avait appelée ainsi. Elle restait Kamiko, mais personne ne prononçait son nom. Dit ainsi, cela ressemblait à une exhumation. Une gifle lancée en pleine figure, un seau d’eau glacée reçu en pleine traversée du désert sunéen, ou plus sobrement un choc. Rien n’aurait pu l’y préparer. Comment ce type pouvait-il savoir cela ?

Lorsqu’elle reprit ses esprits, l’estomac noué par une sourde inquiétude, il s’éloignait déjà et la fête reprenait tant bien que mal. Jiman Namaiki complètement chassé de ses pensées, elle décida de ne pas s’attarder plus longtemps ici. En plus de tout, elle risquait d’être reconnue et de se retrouver au centre d’une beuverie de plumes vertes qui réclameraient à grands cris le récit de son exploit.

Et Shinbou l’inquiétait. Que savait-il sur elle, au juste ? Et son invitation au village caché de la pluie… C’était une blague ? L’idée de s’y rendre lui faisait froid dans le dos, comme si elle allait entrer dans la gueule du loup. Et même si ses crocs s’étaient émoussés par un manque d’activité, ils n’en restaient pas moins dangereux. Mais Shinbou savait des choses sur elle, et elle devait savoir quoi. L’idée qu’un inconnu en sache autant sur elle était détestable. Et celle qu’en retour, elle ne sache rien de lui était difficile à supporter.

Je n’ai pas envie d’y aller…, pensa-t-elle en s’éclipsant à son tour hors du domaine de Namaiki.

Mais elle savait déjà qu’elle irait quand même, attirée par les connaissances de Shinbou et par la récompense promise.


Kamiko Wada
Sayuri Sugai
Kaname Sumeragi
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   Mer 5 Oct - 21:27

Kamiko Wada (Niveau 5)
: +0% Bonus Inclus
: 6 XP


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event][Tori] - Kamiko Wada   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Event][Tori] - Kamiko Wada
» [Event][Tori] - Etsuko & Jin'
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Wada Kamiko
» event coupe du monde la semaine prochaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-