Partagez | 
 

 Les ruelles de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Nara Shi
Invité
avatar


MessageSujet: Les ruelles de Konoha   Mer 27 Juil - 0:29

Les Ruelles de Konoha


Vu de haut, Konoha est un immense cocon qui se déploie, et qui ronge tout. Fourmilières humaines, entourées d’un grand mur de pierre, puis de troncs, elle est surveillée aux Portes par des rondes de gardes. De là s’étend une large avenue qui vous emmène directement au centre névralgique, là où la reine couve ses œufs et où elle donne ses ordres. Le grand toit rouge est facilement repérable, il vous suffirait de lever les yeux. Supporter par les grandes falaises du village le village s’éparpille devant elles.

Konoha est organisées en une demi-étoile qui s’illumine. Entre les grands passages, de nombreuses rues sinueuses creusent le sol. C’est ici que vous passez sans vous en rendre vraiment compte. Les marchands vous souhaitent un « bonjour » radieux, d’onctueuses odeurs s’échappent des cuisines, vos voisins étendent leur linge sur les hauts balcons.

Vous y vivez, mais jamais vous ne vous rendez compte que ces quartiers-là vivent également. C’est un conglomérat d’âmes en surchauffe, qui s’active tôt le matin et qui s’éteint lorsque le soleil disparait.

Les pavés sont froissés par les nombreux passants qui jonchent les trottoirs chaque jour. Les rues sont pauvres et portent en elle les histoires du village. De chaque côté de nombreux immeubles à plusieurs étages vous toisent de leur haute stature. Konoha est ainsi fait que rarement le soleil vous éclabousse. Les rues sont étroitement encadrées, et les ombres des grands bâtiments s’étendent de par et d’autre du village. A midi seulement, lorsque l’astre pointe son nez chaud les rayons vous prennent d’assaut, à la perpendiculaire. Mais quelques minutes plus tard, déjà il est recouvert par un mur, un toit. Le Pays du Feu est continuelle illuminé d’une telle clarté, mais finalement lorsque ce ne sont pas les grands arbres qui vous protègent, ce sont vos propres maisons.

Souvent propres, parfois glauque, les ruelles de Konoha sont revêtues d’une hétérogène conscience. Jamais vous ne vous y ennuierais parce qu’il y a toujours quelque chose à faire. Un saltimbanque qui fait don de ses talents, des amis qui jouent à même la route, des jeunes qui jouent au loup et des vieux qui contemplent la douceur de la vie, dans les ruelles de Konoha vous pouvez à tout moment tomber sur quelqu’un que vous avez oublié que vous ne cherchiez plus, ou qui vous horripile. C’est un hasard, un jet de dès du Destin, et c’est sûrement cela qui fait leur beauté.

Les ruelles sont le lieu de tout jeu, de toute opportunité. Balade tranquille entre les hauts arbres qui bordent les grands avenues, course sur les toits, entraînement dans les creux sinueux du centre, partez à la découverte du tout et du rien. Parce que jamais vous ne pourrez anticiper vos rencontres…

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Sam 18 Mar - 16:58

[Rp venant de la maison Yamanaka]

Auroe marchaient tranquillement dans les rues, comme personne ne pouvait s'entrainer avec elle aujourd'hui elle avait une petite idée sur la façon dont elle trouverait des "cobayes". Elle évitait soigneusement les gens qui passaient et se dirigeait d'un pas décidé vers la petite place ou elle jouait au ballon avec les autres enfants étant plus jeune. Le temps était ensoleillé, elle était certaine de trouver ce qu'elle voulait.
Comme elle le pensait elle percut des cris et des rires alors même qu'il lui restait une rue à parcourir. Elle avanca vers la scource de tout ce tapage et observa les marmots qui jouaient là. Elle regarda autour de la petite place, quelques bancs étaient occupé par des femmes au regards attentifs envers leurs enfants, ne voulant pas les lacher d'une semelle de peur qu'il leur arrive tout un tas de chose. Auroe sourit, elle avait au moins eut la chance de ne pas avoir de parents etouffant, ils étaient souvent en mission et elle venait s'amuser ici avec les autres enfants du village à défaut d'être avec eux... Cela expliquait son indépendance actuel.

Elle se dirigea vers un banc et s'assit, elle observa un pue les enfants jouer pour repérer le plus débrouillard, c'est celui qu'il lui fallait... Lorsqu'elle fut certaine de sa cible elle jetta un coup d'oeil inquiet autour d'elle pour vérifier que personne ne la regardait ni ne s'interessait à l'enfant... Il ne faudrait pas que les parents lui sautent dessus...
Elle commenca par se vider totalement de tout sentiments et pensées... Comme pour chaque nouvel exercice il fallait qu'elle reste concentré sur sa cible... Et uniquement sur elle. Elle créa le lien entre leur deux esprits.
Elle ne savait pas vraiment comment s'y prendre... Prévoir une action était radicalement différent de ce qu'elle faisait d'habitude... Elle ramenait les pensées avec les sentiments qui leur était associés, mais tapper dans une balle n'était pas lié à un sentiment... Il ne restait qu'une chose à faire.

Elle relacha doucement sa défense de façon à recevoir toutes les pensées de l'enfant... Et les siennes... La première fois qu'elle était entré dans un esprit, celu de son professeur le flot l'avait surprise, elle s'était braqué et avait tout rejeté... Elle ne savait pas ou elle allait maintenant...
Les pensées affluèrent, elle se trouvait face au double de qu'elle avait dans la tête d'habitude. L'enfant était apparement complètement concentré sur ce qu'il faisait, analyse du jeu, possibilités enviseagables, c'était trop, c'était fouillit... Apparurent bientôt les pensées emprunte de sentiment, angoisse, désir de gagner, de montrer aux autre ses talents...
Auroe attrappa vite mal au crane, elle coupa le lien et respira longuement. Elle s'était crispé d'un coup, un enfant s'était arrêté devant elle la regardait d'un air étonné, elle lui adressa un sourire crispé. Elle relacha ses muscles, il lui fallait reesayer...
A nouveau les pensées affluèrent, elle se concentra sur celle relative au jeu de l'enfant, tentant d'oublier les autres... Des goutelettes de sueurs commencaient à perler sur son front, elle n'arrivaient pas à se concentrer, même ce sur quoi elle se focalisait était totalement désordonné... Elle était obligé de rediriger son attention sans arrêt... Une main se posa sur sa cuisse lui faisant faire un bond, le lien qu'elle aviat fait cassa.


[Passant] Ca va petite? Tu es pale et tu transpires, il ne fait pas si chaud que ça... Tu dois avoir de la fièvre...

Auroe regarda l'homme qui lui parlait d'un air étonné... De quoi se mêlait il? Et en plus il ramenait sa science... La surprise laissa place à l'agacement. L'homme la regardait toujours avec un air inquiet bien qu'elle ai repris des couleurs... Il était sincère en plus, elle ne pouvait rien lui dire.

[Auroe] Ca ira merci, juste un petit malaise, rien de grave.

Elle se leva et partit un peu plus loin, l'homme la regarda s'éloigner. La fillette vint s'asseoir sur un autre banc et se reconcentra sur sa cible, il lui fallait trier les pensées... Impossible de tout gérer. Elle devait trouver un moyen. Comment faisait elle elle même pour se concentrer sur quelque chose sans être gêné?
Question simple et réponse non convenable : si elle était assez interessé ça marchait, sinon c'était moyen...
Elle devait s'attaquer au mécanisme même. Il fallait que l'objet de la reflexion prenne toute la place, écartant tout autres pensées... Elle posa son regard sur le ballon puis sur l'enfant qui jouait avec... Lui il ne pensait qu'à une chose : sa balle... et son prochain coup...
Elle devait donc complètement s'imprégner des pensées de l'enfant jusqu'à ne plus rien sentir d'autre... Elle créa le lien et cette fois projetta une bonne partie de son esprit dans le corps de l'enfant, comme elle l'avait fait à l'académie sur la piscine.
Elle chercha toutes les informations relatives aux sens de l'enfant, elle put voir par ses yeux, sentir les mouvements qu'ils faisaient... Elle se concentra sur le ballon, se mit à la place de l'enfant. Elle tentait de devnier ce qu'il pourrait faire mais se trompait tout le temps... Même avec ses yeux lui voyait des choses qu'elle était incapable de discerner... Les sens ne seraient d'aucune aide, chacun a sa façon d'interpréter le monde autour de lui...
Elle retrouva son corps pour éviter que son hôte n'attrappe un mal de tête. Il fallait à nouveau trouver autre chose... Elle respira longuement. Elle en était capable, elle le savait... Un oiseau vint se poser sur la corniche au dessus du banc, elle leva la tête. A quoi pouvait bien penser cet animal? Comment pensait il? La fillette l'observa, il n'avait pas de sentiments complexes... Sa tête bougeait selon sa vue, lorsqu'il voyait quelque chose dans les coins par refelxe il tournait la tête pour l'analiser. Si c'était un peu gros il partait... Encore un reflexe, pas de sentiments...

Auroe pit un dernière inspiration et fit la vide totale... Rien ne comptait, seulement sa cible, seulement ce qu'elle voyait... Elle ouvrit à nouveau le lien et fit glisser son esprit vers l'enfant. Aucune de ses pensées ne la perturbait, elle était presque sa cible... La balle, c'est cela qu'elle cherchait, qu'allait il faire?
Les pensées étaient nombreuses autour de ce bête ballon... L'enfant enviseagait de multiples possibilité, des informations arrivaient sans cesse, de ses pieds pour situer l'objet, de ses yeux pour analiser la situation sur le terrain... De l'amalgame de ces informations il y avait tout un tas de conclusion enviseagable... Et il n'en choisirais qu'une. Restait à savoir laquelle.
Elle n'avait jamais été très doué pour ce jeu, aucune chance qu'elle puisse deviner quoique ce soit avec ses conaissance propres... Cela ne tombait pas mal, dans un combat elle ne connaitrait surement pas les techniques de l'adversaire.
Mais tout allait trop vite, elle avait accès aux pensées, à la vision mais elle était incapale de déduire quoi que ce soit. Voici comment cela se présentait :
Elle voyait tout d'abord le terrain, toutes les informations extérieurs, puis elles étaient traités, elle ne savait pas de quelle façon... En ressortait tout un tas de possibilités, puis d'un coup tout disparaissait pour qu'il n'en reste qu'une mais c'était trop tard, ce tri se faisait au moment ou l'action physique se déclenchait... Là aussi il manquait une étape d'analyse qu'elle ne voyait pas...
Totalement concentré sur sa cible Auroe ne sentit pas venir le malaise qui la prit. D'un coup son corps rappela son esprit, elle fut prise d'une nausée et le petit déjeuné qu'elle avait avalé rapidement avant de partir se retrouva par terre...
Elle releva la tête, tremblante, et jetta un coup d'oeil autour d'elle. Quelques personnes la regardai, elle se redresssa et leva la main pour signifier qu'elle n'avait pas besoin d'aide... Elle se leva et choisit de hanger de quartier, elle allait vraiment finir par se faire remarquer. En chemin elle s'arrêta prêt d'une fontaine pour se rincer la bouche et le visage. Cette technique serait finalement plus dur à acquérir qu'elle ne le pensait... Le tout était d'éviter de se faire remarquer partout ou elle allait.

La fillette ne savait pas vraiment ou elle pourrait aller. En marchant au hasard elle arriva finalement dans les quartier concentrant pratiquement tous les commerces du village. Les rues étaient encombrées ici, elle ne désemplissait que le soir. Elle voyait les gens hésiter devant les étalages ou regarder nonchalamment avant que leur visage ne s'éclaire et qu'ils achetent quelque chose sans hésiter.
Elle n'avait pas vraiment besoin de plus... Elle s'appuya contre un mur en face d'une boutique quelconque et projetta son esprit vers les passants.
Dans chacun d'eux ele voyait la même chose : information, possibilités envisegable, conclusion (action physique)... A chaque fois il lui manquait les étapes intermédiaires... Elle se reposa quelques minutes, son coeur s'étiat à nouveau accéléré, elle ne voulait pas faire repartir ce qui lui restait dans l'estomac.
Elle ne concevait pas le fait de pouvoir analiser une situation comme le ferait son adversaire... Surtout que cela ne pouvait que changer d'une personne à l'autre. Ou alors... Il lui faudrait quitter totalement son corps pour se plonger dans celui de sa cible. Elle ne savait pas ce qui se passerait à ce moment là, à vrai dire elle ne savait même pas si elle en était capable.

Elle prit une grande inspiration et projetta son esprit vers un passant en ne cherchant pas à conserver de lien entre leurs deux corps. Pendant un moment ce fut le noir totale, elle se sentait tombé. Elle tentait d'ouvrir les yeux mais elle ne pouvait pas, aucune sensation n'émanait de l'extérieur. Elle avait donc réussit à quitter totalement son propre corps... Elle chercha rapidement les informations des sens de son hôte.
La lumière revint ainsi que les sons, l'homme dans lequel elle était était à genoux... au dessus de son corps... En le quittant elle l'avait laissé livré à lui même et il était tombé... Elle ne savait pas pourquoi, on ne l'aviat pas informé de cela... C'était étrange, elle espérait ne pas s'être fait mal...
Il fallait vite faire quelque chose avant qu'on l'emmene à l'hopital, maintenant qu'elel était dans le corps de cet homme elle se devait au moins de trouver ce qu'elle était venu chercher.
Elle subissait les pensées de son hôte, elle avait la sensations de bouger comme dans son corps... Elle sentait aussi sa façon de réfléchir, comme si c'était elle. Ces nouvelles sensations lui plaisait mais malheureusement elle n'avait pas le temps de s'attarder... de plus elle commencait à se sentir mal... Son hôte ne devait pas supporter d'abriter deux esprits.
Elle se concentra sur son corps et l'instant d'après elle y était... Elle mit quelques instants à retrouver ses sens puis ouvrit les yeux. Elle était bien allongé et plusieurs personnes étaient penché sur elle, lui demandant si ça allait, et ce qui s'était passé.
Elle fit un sourire un peu forcé, pas moyen de s'entrainer tranquillement... Elle sauta sur ses jambes et remercia tout le monde pour l'attention qu'on lui portait... C'était vraiment... génial. Elle tenta de faire un pas mais elle s'écroula, cette fois c'était autre chose... Elle n'avait plus de force. Elle ne put que jurer intérieurement, elle n'avait pas fait attention à son chakra.
Les passants qui s'étaient un peu éloigné revinrent tous. Auroe tenta d'expliquer ou il fallait la ramener : cheez sa grand mère. Elle n'avait aucune envie de se retrouver à l'hopital...
Elle ferma les yeux, la fatigue la gagnait, on la souleva. Elle espérait que ceux qui l'emmenaient avaient bien compris qu'elle voulait seulement rentrer chez elle...


[suite à l'hopital]
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Sam 18 Mar - 18:56

[ Auroe Yamanaka: +8XP RP ]

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 21 Mar - 1:24

[Juste après le rp dans la maison Yamanaka ou Auroe "discute" avec l'esprit]

La fillette marchait dans les rues, tranquille, elle prenait son temps, la pénombres régnait encore en grande majorité sur le village, l'air était plutôt frais. Sa méditation l'avait parfaitement reposé, elle se sentait d'attaque pour cette nouvelle journée.
Elle marchait sans vraiment avoir de but précis, elle n'avait aucune idée de ce qu'elle ferait dans la journée. Elle avait en fait décidé de s'entrainer, rien ne pouvait être mieux que le ressenti de ce qu'il se passe autour de soi, c'est ce qu'elle faisait... Son esprit ne pouvait s'étendre hors de son corps si elle ne se concentrait pas, peut être cela viendrait il un jour mais en attendant il fallait trouver autre chose. Elle n'arriverait à rien de plus tant qu'elle ne saurait pas maitriser totalement son corps et être à l'écoute des autres.
Elle se contentait d'écouter les conversations des marchands qui installaient leurs étalages, ou de respirer les odeurs qui lui parvenaient. Elle s'imbibait de ce qui l'entourait, une chose l'arrêta dans son petit exercice matinal (et passif pourrait on dire). Elle se trouva intrigué par un personnage avec des lunettes noires sur le nez, les cheveux en brosse... Elle crut reconnaitre le jounin qu'elle avait vu dans l'arène il y a quelques temps avec Jujuko mais ce n'était pas lui, il lui ressemblait drolement...
Sa curiosité l'emporta, elle s'appuya contre un mur et regarda passer l'homme au lunette. Lui aussi avait quelque chose... elle ne savait pas bien quoi mais il était étrange... L'homme au lunette ne fit pas attention à elle, s'était tant mieux d'un côté. Elle le regarda s'éloigner jusqu'à ce qu'il tourne le coin d'une rue.
Elle ne bougea pas et réfléchit en faisant vagabonder son regard sur l'horizon. Le soleil était encore bas, si le jounin était un professeur il devrait bientôt aller à l'académie pour ses cours et fort à parier qu'il passerait par ici.
Elle ne s'était pas tromper, elle entendit des voix venant de la maison auquel appartenait le mur sur lequel elle était appuyé puis la porte s'ouvrit. Le jounin sortit, il dit quelque chose à l'adresse de quelqun à l'intérieur avant de refermer la porte.
Il fit quelques pas dans la rue, les mains dans les poches, la fillette ne sut pas si il l'avait remarqué, ses lunettes cachaient totalement ses yeux. Elle se mit au milieu de la rue, comme ça elle était au moins certaine d'être vue... Elle attendit qu'il arrive à sa hauteur avant de lui adresser la parole.


[Auroe] Bonjour

Elle était de bonne humeur, son sourire était franc et le ton enjoué. Elle espérait seulement que le jeune homme ne soit pas grincheux le matin au réveil sinon elle allait être reçut... Et ces lunettes noires qui l'empéchaient deviner quoique ce soit sur son humeur grace à ses yeux... Mais peut être était ce pour ça qu'il les mettait d'ailleur. Elle se posait trop de questions pour être à l'aise...
Elle emboita le pas au jounin, elle voulait poser une question mais ne savait pas comment s'y prendre... C'était pour le moins délicat à formuler.
Vous êtes quoi? C'était exactement l'essence de la question qui tournait dans sa tête, mais il devait exister un moyen plus... polie de demander. Ou alors elle pourrait aller chercher cette information toute seule... Elle regarda le jounin qui la dépassait bien de deux têtes, au moins... Elle n'était vraiment pas sure de pouvoir pénétrer son esprit sans se faire remarquer, c'était tout de même un jounin, et ce ne devait pas être pour rien qu'il avait été nommé à ce poste... De plus il était spécialiste de genjutsu à ce qu'elle avait compris dans l'arène...
Idée à proscrire de toute façon, elle s'était donné pour but de respecter la vie, c'était un minimum de ne pas violer la barrière des pensées de ses interlocuteurs. Il fallait donc poser la question de fçon conventionelle, elle soupira avant de lever la tête vers les... lunettes du jeune homme.


[Auroe] Excusez moi de... de vous demander ça mais... Elle marqua une pause, cherchant ses mots, une phrase qui passerait bien. C'est que... je vous trouve... bizarre. Deux taches rouges s'étalèrent sur ses joues. Enfin... Pas comme les autres ninjas, elle déglutit, mais pas seulement vous, quelqun qui vous ressemblait et qui est sortit d'ici juste avant j'avais la même impression. Cette fois elle s'arrêta, elle se trouvait idiote... Je suis désolée de vous faire perdre votre temps, oubliez ça...

Elle baissa la tête, elle aurait put être un peu plus fine sur ce coup... Elle marcha sans rien dire, sans relever la tête non plus. Il faudrait qu'elle réussise à vaincre cette barrière qui l'empéchait d'aller vers les autres un jour... Sa question n'était pas si idiote que ça vu qu'elle se la posait franchement, elle était en droit de se la poser d'ailleur.
Elle ne savait pas ce qui la mettait le plus en colère contre elle même : d'avoir demandé, de s'être défilé ou de se trouver bête... Les trois peut être.
C'est elle qui pensait quelques minutes auparavant qu'il fallait qu'elle sache se maitriser... Ses begaiements et ses doutes c'était vraiment une belle démonstration...
Elle marchait au rythme (plutôt lent par ailleur) d'Armo en ruminant ces pensées.


Dernière édition par le Mar 21 Mar - 12:55, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 21 Mar - 12:42

[Cheveux en brosse ? M****, 'faut que j'apprenne à dessiner, et vite Razz]

Armo venait de sortir de l'armurerie, où il avait fait une enième visite, et se dirigeait vers les étals, d'un pas tranquille. Une petite fille se tenait au milieu de la route, il s'excentra donc légèrement pour ne pas la percuter, sans plus s'en soucier, mais lorsqu'il passa à son niveau, elle lui adressa un "Bonjour" jovial, accompagné d'un sourire du même acabit. Le jeune homme baissa les yeux vers elle en ralentissant. Elle ne lui disait rien, mais elle ne semblait guère âgée, et à cet âge-là il arrivait souvent que les enfants saluent toute personne qu'ils croisient dans la rue. Pas la peine d'en faire tout un fromage. Il inclina donc la tête vers elle et se fendit d'un autre "Bonjour" prononcé d'un ton aimable, puis il continua sa route.

La petite fille lui emboîta le pas, et commença à le suivre. Il ne le remarqua pas de suite, mais étant seul, il finit par se dire que c'était lui qu'elle suivait, il ralentit donc la cadence pour lui permettre de revenir à son niveau sans se fatiguer. Elle ne faisait que marcher à côté de lui, sans rien dire. L'Aburame jeta un coup d'oeil vers Auroe, et remarqua qu'elle aussi le regardait. C'était une petite fille blonde d'une dizaine d'années, aux yeux très clairs et à l'expression à la fois enjouée et comme gênée. Elle lui voulait quelque chose, c'était évident, mais quoi ? Après tout, il n'était pas intimidant à ce point-là, il n'y avait pas de raisons qu'elle soit gênée de s'adresser à lui. Si ? D'un autre côté, les élèves qui lui étaient confiés étaient souvent intimidés. Mais c'était sans doute plus le fait de son grade qu'autre chose. Et il ne fallait pas oublier l'âge de la fillette : pour elle, Armo était certainement un "grand" ou un "vieux", et cela devait jouer sur sa réaction.
Ce n'était pas qu'il soit imaptient, mais il commença à se demander sérieusement pouruqoi elle le suivait et ce qu'elle voulait, et il allait ouvrir la bouche pour lui poser la question, quand elle prit les devants :


"Excusez moi de... de vous demander ça mais..."
Elle fit une pause. Armo ralentit pour se tourner vers elle, et par réflexe s'apprêta à lui dire qu'elle n'avait pas de raisons de s'excuser, mais pour commencer il risquait de la couper dans son élan, alors qu'il lui avait déjà fallu du temps pour prendre la parole, et de plus il ne savait même pas pourquoi elle s'excusait, justement.
"C'est que... je vous trouve... bizarre."
L'Aburame fallit sourire, mais en voyant les joues de la fillette prendre un teint rosâtre, il s'absint, elle risquait de mal le prendre. Pourtant, cette habitude d'être regardé bizarrement, cela lui titillait les zygomatiques, il avait fini par trouver ça amusant.
"Enfin... Pas comme les autres ninjas, mais pas seulement vous, quelqu'un qui vous ressemblait et qui est sorti d'ici juste avant j'avais la même impression."
Elle s'arrêta à nouveau. "Pas comme les autres ninjas" ? Sans doute voulait-elle parler des Aburame. Il pouvait donc sourire, du moins il aurait pu si l'enfant n'était pas si timide en apparence. Sa façon de faire preuve de tact était touchante, et même si cela l'amusait d'autant plus, le Jounin ne pensait pas à ça en se moquant.
"Je suis désolée de vous faire perdre votre temps, oubliez ça..." [Au passage, arrêtes de conjuguer les paroles d'Auroe au masculin Razz]

Ca y est, il pouvait le dire.
"Pourquoi ça ? Tu n'as aucune raison de t'excuser...Et puis, marcher à quatre ou six kilomètres heure, ça n'est pas ça qui me fera perdre beaucoup de temps, vu la longueur de mon trajet.
Tu trouves que je suis bizarre ? Ca n'est pas une raison pour être intimidée, n'importe qui trouve quelqu'un bizarre, après tout...Si ça se trouve, moi-même je te trouve bizarre d'être gênée de me dire ça
^^ Par contre, je comprendrais peut-être mieux où tu veux en venir si tu étais un peu plus claire...Quelle est cette impression que tu dis avoir ressentie en nous voyant, cet homme qui me ressemble et moi ?"

C'était étrange comme il était plus facile de s'adresser à une enfant qu'à un adulte...

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 21 Mar - 13:41

[je conjugue pas au masulin, j'oublie les "e" c'est pas pareil Razz (mais certe, ce n'est pas pardonnable non plus)]

[Armo]"Pourquoi ça ? Tu n'as aucune raison de t'excuser...Et puis, marcher à quatre ou six kilomètres heure, ça n'est pas ça qui me fera perdre beaucoup de temps, vu la longueur de mon trajet.
Tu trouves que je suis bizarre ? Ca n'est pas une raison pour être intimidée, n'importe qui trouve quelqu'un bizarre, après tout...Si ça se trouve, moi-même je te trouve bizarre d'être gênée de me dire ça. Par contre, je comprendrais peut-être mieux où tu veux en venir si tu étais un peu plus claire...Quelle est cette impression que tu dis avoir ressentie en nous voyant, cet homme qui me ressemble et moi ?"


Auroe releva la tête à ses paroles, et bien non le jounin n'allait même pas la manger... (étrange^^). Apparement il ne l'avait pas reconnut, il faut dire qu'il devait en voir des gamines comme elle, tout les jours probablement... Et elle n'était pas resté longtemps dans l'arène.
Elle soupira, elle ne savait pas comment expliquer ce qu'elle avait ressentit, comme pour ces exercices de l'esprit il n'existait aucuns mots pour décrire son impression dans sa langue maternelle... Peut être faudrait il qu'elle s'invente ses propres mots ce serait plus simple. Elle leva à nouveau la tête vers Armo, sa réponse avait redonné un peu de confiance en elle à la fillette.


[Auroe] Et bien... Pas bizarre comme tout le monde justement. Cette phrase était vraiment idiote, qu'est ce qu'être bizarre comme tout le monde? Il faudrait qu'elle se l'explique un jour... Elle continua pour se rattrapper. Vous êtes ninja n'est ce pas? Et bien j'ai l'impression que vous et a priori votre famille avez quelque chose de spécial... Comme les Hyuga ou les Uchiha... Mais sur eux ça se voit au premier coup d'oeil.

Elle avait peur de se tromper... De blesser cet homme, il était peut être tout ce qui était de plus normal après tout. Ses sentiments pouvaient très bien l'emmener sur une fausse route. Elle allait à nouveau s'excuser mais elle referma la bouche bien vite en se rappelant de ce que venait de dire le jounin il y a quelques secondes... Après il lui faudrait s'excuser de s'être excuser, cette pensée la fit sourire, c'est vrai qu'en dispensant des "excusez moi" à tout bout de champ cela pouvait devenir absurde.
De plus elle devait prendre confiance en elle, cette impression elle ne l'avait pas pour rien... Tout du moins elle l'espérait... Elle ajouta quand même une phrase, certe obscure mais c'est ce qu'elle pensait ressentir.


[Auroe] Vous semblez être... plus qu'un homme... Enfin, je ne sais pas si vous comprenez.

Il était surement un homme, du moins moralement, elle avait lu que certaines personnes étaient manipulées par des esprits de démon, ce n'était pas le cas là... Si elle s'était trouvé en face d'un tel être elle l'aurait probablement ressentit tout de suite. Ici c'était quelque chose de plus diffut.
Tout le temps qu'elle s'entrainait à être à l'écoute des autres, si elle se plantait ce coup ci, cela montrerait son incompétence. Ou alors elle devenait paranoïaque et voyait des choses là ou il n'y en avait pas.
Ou encore elle devrait arrêter de se prendre la tête, ce fut la solution qu'elle considéra comme étant la meilleure... Elle pourrait toujours vérifier si le jeune homme ne voulait pas lui répondre, ce serait rapide, mais elle n'aurait probablement pas besoin d'aller vérifier quoique ce soit dans son esprit. Il semblait assez gentil au premier abord, il allait répondre.
Elle leva les yeux vers ceux du jounin, enfin... ses lunettes... Elle savait bien quelle impression elle avait en face des deux surfaces opaques, c'était désagréable... Elle ne fit aucune remarque à ce sujet, heureusement que le jounin ne pouvait pas lire dans ses pensées.
Elle fillette continuait à marcher à côté du jounin, elle vidait son esprit de toutes angoisses pour trouver un peu de calme, pas d'efforts inutiles... Elle ferma les yeux un instant, son visage se détendit, elle se sentait déjà plus libre. Libre de recevoir la réponse de son interlocuteur et de la comprendre pleinement.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 21 Mar - 14:01

La fillette le regarda puis soupira. Visiblement, elle avait un peu de mal à parler. Peut-être avait-elle peur de se faire gronder, ou de faire des bêtises ?

"Et bien... Pas bizarre comme tout le monde justement."
Ce qui était bizarre, en tout cas, c'était la phrase. Mais Armo se permit de sourire, cette fois. La fillette l'amusait vraiment, même s'il ne voyait pas où elle voulait en venir.
"Et bien j'ai l'impression que vous et a priori votre famille avez quelque chose de spécial... Comme les Hyuga ou les Uchiha... Mais sur eux ça se voit au premier coup d'oeil. "

Voilà qui avait le mérite d'être clair. C'étaient tout simplement les insectes grouillant en lui qui avaient attiré l'attention de l'enfant. Par contre, comment avait-elle fait pour sentir leur présence ? Les invocations peuvent ere détectées par leurs émanations d chakra, tout comme les humains, mais les insectes ne le produisent pas, ils le dévorent...D'amusé, Armo devint intrigué par son insolite interlocutrice. Mais comme ce n'est guère poli de faire patienter quelqu'un, il commença à sortir sa main de sa poche pour confirmer la supposition, lorsqu'elle acheva de dire sa pensée avec une phrase encore plus étrange que les autres.
"Vous semblez être... plus qu'un homme... Enfin, je ne sais pas si vous comprenez."

Le Jounin se fendit d'un sourire encore plus large, et vraiment amusé. Il aurait presque ri, mais cette fois ça n'aurait vraiment pas été poli. Il acheva de se dégager le bras puis entreprit de s'expliquer.
"Mmm, non, je ne suis pas encore un homme...Un peu trop jeune pour ça. Mais tu as raison, je suis plus d'un." Il leva le bras à l'horizontale, et une petite cohorte d'insectes destructeurs commença à émerger de sa manche baillante, avant d'aller voleter autour du tronc d'Armo. La fillette le regardait toujours, et semblait chercher à croiser son regard, mais il s'en détournait volontairement, n'aimant pas ce genre de situations. Ils continuèrent à marcher tous les deux, et sans attendre de manifestations de la part d'Auroe, il reprit son explication.

"Je fais partie du clan Aburame, et de ce fait j'héberge un essaim d'insectes destructeurs dans mon corps, afin qu'ils m'aident au combat. Finalement, la bizarrerie que tu me trouvais n'était pas si surprenante que ça Wink Même si d'habitude, elle provoque plus la peur, le dégoût ou le mépris qu'une simple curiosité.
Je peux te poser une question à mon tour ?"

Auroe le regarda sans comprendre, du moins en apparence, et acquiesça.
"J'aimerais savoir - enfin, si ça ne te gêne pas de me le dire - comment tu as fait pour sentir leur présence en moi. Même un ninja entraîné à repérer la plus infime parcelle de chakra ne peut pas le faire...Je suis très curieux de savoir comment tu t'y es pris."

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 21 Mar - 20:54

La fillette regarda les insectes voleter autour du jounin. Elle ouvrit des yeux ronds, c'était presque comme si il les controlait... Et ils venaient de sortir de sa manche... de nul part pour ainsi dire. Ellel fronca les sourcils, se demandant bien ce qu'était cet homme... Si c'était un homme.
Elle écouta les explications ; Aburame... Il fallait qu'elle retienne ce nom, soit elle n'en avait jamais entendut parler soit elle avait totalement oublié que des gens pareils existaient... En tout cas son ignorance avait pris fin. Son visage s'éclairait au fur et à mesure qu'Armo parlait.
Elle avait le sentiment d'avoir eu une bonne idée en le suivant, la journée pouvait devenir interessante. La notion d'hébergement lui échappait, elle se demandait bien comment ces insectes pouvaient vivre en parfaite symbiose avec un corps humain. Il l'a dit lui même : ce sont des insectes destructeurs, étrange qu'ils ne dévorent pas totalement son corps et son chakra. C'était vraiment quelque chose de fabuleux.
Elle continait de regarder les insectes virevolté autour du ninja, c'était ça qu'elle avait sentit, comme il avait dit à l'instant son corps abritait tout un tas de choses. Ce clan en ayant tissé un lien étroit avec la nature plutôt que de chercher à la détruire avait gagné en puissance... Pourquoi tout le monde ne pouvait il suivre cet exemple? Elle était certaine que tous aurait à y gagner, et surtout, des vies seraient épargnés.
Elle leva le regard vers le jounin, elle attendait la question à laquelle il avait fait allusion.


[Armo] J'aimerais savoir - enfin, si ça ne te gêne pas de me le dire - comment tu as fait pour sentir leur présence en moi. Même un ninja entraîné à repérer la plus infime parcelle de chakra ne peut pas le faire...Je suis très curieux de savoir comment tu t'y es pris.

Voilà quelque chose d'interessant... Elle ne savait pas vraiment comment elle avait fait... Une intuition, trop forte pour être une simple supposition. Quelque chose qui maintenant qu'elle y pensait l'étonnait elle même.

[Auroe] Heu... Ce n'est pas grace au chakra que je repère quelqun. Je suis une Yamanaka, je peux pénétrer et manipuler les esprits, enfin, je pourrais... je découvre à peine mes capacités. Les esprits humains je peux les ressentir, ceux des morts aussi. Elle marqua une pause, semblant réfléchir. Je crois que j'ai sentit la présence des insectes par le même procédé, je ne savais pas que je pouvais faire ça...

En fin de compte il devait être aussi étonné l'un que l'autre en pensant aux capacités de leur interlocuteur. Elle n'était pas très commune non plus, tout le monde ne pouvait pas se vanter d'avoir le sang d'un démon dans les veines. Et qui plus est à la différence de ceux qui hébergaient des esprits démoniaques, elle controlait totalement ses pouvoirs. Voilà une chose à laquelle elle n'avait jamais vraiment songé, le regard des autres sur ses pouvoirs... Cela ne lui avait pas posé de problème, et Konoha était plutôt tolérant en ce qui concernait tout ça. Elle avait eu de la chance jusque là peut être.
Quand à avoir sentit les insectes... Elle n'était pas sur de ses dires, en tout cas nulle part il était mentionné qu'elle pouvait communiquer avec les animaux ou même les manipuler... Mais pourquoi pas ressentir leurs esprits? Après tout l'homme est un animal parmis tant d'autres... Il faudrait qu'elle aprofondisse un peu plus tout ceci, elle aurait largemetn el temps d'y repenser par la suite.
Elle leva les yeux vers Armo. Un sourire illumina le visage de la fillette, elle avait plein de questions qui lui trottaient dans la tête.


[Auroe] Je trouve vraiment génial que vous viviez si proche de ces insectes, mais... Elle hésita. Ca ne fait pas mal? Et c'est vous qui les controlez ou c'est vraiment une "alliance"? Comment vous avez fait pour les avoir dans le corps? Et... heu...

Elle s'arrêta, elle venait de poser trois questions sans interruption et à toute vitesse. Peut être faudrait il qu'elle attende les réponses... Elle pensa un instant à s'excuser mais c'était apparement à proscrire avec le jounin.
Même en trouvant tout ça très "écologique" et sain comme mode de vie elle frissonait à la penser des sensations que pouvaient donner ces petites bêtes si elle les avait elle même dans son corps. Comme le fait qu'elle doivent peut être courir sur la peau, sous le long manteau du jounin. Un peu écoeurant tout de même... Question d'habitude probablement.
La dernière question avait une importantce particulière à ses yeux, elle n'imaginait pas les insectes décider, par un beau jour ensoleillé ou ils étaient de bonne humeur, de vivre avec un homme...
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 22 Mar - 15:52

[Venant de l'Académie]

Yosuke et Jujuko empruntèrent les petites ruelles de la ville, qui étaient beaucoup moins fréquentées à cette heure de la matinée. L’élève restait à côté de son maître sans dire un mot, les yeux toujours rivés au sol, le regard boudeur et désolé, il n’osait pas regarder en l’air de peur que son regard croise celui de Jujuko sensei. Il avait honte c’est vrai mais elle était vraiment justifiée. En une matinée il avait réussi à faire plus de gaffes qu’en un mois et cela devant des ninjas le jour de son admission à l’académie. Yosuke se demandait vraiment comment il avait pu convaincre cet employé de l’accepter. Le courage qui l’avait submergé l’avait bel et bien quitté. Le doute de ses capacités à devenir ninja l'envahissait, prenant de l'ampleur de minutes en minutes et l'exercice qu'il devrait réaliser bientôt le mettait sous pression. Ils continuaient de marcher dans les ruelles et rapidement le garçon se rendît compte qu’il n’était jamais allé ici. Ceci l’inquiétait un peu et il ne pût s’empêcher de se poser des questions. Il regarda dans toutes les directions, cherchant un repère grâce auxquels il pourrait se localiser. Il remarqua le haut de l’académie dans la direction opposée où ils se rendaient. Il se contenta de retenir le chemin à partir de maintenant, il devrait sans doute retourner dans la forêt seul pour parfaire son entraînement. Cette occupation avait réussi à faire oublier temporairement ses mésaventures de la matinée, il décida aux bouts de longues minutes de rompre le silence.

[Yosuke] « Les autres… enfin je veux dire les autres membres de l’équipe sont dans la forêt ? »

[Jujuko] « Oui »

[Yosuke] « Vous avez parlé d’une technique… je pourrais l’apprendre moi aussi ? Vous savez, je ne sais même pas contrôler mon chakra… »

Yosuke avait de nouveau honte car il avait vraiment beaucoup de retard, peut-être encore plus que son sensei croyait. Mais il savait qu’il ne fallait pas qu’il cache son niveau, après tout il allait rencontrer les autres membres dans quelques minutes, l’écart pourra être comparatif à ce moment précis.

[Jujuko] "Soit patient nous sommes arrivés."

En effet, ils avaient atteint les portes de la ville et ils s'engoufrèrent aussitôt dans la forêt.

[ Arrow la forêt]


Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 22 Mar - 17:14

Le chuunin s'arrêta, et se retourna pour regarder son étudiant. Il lui demanda gentiment de relever la tête, et se mit à sourire.

[Jujuko]"Ne t'en fait pas, l'exercice que nous allons faire ne nécessite pas vraiment de bien maîtriser son chakra."

Le jeune garçon semblait à peine plus rassuré, il regarda jujuko avec un air interrogatif. L'homme reprit la direction de la forêt, et affina sa réponse:

[Jujuko]"Pour maîtriser le chakra, il te faudra t'entraîner pendant de longues heures. Je peux te suggérer quelques exercices, mais sans travail personnel, tu ne pourras y arriver. Consulte les livres de l'Académie, et apprends comment fonctionne le flux de chakra. Ensuite, tu pourras toujours t'entraîner à le malaxer, et faire en sorte de défier les lois de la gravité pour grimper à un arbre sans utiliser tes mains." L'homme marqua une courte pause, et se passa la main derrière la tête. "Il y a plein d'exercices, mais je n'aurais pas le temps de te les faire pratiquer. Il faudra impérativement que tu travailles par toi même. Surtout que tu as choisit de t'orienter vers le Ninjutsu..."

Certaines inquiétudes étaient levées, le jeune garçon se mis à marcher à la même hauteur que son professeur, et continua d'écouter attentivement.

[Jujuko]"Avant ceci, il faut que tu réussisses à malaxer ton chakra, pour sentir le flux circuler en toi. Comme je le disais, rien de tel qu'un bon livre pour réussir cet exercice."

Ils continuèrent d'avancer dans les rues du villages, et finirent par arriver sur la voie principale: celle qui est la plus animée. Jujuko et son étudiant marchaient d'un pas soutenu au milieu de la foule.

[Jujuko]"Nous sommes presque arrivé."

[ Suite dans la Forêt Interne ]
[ Yosuke: +1XP RP & Jiraiya: +1XP RP ]

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 23 Mar - 11:41

[Vive les forumactifs qui déco toujours quand il faut pas...Réécrire un texte improvisé, c'est bof, le réécrire 14 heures après la première rédaction, encore moins...]

Etrangement, la réponse ne surprit pas tant que ça Armo. En lecteur assidu, il connaissait la plupart des clans de Konoha ainsi que leurs spécifités, et les Yamanaka ne faisaient pas exception. Ce que l'on racontait à leur sujet non plus d'ailleurs. La situation paraissait presque cocasse au Jounin : la fillette, que ses dons rendaient bizarre aux yeux de beaucoup de gens, venait à lui pour lui dire qu'elle-même le trouvait bizarre. Comme quoi la normalité était vraiment chose étrange. Cependant, il pria intérieurement pour que leurs points communs s'arrêtent là : ses dons héréditaires suscitaient l'étonnement, mais aussi et surtout le dégoût, la crainte, le mépris. Lorsqu'il était plus jeune, il avait énormément eu à souffrir des moqueries cruelles et incessantes des gamins de son âge, qui ne voyaient en lui que le monstre dont ils se faisaient l'idée, ou que leurs parents leur décrivaient, et cette période n'avait pas vraiment été agréable ni très prolixe du point de vue relationnel. Maintenant, il n'en avait cure, mais il savait aussi que tout le monde ne réagirait pas comme lui, et il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter ne serait-ce qu'un peu pour Auroe. Tout cela était si triste...tristesse qui lui rappela quelque chose. L'Aburame tourna à nouveau la tête à droite, pour observer l'enfant avec qui il discutait depuis quelques instants, et même si la pâleur qui caractérisait sa peau, et et le désoeuvrement qui perlait au fond de ses yeux n'étaient plus, la couleur de ceux-ci et la blondeur de sa cheveulure lui rappelèrent la fillette morose qu'il avait vue à l'arène, la jeune élève de Jujuko.

"Oh, je vois : tu es Auroe Yamanaka ?"

Elle leva la tête vers lui et lui sourit. Bien sûr...ne pas se rappeler de quelqu'un que l'on a pourtant vu peu de temps auparavant, ça risquait toujours d'être assez vexant pour la personne en question, et Armo se fit une enième remarque sur sa maladresse et son absence de tact. Mais elle souriait, donc elle ne devait pas être gênée par cela. De toutes façons il n'eut guère le temps de réfléhcir davantage à la meilleure façon de ne pas froisser quelqu'un, Auroe commençant à le bombarder de questions :

"Je trouve vraiment génial que vous viviez si proche de ces insectes, mais...Ca ne fait pas mal? Et c'est vous qui les controlez ou c'est vraiment une "alliance"? Comment vous avez fait pour les avoir dans le corps? Et... heu..."

"Ah, si je connaissais moi-même les réponses à toutes ces questions..." Il sourit à son tour, avant de reprendre : "Disons qu'ils savent se faire discret, et que l'on finit par oublier leur présence...Un peu comme les battements de notre coeur : on ne pourrait pas dormir ou se concentrer si le bruit des pulsations parvenait régulièrement à nos oreilles, alors le corps fait en sorte de l'ignorer. C'est pareil ici Smile

Comment expliquer la suite, mmm...Imagines que je te donne quatre poulets entiers à manger. Quand bien même tu aurais très faim, tu parviendrais à satiété avant d'avoir tout fini, n'est-ce pas ? Ici, c'est un peu pareil, et c'est ce qui explique que les Aburame n'utilisent pas trop de techniques : c'est vrai que nous nous reposons beaucoup sur les insectes destructeurs, mais les nourrir nous prend une partie de notre chakra, et à cause de cela nous ne disposerons jamais, à niveau égal, de réserves de chakra aussi abondantes qu'un ninja dit "normal". Cependant, ce n'est pas dans l'intérêt des insectes de nous vider."

Armo réfléchit un instant, la main sous le menton, avant de répondre à la question suivante. "On peut voir la symbiose comme un contrat passé entre deux commerçants : je fournis du chakra aux insectes, via les adversaires que j'ai à combattre, et en échange ils me donnent le smoyns de vaincre cet adversaire pour leur rendre le chakra accessible. Ils savent se débrouiller seuls, bien entendu, mais il est beaucoup plus facile et moins dangereux pour eux de se contenter d'un peu de mon chakra, pour survivre, et de faire bombance à chaque combat.
Ils fonctionnent selon le principe de la carotte et du bâton : si je n'ai pas besoin de les appeler consciemment pour qu'ils viennent dévorer le chakra d'un adversaire en situation de combat à courte portée, puisqu'ils entrent en action dès qu'ils sentent la nourriture proche, pour leur demander de faire des actions plus complexes, ou plus dangereuses, il faut leur donner salaire : je leur fait comprendre ce dont j'ai besoin en fonction de la façon dont je leur fournis du chakra, et de la quantité accordée. Ce n'est pas qu'ils refusent de m'aider, c'est leur intérêt. Mais ils n'ont pas le sens tactique humain, et une stratégie que je batis peut leur échapper totalement, ils se contentent donc de suivre mes instructions une fois qu'ils ont reçu suffisamment en "compensation".
Nouvel instant de réflexion, accompagnée d'une moue tenant plus ou moins lieu de clin d'oeil zygomatique. "Comment nous y prenons-nous pour la nidation...Je ne sais pas encore, ça se fait depuis le plus jeune âge, et ce n'est pas un bébé qui fera attention à ce qui se passe. De plus, cela fait partie des secrets du clan, quand bien même je le saurais, je ne le révèlerais à quiconque."

Il espéra ne pas l'avoir déçue, mais d'un autre côté, la curiosité infantile ne pouvait toujours être satisfaite, et parler aussi longtemps sans qu'il s'agisse d'un cours magistral ou d'une discussion avec la famille tenait presque du miracle, il n'en fit donc pas plus de cas.
"Tu as donc commencé à développer tes capacités héréditaires...Tu sais, tu ne devrais peut-être pas dire si facilement que tu es une Yamanaka, l'effet de surprise est vital quand tu as affaire à un adversaire fort mentalement. Et puis, ce n'est pas ce qui se fait de mieux point de vue discrétion Wink Mais Jujuko doit être un professeur très tolérant, non ?"

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 23 Mar - 14:12

[Armo] "Oh, je vois : tu es Auroe Yamanaka ?"

Il l'avait maintenant reconnue, il faut dire qu'ayant dit son nom ce n'était plus très compliqué. Elle hocha la tête et sourit pour signifier qu'il avait vu juste.
Puis l'Aburame commenca à répondre à ses questions... Et dire qu'elle trouvait qu'elle parlait parfois trop... Ca n'était rien de "l'exposé" d'Armo, Elle écouta les paroles s'écouler de la bouche du jounin, il semblait qu'il n'allait jamais s'arrêter. Lorsqu'il eut finit elle pris une grande inspiration, comme si c'était elle qui venait de discourir... Tout de même il était bavard.
Mais toutes ces explications n'avaient pas été vaines, elle avait éouté avec attention et avidité, elle comprenait mieux le "fonctionnement" d'un Aburame. Cela se correspondait à peu prêt à l'idée qu'elle avait d'une symbiose : travailler dans un interêt commun. Ici la nourriture, ce qui était plutôt normal, chez les animaux se nourrir et se reproduire sont à peu prêt les deux choses qu'ils recherchent, si ce ne sont les seules. Ces insectes déployaient tout de même une grande intelligence pour ne pas vider totalement leur hôte et se contenter de ce qui leur était donné... Elle restait sur l'idée que cette famille avait accomplit de grandes choses.


[Auroe] Vous devez vraiment en savoir beaucoup sur la nature pour être arrivé à ça... Et un grand respect envers elle aussi.

C'était pratiquement une reflexion personnelle qu'elle s'était faite, elle avait juste voulut la partager sur l'instant. Peut être Armo aurait il des choses à ajouter sur ce point qui sait.
Elle ne fut pas tellement déçut par le fait que les Aburame gardent le secret de la nidation, cela lui semblait mêem normal. Elle écarta sa curiosité, il fallait respecter ceci, de toute façon il l'avait dit lui même : il ne sait rien. Et puis chez elle aussi on gardait des secrets, qui maintenant savait d'ou venait les pouvoirs de sa lignée? Personne à part sa famille et ce depuis le début, de même ils ne dévoilaient par leurs techniques. Tout était simplement consigné dans des livres que chacunes des branches de la famille avaient en leur possession et qui ne sortaient jamais du cercle familiale.


[Armo] "Tu as donc commencé à développer tes capacités héréditaires...Tu sais, tu ne devrais peut-être pas dire si facilement que tu es une Yamanaka, l'effet de surprise est vital quand tu as affaire à un adversaire fort mentalement. Et puis, ce n'est pas ce qui se fait de mieux point de vue discrétion Mais Jujuko doit être un professeur très tolérant, non ?"

Elle ne s'était jamais posé la question sur le fait de dire ou ne pas dire qu'elle était une Yamanaka, elle était plutôt honnête spontanément, lorsque le sujet apparaissait dans la conversation elle n'avait jamais eut de complexe à affirmer sa lignée... Ce n'est pas pour autant qu'elle le criait sur les toits.
Non, elle ne voyait pas vraiment pourquoi elle commencerait à mentir, même par omission sur ses origines... Elle détestait mentir, , c'était une situation insuportable ou elle avait peur de se trahir à chaque instant et que cela lui attire des problèmes.
Elle fit part de ces reflexions au jounin.


[Auroe] J'aime savoir la vérité, je donne le change, je n'aimerais pas que l'on me mente donc je ne le fait pas avec les autres. Comment espérer changer un peu les choses autour de nous si l'on use le mensonge et la tromperie au même titre que la plupart des gens? On voit ou cela mène, trop souvent...

Cela faisait totalement partie de sa philosophie. Beaucoup de relations, quelqu'en soit la nature, s'enveniment à cause de tromperies ou de mensonges...
Elle voulait casser les cercles de violences pour sauver des vies, comment le faire si elle faisait comme ceux qui s'entre déchiraient? Comment pourrait elle simplement convaincre qui que ce soit en l'abreuvant de mensonges? Même si les ressentiments d'Armo était juste, elle ne pouvait le nier : peut être lui arriverait il des bricoles à vouloir être honnête, mais si cela devait arriver elle aurait au moins la conscience tranquille...
Le sujet de la conversation s'orienta vers ses cours, Jujuko. Effectivement il ne lui avait jamais posé de problème, personne ne lui avait posé de problème quant à sa famille.


[Auroe] Il l'est, mais je n'ai jamais eut à souffrir de mes origines, et j'espère que cela n'arriveras pas. Elle marqua une pause puis sourit. Il m'a donné rendez vous à l'arène demain, mon premier combat, apparement il m'a appris ce que je devais savoir à mon niveau...

Elle en avait finit avec l'académie apparement... Elle allait enfin pouvoir devenir ninja, même l'angoisse du futur combat ne pouvait occulter sa joie à cette idée. Elle laissa échapper un sourire, trahissant son contentement. Elle releva la tête vers Armo, peut être qu'un jour ce serait elle qui serait à sa place à donner des cours et faire des missions. Ce n'était pas peut être, c'était certain, c'était sa voie, son outil pour réaliser ses rêves. A ce propos une question lui vint à l'esprit, elle entrainé par la conversation, elle aimait bien connaitre les "rêves" des autres personnes. Comme quoi son don spirituelle tombait plutôt bien. Elle voulait devenir ninja pour sauver des vies, Akogare c'était pour protéger son amie, Tinuviel... pour se battre... Même si c'était mauvais à son gôut c'était une voie comme une autre... Et ce jounin à côté d'elle qu'en était il? probablement aucune de ces trois raisons... C'est ce qui excitait encore plsu sa curiosité.

[Auroe] Pourquoi avez vous voulu devenir ninja? Si ce n'est pas indiscret

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 23 Mar - 15:55

Kyoshoo rentrait de la banque, il avait une nouvelle fois invoqué N°1. Ils passaient le plus clair de leur temps ensemble. Bien qu’ils aient exactement les mêmes pensées au même moment cela ne les empêchait pas d’avoir des discutions rationnelles. Avant de rentrer à la maison ils comptaient se balader un peu en ville et profiter du beau temps. Ils marchaient lentement, aujourd’hui devait être un jour paisible. Il n’y avait rien de prévu. Ils passèrent devant la vitrine de l’armurerie. Un jour Kyoshoo irait s’acheter des armes. Dans la vitrine était exposé un magnifique katana. Il était indiquait qu’il coûtait 250£. C’était tout de même cher et il n’avait pas les moyens. Enfin, pour le moment. Du coté des armes de jets, il y avait de tout. Des shuriken minuscules, des autres de taille « normal » ou encore des fuma shuriken. C’était impressionnant toutes les armes qu’il pouvait y avoir dans cette boutique. Ils restèrent planté là un quart d’heure à admirer les diverses armes puis reprirent leur route. Ils trouvèrent un banc libre et s’y arrêtèrent pour s’assoire un peu. Sentant que son créateur voulait être seul, N°1 disparut. Kyoshoo resta alors sur ce banc et contempla les nuages. Ils prenaient toutes sortes de formes, et étaient un très bon exercice pour l’imagination. Les gens passaient et passaient sans jamais s’arrêter. Là-bas il y avait un homme étrange, une dizaine d’insectes tournaient autours de lui sans arrêt. D’autres rentraient ou encore sortaient. Cet homme parlait avec une très jeune fille. Elle ne devait pas avoir plus de dix ans. Ils étaient trop loin pour que Kyoshoo entende quelque chose. Il ferma les yeux quelques instant et profita du soleil sur sa peau. Il trouvait cela très agréable. Après une demi-heure, il se laça et rentra chez lui. De plus il commeçait à avoir faim.

La suite ici.


Lv:2 Exp: 20/30
HP: 52/52 – MP: 50/50
FOR:6 – AGI:6 - VIT:6 - DEX:7 - INT:6 – SAG:3
TAI:6 MED:6 NIN:7 GEN:5
Armes:
Agt: 60£


Dernière édition par le Sam 25 Mar - 14:53, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 23 Mar - 16:17

Ainsi donc, elle voulait se montrer honnête jusqu'au bout, afin de ne pas tomber sous le coup du dicton "Faites ce que je dis, pas ce que je fais"...Ses intentions étaient très louables aux yeux du Jounin, cependant...Ils les trouvaient naïves, trop naïves, et utopiques. Pour une civile, pas forcément. Mais elle était ninja, et s'il se rappelait bien des propos tenus à l'aèrne, elle était déjà intégrée à une équipe, ce qui signifiait qu'elle risquait de bientôt devoir participer à des missions. Le mensonge, la tromperie, la duperie faisaient partie de l'arsenal ninja, même si'l ne s'agissait parfois que d'employer des fumigènes pour duper l'adversaire et fuir.

"Il m'est déjà arrivé, au moins une fois, d'avoir à mentir, sans quoi je serais mort."

Il ne jugea pas utile de préciser qu'il s'était fait passer pour beaucoup plus faible qu'il n'était, afin que son adversaire baisse sa garde. Ni qu'il avait dû tuer celui-ci pour préserver sa vie. Non pas qu'il en ait honte, après tout il n'avait pas eu le choix. Mais même si elle devait apparemment bientôt commencer ses missions, Armo doutait qu'Auroe ait déjà été confrontée à la mort en combat, et il ne voulait pas lui parler de cela si tôt. Même Naoki, pourtant très mature pour ses 14 ans, avait été choqué lorsqu'Armo lui avait parlé plus en détail du lot quotidien des ninjas en mission.
Heureusement, Auroe reprit sur Jujuko, coupant court à toutes ces réflexions :


"Il l'est, mais je n'ai jamais eut à souffrir de mes origines, et j'espère que cela n'arriveras pas. Il m'a donné rendez vous à l'arène demain, mon premier combat, apparement il m'a appris ce que je devais savoir à mon niveau..."

"Oui, l'intolérance et l'incompréhension sont vraiment parmi les pires choses que l'on puisse souhaiter à un enfant... Déjà ? Tu as fait vite, pour apprendre les bases de l'étude du ninpo...Soit tu es douée, et il est fier que tu sois son élève, soit il est bon professeur, et il peut être fier de lui."

"Pourquoi avez vous voulu devenir ninja? Si ce n'est pas indiscret"

Question difficile. Armo se rendit compte qu'il ne le savait plus. Il y avait quelques semaines, il s'était rendu en forêt et avait réfléhi à tout cela. il en était arrivé à la conclusion qu'il était devenu ninja car c'était une tradition familiale, mais aussi et surtout parce que c'était le meilleur moyen pour lui de protéger la forêt et le shabitants de Konoha, à qui la communauté ninja devait bien plus qu'elle ne l'admettait officiellement. Mais plus récemment encore, il s'était rendu compte en discutant avec lui-même - ses clones - qu'il était frustré de par sa propre faiblesse, qui le rendait incapable de pouvoir protéger tout cela correctement, et que s'il le faisait, c'était aussi pour servir à quelque chose, pour se dire qu'il avait une raison d'être là.
Cela voulait-il dire que dans son esprit, la forêt, els arbres, les civils, les habitaitons...tout cela là, et menacé, que pour lui permettre de se sentir utile ? Pour lui donner sa raison de vivre ?


"Par pur égoïsme..." il leva la tête au ciel et soupira. "En dehors d'une raison d'être shinobi, nous avons également besoin d'une raison de vivre, n'est-ce pas ? Je crois que ça me tient lieu d'excuse. Quand j'étais plus petit, j'admirais - et j'admire toujours - le Shodaime pour ce qu'il a fait. J'adore la forêt, et quand j'ai commencé mon apprentissage j'avais pour objectif de parvenir un jour à employer le Mokuton. Plus tard, j'ai cru que c'était justement pour protéger cette forêt, ainsi que les civils, car peu après la création du village et la fin de la guerre, la communauté ninja de Konoha aurait été exterminée par l'armée si elle n'avait pu justifier son maintien par la nécessité de protéger els civils en la période troublée qui se déroulait alors.
Mais finalement...c'est uniquement pour pouvoir me dire que je fais quelque chose d'utile. Je crois bien que je me sers des civils et de la forêt comme d'un prétexte pour faire quelque chose de ma vie - ou en tout cas essayer."


Armo se dit que son discours risquait d'être déprimant aux oreilles d'Auroe, mais il se "rattrapa" en pensant qu'il fallait bien lui montrer que l'honnêteté n'était pas toujours si belle. Il choisit néanmoins de changer de sujet pour ne pas rester sur cette note morose : "Et toi, pourquoi as-tu choisi de devenir ninja ?"
*...*

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 23 Mar - 21:31

Si l'égoisme pouvait toujours amener de tels actes... Ce serait un autre monde. C'était assez paradoxale comme réponse, son égoïsme l'avait poussé à vouloir aider tout le monde. Elle sourit à cette pensée.
La dernière phrase du jounin rappela d'anciennes constatations. Comme tout le monde, la peur de la mort n'était pas la plus forte, c'était bien la peur de ne laisser aucune trace de son passage, la peur de disparaitre, qui guidait les hommes. Elle leva la tête vers Armo.


[Auroe] Nous sommes tous pareil, on veut tous faire quelque chose, même si cela se traduit simplement par avoir un enfant et perpetuer ainsi une "partie" de soi...

Ce n'était pas vraiment le genre de réplique que l'on attendrais d'une fillette de 9 ans mais elle avait déjà tant vu cette peur de la disparition s'afficher partout ou elle allait de façon flagrante qu'elle s'était fait une bonne opinion sur le sujet... Comme sur beaucoup d'autres.

[Armo] "Et toi, pourquoi as-tu choisi de devenir ninja ?"

Le jounin paraissait gêné de parler de lui ainsi, il n'avait aps 'lair heureux de sa réponse. La fillette se demandait bien pourquoi, c'était tout ce qu'il y avait de plus honorable ce qu'il faisait... Elle haussa les épaules, chacun est libre de choisir sa voix, il n'y a pas de honte à avoir... Surtout si elle amène à être au service des autres.
elle prit une grande inspiration, elle avait beaucoup de choses à dire.


[Auroe] C'est à la suite de la mort de mes parents que je suis entré à l'académie... Je voulais éviter à d'autres que le même sort les touche. Elle soupira. Mais il c'est passé beaucoup de choses depuis... j'ai retrouvé le meurtrier qui m'a privé de famille. Elle déglutit, elle s'était pardonné, plus aucune crainte à avoir à ce sujet... Et pourtant c'était sa "sonnette d'alarme", il était dur d'en parler... Et je l'ai tué... J'ai aussi vu deux personnes mettre leur vie en danger pour moi, l'une d'elle ne reviendra jamais...

Elle s'arrêta de parler, continuant à marcher prêt du jounin, le regard dans le vague. Les souvenirs remontaien à sa mémoire, pas des souvenirs tristes, des souvenirs heureux des moments qu'elle avait passé avec ces gens qu'elle ne verrait plus. Elle sortit de sa torpeur et posa son regard sur els lunettes d'Armo.

[Auroe] C'était absurde, comme si ma vie comptait plus que la leur... Elle avait dit ça d'un ton froid et tranchant, comme pour couper court à toutes remarques qui pourraient vouloir la contredire, son regard se durcit. Aucune vie ne vaut plus qu'une autre, chaque homme, aussi mauvais soit il, porte des sentiments, et d'autres en ont pour lui. Détruire une vie c'est couper tout ces liens, engendrer de la souffrance, et une possible vengeance. Elle marqua une nouvelle pause, vidant ses poumons, puis elle esquissa un sourire. Voilà pourquoi je veux devenir ninja, pour protéger des vies et arrêter ce cercle infernal de violence. Pas au dépend de l'a vie d'autrui, ça ne ferait que créer un nouveau cercle, disons que je veux protéger la vie en général. Pour ça je dois devenir assez forte, et la voie du ninja peut m'y aider.

Elle se tut, observant la réaction d'Armo. C'était la seconde personnes à qui elle parlait de ça, Ino n'avait put opposer d'arguments à sa logique, c'était seulement "fou" pour elle... Elle avait décidé d'être folle... Une folle honnête et au service de la vie... Cette constatation la fit sourire. Elle descendit les yeux vers le manteau de l'Aburame et tomba sur la manche par laquelle était sortit les insectes. Un sourire s'étira sur les lèvres de la fillette.

[Auroe] Pourquoi ne pas pouvoir vivre comme vous le faites avec vos insectes? Certains disent que je suis folle, mais pas tant que ça, vous êtes le arfait exemple pour illustrer mon propos. Qu'est ce qu'on à voir des insectes et un humain? À priori rien, et pourtant vous vivez en parfait entendement, en vous aidant mutuellement, car vous avez un but commun. Pour deux hommes qui peuvent se comprendre car ils sont de la même race, ce devrait même être plus facile.

Encore une fois tout lui semblait logique, mais peut être qu'Armo y trouverait quelque chose à redire... Ca ne pourrait que l'aider dans ses raisonnements, pour parfaire ses reflexions et la voie à suivre. Si l'argument de l'irréalisable venait encore elle ne le prendrais pas en compte, si elle n'avait pas tué Niakato, tout pouvait se jouer... La mort c'est jetter l'éponge, c'est arrêter la partie sans l'avoir jouer...
La preuve de sa logique était l'emploi du conditionnel "si je ne l'avais pas fait il aurait... peut être vécut et toi aussi..." C'était la réponse qu'elle avait à donner à tout ces "si", ils croient que le destin est figé... Ils n'essaient pas de le modifier, ils se laissent entrainer par leur instinct... L'homme est capable de reflexion, il est capable de se sortir de ces situations, pourquoi ne pas utiliser ses ressources pour faire changer les choses? Si personne ne voulait le faire par peur, par crainte de faire des sacrifices... Elle au moins essaierait, elle avait déjà donné pour les sacrifices... Mais tout vaut mieux que d'oter la vie.
C'était la seule chose qui la tenaient à la surface de l'océan sur lequel elle était perdu. Si tout cela était vraiment folie, alors elle coulerait et ne remonterait jamais... Mais elle ne voulait envisager ce cas.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 28 Mar - 12:46

[Purée, le "je post demain" il est loin -_-]

Auroe haussa les épaules juste après avoir entendu la question, puis prit une grande inspiration. S'ensuivit un flot de paroles quasi-ininterormpu qu'Armo écouta attentivement, car la précédente réponse de la fillette l'avait intrigué :

"C'est à la suite de la mort de mes parents que je suis entréE à l'académie..." Armo ne dit rien, mais n'en pensa pas moins. "j'ai retrouvé le meurtrier qui m'a privé de famille." Légère pause, durant laquelle le Jounin craignit pour la suite. Elles étaient fondées. "Et je l'ai tué... J'ai aussi vu deux personnes mettre leur vie en danger pour moi, l'une d'elle ne reviendra jamais..."

L'enfant se tut, mais Armo ne s'en rendit pas compte, tout occupé qu'il était par ses pensées. L'enfant ? Quel âge avait-elle, déjà ? Une dizaine d'années ? Et déjà confrontée à la mort, comme actrice, et comme spectatrice...Elle avait donc perdu ses parents, puis une personne visiblement chère à ses yeux. Et elle avait également tué...Le Jounin préféra ne pas se lancer dans des suppositions trop vagues, Auroe n'ayant d'ailleurs rien précisé, mais la façon qu'elle avait de présenter la chose semblait plutôt désigner la vengeance que l'autodéfense pour mobile. Si c'était le cas...Avoir tué deux fois dans ces conditions perturbait déjà assez le Jounin, alor simaginer ce qu'elle aurait pu ressentiren tuant une perosnne volontairement...il préféra ne pas essayer. Ce serait insulter Auroe, et ce qu'elle ne devait pas manquer de ressentir.
Pendant toute la covnersation, il avait considéré qu'elle était une enfant comme une autre, avec la naïveté et l'epsièglerie inhérentes à la plupart des personnes de cet âge. Cela ne lui semblait pas objectivement incorrect, mais maintenant qu'il était au courant de ce qu'elle avait subi, et qu'il avait pu constater sa maturité, il se sentait comme coupable. Coupable d'avoir d'une certaine façon jugé cette enfant, et de manière erronée qui plus est. Coupable de l'avoir considérée comme on considère une personne plus jeune, alors que du point de vue déontologie et maturité, elle en était certainement au moins au même point que lui. il était vraiment pitoyable...

"C'était absurde, comme si ma vie comptait plus que la leur..." Le contenu, et le ton froid coupèrent aussitôt les réflexions d'Armo. "Aucune vie ne vaut plus qu'une autre, chaque homme, aussi mauvais soit il, porte des sentiments, et d'autres en ont pour lui. Détruire une vie c'est couper tout ces liens, engendrer de la souffrance, et une possible vengeance."

"Justement, des sentiments...Tu parles objectivement, mais toi-même, ne serais-tu pas prête à mettre ta vie en danger pour certaines personnes, ou certaines choses ? Seuls les égoïstes et les opportunistes ne le font pas.
Bien sûr, en parlant objectivement, on devrait mettre toutes les vies sur le même pied d'égalité, et se contenter de tenter d'en préserver un maximum, mais penses-tu réellement que tous les hommes seraient capables d'occulter en permanence leurs sentiments et leur subjectivité pour faire ce qu'ils pensent être le mieux pour tous ?"
Aro s'arrêta de parler un court instant, comme s'il cherchait ses mots, ou un exemple ; il ne regardait plus Auroe.
"Il y a des gens qui pensent que nous sommes importants, qui veulent que nous vivions et qui osent prêts à mettre leur propre vie dans la balance pour protéger la nôtre. On peut ne pas les comprendre, et c'est même parfois difficile - je suppose que tel est ton cas, n'est-ce pas ? Mais les empêcher de suivre leurs convictions, ce serait comme tenter de t'imposer à toi une certaine vision des choses...Te priver de ta liberté de pensée et d'action. Si c'est ce qu'ils croient, alors il vaut mieux les laisser suivre leurs convictions, et t'efforcer de mettre en place les tiennes, tu ne crois pas ?" Il se tut à nouveau, continuant de marcher, le visage figé, comme hésitant.
"Pour faire ce choix de se mettre soi-même en danger de sa propre initiative, il faut de la détermination et de la volonté. Ce ne sont pas des gens si faciles à convaincre que ça Wink"

"Voilà pourquoi je veux devenir ninja, pour protéger des vies et arrêter ce cercle infernal de violence. Pas au dépend de la vie d'autrui, ça ne ferait que créer un nouveau cercle, disons que je veux protéger la vie en général. Pour ça je dois devenir assez forte, et la voie du ninja peut m'y aider."

"C'est...presque amusant, ce que tu dis. Presque, parce qu'il n'y a pas de quoi en rire ; mais j'ia vu plusieurs personnes qui avaient de tels objectif, mais eux choisissaient la voie de la médecine, pas celle du genjutsu."

Auroe ne répondit rien à cela, mais regarda les insectes qui commençaient à réintégrer le corps d'Armo, et cela sembla l'amuser, puisqu'elle en sourit.
"Pourquoi ne pas pouvoir vivre comme vous le faites avec vos insectes? Certains disent que je suis folle, mais pas tant que ça, vous êtes le parfait exemple pour illustrer mon propos. Qu'est ce qu'on à voir des insectes et un humain? À priori rien, et pourtant vous vivez en parfait entendement, en vous aidant mutuellement, car vous avez un but commun. Pour deux hommes qui peuvent se comprendre car ils sont de la même race, ce devrait même être plus facile."

Armo retroussa les lèvres en une moue dubitative.
"Non, ça n'est pas un but commun...C'est un intérêt commun, et ce seul mot change tout. Et puis, je ne suis pas en concurrence avec les insectes : mon but est de vaincre, ou au moins de n'être pas vaincu. Vider mes adversaires de leur chakra ? C'est un moyen, pas un but, et ce moyen est facultatif.
l'objectif de l'essaim est de se nourrir, et pour lui aussi, il s'agit d'une nécessité. Simplement, c'est plus facile s'ils restent dans mon corps, puisque je leur fournis du chakra. Mais ils n'ont pas besoin de défaire un adversaire pour se nourrir de son chakra. Ca leur rend juste la tâche plus aisée.

L'essaim et l'Aburame se complètent. Mais lorsqu'il s'agit de nécessités vitales, les hommes se trouvent très souvent en compétition."


Il était étonné de venir à en parler de ceci avec Auroe, mais si cela pouvait être utile d'une quelconque façon à la petite fille, alors ça ne pouvait pas être un mal.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 2 Avr - 21:55

[C'est dur de se replonger dans l'histoire après 1 semaine...]

Auroe écoutait la réponse d'Armo. Une phrase la fit réagir, elle attendit que le jounin a terminé pour faire son objection.

[Armo] ... l'essain et l'aburame se completent mais lorsqu'il s'agit de nécessités vitales, les hommes se trouvent très souvent en compétition.

[Auroe] Et pourtant vous avez un même but : survivre. Il y a plusieurs moyen d'arriver à cette fin : détruire ce qu'il y a de "potentiellement dangereux" autour de soi, ou alors s'allier. C'est ce que je voulais dire.

Le regard de la fillette se posa dans le vague. Elle avait à peine écouté le long discours d'Armo lorsqu'elle parlait, la conversation paraissait décousu, beaucoup de remarques sans réponses.
La note d'Armo sur la voie qu'elle avait choisit lui revint à l'esprit. Pouquoi pas médecine? Elle ne savait pas, le genjutsu c'était imposé comme ça, sans reflexion, cela lui avait semblé naturel... C'est ce que sais faire sa famille.
Les meilleurs choix sont surement ceux dans lesquels on croit, elle n'avait pas douté un instant de la voie qu'elle allait prendre en entrant à l'académie. Comme elle ne doutait pas que le nindo qu'elle voulait maintenant suivre soit le bon.


[Auroe] J'ai choisit le genjutsu car il c'est imposé à moi comme l'évidence... Dans ce cas, je ne vois pas pourquoi j'aurais choisit une autre voie. Il faut toujours suivre ce que l'on ressent comme une evidence. Elle s'arrêta un instant et observa ses pieds qui "volaient" chacun leur tour au dessus du pavé, elle redressa la tête. Malgré tout j'essaierais de faire ce que je dis, peut être vais je échouer quelques fois, peut être pas... Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir, n'est ce pas ce qu'on dit?

A nouveau son regard se perdit dans le vague, elle n'attendait pas vraiment de réponse à sa question. Après quelques secondes elle leva le regard vers le jounin et sourit.

[Auroe] On verra si je peux tenir mes engagement personels, j'y serais confronter tôt ou tard, pour le moment je préfère espérer y arriver.

La dernière phrase du jounin lui revint en tête, "compétition". Oui c'était bien le propre de l'homme, c'est le prix à payer pour la différence qui habite chacun de nous... Mais pourquoi compétition rimerait avec mort?

[Auroe] Vous parlez de compétition, mais pourquoi le perdant devrait il toujours mourrir? L'homme est donc si bête que ça pour ne pas accepter la défaite et repartir sur une autre voie? Elle marqua une courte pause, puis repartit avant que le jounin ne puisse répondre. Personellement je ne le pense pas, j'ai déjà échoué dans la voie que je me suis choisit, j'ai tué... Et pourtant je vais continuer à marcher et à me battre. Nouvelle pause, elle repris son souffle. La mort n'est pas une nessecité, c'est ce que j'appelerais le dernier recours, à ne jamais utiliser si tout le reste n'a pas été tenté. C'est certe la voie la plus facile lorsque le danger est là, la plus attirante ; et elle occulte toutes les autres possibilités. Ce n'est pas tant de l'objectivité qu'il faut avoir pour l'éviter. Elle baissa les yeux un instant pour trouver les mots. C'est plutôt... Du sang froid pour "voir" tous les choix qui s'offrent à nous en cas de situation critique, et ce sang froid va de paire avec une grande force et une maitrise de soi incomparable. N'est ce pas comme ça qu'un ninja devrait être?

Elle laissa s'écouler quelques secondes pour rendre digeste son flot de parole puis ajouta une remarque.

[Auroe] Quant aux personnes qui se sacrifient... Je ne juge pas leurs sentiments, c'est surement quelque chose de très fort et louable qui les y pousse... Mais c'est la même chose, le crime n'est pas moins grand que l'on détruise quelqun d'autre ou soi même. Se jetter par reflexe devant une arme pour mourrir à la place d'un autre est le même échec que si on l'avait laisser mourrir... Il n'a pas vu les autres solutions, il a réagit sans refléchir. [Une conclusion pour son déiscours lui vint à l'esprit, elle semblait parfaitement adaptée. La mort est irréversible, détruire une vie c'est une fin, une voie sans issue... Laisser vivre quelqun c'est aussi se laisser la possibilité de le tuer plus tard, c'est ouvrir un nouveau chemin, ou plusieurs.

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mar 4 Avr - 18:44

"J'ai choisi le genjutsu car il s'est imposé à moi comme l'évidence... Dans ce cas, je ne vois pas pourquoi j'aurais choisi une autre voie. Il faut toujours suivre ce que l'on ressent comme une evidence.", et "On verra si je peux tenir mes engagements personnels, j'y serais confrontée tôt ou tard, pour le moment je préfère espérer y arriver.". Pour le moins, on pouvait dire qu'Auroe avait foi en ses choix. Et c'était tout ce qu'Armo aurait eu à lui sohaiter, cependant la petite fille semblait absente. Il la laissa donc continuer à rêvasser tout en marchant, attendant de voir si elle avait autre chose à ajouter.

"Vous parlez de compétition, mais pourquoi le perdant devrait il toujours mourir ? L'homme est donc si bête que ça pour ne pas accepter la défaite et repartir sur une autre voie ? [...] C'est certes la voie la plus facile lorsque le danger est là, la plus attirante ; et elle occulte toutes les autres possibilités. Ce n'est pas tant de l'objectivité qu'il faut avoir pour l'éviter. C'est plutôt...Du sang froid pour "voir" tous les choix qui s'offrent à nous en cas de situation critique, et ce sang froid va de pair avec une grande force et une maîtrise de soi incomparable. N'est ce pas comme ça qu'un ninja devrait être ? [...] Mais c'est la même chose, le crime n'est pas moins grand que l'on détruise quelqu'un d'autre ou soi même. Se jetter par réflexe devant une arme pour mourir à la place d'un autre est le même échec que si on l'avait laisser mourrir..."

"Pourquoi le perdant devrait mourir ? Il y a tout un tas de raisons...Parce qu'il s'est montré un adversaire plus qu'acharné, et qu'il pourrait bien se trouver le vainqueur à nos dépens si on le laissait en vie, ou parce qu'on le sait vindicatif et prêt à tout, et qu'on veut se protéger,...Les hommes pensent avant tout à eux-mêmes, puisqu'il s'agit d'une compétition individuelle. Se protéger à tout prix, car s'il y a le moindre risque que l'un des deux meurt un jour, alors autant se débarasser immédiatement de l'autre, et l'affaire sera réglée sans plus attendre. Je ne cautionne pas forcément cette façon de voir les choses, mais...je la comprends.
Quant au sacrifice..."
Armo fit une pause, comme pour laisser Auroe digérer sa tirade, et posa son regard sur elle, pour jauger sa réaction. Elle semblait désabusée. "Tu as ta propre façon de voir les choses, les autres hommes ont la leur. Peut-être certains s'estiment-ils moins valeureux que le commun des mortels, ou plutôt jugent une autre personne comme étant au-dessus, et plus méritante de vivre qu'eux. Ce sont des convictions, et ça, tu ne pourras jamais les enlever à un homme. Tu m'as dis que ta voie avait déjà été jugée incorrecte et que tu avais été pressée de l'abandonner par d'autres, n'est-ce pas ? Et l'as-tu fait ?" Il s'arrêta à nouveau de parler, mais pas pour observer la façon dont Auroe prendrait ce qu'il venait de dire. Elle avait ses croyances, mais il lui exposait son point de vue par principe, certain qu'elle suivrait sa propre voie en écoutant ce que le Jounin avait à dire plus par politesse que par intérêt. "Si celle d'un homme, celle qu'il s'est fixée lui-même et en laquelle il croit, est de protéger coûte que coûte quelque chose, même au prix de sa vie, tu auras vriament du mal à le faire changer, même d'un iota. Être convaincu, c'est quelque chose, mais l'être au point de donner sa vie pour cela...Il faut une grande force de caractère. Ou être désespéré."

Cela faisait déjà un moment qu'ils discutaient, et Armo se rendit compte qu'il devrait bientôt aller à l'Académie pour assurer ses cours. Même s'il avait plus ou moins suivi son chemin au fil de la conversation, il risquait de devoir se dépêcher. Mais de toutes façons, les répliques s'essouflaient, et les deux shinobis ne semblaient se répondre que par principe, pour se prouver l'un à l'autre qu'ils s'écoutaient. Autant mettre fin à l'échange.
"Il va falloir que j'y aille.
La maturité dont tu fais preuve pour l'âge que tu sembles avoir est surprenante, et tu as déjà des convictions bien ancrées. Je te souhaite de ne jamais avoir à te dire "je me suis trompée" et de parvenir à les suivre."

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 5 Avr - 19:37

Auroe haussa les épaules et détourna le regard. Il avait raison... Pourtant la voie qu'elle avait choisit n'était pas irréalisable, il l'avait admis lui même... Improbable mais pas irréalisable. C'est ce qu'on pouvait en tirer...
[color=green]En y reflechissant, elle avait vu tellement de choses improbables ces derniers temps que s'en était presque devenu normal... D'ailleur, c'est ce qui est le plus improbable qui laisse des souvenirs et traverse l'histoire, le reste on l'oubli. L'improbabilité au rang d'exemple... C'était une idée amusante.
A vrai dire, il faudrait toujours essayer de faire l'improbable pour réussir de temps en temps à faire quelque chose qui en vaille la peine... Elle garda toutes ces remarques pour elle même, peut être les approfondirait elle plus tard.


[Armo] "Il va falloir que j'y aille. La maturité dont tu fais preuve pour l'âge que tu sembles avoir est surprenante, et tu as déjà des convictions bien ancrées. Je te souhaite de ne jamais avoir à te dire "je me suis trompée" et de parvenir à les suivre."

La fillette leva les yeux vers le jounin, ils n'étaient plus loin de l'académie effectivement, la dernière phrase l'avait touché, sans pour autant qu'elle le montre. Si elle arrivait à se dire "je me suis trompé" ce serait bien, mais la vérté pourrait être bien pire malheureusement... Elle balaya cette pensée de son esprit, c'était une voie qu'elle se refusait d'explorer, peut être à tort... Elle était trop tenebreuse, elle lui faisait peur.
La discution avait été interessante, elle espérait bien revoir Armo un jour, comme isl habitaient dans le même village ce ne devriat pas poser beaucoup de problèmes... Elle s'arrêta de marcher en ponctuant son action d'un :


[Auroe] Merci, bonne journée.

Elle regarda la jounin s'éloigner, quant à elle elle tourna les talons pour se diriger vers la forêt, il fallait qu'elle vérifie quelque chose... Elle se mit à courir.

[Honte à moi de faire quelque chose d'aussi court Pas cool mais vraiment vraiment pas d'inspiration et de temps sur le coup, le rp de la forêt qui devrait suivre s'écrit tout doucement... et durement aussi, mais il va venir]

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 6 Avr - 15:54

[Genre c'pas bien parce que c'est court...Hého, ça va hein, dpeuis le temps tu devrais savoir qu'on n'est pas des obsédés du pavé 100 lignes Razz

Armo : +16 XP RP
Auroe : +18 XP RP]
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Dim 9 Avr - 15:39

[venant de la maison Hiromida]

Il avait décidé de faire le trajet en courant, comme pour essayer de combler le fossé qui le séparer des autres étudiants du point de vue physique. Il avait énormément de retard mais il demeurait motivé à se rattraper. Il avait rendez-vous avec Mogbo à 16H devant la bibliothèque. Pourquoi l’avait-il invité là-bas ? Il ne le savait pas vraiment. Sans doute qu’il y avait de grande chance pour qu’il y passe le début d’après-midi. Yosuke dévalait les ruelles depuis plusieurs minutes, mais il était déjà essoufflé et il s’arrêta quelques secondes pour récupérer. Il avait prit le chemin de la bibliothèque ninja qu’il connaissait maintenant mais qu’allait-il faire en attendant Mogbo ? Simplement lire et attendre qu’il arrive ? Mais il n’allait pas lui faire apprendre le chakra à sa place, ça serait un peu profiter de la situation, choisir la solution de facilité. C’était le premier obstacle majeur qui se dressait devant lui alors c’était censé être facile.

[Yosuke] *Il vaudrait mieux que j’essaie de malaxer mon chakra avant 16H, même si ça prendra plus de temps. Il faudrait que je trouve un endroit calme, à l’abri des regards et où je ne serai pas dérangé.*

Il aurait environ deux heures pour s’entraîner, et pour réussir à contrôler son énergie physique. La forêt était bien trop loin. Il chercha après des panneaux indicateurs, voir si aucune destination ne l’aurait aidé à trouver un endroit tranquille. Cependant, il ne remarqua que des pubs, pour divers magasins du centre ville. Des boutiques civiles comme des vêtements ou des restaurants, mais parmi la multitude d’affiche, l’une d’entre elles, plus petite et plus sobre que les autres, l’intéressa au plus haut point. « La banque de Konoha ». C’est alors que les mots de l’employé de l’administration qu’il avait vu le matin même lui revinrent en mémoire : « Veste, équipements, salaire ». Il ouvrît les yeux bien grands, fixant l’affiche, il avait l’impression que le mot Banque grossissait pour occuper toute sa vue. Il recommença à baver et murmura dans un ton hébété :

[Yosuke] « Je vais aller chercher mon argent… »

De nouveau frais et dispo, il se remît à courir en direction cette fois du centre ville.

[ Arrow la banque]



MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Mer 19 Avr - 19:53

Kitana sortait de la salle du Leaf Commando, elle avait prévu d'aller rendre visite à Mogdo pour s'excuser de sa conduite de cette après-midi. C'est vrai qu'elle n'avait pas à agir aussi impétueusement qu'elle l'avait fait ; s'énerver aussi vite avait sûrement prouver au jeune homme qu'il avait touché un point sensible, et qu'il l'avait vexée...
Tout en marchant tranquillement dans les ruelles de Konoha, elle réfléchissait.
Mogdo avait sûrement raison, Kitana le savait au fond d'elle-même. Elle n'était pas capable de tuer ou même de blesser quelqu'un, si violent qu'il soit, même au prix de sa vie. Elle soupira
** Voilà la belle image du guerrier sanguinaire! ** Malgré tout ce que lui disait sa raison, elle savait qu'elle ne pourrait pas tuer...

Elle se dirigea vers une petite maison qu'une dame venait de fermer...


[Kitana] - Excusez-moi madame, qui habite ici ?

[Femme] - Plus personne. C'était un jeune homme aux cheveux blancs qui vivait depuis peu... Je crois même qu'il n'a jamais mis les pieds ici...

** C'est la description parfaite de Mogdo ! **

[Kitana] - Vous dites qu'il n'y a plus personne ? Le jeune homme est parti ?

[Femme] - Ecoutez, mademoiselle, c'est pas mon boulot de savoir qui quitte Konoha et qui reste ! Armo Aburame m'a dit de fermer cette maison, je la ferme et c'est tout.

Sur ce, elle partit, vaquée à ses occupations, laissant Kitana seule. ** Il est parti... C'est peut-être à cause de moi... ** Elle rentra chez elle, le visage triste. Mogdo était parti sans adieux, et Kitana n'avait pas pû se justifier auprès de lui pour son comportement...
Elle soupira encore en rentrant chez elle...


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤

MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Jeu 20 Avr - 14:25

[+1 XP RP]
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Ven 9 Juin - 21:58

[Venant de Maison Hiromida ]

La brise légère qui déferlait sur son visage était comme une renaissance pour lui. Sortir un peu de cette pièce nauséabonde lui faisait du bien même s’il ne voulait le reconnaître. Il était assis sur le toit de sa maison, fixant les étoiles de la nuit. Ce n’était un paysage qu’il avait l’occasion de voir souvent mais il était pourtant si beau, il l’aimait tant. Comment avait-il pu louper quelque chose comme çà. Il s’allongea délicatement, les tuiles n’étaient pas faites pour supporter son poids. Il scruta cette étonnante traîné lumineuse.

[Yosuke] *Les gens pensent que les étoiles ne sont rien d’autres qu’un point dans la nuit, immobile et presque sans intérêt. Pourtant je les vois scintiller, se nuancer et perdre ou gagner en intensité à chaque moment. C’est très beau.*

Yosuke se souvînt d’un des livres qu’il avait feuilleté il y a plusieurs mois où on y décrivait les constellations. Il en reconnût quelques une comme Cassiopée en forme de W, ou la grande Ourse.

[Yosuke] *Je m’étonne toujours des quantités d’informations qui se cache sous notre nez, sur ce qui nous paraît le plus commun.* Il resta encore plusieurs minutes comme hypnotisé, les jambes croisées et balançant sa jambe droite de temps en temps. * Ces étoiles sont très belles séparément mais je trouve qu’elles le sont encore plus ensemble. Ce ciel est magnifique. Le ciel de Konoha…*

Il prît encore quelques minutes pour réfléchir en silence puis décida d’aller faire un tour comme il l’avait prévu. Il fallait tout d’abord qu’il court sans faire de bruit et qu’il garde l’équilibre. Ce n’était pas chose facile mais fort heureusement pour lui, il n’avait pas le vertige. Quelques mètres plus loin la maison suivante avait un toit plus haut avec un écart de deux mètres tout au plus. L’aspirant trouva là un premier moyen de tester ses capacités. Il prît tout l’élan qui lui restait et sauta aussi haut qu’il pût. Il mît tout son espoir dans son mouvement. Lorsque la pression de son pied s’annula et que son corps tout entier fût projeté en l’air, il comprît. Il savait qu’il n’irait pas assez haut. Il se prit le mur bruyamment mais il pût ralentir sa chute en se rattrapant au rebord. Il avait du retard au niveau physique également.

Le bruit fît aboyer le chien de la maison. Il s’empressa donc de continuer son chemin. Mais très vite l’ensemble de maisons s’arrêta, une ruelle passait en dessous. Il faudrait sauter au moins 4 mètres en longueur pour atteindre l’autre côté. Il s’approcha doucement et regarda en bas. S’il loupait son coup, il ferait une chute de deux étages. Il ne pouvait pas le faire, il en était persuadé et le dernier saut ne lui avait pas boosté le moral. Pourtant il ne se laissait pas découragé même s’il croyait plus sage de descendre et de continuer sa marche nocturne en bas. Le sentiment q’il était en retard ne faisait qu’amplifier par ses tentatives. Il s’arrêta et recula avec une idée folle en tête. Il commençait à malaxer ses énergies, corporelle et physique apparurent aussitôt et leur point de rencontre était déterminé, ça sera les jambes. Il se mît à courir aussi vite qu’il le pouvait, son chakra fût malaxer et l’étudiant eût comme la sensation qu’il lui était plus facile d’accélérer. Au moment où Yosuke devait prendre appuit, il concentra son chakra plus particulièrement dans ses muscles. La pression était plus importante que tout à l’heure, ça ne faisait aucun doute mais il ne pouvait pas dire si elle serait suffisante. Il était maintenant dans les airs, à mi-chemin, il était presque mais il descendait trop vite, le toit n’était pas assez prêt. Yosuke étira ses bars vers l’avant dans un espoir désespéré. Alors qu’il pensait fermer les yeux et attendre l’impact, il réussît à s’accrocher à bout de bras.

La aussi il n’avait pas été très discret mais personne n’avait semble-t-il était réveillé. Il expira profondément, soulagé que ça finisse ainsi. Il n’avait pas assez de force pour se remonter tout seul. Il utilisa la même astuce que pour ses jambes. Le malaxage du chakra fût rapide et assez efficace pour lui permettre de remonter. Exténué et toujours les sueur froide au front, il respira fortement debout mais plié en deux. Le sourire aux lèvres, il se remît en route à peine quelques secondes plus tard très enthousiaste à l’idée de recommencer.

Il traversa plusieurs quartiers de la ville de cette façon, toujours plus confiant l’obstacle surmonté. Cet exercice inattendu le pompa de toute énergie que ce soit chakra ou physique. Il s’assît exténué sur l’un des toits et s’endormît là comme ci de rien n’était. Lorsque le petit matin arriva, il fût éblouît par les rayons du soleil et fût étonné de l’endroit où il se trouvait.


[Yosuke] *Je suis à l’Académie. Voyons si sensei est là*

[ Arrow l'Académie]




Dernière édition par le Mar 20 Juin - 11:42, édité 2 fois
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   Sam 10 Juin - 11:54

[ Yosuke: +3XP RP - Tu pourrais RP avec Kitana, ca pourrait être intérréssant. non ? :p ]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les ruelles de Konoha   

Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les ruelles de Konoha
» Cimetière de Konoha
» Course poursuite dans les ruelles
» Hopital de Konoha
» Armurerie de Konoha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-