Partagez | 
 

 Aire d'entraînement de la Volonté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Aire d'entraînement de la Volonté   Jeu 6 Nov - 5:20

¤Seijaku¤
« Pfff, ça faisait longtemps. »

Seijaku se trouvait au sommet d’une petite colline, un sac à dos sur lui, regardant droit devant lui. Devant lui, justement, se tenait une sorte de vallée de terre avec plusieurs petits lacs dispersé un peu partout. Près d’un des lac l’on pouvait voir une cabane de bois à l’allure misérable, comme si personne ne vivait dedans depuis très longtemps.
Souriant au spectacle devant lui, Seijaku réajusta sur son dos son sac avant de commencer à descendre de sa colline en direction de la cabane en bois.

Après plusieurs minutes de marche Seijaku arriva devant la porte d’entrée de la cabane. Patientant devant la porte délabré, Seijaku avait un regard perdu dans ses pensées, comme si le simple fait de revoir cette porte faisait monter un flots de souvenirs en lui.
Soupirant de façon mélancolique, Seijaku poussa enfin la porte, faisant grincer les gonds de cette dernière tout en soulevant un nuage de poussière de première qualité.

Faisant quelques pas dans la cabane abandonné, Seijaku regarda partout autour de lui. Au centre se trouvait un table en bois avec deux banc de chaque coté de la table. Le bois était pourris et couvert de poussière mais bien vite cet image fut changé par une autre.
C’était une sorte de souvenir, quatre personne était assise autour de la table, deux garçons, une fille et un adulte. Les deux garçons étaient en train de se disputer tandis que la fille tentait de les calmer, sans beaucoup de succès, alors que l’adulte riait ouvertement devant la scène devant lui.

Secouant la tête, l’image disparut du regard de Seijaku qui ne fit que sourire. Tournant son regard vers la pièce il remarqua une chaise renversé par terre, la ramassant il l’épousseta du mieux qu’il put avant de poser son sac par terre afin de s’asseoir sur la chaise. Une fois assit il se rendit compte qu’il avait une vue parfaite de la cuisine de la cabane, et cela fit monter encore d’autre souvenir.
Cette fois-ci il n’avait que trois personnes, les enfants, à priori ils tentaient de préparer un repas mais n’y arrivait pas très bien si la fumée qui s’échappait des casseroles était d’une quelconque indication.
Les deux garçons étaient encore en train de se battre, les deux désirant montrer qu’ils savaient faire mieux que l’autre, tandis que la fille était silencieuse, sauvant le repas qu’ils avaient préparer. Soudain, l’image se déforma un peu pour laisser apparaître l’adulte, devant des casseroles brûlés, qui était en train de faire la leçon aux trois enfants, ces derniers en ligne devant lui la tête baissé.

Cette fois-ci Seijaku lâcha véritablement un petit rire amusé.

¤Hizashi¤
« Alors à toi aussi cela te fait monter des souvenirs, hein ? »

Seijaku sourit, il aurait du le savoir… tournant lentement son regard vers l’entrée de la cabane, là où se trouvait son ami Hizashi, Seijaku ne se contenta que d’hocher la tête afin de confirmer ses paroles. Oui, revenir ici lui faisait monter pleins de souvenirs, il avait souvent des souvenirs de cette époque, certains joyeux, d’autres mélancolique, d’autres encore triste, mais être présent ici, dans cet endroit, ce lieu, ils devenaient presque vivant.

¤Seijaku¤
« Ouais, juste me tenir sur le lieu de rendez-vous avait suffit à me faire sentir tout drôle, mais venir ici… »

Hizashi sourit, comprenant parfaitement où voulait en venir son ami. Tout en souriant, il s’approcha de l’un des banc de la table, déposa son sac sur cette dernière avant de s’asseoir sur le banc, face à Seijaku.

¤Hizashi¤
« Ouais, pareil pour moi, c’était comme… Je sais pas, comme si ils étaient encore là, avec nous… »

Entendant le « ils », le visage de Seijaku s’assombrit tandis que son regard affichait une infinie tristesse. Oui, « ils », ou « eux », ou encore « nos amis », c’était les termes qu’ils utilisaient pour éviter de parler de ceux n’étant plus là, cela les empêchait de prononcer leurs noms. Aucun des deux ne savait pourquoi ils avaient fait cela, ni qui l’avait commencer, mais c’était là, présent, et les deux l’avaient accepté.

¤Seijaku¤
« Ouais, je l’entends encore elle me crier dessus parce je refuse d’écouter ses conseils, ou encore quand il se moquait de ta « relation » avec elle. d’habitude, ce ne sont que de lointains échos, des murmures inaudibles, mais, depuis que je suis arrivé ici, ces murmures se sont transformé en cris, en hurlements terrifiants… »

Hizashi, dont l’expression s’était aussi assombris, hocha le tête indiquant qu’il comprenait ce qu’il voulait dire. Depuis son arrivé, ils ne cessait d’entendre « leurs » voix, constamment, alors que d’habitude il ne les entendaient jamais.

¤Hizashi¤
« Ouais, à croire qu’ils hantent le lieu, non ? »

Cela n’eut que pour réponse qu’un grognement de la part de ami, à priori la blague n’était pas apprécié, mais de toute façon, Hizashi ne souriait pas, ce n’était pas une blague, pas pour lui, pas avec son passé.
Soupirant, Hizashi prit son sac avant d’en sortir une bouteille en céramique remplis de saké, il ouvrit cette dernière avant de prendre une large gorgée du liquide puis il passa la bouteille à Seijaku qui la prit, l’observa un instant, puis, en haussant les épaules il prit lui aussi une gorgée du liquide brûlant.

Les deux amis s’échangèrent constamment la bouteille, buvant en silence, ne se regardant même pas mais préférant plutôt opter de regarder dans le vide, comme si chacun se plongeait dans ses propres souvenirs.
Après plusieurs minutes, la bouteille fut enfin vidée et posée sur la table, pendant de longues secondes les deux hommes regardèrent cette bouteille avant de chacun croiser son regard avec l’autre. Souriant un peu, Seijaku se pencha vers son sac pour sortir, à son tour, une bouteille du même type. Voyant cette bouteille, Hizashi ne put s’empêcher de sourire avant d’hocher la tête.
Aucun des deux n’avait besoin de paroles, ils se connaissaient trop bien, un regard, un mouvement, et ils savaient ce que l’autre pensait, et là Hizashi savait exactement ce à quoi Seijaku pensait.

Se levant à la suite de Seijaku il suivit ce dernier en dehors de la cabane, puis il se dirigea vers l’un des petits lac de la zone. Ce dernier n’était pas différent des autres vu de loin, mais plus on s’approchait plus l’on pouvait une petite différence dans ce lac. Devant les autres, il n’y avait rien hormis de la roche ou de l’herbe, cependant, devant ce lac-ci se trouvait deux sorte d’autel fat avec les pierres du coin, cependant une pierre se démarquait du lot pour chaque autel, cette pierre était blanche et avait sur chacune un nom gravé dessus.

Seijaku s’approcha lentement de ces autels, derrière lui Hizashi s’était arrêter de marcher et se contentait d’observer.
Seijaku s’arrêta d’abord sur l’autel de droite ou un nom masculin était gravé dessus, il passa sa main sur le nom, comme pour essayer de sentir la chaleur humaine qui pouvait se dégager de ce nom, puis, en fermant les yeux, il ouvrit la bouteille d’alcool avant de déverser la moitié du contenu sur la pierre blanche.
Il ouvrit lentement les yeux, observant le liquide couler sur la pierre blanche, recouvrant complètement le nom.

Derrière lui, Hizashi observait, silencieusement, les bras croisés, ce que faisait Seijaku, il aurait du le faire il y a longtemps, très longtemps, aujourd’hui était-il en train de faire la paix avec lui-même ?

Quand le liquide finit de couler, Seijaku se tourna vers l’autre pierre. Celle-ci avait autant de poids sentimental que la première mais était plus « lourde » dans le sens émotionnel.
Comme pour la première pierre on traça d’abord le nom, féminin, inscrit dessus avec sa main avant d’ouvrir la bouteille de nouveau pour verser le reste de l’alcool.
Toutefois, la main de Seijaku resta plus longtemps sur le nom que pour la première pierre, et ses yeux montrait une tristesse plus profonde que pour le premier nom.
Cependant, et après un soupir, il « lâcha » enfin le nom afin de verser l’alcool sur la pierre, recouvrant le nom du nectar, ceci fait il prit quelques pas de distance avant de joindre ses mains devant lui tout en baissant la tête, il priait.

Pendant tout ce temps Hizashi était derrière, l’observant, et quand il vit Seijaku se mettre en position pour prier, il sourit et prit lui aussi cette position, après tout, ce n’était pas souvent qu’il le voyait ici.

Pendant plusieurs minutes pas un autre son que celui du vent soufflant dans la vallée se fit entendre, Seijaku et Hizashi étaient tout deux debout, devant les autels, les yeux clos, priant sincèrement pour les âmes des personnes reposant du sommeil de l’éternité.
Finalement, tout deux ouvrirent les yeux en même temps.

¤Seijaku¤
 « Je suis désolé. Neeli, Takoru-sensei. Je suis désolé de ne pas être venu vous rendre visite plus tôt, s’il vous plait, pardonnez-moi… »

Finalement, nota Hizashi, Seijaku craqua. Depuis combien d’années gardait-il tout cela en lui ? Deux ans ? Trois ? Ou bien depuis la mort de leur sensei et de leur coéquipière, tout deux tombé lors d’une bête mission de rang C tourné B ?
Hizashi ne le savait pas, ne voulait pas le savoir, depuis toutes ces années il avait vu son ami fuir la vérité, fuir son devoir, fuir le chemin qu’ils avaient crée tous ensemble.
Et aujourd’hui il craquait, il pleurait.

¤Hizashi¤
« Ils ne te répondront pas, tu sais ? J’ai fait comme toi au début, j’ai pleurer, en m’excusant de ne pas avoir pu les sauver, de ne pas être mort à leur place, je me suis excusé de tout. Et puis j’ai finit par comprendre, ce qui fait le pardon ce n’est pas… »

¤Seijaku¤
 « Je sais, je le sais très bien même, ne t’en fais pas, je ne suis pas venu m’excuser ici, mais je l’ai fait tout le temps, dans ma tête, tous les jours. C’est juste que, c’est la première fois que je leur rend visite, et j’ai pensais que ça méritait des excuses. »

Hizashi fut surpris par la réponse de Seijaku, mais il la compris néanmoins. Cet endroit, ces autels, c’était leur secret, la zone d’entraînement et de rendez-vous de leur équipe, l’endroit où ils venaient s’amuser, discuter des missions ou tout simplement se reposer, et Seijaku n’y avait pas remis les pieds depuis la mort du senseï et de Neeli.
Compréhensible donc qu’il demande pardon, il était en retard de presque quatre ans au rendez-vous de la team.

¤Hizashi¤
 « Pourquoi est-tu venu en réalité, Seijaku ? »

La question fit monter un sourire aux lèvres de Seijaku qui sécha ses larmes avant d’offrir une dernière prière silencieuse à ses anciens amis. Ceci fait, il se tourna vers Hizashi qui l’observait d’un œil calculateur, comme si il cherchait à comprendre ou à découvrir quelque chose.

¤Seijaku¤
 « Pour faire la paix avec mes vieux démons, Hizashi et pour me souvenir d’une chose : qui je suis. »

Hizashi leva un sourcil interrogateur à ceci mais ne dis rien, il voulait voir où cette conversation allait les mener, et, si cette sensation dans son estomac n’avait rien à voir avec le barbecue qu’il avait mangé tantôt, alors ce serait quelque chose de bien, de très bien même.

¤Seijaku¤
 « Tu te souviens de comment on nous appelait tous, non ? La team de la Volonté, car notre volonté était si forte qu’on aurait pu briser des montagnes. Neeli pouvait battre qui elle voulait tant que le combat l’intéressait, tu pouvait tout apprendre pour peu que tu te décide de t’y consacrer deux heures et je pouvais tout faire pour un peu que je soit suffisamment motivé. J’ai… J’ai perdu cette volonté en même temps que l’équipe. A ce moment là, j’ai vraiment cru que ma volonté ne venait que à cause de l’équipe, mais j’avais tort, c’était juste un moyen de plus pour moi pour fuir la réalité. »

Hizashi écoutait de faon imperturbable le discours de Seijaku, entre-temps il s’était allumé une cigarette et la laissait tranquillement se consumer toute seule, il n’avait pas envie de fumer, c’était un geste machinal.

¤Seijaku¤
 « Je t’ai observé tu sais, de loin, je t’ai vu accomplir de grande choses et devenir chuunin bien plus rapidement que sensei l’avait prévus, je t’ai vu et j’ai vu ta Volonté, elle n’avait pas changé, c’est moi qui avait changé. Et, aujourd’hui, j’ai décidé de redevenir qui j’étais, j’ai beau apparaître calme et content la plupart du temps, il n’empêche que toi comme moi sommes brisé, mais même brisé je veux récupérer cette Volonté, je veux redevenir celui qui j’étais quand on était sous les ordres de sensei. »

¤Hizashi¤
 « Et donc ? »

Hizashi commençait à avoir une petite idée de là où la conversation allait et ça lui plaisait, beaucoup. Il sentait monter en lui l’excitation du passé, il sentait monter en lui un désir carnassier de se battre, il sentait monter en lui sa Volonté.

¤Seijaku¤
 « J’ai un projet, une idée, un but, mais pour y parvenir je dois devenir plus fort, plus que celui que je suis maintenant, plus fort que celui que j’était avant, plus fort que tout, que tous, et je vais commencer par les bases. J’ai beau avoir le rang de chuunin, en terme de puissance pure je me situe au niveau d’un génin moyen, et je vais changer ça, je vais devenir fort. »

On y était, Hizashi pouvait sentir la détermination de Seijaku, il pouvait sentir sa Volonté, il pouvait sentir les âmes de ses amis morts derrière l’homme aux cheveux gris, leurs mains sur ses épaules, un sourire heureux et une expression d’acceptation sur leurs visages, il sentait tout cela, et cela le revigorait.

¤Hizashi¤
 « T’aurais pas besoin d’aides, des fois ? »

Seijaku ne répondit pas à cela, à contrario il s’éloigna des tombes, non sans jeter un dernier regard à ces dernières, avant de se diriger vers l’un des lac.
S’arrêtant devant le lac il sortit une paire de gants noir de l’une de ses poches avant de les enfiler à ses mains. Gardant sa main gauche un peu en l’air, il activa ses fils par la pensées, ces derniers se mirent à virevolter partout autour de sa main créant une sorte de deuxième main, tortueuse, mortelles. Et avec un sourire carnassier, il regarda droit dans les yeux d’Hizashi avant de lui répondre.

¤Seijaku¤
 « T’aurais pas un peu de temps devant toi, non ? »

MessageSujet: Re: Aire d'entraînement de la Volonté   Ven 14 Nov - 0:58

Hizashi sourit devant l’action de Seijaku, et, pendant un instant, il eut un flash d’un Seijaku plus jeune, se tenant au même endroit que maintenant, pointant un kunai vers Hizashi et Neeli, hurlant qu’il pouvait les battre quand il voulait, où il voulait.. Généralement ça se terminait par une droite bien ajustée de Neeli.
Penser à tout cela fit monter un sentiment d paix en Hizashi ainsi qu’une sensation de désir, le désir de se battre, le désir de progresser. Son ami avait tort, c’est vrai, Hizashi avait accomplis de grandes choses, il était chuunin d’élite, mais, c’était tout, il n’avait qu’accompli que ce que son sensei savait qu’il pouvait accomplir, il n’avait même pas chercher sa propre voie, il avait suivit celle que les morts avaient choisit.

Et aujourd’hui, le voilà qui se tenait devant un Seijaku remotivé, son ami n’avait pas fait la même erreur que lui, il en avait fait une autre, alors qu’Hizashi s’était contenté de suivre aveuglément les désirs et les croyances des morts, Seijaku avait perdu espoir dans l’idée même de continuer à suivre une voie que des morts lui avaient choisit, préférant s’enfoncer dans la misère de sa propre médiocrité.
Mais cela avait changé pour Seijaku, pendant Kami seuls avait combien d’années, il avait du ressasser tout ça, réfléchir à lui, eux, nous, et il avait pris sa décision, la scellant en venant rendre visite, physiquement, à ses amis tombé au combat.

Peut-être était-il temps pour Hizashi de faire de même.

Craquant sa nuque tandis qu’il avançait, Hizashi se tourna une dernière fois vers les tombes, souriant dans leurs directions, saluant celles-ci une fois encore avant de se tourner vers Seijaku.

¤Hizashi¤
 « Je devrait pouvoir trouver du temps, ouais, ta une idée en tête ? »

Seijaku sourit à la réponse de son ami, avant d’hocher la tête de façon affirmative, oui, il avait une idée en tête, et il comptait avoir l’aide d’Hizashi.

¤Seijaku¤
 « Ouais, une idée, un plan, un projet, comme je t’ai dis, j’ai besoin de renforcer mes bases Hizashi, je veux et dois devenir plus fort, et j’aurais besoin de ton aide. »

Hizashi hocha la tête à son tour avant de marcher calmement dans la direction de Seijaku. Il connaissait déjà la réponse, mais l’entendre était nécessaire, presque autant qu’il était nécessaire à Seijaku de le dire. Avouer que l’on était faible n’était pas une marque de nullité, mais simplement d’accepter le fait que l’on avait besoin d’aide. Ces conditions remplies l’on ne pouvait que devenir plus fort.
Oui, maintenant que Seijaku avait accepter sa faiblesse, il ne pouvait que devenir plus fort.

¤Hizashi¤
 « Devenir plus fort ne se fait pas sans certains sacrifices, tu le sait, pour atteindre ton objectif tu va devoir accepter de perdre quelque chose en retour, certains perdent leur humanité, d’autres refusent de lier des contacts, certains encore deviennent des monstres inhumains et ne font que tuer, sans rien sentir d’autres que la joie. Je me demande, que va tu perdre, toi ?… »

La dernière phrase était plus pour lui que pour Seijaku qui se contenta juste de regarder Hizashi marcher dans sa direction.

¤Hizashi¤
 « Se battre c’est accepter de perdre, perdre c’est comprendre que l’on a encore des choses à apprendre, vaincre c’est savoir que notre entraînement à porté ses fruits. »

Hizashi était revenu à l’académie, revenu au moment où il avait passé un an à enseigné aux étudiants. Mais cette fois-ci ce n’était pas un enfant, c’était son ami, ce n’était pas un étudiant, c’est un chuunin, ce n’était pas un cour, mais un combat.
Hizashi passa devant Seijaku sans même le regarder continuant en marchant sur l’eau qui se trouvait derrière Seijaku.
Ce dernier ne regarda d’ailleurs même pas son ami, le laissant passer, un regard sérieux et un visage fermé, non souriant. Hizashi était fort et les entraînements qu’ils faisaient n’était pas pour les fillettes, enfin, à l’époque, si il voulait apprendre quelque chose de lui et s’en sortir, il avait intérêt à y aller à fond.

Se tenant au milieu du lac, Hizashi ajusta ses lunettes sur son nez avant de se tourner vers Seijaku, les bras légèrement écartés, comme si il invitait Seijaku.

¤Hizashi¤
 « Si tu a compris cela, commençons par les bases donc, commençons par le contrôle du chakra et les combats aquatique. Viens Seijaku, montre moi ta Volonté ! »

Enfin, Seijaku se tourna vers Hizashi et aussitôt son sang se glaça. Quand ils étaient enfants, ils s’étaient souvent combattu l’un-l’autre, et, à chaque fois, Hizashi en était ressorti vainqueur, même si parfois cela était tout juste. Mais aujourd’hui, il voyait enfin le « vrai » Hizashi, et il savait, là et maintenant qu’il n’avait aucune chance.

¤Hizashi¤
 « C’est tout Seij ? Je suis déçu. Si il faut seulement un peu d’esprit combattif pour te faire plier, alors je ne me fatiguerais pas à t’entraîner. »

Seijaku ferma les yeux et inspira profondément, il n’avait pas le droit de craquer maintenant, pas ici et pas devant lui.
Ouvrant les yeux, il remarqua qu’Hizashi affichait désormais un sourire satisfait, à priori, la détermination que son regard affichait devait être suffisante.

¤Seijaku¤
 « J’ai juste plus l’habitude, t’en fais pas. »

Hizashi sourit mais ne dis rien, il se contentait d’observer, il observait Seijaku, ses habitudes, son attitude, ses tics, il regardait tout ça.
Seijaku, sans quitter des yeux Hizashi, fit un pas en direction du lac avant de continuer son chemin en direction de son ami. Marcher sur l’eau n’était qu’un bête exercice du contrôle du chakra, et tout les chuunins, au minima, se devait de savoir le faire. Cependant, marcher sur l’eau et combattre sur l’eau était deux choses différentes. Certains étaient des naturels et se déplaçaient sur l’eau aussi facilement que sur terre, mais d’autres avaient besoin d’un temps pour s’adapter à ce nouvel environnement.
Seijaku n’était ni l’un ni l’autre, il ne savait pas se battre sur l’eau.

¤Hizashi¤
 « Pas mal, tu tiens bien sur l’eau, mais je me demande, est-ce que tu tiendrais aussi bien si je t’attaquais ? »

Cela dis, Hizashi sortit cinq shurikens qu’il lança immédiatement dans la direction où se trouvait Seijaku. Ce dernier, voyant les armes venir dans sa direction tenta de fuir en faisant un saut de coté, cependant, au moment où il amorçait son saut, il glissa sur l’eau, le faisant trébucher et tomber dans l’eau juste au moment où les shurikens arrivaient, ces derniers ne faisant que très légèrement érafler son bras gauche.
Sortant la tête de l’eau il put entendre le rire amusé de son ami, ce qui le fit rougir à la fois de honte et de colère. Cependant une question l’ennuyait : pourquoi était-il tombé ?

¤Hizashi¤
 « Souviens-toi de ce que je t’ai dis, Seijaku, combattre sur l’eau est différent que combattre sur terre, certains y arrivent aussi bien, d’autres ont besoin d’un petit temps d’adaptation. »

Mais oui ! Le terrain, quel con… Dans sa peur de voir le vrai visage de son ami, il en avait complètement oublier où il se trouvait. Et il était chuunin ? Kumo devait vraiment être en manque le jour on ils l’ont promut à ce rang…

¤Hizashi¤
 « Ne commence pas à te battre mentalement à cause de ça, beaucoup oublient, peu s’adaptent et encore moins prévois de se battre sur l’eau, alors t’inquiète pas. »

Seijaku hocha la tête devant les paroles encourageantes de son ami. Si il oubliait cette fois-ci, il ne l’oublierait pas la fois suivante, comme le prouvait le regard qu’il avait désormais.

¤Hizashi¤
 « Beau regard, bon, recommençons. »

Aussitôt dos, aussitôt de nouveaux shurikens furent lancés dans la direction de Seijaku qui, cette fois-ci se concentra sur son environnement et les shurikens, il devait bouger vite mais ajouter du chakra. Cependant, même en faisant cela, il se rendit compte que ses mouvements étaient encore un peu désordonnés, « glissant » même.
Il évita cette fois-ci encore les shurikens d’un cheveux mais, contrairement à la dernière fois, il n’eut pas le temps de respirer.

En effet, Hizashi semblait avoir décider de passer au niveau supérieur en lançant shurikens sur shurikens et kunai sur kunai, cherchant, selon toutes vraisemblances, à tuer le jeune homme aux cheveux gris…
Jurant entre ses dents, Seijaku se mit à esquiver au petit bonheur la chance les armes lancé vers lui. Au début ces dernières étaient évité d’un cheveux, mais au fur et à mesure, il arrivait à laissait une distance confortable de sécurité entre l’arme et son corps, ce qui le soulagea, même si il ne comprenait pas pourquoi.
Puis, aussi soudainement que cela avait commencé, la pluie d’armes s’arrêta, laissant une Seijaku haletant au milieu de l’eau devant un Hizashi souriant.

¤Hizashi¤
 « Bien, pas mal, tu a du t’en rendre compte, mais tu met un temps à t’adapter, tu fais donc partie de cette catégorie, inutile de forcer la chose, le combat aquatique ne sera jamais aussi naturel pour toi qu’il l’est pour d’autres. Cependant, on va pouvoir quand même réduire ton temps d’adaptation. »

Toujours haletant, Seijaku prit quand même le temps de noter qu’il détestait le regard qu’avait son ami.

¤Seijaku¤
 « Et… Comment… On fait… Ca ? »

Le sourire malveillant de Hizashi fut sa réponse, de même que la disparition soudaine du dis Hizashi de la place où il se trouvait il y a un instant.
Les yeux écarquillés, Seijaku compris ce que Hizashi voulait dire pas « réduire ton temps d’adaptation », au vu du magnifique coup de pied volant qu’il venait de se prendre sur sa joue droite l’envoyant s’envoler plusieurs mètres plus loin.
N’ayant même pas le temps de récupérer, Seijaku vit Hizashi foncer vers lui avec comme but final d’enfoncer son poing droit le plus profondément dans le torse de son ami…
Invariablement, il grimaça en voyant la vitesse de son ami, cette vitesse… Il ne l’avait pas et ne l’aurait sans doute jamais, mais l’heure n’était pas aux souhaits complètement dingues.

Poussant sur ses jambes, Seijaku glissa sur l’eau, encore, avant d recevoir le « coup de poing de l’amitié » de Hizashi. La zone visé n’était pas le torse, mais l’abdomen, et le coup venait du haut vers le bas.
De ce fait, quand l’impact se fit, cela fit plonger Seijaku sous l’eau sous plusieurs mètres.

Il mit plusieurs minutes à remonter à la surface et quand enfin il remonta à la surface ce fut juste pour tenter de reprendre son souffle.

¤Hizashi¤
 « Pas encore ça, hein mon pote ? »

Est-ce que l’on compte les grognements bestiaux comme étant une réponse ou pas ?
Cependant il devait admettre qu’il n’arrivait pas à s’adapter suffisamment rapidement, l’enchaînement d’attaques avaient réussit à complètement l’avoir et pas une sele foi sil s’était sortit de ce merdier.
Peut-être qu’il n’était pas fait pour ça tout simplement ?
Secouant la tête à ces pensées, Seijaku regarda droit dans les yeux Hizashi avant de se remettre debout sur l’eau.
Une fois debout, il prit une position de combat avant de s’élancer en direction de son adversaire, cherchant à la toucher.
Cependant, la différence de niveau était évidente, Hizashi se contentait juste d’esquiver, ne se donnant même pas la peine de contre-attaquer, ou de bloquer.

¤Hizashi¤
 « Non, non, non, pas comme ça, c’est moi qui dois t’attaquer, regarde ! »

Pour prouver son point, Hizashi reprit l’attaque, mais c’était ce que voulait Seijaku, compte tenu de la rapidité avec laquelle il sortit du chemin d’attaque, bien qu’il du concentrer ses efforts dans ses jambes pour ne pas tomber.

¤Hizashi¤
 « Mieux ! »

Mieux ? Seijaku avait évité la première attaque, les suivantes ayant toutes touchées. Cependant, il se rendit compte qu’il avait moins besoin de se concentrer sur ses jambes avec l’augmentation des attaques. Son corps commençait à réagir instinctivement sur son rythme d’esquive et de combat aquatique et cela était une bonne chose.

¤Hizashi¤
 « Pas mal, dernier test ! »

Dernier test ?! Oh, merde…

La vitesse, la force et la précision de Hizashi venait de subir une augmentation significative. Il jouait avec Seijaku tout à l’heure ou quoi ? Quoi qu’il en soit, désormais, c’était un « free for all » comme on disait. Seijaku marchait à l’instinct pur, esquivant sans s’en rendre compte, contre-attaquant par esprit de conservation, fuyant par stratégie (ou lâcheté…).
Cependant, ce qu’il ne se rendit pas compte c’était la vitesse avec laquelle son corps commençait à s’habituer au combat aquatique. Quand il se concentrait et cherchait à faire attention, il faisait beaucoup d’erreurs et perdait encore plus de temps pour se déplacer à peu près correctement, même si cela ne devait pas dépasser les 60% de ses capacités de déplacement habituel.
Mais là, il ne fit qu’une ou deux erreur avant de s’habituer et de se déplacer avec fluidité. Comme quoi, le corps apprends mieux que l’esprit.

Finalement, aussi soudainement que l’attaque avait commencé, elle se finit, laissant un Seijaku haletant et un Hizashi souriant.

¤Hizashi¤
 « Bien, tu a le coup de main, enfin, bien que ce soit plus mécanique que volontaire c’est toujours bon, je doute qu’on puisse faire mieux pour le moment, plus tard peut-être. »

Seijaku regarda son ami avec incrédulité. Ce dernier venait presque de tenter de l’enterrer (enfin, immerger serait plus adapté) vivant, et tout ce qu’il trouvait à dire était « pas mal, mais faudra bosser dessus plus tard »… Quel était la peine de prison pour un meurtre sans préméditation d’un chuunin de Kumo déjà ?

Laissant échapper un grognement désapprobateur à cette idée, il se mit à marcher, lentement, en direction de la terre ferme, là il pourrait se reposer, cesser d’utiliser du chakra et soigner ses blessures.

¤Seijaku
 « Alors ? »

Hizashi ne fut pas surpris par la question, il s’était juste contenter de suivre son ami tout en s’allumant une cigarette, ricanant doucement devant l’attitude de son ami.

¤Hizashi¤
 « Les bases sont acquises, ça devrait t’aider, mais ça nécessite de travailler dessus, je veux dire, pour le moment, t’est au plus bas niveau de cet exercice, et c’est en t’entraînant que tu améliorera cette capacité. »

Seijaku hocha la tête, ça il le savait déjà, mais, au moins avait commencer à réacquérir les bases.

¤Hizashi¤
 « Encore besoin d’aide ? »

Seijaku grogna, oui il avait besoin d’aide et oui il comptait lui demander, cependant, le regard malsain et le sourire sadique présent sur les lèvres de Hizashi indiquait clairement qu’il ne faisait ça que pour lui cogner dessus.

¤Seijaku$
 « Ouais, mais cette fois-ci ce sera pour quelque chose d’un peu différent. »

Pour une étrange raison, le sourire présent sur le visage de Hizashi disparut aussitôt. Il n’aimait pas l’expression lisible dans les yeux de son ami…

[Ceci est pour la technique Suiren - Combat Aquatique ^^ Je vous remercie.]

MessageSujet: Re: Aire d'entraînement de la Volonté   Sam 15 Nov - 17:35

Seijaku : +31 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Aire d'entraînement de la Volonté   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aire d'entraînement de la Volonté
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-